Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Masson dans le Trait d’Union

Chapitre II. Les années de la Réforme

A) 1855-1857

Texte intégral

DE LA TOLÉRANCE DES CULTES

1Nous lisons dans la brochure publiée récemment en défense du parti conservateur :

”Ces jours derniers, un journal a proposé, en matière religieuse, la Tolérance des cultes dans la république. Pour tout homme qui pense, cette circonstance ne manque pas de signification, que c’est un journal étranger [Le Trait d’Union] qui a jeté ce nouveau combustible dans le brasier des passions politiques en ce moment excitées.
”En effet, il n’est, en quelque sorte, pas un seul Mexicain, quelles que soient ses opinions religieuses et politiques, qui ne soit convaincu que cette mesure, qui n’est certainement en rien nécessaire à notre pays, nous plongerait dans des maux infinis.
”La liberté de conscience existe, de fait, parmi nous. Croit-on qu’en établissant, de droit, la tolérance des cultes, il y aura, tout d’un coup, une immigration considérable d’étrangers ? Erreur des plus grossières ! Les étrangers ne portent leur intelligence et leurs bras que là où règne la paix, et où, par conséquent, ils trouvent des garanties pour leurs personnes et leurs propriétés, et la tolérance des cultes, au Mexique, où il faudrait commencer par établir la diversité de ces mêmes cultes, ne peut produire la paix, mais doit, au contraire, engendrer la guerre de religion, qui est la pire de toutes.
”Ni la nature de cet écrit, ni le tems dont nous pouvons disposer ne nous permettent de traiter la question avec l’attention qu’elle mérite. Nous ferons une seule indication : La seule chose que les révolutions aient laissé debout, parmi nous, est le principe religieux : une fois ce principe détruit, le seul lien d’union qui existe aujourd’hui sera rompu au Mexique.”

2Qu’ont voulu dire MM. les conservateurs en relevant notre qualité de journaliste étranger ? Auraient-ils, par hasard, sous entendu que nous avons quelqu’intérêt dans la question ? S’il en est ainsi, leur erreur est grande : catholiques comme eux, nous n’avons pas besoin, pour nous, de tolérance des cultes ; nous avons parlé pour le pays et dans l’unique intérêt du pays ; nous avons dit et nous répétons que le Mexique ne sera digne de la liberté politique et sociale et n’arrivera à conquérir ces deux biens inestimables, qu’alors qu’il saura respecter et proclamer la plus sainte, la plus sacrée, la plus inviolable de toutes les libertés, celle de la conscience.

3Ce principe est tellement reconnu, tellement établi et si hautement proclamé partout ailleurs que dans les pays d’origine espagnole, que nous avons vraiment honte de le discuter. Alors que, dans tous les pays civilisés, les conservateurs les plus endurcis sont les premiers à soutenir et à défendre la tolérance des cultes ; alors qu’aux Etats-Unis, ce grand foyer de la démocratie, règne en souveraine, non pas la tolérance, mais la liberté la plus absolue dans l’exercice de toutes les religions, la majorité des rouges eux-mêmes s’obstine à prêcher l’exclusivisme religieux, à Madrid, à Mexico et dans toutes les républiques hispano-américaines. Cette circonstance mérite bien mieux que l’initiative du Trait d’Union, d’appeler l’attention des hommes qui pensent.

4C’est que tous les despotismes se ressemblent, celui des rois comme celui des prêtres, et qu’il faut des siècles pour détruire, dans l’esprit d’un peuple, les préjugés et les habitudes qu’y ont plantés des siècles de domination absolue et d’oppression liberticide, en matière religieuse comme en matière politique. L’Espagne, le Mexique et les autres républiques d’origine espagnole paient aujourd’hui la faute de leur éducation première ; les descendants des grands Inquisiteurs, si fort avancés en despotisme religieux, il y a peu de tems encore, devaient nécessairement rester en arrière des autres peuples en matière de liberté de conscience.

5La civilisation qui a si fort pénétré chez ces peuples à tous les autres points de vue, n’y a pas fait un pas, au point de vue religieux, depuis l’abolition du Saint-Office.

6La liberté de conscience existe de fait au Mexique, dites-vous ? La liberté de conscience existait également en Chine, du tems où l’on y crucifiait les missionnaires ; ces courageuses victimes avaient parfaitement le droit d’être intérieurement catholiques, mais si elles faisaient des prosély tes et si elles exerçaient publiquement leur culte, on les mettait en croix ; à la différence du châtiment, l’Espagne, le Mexique et la Chine en sont au même point de civilisation religieuse.

7Pour les Turcs, les chrétiens sont des chiens, mais il est permis à ces chiens d’exercer leur culte en Turquie.

8La tolérance des cultes n’amènerait pas l’immigration ? Voyons, franchement, Messieurs les conservateurs, en bons et fervents catholiques que vous êtes, consentiriez-vous volontiers à vous en aller, avec vos femmes et vos enfants, vivre dans un pays qui vous laisserait le droit d’être religieux à votre manière, dans votre for intérieur, mais qui vous défendrait de manifester extérieurement votre culte ? Evidemment non.

9Ce que vous ne feriez pas, pourquoi les immigrants d’Europe le feraient-ils, pour s’établir au Mexique ?

10C’est la confiance qui amène l’immigration ; or, en Europe, à tort ou à raison, on pense comme nous, c’est à dire que l’intolérance religieuse est une très mauvaise recommandation, et qu’on a peine à croire à la vérité, de la liberté politique et de la liberté sociale, dans un pays où la liberté de conscience n’existe pas.

11La tolérance des cultes amènerait la guerre religieuse au Mexique ? Voilà qui devient plus curieux ; MM. les conservateurs ont-ils oublié que toutes les guerres religieuses sont nées de l’intolérance, et que la tolérance engendre, au contraire, la conciliation et l’harmonie ? Si, comme ils le prétendent, l’intolérance religieuse n’empêchait pas l’immigration, et si les étrangers arrivaient en foule sur le territoire de la république, alors, indubitablement, nous aurions à redouter les guerres religieuses ; car toutes les libertés, quelles qu’elles soient, finissent par triompher du despotisme ; la lutte est plus ou moins longue, mais elle est inévitable, et les nouveaux venus combattraient un jour pour la liberté de leur conscience, comme le Mexique a combattu pour son indépendance et sa nationalité. Quelle aurait été l’origine de cette lutte ? L’intolérance ! avec la tolérance des cultes elle n’aurait ni motif ni raison d’être.

12La tolérance des cultes serait détruire l’unité religieuse au Mexique ? Au tems colonial, l’Espagne posait le même principe en matière politique : l’accès du Mexique était interdit aux étrangers pour conserver l’unité nationale. Où trouvera-t-on, maintenant un seul avocat de ce système absurde ? Est-ce que l’unité nationale du Mexique indépendant a jamais couru quelque danger du contact des étrangers qui y sont librement entrés ? En quoi l’unité religieuse serait-elle plus exposée ?

13La tolérance des cultes moraliserait le clergé mexicain qui en a grand besoin ; voilà quelle en serait la conséquence la plus immédiate, et voilà ce qu’on ne veut pas.

14Mais laissons là tous ces sophismes. La liberté de conscience est la base de toutes les libertés ; sans elle les partisans de la liberté politique et de la liberté sociale n’arriveront à rien. Voyez l’Espagne ! Voyez tous les pays d’origine espagnole, sans exception aucune ! Pourquoi ces vains efforts, ces tentatives avortées pour se constituer libéralement d’une manière stable et permanente ? Partout, la cause est la même : absence de liberté de conscience ! Il faut au triangle ses trois angles : liberté religieuse, liberté politique et liberté sociale !

15Causeries politiques. 19 septembre 1855

RAPIDITÉ DES COMMUNICATIONS

16La nouvelle de la nomination de M. le général Alvarez à la présidence a été reçue, le 20 octobre, à Tampico, par la voie de la Nouvelle-Orléans. Si surprenant que puisse paraître ce fait, il ne faut pas s’en étonner outre mesure, car il a fallu trois jours pour qu’on connût à Mexico, positivement, le résultat de l’élection faite à Cuernavace ; la nouvelle, partie par le télégraphe, est arrivée à Veracruz au moment du départ du steamer, et les habitants de la Nouvelle-Orléans l’ont connue presque aussitôt que nous.

17Faits divers mexicains. 7 novembre 1855

CÉLÉBRATION DE LA PRISE DE SÉBASTOPOL

18Nous entreprendrions une tâche impossible, si nous avions la prétention de retracer les mille incidents, l’entrain, l’éclat, l’animation et la magnificience des fêtes par lesquelles les Français, les Anglais et les Sardes résidant à Mexico viennent de célébrer les glorieux faits d’armes de Crimée ; c’était un spectacle à voir ; la plume ne saurait qu’en donner une bien faible idée ; nous essaierons néanmoins de peindre, aussi fidèlement que possible les scènes si diverses et si émouvantes qui nous sont passées sous les yeux. Depuis bien long-tems, croyons-nous, la capitale du Mexique n’avait présenté pareil coup d’œil, et nous osons presque affirmer que nulle part hors d’Europe, la chute de Sébastopol n’a été célébrée avec autant d’enthousiasme et de solennité qu’à Mexico.

19Le samedi 10 - Illumination et feux d’artifice.

20Dès la matinée du samedi, les préparatifs ont commencé par les illuminations du soir ; on plaçait les transparents ; on disposait les verres aux trois couleurs ; on arborait et on accouplait les drapeaux ; ces préparatifs, seuls, donnaient déjà à la ville une animation inaccoutumée. A la nuit, les rues ont commencé à s’allumer ; une heure après, elles étaient en feu, et brûlaient de toutes les couleurs. Il est vraiment impossible de se rendre compte, sans l’avoir vu, de l’effet magnifique produit pas ces cordons lumineux aux nuances éclatantes, se mélangeant aux drapeaux des puissances alliées, et formant soit des dessins fantastiques et allégoriques, soit des inscriptions où se lisaient en feu le nom de Sébastopol, ceux des principales victoires de Crimée et ceux des généraux qui les ont remportées. Les transparents, nombreux et généralement de bon goût, ne constituaient certes pas la partie la moins curieuse de la manifestation ; ils respiraient, avant tout, la plus touchante fraternité entre les diverses puissances alliées.

21Les rues première et seconde de Plateros, de la Profesa, de San Francisco, del Espiritu Santo, de Puente del Espiritu Santo, del Angel, du Coliseo Viejo, del Refugio, de Cadena, première et seconde de la Monterilla, de las Capuchinas, San Agustin, Don Juan Manuel, San Bernardo, del Seminario, de Tacuba, Zuleta, du théâtre Principal, le callejin del Espiritu Santo, les portails de las Flores, de Mercaderes et de los Agustinos, l’Alcaiceria, les rues diverses de Nuevo-Mexico, toute cette partie de terrain nouvellement construite derrière l’Acordada, et appelée la colonie française, tous les points enfin où réside un Français, un Anglais ou un Sarde étaient brillamment et élégamment illuminés. Beaucoup de Mexicains et d’étrangers autres que les alliés, faisant preuve de courtoisie et de sympathie, s’étaient également joints à la manifestation qui paraissait ainsi presque générale […]

22M. le Ministre de France avait choisi pour allégorie, dans l’illumination de son hôtel, place de Buenavista, la croix de la légion d’honneur portant au centre le portrait de l’Empereur Louis Napoléon ; cette croix a paru, le lendemain dans l’Alameda, à l’une des portes du rond-point principal, en face de l’entrée par Corpus Cristi.

23Les transparents, excessivement variés dans leurs formes et dans leur esprit, se faisaient souvent remarquer par la noblesse de leurs pensées et par les idées ingénieuses auxquelles ils devaient leur création.

24Un de nos compatriotes de la rue de Plateros avait écrit sur le sien : Gloire aux vainqueurs ! Respect aux vaincus !

25Un autre avait eu l’heureuse idée de mettre le commerce et l’industrie sous la protection d’un zouave et d’un highlander.

26Chez M. Croisé, rue de la Profesa, le transparent représentait une tombe sur laquelle la Patrie versait des larmes ; on lisait : aux braves morts pour la patrie, la postérité reconnaissante.

27Chez M. Limantour, rue del Refugio, une colossale inscription lumineuse faisant le tour du portail laissait lire : Gloire aux alliés de Sébastopol !

28Sur une foule de points, le zouave, le highlander, le Sarde et le Turc fraternisaient cordialement ; ailleurs, s’étaient les bannières alliées qui se mêlaient harmonieusement en un seul et même trophée ; plus loin, on voyait les portraits pédestres et équestres des souverains et des principaux généraux alliés ; le transparent qu’avait adopté le Trait d’Union représentait une bombe faisant explosion ; au dessus, volaient dispersées les lettres qui forment le nom de Sébastopol.

2914 novembre 1855

LA RÉACTION

30Certains de nos confrères s’amusent, en pure perte assurément, à rechercher quels sont les principes et les tendances de la réaction. Il en est même qui se préoccupent de la force des réactionnaires. Nous ne comprenons ni l’utilité, ni l’importance d’une pareille discussion quand les faits parlent si clairement d’eux-mêmes.

31La réaction, par elle-même, n’a ni principes, ni tendances ; des intérêts seuls, lui servent de mobile : –Intérêts du clergé qui voudrait, s’il était possible, ressaisir avant qu’elle ne s’écroule entièrement, sa puissance temporelle bien autrement importante, à ses yeux, que la puissance spirituelle ; intérêts de quelques méchants militaires destitués, ou regrettant le bon tems où tout leur était permis ; intérêts, enfin, de tous les voleurs de grands chemins et de tous les bandits de la république, enchantés de pouvoir cacher sous le drapeau d’une faction, le sang qu’ils versent et le produit de leurs vols.

32Lorsque, le 15 octobre, dans la matinée, la ville de Tulancingo a été envahie par 140 prononcés commandés par le fameux général Gutierrez et l’honnête espagnol Cobos, on comptait, parmi ces 140 patriotes, 25 officiers destitués, 40 voleurs à cheval et deux prêtres ; le reste se composait de pauvres héros auxquels il a été facile de laisser croire, comme l’a dit grotesquement un des coryphées de la révolution, que le gouvernement de M. Comonfort fait la guerre à Dieu !

33Voilà donc quels sont les apôtres de la religion ; quelques curés immoraux mis au ban de l’opinion publique ; quelques militaires sortant des tripots pour entrer dans la révolution, et beaucoup de bandits et de voleurs faisant leurs petites affaires au milieu du désordre.

34Nous disions dernièrement, et ce n’est certes pas sans motifs, que si Dieu lui-même était président du Mexique, on ferait des pronunciamientos contre lui. Les choses en sont arrivées à ce point, en effet, que le premier chenapan venu peut être sûr, à l’avance, de créer de sérieux embarras au gouvernement, rien qu’en agitant un drapeau révolutionnaire. Peu importe la couleur du drapeau ; peu importe qu’il soit sale ou qu’il soit propre : il y a dans la république une population flottante qui ne manquera pas de venir, au premier appel, se grouper sous ses plis, pour y chercher une impunité scandaleuse et des garanties dont la société fait les frais.

35Quand le Congrès a voté, récemment, à l’unanimité, l’abolition de la peine de mort en matière politique, nous avons combattu cette décision dangereuse avec toute l’énergie d’une profonde conviction et d’une sympathie raisonnée pour le malheureux pays où nous résidons ; notre voix est restée sans écho ; nous avons été même l’objet de récriminations assez vives ; voyons ce qui se passe, cependant :

36Un homme sans prestige et sans moralité, convaincu, sous Santa-Anna, –peu scrupuleux en pareille matière, - d’avoir à plusieurs reprises dilapidé les fonds de son régiment, proclame à Puebla, la révolution, en inscrivant deux mots sur son drapeau : Religion et fueros !

37Il n’en faut pas davantage : la population flottante, dont nous parlions il n’y a qu’un instant, monte à cheval, prend ses armes, se rend aux bords des chemins, arrête, vole, assassine les voyageurs ; se forme en bandes nombreuses ; envahit les exploitations agricoles, les villages, les villes ; emprisonne, fusille, met les citoyens à la rançon, s’empare des revenus publics, des fortunes privées, pille, saccage, incendie, –le tout, au cri de religion et fueros !

38Voilà quels sont les principes et les tendances de la réaction. Que la religion et les fueros triomphent, et ces mêmes hommes auront bientôt trouvé, pour continuer leur commerce, un autre drapeau, d’autres mots.

39Quant à la force des réactionnaires, elle est toute négative et ne résulte que de la faiblesse morale du gouvernement. Une prétendue révolution qui ne peut invoquer un seul principe et qui n’a pas, à sa tête, un seul homme honorable ; une prétendue révolution qui recrute ses partisans parmi les bandits de grands chemins, n’est et ne peut être qu’une lutte coupable du vice et du crime contre la société.

40Un fait assez remarquable et sur l’appréciation duquel nous reviendrons, est la quantité prodigieuse d’Espagnols qui, sur tous les points, apparaissent à la tête ou dans les rangs des insurgés ; la Nacion qui se plaignait amèrement, il y a quelques jours des opinions écrites des deux journaux français de la capitale, ne nous a rien dit de cette participation bien autrement active dans les affaires du pays ; nous tiendrions beaucoup à connaître son avis à cet égard.

41Bulletin. 19 janvier 1856

SOCIÉTÉ ANONYME

42M. le Président de la république a rendu, le 28 janvier, le décret dont voici la teneur ;

43Art. 1er. Autorisation est donnée à M. Réné Masson et ses associés pour former une société anonyme, composée de nationaux et d’étrangers, dans le but d’explorer et d’exploiter, dans toute la république, les placeres d’or, ainsi que les veines d’argent, de cuivre, de fer, de plomb, d’étain, de mercure, de charbon et de toute autre substance minérale qu’il découvrira ou acquerra légalement, soit par dénonciation, achat ou contrat d’avio, en se soumettant à toutes les dispositions en vigueur sur la matière, et en respectant les droits acquis et conservés antérieurement, conformément aux mêmes lois (Suivent les sept autres articles du décret) […]

44Pourquoi j’ordonne, etc.—Donné au palais du gouvernement national, à Mexico, le 28 janvier 1856 - Ignacio Comonfort.

45Il y a, derrière le décret que nous venons de reproduire, une affaire colossale dont nous aurons, plus d’une fois, l’occasion de parler à nos lecteurs. Qu’il nous suffise de dire, aujourd’hui, qu’il s’agit d’appliquer les principes du système d’association, dans leur plus grande extension, à l’exploitation des mines, cette industrie-mère du Mexique.

46Former un gros capital à l’aide de versements périodiques qui soient à la portée de toutes les bourses, telle est l’idée principale du projet. Partant de données déjà acquises, données qui promettent plus que ne pourrait inventer l’imagination la plus féconde, la société doit opérer en quelque sorte à coup sûr, et ses ressources pécuniaires qui lui permettront d’agir en même tems, sur une foule de points, lui garantissent les résultats les plus grandioses. Vingt-cinq personnes choisies parmi les plus notables du pays, sous le rapport de l’intelligence, de la position et de la moralité, formeront, sous le titre d’associés fondateurs, le conseil d’administration de la société ; la publicité la plus grande sera donnée à tous les actes de ce conseil, et la partie scientifique de l’entreprise sera confiée aux meilleurs ingénieurs du pays en compagnie d’habiles ingénieurs européens, de manière à réunir, pour le bénéfice commun, la pratique et la théorie.

47Faits divers mexicains. 16 février 1856

VOTE DE LA LOI JUAREZ

48Le Congrès s’est occupé, lundi dernier, de la discussion du rapport remarquable de sa commission sur la loi d’administration de la justice connue sous le nom de loi Juarez. MM. Barrera, Castañeda, Jaquez, Gamboa, Mariscal, Escudero, Arriaga, Villalobos et Fuentes ont pris part à cette première lutte parlementaire. Plusieurs de ces orateurs demandaient que la discussion fût suspendue, la loi dont s’occupait le Congrès touchant à des questions qui rentraient dans la constitution, et qui devaient trouver leur solution dans les dispositions mêmes du pacte fondamental. Cette opinion, formulée dans une proposition de M. Jaquez, a été repoussée presqu’à l’unanimité.

49Il était facile de voir, dès ce début, que la loi Juarez serait ratifiée à une immense majorité ; mais nous sommes de l’avis si éloquemment exprimé par M. Ponciano Arriaga : nous aurions préféré que le Congrès n’ouvrît pas cette discussion, et qu’il se contentât d’approuver tacitement l’œuvre de M. Juarez. Discuter ainsi un acte sanctionné par l’opinion du pays et par une campagne glorieuse, ne peut avoir pour résultat que d’en atténuer l’effet en agitant les esprits. La ratification du Congrès n’ajoutera pas le moindre prestige à la loi, et les débats auraient pu lui retirer une partie de celui qu’elle a légitimement conquis […]

50Bulletin. 23 avril 1856

LE DÉCRET DU 25 JUIN

51Nous avons promis de revenir sur la circulaire expédiée par M. Lerdo de Tejada aux gouverneurs d’Etats pour expliquer la mesure importante que proclame le décret du 25 juin.

52M. Lerdo déclare que cette mesure doit être envisagée sous deux aspects, pour qu’on l’apprécie convenablement : d’abord, comme une disposition qui va faire disparaître l’une des erreurs économiques qui ont le plus contribué à rendre la propriété stationnaire au Mexique, et à entraver le développement des arts et des industries qui en dépendent ; ensuite, comme le moyen indispensable d’aplanir le principal obstacle qui se soit opposé, jusqu’à ce jour, à l’établissement d’un système tributaire uniforme et d’accord avec les principes de la science, en mobilisant la propriété foncière qui est la base naturelle de tout bon système d’impôts.

53Sous le premier aspect, il suffit –d’appeler l’attention sur les avantages que la mesure offre tout d’abord aux locataires des immeubles appartenant aux corporations ; sur le bénéfice que tirera la société de la mise en circulation de cette masse énorme de propriétés foncières, et enfin, sur l’impulsion que recevront les arts et l’industrie par suite des améliorations continuelles qui se réaliseront dans les immeubles nouvellement aliénés, du jour où ils seront convertis en propriétés particulières et soumis à de fréquentes mutations, –pour comprendre les excellents résultats que doit inévitablement produire la loi.

54Au second point de vue, indépendamment des ressources que se procurera immédiatement le trésor national par l’impôt sur les mutations de propriétés qui seront la conséquence naturelle de la loi, ressources qui, dans les tems difficiles que traverse la République, mettront le gouvernement en mesure de faire face aux nécessités principales de l’administration publique, sans recourir aux moyens ruineux qui, malheureusement, ont été depuis si longtems et constamment mis en oeuvre, M. le président se propose d’asseoir une base certaine pour l’établissement d’un système d’impôts dont les produits, sans tarir les sources de la richesse publique, suffisent à couvrir les nécessités du gouvernement et permettent à ce dernier d’abolir, une bonne fois, toutes ces gabelles, héritage funeste de l’époque coloniale, qui se sont perpétuées dans le pays, et qui paralysent le commerce au grand préjudice de l’agriculture, des arts, de l’industrie et de toute la nation.

55Pour réaliser ces fins importantes, la loi n’applique aucune de ces mesures violentes qu’on avait adoptées, pour le même but, dans d’autres tems, contre les principes éternels de la justice et de la morale publique, car M. le président, dans la conviction profonde que la plus sage politique n’est pas celle qui tend à détruire les intérêts existants, mais bien celle qui les met tous en harmonie pour qu’ils contribuent, dans leur union, à la grande fin que se proposent les sociétés pour améliorer leur condition, s’est efforcé de respecter et de concilier les intérêts pouvant se trouver en contact avec la loi.

56M. Lerdo démontre ensuite que le but cherché par M. le président est complètement atteint par la mesure que consacre le décret du 25 juin. Les intérêts de la société, qui doivent passer toujours en première ligne, ceux des locataires actuels, ceux des nouveaux acquéreurs, ont été conciliés de la manière la plus heureuse.

57Nous ne pousserons pas plus loin l’analyse de la circulaire de M. Lerdo ; nous venons d’en résumer l’idée principale.

58Il faudrait fermer obstinément les yeux à la lumière pour ne pas convenir de la sagesse et de la vérité de ces observations.[…]

59Alors que les immenses résultats du décret du 25 juin ne seraient pas aussi palpables qu’ils le sont, nous applaudirions encore de toutes nos forces à cette mesure, car elle est du plus heureux augure : l’administration du pays est enfin sortie de l’ornière du passé, et l’initiative à laquelle M. Lerdo vient d’attacher son nom nous prouve qu’il y a encore de la vie là où nous n’avions trouvé, depuis si longtems, qu’un engourdissement mortel.

602 juillet 1856

LES PRÊTRES ET LES FEMMES

61Le prêtre domine la femme, la femme domine l’homme et l’homme est l’élément constitutif de la société ; voilà, en deux mots, ce qui se passe au Mexique ; la Sociedad pourra crier au scandale et nous démentir autant qu’elle le voudra ; nous la laisserons nier l’évidence.

62Cette influence du prêtre sur la société mexicaine serait un bien immense, si elle était dignement, honorablement, ”religieusement” exercée ; mais tel n’est pas le cas : ce sont des intérêts matériels, c’est sa puissance temporelle que le clergé mexicain cherche à défendre surtout à l’aide de son influence ; c’est l’intolérance qu’il prêche, au lieu de l’indulgence et de la charité ; tous ses efforts tendent à la conservation des abus qui l’enrichissent et le fortifient, à l’empêchement des réformes qui pourraient menacer sa puissance ou le forcer à se moraliser. […]

63La tolérance religieuse est, pour les mauvais prêtres, un légitime sujet d’appréhension, car elle mettrait bientôt à nu, par la comparaison, leur indignité si perfidement dissimulée dans l’état de choses actuel. […]

64C’est dans les pays où la tolérance religieuse existe, que les ministres du culte sont le plus respectables et le plus respectés.

65Bulletin. 12 juillet 1856

LES JOURNAUX ÉTRANGERS ET LA CAUSE DU LIBÉRALISME

66Nous demandons pardon à nos chers lecteurs si nous nous occupons un peu de nous-mêmes aujourd’hui ; ils savent que ce n’est pas notre habitude ; mais nous venons d’être l’objet d’une attaque à laquelle nous étions si loin de nous attendre, qu’il nous faut bien chercher à nous défendre.

67La Crónica de la Semana est une revue hebdomadaire qui en est à son quatrième numéro. Ce numéro bien que portant la date du dimanche, 17 août, ne nous a été remis que le samedi, 23 ; nous y lisons la diatribe suivante :

68Journaux étrangers” Trois journaux étrangers se publient, en ce moment, dans la capitale et ils seraient de grande utilité, par l’instruction et le talent de leurs rédacteurs, s’ils ne commettaient pas la faute de s’immiscer dans la discussion de nos questions politiques, au point de devenir véritablement partisans (partidarios), et de censurer assez souvent le gouvernement, en lui faisant une opposition directe. Il nous semble que cela dépasse les limites du droit que la loi doit accorder à l’homme pour écrire en pays étranger. Nous croyons que les ultra-réformateurs de nos jours conviendront eux-mêmes avec nous qu’il est des droits politiques dont les étrangers ne doivent pas jouir, et qui sont réservés exclusivement aux nationaux dans tout pays. Nous citerons, comme preuve de cette assertion, ce qui a été proposé dans le projet de constitution et ce qui a été adopté déjà par le congrès, relativement aux droits d’association et de pétition, en matière politique. Les étrangers ont été exclus de l’un et de l’autre droit et ces résolutions prises à ces égards par le congrès ont paru tellement convenables à l’intérêt public, et tellement conformes au droit public des autres nations, qu’elles n’ont même pas donné lieu à la plus légère discussion, dans une assemblée où l’on avait, il y a peu de tems, si grandement exagéré les droits des étrangers en matières politiques. Nous ne parlerions pas sur ce sujet, si ce n’était parce que l’un des écrivains étrangers de notre pays en est venu jusqu’à l’excès de soutenir et de propager, dans son journal, les doctrines anarchiques et dissolvantes du socialisme et du communisme. Nous appelons, sur ce point, l’attention de M. le ministre de l’intérieur pour qu’il prenne les mesures qu’il jugera convenables. Loin de nous la pensée de vouloir qu’on supprime, dans notre pays, des journaux qui, rédigés avec impartialité, peuvent être de très grande utilité à nos concitoyens.”

69Cette attaque au moins étrange a été déjà saluée de la protestation du Siglo et du Monitor ; nous reproduirons les réflexions qu’elle leur a suggérées ; nous lisons donc dans le Siglo :

70Journaux étrangers. La Crónica de la Semana contient, dans son dernier numéro, une espèce d’avertissement aux journaux étrangers qui se publient dans cette capitale. La Crónica les accuse de se mêler à la discussion de nos questions politiques, de censurer le gouvernement et de lui faire opposition. Rien de tout cela ne leur est défendu conformément à la loi sur la presse, que M. Lafragua lui-même a expliquée en disant que les étrangers peuvent exercer la liberté d’écrire. Comme, dans les journaux étrangers, il n’y a pas de faux signataires, {firmones,} mais bien des écrivains parfaitement connus ; en cas d’infraction, on n’a qu’a recourir à la loi.

71”La Crónica ne paraît pas très fortement portée à ce que les étrangers usent de la presse et elle s’appuie sur les articles du projet de constitution approuvés déjà sur le droit de pétition et de réunion, droit qui n’est pas accordé aux étrangers, en matière politique.

72”La Crónica peut voir que l’article relatif à la liberté de la presse n’exclut pas les étrangers. Et pour cela, il existe un motif : la simple discussion des matières politiques gagne à ce qu’y prennent part tous les hommes, quelque soit le lieu de leur naissance.

73”Nous ferons également remarquer que les trois journaux étrangers qui se publient actuellement sont libéraux et progressistes ; ils ont défendu un grand nombre de mesures du gouvernement, et peut-être ils ont, pour la Crónica, le défaut de ne pas louer toujours ce dernier. Cela est impossible pour des écrivains indépendants. Mais, bien qu’ils se livrent, quelquefois, à une critique décente et raisonnée, il n’y a pas d’opposition systématique de leur part, et il est entièrement faux qu’un des journaux étrangers défende et propage le communisme.”

74Voici, maintenant, les réflexions du Monitor :

75La Crónica.— Notre attention a été appelée par le paragraphe qu’a publié cette revue, dans son dernier numéro, sous le titre de Journaux étrangers.

76”Les journaux auxquels la Crónica fait allusion n’ont pas manqué à la loi, et, au contraire, ils prêtent, tous les jours, de très bons services à la cause libérale.

77”Au lieu de mériter un blâme, leurs rédacteurs ont droit à la reconnaissance des Mexicains, et nous, pour notre part, nous nous plaisons à les considérer comme nos collègues.”

78Nous nous contenterions, pour notre défense, de la généreuse initiative de nos collègues, et nous abandonnerions la diatribe de la Crónica au dédain et au ridicule qu’elle mérite, si nous ne tenions, en toute circonstance, à établir nettement les positions.

79L’article de la Crónica, pris en lui-même, n’a pas la moindre portée ; rapproché de certaines circonstances, il nous afflige plutôt qu’il ne nous irrite.

80La Crónica passe, à tort ou à raison, mais à raison plutôt qu’à tort, pour être chaudement et presqu’exclusivement dévouée à un membre du cabinet. Or, par une coïncidence assez malheureuse, certains actes et certaines paroles de ce membre du cabinet ont été simultanément critiqués, avec décence et mesure, par les trois journaux étrangers qui n’ont eu, pour en agir ainsi, aucun autre intérêt que celui de leur conscience. Les rédacteurs de la Crónica, dans leur zèle maladroit, ont voulu venger leur idole en mettant en évidence cette unanimité d’appréciation qui est un fait grave, à notre avis, et qu’ils auraient dû laisser tomber dans l’oubli.

81Le Trait d’Union croit, consciencieusement, avoir rendu quelque service à l’administration actuelle, qui a toutes ses sympathies ; il l’a fait courageusement, par pure conviction, et en méprisant certains périls devant l’éventualité desquels d’autres auraient pu reculer à sa place. Mais il ne poussera jamais son concours jusqu’à louer, dans ses colonnes, ce qu’il désapprouve dans son for intérieur, et jamais il ne lui est venu à l’idée, comme à MM. de la Crónica, de prendre l’individualité d’un ministre pour le gouvernement.

82Bulletin. 25 août 1856

LA LEVA

83On ne parle que de cela, et certes, ce n’est pas sans motifs. Nous n’avons jamais vu rien de plus attentatoire à la dignité de l’homme, à la liberté du citoyen, à l’humanité, à la raison et à la politique, que la leva telle qu’elle se pratique à Mexico.

84Il a été rendu, tout récemment encore, une foule de dispositions qui la prohibent ; il y a quelques jours à peine, la commandance-générale du District niait énergiquement un cas isolé qu’avait dénoncé l’un de nos collègues, —et, cependant, nous voyons, en plein jour, en pleine rue, par ordre de nous ne savons qui, mais par ordre, des piquets de cavalerie et d’infanterie saisir tous les malheureux qu’ils rencontrent, user de violence vis à vis d’eux, les emmener, les mains liées quelquefois, comme des troupeaux de bétail, les parquer au palais, ou les emballer dans des omnibus pour en faire … devinez quoi ? des soldats et des défenseurs du territoire national !

85Un homme de coeur et de bon sens ne peut voir de pareilles choses sans être vivement ému, et nous croirions manquer à notre devoir en ne flétrissant pas, comme elle le mérite, une mesure que rien absolument ne saurait justifier,

86D’abord, disons bien à nos lecteurs du dehors ce qu’est la leva telle que nous l’avons vue, de nos propres yeux vue. Au moment où nous écrivons, lundi, huit heures du soir, il y a, devant notre porte, un piquet de quelques soldats, –on appelle cela des commissions– placés en embuscade pour arrêter au passage des citoyens inoffensifs qui, se reposant sur les promesses qu’on leur a faites de respecter les garanties individuelles, vaquent paisiblement à leurs affaires. Ce que font ces soldats, le soir, dans l’ombre, d’autres l’ont fait au grand soleil, hier, avant-hier, et les jours précédents. Malheur à qui ne porte pas habit, redingote ou paletot ! il est impitoyablement saisi, on ne lui permet pas d’observations, on n’écoute pas ses réclamations, on ne le laisse pas avertir sa famille … il est pris, il est soldat … la patrie a besoin de défenseurs !

87Voyez-vous cet artisan dont le travail suffit à peine au soutien d’une famille nombreuse, attendant impatiemment son retour pour se procurer le pain de la journée ? Ce soir, il ne rentrera pas ; la famille mangera-t-elle ? Ce n’est pas l’affaire de la commission.

88Mais vous, qui donnez de pareils ordres mettez-vous un instant à la place de ces infortunés ; peut-être alors compren-drez-vous tout ce qu’il y a de douleurs et de souffrances, dans le sort que vous leur faites. Et cependant, qu’on vous enlève, vous, inopinément, à votre famille, à votre foyer, à vos affections, à vos intérêts, vous aurez du moins la consolation de savoir ceux qui vous touchent de près à l’abri du besoin et de la misère !

89Les beaux soldats que vous avez là ! Pris de force, ils n’ont contracté vis à vis de vous aucune obligation ; la carrière qu’on leur fait embrasser malgré eux, contre la loi ne leur impose aucun devoir ; croyez-vous qu’il portera bien allègrement son fusil, celui qui laisse derrière lui toute une famille sans pain et sans abri ? Est-ce ainsi que vous éveillerez en lui le sentiment d’un ardent patriotisme, quand vous brisez l’existence des siens, au nom de la patrie ? L’animerez-vous d’un saint élan contre les envahisseurs de son pays, alors que les maux dont il est victime dépassent tous ceux que lui fera jamais supporter l’invasion ?

90Il vous quittera, avec armes et bagages, aussitôt qu’il le pourra, et comme, par un abus inqualifiable de toute logique et de toute raison, vous le considéreriez alors comme déserteur, il craindra de retomber entre vos mains et absent tout à la fois de sa famille et de son drapeau, il deviendra, par la loi terrible de la nécessité, héros de grands chemins !

91S’il se résigne et s’il reste à son corps, trouverez-vous étonnant qu’un soldat ainsi recruté soit prêt à se jeter dans les bras de tout ambitieux qui voudra l’entraîner dans un pronunciamiento ? Vous doit-il, par hasard, de la reconnaissance ? N’a-t-il pas au contraire, toujours au fond du coeur, un souvenir amer de la violence qu’on lui aura faite, et si l’on offre de le bien payer sera-t-il surprenant qu’il écoute ses intérêts si bien d’accord avec sa vengeance ?

92Vous aurez donc créé, pour le malheur de la société, des bandits ou des instruments de révolution.

93Et la famille ? Qu’en faites-vous ? Cet homme que vous enlevez, artisan honorable, soutenait par son travail, tous ceux qui lui étaient chers ; il part, sans avertir les siens, sans pourvoir à leurs besoins futurs ; qui secourra sa vieille mère, sa femme, sa fille, ses soeurs ? Ne voyez-vous pas la misère s’infiltrer dans cette maison autrefois respectable ; et la prostitution n’est-elle pas fille de la misère ?

94La leva est une menace permanente pour la société ; c’est la perte de la famille ; nous ne parlerons pas de son illégalité : elle est telle que, les lois du Mexique à la main, la résistance la plus désespérée ne serait que l’exercice du droit de légitime défense. Que pensez-vous, au point de vue de la démocratie, d’une mesure qui distingue entre la veste et le paletot ? Mais, nous répondra-t-on, c’est le seul moyen praticable de former une armée au Mexique, et quand le pays est menacé d’une invasion, il lui faut des soldats pour se défendre.

95Il y a d’autres moyens de former une armée : on devrait au moins, les tenter sérieusement ; former une armée d’élémens qui ne peuvent être utiles, c’est d’ailleurs une triste ressource, mais admettons que la leva seule soit praticable ? Pourquoi la faire par surprise, contre les lois établies, aveuglément, au lieu de la légaliser, de la proclamer ouvertement comme une mesure de salut public, d’y procéder avec intelligence et mesure ! Pourquoi voler les hommes, au lieu de les demander à leurs familles ?

96Ne pouvait-on rendre une loi portant que, pour parer aux dangers d’une guerre extérieure, tous les hommes, vestes ou paletots, non indispensables au soutien de leur famille, devront prendre les armes et défendre la patrie ? Pareil sacrifice pouvait être exigé ; on l’aurait fait. La loi s’appliquant à tous indistinctement, les hommes partants étant certains de laisser, derrière eux, leurs familles à l’abri du besoin ; vous auriez pu compter alors sur le patriotisme et l’enthousiasme de vos soldats, sans redouter les inconvénients que nous avons signalés plus haut, et vous auriez eu, nous en avons la conviction, une armée forte et puissante pour parer à toutes les éventualités ; –mais il est beaucoup plus simple et plus expé-ditif de faire la leva comme on la fait !.

97Bulletin. 19 mai 1857

DE LA DICTATURE

98[…] Généralement parlant, les dictatures ne sont pas plus de notre goût qu’elles ne sont du goût de M. Olvera ; aussi nous garderions-nous bien de les poser comme un principe à adopter ; elles ne peuvent jamais être qu’une nécessité à subir. La dictature comme but politique doit être énergiquement repoussée, comme moyen, elle est quelquefois justifiable, utile, indispensable.

99La question n’est donc pas là où l’a cherchée M. Olvera : il ne s’agit pas de savoir si la dictature est une forme de gouvernement bonne ou mauvaise ; mais bien si, dans les circonstances actuelles du Mexique, la dictature est justifiable, utile, indispensable.

100A notre avis, elle est indispensable, indispensable, surtout, au point de vue de la démocratie.

101Espérez-vous, par hasard, établir la démocratie par la seule force, par la seule puissance de votre constitution de 1857 ? Ce serait de la naïveté. Si le parti réactionnaire était plus sage, ou plutôt s’il n’avait pas d’arrière-pensée de résistance à main armée, il puiserait, dans la constitution même, des armes invincibles pour la renverser en même tems que tout votre échafaudage démocratique.

102Avez-vous un peuple qui sente sa force ? qui sache se soustraire à toute influence ? qui connaisse la juste limite de ses droits et de ses devoirs ? Evidemment non ; le Mexique n’a pas de peuple, il a des serfs, et, malgré son titre menteur de République, il est en pleine féodalité.

103Ne vous récriez pas sur ces expressions ; si dures qu’elles vous paraissent, elles sont justes. Les 500 familles privilégiées dont nous vous avons parlé, et le clergé, tiennent vos populations en servage ; il suffit d’ouvrir les yeux pour s’en convaincre.

104Certes cette féodalité n’est pas la même que celle des hauts barons au moyen-âge, mais elle a la même action et les mêmes résultats.

105Vous nous avez cité la France, dans vos exemples ; qu’au-riez-vous pensé de votre constitution de 1857 implantée sur le sol français au seizième siècle ? Croyez-vous qu’elle y aurait pris racine ? Elle ne prendra pas plus racine ici.

106La démocratie n’est pas une chose qui se décrète comme la construction d’un pont ; il faut un peuple qui la comprenne et qui l’applique ; commencez donc par créer ce peuple ; mais vous aurez contre vous les intérêts, l’orgueil, le préjugé, la routine ; vous aurez à combattre ceux-là même dont vous soutiendrez courageusement la cause ; croyez-vous que ce soit chose si facile ?

107Votre constitution proclame le vote universel ; c’était une conséquence nécessaire du principe qui vous avait servi de point de départ, mais voyez où cette conséquence vous conduit : qu’un mot d’ordre soit donné à tous les curés de village, et vos électeurs voteront comme un seul homme pour le candidat qui leur sera désigné ! Nierez-vous cette influence du clergé sur le peuple ignorant des campagnes et même sur le peuple soi-disant éclairé des villes ? Vous ne l’oserez pas ; si vous la reconnaissez, que deviendront, dites-le nous, alors qu’elle s’exercera contre vous, votre constitution et votre démocratie ?

108Ce que nous venons de dire du clergé s’applique dans une certaine mesure aux familles influentes qui entraîneront, lorsqu’elles le voudront, sous leur drapeau, toutes les familles ignorantes ou pauvres qui gravitent dans leur orbite.

109N’est-il pas logique, indispensable de commencer par rendre au peuple sa liberté d’action, et de le dégager de toute influence ; décréter une constitution pour accorder au peuple des facultés dont il ne peut ou ne veut jouir, c’est tourner continuellement dans un cercle vicieux.

110Pour rompre ce cercle, pour remettre les hommes à leur véritable place dans la société, pour dominer et non pas exterminer, comme on nous l’a fait dire à tort, l’oligarchie représentée par 500 familles privilégiées, pour annihiler l’influence délétère du clergé sur la communauté politique, il faut une tête et un bras de fer.

111Il n’y a pas de terme moyen possible : renoncez à tout espoir de démocratie, ou subissez la nécessité de la dictature.

112Bulletin. 25 mai 1857

LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE

113[…] La Nación nous fait une objection que nous ne pouvons passer sous silence :

114”Trois fois, dit-elle, la France a essayé, dans l’espace d’un demi-siècle, la république démocratique, et la première fois, après de tristes et de déplorables scènes, elle a abouti à l’empire de Napoléon I ; la seconde fois, elle a abouti à la monarchie constitutionnelle de Louis Philippe, qualifiée par Lafayette de monarchie avec institutions républicaines ; la dernière fois, elle a abouti au nouvel empire de Napoléon III.

115”En jugeant, par les faits, nous devons convenir que le peuple français n’est pas encore formé pour la république démocratique, et sans doute notre confrère approuve la dictature de Napoléon, non comme fin, mais comme moyen justifiable, utile et indispensable pour former un peuple de démocrates, puisqu’il conseille ce moyen comme justifiable, utile et indispensable au Mexique.

116”Mais ce n’est pas là la plus triste des conséquences à tirer des paroles de notre collègue, car il en est une très désolante pour le parti démocratique au Mexique ; la voici : Si, en France, on n’a pu former en trois cents ans le peuple pour la démocratie, en commençant à compter du seizième siècle, que fixe notre collègue, combien de centuries ne faudra-t-il pas pour que le peuple mexicain, soumis au régime démocra-tiseur de la dictature se forme et se rende capable de la constitution de 1857 ?”

117La Nación confond entre la dictature usurpée et la dictature librement octroyée ; la chose, cependant nous paraît mériter une distinction. Toute sa gloire ne suffira pas à légitimer l’usurpation de Napoléon I, et le bonheur insolent de Napoléon III n’effacera pas les journées de décembre. L’histoire est inexorable. Nous déplorons la dictature de l’Empereur actuel des Français, mais nous avons la conviction sincère que la démocratie s’en dégagera, avant peu, plus brillante et mieux épurée que jamais ; ce sont là nos voeux les plus ardents, et la Nación vivra peutrêtre assez longtems pour les voir se réaliser.

118Dans ces cinquante années où l’on a tenté, dites-vous, trois essais de la république démocratique, ne voyez-vous pas les progrès gigantesques qu’a faits la démocratie, non pas seulement en France, mais dans le monde entier ? Comme toutes les grandes vérités, la démocratie a cela de remarquable, qu’elle se fraie son chemin toute seule, et qu’elle ne triomphe jamais mieux que lorsqu’elle paraît vaincue. Les usurpateurs et les despotes, en croyant faire leurs propres affaires, ont toujours fait les siennes. La société humaine se serait-elle aussi promptement et aussi radicalement transformée, si la victoire fût restée, pendant ce demi-siècle, au parti de l’ignorance et de l’abrutissement que vous défendez ? Soyez francs et dites-le.

119Il a fallu, dites-vous, trois cents ans pour former le peuple français à la démocratie ? Combien de centuries faudra-t-il au peuple mexicain ?

120La nation française, vous le savez bien, est le grand foyer où s’élaborent les libertés et les progrès de l’univers ; elle s’épuise en efforts et en convulsions pour le bien de l’humanité ; son dévouement lui a coûté beaucoup déjà ; il lui coûtera peut-être davantage encore ; mais ses conquêtes appartiennent au monde, et le Mexique en prendra sa part. Si, se lançant dans une voie nouvelle et pleine de dangers, il lui a fallu trois siècles de tâtonnements, d’expériences et de souffrances pour poser des principes immutables et pour en tirer les conséquences indispensables au bonheur des peuples, peut-être suffira-t-il de trois années au Mexique pour appliquer ces principes et ces conséquences déjà conquis.

121Vous voudriez bien l’empêcher, mais nous craignons fort pour vos amis que le torrent ne vous entraîne. Ainsi soit-il.

122Bulletin. 27 mai 1857

UNE COMÈTE

123La fin du monde a été remise ; la comète n’était pas prête. L’astronome allemand annoncera, par la voie des journaux, la nouvelle date de la catastrophe, quand il la saura.

124Bulletin. 15 juin 1857

LA CONTRIBUTION EXTRAORDINAIRE ET LES ÉTRANGERS

125Nous avons traduit fidèlement les arguments à l’aide desquels le Progreso de Veracruz a tenté de prouver que les étrangers doivent se soumettre, sans murmurer, au paiement de la contribution extraordinaire. Parmi ces arguments, il en est qui n’ont aucun rapport avec la question : nous commencerons par les éliminer.

126Notre confrère prétend que le Mexique accorde à tout étranger le droit de posséder en pleine propriété, des immeubles et des établissements de toute nature, ce que ne font ni l’Espagne, ni les Etats-Unis.

127Peu nous importe quelle est la loi de l’Espagne et celle des Etats-Unis en pareille matière ; ces deux citations ne sont pas heureuses, comme il nous serait facile de le prouver, mais cela ne nous mènerait à rien. Si le Mexique accorde aux étrangers le droit d’acquérir et de transmettre des immeubles, la seule conséquence qu’il soit possible d’en tirer, c’est que les étrangers sont soumis aux charges grevant l’acquisition ou la transmission des propriétés foncières ; s’il leur accorde le droit de fonder des établissements de toute nature, il leur impose, en même tems, le devoir d’acquitter les contributions et les impôts ordinaires qui y sont attachés. Nous sommes parfaitement d’accord en cela, et le Progreso nous rendra cette justice, que loin d’avoir jamais entendu se soustraire a ces obligations raisonnables, les étrangers ont toujours été les premiers et les plus exacts à les remplir.

128Tout en contestant la légalité de l’application à leur égard de la contribution extraordinaire qui fait l’objet de cette polémique, ils ont même commencé par la verser, et si l’on consulte les registres des percepteurs, on verra qu’ils ont donné l’exemple de l’obéissance à la loi ; mais cette exécution de leur part ne saurait impliquer l’abandon de leurs droits.

129La petite tirade hasardée par le Progreso contre les étrangers qui ont tous les avantages, monopolisent toutes les entreprises, jouissent de toutes les immunités, prospèrent et s’enrichissent, n’a pas non plus, que nous sachions, beaucoup de rapport avec la question. Il est devenu fort problématique, depuis quelques années, de savoir si les étrangers prospèrent et s’enrichissent au Mexique plus que dans leur propre pays ; nous nous permettrons d’en douter, et d’en douter très sérieusement. Le fait serait-il incontestable, d’ailleurs, que les avantages à l’aide desquels les étrangers monopolisent toutes les entreprises proviendraient uniquement de leur intelligence, de leur amour du travail et de leur activité, qualités qu’aucune loi ne prohibe aux Mexicains. D’ailleurs, l’étranger ne peut s’enrichir sans enrichir au même tems le pays ; nous ne voyons pas en quoi cela peut l’exposer à des reproches, et nous avouerons avoir été surpris de trouver ces vieux radotages dans les colonnes d’un journal aussi libéralement éclairé que le Progreso.

130Laissons donc ces pauvres raisons de coté et abordons les deux arguments plus sérieux du journal de Veracruz.

131Il est écrit dans tous les traités, dit-il, que les étrangers doivent se soumettre à la législation du pays, et supporter les charges imposées à tous les Mexicains, sans qu’on fasse de différence entre les charges ordinaires et celles qui ont pour objet la défense du territoire contre une nation étrangère ou de créer des ressources pour le maintien de la paix intérieure.

132Et d’ailleurs, ajoute-t-il, en vertu de quels principes, les étrangers jouiraient-ils de privilèges plus grands que les Mexicains, alors qu’ils profitent des mêmes bienfaits ?

133Tels sont les deux grands moyens sur lesquels le Progreso appuie sa polémique ; nous les examinerons l’un après l’autre.

134C’est une curieuse histoire, que celle des traités entre la France et le Mexique ; on en a rédigé plusieurs qui n’ont jamais été définitifs, et on en a projeté un autre qui ne s’est pas réalisé. De traité de navigation et de commerce, la France n’en a positivement pas ; tout ce qu’elle possède, c’est le traité de paix Baudin, en date du 9 mars 1839, contenant seulement cinq articles et assurant, momentanément aux sujets français, le traitement, les franchises, privilèges et immunités dont jouissent les sujets de la nation la plus favorisée.

135Nous prouverons, néanmoins, par des textes incontestables, que les Français ne peuvent être légalement soumis au paiement d’aucun emprunt forcé, et que le gouvernement mexicain s’est solennellement engagé à n’en plus imposer.

136On nous dira peut-être qu’il n’est pas question ici d’emprunt, mais bien de contribution, ce à quoi nous répondrons : que l’emprunt forcé implique nécessairement une idée de remboursement, tandis que la contribution extraordinaire est un véritable emprunt forcé qui ne se rembourse pas ; l’emprunt forcé est donc moins onéreux que la contribution extraordinaire, et si les conventions internationales défendent le premier, à plus forte raison défendront-elles la seconde. […]

137Il nous reste à répondre, en deux mots, aux prérogatives que prétendent s’arroger les étrangers, dit le Progreso, bien que les Mexicains n’en jouissent pas.

138Tout droit a pour corrélatif un devoir, et tout devoir a, pour corrélatif, un droit. Les étrangers, ne jouissant pas du droit de nationalité, ne sauraient avoir pour devoir de s’imposer pour le soutien de cette nationalité. Vouloir imposer aux étrangers le devoir de contribuer pour subvenir aux besoins de la guerre intestine ; ce serait leur reconnaître le droit d’y prendre part, –droit qu’on leur conteste avec raison.

139Nous ne pensons pas que le Progreso puisse sortir de ce dilemme.

140Bulletin. 23 juin 1857

INAUGURATION DU CHEMIN DE FER DE MEXICO À GUADALUPE

141[…] Pour la première fois, une locomotive partant du sein de la capitale, a conduit dans un centre de population voisin, des centaines de voyageurs. On nous dira peut-être que de la capitale à Guadalupe, la distance est d’une lieue tout au plus, et qu’il ne faut pas s’exagérer la portée d’un fait dont les résultats ne peuvent être que très bornés.

142A cela nous répondrons qu’il y a 20 ans environ, en 1836, la France ne possédait encore qu’un chemin de fer de quatre lieues d’étendue, reliant sa populeuse capitale à la ville de Saint Germain. Nous assistions, là aussi, à la cérémonie d’inauguration ; alors comme aujourd’hui, nous avions vu, dans ce fait de peu d’importance en lui-même, un gage certain d’avenir, de progrès et de prospérité ; qu’on juge aujourd’hui du résultat. Or, nous le demandons à tout esprit observateur : amour-propre national à part, si l’on établit un parallèle entre la situation de la France et celle du Mexique ; entre la population, le mouvement social et industriel des deux capitales ; entre la facilité des moyens d’exécution dans l’un et l’autre pays ; entre les sacrifices à faire, entre les chances à courir de part et d’autre, –l’ouverture d’une première ligne de chemin de fer, ayant une lieue d’étendue, n’est-elle pas un fait plus remarquable et plus important au Mexique, en 1857, que ne l’a été en France l’ouverture d’une ligne de quatre lieues en 1836 ? M. Antonio Escandon marchant seul, sans actionnaires, à l’aide de ses propres ressource, dans cette voie rude et nouvelle, ne mérite-t-il pas plus d’éloges et plus d’encouragemens que n’en ont mérité les gros capitalistes réunis qui les premiers, en France, ont construit le chemin de fer de Paris à Saint Germain ! Et si les résultats ont été si brillant dans notre pays, ne pouvons-nous légitimement, espérer qu’ils auront sur l’avenir du Mexique, la même influence favorable et salutaire ?

143La France a fait une école qui devrait servir de leçon au Mexique. Aussi longtems que le gouvernement du pays a laissé les chemins de fer aux soins exclusifs de l’industrie privée, cette grande source de la richesse publique est restée stationnaire ; à peine quelques lignes sans importance, celle de Versailles et celle de Corbeil se sont-elles établies avec des difficultés sans nombre. La loi du 11 juin 1842 a commencé à donner l’élan ; elle a édicté l’établissement d’un vaste réseau de chemins de fer aux conditions suivantes : La dépense a lieu par le concours de l’Etat, des départements, des communes et de l’industrie. L’Etat supporte la dépense des terrassements, des travaux d’art et du tiers des terrains nécessaires à l’assiette du chemin. Les départements et les communes se chargent des deux tiers de la dépense des terrains. La voie de fer, y compris la fourniture du sable, le matériel et les frais d’exploitation, les frais d’entretien et de réparation du chemin, de ses dépendances et de son matériel, restent à la charge des compagnies auxquelles l’exploitation du chemin est donnée par bail.

144Ces grandes facilités imprimèrent l’élan, avons-nous dit, et cependant, elles ne furent pas suffisantes encore ; il fallut que le gouvernement en accordât d’autres, soit en se faisant prêteur, soit en concédant une subvention, soit en garantissant aux capitaux engagés un minimum d’intérêt, suivant les circonstances. Ce ne fut qu’à toutes ces conditions, et en 1852, que l’établissement des grandes lignes de chemin de fer prit, enfin, en France, l’essor nécessaire pour la construction du magnifique réseau qui sillonne aujourd’hui le pays. Le gouvernement mexicain, lui, croit avoir fait preuve d’une grande magnanimité en accordant un privilège et il s’étonne de l’inutilité des efforts tentés, jusqu’à ce jour, par les concessionnaires pour remplir les conditions de leurs contrats ?

145Le chemin de fer de Guadalupe servira de tête à deux lignes, celle de Veracruz et celle de Tampico ; il n’aura de véritable valeur industrielle qu’au moment où il atteindra Puebla, ou, tout au moins, les Llanos de Apam ; mais de Guadalupe aux Llanos de Apam, la distance est de 18 lieues, croyons-nous, et la dépense nécessaire à l’établissement de la ligne, sur un pareil parcours, sera de plus de deux millions de piastres. Il est évident que si le gouvernement borne sa protection à laisser faire, sans prendre une part active à cette oeuvre éminemment nationale, de longues années passeront encore avant que les villes de Mexico et de Puebla soient reliées entre elles par une voie ferrée.

146Il serait facile, croyons-nous, de trouver une combinaison qui rassurât les capitaux. L’Estandarte nous disait, ces jours-ci, que MM. Manuel Escandon et Eustaquio Barron se sont engagés à contribuer, chacun pour un million de piastres, à la continuation de l’oeuvre commencée par M. Antonio Escandon ; nous ne savons si la nouvelle est bien exacte, mais il serait facile, croyons-nous, au gouvernement mexicain de la convertir en une vérité.

147M. Manuel Escandon est l’un des rares capitalistes du Mexique qui sachent mettre leur fortune au service d’idées larges et fécondes ; il vient encore d’en donner une preuve toute récente en facilitant généreusement l’achèvement du chemin de fer de la capitale à Tacubaya, oeuvre qu’on inaugurera bientôt également, et qu’a si courageusement entreprise un autre pionnier du progrès, M. Hammeken.

148M. Eustaquio Barron, à la tête d’une fortune princière, agirait peut-être en prince à l’égard du pays, en contribuant à le doter d’un élément puissant d’agrandissement et de prospérité ; il puiserait, dans ce service signalé des satisfactions d’amour-propre bien autrement stables et légitimes que dans de petites rivalités locales n’ayant d’autre résultat que de lui créer des soucis et inimitiés.

149Mais, c’est au gouvernement du Mexique à leur donner l’exemple ; - M. le président de la République semble l’avoir compris, si nous en jugeons par un passage de son discours en réponse à MM. Arango et Payno.

150Bulletin. 7 juillet 1857

TEHUANTEPEC, LA SONORE ET LA BASSE-CALIFORNIE

151L’article de l’Estandarte sur les besoins pécuniaires du gouvernement continue d’occuper l’attention générale ; chacun est d’accord en cela que le journal officiel a voulu préparer l’opinion publique à quelque mesure extraordinaire ; mais quelle est cette mesure ?

152S’agit-il simplement d’un emprunt contracté sur les bases des anciens projets de traités avec les Etats-Unis, en y comprenant la concession perpétuelle du droit de passage à travers l’isthme de Tehuantepec ?

153Ce plan qui avait été d’abord accueilli avec faveur dans le public, et qui présentait cet avantage évident, de ne recourir, en apparence, ni à l’aliénation ni à l’hypothèque du territoire national, semble avoir, aujourd’hui, perdu ses partisans. Concéder à perpétuité le droit de transit par Tehuantepec, dit-on, c’est réellement aliéner l’isthme, soutenir le contraire serait vouloir jouer sur les mots ; le Mexique ne recevrait évidemment pas la compensation du sacrifice qu’il s’imposerait : il aliénerait sans qu’on lui donnât la valeur réelle de la portion de territoire aliéné.

154S’agit-il d’entrer plus franchement dans cette voie de l’aliénation territoriale, et de vendre aux Etats-Unis, la Basse-Californie avec tout ou partie de la Sonore ?

155Ici, la situation serait plus nette ; le prix se débattrait entre le vendeur et l’acheteur ; le Mexique recevrait une très forte somme qui relèverait ses finances, et il tirerait un grand profit de cette partie de son territoire qu’il est peut-être fatalement destiné à perdre sans compensation aucune. Etablir les Américains en maître à Tehuantepec, serait enfermer imprudemment le pays dans un cercle dangereux et le soumettre à une pression alarmante qui s’exercerait à la fois par le Nord et par le Sud ; mais leur permettre l’acquisition de la Sonore et de la Basse-Californie ne serait ajouter en rien aux périls de la situation, puisqu’on ne ferait que changer, dans une même direction, la ligne des frontières.

156Le Mexique pourrait même profiter de la circonstance pour s’assurer, pour l’avenir, l’intégrité du reste de son territoire, en insérant, dans le contrat de vente une clause solennelle par laquelle les Etats-Unis s’engageraient formellement à renoncer, pour toujours, à toute acquisition, sous aucun prétexte, à aucun titre, de quelque partie que ce fût du territoire mexicain, et en mettant l’exécution d’une pareille condition sous le contrôle de grandes puissances européennes, de la France et de l’Angleterre, par exemple.

157Une partie du prix pourrait être destinée à la réalisation d’une oeuvre qui doit accroître immensément la richesse productrice et industrielle du pays : le chemin de fer, par la capitale, de l’Atlantique au Pacifique, –conquête qui, dans l’état actuel des choses, vaudrait à elle seule, peut-être, plus que deux provinces éloignées, dépeuplées, à charge à la généralité de la nation, convoitées par un voisin cupide et déjà minées par des idées intéressées d’indépendance ou de séparation.

158A ces arguments, mis en avant par les avocats de l’aliénation, on répond qu’il est indigne d’une grande nation de vendre ainsi, par morceaux, son territoire pour se faire des ressources pécuniaires ; que, d’ailleurs, pareil moyen ne saurait être employé par une administration qui a flétri la vente de la Mesilla, qui n’a cessé de protester solennellement contre toute idée semblable et qui s’est même retiré la faculté de la réaliser, par une disposition formelle du statut organique.

159S’agit-il de déclarer nationaux les biens du clergé ?

160On a laissé passer, disent les opposants, l’occasion propice ; si l’on eût frappé ce grand coup lors du second triomphe contre la réaction à Puebla, peut-être, alors, la chose était-elle possible ; aujourd’hui, des difficultés sans nombre se présenteraient ; et puis, ce qu’il faut au gouvernement, ce sont des secours certains, immédiats, et la nationalisation des biens du clergé pourrait, tout au plus, créer des ressources pour l’avenir, insensiblement, avec le tems, alors seulement que les scrupules disparaîtraient et que les acquéreurs se présenteraient, nombreux et confiants.

161S’agit-il de décréter un impôt forcé ?

162Le moyen serait odieux, et qui plus est inefficace ; l’administration n’est pas assez forte pour mener à sa stricte exécution une telle mesure qui se heurterait naturellement contre de grandes résistances. Des expériences répétées ont prouvé qu’au Mexique un impôt forcé n’a jamais rempli son but.

163Enfin s’agit-il, comme l’a conseillé certain journal dont les conseils sont tout au moins excentriques, de recourir à un emprunt volontaire ?

164Ce moyen ne mérite même pas qu’on le discute ; si le gouvernement songeait un instant à l’adopter, il ne tarderait pas à subir une éclatante déception.

165Tel est l’état de la question financière ; il est grave assurément, mais il n’est pas désespéré. Dans notre opinion, deux des solutions ci-dessus indiquées devraient être adoptées simultanément. L’imminence d’une guerre étrangère rend indispensable la création de ressources aussi larges qu’immédiates : ces ressources ne peuvent résulter que de l’aliénation d’une partie du territoire.

166Du jour ou son trésor sera rempli, l’Etat sera fort et puissant ; il pourra, dès lors, songer sérieusement à l’avenir : les difficultés qu’on signale tomberont d’elles-mêmes devant sa force et sa puissance : il nationalisera les biens du clergé.

167Si M. Comonfort s’est personnellement et solennellement engagé à ne pas aliéner un pouce du territoire national, il n’a pu, par ses protestations, obliger la nation ; la représentation du pays s’assemble dans quelque semaines ; si, mettant de côté les grands mots impuissants à conjurer les grandes crises, le Congrès juge indispensable d’aliéner une portion du territoire pour sauver le tout, qui pourra lui contester ce droit ? Si le Congrès trouve que la situation actuelle de l’Etat, vis à vis du clergé et de ses biens, est fausse et sans caractère bien défini, qui donc l’empêchera de la dessiner plus nettement par une mesure radicale et nécessaire ?

168La question financière est donc avant tout une question nationale, et c’est aux représentants de la nation qu’il appartient de la résoudre. Qu’on la réserve jusqu’à la réunion du

169Congrès, et que l’administration actuelle se borne à la création des ressources indispensables pour passer, sans encombre, les quelques semaines qui nous séparent encore du 16 septembre prochain.

170Bulletin. 6 août 1857

LA COLONIE DU PAPALOAPAN

171Le Mexican Extraordinary a soulevé tout récemment une polémique regrettable à laquelle ont pris part le Monitor et le Siglo. Parlant de la colonie qui se forme, en ce moment, sur les bords du Papaloapan, dans l’Etat de Veracruz, notre confrère anglais après avoir annoncé que les immigrants se livrent aux travaux agricoles avec constance et activité, a manifesté la crainte de voir cette colonie, composée de nègres libres de la Louisiane, devenir un danger pour la société mexicaine.

172Ces idées ont tout lieu de nous surprendre si nous les rapprochons, surtout, de la nationalité du journal qui les émet. A peine les comprendrions-nous s’il s’agissait de l’irruption de nègres tout fraîchement débarqués du Congo ; mais il s’agit ici d’une population de couleur, libre, intelligente, civilisée, parfaitement élevée, versée dans une industrie précieuse pour le Mexique, et munie de capitaux constituant un puissant instrument de travail.

173Les colons du Papaloapan forment, en ce moment, une vingtaine de familles ; leur nombre s’élève à une centaine environ ; leur industrie consiste dans la culture et le bénéfice de la canne à sucre ; les capitaux dont ils disposent sont calculés à 800,000 piastres ; ils ont introduit déjà les machines, fondé des usines, et ils n’attendent, pour appeler autour d’eux leurs parents et leurs amis, que la réalisation du succès dont ils espèrent voir couronner leur tentative.

174Ces colons ont déserté une terre inhospitalière, pour se soustraire au despotisme de la loi et du préjugé qui leur défendait de prendre leur place, à conditions égales, parmi les membres de la grande famille humaine ; ils sont venus sur une terre de liberté, se réfugier à l’abri d’institutions libres. Ils n’ont même pas contre eux cette différence de race que vous leur reprochez, car ils ont précisément choisi, pour leur établissement, des localités où le sang africain est la règle plutôt que l’exception.

175Au lieu de voir un danger dans une pareille immigration, nous désirons, pour le Mexique, qu’elle s’étende et se généralise.

176Que l’Extraordinary tourne d’un autre côté ses regards effrayés, en matière de colonisation, et qu’il se demande, par exemple, comment le gouvernement mexicain a pu, tout récemment, choisir comme agent de colonisation, au dire de certains journaux, l’ancien second de Walker en Nicaragua. Le sujet est fécond en commentaires, assurément, et notre confrère aura beaucoup à dire avant de l’épuiser.

177Bulletin. 7 août 1857

SI LE JOURNALISTE FRANÇAIS ÉTAIT MEXICAIN

178Mais nous allons encore nous faire donner sur les doigts ; c’est que certains de nos confrères nous considèrent déjà comme des anthropophages ; voyons, par exemple, comment nous traitait, hier, le Diario de Avisos :

179”Energie.– Le Trait d’Union et consorts, non satisfaits des emprisonnements par mesure du gouvernement, des exils et des fusillades sans forme de procès, comme il est arrivé à Oajaca, à Guanajuato et dans le Sud, disent que le gouvernement suprême et les gouvernements locaux ne se comportent pas assez franchement parce qu’ils manquent d’énergie. Le journaliste français veut-il que la république mexicaine se convertisse en un ossuaire ? Pauvre patrie !”

180Oui, pauvre patrie que la vôtre ! des vampires sans principes, sans convictions, sans moralité, lui ont tellement sucé le sang que son coeur bat à peine, et qu’on ne peut même la tirer de son engourdissement, en faisant appel à ses intérêts les plus chers, à son existence sociale et à sa nationalité ! Voyez, d’ici, ces oiseaux de proie qui s’acharnent sur son corps épuisé –cadavre bientôt,– et s’en disputent les lambeaux ; vous les appelez des révolutionnaires, parce qu’il faut bien leur donner un nom à peu près honnête ; nous les appelons, nous, les meurtriers de la société, les assassins de la nation.

181Oui, pauvre patrie que la vôtre, où la dissolution fait des progrès effrayants, où la gangrène s’est déclarée, et où l’on ne peut trouver un médecin qui guérisse le mal, un chirurgien qui le tranche ! Le journaliste français n’a pas votre apathique philosophie ; tout étranger qu’il est, il voit l’abîme et le signale ; il voudrait pouvoir le combler ; son gros bon sens vous avertit ; dans son rôle tout passif, il s’expose, sans profit aucun et par accomplissement d’un devoir humanitaire, à des haines et à des vengeances dont il connaît tout le danger, et vous ne trouvez pour le remercier, que des injures à lui jeter à la face ! Oui, oui, pauvre patrie que la vôtre !.

182Le journaliste français, loin de vouloir que votre pays se convertisse en un ossuaire, vous demande de l’ordre de la paix, du travail, du respect pour la loi, de la force dans l’autorité ; il vous dit que le sang coule à torrents parce que personne ne l’arrête, et vous l’accusez d’être sanguinaire ; et vous voulez vous, l’ordre en conservant les éléments du désordre ; vous demandez la paix les armes à la main ; votre travail consiste à vivre aux dépens de l’Etat ; vous respectez la loi quand elle se prête à vos abus ; vous consentez à ce que l’autorité soit forte, juste assez pour laisser le crime impuni ! Oui, oui, pauvre patrie que la vôtre !

183Si le journaliste français était mexicain, il ne se renfermerait pas dans le cercle étroit qu’il s’est imposé ; vous le verriez à l’oeuvre ; lui aussi, se ferait révolutionnaire, mais autrement que vous ; sans autre arme que sa plume, il lèverait la bannière de la nation contre celle des individualités qui la ruinent ; la bannière de la loi contre celle du crime qui la défie ; la bannière de l’honnêteté contre celle de l’immoralité qui triomphe, et, nous vous le garantissons, il mourrait à la tâche ou bien il ferait son trou partout où il passerait !

184Si le journaliste français était mexicain, il vous prendrait un à un vos hommes politiques ; il ferait tomber les masques, il disséquerait les castes diverses qui divisent votre société ; il mettrait à nu les abus ; il découvrirait les ressorts secrets qui agissent dans l’ombre et le mystère ; il ferait apparaître le mensonge, l’hypocrisie, l’égoïsme, que recouvrent les grands mots dont vous êtes si prodigues ; il prouverait aux plus incrédules que chacun de vous pense à ses intérêts propres, et que personne ne songe à la nation !

185Si le journaliste français était mexicain, il ferait retomber de tout son poids sur les têtes coupables, la responsabilité du sang versé tous les jours, avec tant d’abondance, que votre population s’éteint au lieu de s’accroître –horrible vérité dont nous vous laissons de soin de rechercher les causes !

186Si le journaliste français était mexicain, il vous dirait comment le Mexique n’a pas seulement besoin d’être gouverné ; il vous prouverait qu’il faut le régénérer et il appuierait surtout sur ce fait que pour régénérer un pays, il faut se sacrifier, se résigner au martyre, jouer sa tête, au besoin, et non pas en prendre à son aise comme si l’on aunait de la toile derrière un comptoir !

187Mais le journaliste français n’est pas mexicain ; il s’arrête ici. Oui, vous avez bien raison de le dire, pauvre patrie que la vôtre !.

188Bulletin. 2 octobre 1857

LE MEXIQUE ET L’ESPAGNE

189Un des passagers du Tennessee, qui a voyagé avec le général Cortés, soit-disant Costa, s’écriait, hier, en notre présence : ”On m’avait dit que le Mexique était en guerre civile : c’est faux ! le Mexique se bat contre le vieux fantôme de l’Espagne ! Il combat, une seconde fois, pour son indépendance ! Il a vaincu matériellement il y a quelques trente ans ; il lui faut, aujourd’hui, vaincre moralement !”

190Le mot est vrai : c’est la vieille politique espagnole, défendue par des Espagnols travaillant dans l’espoir du lucre et pour qui les paie, qui combat, au Mexique, aujourd’hui, contre la politique universelle, la politique du bons sens et de la raison.

191Les Espagnols honorables et laborieux sont les premiers à déplorer cette vérité dont ils conviennent d’autant plus volontiers que l’Espagne, de nos jours, ne veut plus de sa vieille politique pour elle-même.

192Bulletin. 26 octobre 1857

RÉPONSE AU TIEMPO. DEUX RÉPONSES AU LIEU D’UNE

193Le Tiempo prétend donc que :

1941°. Si l’Empereur Napoléon était président du Mexique, il ne suivrait certainement pas la politique qu’a adoptée M. Comonfort, à son grand regret peut-être. L’Empereur des Français ne prétendrait pas étouffer l’opinion de la majorité du pays sous des emprisonnements et des exils, etc.

195Nous demanderons à notre confrère où se trouve la majorité du pays ; si elle est dans la réaction ou bien dans la réforme. Le Tiempo la voit d’un côté, et nous la voyons de l’autre ; le premier acte de Louis Napoléon serait donc de rechercher où est la véritable opinion ; il a l’oeil assez exercé pour ne pas s’y tromper, et nous croyons ne pas trop nous avancer en affirmant qu’il la verrait où nous la voyons, et non pas où la voit le Tiempo.

1962°. On sait très bien que pour faire le célèbre coup d’Etat du 2 décembre, qui a changé la face de cette grande nation, en la délivrant pour toujours de l’influence du parti rouge, l’illustre président consulta l’opinion de la majorité des Français…

197Nous ne savons si le coup d’Etat du 2 décembre a délivré la France pour toujours, de l’influence du parti rouge ; mais ce que nous pouvons déclarer en toute connaissance de cause, c’est que l’Empereur des Français n’a pas consulté la majorité de la nation pour faire son coup d’Etat… c’eût été de la naïveté, il ne l’a consultée qu’après, et la chose est bien différente.

1983°. Louis Napoléon a soustrait la nation française aux attaques des factions qui prétendaient renouveler les scènes de sang dont s’est souillée la révolution qui a conduit à l’é-chafaud un roi vertueux et qui a mis la guillotine à l’ordre du jour.

199Ici l’erreur est des plus grossières. Les factions qu’a renversées Louis Napoléon avaient aboli la peine de mort en matière politique, et le premier acte de l’Empereur des Français a été de relever l’échafaud qu’avait démoli la république. Le Tiempo n’est pas heureux dans ses citations.

2004°. Si le Trait d’Union désire que l’on verse quelques gouttes de sang pour arrêter le torrent qui a coulé et qui continuera de couler, le Tiempo, plus humain que lui, veut qu’on ne répande pas la plus petite goutte ; pour que la nation rentre dans la paix et dans la tranquillité, il ne faut qu’une chose : changer de politique

201Le Trait d’Union ne désire pas qu’on verse quelques gouttes de sang, il désire qu’on arrête le torrent qui a coulé et qui continuera de couler : si pour arriver à ce résultat, il faut verser quelques gouttes de sang pour exécuter les lois et donner de la force à l’autorité, qu’on les verse !

202Le changement de politique que réclame le Tiempo serait très bonnement un retour à la politique renversée par la révolution d’Ayutla : Dieu sait quel ordre et quelle prospérité régnaient sur le pays à cette époque, et les désirs que doit posséder le Mexique de rentrer dans cet âge d’or encore tout récent ! Nous serions tentés de croire que notre confrère a voulu rire aux dépens de ses lecteurs, ou plutôt de nos lecteurs, puisque c’est à ces derniers qu’il s’adresse.

203Evidemment, il faut que M. Comonfort change de politique s’il veut que le pays entre (et non pas rentre) dans la paix et dans la tranquillité ; mais ce changement doit avoir lieu dans le sens que nous n’avons cessé d’indiquer : que l’autorité devienne forte et digne ! que la société soit protégée !

204Un changement de politique dans le sens qu’indique le Tiempo serait, n’en doutons pas un moment, la mort de la nationalité mexicaine : la réaction abandonnant ses protestations hypocrites de clémence, de conciliation et d’humanité, se vautrerait, suivant ses habitudes, dans le sang et dans la proscription. On en verrait de belles, alors ! Son triomphe ne pourrait durer ; restreint dans les limites du District qui deviendrait, comme on l’a dit si justement, les Etats Pontificaux de la République, il ne pourrait s’étendre aux Provinces ; l’ordre et la tranquillité consisteraient en une guerre civile, atroce, épouvantable ; la nationalité du Mexique s’y noierait dans le sang de ses enfans !

205Soyez donc de bonne foi. Ce n’est pas la Terreur rouge que doit redouter le Mexique ; n’invoquez pas de souvenirs inopportuns : c’est la Terreur blanche qui menace le pays, c’est celle que vous voulez introniser. Est-ce vrai ? […]

206Si Louis Napoléon, pouvant exaucer vos désirs, venait diriger les destinées du Mexique, son premier soin serait de vous réduire à l’impuissance, vous et les vôtres ; car pour régénérer le pays, il lui faudrait, avant tout, saper dans leurs fondements les abus dont vous êtes les champions ; il lui faudrait mettre la loi au dessus des castes privilégiées, dont vous prêchez l’omnipotence et la domination ; vous ne seriez pas longtems amis, assurément !

207Que doit faire M. Comonfort demandez-vous ?

208Il doit faire de la force et de la légalité, car, en dehors de la légalité, tout est faiblesse. Abandonnant son système d’emprisonnements et d’exils sans jugement, –système que nous avons toujours blâmé, parce qu’il sort de la légalité et parce qu’il frappe en victimes plutôt qu’en coupables-, il doit établir des lois sévères, et faire appliquer sévèrement ces lois par les tribunaux.

209Il doit non pas jouer avec tous les partis pour les endormir, mais poser, franchement et courageusement, son programme social et politique. Il a pour adversaires des gens qui n’ont jamais su oublier, ni pardonner ; ils profiteront de ces concessions pour l’abattre ; une fois à terre, ils le frapperont le premier, sans pitié, et ameuteront la populace contre son cadavre. Pas d’illusion sur ce point. Il doit se confier à la représentation nationale lui demander les facultés extraordinaires sans lesquelles il ne peut gouverner, et lui promettre en échange le rétablissement de l’ordre et de la tranquillité, non pas en changeant de politique à la mode du Tiempo, mais en changeant de politique suivant la logique et la raison. […]

2107 octobre 1857

UNE INFAMIE

211Nous avons adressé, avant-hier, la communication suivante a MM. les Président et membres du conseil d’administration de l’Association française et suisse de prévoyance.

212”Messieurs, seriez-vous assez bons pour me servir d’intermédiaires auprès de nos compatriotes réunis, aujourd’hui même, en assemblée générale, et pour leur donner lecture de la lettre ci-jointe ? Ce faisant, vous obligerez infiniment

213”Votre tout dévoué

214”René Masson.”

215Voici la lettre que contenait celle qui précède :

216”A MM. les membres de l’Association française et suisse de prévoyance.

217”Messieurs.– On m’a dit qu’un individu, dont je veux oublier le nom, fait circuler, depuis plusieurs jours, d’infâmes calomnies sur mon compte.

218”Je lui donne, à lui et à ceux dont il est l’instrument, le démenti le plus formel, –devant vous tous,– et je le somme de fournir les preuves de ce qu’il n’a pas craint d’avancer.

219”Quand la calomnie se glisse sourdement et dans l’ombre, elle peut être à craindre ; mais quand on verse sur elle le grand jour de la publicité, son venin n’a plus d’action. Je veux donc soumettre mon passé au grand jour de votre opinion, et vous demander un témoignage de souveraine réprobation contre ces manoeuvres auxquelles le plus honorable d’entre vous peut se trouver exposé comme je viens de l’être. Je profite, en conséquence, de l’assemblée générale de mes compatriotes pour appeler la flétrissure qu’elle mérite sur les coupables auteurs de ces turpitudes.

220”Je crois savoir qu’on est allé chercher le germe de la calomnie dans des articles publiés, il y a dix années et plus, par un journaliste concurrent, qui m’avait lâchement et déloyalement attaqué ; ces articles, cependant, après avoir tué moralement leur auteur, à New-York, ont été salement et effrontément exagérés à Mexico.

221”Le prochain numéro du Trait d’Union contiendra la réponse que j’ai faite, à ces attaques, le 22 février 1847, alors que je rédigeais le Franco-Américain, à New York, avec la même indépendance et la même loyauté que j’apporte dans la rédaction du Trait d’Union à Mexico, et tous nos compatriotes, à la disposition desquels je tiens, dès aujourd’hui, la collection du Franco-Américain, pourront apprécier, à sa juste valeur, le guet-apens qui vient de m’être tendu : ils en découvriront aisément l’origine et le but.

222”La démarche que je fais, en ce moment, prouve quel prix j’attache à l’estime de mes compatriotes ; ils condamneront bientôt unanimement des intrigues coupables et des manoeuvres ignobles, dont ils pourraient être, à leur tour, les victimes.

223”René Masson.”

224Fidèles à notre promesse, et désirant que cette affaire ait de la publicité pour nos compatriotes de l’intérieur, comme pour ceux de la capitale, nous reproduisons, plus loin, notre réponse aux attaques du Courrier des Etats-Unis. Si nous avions pu nous procurer ces attaques elles-mêmes, nous nous serions fait un devoir de les publier également ; mais nous avons vainement cherché les journaux qui les contiennent.

225Il nous reste à ajouter que les articles diffamatoires du Courrier des Etats-Unis ont été remis par M. le Vicomte de Gabriac, ministre de France au Mexique, à un certain Laugier, personnage bien connu, avec mission de les faire circuler.

226Que nos lecteurs jugent l’ordonnateur et l’entremetteur !

____________________

227(Extrait du Franco-Américain, de New-York, du 22 février 1847)

228A nos abonnés

229Nous avons atteint le but auquel nous avions visé ; nous avons forcé la calomnie à s’expliquer ; c’est lui ôter tout son venin. Aussi long-tems qu’on a fait courir secrètement, dans la ville, les bruits les plus infâmes sur notre compte ; aussi long-tems qu’on est resté dans les généralités, nous n’avons pas voulu, nous ne pouvions pas nous défendre contre une ombre insaisissable ; mais voici qu’on vient d’articuler des faits ; ici, au moins, il y a quelque chose de précis et de positif ; nous nous trouvons sur notre terrain.

230Avant d’arriver à l’exposé d’événements que le plus effronté mensonge a dénaturé, nous prions nos lecteurs de nous suivre attentivement dans quelques explications préliminaires.

231Le Courrier des Etats-Unis, dont l’origine remonte à vingt ans environ, après avoir passé successivement des mains de son fondateur en celles de différents éditeurs, est devenu, vers le commencement de 1840, la propriété de M. Frédéric Gaillardet. Nous ne dirons rien des anciennes opinions de ce digne personnage ; nous ne dirons rien de sa polémique actuelle ; nous ne rappellerons pas les circonstances édifiantes dans lesquelles s’est opéré le tour de passe-passe qui a, presque subitement, transformé un brandon anarchique en un torchon ministériel ; ces détails sont trop connus ; mais nous constaterons qu’au commencement de 1846, le Courrier des Etats-Unis, ayant vu naître et mourir successivement plusieurs concurrens éphémères, se trouvait, depuis long-tems déjà, seul maître du terrain - Véritable sultan de la presse française, le chevalier taillait, rognait, exploitait et diffamait à son gré ; sa vie s’écoulait paisible en flots de miel et d’or ; lui seul écrivait le français aux deux Amériques ; quelle satisfaction pour son amour-propre ! Sa bourse, si long-tems vide, hélas ! se remplissait à vue d’oeil ; quelle satisfaction pour sa cupidité ! Et puis, au fond de ce riant tableau, la cession, un jour à venir ; pour 45,000 ps, pas un centime de moins, du bienheureux monopole. Notre chevalier s’endormit, ses rêves étaient si beaux ! Il s’endormit de telle manière que son journal s’en ressentit, et les abonnés, qui payaient assez cher pour être bien servis, commencèrent à murmurer.

232Alors vînt en Amérique, un jeune homme qui, d’un coup de baguette, fit tourner la médaille : en parcourant les Etats-Unis, il avait pu juger du discrédit dans lequel était tombé le Courrier des Etats-Unis, et surtout son rédacteur ; il s’était étonné d’ailleurs que, dans un centre comme New-York, centre qui projette ses rayons sur tant de points et dans des contrées si éloignées, il n’y eût qu’un journal, constituant le monopole le plus dangereux pour l’honneur et les intérêts des populations franco-américaines. Il résolut de faire cesser cet état de choses, et, sans ressources personnelles, il déclara vouloir élever, côte à côte avec le Courrier, une nouvelle feuille, de principes, d’idées et de prix différents. On lui rit au nez d’abord, mais toujours fut-il que le premier numéro du Franco-Américain parut. Avant même que nous nous missions à l’oeuvre, on nous avait qualifié, dans deux tartines éditoriales qui ont fait époque, des délicates épithètes de harpie et de chauve-souris ; notre crime était léger alors, car le magnanime chevalier ne croyait pas à la prolongation de notre existence. Quand nous eûmes quatre mois de durée, la chose devint plus grave : nous avions volé nos souscripteurs. Mais ce maudit Franco marchait toujours : au bout de neuf mois, nous étions un escroc dont on allait demander l’extradition. Aujourd’hui, l’année va finir, et nous sommes un faussaire ! on ne l’a pas écrit, mais on l’a dit.

233Ainsi donc, nous avons détruit le monopole dont s’engraissait le chevalier ; nous avons terriblement froissé son amour-propre : il n’est plus l’homme unique et nécessaire ; nous avons blessé profondément sa cupidité : son journal lui coûte deux fois autant qu’avant la concurrence, les abonnés s’évanouissent et la perspective des 45,000 ps. s’est indéfiniment allongée. Nous avons osé dire franchement et sans détour ce que chacun pensait : est-il étonnant que nous ayons en M. Gaillardet l’ennemi le plus acharné ?

234Voyons ailleurs. —Depuis le marché qu’il avait scellé d’une croix, le ministère parlait seul, par l’organe du Courrier, aux populations franco-américaines, qu’il nourrissait de ses sophismes ; la vérité sur la politique française n’arrivait, aux Etats-Unis, que tronquée, défigurée, travestie ; c’était la condition du traité. Le Franco-Américain qui n’a pas passé de marché, parle avec sa conscience, discute de bonne foi ; on en a pris ombrage à Paris, et la ressource des procès de presse manquant ici, on vient d’user, contre lui, d’autres moyens que nous mentionnerons dans un instant.

235Enfin, nous avons eu la coupable audace, dans l’accomplissement de nos devoirs de journaliste, de ne pas trouver parfaits tous les actes de certain agent du Consulat de France, homme pétri d’ambition, et qui a emprunté à son origine, rien moins que française, un fonds de rancune peu commun ; c’est assez dire que là encore, nous nous sommes fait un adversaire implacable.

236De sorte que nous avons contre nous cette sainte-trinité : le chevalier Gaillardet, le ministère et le vice-consul de France à New-York. Parlez-nous au moins d’ennemis pareils ! Nos lecteurs n’ont pas oublié que nous avons eu le courage de nous les créer nous-mêmes en toute connaissance de cause ; n’était-ce pas insigne folie, si nous n’avions eu la conscience nette ?

237Nous arrivons aux dégoûtantes diffamations du brave chevalier. Protestons, d’abord, de toute la force de nos poumons, contre le cynisme de ses attaques personnelles ; nous le demandons, de bonne foi, avons-nous jamais fouillé dans les ordures de la vie privée de M. Gaillardet ? Non. Et pourtant quels riches et curieux documens nous avons en notre possession ! Nous avons marqué d’un fer rouge le renégat politique qui voulait masquer sa dégradation par une rare imprudence ; c’était notre droit, notre devoir.

238Il nous fallait, pour faire ressortir la monstruosité et l’illégalité de la décoration d’un homme privé de l’exercice de ses droits de citoyen français, parler du jugement rendu contre M. Gaillardet ; mais n’avons-nous pas toujours déclaré que nous n’entendions pas lui imputer à crime un malheur auquel est exposé le citoyen le plus honorable ? (Voir surtout notre numéro du 30 septembre.) Nous lui avons reproché, non pas sa faillite, mais sa décoration quand il était en faillite ; nous avons laissé de côté la question commerciale pour nous rattacher à la question politique. Pour esquiver le coup, le chevalier a voulu donner le change au public, c’était fort adroit.

239Les accusations infâmes de M. Gaillardet, fussent-elles fondées, ne devaient donc jamais être articulées par un journaliste ayant quelque souci de sa dignité : mais comment qualifier le misérable assez lâche, assez vil pour avancer des faits ignobles dont il sait positivement la fausseté ?

240C’est le cas ici : Nous avons fait, en venant aux Etats-Unis, en société avec une autre personne, et d’après les conseils d’un de nos parens, ancien négociant qui était resté plus de quarante ans à Philadelphie, une pacotille, par l’entremise de commissionnaires qui nous connaissaient depuis plusieurs années. Nous avons pris à crédit, sous la garantie de ces messieurs, qui ont traité directement avec presque tous les négocians, des marchandises pour vingt huit mille francs ; ces marchandises ont été consignées, au Havre, à la maison Duteil et Laude, à la Nouvelle-Orléans, à la maison Merle, Bayle et Compagnie, et à New-York, à M.G. Merle : on peut puiser aux sources. Au moment de notre départ pour l’Amérique, nos commissionnaires nous ont mis en voiture pour le Havre. Nous n’avons pas besoin de faire l’historique de nos déboires aux Etats-Unis ; contentons-nous d’affirmer que le produit des ventes a suffi, à grande peine, à payer les droits, les frais de tous genres, et à désintéresser un ou deux créanciers. Les fonds résultant des ventes de marchandises ont toujours été remis, du reste, entre les mains des consignataires. Voilà l’affaire dont nous n’avons jamais fait mystère à personne, même au moment où nous cherchions à fonder le Franco-Américain.

241Notre associé était resté à Paris, attendant les retours ; les retours ne venant pas, il a renouvelé la plupart des effets, et enfin, perdant patience, huit mois après notre départ, et se faisant verser une somme de deux cents francs sur une valeur qu’il avait souscrite, il s’est embarqué pour New-York, dans l’entrepont, pour tenter de mettre ordre au désastre commercial que nous avions éprouvé.

242Ainsi donc, il nous est arrivé ce qui arrive à tous les pacotilleurs ; à ceux surtout qui, comme nous, sont complètement étrangers aux affaires commerciales ; nous devons aujourd’hui 25,000 fr. à deux, c’est-à-dire 12,500 fr. chacun ; –c’est là tout notre crime ;— nous n’avons, du reste, contre nous, aucun jugement de faillite ; nous avons promis de payer et nous paierons ; nos créanciers avaient assez de confiance en nous pour attendre, mais la race des Gaillardet leur a fait croire que nous sommes à la tête d’un établissement valant 30,000 ps., que nous roulons carrosse, et que nous nous refusons à remplir nos engagemens ; sur ces affirmations, deux d’entre eux ont envoyé leurs pièces, c’est-à-dire effets et protêts.

243Nous ne dirons rien de la mauvaise foi qu’a mise le chevalier dans l’énumération des marchandises que nous avons apportées ; son exagération est d’autant plus condamnable, qu’il a vu les pièces ; les 20,000 fr. de flanelles se réduisent à 12,000 (c’est la créance envoyée au consulat), et des 12,000 fr. de parapluies, il ne faut rabattre que 9,200 fr.

244Le palais des Champs-Elysées était un modeste appartement de 300 fr. par an que notre associé habitait depuis quatre ans, et qu’il a quitté pour remplir les fonctions d’inspecteur, et non de caissier, de la Compagnie la Confiance.

245Nous le répétons, du reste, c’est par commissionnaires qu’ont été faits nos achats ; nous n’avons, par exemple, jamais écrit un mot à MM. Damsch et Munzer, fabricans de flanelles ; tout s’est fait par l’entremise de MM. Royer et Théodore Poulot, qui, par contre, sont nos principaux créanciers.

246Or, M. Théodore Poulot, ce négociant que nous avons indignement volé, nous écrivait, le 14 juillet 1846 :

247”Que les souhaits formés par un vieux camarade pour la réussite de votre journal, vous soient agréables.

248Adieu, je vous embrasse sincèrement.

249”Th. Poulot.”

250P.S. Je compte, si vous venez en France, sur votre première visite.”

251Le 15 octobre 1846, nous recevions une nouvelle lettre, dans laquelle M. Poulot, ce commissionnaire victime de notre escroquerie, nous dépeignait, sous les couleurs les plus vives, les sales manoeuvres, à Paris, de la race Gaillardet.

252Et le 30 octobre, une dernière lettre commençait ainsi :

253”Mon cher ami,

254Je vous confirme ma lettre du 15 courant. Depuis, il est arrivé à ma connaissance divers renseignemens que vous n’apprendrez pas sans intérêt, puisqu’ils peuvent être, pour vous, d’une grande utilité. Sachez donc que M. Gaillardet, notre concurrent, est en marché pour acheter vos créances, c’est-à-dire qu’il les fait acheter par un tiers ; que ce tiers doit vous proposer d’acheter votre journal, moyennant une somme de … comptant, et le reste payable en bons billets. Vous voyez que le plan est assez bien combiné et, sans cet avertissement, il pouvait très bien réussir. Comme je ne vois dans tout cela, qu’une affaire déloyale, je ne me fais pas scrupule de vous en indiquer l’auteur.

255Une semblable affaire vient d’arriver tout récemment. M. Dumas, voulant aller en Espagne assister aux fêtes royales, vendit un de ces ouvrages 30,000 fr. payables moitié comptant, moitié en billets. On fit un écrit dans lequel on spécifia ce mode de paiement, puis on lui compta 15,000 fr., et on lui remit les 15,000 fr. restant en ses billets protestés. Jugez de sa stupéfaction, lorsqu’il vit qu’il ne pouvait rompre le marché. Aussi, mon cher Masson, tenez-vous sur vos gardes, si vous ne voulez être refait de la même manière.

256”Th. Poulot.”

257Nous avons ces lettres, dans tout leur contenu, à la disposition de ceux de nos abonnés qui voudront en prendre connaissance.

258Nous doutons fort que les créanciers du chevalier lui aient jamais écrit dans de pareils termes, d’autant mieux qu’un d’entre eux, complètement désintéressé, a-t-on dit, nous a fourni des renseignements impayables… Mais nous avons promis de ne pas entrer dans la vie privée.

259La calomnie s’était produite avec tant d’assurance que nous avions fini par douter de nous-mêmes : Aurions-nous été criminel sans le savoir ? nous sommes-nous dit. Et pour nous édifier, nous nous sommes rendu, dans les bureaux du Consulat, accompagné d’un honorable négociant de la ville.

260Nous avons demandé communication de ces fameux documens qu’on prétendait y exister contre nous. Un jeune employé, seul présent, a fini par nous apprendre, après beaucoup d’hésitations et de réticences, que ces documens avaient été envoyé chez M. Tillon, avocat, 70 Wall street.

261Nous nous sommes immédiatement transporté chez cet avocat, toujours en compagnie du négociant qui avait bien voulu nous prêter son assistance. M. Tillon nous a produit une réclamation commerciale s’élevant à la somme de 12,000 fr., et faite contre nous par MM. Damsch et Munzer fils. Nous engageons nos amis à se rendre chez M. Tillon ; la chose en vaut la peine.

262Voit-on maintenant d’où vient le coup ? Mais bien mieux : la réclamation commerciale, faite contre nous, a été envoyée au Consulat par le ministre des affaires étrangères ; M. Guizot, ou ses satellites pour lui, se fait huissier pour nous poursuivre ; –le Consulat, recevant ces pièces, au lieu de nous en donner avis, alors que nous sommes le plus intéressé à les connaître, les communique à M. Gaillardet, notre ennemi, notre concurrent, et les envoie à un avocat ; –ce n’est que par le Courrier des Etats-Unis que nous en avons connaissance.

263La sainte-trinité, dont nous avons parlé, avait donc agi de concert ; on a donc voulu nous abattre, sous le triple coup de la persécution politique, de la concurrence et de la vengeance maltaise.

264Quel honnête homme nous serions, si jamais nous n’avions fondé le Franco-Américain ?

265Nous savions à quoi nous nous exposions ; le courage ne nous a pas manqué jusqu’ici… il ne nous manquera pas.

266Nous avons deux mots à dire encore sur notre candidature comme élève consul ; nous serons brefs :

267Sous le règne même de M. Guizot, qui nous poursuit aujourd’hui, nous avons obtenu, au ministère des affaires étrangères, les notes les plus honorables de nos supérieurs ; nous avons quitté momentanément la carrière, dégoûté des exemples ignobles de corruption dont nous étions tous les jours témoins, et nous sommes venus à New-York porteur d’une lettre de vive recommandation pour M. le consul général de France ; cette lettre émanait de M. Drouyn de Lhuys, directeur de la section commerciale des affaires étrangères ; c’est-à-dire du chef le plus élevé après le ministre, dans la branche consulaire !

268Nous terminons en nous excusant auprès de nos lecteurs, pour les avoir aussi long-temps entretenus de nous ; mais nous ne pouvions laisser passer, sans les relever, les indignes calomnies dont nous avions été l’objet. Nous affirmons, sur l’honneur, la scrupuleuse vérité de tout ce qui précède ; que chacun fasse maintenant un retour sur lui-même ; qui peut être, désormais, à l’abri des infâmes attaques d’un journal qui se proclame l’organe des populations franco-américaines ?

269Le chevalier Gaillardet ne peut pas nous suivre sur le terrain où nous l’avons appelé ; nous l’allons trouver sur le sien ; il attend, dit-il, que nous lui donnions une paire de soufflets pour nous faire incarcérer ; nous ne nous abaisserons pas jusqu’à frapper un rachitique usé de débauche ; mais nous lui posons un dilemme :

270D’après la loi américaine, il n’y a pas de diffamation, et, par conséquent pas de condamnation, quand les faits articulés sont prouvés.

271Que, dans la longue série des infamies dont nous avons été accusé, on choisisse un fait quel qu’il soit, emportant une idée de criminalité ; qu’on l’articule franchement, ouvertement ; nous prenons l’engagement de poursuivre l’accusateur en diffamation devant les tribunaux. Si cet accusateur succombe, c’est-à-dire s’il ne prouve pas son allégation, le montant de la condamnation pécuniaire, prononcée contre lui, sera versé par nous dans la caisse de la Société Française de Bienfaisance ; si, au contraire, le fait est prouvé, nous nous déclarons, dès aujourd’hui, l’être le plus vil et le plus méprisable. A l’oeuvre, donc ! De deux choses l’une : si vous avez la preuve de ce que vous avez avancé, vous devez provoquer la décision des tribunaux ; si, au contraire, vous n’aviez, pour porter contre nous des accusations infamantes, aucune preuve autre que les lettres que vous vous êtes fait écrire, nous assure-t-on, par votre digne frère et ses suppôts, je vous déclare solennellement le plus lâche et le plus misérable des calomniateurs !

272Après cette déclaration positive, nous devons promettre que jamais, dans notre journal, un mot de plus ne paraîtra sur cette affaire avant la décision des tribunaux.

2739 décembre 1857

LE PLAN DE TACUBAYA

274Il y a quelque jours que nous ne sous sommes occupés de la situation intérieure ; c’est que, d’une part, nous avons été l’objet de nobles et magnanimes vengeances qui nous ont un peu détourné de notre but, et que d’un autre côté, nous avons à peu près manqué de matière à chronique.

275Tous nos confrères ont déclaré que le Trait d’Union a été dénoncé par M. Le fiscal de la presse pour avoir publié les proclamations de l’ex-général Salas ; cette nouvelle est sans fondement ; du moins aucune notification légale ne nous en a-t-elle été faite.

276C’est le Diario de Avisos qui l’a donnée le premier, dans l’espoir charitable, sans doute, de la voir se réaliser. Mais M. le fiscal de la presse a compris aisément que les pauvres productions de M. Salas, loin d’être redoutables, sont de nature à discréditer un parti qui n’a rien de plus raisonnable à dire. Nous savons de source certaine que les religionnaires ont été plus vivement et plus légitimement contrariés de cette publication, que le gouvernement de M. Comonfort […]

_______________________________________________________

277Bulletin. 11 décembre 1857

278L’Eco National.– Nous lisons dans ce journal plein de sollicitude pour nous : le Trait d’Union a rempli, hier, la plus grande partie de son numéro par des matières domestiques et édifiantes qui prouvent que beaucoup de ses compatriotes au Mexique n’ont pas pour lui de très fortes sympathies. Nous aurions été fort surpris que messieurs de l’Eco ne fissent pas, en cette circonstance, preuve de leur bonne foi habituelle. Nos compatriotes, qui ont le sentiment inné de la justice et la dignité humaine, ont unanimement condamné les diffamateurs et les mouchards ; jamais l’opinion publique n’a rendu d’arrêt plus foudroyant et mieux mérité.

279Faits divers mexicains.

__________

280[…] Nous recommandons tout particulièrement à nos lecteurs la communication adressée par M. le général Parrodi au Congrès de Jalisco ; ils en trouveront la traduction dans les Faits Divers ; ce document important par lui-même, emprunte un nouvel intérêt à son insertion dans la Cronica Oficial ; M. Parrodi se défend vigoureusement de toute idée de participation à un coup d’Etat qu’il condamne énergiquement ; il a des données puissantes pour croire que M. Comonfort répudie cet attentat qui tendrait à déconsidérer son gouvernement, etc.etc ; l’insertion d’une déclaration aussi catégorique dans le journal officiel est, à notre avis, le démenti le plus éclatant qu’ai pu donner le gouvernement aux rumeurs généralement propagées depuis quelques jours ou plutôt depuis quelques semaines.

281Bulletin. 15 décembre 1857

_______________________________________________________

282A ceux de nos lecteurs qui pourraient s’étonner de ne nous voir faire aucun commentaire sur les graves événements qui viennent de se passer, nous traduirons la communication suivante qui nous a été adressée par M. le gouverneur du District : elle est, dans sa sécheresse, aussi nette et aussi positive que possible :

283Gouvernement du District — Désirant éviter par tous les moyens qui sont en mon pouvoir que les événements qui se sont passés aujourd’hui dans la capitale ne soient dénaturés, et bien moins encore permettre que, sous forme de commentaires, les ennemis du système actuel se servent de l’arme de la presse pour déchaîner les passions, je vous préviens que pour aucun motif le journal qui se publie dans votre imprimerie ne doit s’occuper de commenter ces faits, et vous êtes averti que si vous enfreignez la présente défense, je vous infligerai une amende de 1,000 piastres, qui sera effective, ou la suspension de votre journal. Pour éviter que vous ne puissiez vous disculper sous prétexte d’ignorance, je vous communique cette résolution directement, et pour les fins exprimées ;

284Dieu et liberté.– Mexico le 17 décembre 1857.

285Agustin Alcérreca.— À M. René Masson.

286Bulletin. 18 décembre 1857

__________

287Hier matin, vers six heures, une salve d’artillerie annonçait aux habitants de la capitale qu’un événement de quelque gravité venait de se produire ; la brigade Zuloaga, venue de Tacubaya, prenait possession des principaux points de la ville au bruit des pétards et de quelques décharges de mousqueterie, et, bientôt après, le public pouvait lire, au coin des rues, le document suivant, qui y avait été placardé :

288(suit la publication en français du plan de Tacubaya et de la proclamation d’Alcérreca)

__________

289Le pavillon national a été arboré, hier, dès le matin, à l’occasion de ces événements, sur le Palais et sur la Députation dont les balcons ont été tendus de draperies. La cathédrale et les autres édifices religieux n’ont pas suivi cet exemple.

290Le conseil municipal s’est dissout. On annonçait l’apparition, pour hier même, d’un manifeste de M. Comonfort à la nation ; au moment de mettre sous presse, ce document ne nous est pas parvenu, nous ignorons s’il a été publié. MM. Benito Juarez et Isidoro Olvera, président du Congrès ont été arrêtés, puis remis en liberté, croyons-nous.

291Des dépêches télégraphiques ont annoncé, hier, l’adhésion de Cordova, Orizaba et Veracruz au pronunciamiento de M. le général Zuloaga ; des navires étaient partis de Veracruz pour tous le ports du golfe, Tuxpan, Tampico, Matamoros, Alvarado, Tabasco, Sisal, etc., pour y recueillir de nouvelles adhésions.

292On dit que la brigade Etcheagaray a également secondé le mouvement à Puebla.

__________

293Nous regrettons vivement que l’avertissement de M. le gouverneur du District ne nous permette pas de donner franchement et sincèrement, suivant notre habitude, notre opinion sur les graves événements que nous venons de relater avec toute la concision possible.

294Bulletin. 20 décembre 1857

_______________________________________________

295Manifeste de M. Comonfort

296Le plan proclamé, le 17, par le général Zuloaga, a été pu-bli hier par bando national au son du canon, des tambours et des fifres. Nous n’avons pas la copie du décret.

297En revanche, nous reproduisons le manifeste, depuis longtemps attendu, de M. Comonfort à la Nation.

298Nous publions ce manifeste dans son texte original ; nous n’avons pas la force de le traduire : il est trop long.

299D’ailleurs, il nous est défendu de commenter, et l’on pourrait prendre une expression impropre dans la traduction, pour un commentaire.

300Des documents historiques de cette nature ne peuvent être donnés que tels qu’ils ont été conçus et écrits, car chaque expression doit en être mûrement pesée ; nous engageons nos lecteurs à suppléer, dans leur for intérieur, au silence qui nous est imposé.

30121 décembre 1857

________________________________________________

302Toute la presse cléricale, conservatrice, tacubayiste et réactionnaire nous tombe aujourd’hui sur le dos. Elle nous attaque, à la fois pour le peu que nous disons et pour tout ce qu’il nous est défendu de dire.

303Nous avons connu jadis, un journal décent et de bonne foi dans sa polémique, qu’on appelait la Sociedad. Il était respecté même par ses adversaires qui aimaient à discuter avec lui. Hélas ! la Sociedad d’aujourd’hui n’a de commun avec celle d’autrefois que le nom de l’imprimeur et l’aspect typographique ; sa rédaction ressemble si fort à celle du Tiempo, d’assez triste mémoire, que nous croyions y reconnaître une plume avec laquelle la nôtre s’est prise de bec, quelquefois. Tant pis pour la Sociedad, surtout si, comme on nous l’annonce, le Tiempo va renaître, châtié, moralisé et respectabilisé, sous le contrôle, à coup sûr, d’un ancien rédacteur du journal de la rue de Cadena.

304Laissons donc la Sociedad dénaturer les faits, discuter à faux et se tromper à bon escient ; laissons la faire cause commune avec l’Eco et le Diario de Avisos, pour voir, dans ce qui se passe, en ce moment, l’expression du sentiment national en faveur de sa cause ; ce serait perdre son tems que de chercher à démontrer qu’il fait jour en plein midi, bien que la presse rétrograde soutienne obstinément qu’il fait nuit. Le tems viendra bientôt où nous pourrons tirer des événements qui se déroulent et vont se dérouler, tout l’enseignement qu’ils portent pour la direction future du pays.

305La Razon, organe du parti modéré, grand partisan de la situation créée par les événements du 17 du courant, nous fait aussi rudement la guerre, parce que, sans doutes, nous ne voyons pas, comme lui, les choses couleur de rose. Laissons encore dire la Razon.

306Bulletin. 30 décembre 1857

__________________________________________________

307La situation est tellement grave et tellement tendue qu’elle donne nécessairement lieu à des rumeurs de toute nature que nous ne voulons ni relever, ni reproduire. Disons, cependant, que parmi ces bruits, il en était un qui semblait circuler, hier, avec plus de crédit que tous les autres : les santannistes, disait-on, préparaient un mouvement pour la nuit même. Nous avons la confiance malgré tout que nous nous lèverons le 31 décembre dans les mêmes conditions que nous nous serons couchés le 30. […]

308Bulletin. 31 décembre 1857

HISTOIRE DU SINGE ET DE LA LANTERNE MAGIQUE

309C’est l’histoire du singe et de la lanterne magique. Nos lecteurs se rappellent-ils le tour d’un ingénieux macaque qui montrait de fort belles choses à travers les lentilles d’une lanterne de panorama et n’avait oublié qu’un bien simple détail… d’allumer la lampe de sa lanterne ! Nous avons beau allonger notre télescope et écarquiller les yeux ; rien de distinct n’apparaît à l’horizon ; la presse gouvernementale qui devrait nous éclairer, ne s’empresse pas de dissiper les ténèbres.— Dans une pareille situation que nous reste-t-il à faire, sinon rapporter les bruits qui circulent ? Entreprendre une tâche pareille est presque descendre au commérage : mais puisque c’est là un des traits caractéristiques de l’époque, va pour les on dit et pour les vagues rumeurs.

310On dit donc que la loi du 15 mai sera tenue en réserve et que l’exécution en est ajournée, –les uns disent pendant six jours, les autres pendant trois mois.

311On dit que le Guerrero a notifié le blocus de Veracruz aux navires de guerre étrangers mouillés à l’Ile verte, et que les commandants ont répondu qu’ils attendaient les ordres de leurs légations pour en prévenir les bâtiments de commerce et les retenir au mouillage de l’île.

312On dit que les généraux Osollo et Miramon sont toujours à San Luis et que les vidaurristes se tiennent postés à Carre-tas, à Parada et à las Bocas.

313On dit d’autre part que les vidaurristes ne font rien de semblable, et que M. Zuazua se porte dans le Bajío et dans le Département de Guanajuato.

314On dit encore que ces deux on dit sont controuvés et que les blouses marchent en ce moment, arme à volonté, sur la route qui conduit à Monterey.

315On dit que les constitutionnalistes de Michoacan se préparent à attaquer Celaya.

316On dit, par contre, que le général Galindo est sur le point d’aller attendre Pueblita au passage et de lui livrer bataille.

317Voilà les on dit de la journée et quand on les a répétés, on n’a rien dit qui vaille.

318Le Courrier Français. 2 juin 1958.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr