Version classiqueVersion mobile

Archéologie de l’habitat en alta Verapaz, Guatemala

 | 
Marie-Charlotte Arnauld

Introduction

Texte intégral

1Cette recherche a pour objet l’étude archéologique préliminaire de la structure de l’habitat dans une zone limitée des Hautes Terres mayas du Guatemala. Durant les 25 dernières années, l’archéologie de la structure de l’habitat, ou settlement archaeology, a trouvé un champ d’application privilégié dans les Basses Terres mayas (Petén au Guatemala, Yucatán au Mexique, et Belize) beaucoup plus que dans les Hautes Terres mayas, essentiellement parce que la civilisation maya classique des Basses Terres exerce une grande attirance sur les archéologues – et le public en général – par sa complexité et par l’aspect prestigieux de ses “cités” grandes et moyennes, sises dans la forêt tropicale. Les cultures mayas des Hautes Terres (altiplano du Chiapas au Mexique, et du Guatemala) n’ont pas atteint un degré de complexité comparable, et nous n’espérions pas trouver des formes d’établissement aussi élaborées en choisissant de travailler en Alta Verapaz. Mais il est certain que la proximité des Basses Terres a joué à différents niveaux dans le choix de cette région, que l’on cite souvent comme le meilleur exemple de région transitionnelle entre ces deux “sous-aires” culturelles et géographiques que sont les Hautes Terres et les Basses Terres dans l’aire maya (fig. 2).

2L’AIta Verapaz est une région à la fois peu connue sur le plan archéologique et souvent citée en raison des relations qu’elle aurait entretenues avec les Basses Terres, ce dont témoigne localement une céramique très élaborée (de Chamá et de Chipoc). Elle est d’autre part célèbre par le fait qu’elle a servi de terrain d’expérience à Bartolomé de Las Casas dans ses tentatives de conquête pacifique des Indiens d’Amérique: tentative réussie au Tezulutlán, rebaptisé Verapaz par cédule du roi d’Espagne en 1547. A tous ces titres, la région méritait qu’on s’y intéresse, en conjuguant l’archéologie et l’ethnohistoire puisque les documents relatifs à la Verapaz dominicaine sont nombreux. A ce facteur, en soi important pour l’étude de l’habitat et de l’organisation sociale en zone maya, s’ajoute celui d’une morphologie physique particulière, qui fait des vallées et dépressions enserrées dans la Sierra d’Alta Verapaz autant d’espaces favorables au peuplement et aussi, dans une certaine mesure, à la recherche des vestiges de l’habitat.

  • 1 Le principal site de San Jerónimo est El Portón (fig. 2).

3Le problème des relations de l’Alta Verapaz avec les Basses Terres a pour ainsi dire obsédé tous les archéologues qui se sont intéressés à cette région. Les premières recherches, ponctuelles et non systématiques jusque vers 1940-1950, ont eu pour principal résultat de faire connaître les objets témoignant probablement de telles relations au Classique récent (600-900 ap. J.-C.), en particulier les vases polychromes de Chamá. Vers 1970, c’est une céramique beaucoup plus ancienne (1000-600 av. J.-C.) en provenance de Sakajút et de San Jerónimo1, qui a à nouveau attiré l’attention sur la Verapaz: sur la base des comparaisons auxquelles elle donne lieu, Sedat et Sharer ont proposé l’hypothèse selon laquelle des interactions entre les Basses Terres et certains secteurs des Hautes Terres de développement culturel précoce, dont celui de Verapaz, auraient stimulé la formation de la civilisation maya classique des Basses Terres (1972, 1973). Chamá et Sakajút sont donc les sites d’Alta Verapaz les plus connus (San Jerónimo est au nord de la Baja Verapaz), bien que la reconnaissance assez brève de A.L. Smith vers 1950 en ait révélé plusieurs autres, les uns occupés au Classique récent, les autres au Postclassique (1000-1540 ap. J.-C.).

4On peut faire un bilan critique des connaissances et des principales hypothèses qui concernent l’Alta Verapaz vers 1975. La céramique de Chamá témoigne de relations avec le Petén au Classique récent, mais la nature de ces relations n’est pas connue; il n’est même pas certain que ce site septentrional appartienne culturellement à l’Alta Verapaz. L’hypothèse de Sedat et Sharer concernant les interactions au Préclassique est très controversée (voir Adams 1977) et dépend encore actuellement, entre autres données, d’une connaissance plus précise des relations entre les différents complexes céramiques impliqués (Sakajút-San Jerónimo, Xe de Seibal, Ocos de la côte pacifique et Kal du Salvador). Pour toutes les périodes, les formes de l’habitat et les modes d’organisation sociale de l’Alta Verapaz sont largement inconnus, de même que les variations de l’occupation dans un milieu physique qui, de San Jerónimo au sud à Chamá au nord, est loin d’être homogène. Or, sans ces types de données fondamentales, la question des relations entre l’Alta Verapaz et les Basses Terres ne peut dépasser le stade des généralités ou des hypothèses préliminaires.

5Au niveau spatial, nous avons choisi d’étudier la zone qui est intermédiaire entre San Jerónimo et Chamá, c’est-à-dire celle des montagnes découpées de vallées et de dépressions dans laquelle se trouve Sakajút. Cette zone est, autour de la capitale de Cobán, le coeur de l’ancienne Verapaz dominicaine, la région historiquement la plus peuplée du département. Au niveau temporel, l’état des connaissances archéologiques et la documentation ethnohistorique nous amenait à centrer l’étude sur les périodes du Préclassique, du Classique récent et du Postclassique récent.

6Cette recherche ne visait pas à expérimenter des hypothèses spécifiques que le manque de données concernant la séquence culturelle régionale interdisait de formuler au préalable. Nous n’avons défini que des axes de travail pour chaque période. Cette démarche est assez traditionnelle en archéologie de la structure de l’habitat (voir par exemple Willey et Leventhal 1979); elle est moins mise en pratique dans les recherches récentes, mais nous avons cru bon de nous y tenir, plus par prudence, étant donné les moyens limités de ce travail, que pour des raisons théoriques.

7Les axes de recherche sont les suivants:

  1. Recherche exploratoire de témoignages d’une occupation préclassique (1000 av. J.-C. – 250 ap. J.C. environ), objectif défini à priori comme secondaire car, dans la pratique, les dépôts d’occupation très anciens sont difficiles à détecter dans les Hautes Terres (Becquelin 1969; Adams 1972)

  2. Continuité ou discontinuité du peuplement aux périodes classique et postclassique. Variations des modes d’occupation du ou des milieux environnants à travers le temps et l’espace. Les modes d’occupation sont envisagés sous leur forme matérielle: inscription de l’habitat dans le milieu, morphologie et articulation des réseaux et de leurs composants; ainsi que dans leurs implications socio-culturelles: fonctions des composants, exploitation de l’environnement, organisation sociale et territoriale.

  3. Corrélation entre les données archéologiques et les données ethnohistoriques aux plans de l’histoire régionale et de l’organisation sociale et territoriale au Postclassique récent (1250-1540 environ).

8Les méthodes de travail mises en oeuvre sont celles qui ont été expérimentées dans plusieurs recherches du même type que la nôtre (Adams 1961; Culbert 1965; Becquelin 1969; Adams 1972; Voorhies 1972; pour l’aire maya). Il s’agit d’obtenir à la fois une image générale de l’occupation régionale dans le temps et l’espace, et des images ponctuelles des établissements et de leurs éléments. On a combiné de façon économique trois techniques:

9La reconnaissance (Opération I), avec description des vestiges et collection du matériel de surface, effectuée en deux mois en 1974.

10Les fouilles rapides à la verticale, ou sondages (Opération II), réalisées principalement en 1975 durant 4 mois.

11Les fouilles de détail en tranchées dans deux sites représentatifs (Opération III), qui ont duré 2 mois en 1975.

12Parce que la recherche était limitée dans ses moyens, on ne prétendait pas donner des différents thèmes de l’habitat régional une expression quantitative. La démarche méthodologique a consisté, non pas en un échantillonnage statistique, mais en un échantillonnage raisonné des unités de recherche susceptibles de fournir le maximum d’informations dans le cadre des axes de travail définis: espaces à reconnaître, sites à dater, structures à fouiller, lots de matériel à analyser. La valeur cognitive des résultats de la reconnaissance et des fouilles est naturellement liée au degré de subjectivité qu’implique une telle démarche.

13Une présentation des cadres de référence de l’exposé suit cette introduction. Les chapitres 1 et 2 regroupent les données physiques, linguistiques et ethnohistoriques indispensables à l’étude archéologique de l’Alta Verapaz. Les résultats synthétiques des travaux que nous avons réalisés dans la zone de recherche sont données aux chapitres 3, 4 et 5. Les trois derniers chapitres sont consacrés aux interprétations finales de l’ensemble des données dont on dispose. Les sites reconnus, les dépôts spéciaux fouillés (sépultures, caches et autres) et le matériel archéologique sont décrits dans les annexes. On trouvera les illustrations indispensables à la compréhension du texte des chapitres regroupées après la conclusion générale, y compris les plans de sites. Le matériel est illustré dans les annexes.

Notes

1 Le principal site de San Jerónimo est El Portón (fig. 2).

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search