Version classiqueVersion mobile

Historia de la revolución de Nueva España

 | 
Fray Servando Teresa de Mier

Avant-propos

Marie-Cécile Bénassy-Berling

Texte intégral

1Ce livre est né d'un double constat. L'Historia de la revolución de Nueva España, qui n'a jamais cessé d'intéresser les mexicanistes, a toujours été rééditée telle quelle. Les nombreuses coquilles d'un texte unique ; la multiplicité des allusions aux événements comme aux idées de l'époque ; les difficultés d'accès à des sources innombrables, tout cela avait de quoi faire reculer les candidats éditeurs. Ajoutons que fray Servando est un homme inclassable qu'aucune école de pensée ne revendique pour sa propagande. Or notre centre de recherche se révélait suffisamment fourni pour que nous puissions faire jouer la complémentarité des compétences. Le CNRS nous aida à nous lancer dans l'aventure qui arrive à son terme aujourd'hui (RCP 08772).

2L'œuvre était connue comme le plus important témoignage sur le Mexique de l'Indépendance, mais la biographie de l'auteur nuisait à sa crédibilité. Ce dominicain non-conformiste incarcéré par son archevêque avant de se muer en roi de l'évasion offrait l'image d'un aventurier picaresque et affabulateur, d'un aristocrate impénitent, d'un feu-follet insaisissable. Il a d'ailleurs inspiré un beau roman, El mundo alucinante (1966) à l'écrivain cubain Reinaldo Arenas. La Historia est un ouvrage long, touffu et composé à la diable. Certaines parties polémiques ont perdu de leur intérêt avec le temps. Enfin, si Mier n'est pas toujours véridique dans ses Mémoires, il semblait l'être aussi peu comme chroniqueur politique, le propagandiste l'emportant sur l'historien.

3Sur le dernier point, notre travail n'a que trop confirmé sa réputation. Chez lui, l'art de manipuler les sources confine au génie. Mais pourquoi lui en vouloir s'il nous a prévenus à mots couverts dans son prologue ? Et si, surtout, il met ce talent au service d'un sentiment national tout à fait respectable. Il venait de constater à Cadix, en 1811, l'attitude violemment méprisante des Espagnols péninsulaires installés en Nouvelle-Espagne, attitude qui trouvait trop souvent une oreille complaisante aux Cortès. Le statu quo devenait intolérable, et l'environnement international était tel qu'il fallait frapper fort et faire flèche de tout bois. Les Anglais brandissaient devant les indépendantistes mexicains l'importance du nombre de colonisés qui combattaient dans les armées du colonisateur ; Mier minimise le phénomène et fait remarquer que l'héroïque Espagne compte elle aussi nombre d'"afrancesados".

4Néanmoins la Historia est un ouvrage incontournable pour les historiens. L'un des apports majeurs de la présente édition est de révéler le nombre et la qualité des amis et correspondants de l'auteur à l'époque où il écrit, et d'éclairer ainsi son témoignage. Sa documentation est incomplète, mais très souvent irremplaçable et de première main. Nous avons pu remonter à la source dans un très grand nombre de cas. En outre, même avec des prémisses discutables, il arrive à Mier de commenter l'histoire immédiate —et même l'histoire tout court— avec beaucoup de pénétration. Le Livre XIV offre une synthèse vigoureuse des relations complexes qui se sont développées pendant trois siècles entre l'Espagne et son Empire d'Amérique.

5Au total, Mier historien ne sort pas amoindri de l'épreuve. Le penseur politique en souffre un peu plus dans la mesure où la confrontation des textes le fait apparaître davantage comme un disciple que comme un maître. Néanmoins, gardons-nous toujours d'oublier qu'à Londres, dans ce milieu étroit, les échanges d'idées étaient constants et mutuels. Le journal londonien El Español du Sévillan José Blanco White, tant utilisé par Mier, lui doit aussi quelque chose. Et Mier met tout son magasin d'idées au service de sa patrie mexicaine. On le croyait vaniteux et un peu irresponsable. On s'aperçoit qu'il menait dans des conditions matérielles très difficiles un travail d'agent de liaison et de propagandiste aussi obscur qu'efficace. Son grand livre, il le signe d'un nom "de guerre" : José Guerra !

  • 1 Los orígenes del nacionalismo mexicano. México, Era, 1980, pág. 44.

6Mier est à la fois témoin, acteur politique (car la Révolution d'Indépendance se joue aussi à Londres), acteur culturel. Cet original est une des clés de sa génération. L'historien anglais David Brading a dit qu'il avait politisé les vieilles obsessions créoles pour réaliser un corpus d'idées véritablement mexicaines dont beaucoup sont devenues des éléments essentiels du nationalisme du pays1. Sur le côté disparate de ce corpus, le vocabulaire nous apprend presque tout. Outre les gallicismes de rigueur à cette époque, on trouve à la fois des noms indiens revendiqués, des formes castillanes archaïques et un prurit d'invention langagière révolutionnaire et pré-romantique. C'est la triple identité de Mier. S'il est exclu de voir en lui un vrai penseur systématique, il semble abusif de le taxer d'incohérence. Cette complexité est celle d'une époque. Même ses théories échevelées sur saint Thomas et Quetzalcoatl trouvent leur justification dans un sens national très authentique. Nous espérons le montrer, l'appendice qui lui est consacré fait partie intégrante du livre.

7Ce nationalisme n'exclut certes pas les influences venues d'ailleurs. De la "mère" patrie, d'abord, dans ses vieux auteurs comme Bartolomé de Las Casas, et dans les tout récents comme Jovellanos. Mais, en matière politique, chez cet adversaire de Rousseau, le poids des auteurs anglais est prédominant : Edmund Burke, Thomas Paine etc. La thèse centrale est que les royaumes d'Outre-mer étaient régis par un "pacte" avec la couronne d'Espagne, que la rupture de ce pacte est venue de la métropole, que les Américains en ont pris acte et ont décidé de se gouverner eux-mêmes. Critique à l'égard de la Constitution libérale espagnole de 1812, Mier invoque pour se révolter des structures espagnoles et des notions anglaises. La marque française se retrouve tout spécialement, et de façon quelque peu paradoxale, sur le terrain de la politique ecclésiastique, alors que la situation religieuse des deux pays était pourtant si dissemblable. Très croyant mais fort peu mystique, Mier contribua à faire connaître Las Casas à l'abbé Henri Grégoire ; en revanche, la tradition gallicane et jansénisante dont Grégoire était le meilleur représentant donna au religieux mexicain ce dont il avait le plus besoin, l'idée que l'anti-ultramontanisme ou la révolte contre les excommunications abusives étaient en fait le retour à une "ecclesia antiquior", que le sens latin et le sens moderne du mot révolution pouvaient coïncider.

8Mier mérite de rester pour l'histoire, mais aussi pour la littérature, grâce à sa flamme de polémiste, aux éclairs de son style. Nous espérons lui avoir donné sa lisibilité. Nous ne nous vantons pas d'être remontés à toutes les sources ; certaines, comme les correspondances privées, sont d'ailleurs définitivement inaccessibles, mais nous en avons retrouvé un très grand nombre, et fort significatives. Nous comptons bien que ce détour par les Archives va rendre Fray Servando plus vivant.

9Agradecemos muy especialmente a nuestra amiga Madame Christiane Lemaître, Professeur honoraire de Lettres Supérieures, su valiosísima cooperación. Tradujo al francés las citas latinas de Mier, y además, le debemos gran número de referencias y de fuentes. También damos las gracias a la maestra María del Carmen Ruiz Castañeda, Directora de la Biblioteca Nacional de México, por su ayuda, en particular por habernos regalado la edición de la Historia al cuidado de Manuel Calvillo (México, Instituto Mexicano del Seguro Social, 1980). Nos alentaron a publicar los Profesores Jean Meyer y François-Xavier Guerra: que conste la gratitud del equipo.

10En cuanto a los amigos que nos hicieron beneficiar de su pericia en materia de informática, no los nombramos aquí, pero ellos saben que valoramos enormemente su aportación. A no ser ellos, este libro estaría todavía en estado de borrador.

Retrato de fray Servando Teresa de Mier

Notes

1 Los orígenes del nacionalismo mexicano. México, Era, 1980, pág. 44.

Table des illustrations

Légende Retrato de fray Servando Teresa de Mier
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4128/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 671k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search