Version classiqueVersion mobile

Archéologie de l’habitat en alta Verapaz, Guatemala

 | 
Marie-Charlotte Arnauld

Présentation des cadres de référence

Texte intégral

1Les données qui résultent des travaux effectués s’inscrivent dans des cadres auxquels on fera fréquemment référence. Des précisions préliminaires indispensables à l’intelligence du texte doivent donc être données concernant :

  • le cadre chronologique

  • la bibliographie archéologique de l’Alta Verapaz

  • la zone de recherche au sein de la Verapaz et du Guatemala

Le cadre chronologique

2On se bornera ici à commenter le tableau 1, le détail de la séquence céramique étant présenté au chapitre 5. Deux tableaux chronologiques (15 et 16) plus détaillés figurent après la conclusion générale.

3La séquence établie par Butler (1940b) pour la zone du Río Chixoy ne s’applique pas à l’Alta Verapaz occidentale pour plusieurs raisons (voir une lettre de Butler à Brainerd du 11 juin 1954, Archives, University Museum): les complexes de Chamá et Chipal sont restreints fonctionnellement puisque tout le matériel provient de sépultures; bien qu’ils soient apparentés à ceux des Hautes Terres, en particulier au complexe Chipoc (Cobán), ils sont distincts de la céramique de l’Alta Verapaz occidentale. Quant à la séquence de Smith (1949, 1952), elle est fondée sur une céramique fonctionnellement plus diversifiée, du moins pour le complexe Chipoc, qui provient d’Alta Verapaz occidentale, mais elle est trop courte pour encadrer tout notre matériel. De plus, Samac et Seacal ne désignent en fait que quelques poteries. Mais nous avons bien entendu relié notre séquence, par comparaisons, à celles de Butler et de Smith et nous avons emprunté à la seconde la désignation Samac.

4Notre séquence est fondée sur la céramique : elle a été construite par sériation des types et des modes, et contrôlée au moyen des comparaisons inter-régionales (chap. 5). Les noms Carchá, Cobán, Samac et Chicán, non accentués pour les distinguer des lieux ainsi nommés (Carchá, Cobán, Chicán), désignent des complexes céramiques, et non pas des phases culturelles à proprement parler.

Tableau 1 : chronologie de l’Alta Verapaz

Tableau 1 : chronologie de l’Alta Verapaz

Notes : • pour Chipal la-1b et Chamá 5, voir Butler 1959 : 28, 31 ; Rands et Smith 1965 : 137 et note 8 ; Becquelin 1969 : 86-87,115,122.
• pour Chixoy IA-IB, voir Rands et Smith 1965 : fig. 2.
• le complexe Chicán avait d’abord été nommé Chontal (Arnauld 1978).

5En effet, la majeure partie des données obtenues autres que céramiques fournissent des points d’appui, mais pas vraiment un cadre chronologique culturel, comme ce fut le cas par exemple dans les recherches combinées de Adams (1961) et de Culbert (1965) au Chiapas central.

6En plus des quatre complexes établis, on dispose de 130 tessons datés du Préclassique ancien-moyen, qui ne permettent pas de définir un complexe.

La bibliographie archéologique de l’Alta Verapaz

7Les premières fouilles ont été faites surtout par des colons allemands entre 1880 et 1930 dans les vallées des ríos Cahabón et Polochic et plus au nord (fig. 4). Elles sont partiellement publiées : Dieseldorff 1893, 1926-33, 1928-29, Sapper 1895, Schellhas 1895. L’intérêt de ces travaux réside presque uniquement dans le matériel obtenu : les collections de Dieseldorff se trouvent en partie au Museo Nacional de Arqueología y Etnología de Guatemala, en partie au Musée de Berlin, et des pièces céramiques assez nombreuses ont été publiées (Dieseldorff 1904, 1926-33, 1928-29 ; Seler 1904 ; Hirtzel 1925 ; McDougall 1943).

8Les travaux formels ont commencé avec Butler à Chamá-Chichún (1939, 1940a, 1940b, 1941), et à San Pedro Carchá (notes inédites, voir infra), travaux dont le résultat principal a été la séquence céramique du Chixoy, ainsi qu’une ébauche de séquence pour Carchá, et bien sûr la publication des remarquables vases Chamá 3 et 4. Environ dix ans plus tard, A.L. Smith (1955) et R.E. Smith (1949) ont reconnu quelques sites dans les vallées du Cahabón et du Polochic jusqu’au lac Izabal à l’est, et en ont donné des plans et des descriptions très utiles, accompagnés de quelques sondages; la céramique recueillie se trouve au Museo Nacional, en particulier la collection de Chipoc analysée par R.E. Smith (1952), qui est remarquable par la variété de ses types décorés et par ses affinités avec Chamá. Puis dans le cadre du projet Cotzal de la région de Nebaj (à l’ouest de l’Alta Verapaz), Adams a fouillé Chajcar, un site situé à l’est de Carchá (1972 ; s.d.). En 1972, Sedat et Sharer ont publié un rapport assez bref sur leurs fouilles de Sakajút, près de San Juan Chamelco, dont la céramique remonte au Préclassique ancien et, en 1973, un deuxième rapport aussi bref sur les fouilles faites à San Jerónimo (nord de la Baja Verapaz) où plusieurs sites sont contemporains de Sakajút.

9En 1975, simultanément à la présente recherche, P. Carot (1982) a fait un sondage et collecté beaucoup de céramique dans des grottes proches de Chisec, au nord du département d’Alta Verapaz, qui ont été des lieux de culte surtout au Classique ancien. Enfin, très récemment, A. Ichon a dirigé les fouilles de Los Encuentros et de Pueblo Viejo-Chixoy, au bord du Río Chixoy en Baja Verapaz (1979a). Avec celles de San Jerónimo, ce sont là les seules fouilles importantes qui ont été faites près de notre zone de recherche, et les seules publiées en détail, à l’exception de la céramique. Ces deux sites ont été des centres de peuplement importants au Classique final et, peut-être, des relais d’échange entre la Verapaz, le Quiché et le Petén. Pueblo Viejo-Chixoy était aussi un poste de frontière quiché peu avant la Conquête. La céramique est très comparable à celle de l’Alta Verapaz occidentale, c’est-à-dire de notre zone de recherche (Ichon, comm. pers.).

10Tout le matériel céramique provenant des fouilles postérieures à 1949 se trouve au Museo Nacional, mais à part celle de Chipoc, aucune collection n’a été publiée formellement.

  • 1 On y trouve aussi les rapports dactylographiés des reconnaissances et fouilles de Burkitt (1930) à (...)

11Les notes inédites de Butler méritent quelques précisions car elles sont très riches, et nous nous y référons assez fréquemment (sous la forme “Butler Arch. U.M.” : elles sont déposées à University Museum, Université de Pennsylvanie, Philadelphie). Il s’agit d’un ensemble de notes, rapports, dessins, photos et lettres relatifs à ses fouilles de Chamá-Chichún, Carchá et Nebaj, avec des descriptions manuscrites du matériel céramique, y compris une partie de la collection Dieseldorff qui était alors à Cobán1. Butler a fouillé les sites de Calchá-Calvario, Carchá-Potrero et peut-être Kanihaab près de San Pedro Carchá, dans notre zone, en 1939, mais n’a jamais publié ces travaux. Ces archives nous ont été très utiles, d’autant plus que, contrairement à celle de Chamá-Chichún et de Chipal, la céramique de Carchá est introuvable à University Museum.

LA ZONE DE RECHERCHE AU SEIN DE LA VERAPAZ ET DU GUATEMALA

12(fig. 4 et 6 ; carte h.-t.)

13La zone de recherche est située au sud-ouest, dans la partie montagneuse de climat humide du département d’Alta Verapaz. Cette partie montagneuse forme grossièrement un rectangle orienté est-ouest, encadré par les ríos Chixoy, Polochic et Cahabón, dont le deuxième s’encaisse dans une ligne de faille importante. Ces cours d’eau forment des limites nettes à l’ouest et au sud ; la vallée moyenne du Chixoy, orientée en gros nord-sud, a un climat de semi-aride, au sud près de notre zone, à humide, vers le nord près de Chamá ; au sud du Polochic, le climat est aussi plus sec qu’en Alta Verapaz, et les chaînes de Chuacús et de Las Minas sont géologiquement différentes de celles d’Alta Verapaz.

14Au nord et à l’est du rectangle montagneux, il n’y a, par contre, pas de rupture puisque les montagnes s’abaissent progressivement vers les Basses Terres tropicales humides du Petén (au nord) et les plaines côtières du lac Izabal et de la mer des Antilles (à l’est).

15C’est ce rectangle qui constitue le coeur de l’Alta Verapaz, la Verapaz dominicaine de l’époque coloniale. De même qu’une frange septentrionale et orientale mouvante suivant les époques, il est peuplé probablement depuis le Préclassique par deux groupes mayas, les Kekchis et les Pokomchis, apparentés linguistiquement et culturellement, qui forment actuellement plus de 90 % de la population du département et n’occupent aucune autre région des Hautes Terres. King (1974) insiste sur la persistance de “l’identité culturelle” de l’Alta Verapaz à travers sa préhistoire et son histoire. Ce qui est certain, c’est que la région est restée très différente du reste du Guatemala dans son développement socio-économique, du XVIe siècle au début du XXe siècle, en raison du monopole dominicain puis de la colonisation européenne (planteurs de café allemands). La séquelle la plus évidente en est actuellement l’importance locale du latifundio, rare dans la structure foncière du restant des Hautes Terres.

16Il a aussi souvent été dit de ce rectangle montagneux de l’Alta Verapaz qu’il est isolé de l’altiplano occidental du Guatemala, mais les vallées et les dépressions, surtout du côté ouest, le rendent aisément franchissable. Il est plus exact de dire qu’il est périphérique, intermédiaire entre l’altiplano et les Basses Terres. Son isolement a été en partie fonction de l’occupation humaine de ces dernières : tant que le Petén était pratiquement inoccupé, depuis le Xe et le XIe siècles ap. J.-C., l’Alta Verapaz était une région frontalière ; c’est depuis quelques années une région stratégique, intégrée au pays par la colonisation très récente des Basses Terres et par l’exploitation du pétrole des terres moyennes (en raison aussi des revendications territoriales du Guatemala sur le Belize voisin).

17La zone de recherche se trouve aux confins sud-ouest du département – elle inclut au sud un petit secteur de la Baja Verapaz nord – là où plusieurs milieux physiques se juxtaposent, tant ceux du rectangle montagneux que ceux de sa bordure (fig. 6, carte établie d’après Miles 1957a : fig. 2, Sorre 1928, Termer 1936, West 1964b) :

  • milieux la et 1b : chaînes métamorphiques de Chuacús, et bassins semi-arides en bordure sud-ouest ; 1 000 – 2 000 m d’altitude.

  • milieux 2a et 2b : chaînes calcaires humides d’Alta Verapaz, et leur versant nord karstifié ; 1 000 – 2 500m.

  • milieu 3 : moyennes vallées relativement chaudes et humides rejoignant les plaines tropicales de l’est ; moins de 700 m.

18Presque toute la zone appartient aux milieux 2a et 2b, les autres milieux, y compris l’orée des Basses Terres septentrionales, étant accessibles à moins de 20 km à vol d’oiseau. Ses caractères spécifiques et exclusifs sont : la présence de vallées fluviales orientées nord-ouest/sud-est (Cahabón supérieur, affluents des ríos Polochic et Panimá), alors que l’orientation dominante en Alta Verapaz est ouest-est ; la présence d’un ensemble serré de dépressions karstiques d’étendue moyenne dans le milieu 2b ; enfin la partie la plus élevée des chaînes d’Alta Verapaz, le massif de Xucaneb. Ces caractères sont très importants pour l’occupation humaine, puisque les dépressions sont facilement exploitables et que les vallées, grosso modo nord-sud, constituent une voie de passage vers l’altiplano, et aussi vers les Basses Terres car elles se raccordent à la vallée du Río Chixoy par la dépression de San Cristóbal Verapaz.

19En bordure de la zone, les contrastes physiques les plus marquants se situent à l’est, dans les vallées supérieures des ríos Polochic et Panimá (milieux 2a-2b/milieu 3), et au sud-ouest, le long du Río Carchelá-Quililá et à Matanzas (milieu 2a/milieu la). Cette limite sud-ouest correspond à la ligne de partage des eaux entre le système du Río Chixoy-Usumacinta qui se jette dans le golfe du Mexique, et celui du Río Polochic qui se jette dans la mer des Antilles (fig. 2).

20Ce sont ces contrastes physiques, que l’on observe aisément sur le terrain (Sorre le signalait pour le sud-ouest, 1928 : 98), ainsi que l’ensemble des dépressions karstiques et la ligne grosso modo nord-sud des vallées qui définissent géographiquement la zone de recherche.

Notes

1 On y trouve aussi les rapports dactylographiés des reconnaissances et fouilles de Burkitt (1930) à l’ouest du Río Chixoy. Travaux que Butler a utilisés.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : chronologie de l’Alta Verapaz
Légende Notes : • pour Chipal la-1b et Chamá 5, voir Butler 1959 : 28, 31 ; Rands et Smith 1965 : 137 et note 8 ; Becquelin 1969 : 86-87,115,122.• pour Chixoy IA-IB, voir Rands et Smith 1965 : fig. 2.• le complexe Chicán avait d’abord été nommé Chontal (Arnauld 1978).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search