Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

N’yũhũ, les Indiens Otomis

 | 
Jacques Galinier

Remerciements

Texte intégral

1Le présent travail est le fruit d’un effort collectif auquel ont participé de nombreuses personnes à qui s’adresse ma reconnaissance.

2Tout d’abord, les Indiens Otomis, dont la coopération indéfectible a permis de réunir les données de terrain. Ce livre est en grande partie le leur.

3Ma gratitude s’adresse au professeur Pierre Métais, dont l’enseignement m’a éveillé au voyage. Par des encouragements et un appui jamais démentis, il m’a permis de mieux dominer, au fil des années, mon sujet d’étude.

4M. Guy Stresser-Péan, alors directeur de la Mission Archéologique et Ethnologique Française au Mexique, m’a accueilli en m’offrant les meilleures conditions de travail. Dès mon arrivée au Mexique, en novembre 1969, il m’a confié la tâche d’effectuer une étude ethnographique de l’ensemble du groupe otomi du Sud de la Huasteca, dont le présent travail esquisse quelques grandes lignes. Je lui suis reconnaissant d’un patient et constant soutien assorti d’un enseignement auquel cet ouvrage doit beaucoup.

5Ma gratitude s’adresse également au professeur Jacques Soustelle, directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, qui a toujours pris intérêt à mes recherches, dans un domaine qui lui tient à coeur.

6Je remercie tout particulièrement M. Christian Mériot, maître de conférences à l’Université de Bordeaux II, d’avoir accepté d’être mon juge à l’occasion de la soutenance de ma thèse.

7A Mexico, j’ai reçu l’aide amicale de Melles Catarina Voigtlander et Artemisa Echegoyen, membres du Summer Institute of Linguistics, dont les travaux sur la langue otomi m’ont été utiles.

8Mes collègues mexicains méritent une mention spéciale pour l’intérêt qu’ils ont porté à mes travaux. J’ai trouvé auprès d’eux une aide et un esprit de coopération qui ont facilité ma tâche. Je me dois également de remercier le professeur Carrasco, qui m’a conseillé et encouragé à plusieurs reprises dans mes recherches.

9Au cours de mon séjour à la Mission Française, j’ai bénéficié de la collaboration indispensable de ses membres. Mme Stresser-Péan s’est chargée des questions administratives et du matériel. Mme Françoise Bagot et M. Yves Baudouin (dont les dessins illustrent cet ouvrage) ont assuré avec talent la reproduction de mes croquis de terrain et du matériel ethnographique A M. Victor Lagarde, je dois le soin d’avoir assuré le développement d’une abondante documentation photographique ; M. Alain Breton, ethnologue, m’a apporté un précieux concours dans l’établissement des plans de communautés. M. Henri Puig, maître assistant de botanique à l’Université Paul Sabatier de Toulouse, s’est attaché à la détermination scientifique d’un échantillon de plantes médicinales de Santa Ana Hueytlalpan. Pendant les dix-huit mois de notre collaboration, M. Etienne Turra s’est révélé un excellent compagnon de terrain. Son approche écologique m’a aidé à mieux comprendre les problèmes du milieu naturel de la Sierra.

10Je n’oublierai pas Mme Marie-Josèphe Auger, qui s’est consacrée à la frappe dactylographique d’un manuscrit ingrat, et Melle Claire Céra, chargée de la supervision de l’ouvrage et de la correction des épreuves.

11Que toutes et tous veuillent bien trouver ici l’expression de ma gratitude.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540