Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Masson dans le Trait d’Union

Chapitre I. Les premières années

1849-1855

Texte intégral

PROSPECTUS

1En établissant un nouveau journal français à Mexico, nous devons au public l’exposé des sentimens qui nous guident, et de la marche que nous nous proposons de suivre, dans notre entreprise.

2Nous voyons, d’un côté, la nécessité, pour une population nombreuse et disséminée sur chacun des points de la République mexicaine, de se grouper autour d’un organe qui relie et mette en rapports continuels les élémens dont elle se compose. Nous avons besoin, nous autres Français, exilés volontairement de notre belle patrie, d’union et d’accord, à l’étranger : notre nationalité, nos intérêts nous le commandent ; nous avons besoin, encore, d’entendre parler de cette France absente, que nous devons revoir, un jour plus ou moins prochain, et que nous suivons, pas à pas, avec une cruelle anxiété, dans des luttes politiques et sociales dont nous n’avons peut-être, malheureusement, pas encore le dernier mot.

3Mais, d’un autre côté, nous ne nous dissimulons pas combien cette œuvre de concorde et de nationalité renferme de dangers en elle-même ; nous savons combien elle exige de tact et de précautions : étrangers au milieu d’un peuple qui nous accueille avec sympathie, il est de notre devoir de ménager ses susceptibilités, de rester complètement neutres dans sa politique intérieure, et d’accepter, sans contrôle et sans discussion, ses actes, quand ils ne nous concernent pas directement, - tout en désirant ardemment et toujours, quoiqu’il advienne, son bonheur et sa tranquillité.

4Notre titre, si modeste qu’il paraisse, nous impose une tâche difficile et délicate ; nous nous appliquerons, avec ardeur à l’accomplir, à la satisfaction de tous. Loin de vouloir nous ériger en Don Quichotte de la presse, d’envenimer, par un maladroit excès de zèle, des événemens insignifians et sans portée ; de prétendre fronder et censurer à tous propos ce qui n’est ni dans nos moeurs, ni dans nos goûts, ni dans nos habitudes, notre voix ne cessera de prêcher la conciliation et l’harmonie. Chacun est maître chez soi, telle est la maxime sage et naturelle que nous ne perdrons jamais de vue ; si parfois, il nous arrive de hasarder un conseil, il sera dicté par la prudence et surtout par le désir de voir prospérer la contrée magnifique où nous avons choisi notre résidence. Notre polémique ne deviendrait sévère, notre discussion ne prendrait un caractère de vivacité, qu’au cas où nos compatriotes seraient frappés ou menacés injustement dans leurs personnes ou dans leurs propriétés, circonstance qui, tout nous le fait espérer, ne se réalisera jamais.

5Puisse notre journal servir un jour de trait d’union aux différentes fractions de la population française du Mexique ; -puisse-t-il également servir de trait d’union entre nos lecteurs et la population mexicaine ; -puisse-t-il, dans sa faible influence, empêcher à jamais la rupture du trait d’union que la similitude des institutions et des sentimens de bienveillance mutuelle ont si solidement établi entre les deux républiques de l’ancien et du nouveau monde ; -puisse-t-il, immense trait d’union jeté sur toute la largeur de l’Atlantique, relier plus étroitement, mettre en rapports plus suivis et plus immédiats, les Français de France et ceux du Mexique !

6Là tendront tous nos efforts : si le succès couronne notre oeuvre, nous serons trop payé des travaux et des soucis que nous prépare notre nouvelle publication.

7René Masson, ancien éditeur et rédacteur en chef du Franco-Américain.

85 mai 1849.

L’UNION

9Il y a cinq mois environ, s’élevait, dans l’ombre, un journal qui s’annonça tout d’abord comme appartenant à l’opposition ; ses allures étaient vives, violentes quelquefois, mais ses tendances véritables n’apparurent pas dès l’origine, et ses rédacteurs s’enveloppèrent d’un voile épais que ne pu pénétrer le regard curieux du public.

10Bientôt, cependant, ce journal manifesta plus ouvertement ses convictions ; le voile de l’incognito cessa de recouvrir le personnel de sa rédaction ; on put aisément se convaincre de la nature avancée de ses opinions ; il ne tarda pas d’ailleurs à entrer en campagne, et à lever hautement l’étendard dans les plis duquel il avait pris naissance.

11Cet étendard portait pour inscription un simple mot : Union ! Levé bravement au milieu de la mêlée des discussions politiques, ses partisans l’ont défendu, certes, avec courage et tactique ; il a fait des prosélytes et il a rencontré des adversaires sur tous les points de la République ; c’est autour de lui que se livre, en ce moment, le gros du combat entre les partis.

12Simples spectateurs de la lutte, nous nous sommes contentés, à part nous, de juger des coups portés par les combattants ; notre position toute exceptionnelle et la règle de conduite que nous nous sommes tracé ne nous permettaient pas d’y prendre une part active. Aujourd’hui encore, appelés à émettre notre faible opinion sur le sujet, nous déclarons positivement rester en dehors de toute espèce de partis ; nous sommes prêts à nous ranger indistinctement, sous la bannière de celui d’entre eux qui se dévouera franchement au bonheur et à la prospérité du pays.

13Le Globo, (c’est à lui que nous venons de faire allusion) ne devra voir, dans les réflexions qui vont suivre, rien qui trahisse le moindre sentiment d’hostilité ; nous regrettons vivement de nous trouver en désaccord avec ses rédacteurs, qui nous le savons, voient du même œil que nous, la position du Mexique et la ruine certaine à laquelle il court, s’il n’apporte promptement un changement radical à sa politique intérieure ; nous savons encore qu’entre ses rédacteurs et nous, il existe une similitude presque complète d’opinion sur les remèdes à l’aide desquels il est urgent d’arrêter les progrès effrayants du mal ; mais l’union qu’ils prêchent avec chaleur nous semble une illusion dangereuse de leur part ; se berçant trop légèrement d’un vain espoir, ils poursuivent un but propre à compromettre plutôt qu’à servir la cause à laquelle ils sont dévoués ; si leurs intentions sont louables, ils se trompent évidemment sur les moyens.

14Ce que demande le Globo, c’est l’union des partis, à l’exception de celui des modérés ; c’est-à-dire que son programme même implique une contradiction. Le mot Union entraîne une idée de généralité que n’ont pas ceux qui l’emploient, puisqu’ils parlent d’une exception. Nous comprendrions, jusqu’à un certain point, l’union entre tous les partis, les modérés y compris ; la chose est difficile, au Mexique plus que partout ailleurs, mais enfin, tenter cette œuvre de conciliation serait, à notre avis, faire acte d’un patriotisme bien entendu. Au lieu de cela que propose-t-on ? l’union des démocrates avancés, des monarchistes et des Santannistes, tous écartés du pouvoir, contre les modérés qui se trouvent à la tête des affaires. Dans tous les langages possibles, cette union n’est autre chose qu’une coalition. Rendons-lui donc sa qualification véritable, et voyons quels en seraient les résultats.

15Quatre partis sont en présence : les démocrates avancés, qui ne répudient tout le passé et ne placent leur confiance que dans les améliorations à venir ; les monarchistes, sortes d’écrevisses politiques, qui nient le progrès et le mouvement, et qui veulent rétrograder au lieu d’avancer ; les modérés, dont les tendances bornées ne sortent pas d’un certain cercle malheureusement trop étroit, et qui se défendent toute initiative hardie comme un crime contre le pays ; les Santannistes, dont le grand tort est de s’appuyer sur un homme, au lieu de chercher leur force dans un principe.

16Les Santannistes ne sont ni démocrates ni monarchistes, ou plutôt ils sont tout ce qu’on voudra, pourvu que leur messie revienne au pouvoir ; nous ne pouvons raisonner principes avec eux ; nous les laisserons donc à l’écart, pour ne nous occuper que des deux éléments principaux de la coalition.

17Ces deux éléments sont représentés, dans la presse de la capitale, par le Globo et l’Universal. Pour qui connaît le patronage et l’esprit de ces journaux, un abîme immense existe entre eux ; c’est l’avenir et le passé ; le progrès et le retour aux vieilles idées ; l’eau et le feu. Les deux extrémités cependant, se rapprochent pour unir leurs efforts communs. Que peut-il advenir de cette concentration de forces opposées ?

18Elles auront, peut-être, le pouvoir de détruire, mais que rétabliront-elles, sur les ruines qu’elles auront produites ? L’eau et le feu combinés sont des puissants agents de destruction ; ils se portent, pour renverser, un secours mutuel efficace ; mais qu’a-t-on jamais édifié, construit, par l’emploi de leurs forces réunies ?

19Que les partisans de la coalition y prennent garde ! en renversant un gouvernement établi, ils prendront, par cela seul, à la face du pays, l’obligation solennelle de faire mieux que leurs devanciers. Les modérés peuvent, au moins, se vanter d’avoir, relativement, assuré la tranquillité intérieure, depuis leur avènement aux affaires ; que dira le pays si ces deux extrémités, après s’être touchées momentanément pour arriver à leur œuvre de renversement, se séparent violemment, une fois le but atteint ? Là est le danger.

20Supposons deux chevaux attachés au même char, mais attelés en sens contraire, de manière que l’un tire vers le nord et l’autre vers le sud ; trouverez-vous jamais un cocher assez adroit pour diriger dans la bonne route ce singulier équipage ? Ce qui peut-être arrivera, c’est que l’un des chevaux étant plus vigoureux que l’autre, entraînera le char dans sa direction, en dépit de la résistance qu’il rencontrera ; de ce conflit d’efforts, résulteront des secousses violentes qui agiteront continuellement, et pourront briser l’équipage en renversant le cocher. Or, nous le demandons au Globo, de quel côté suppose-t-il que resterait l’avantage, en pareille circonstance ?

21L’histoire des coalitions est longue, dans les annales des peuples ; elles ont eu pour résultat constant d’assurer le triomphe du parti rétrograde contre le parti plus avancé. L’exemple de la conciliation opérée par Pitt entre les Whigs et les Tories, en Angleterre, pour s’unir dans un sentiment commun de nationalité contre l’ennemi du dehors n’est pas applicable ici ; les Whigs et les Tories, d’accord sur la question constitutionnelle, n’ont jamais été divisés que par des nuances fort peu tranchées ; nous répétons qu’il existe tout un abîme entre les doctrines de l’Union et celle du Globo.

22Nous nous sommes livrés aux réflexions qui précèdent sans prétendre y attacher autrement d’importance ; nous souhaitons fort que nos prédictions ne se réalisent jamais.

23Quoi qu’il en soit de l’union ou de la coalition, comme on voudra l’appeler, il est évident que les partis s’agitent activement ; on parle moins aujourd’hui, mais on agit davantage.

24Bulletin mexicain. 16 juin 1849

RÉPUBLIQUE OU MONARCHIE

25Nous avions promis des confidences à nos lecteurs, mais, par malheur, les rumeurs si diverses dont nous espérions enrichir notre chronique politique se sont évanouies comme par enchantement ; tout est au calme plat. La question financière n’occupe pas seulement le gouvernement, le congrès et les pauvres créanciers de l’intérieur et de l’extérieur ; elle cause aussi de graves embarras en d’autres quartiers. Que faut-il pour faire la guerre ? De l’argent - Ensuite ? - De l’argent. - Et encore ? - De l’argent. D’où la conséquence toute naturelle que sans argent, il n’y a pas de guerre, et que lorsqu’il n’y a pas de guerre, on est en paix. Telle est notre position du moment. Nous connaissons par delà l’Atlantique, des pays où la guerre est considérée comme un fléau, qu’elle éclate au dedans ou au dehors ; dans ces pays, où l’on n’a pas toujours tort, on achèterait la paix au prix d’énormes sacrifices. Ici, c’est bien différent : on subit la paix par nécessité ; on achèterait la guerre à un prix raisonnable, mais les piastres deviennent rares.

26Ce n’est pas là, croyez-le bien, la seule différence que nous ayons à signaler entre l’Europe et le Mexique ; il en existe d’autres, et de bien autrement graves.

27Ainsi, nous voyons les vieilles monarchies du vieux monde s’écrouler insensiblement, et les rois s’ensevelir sous les débris de ces quatre planches de sapin recouvertes de velours qu’on est convenu d’appeler leurs trônes. Amis et ennemis, tous conviennent d’un fait, c’est que le siècle marche vers la démocratie, guidé par le progrès ; seulement les uns trouvent qu’il s’avance avec trop de rapidité, et craignent les catastrophes, tandis que les autres l’aiguillonnent pour lui faire presser le pas. Il n’en fait qu’à sa tête, néanmoins, et s’il refuse de s’arrêter, il ne consent pas davantage à courir.

28Ainsi donc, un peu plus tôt, un peu plus tard, l’Europe monarchique deviendra républicaine ; ce n’est qu’une question de tems. Au Mexique, au contraire, la grande préoccupation du jour est la conversion de la république en monarchie. Et pourquoi ne pas avouer franchement la chose ? De quelque côté que nous tournions les yeux, autour du gouvernement actuel, nous le voyons pressé par les mêmes exigences, soumis aux mêmes accusations, menacé des mêmes armes. Sous les dénominations différentes que prennent les partis opposés au pouvoir, nous voyons onduler les plis d’un même drapeau. Jamais on ne fut plus divisé d’opinions, et jamais on ne fut plus près de s’entendre. Il en est qui veulent la chose et le nom ; d’autres désirent la chose et rejettent péremptoirement le nom. Une question d’élection ou d’hérédité, voilà la grande querelle, pour qui veut en sonder le fond. Tous s’accordent parfaitement sur les autres points : il faut un gouvernement fort au Mexique, s’écrient-ils à l’unisson ; il faut surtout un homme ferme à la tête de ce gouvernement ; et nouveaux Diogènes, ils confondent les rayons de leurs lanternes pour chercher l’homme, objet ardent de leurs désirs communs, sans lequel le gouvernement ne serait qu’un leurre. Ces symptômes sont trop visibles et trop généraux pour passer inaperçus ; aussi, soit que le sauveur si chaudement appelé par tous les partis, ait déjà dirigé dans d’autres tems les affaires du pays, soit qu’il surgisse, d’un jour à l’autre, un homme encore neuf à la politique, nous croyons pouvoir prédire que, de fait si ce n’est de nom, la république mexicaine deviendra monarchie ; ce n’est également qu’une question de tems.

29Bulletin mexicain. 4 août 1849

LE GAZ AU THÉÂTRE

30Aurons-nous, ou n’aurons-nous pas le gaz au théâtre national ? Le gaz est une magnifique invention, et nous ne demanderions, certes, pas mieux que de voir cette utile amélioration apportée dans l’éclairage de notre unique salle dramatique ; mais l’usage en est plein de dangers, surtout en un lieu de réunion nombreuse et compacte. M. Arbeu, entrepreneur du nouveau mode d’éclairage, se plaint des entraves qu’il rencontre de la part des autorités ; nous nous plaindrions vivement pour notre compte qu’il n’en rencontrât pas. L’emploi du gaz dans un théâtre exige les précautions les plus minutieuses, et l’autorité civile, moralement responsable des désastres terribles que pourraient entraîner les vices de construction, ne saurait y apporter trop d’attention. Un expert a été nommé, et sa décision fera loi sans doute ; nous ne pouvons, néanmoins, nous empêcher de hasarder ici notre opinion. Le gaz n’est pas nouveau pour nous, nous en avons pu constater maintes fois l’application, surtout aux salles de théâtre, et jamais, nous devons le dire, nous n’avons eu tant de motifs d’appréhension que dans la circonstance actuelle. Nous passerons ici sous silence la position de l’appareil déjà bien dangereuse en elle même, pour nous occuper de la composition des tuyaux destinés à la circulation du gaz sur tous les points de la salle et de la scène. Si, comme nous le croyons, ces tuyaux sont en fer-blanc, les scrupules de l’autorité nous semblent parfaitement justifiés. La matière dont on fait ordinairement usage en pareil cas, est le plomb ; encore s’y déclare-t-il souvent des fuites, et des réparations fréquentes sontelles nécessaires. A Mexico, où l’humidité fait si vivement sentir son influence, le choix du fer-blanc en remplacement du plomb nous paraît déplorable.

31L’expérience tentée dans l’académie de San Carlos ne prouve rien absolument. S’il n’est pas survenu d’accidens depuis deux ans, il peut fort bien s’en produire d’un moment à l’autre, et un accident, dans le théâtre national, où les tuyaux courent dans toutes les directions et sous les pieds des spectateurs, aurait les résultats les plus funestes.

32Nous faisons ces observations dans l’intérêt du public et dans celui de l’administration du théâtre. L’usage du gaz est jugé si dangereux en Europe, que les autorités civiles défendent l’établissement des gazomètres dans l’intérieur des villes.

3315 août 1849

LES ÉTRANGERS AU MEXIQUE

34Un des caractères distinctifs du sauvage, c’est de se montrer l’ennemi mortel de ce qui n’appartient pas à sa tribu. Le Sioux, l’Apache, le Comanche n’ont pas d’autre principe. Une des marques caractéristiques de l’homme civilisé, c’est au contraire de confondre l’humanité toute entière dans une seule et même famille, sans distinction d’origine, sans désignation de races. Une nation ne pourra, par conséquent, se considérer comme véritablement civilisée, qu’autant qu’elle aura répudié, sans retour, les préjugés barbares qui placent chez elle l’étranger dans la situation d’un paria, pour lequel il n’y a ni considération ni justice. Si vous recevez dans votre maison une personne étrangère à votre famille, et si vous ne lui prodiguez pas des égards aussi grands, plus grands même qu’à ceux qui vous touchent de près, vous passerez, avec juste raison, pour un homme sans usage du monde et sans éducation ; on en dira tout autant du peuple qui fera, aux étrangers résidant dans son sein, une condition pire qu’à ses nationaux.

35Nous n’entendons pas appliquer ces réflexions aux Mexicains, mais nous les appliquons, dans une certaine mesure, au Mexique. Nous savons par expérience, et nous nous plaisons à le proclamer hautement, que les préjugés dont nous parlons sont depuis longtems bannis d’une certaine classe de la société mexicaine ; malheureusement, cette classe est la moins nombreuse. En dehors des grands centres de population, les masses croupissent dans l’ignorance et dans le culte d’idées barbares qui ne sont plus du siècle où nous vivons ; dans les villes de premier ordre, même, il n’est pas rare de trouver des hommes considérables par leur position, qui ont conservé, sous l’enveloppe trompeuse de la civilisation, les vieux instincts de la race sauvage et primitive. Ces hommes sont le fléau de leur pays, qu’ils calomnient par leurs actes dans l’esprit des autres nations du monde ; il faudra peut-être des siècles entiers, pour réparer le mal qu’ils auront fait pendant le court exercice de fonctions élevées, auxquelles ils sont parvenus par toute autre voie que celle du mérite personnel. Lisons l’histoire du Mexique ; n’y voyons-nous pas, à chaque page, un conflit entre le pays et les étrangers qui l’habitent ? Ces conflits ont coûté souvent cher à la nation qui a payé cruellement, de cette manière, les fautes de quelques ambitieux indignes de se mêler de près ou de loin à son administration : mais les malheurs du passé ont-ils servi de leçon pour l’avenir ? non. Aujourd’hui encore, est-il un pays où les réclamations diplomatiques soient si fréquentes ? Nous ne le pensons pas. S’il arrive une plainte aux oreilles du public, n’est-ce pas, presque toujours, un étranger qui la formule ? S’il se passe un scandale, n’est-ce pas, presque toujours, un étranger qui en est victime ?

36Il nous est pénible de constater ces vérités qui trouveront ailleurs un écho ; mais dans l’intérêt même du Mexique, pour son honneur, pour sa considération à l’extérieur, nous nous croyons obligés de mettre enfin le doigt sur la plaie qu’une loi de colonisation, si libérale qu’elle fût, serait impuissante à cautériser. La législation d’un peuple consiste moins dans la collection de ses lois que dans la manière dont elles sont appliquées ; or les lois sont déplorablement appliquées au Mexique.

37Bulletin mexicain. 8 mai 1850

LE CLERGÉ ET LE CHOLÉRA

38Les journaux portent contre les religieux de San Agustín, une de ces accusations qui, si elles sont fondées, flétrissent énergiquement la congrégation qui les a motivées. Ces religieux auraient refusé, dit-on, de céder une partie de leur immense monastère pour y établir un hôpital pendant l’épidémie, et sur leur refus, cet hôpital aurait été organisé dans une caserne militaire, sur l’offre obligeante qu’a faite de ce local le chef de corps qui y commande. De pareils actes doivent être signalés par la presse. Nous avons remarqué, du reste, que le clergé, dont l’excuse n’est sans doute pas la pauvreté, demande beaucoup, depuis qu’il est question de l’épidémie, mais donne fort peu. Les processions sont très jolies, nous en convenons, surtout quand on habille tout exprès les troupes à neuf pour leur donner plus d’éclat ; si efficaces qu’elles soient d’ailleurs, elles coûtent cher cependant et l’argent qu’on y dépense pourrait trouver un emploi plus matériellement utile. Le viatique passe toujours dans les rues, en faisant sonner ses sonnettes.

39Faits divers mexicains. 1er juin 1850

TABLEAU SYNOPTIQUE DE LA RÉPUBLIQUE MEXICAINE

40Nous avons reçu, des mains mêmes de son auteur, M. Miguel Lerdo de Tejada, un exemplaire de ce travail géographique et statistique, dont le mérite et l’utilité sont incontestables. On l’a dit souvent et avec raison : le Mexique s’ignore lui-même ; tout ce qui contribuera à lui apprendre à se connaître sera, par conséquent, une précieuse acquisition. Telle est l’oeuvre de M. Lerdo ; on y trouve ce que, jusqu’à ce jour, on aurait inutilement cherché dans aucun livre, les renseignements les plus complets et les plus exacts sur tout ce qui concerne l’histoire, la géographie, les productions, les ressources et l’administration du pays. Sa forme et la modicité de son prix l’auront bientôt rendu d’un usage général au dedans et même au dehors de la République.

41Faits divers mexicains. 23 novembre 1850

LES DEUX PRÉSIDENTS

42Au moment où nous écrivons expire le mandat présidentiel du géneral Herrera.

43Au moment où paraîtra, demain, notre journal, commencera le mandat présidentiel du général Arista.

44Nous sommes donc en quelque sorte à cheval sur deux présidences, l’une qui s’en va, l’autre qui vient.

45C’est le cas où jamais, de juger la première et de pressentir la seconde. Nous Talions faire à grands traits de plume.

__________

46M. le général Herrera, président sortant, porte sur sa physionomie, dans son allure, une expression de bonhomie qui n’est pas menteuse. En le voyant passer dans la foule, celui qui ne le connaîtrait pas ne manquerait pas de s’écrier : ”La bonne figure de vieillard ! l’excellent père de famille que ce doit être !” Il dirait vrai : M. le général Herrera était sincère, lorsque dans son dernier discours aux chambres, il déclarait n’avoir jamais fait le mal en connaissance de cause. Sans ambition personnelle, il s’est laissé porter deux fois à la magistrature suprême de son pays, et il a fait preuve, sur le fauteuil présidentiel, de vertus qui le recommandaient au foyer domestique. Chacun se rappelle que lors de sa présidence intérimaire, déposé révolutionnairement par Paredes, le 30 décembre 1845, il sortit tranquillement à pied du palais, monta dans une voiture de place, et retourna chez lui, heureux sans doute de se voir ainsi débarrassé des soucis du pouvoir. On raconte même qu’il fût alors obligé de mettre en gage son argenterie pour subvenir aux besoins de sa famille.

47Rappelé au palais par le vote populaire, le 3 juin 1848, comme président constitutionnel, M. le général Herrera y revînt, peut-être dans la même voiture de place, reprendre un poste qu’il avait accepté faute d’énergie suffisante pour le refuser ; aujourd’hui, le 15 janvier 1851, il le cède avec plaisir à son successeur, pour s’en aller terminer paisiblement ses jours dans la maison de campagne qu’il s’est fait construire à Tacubaya.

48Aussi, comme homme privé, M. le général Herrera s’est-il attiré des sympathies universelles : l’opposition, un instant furibonde contre son administration, ne s’est jamais attaquée à sa personne ; à peine a-t-il été mention de lui dans la polémique des journaux, pendant les trente-deux mois de sa présidence ; ajoutons, même, qu’il n’en a pas été assez question. Les vertus négatives qui faisaient la gloire du père de famille, n’étaient plus suffisantes à l’homme d’Etat.

49Sans doute la bonté de cœur, la probité, la pureté des intentions sont choses précieuses pour l’homme politique, mais il lui faut, avec elles, l’énergie, la sûreté du coup d’œil, la connaissance du cœur humain, la science de gouvernement, dernières conditions qui, toutes, manquaient au général Herrera. Trop préoccupé des idées religieuses, sans force de caractère, presque sans volonté, peu versé dans les secrets de l’administration, il faisait ce qu’il pouvait, mais il pouvait fort peu ; sa personnalité s’effaçait entièrement devant celle de ses ministres ; c’était une espèce d’être moral qu’on pouvait croire exister, en fiction, dans le fauteuil présidentiel, mais dont aucun signe matériel ne révélait l’existence. Uniquement préoccupé, pendant ces derniers tems, de sa retraite prochaine au foyer de sa famille, les agitations inséparables du pouvoir glissaient sur lui sans l’atteindre. Nous parierions que le vol de ses paons à Tacubaya lui a causé, relativement, presque autant de soucis que les embarras financiers du trésor, et que la décoration que lui a donnée Pie IX lui a fait presque autant de plaisir que tous les honneurs dont la patrie reconnaissante aurait pu le combler à sa sortie du palais.

50Sous une vieille monarchie, bien organisée, roulant d’elle-même sur ses anciennes traditions, avec un bon cabinet, le général Herrera se serait justement acquis l’un des surnoms historiques dont les peuples sont prodigues pour témoigner leur gratitude : on l’aurait appelé le vertueux, le bon, le juste : Sous une jeune république où tout est à faire ou à changer, l’histoire le taxera, probablement de faiblesse et d’insuffisance gouvernementale.

51Il ne faut pas oublier, du reste, que cette administration débonnaire, sans initiative, stationnaire, du président sortant, peut être considérée comme un bienfait de la Providence, qui aurait voulu, de cette manière, ménager une transition entre l’agitation produite par l’invasion étrangère et l’époque où les réformes deviendraient non pas seulement possibles, mais urgentes. Le moment de transition a pris fin avec la présidence du général Herrera ; le moment des réformes doit commencer avec la présidence du général Arista.

__________

52Le général Arista, président entrant, ressemble fort peu, sous tous les rapports physiques, à la généralité de ses compatriotes ; il est à désirer qu’il s’écarte au moral, dans la même mesure, des errements suivis par ses devanciers. Sa taille, fort élevée, ses formes admirablement proportionnées, sa figure, énergique dans son expression, et ses cheveux d’un blond foncé, feraient croire qu’il a reçu sa naissance sur les bords du Shannon, du Rhin ou de la Clyde. Nous avons entendu dire qu’il est faible malgré ses apparences de fermeté, mais nous n’en croyons rien.

53Il arrive au pouvoir dans un moment difficile, dans un moment où chacun est convaincu de l’impossibilité matérielle où se trouve le pays de continuer sa marche dans la voie fausse qu’il a suivie depuis l’indépendance. Il lui faut donc tout créer, ou mieux, ce qui est moins facile encore, tout refondre et tout changer. Sa tâche est si grande que s’il n’a pu l’embrasser encore dans toute son étendue ; ses idées ne sont pas fixées, il hésite et ne sait à quel parti s’arrêter. Le pays a confiance en lui : l’espoir qu’il a fait naître l’oblige, comme autrefois il obligeait la noblesse. On n’est pas aisément réformateur ; c’est là, cependant son rôle forcé, s’il ne veut laisser s’éteindre la nationalité de sa patrie, responsabilité terrible qu’il ne doit pas perdre un seul instant de vue. Ce sont de bons conseils, c’est un honnête entourage, ce sont des amis éclairés qu’il faut au nouveau président ; il trouvera ses premiers obstacles chez ses flatteurs du jour, qui pouvaient être d’excellents courtiers d’élections, qui l’adulent pour prendre part au banquet de ses libéralités, mais qui, généralement, le seconderaient déplorablement dans l’exécution des plans de régénération qu’il pourrait former. Un jour ou l’autre, il devra rompre avec la plupart d’entr’eux ; le plus tôt sera le mieux. Nous le suivrons pas à pas, l’encourageant ou le blâmant, suivant nos convictions, mais louange ou blâme, nos observations seront toujours dictées par le désir sincère que nous avons de voir prospérer le Mexique, si malheureux avec tant d’éléments de bonheur, si pauvre avec tant d’éléments de richesse !

54Quoi qu’il arrive, la présidence du général Arista sera l’une des pages principales de l’histoire du pays : elle ouvrira, pour le Mexique, une ère de gloire ou un tombeau. C’est dans des circonstances pareilles que se déclarent les natures d’élite et les hommes de génie.

5515 janvier 1851

LE COUP D’ÉTAT DE LOUIS NAPOLÉON – 1

56[…] Nos correspondances parisiennes, bien que n’allant pas et ne pouvant pas aller jusqu’à la date du coup d’Etat, l’expliquent néanmoins et le font pressentir d’une manière évidente. Le coup d’Etat du 1er décembre n’est que la réalisation de ce qu’on craignait à Paris, le jour où le projet de loi ministériel, tendant à l’abrogation de la loi du 31 mai, a été rejeté. Depuis, même, l’attitude hostile de l’Assemblée contre le président avait pris un caractère plus décidé, car l’empressement avec lequel la chambre se disposait à voter la loi sur la responsabilité du pouvoir exécutif et de ses agents a dû faire redouter à Louis Napoléon une mise en accusation prochaine. Il a pris les devants en dissolvant l’Assemblée et en décrétant les autres mesures dont nous avons parlé plus haut ; ainsi tout se comprend, et si la nouvelle n’est pas vraie, il faut avouer qu’elle est très vraisemblable.

57Le coup d’État exécuté par Louis Napoléon était attendu, et nous n’en voulons pour preuve que la proposition soumise par M. de Tinguy pour que l’Assemblée autorisât les conseils généraux à se saisir de l’autorité publique, dans leur départements, en cas d’événements de force majeure.

58Supposons donc que Louis Napoléon a fait son coup d’Etat ; qu’en résultera-t-il ? Si nous croyons le discours par lui prononcé au Cirque des Champs Elysées, lors de la distribution des décorations et des médailles aux exposants français de Londres, Louis Napoléon se serait enfin, franchement et résolument rattaché à la République. Nous regrettons que l’espace nous manque pour insérer, aujourd’hui, ce discours remarquable, surtout après les événements qui l’ont suivi.

59Combien elle serait grande, a dit le Président, cette nation, si l’on voulait la laisser respirer à l’aise et vivre de sa vie !”

60Et plus loin : ”En présence donc de ces résultats inespérés, je dois le répéter, comme elle serait grande, cette République Française ! s’il lui était permis de vaquer à ses véritables affaires et de réformer ses institutions, au lieu d’être sans cesse troublée, d’un côté, par les idées démagogiques, de l’autre, par les hallucinations monarchiques.”

61C’était la première fois, depuis son avènement à la présidence, que Louis Napoléon prononçait, dans ses harangues publiques, le mot de république, et c’était le 25 novembre, c’est à dire six jours avant son coup d’Etat ! Y a-t-il, dans ce fait, un engagement pris vis-à-vis du pays ? Nous le saurons bientôt.

62Quoi qu’il en soit, la crise est arrivée ; elle a devancé, en France, 1852, d’un mois à peu près : nous l’avons apprise à Mexico, pour nos étrennes, en quelque sorte, au commencement de cette même année 1852, marquée d’avance par chacun, comme devant entraîner avec elle une commotion générale en Europe. Dès aujourd’hui, la politique européenne acquiert une gravité, une importance que nous nous engageons à retracer, avec une consciencieuse exactitude, dans l’intérêt de nos lecteurs.

63PS. Le Constitucional a publié également la dépêche télégraphique que nous avons reproduite d’après le Siglo, mais avec un texte différent, et en annonçant que la nouvelle du coup d’Etat de Louis Napoléon a été donnée dans la seconde édition du Times du 2 Décembre. Comme nous n’avons en notre possession que la première édition du Times, nous n’avons plus aucun motif de douter de l’exactitude du fait.

6410 janvier 1852

LOUIS NAPOLÉON ET LA CONSTITUTION

65Nous avons reçu la lettre suivante :

66”Monsieur et cher compatriote,

67”Il paraît que les affaires s’embrouillent chez nous ; les événements deviennent solennels. Or, l’objet de ces quelques mots est de vous susciter l’idée de publier, de suite, sans paraphrase ni commentaire aucun, les articles 45, 46, 47, 48, 51 et 68 de la constitution française, laissant à chacun liberté complète d’en déduire les conséquences.

68”Pardon de la liberté grande.

69”Votre dévoué,

70”L.D.”

__________

71Le désir manifesté dans la lettre qui précède est des plus légitimes ; nous nous empresserons donc d’y satisfaire. Voici le texte des articles cités de la Constitution votée par l’Assemblée Nationale dans sa séance du 4 Novembre 1848. […]

7214 janvier 1852

LE COUP D’ÉTAT DE LOUIS NAPOLÉON - 2

73[…] Nous avons dit que ce résultat ne nous surprend pas, mais qu’il nous effraie.

74Il ne nous surprend pas, car nous retrouvons dans Louis Napoléon en 1851, l’homme de Strasbourg, en 1838, et de Boulogne en 1840. C’est bien toujours le même aventurier politique qui, après avoir joué deux fois sa vie pour saisir le pouvoir, vient de la jouer une troisième fois pour le conserver. A l’abri que nous sommes des prisons et des baïonnettes dont il dispose, nous pouvons nous permettre de dire, sur le président, notre façon de penser que partagent, sans aucun doute, tous nos lecteurs, à quelqu’opinion qu’ils appartiennent. Le coup d’Etat de Louis Napoléon rentrait donc, depuis son élection à la Présidence, non pas seulement dans les possibilités, mais encore dans les probabilités ; le tort de l’Assemblée, et elle en a eu beaucoup d’autres, est d’en avoir fourni le prétexte qui a été, nous devons l’avouer, fort habilement saisi.

75Mais le coup d’Etat nous effraie, car nous ne pouvons croire, quoiqu’en disent les dépêches télégraphiques, que Paris et les départements aient définitivement accepté, sans arrière-pensée de résistance ou de protestation, l’ordre de choses qui vient de leur être imposé par une violation flagrante de la constitution du pays. Le commencement d’insurrection du 2 décembre ; la mise en état de siège de Paris et de beaucoup de départements nous prouveraient assez le contraire. Nous comprenons les coups d’Etat et leur nécessité ; mais ce sont toujours des attentats contre la légalité qui demandent à être rachetés par de grandes choses et des services réels. A en juger par ses antécédents, Louis Napoléon n’est capable ni des unes ni des autres ; le pays ne les attend pas de lui ; le point d’appui si solide que fournit la confiance publique, lui fait absolument défaut. En a-t-il d’autres ? Nous ne le pensons pas. Chacun sait en effet, qu’à part les quelques cerveaux brûlés qui formaient son conseil intime, Louis Napoléon n’avait pas de parti, à proprement parler. Isolé dans la nation, son impopularité n’était surpassée que par l’impopularité de l’Assemblée législative. Le peuple, et nous entendons par le peuple la partie active, remuante, révolutionnaire si l’on veut, de la population, n’avait pas plus de sympathie pour l’exécutif que pour le législatif ; aussi s’est-il constamment montré de la dernière indifférence dans la lutte que se sont livrés les deux pouvoirs ; mais aujourd’hui que la lutte est finie, consentira-t-il à payer les frais de la victoire ? Nous en doutons, et ce doute fait naître en nous de cruelles appréhensions pour un avenir prochain.

76Louis Napoléon a pour lui l’armée, nous dit-on. Est-ce bien vrai ? L’armée de Paris, peut-être, car elle a été soigneusement choisie ; mais l’armée de Paris ne constitue pas, seule, l’armée de la France. Supposons que cela soit, cependant, cette fidélité tiendra-t-elle ? C’est par la gloire et par le prestige militaire qu’on s’attache l’armée ; où est la gloire, où est le prestige militaire de Louis Napoléon ? Allons plus loin encore ; admettons que l’armée, toute entière, reste éternellement fidèle à Louis Napoléon : avec son aide, il étouffera, sans doute, des mouvements partiels, mais résisterait-il à un mouvement général ? Evidemment non.

77Louis Napoléon a rétabli le suffrage universel ; il a déclaré d’avance se soumettre au choix du peuple pour la présidence. Dérision ! Le suffrage universel, alors que 1,800 individus ont été emprisonnés en trois jours, pour n’avoir pas professé l’amour le plus sincère à l’égard de sa personne ; le suffrage universel, quand Paris et beaucoup de départements sont en état de siège ; quand les prétoriens dont il fait ses instruments lui donnent les neuf dixièmes de leurs voix ! C’est à faire regretter amèrement la loi du 31 mai.

78Avec un suffrage universel de cette nature, Louis Napoléon sera très probablement élu ; mais le sang a coulé déjà ; un pouvoir qui a les pieds dans le sang est rarement solide ; il glisse et tombe ; Louis Napoléon tombera.

79Il est à remarquer que, dans son coup d’Etat, Louis Napoléon ne peut même pas revendiquer l’honneur de l’invention. Digne neveu de son oncle, il a suivi, de point en point, les traditions de famille : le 2 Décembre au lieu du 18 Brumaire ; la Présidence de dix ans au lieu du Consulat de dix ans ; il aspire incontestablement à la Présidence à vie, au lieu du Consulat à vie, puis à l’Empire ! Mais l’oncle, avant son 18 Brumaire, avait cantonné les Marseillais fédéralistes, avait pris Toulon, avait dompté l’insurrection à Saint-Roch, avait mis en déroute ou détruit, en un an, cinq armées formidables sur le territoire italien ; avait ajouté la rive gauche du Rhin et le Milanais à la France, avait conquis l’Egypte, la Syrie ; - tandis que le neveu n’a d’autre titre militaire à invoquer que Strasbourg et Bologne ! Telle est la différence entre 1799 et 1851.

80Bulletin mexicain. 17 janvier 1852

MORT DE DEUX GÉNÉRAUX

81On annonce la mort du général Mejía à Mexico et celle du général Michelena à Morélia. Le nombre de généraux décédés depuis trois ans est véritablement effrayant, et, cependant, bien qu’on n’en fasse plus, il y en a toujours, et beaucoup.

82Faits divers mexicains. 26 mai 1852

DE LA CIVILISATION ET DE SES MOYENS - 1

83Voilà un titre un peu prétentieux et un sujet bien grave. Nous avons hésité à l’aborder ; il nous semblait que c’était là quelque chose de trop lourd pour ce journal, où nous n’aimons à donner que des causeries inoffensives et des nouvelles détachées. Nous avons pourtant pensé que si ces feuilles que le mercredi et le samedi portent à nos amis ne leur apportaient aussi quelquefois des indications utiles, ce serait quelque chose de bien stérile qu’un journal ; cette réflexion nous a décidé et nous voici aux prises avec la grande question. Il est bien entendu que nous ne pouvons que l’esquisser à grands traits et que notre intention est bien plus de solliciter l’attention et de stimuler la pensée du lecteur que de lui imposer nos convictions. Au reste, si on a la patience de lire les deux ou trois articles que nous devons consacrer à ce sujet, on ne niera peut-être pas qu’ils ont le mérite de l’à-propos.

84M. Guizot a conquis, par un ouvrage devenu célèbre, le titre d’Historien de la civilisation et ce n’est pas une petite gloire. La première lecture de ce livre nous séduisit : il est impossible de résister au charme de ce style entraînant, de ne pas admirer tant d’érudition et de ne pas se sentir frappé d’éblouissement à la vue des belles perspectives qui se font jour tout-à-coup à travers les pages éloquentes. A la seconde lecture, notre enthousiasme se refroidit et à la troisième nous fûmes convaincu que ce livre, tout en étant un grand monument littéraire, n’était point une œuvre scientifique, c’est à dire qu’il n’avait pas de portée. Nous livrons à l’analyse des personnes, dont l’esprit a été un peu discipliné par l’étude des sciences exactes, la définition et les déductions de M. Guizot. Après avoir essayé de définir la civilisation, il y renonce en disant que la civilisation est enfin quelque chose qui se comprend plutôt qu’on ne peut l’expliquer et qui se fait sentir plutôt qu’elle ne se laisse définir. Il est impossible d’accepter une pareille défaite ; que dirait-on d’un mathématicien qui publierait un traité sur le cercle et dirait : ”Le cercle est une chose ronde que tout le monde connaît et qui se comprend assez pour se passer d’une définition.” Cela suffirait, n’est-ce pas à prouver que la Géométrie n’a pas beaucoup à attendre d’un pareil traité ? Quant à ses conclusions, elles ne sont pas plus heureuses : L’historien, tout préoccupé de son système politique, entrevoit dans la monarchie universelle le plus haut terme de la civilisation humaine, comme si l’essence des choses consistait exclusivement dans leur forme extérieure, comme si la façon du vase décidait de l’excellence de la liqueur. M. Guizot cite à l’appui de cette étrange opinion le fait le plus monstrueux de l’histoire : -l’Empire Romain, qui a à ses yeux le mérite d’avoir duré 15 siècles et d’avoir infusé au genre humain la plus longue putréfaction que puisse supporter le corps social sans asphyxier le monde. Que dirait-on d’un savant qui, se faisant fort de donner la santé à ses clients, vous prendrait son homme et lui injecterait par l’artère jugulaire une bonne dose de fluide Canal et se vanterait ainsi de l’immortaliser ? Nous avons la conviction historique que, si le christianisme ne fût apparu à cette époque et que l’empire n’eût été envahi par les Barbares du Nord, races sauvages mais saines du moins, l’infâme cadavre romain aurait éclaté et empoisonné la terre. Voilà ce que c’est que de ne pas définir, -on ne sait jamais d’où on vient ni où on va. Nous sommes donc obligé de dire ce qu’est, à notre avis, la civilisation. Un article de journal peut prendre de grandes libertés et a droit à beaucoup d’indulgence, mais il n’est permis à personne de parler d’une chose que l’on n’est pas en mesure de définir. Pour nous donc ”la civilisation est l’ensemble des arts et des institutions qui mènent l’homme à la sociabilité.” Il faudrait tout un livre pour justifier ce peu de mots et montrer que l’homme pris individuellement, étant un animal désarmé et sans instinct à son berceau, ne peut se suffire, que les familles isolées ne pourraient durer, que les nations ne prospère jamais dans l’exclusivisme et que plus les sociétés humaines accumulent d’expériences, plus elles mêlent leurs observations, leurs produits, leurs sciences, enfin que plus elles resserrent les liens de la sociabilité, plus elles fleurissent et s’approchent du bonheur. Nous nous abstenons de parler ici de l’influence des idées religieuses qui tendent au même but par un chemin plus élevé. Qu’il nous suffise de faire remarquer que le christianisme est de toutes les religions connues celle qui favorise le plus l’expansion de la sociabilité et ce n’est pas là la moindre preuve de son excellence.

85Ce n’est point par mégarde que nous plaçons les arts au dessus des institutions politiques dans la définition que nous avons donné. Qui n’a pas remarqué que les institutions les plus justes et les droits les plus incontestés aujourd’hui n’ont été introduits dans le monde social qu’à la suite des arts et de certaines découvertes matérielles ? En voulez-vous quelques exemples ? L’institution sociale de l’esclavage n’est plus discutée de nos jours, la conscience publique la repousse, elle ne peut tenir devant aucun raisonnement. Eh bien, voici Aristote qui a fait un traité pour démontrer que rien n’est plus juste, et que la civilisation périrait le jour où la liberté brillerait pour tous ; Platon ne conçoit pas non plus qu’une république puisse exister si un homme libre n’a pas au moins vingt esclaves pour labourer ses terres, fourbir ses armes et pourvoir à ses besoins ; Xénophon s’indigne de ce que l’émancipation des esclaves soit devenue trop facile à Athènes et que le pécule leur soit permis. Dira-t-on que ces grands hommes, si justes en tout le reste, étaient privés du sens intérieur de la justice ? Non pas ; mais nous n’avons jamais vu qu’une nation rejette le seul instrument de production qu’il possède, quelque mauvais, quelqu’injuste qu’il soit, si on ne le supplée tout d’abord par un instrument meilleur. Allez dire à une planteur de la Louisiane que l’esclavage est une institution funeste à la démocratie américaine et contraire au christianisme qu’il professe ; il le sait aussi bien que vous ; mais il n’affranchira pas ses nègres ; Oh ! mais si tout en le sermonnant sur son injustice, vous lui présentez une machine qui lui fasse sa récolte de sucre ou de coton sans lui coûter plus cher que sa machine humaine, il vous donnera raison et conviendra de tout de que vous voudrez. Si un architecte s’avisait de répandre le bruit que le toit de la maison de monsieur-un-tel a un angle trop ouvert et qu’il ne résistera pas à la pression de la neige ou des plaies de la saison, monsieur-un-tel pourrait bien poursuivre l’architecte en calomnie et en dommages-intérêts ; mais si en lui donnant cet avis vous lui présentez un boulon qui redressera l’angle sans rien ébranler, le propriétaire vous invitera à dîner et fera jouer du piano à sa fille ; vous serez à ses yeux l’ami de sa propriété à lui, et de la propriété toute entière. C’est la loi de ce monde : une idée, quelque bonne et juste qu’elle soit, est toujours mal venue et brutalement rejetée, si vous n’en donnez en même temps l’instrument, l’instrument matériel. On peut suivre ce fait à travers tous les changements des institutions politiques et sociales, et on aperçoit toujours le fait matériel précédant et imposant la formule politique. Certes il est louable et courageux de lancer dans le monde des idées de justice absolue, il est bien d’ouvrir de temps en temps la fenêtre de l’arche et de laisser s’envoler ces pures colombes ; mais si la terre n’est pas préparée, la colombe ne saura où se poser et reviendra à l’arche.

86Pour mieux faire ressortir la vérité de cette loi et montrer que non seulement les institutions sociales, mais aussi les nations les mieux organisées en apparence ne sont que des masses précaires et mal assises s’il leur manque les instruments de sociabilité que fournit l’industrie, nous citerons deux faits énormes. Il y a 6 ou 7 siècles, une nation prospère et heureuse florissait sur ce continent du Mexique. Les ruines grandioses que le temps n’a pu abolir, le calendrier astronomique qui atteste encore les plus savantes observations et les plus hauts calculs, le système numérique pentesimal dont les Aztèques héritèrent, la Religion philanthropique de Coazacoatl que ces derniers venus ensanglantèrent et défigurèrent, l’agriculture, les hiéroglyphes, la nombreuse population qui couvrait ces campagnes—voilà certes des preuves décisives d’une société hautement organisée ; eh bien cette civilisation disparut un beau jour de la surface du globe ; en cinq ans la famine anéantit 30,000,000 de Toltèques. Les oiseaux du ciel sont à l’abri de ces désastres ; le plus puissant empire du nouveau monde succomba à une perturbation météorologique ! Avaient-ils trop compté sur la fertilité de ce beau territoire ? Ou bien, obéissant à l’instinct des races asiatiques, avaient-ils dédaigné les conquêtes industrielles et l’invention des arts mécaniques ? Nous sommes de cette dernière opinion ; car ces races assises et contemplatives de l’Asie, de tout temps passionnées pour les sciences abstraites, dont elles ont découvert presque toutes les lois, n’ont montré qu’une invincible répugnance à entreprendre des conquêtes sur la matière. Contradiction bizarre ! L’Orient qui a donné au monde l’Astronomie, la Géométrie, l’Algèbre, l’Ecriture analytique, n’a pu imaginer les moindres instruments de confort domestique et de locomotion rapide. Les Toltèques périrent pour avoir ignoré l’art de la navigation et des transports. Ils mourraient de faim lorsque à cent lieues de leurs frontières, les nuages qui les avaient frappés de cinq années de stérilité, versaient ailleurs cinq années d’abondance et de superflu. L’Egypte ne dut son salut qu’à la divination miraculeuse du jeune esclave inspiré ; sans Joseph, ce grand peuple, dont Bossuet admire tant la sagesse, périssait de faim et de misère sur les bords de son fleuve desséché. Nous pourrions pousser fort loin cette énumération. Qui n’a été douloureusement saisi de pitié et d’étonnement en lisant dans la Retraite des dix mille, le nom de ces 12 ou 15 villes, autrefois riches et populeuses, dit Xénophon, et alors abandonnées et silencieuses ? Elles avaient toutes péri sous le coup de fléaux imprévus ; leurs maisons debout, leurs murailles intactes encore attestaient que ni la guerre ni l’incendie n’avaient passé par là.–Elles étaient mortes par l’exclusivisme, l’isolement et l’ignorance de ces arts dont nous parlions tout à l’heure.

87Cela suffit pour reconnaître que si les hommes doivent un culte aux prophètes, aux précurseurs, aux martyrs de la civilisation, un éternel honneur aux législateurs qui ont formulé dans leurs codes des institutions favorables à la sociabilité, ils doivent admiration, gloire et reconnaissance à ses hommes qui, à force d’observation et de courage, ont assoupli les métaux, conquis la nature, mis à leur service les éléments soumis et domptés, et établi ainsi la civilisation sur des bases inébranlables.

884 mars 1853

DE LA CIVILISATION ET DE SES MOYENS – 2 Des aérostats et du système Petin

89[…] L’immensité de l’air permet de construire des appareils gigantesques ; la découverte toute récente de M. Dawney (qui a trouvé le moyen de décomposer instantanément et à très bon marché, les deux gaz élémentaires de l’eau) mettra bientôt au service de l’aérostation tout l’hydrogène qu’il lui plaira de demander. Alors les ballons enlèveront des poids qui aujourd’hui effraient l’imagination. M. Petin, poussant son système jusqu’au beau idéal et le revêtant déjà de proportions gigantesques, a donné, dans sa séance de la Minería, une traduction du vaisseau Atlantic en aérostat. Il a déterminé l’ampleur que devrait avoir un ballon chargé d’hydrogène pour transporter le fret de cet énorme vaisseau. Il suffit de connaître la différence de densité de l’eau et de l’air pour résoudre cette équivalence, et il suffit ensuite de savoir que les aires sphériques sont entr’elles comme le cube des rayons, pour exagérer à l’infini les proportions de la force ascensionnelle. Nous ne suivrons point l’aéronaute dans ces régions élevées ; cet article est déjà trop abstrait pour l’hérisser encore de formules et de puissances cubiques. Nous voyons dans ce système, qui a été expliqué devant deux cents personnes intelligentes, trois données incontestables, et c’est assez pour que nous insistions sur leur application immédiate ; et voici comme beaucoup de gens désireraient voir se développer la pratique du système : que deux ballons sphériques ou cylindro-coniques s’élèvent dans la vallée pour démontrer aux yeux de tous la force et la résistance du point d’appui, dont la théorie nous a été si bien démontrée, et que l’aéronaute mette son appareil en mouvement sur les plans inclinés de l’air. Ces expériences détermineront l’ampleur à donner au point d’appui et la forme la plus commode du levier aérien—et ce ne sera pas peu de chose. Cela fait, les voiles auront leur tour et manœuvreront sur une échelle plus vaste ; quand le jeu de la voilure, quand la forme et les proportions de cet instrument d’impulsion auront été réglés par une pratique graduelle, l’hélice viendra tout compléter.

90Quant aux objections que nous avons entendu présenter, à propos des tourbillons et des perturbations imprévues de l’atmosphère, elles n’ont aucune force à nos yeux. Le premier qui s’embarqua sur un bateau et s’éloigna du rivage, eût aussi à lutter contre des tourbillons et des tempêtes ; les tourbillons et les tempêtes ont été pourtant bien domptés. L’ignorance du péril cuirassait le cœur des premiers Japétiens contre le découragement ; leurs descendants ont acquis tant de preuves qu’il n’y a dans les éléments de la nature aucune force brutale qui ne puisse être conquise par l’intelligence humaine, que la foi dans la science sauvera l’aérostation du découragement et des dangers qu’on lui prédit. Ces cœurs audacieux garnis d’un triple airain, ainsi que le dit Horace dans son enthousiasme lyrique, ne se sont point amollis depuis lors, leur audace ne s’est pas démentie dans la lutte et le vaillant métal ne s’est pas détrempé, que nous sachions, par tant de succès et de conquêtes.

91Si, après avoir ainsi démontré la possibilité et donné les moyens de la navigation aérienne, on vous disait : ”Il y a sur votre planète un immense plateau dont les versants aboutissent à des plages ouvertes, où les vents battent à pleines ailes et les flots à pleines marées, où les vaisseaux peuvent à peine trouver un abri, où passent sans cesse des frissons fiévreux et des courants chargés de miasmes malsains ; ces versants aux pentes brusques et rapides défient tous les efforts des géomètres et repoussent les chemins de fer ; nul fleuve navigable ne relie les provinces intérieures aux rivages, et pourtant ce pays a des entrailles de granit, de marbre, d’or, de fer et d’argent, des cratères pleins de souffre, des bas-fonds jonchés de salpêtre, des plaines où dorment enfouies des récoltes à nourrir cent millions d’hommes ; et ce pays est situé entre les deux Amériques, entre l’Asie et l’Europe ; c’est le centre de tout ce qui produit, le point d’intersection de toutes les grandes routes de notre globe.” Si l’on vous disait cela, serait-il chimérique de répondre ? ”Eh bien pour que toutes ces richesses se développent et que toutes ces ressources se mettent en activité, donnez à ce pays l’instrument du transport et des communications rapides ; que chacune des vallées de sa cordillère devienne un chantier et un port de navires aériens ; c’est le pays prédestiné de l’aérostat.” Est-il besoin de dire que nous venons de nommer le Mexique ?

9218 mars 1853

MORT DE M. ALAMAN

93[…] M. Alaman était le chef du parti conservateur qui vient de faire une perte irréparable, la même qu’ont faite, en d’autres tems, le parti puro lors de la mort de M. Rejon, et le parti modéré lors de la mort de MM. Luis Otero et Gomez Pedraza. C’était un homme de grandes capacités, de solide instruction, de convictions sincères et d’une fermeté presque proverbiale. Il croyait fermement en ses opinions politiques, qu’il n’a jamais ni changées ni modifiées ; il croyait plus fermement encore en la religion, dont il pratiquait les règles avec une scrupuleuse exactitude. Sa vie se lie d’une manière intime à l’histoire du pays ; son passage aux affaires a constamment eu lieu dans les grandes crises politiques ; il n’a jamais joui d’une grande popularité, mais il a toujours su se concilier, comme homme, l’estime de ses partisans et de ses adversaires.

94La maladie qui a emporté si rapidement M. Alaman est une pleurésie causée, dit-on, par l’excès de travail et les dures exigences du rôle de régénérateur qu’il s’était imposé. Il avait le pressentiment de sa fin prochaine et demandait souvent à Dieu de vivre quelques mois encore, afin de pouvoir assurer l’ordre et la prospérité publiques qu’il croyait inséparables de son système.

95Sa mort laisse, dans le cabinet, un vide difficile à remplir ; nous ne savons encore positivement qui sera son successeur ; différentes versions circulent à ce sujet… Quelle que soit d’ailleurs la combinaison ministérielle à laquelle s’arrêtera M. le président Santa-Anna, il est incontestable que la mort de M. Alaman est un événement politique de la plus haute gravité.

96Bulletin mexicain. 4 juin 1853

LA SAINT-ANTOINE

97Lundi, 13 du courant, jour de la Saint-Antoine et fête de M. le président Santa-Anna, le programme officiel a été rigoureusement suivi. Il y a eu baisemain républicain au palais ; grande revue au Corpus Christi, le long de l’Alameda ; défilé d’une colonne d’honneur formée de tous les corps de la garnison ; musiques militaires au Paseo Nuevo ; banquet de 80 couvert au palais ; salves d’artillerie ; spectacle en plein vent et gratis pour le peuple. Les établissemens publics et les magasins du commerce avaient été fermés par ordre. M. le président s’étant trouvé légèrement indisposé dans la journée, MM. les représentans des nations étrangères ont été avertis que les félicitations du corps diplomatique n’auraient pas lieu ; mais le soir, M. le général Santa-Anna, mieux portant, s’est rendu au bal de Minería. Ce bal, offert au président par ses amis, était véritablement magnifique : le grand salon de la Mineria avait été splendidement décoré ; on passait par un jardin improvisé pour entrer dans un palais féerique, inondé de lumières, tapissé de jolies femmes et rehaussé par l’éclat des uniformes militaires.

98M. le général Santa-Anna est arrivé à dix heures précises, escorté de son état major et précédé de quatre coureurs, portant des torches, en livrée galonnée d’or et coiffés de perruques poudrées ; il est resté au bal jusqu’à trois heures du matin.

99Bulletin mexicain. 15 juin 1853

LES TABLES TOURNANTES

100Singulière chose que l’habitude ! Causer en tête à tête avec nos lecteurs est devenu un besoin créé par cinq années d’exercice ; mais voici que le Bulletin nous refuse ses colonnes et ferme sa porte à notre bavardage ; allons frapper chez la Chronique, sa voisine ; elle est femme, moins sérieuse, plus indulgente, et plus accessible par conséquent aux petites licences que nous pourrons nous permettre. Mais surtout, pas de politique !

101Nous avons parlé beaucoup déjà des tables roulantes, tournantes, parlantes, qui ont mis tout le monde en émoi ; nous sommes bien loin, assurément, d’avoir vidé notre sac ; nous en reparlerons donc, et beaucoup ; mais ce dont nous ne nous sommes pas encore occupés et ce qui mérite bien, cependant, d’exercer un instant notre verve, c’est la manière dont cet étrange phénomène a été accueilli dans la république mexicaine. De Veracruz à Mazatlan, de Soconusco à la Mesilla, de Tehuantepec au Rio Grande, il n’a été question que de cela : partout on a fait tourner les tables, les chapeaux, les verres, les carafes et une foule d’autres choses dont l’énumération nous mènerait trop loin. Moins avancé que l’Europe, le Mexique ne s’est pas encore attaqué aux personnes ; on n’y a fait encore tourner, que nous sachions, ni les hommes, ni les femmes ; on a laissé ce soin à l’orchestre de la Lonja, qui s’en acquitte à merveille, comme ont pu s’en convaincre la plus grande partie de nos lecteurs, acteurs ou spectateurs des valses entraînantes et des polkas étourdissantes du bal de jeudi dernier.

102A Mexico, les tables et les chapeaux ont tourné ; c’est incontestable. Ils ont tourné à droite ; ils ont tourné à gauche ; ils se sont arrêtés à volonté ; nous n’avons pas entendu dire qu’ils aient parlé. M. Arago, dans une séance récente de l’Académie demandait, avec une mauvaise foi naïve, si les tables étaient polyglottes ; peut-être ne le sont-elles pas, et ne comprennent-elles pas l’espagnol. Avis aux amateurs qui devront choisir, désormais, entre toutes les langues du globe, celle qui convient à leur sujet. Ce sera, sans doute, celle du pays de leur origine, ou bien celle des ouvriers qui l’auront confectionnée.

103Nous avons dit quelques mots des expériences faites chez plusieurs de nos compatriotes, à Mexico ; nous avons fait allusion, également, aux phénomènes constatés à Tepic, dans une famille respectable et trop honorablement connue pour qu’on doute de l’authenticité des faits ; il en a été, du reste, dressé procès-verbal en règle ; ce procès-verbal, signé de seize noms appartenant aux deux sexes, le beau et le laid, a été publié dans les colonnes du Siglo, et nous avons sous les yeux une lettre écrite par M. Juan José Castaños à l’un de ses amis de Guadalajara, lettre qui confirme le résultat des expériences dans les termes les plus explicites et qui s’indigne au moindre soupçon d’incrédulité.

104Si donc les tables et les chapeaux ne parlent pas encore au Mexique, il est constaté et reconnu qu’ils y tournent ; mais comment s’explique le phénomène ? That is the question. Nous insérons aujourd’hui même, à ce sujet, une savante dissertation de l’abbé Moigno. Suivant lui, le mouvement de rotation est produit par les impulsions cloniques musculaires, et, par conséquent, tout mécanique. Cette théorie est-elle vraie ?

105Chronique de Mexico. 23 août 1853

L’EXPOSITION À L’UNIVERSITÉ

106C’est, comme nous l’avons dit, dans les bâtiments de l’Université qu’a eu lieu cette année l’exposition des produits de l’industrie. La cour spacieuse de cet édifice avait été couverte en toile ; les produits étaient répartis le long des murs de cette cour, au rez-de-chaussée, et dans toute la galerie du premier étage, disposition assez heureuse, si la galerie eût été plus large et si la circulation eût été plus facile.

107Embrassée d’un coup d’œil général, l’exposition était pauvre en produits ; un grand nombre de fabriques avaient négligé d’y contribuer et les petites industries du pays, quelquefois si curieuses et si originales, y faisaient presque complètement défaut.

108Dans leur rareté, cependant, les produits exposés témoignaient du progrès réel que font tous les jours la fabrique et l’industrie dans la république ; énumérons, successivement, ce qui nous a le plus frappé.

109La première des industries d’un pays, l’industrie-mère, qui fournit à toutes les autres leurs instruments et leurs moyens d’action, c’est l’industrie du fer. On ne s’étonnera donc pas que nous commencions notre revue par l’examen des produits des forges de San Rafael, le plus important des établissements de ce genre que renferme, aujourd’hui, le Mexique.

110Les propriétaires des forges de San Rafael ont voulu, surtout, faire comprendre quelle est la variété des produits qui sortent de leur usine, et quels services peut rendre à la consommation générale leur industrie toute nouvelle dans le pays ; nous avons donc remarqué, d’abord, une foule d’objets d’un transport relativement facile et d’un usage à peu près général, tels que vases à fleurs, balcons &c, en fonte de fer. Les produits d’une fonderie sont ordinairement d’un poids énorme et d’un transport fort coûteux, dans l’état actuel des voies de communication ; San Rafael n’a pu, par conséquent, mettre sous les yeux du public les grosses pièces qui sortent de ses ateliers ; mais nous en avons vu les plans : deux moulins à sucre (trapiches), entre autre destinés, croyons-nous, à la sucrerie de San Carlos, prouvent évidemment que les propriétaires d’haciendas n’auront plus, désormais, besoin de s’adresser à l’étranger pour en faire venir, avec une perte énorme de temps et d’argent, les machines qui leur sont nécessaires.

111Si les propriétaires de San Rafael n’ont pu transporter ces moulins à sucre à l’exposition, ils ont fait, du moins, preuve de bonne volonté en y faisant amener une pièce déjà fort pesante et d’un très beau travail : c’est une grille d’énormes dimensions destinée au couvent de Jésus Maria. Une autre grille à peu près semblable a été expédiée, par cet établissement industriel, à Morelia, dont elle entourera la cathédrale ; on la pose en ce moment. On dit aussi que le conseil municipal de Mexico se dispose à donner à l’Alameda une ceinture de fer de même genre, ce qui, soit dit en passant, rendrait magnifique cette promenade publique de la capitale.

112Jusqu’à ce jour, l’usine de San Rafael s’était contentée de fondre le fer ou de le travailler au marteau, ce qui ne pouvait lui suffire. En effet, quand on a besoin d’employer le fer dans des dimensions réduites, le marteau devient impuissant à lui donner la forme ; les barres de fer plus ou moins déliées qui servent à tant d’usages, ne pouvaient, par conséquent, être fabriquées par elle ; il fallait continuer à les demander au dehors. Pour parer à ce grave inconvénient, M. Guillemin, l’habile directeur de San Rafael a établi, à grands frais, un immense laminoir qui permettra désormais d’étirer et de laminer le fer pour tous les besoins de l’industrie. Il a même exposé les premiers produits de cette nouvelle fabrication, et nous avons vu cette année à l’Université, les premières barres de fer laminées qu’ait jamais produit le Mexique. Ces barres de fer étaient le fait capital de l’exposition.

113L’établissement d’un laminoir était une chose d’une évidente utilité ; nous n’en voulons pour preuve que les deux concurrences qui menacent déjà San Rafael ; l’usine de Santa Fé, appartenant à M. Jamison, va en monter un, et M. Mairet, d’Atotonilco El Grande, a envoyé, pour en rapporter un autre de France, une personne qui est revenue par le dernier steamer anglais.

114Deux forges autres que San Rafael avaient exposé leurs produits : celle de l’Olivar, appartenant à MM. Got et Bontems et celle de Panzacola, de Puebla. Ces deux établissements font de la fonte de seconde main au lieu d’opérer directement sur le minerai. MM. Got et Bontems ont exposé une colonne de fonte pour bec de gaz, et toute une monture pour roue hydraulique. L’usine de Panzacola a exposé des balcons en fort belle fonte.

115Après le fer, le verre. La fabrique des verres à vitre n’est pas nouvelle comme celle du fer, mais elle était toujours restée dans des conditions d’infériorité déplorable. La fabrique de Texcoco a exposé, cette année, des produits qui, pour la couleur et la limpidité, peuvent rivaliser avec ceux des bonnes marques européennes. Ce progrès, véritablement signalé, est dû à l’habile direction que sait donner à la fabrique de Texcoco, M. Henri Tessier, son administrateur. Il a exposé des manchons sans défauts, d’une dimension de cinquante à soixante pouces de long sur douze pouces de diamètre, des cornues colossales, des matras, &c. &c. Le verre de Texcoco est tiré d’une pierre récemment découverte dans les environs de la fabrique ; c’est une calcédoine dont les éléments constitutifs offrent toutes les garanties désirables pour une bonne fabrication. La limpidité du verre s’obtient à l’aide de la soude de M. Bowring.

116Puisque nous en sommes sur cet article de la soude, nous témoignerons, en passant, la surprise que nous avons éprouvée en n’en trouvant aucun échantillon à l’exposition. M. Bowring, par un procédé qui lui est particulier, décompose le tequesquite de la Lagune de Texcoco, en sel marin, qu’il fournit aux mines de Real del Monte, et en carbonate de soude, nouveau produit dont l’industrie du pays tirera sans doute avant peu grand profit.

117La principale application de la soude dans l’industrie profitera, suivant nous, à la fabrication des savons. Nous avons entendu dire qu’une routine à coup sûr peu profitable s’oppose encore à son emploi général, mais quand l’expérience déjà tentée fructueusement par deux ou trois fabricants aura démontré sans réplique les immenses avantages qu’ont tous les savonniers à employer la soude sans mélange, au lieu de cette matière impure qu’on appelle tequesquite, nous aurons incontestablement des savons meilleurs et à meilleur marché.

118La carrosserie avait trois représentans à l’exposition : M. Wilson, qui avait exposé une voiture de luxe du prix de 3,000 piastres ; M. Patricio Desmond, et la carrosserie française de la rue de Revillagigedo N° 2, qui avaient exposé deux voitures des prix de 2,500 et 2,400 piastres. Ces produits peuvent rivaliser avec ceux d’Europe qui nous arrivent tous les jours ; il est bon d’observer, néanmoins, que tout leur mérite repose dans leur mise en œuvre, tous les ornements et toutes les garnitures venant du dehors ; la peinture de la voiture de M. Wilson mérite, cependant, une mention particulière.

119Les fabriques de tissus n’avaient pas répondu toutes à l’appel, et nous le déplorons, car leurs produits constituent l’une des branches les plus essentielles de l’industrie manufacturière. Nous avons remarqué, surtout, les casimirs et les tapis des fabriques de San Ildefonso et de la Colmena, appartenant à MM. Hope et Beistegui. Les casimirs, fabriqués avec la laine du pays, sont infiniment supérieurs à ce qui a été exposé les années précédentes ; le tissu ne laisse rien à désirer et l’étoffe arrivera bientôt au moelleux de nos meilleures fabriques françaises.

120Les mantas et les hilazas de la fabrique de Miraflores attiraient justement l’attention et les éloges de tous les connaisseurs. Celles de la fabrique d’Atemajac (Jalisco) étaient peut-être aussi remarquables. Celles du molino de Mayorazgo (Puebla) suivaient de près Miraflores et Atemajac.

121On connaît déjà les magnifiques tissus en soie (rebozos) de MM Francoz et Prantl. Ils avaient cette année comme toujours, exposé quelques échantillons de leurs beaux produits, dont le mérite est d’autant plus grand qu’ils sont l’œuvre exclusive d’ouvriers mexicains.

122La fabrique du papier a fait un pas immense et promet beaucoup plus encore pour l’avenir. Les établissements d’Atemajac, de Belen, de Peña-pobre et de Santa-Teresa avaient envoyé de leurs produits. Nous avons vu de superbes échantillons de papier d’impression, à lettre, à registres, &c. sortant des moulins de ces quatre fabriques.

123La fabrique de Chimalhuacan avait exposé de très beaux cartons, article dont la fabrication a peut-être été trop négligée jusqu’à ce jour.

124La chimie a fourni son contingent : M. Juan Keymolen a exposé divers produits d’une excellente apparence : des acides nitrique et hydrochlorique, de l’éther sulfurique, des sulfates de cuivre et de fer, des sels de soude de toute sorte, du nitrate de potasse, des vernis à tableaux, blanc, à voitures et à meubles, et du blanc de céruse qu’il peut livrer à vingt réaux l’arrobe, alors que les qualités les plus inférieures coûtent aujourd’hui trois piastres.

125MM. E. Maillefert et Cie ont résolu un problème depuis long-tems et inutilement posé dans le pays : ils ont fabriqué de l’acide stéarique d’une grande beauté, et des bougies sté-ariques prouvant que désormais cette industrie a pris ses lettres de naturalisation au Mexique. M. J. E. Múgica y Osorio, de Puebla, a également exposé une boîte de bougies stéariques constatant en quelque sorte la mise en application d’un privilège que lui a concédé le gouvernement.

126Nous aurions cru que l’industrie sucrière aurait envoyé quelques uns de ses produits à l’exposition ; il n’en a rien été. Un de nos compatriotes, seul, M. Théodore Garbette a exposé des échantillons de sucre brut, de panocha, de sirop de sucre et de sucre raffiné, magnifiques résultats qui dénotent un procédé de fabrication évidemment supérieur à ceux qui sont généralement employés.

127Tels sont les produits les plus remarquables ; mais il nous en reste d’autres à signaler :

128M. Leportier, calle Zuleta 7, a exposé de l’or en feuilles pour doreurs, fabriqué par le procédé de M.A. Favrel, de Paris. Cet or est déjà si favorablement connu de ceux qui l’emploient, qu’un éloge de notre part serait superflu ; le battage de l’or doit être une industrie utile et profitable, à Mexico.

129La parfumerie française de la rue de la Profesa a exposé des pommades, des savons, des essences, des eaux de senteur, &c. payant d’aussi bonne mine que nos produits parisiens.

130M. Saunier, de la calle del Espiritu Santo, 9, avait exposé des travaux en cheveux qui nous ont rappelé les tableaux semblables si admirablement composés par Lemonnier. Ces travaux représentent des bouquets, des palmes, des tombeaux, une vue du cimetière de Santa Paula, &c,&c.

131M. Saunier possède un autre talent : il empaille avec goût et avec art les animaux et les oiseaux ; nous avons vu, à l’exposition, toute une volière et toute une ménagerie sortant de ses mains habiles ; c’est la nature prise sur le fait.

132M. Saunier cumule : il est artiste en cheveux, coiffeur, barbier et empailleur : ses pratiques, en entrant dans son magasin doivent être toujours sous l’empire d’une sérieuse appréhension ; s’il lui arrivait, par hasard, de se livrer à l’une de ses fonctions pour une autre, et d’empailler son monde au lieu de le raser !

133M. Peters avait exposé un piano de sa fabrique ; cet instrument avait une fort bonne apparence, mais il était difficile d’en constater la qualité, car le facteur en avait gardé la clef dans sa poche.

134Les pistolets à six coups, œuvre d’un mexicain dont la presse a déjà parlé, sont d’un travail irréprochable.

135M. Cabrizas avait exposé des bottes, des brodequins et des souliers confirmant la réputation qu’il s’est acquise dans sa partie.

136On a remarqué une collection nombreuse d’échantillons de pierres à construction, recueillie et exposée par M. José Maria Pinal. C’était là, sans contredit, l’un des objets les plus intéressants de l’exposition, mais il faudrait, pour en constater suffisamment l’importance, dépenser un tems et posséder des connaissances spéciales qui nous manquent.

137Nous avons dit que les produits de l’industrie particulière au peuple mexicain étaient fort rares, cette fois, à l’exposition. La sellerie, dans laquelle il excelle, n’était représentée que par deux objets à peu près insignifiants : un harnais complet de M. José Maria Gonzalez et un devant de selle brodé d’or et d’argent, de M. Ignacio Barba.

138Les travaux de cire, souvent si curieux, faisaient totalement défaut ; nous n’en avons aperçu qu’un seul, de très grand mérite, il est vrai : c’était un indien, d’une demi-vare de haut environ, s’arrachant une épine du pied. Nous ignorons le nom de l’artiste qui a modelé ce petit chef-d’œuvre ; mais nous lui conseillons d’envoyer ses statuettes à l’exposition parisienne de 1855 ; elles y auront un succès mérité.

139Les tableaux, paysages ou fleurs de moelle de sureau (camelote), industrie si curieuse d’Oajaca, étaient plus rares que de coutume ; nous avons, cependant, remarqué une boîte de chocolat d’Oajaca avec ornements en camelote représentant plusieurs sujets rustiques. Ce serait un présent fort original à envoyer à un ami d’Europe.

140Un petit coffret d’ivoire travaillé à jour, dans le genre chinois, appelait l’attention des visiteurs ; c’est l’œuvre de M. José Maria Gonzalez.

141Un produit nouveau, indiqué sous le nom d’ivoire végétal de palmiers de la Sierra Madre, pourrait, à notre avis, faire l’objet d’une exportation profitable. Un vase a été sculpté, par un artiste dont le nom nous est inconnu, dans cet ivoire d’une blancheur, d’un poli et d’une dureté fort remarquables.

142Les tapisseries abondaient. Nous ne pourrions en faire l’énumération. On a distingué surtout celles de Madame Larrede, de Madame Ignacia Suarez, de l’institution tenue par les dames Chivilinis, bajos San Agustín ; un tapis de pied, longue laine, fleurs et verdures, présent de madame Emilie Dousdebès à madame la présidente ; une nappe, ou dessus d’autel, magnifique travail à jour, œuvre à l’aiguille d’une demoiselle mexicaine, &c.,&c.

143Si de l’université nous passons à la tente de la place de la Constitution, nous y trouvons l’exposition des produits horticoles et agricoles.

144Les fleurs du jardin de San Francisco, celles du jardin de San Fernando, d’autres exposées par des amateurs, des fruits, des légumes, et les indispensables calabazas, qui profitent toujours avidemment de l’occasion de se produire ; des bœufs, un coq, une poule, un pigeon à trois pattes, &c, telle est la substance de cette exposition ; le tems et l’espace nous manquent pour en faire une description plus détaillée. […]

145(Suivent les ”noms des lauréats que notre mémoire nous rappelle”)

1469 novembre 1853

PLEINS POUVOIRS AU GÉNÉRAL SANTA-ANNA

147Samedi dernier, vers le midi, le canon tonnait sur la place du palais ; les cloches carillonnaient à toute volée et les corps nombreux de la garnison, bannières au vent et musique en tête, se déroulaient de rue en rue, le long des trottoirs, en haies hérissées de bâillonnettes étincelantes et toutes neuves. Cet appareil annonçait aux habitants de la ville quelque chose d’extraordinaire, mais il était facile de reconnaître à la physionomie des gens que le bando qu’on allait proclamer n’était point attendu. Tout le monde savait déjà la décision du conseil d’état et personne ne parut étonné lorsqu’on lut, devant le drapeau et en face de la garnison sous les armes, que le conseil, prenant en considération la situation du pays et le vœu unanime des populations, priait le général président d’accepter le grade de capitaine-général, le titre d’Altesse Sérénissime, un pouvoir dictatorial sans limites, la faculté de nommer son successeur et un traitement de 60,000 ps. A cet acte du conseil constituant, le général répondit le jour suivant par une proclamation adressée à ses concitoyens, dont nous traduisons ici les passages les plus remarquables

148Ce paragraphe est la substance de la proclamation, et plus loin il est dit nettement que de tout ce qui lui est offert, le général n’accepte que le pouvoir dictatorial, le titre d’Altesse Sérénissime et la faculté de nommer un successeur. Ce titre d’Altesse, il le considère comme une distinction attachée moins à sa personne qu’à la première magistrature de la République.

149La Révolution mexicaine entre donc dans une phase nouvelle, et nous avons aujourd’hui un gouvernement dictatorial qui n’est ni électif ni héréditaire et qu’on pourrait appeler testamentaire. Ce fait, si nous avons bonne mémoire, n’a que deux antécédents historiques : dans les temps anciens le sénatus-consulte en faveur du vieux Galba, qui se hâta d’en profiter, et de nos jours le décret du sénat français qui investit Louis Napoléon du même droit d’élire son successeur, –traditions impériales comme on le voit.

150Cette constitution est elle définitive où transitoire ? L’avenir le dira. Le ton du manifeste de son Altesse donne à penser que le nom de République sera encore maintenu.

151Chronique mexicaine. 10 novembre 1853

À PROPOS DE PAPIER

152Le décret sur le papier indigène a suggéré au ”Siglo” l’idée de proposer au ministère de se fournir dans les manufactures du pais des draps nécessaires aux uniformes militaires. Est-ce en traduisant le livre de M. Bastiat que le ”Siglo” est devenu protectionniste ? Nous étions accoutumés à trouver dans ce journal des vues financières plus sages et plus élevées. Nous croyons, nous, que cette mesure donnerait un coup funeste au commerce d’importation, déjà bien abattu. La règle à suivre est bien simple. Si les manufactures mexicaines offrent au gouvernement de meilleures garanties de durée de propreté et de bon marché, qu’il s’y fournisse ; sinon qu’il prenne les draps étrangers.

153Faits divers mexicains. 28 décembre 1853

LES NORMANDS DU PACIFIQUE

154Il se passe en ce moment sur les côtes du Pacifique quelque chose d’étrange, qui n’est que le commencement de choses plus étranges encore. Si, il y a six ans, on nous eût annoncé que le dix-neuvième siècle aurait ses Hastings, ses Horsas, ses Rollons, ses hordes d’aventuriers courant les mers, surprenant les côtes, fouillant les rivages avec l’épée, menaçant les états, plantant ça et là leurs tentes et des bannières inconnues ; si on nous avais annoncé tout cela, il y a six ans, nous aurions répondu à la prédiction par un sourire d’incrédulité, et la plupart de ceux-là mêmes qui courent ou se préparent à courir ces périlleuses aventures, alors honnêtes laboureurs, marchands paisibles, rudes chasseurs, soldats ou joyeux viveurs en auraient ri tous les premiers. C’est là cependant ce qui se passe et va se passer ; l’oeil le moins exercé ne pourrait s’y méprendre. Les mêmes passions et les mêmes folies ramènent dans l’histoire les mêmes événements vêtus de costumes différents et teints de la couleur d’autres climats. Ce n’est plus du Danemark, ni des bouches de l’Elbe, mais de la Californie que sortent les Normands modernes, descendants des pirates blonds de la Baltique ; au lieu de l’Océan et de la Méditerranée, le Pacifique sera le théâtre de leurs croisières et de leurs coup de main ; au lieu de mettre à la mer dans des bateaux pontés, le Normand moderne a des clippers et demain il aura des steamers ; au lieu de lances et de haches, –des revolvers et des rifles à six coups. Ce que nous disons là n’est pas un fait exagéré, c’est de l’histoire toute vraie et toute nue ; nous ne prenons pas alarme d’une ombre ; le danger est présent, il a déjà son pistolet à la ceinture, son rifle au poing et sa bible à la main ; il est monté et met à la voile ; il a ses banquiers, son arsenal, sa réserve et son mot d’ordre ; ce mot d’ordre, que l’on ne prononce pas encore ouvertement ; mais qu’il est facile de lire dans tous les faits isolés, dans tous les renseignements qui nous arrivent du Nord-Ouest, ce mot d’ordre est celui ci : République du Pacifique.

155Ce n’est pas la République de M. Walker qui nous préoccupe ; Rollo-Walker tiendra ou ne tiendra pas, peu importe ; mais ce qui importe, c’est l’ensemble des faits ; ce sont les agitations des îles Sandwich, les émissaires au Japon, les missionnaires que l’on dresse à San Francisco pour la Chine, les expéditions que l’on équipe pour explorer l’Amazone, l’ébranlement vers la Sonore, c’est l’esprit de conquête qui s’est tout d’un coup emparé de la population californienne, c’est la nature même de cette population. Un pays qui compte six années d’existence n’est pas une patrie ; aucun de ces hommes, que l’espoir du gain ou les hasards de la vie ont jeté sur cette terre d’or, n’y a encore pris racine. Le moindre vent, le moindre vertige peut les pousser ailleurs.

156Mineurs désappointés, soldats licenciés et impatients de toute occupation paisible, joueurs ruinés, déshabitués des gains lents de l’industrie et du commerce, marchands faillis, chasseurs brisés à toutes les privations, pionniers fatigués de tourmenter et de dompter la terre pour un modique salaire, et puis tant d’hommes qui aiment les aventures pour les dangers et les excitations mêmes de l’aventure, tels sont les éléments de cette tempête qui menace le Pacifique. Ajoutez à cela quelques hommes déterminés, doués d’intelligence et d’énergie, poussés par l’ambition d’un grand nom et d’une grande fortune à acquérir, chefs naturels et reconnus de cette masse inquiète et turbulente, et vous pouvez calculer l’imminence et la grandeur du péril.

157Si vous leur demandez vers quelles côtes ils tourneront demain la proue de leurs clippers, ils ne pourraient probablement pas vous le dire ; ils ne vous répondront pas comme le chef Visigoth d’autrefois qu’ils vont là où les poussent le vent et la colère divine ; mais partout où l’or brille, partout où la terre donne et promet des récoltes recherchées, partout où vin mécontentement éclatera, là vous pouvez les attendre. -Les Etats-Unis ne se doutaient guère, il y a six ans, qu’ils colonisaient sur le Pacifique la Samarie de la Fédération Américaine. Ce n’est pas une séparation qui se prépare pour eux, c’est un déchirement. Le grand chemin de fer que l’on prépare n’est qu’un fil trop faible pour le retenir. Quant au Mexique il aura à se tenir sans cesse sur ses gardes. M. Gandara a indiqué ce qu’il fallait faire ; il se met en quête de colons allemands ; ce n’est pas par centaines qu’il faut les appeler ; mais par milliers. Ce sont les populations de laboureurs qui forment les véritables barrières des états ; les meilleurs défenseurs d’un pays sont ceux qui ont leur intérêt et leur avenir enracinés dans le sol.

158Chronique mexicaine. 31 décembre 1853

SALON DE 1854

159On ne peut entrer dans cette salle où règne le nez de S. M. Charles III sans se trouver face à face avec une vaste estampe illuminée à l’huile qui a la modestie de s’appeler Episode de la prise de Jérusalem. Nous ne reviendrons pas sur ce tableau, jugé déjà, si nous n’avions remarqué qu’il a été copié ; il le sera peut-être encore ; et comme nous ne pouvons pas supposer que l’Académie de San Carlos ait été ouverte pour enseigner à peindre des têtes d’enfants qui n’ont que les trois quarts du crâne, une atmosphère sans air, - à se fausser l’œil, la pensée et la main-, nous demandons que ce tableau soit relégué dans les limbes silencieux du galetas du Musée où les araignées filent leurs toiles et l’oubli sur les rebuts de l’art.

160Certain Satan aux ailes de chauve-souris, au regard féroce, n’est pas non plus de notre goût. Depuis que Milton a tracé en vers immortels le portrait de cette majesté déchue, il n’est plus permis de faire le diable aussi laid et aussi hargneux. Si ce n’eût été qu’un hibou, comme vous imaginez, pourquoi envoyer St Michel contre lui ? - quelques torches de résine ou une poignée de soufre eussent suffi à la mettre en fuite.

161Nous ne sommes revenus dans cette salle que pour y voir quatre ou cinq petits tableaux de maîtres étrangers exposés il y a peu de jours : Une tête vénitienne par Horace Vernet, tête sobre sans ornements, mais calme et résolue ; c’est la tête d’un homme qui a conspiré et qui veut exécuter ; l’audace froide et le désir d’agir animent ces traits hautement caractérisés. Si un jour de révolution vous laissiez descendre ce tableau dans la rue, il trouverait bientôt dix mille hommes pour son coup de main.

162Voici du Velazquez ! Il était inutile d’inscrire ce nom en lettres d’or sur la bordure du cadre ; c’est tout son style ; pinceau brûlé d’un côté et chatoyant de l’autre ; toutes les profondeurs de l’ombre contrastées avec les saillies éblouissantes des teintes lumineuses ; - ce petit tableau représente des poissons dans un intérieur, des poissons argentés qui sentent la marée. Vitellius eut donné cent mille sesterces pour les envoyer frire.

163Les Orphelins béarnais est un des bons tableaux de genre de M. Pingret. -Deux sœurs et un petit enfant sur la tombe de leurs parents. -Les deux sœurs sont peut-être trop jumelles ; mais le petit enfant, sur qui est concentrée toute la pensée, toute l’intention du tableau, ne laisse rien à désirer. L’étonnement naïf de cette petite tête blonde et espiègle devant la douleur pieuse de ses deux sœurs, sa curiosité de savoir pourquoi une croix de bois sur un tertre de terre qui s’affaisse fait verser tant de larmes, cette ignorance de la mort d’un enfant foulant la tombe de sa mère, cette petite vie qui semble éclore sur un tombeau, voilà des contrastes qui répandent plus de deuil sur cette toile que tous ces coups de pinceau éplorés et funèbres que les peintres médiocres prodiguent au souvenir de la mort.

164Aimez-vous le boléro et les castagnettes ? -Eh bien vous êtes servis à souhait. Voici le Boléro à son paroxysme, la jambe tendue, les bras arrondis, l’œil humide, la hanche cambrée - une tempête de boléro sous une basquine ; -ce n’est pas du dessin, sans doute ; mais comme ce corsage craque ! Quelle gaillardise de formes ! Quel entrain ! Quel défi ! Quelle vigueur dans cette Andalouse ! C’est à faire hennir le cœur d’un escadron de cuirassiers.

165Et nous allions oublier de signaler à votre attention cette grosse tête de taureau de P. Poter ! Un bon taureau hollandais qui retient ses mugissements par respect pour vous et ne demande qu’à retourner à ses vertes prairies.

166Nous voudrions bien mettre quelqu’enchaînement à cette revue ; mais comment passer convenablement d’une étable au cabinet de M. Clavé, d’un taureau à de belles dames ? Qu’il nous soit permis de briser court où bon nous semblera et de n’avoir pas plus d’ordre dans notre critique qu’il n’y en a dans ce pêle-mêle de tableaux.

167Le sort d’un peintre de portraits est souvent bien à plaindre et rarement à envier. Il y a dans la foule des gens qui demandent leur ressemblance à la toile, des figures qui font trembler les palettes les plus courageuses, des pauvretés de nature que rien ne peut enrichir, des vulgarités qu’aucun effort ne peut relever. Quand de pareilles figures posent devant M. Clavé, le luxe de ses draperies les confond, les gêne, les absorbe. Il en est heureusement d’autres qui portent sur le front un sceau de distinction, certaine auréole qu’aucune richesse de pinceau ne peut éclipser. A de pareilles têtes de femme, prodiguez le velours, le satin et la blonde ; c’est le nid naturel des beautés privilégiées. Donnez leur des diamants et les parures que vous voudrez ; le brillant semble alors ne scintiller que parce qu’il a plu à un de leurs regards de s’y fixer et de s’y cristalliser ; c’est le sourire tombé de leurs lèvres qui prête au corail son reflet et aux perles leur éclat amorti. Quand de pareilles têtes posent devant M. Clavé, alors il est tout à fait peintre, et ses chairs, ses draperies, l’atmosphère de son tableau, tout est en harmonie. Nous savons depuis longtemps qu’il possède l’art de fabriquer des tissus qui ne sont surpassés qu’à Lyon et à Malines. Quels filets de lumière, quelles gouttes de soleil arrête-t-il pour les pétrir dans sa couleur ? C’est son secret -ses étoffes trompent l’œil et sollicitent la main. Cette année ci, la chair respire sur ses toiles, -les mains potelées de la dame blonde sont d’une expression délicate et d’un fini dignes du modèle. -Le portrait de la dame sur le retour offrait de grandes difficultés : cet âge incertain, où la jeunesse laisse un souvenir en même temps que l’âge mûr projette déjà ses ombres sur la figure, est difficile à rendre ; il faut des tons contrastés sans être heurtés et des transitions désespérantes. M. Clavé, ce nous semble, a réussi à exprimer tout cela sans exagération comme sans faiblesse. Le portrait de M. Lucas Alaman, exécuté d’après un daguerréotype, est d’une ressemblance frappante et d’une belle couleur. C’est bien la tête massive et obstinée, le regard aiguisé par la recherche et perçant le verre de ses lunettes, c’est bien l’homme que nous avons connu. Il est un fait que nous avons remarqué et qui est caractéristique. Nous sommes entrés quatre fois dans ce petit salon et nous y avons, chaque fois, trouvé la foule recueillie. On croyait être devant des personnes non peintes, mais vivantes et l’on se comportait comme il convient en bon lieu, devant de belles dames et un homme sérieux qui peuvent, d’un moment à l’autre, vous adresser la parole et ouvrir la réunion.

168On a reproché à M. Clavé de ne pas présenter de composition aux expositions. Nous ne savons pas jusqu’à quel point il convient de provoquer un artiste à faire telle ou telle autre chose ; nous désirerions sans doute voir une grande toile de lui et les tableaux, exposés cette année-ci par ses élèves, MM. Pina et Urrutuchi, augmentent encore notre désir et, pour tout dire, notre curiosité aussi.

169Le St. Charles Boromée de M. Pina est une composition qui promet beaucoup. Il est rare de trouver dans un artiste qui commence, une aussi belle entente des groupes, et des gradations d’un même sentiment sur vingt figures de tout âge. Le tableau n’est pas achevé, mais il l’est assez pour mettre M. Pina au premier rang de l’Ecole de St. Carlos. Nous lui connaissons cependant un défaut, et il y a trop de véritable talent dans ce jeune homme pour le lui cacher : sa couleur est trop rose ; on dirait que la lumière n’arrive à ses personnages qu’après avoir été tamisée à travers le tissu d’un dais écarlate.

170M. Urrutuchi a peint l’épisode de la famille de Loth fuyant de Sodome. C’est bon –et son intention s’approche beaucoup de la vérité ; il y a du savoir faire dans ce contraste des trois têtes, la brune est bien caractérisée ; c’est celle-là qui dût prendre plus tard l’initiative de la tentation que les deux sœurs (filles de Sodome après tout) exercèrent sur le vieillard en lui versant le philtre amoureux.

171Chronique de la ville et de la cour. Chronique mexicaine.

17228 janvier 1854

LA TYRANNIE DES NOVIOS

173Puisque nous sommes en train d’écrire sous l’influence d’un cor qui nous cuit encore, nous signalerons un autre fléau à l’animadversion des danseurs et à l’attention de M. le ministre des finances ; vous comprenez bien que nous voulons parler de la tyrannie des novios. Il y a dans cet heureux pays où brillent tant de beaux yeux noirs, où tant de petits pieds invisibles effleurent la terre, une race d’élégants despotes qui usurpent je ne sais quel pouvoir autocratique sur les yeux, sur les pieds des malheureuses beautés qui prêtent l’oreille à leurs fleurettes. Ces Messieurs ont le pouvoir de tenir bloqué un balcon ou de le faire ouvrir suivant qu’il leur prend fantaisie ; ils mettent leur veto sur les entrées et les sorties, sur les promenades et sur les quadrilles, ô Dragons des Hespérides ! Nous avions remarqué, dans la foule des danseuses, une jeune personne fort avenante et qui valsait avec une grâce et une régularité toute planétaire. Nous eûmes l’innocence de l’inviter à faire trois tours à notre bras ; nous avions compté sans le novio qui nous prouva, papier en main, que Mademoiselle était engagée pour tout ce qui restait encore à danser ; le malheureux avait eu la discrétion de ne s’inscrire lui novio que pour toutes les valses, toutes les polkas, toutes les polkas-mazurkas, toutes les polkas tourbillonnantes. Si ce despotisme envahit la terre, il faudra avant d’accepter une invitation de bal, demander quinze jours pour se munir d’une novia. Et tout le monde n’a pas vingt-quatre heures à dépenser par jour -immense richesse qu’on n’apprécie bien que lorsqu’elle est perdue. Nous prions M. le ministre des finances de frapper un impôt sur ces heureux propriétaires de beaux yeux noirs, sur ces accapareurs de cœurs, sur ces monopolisateurs de petits pieds. Le difficile serait d’asseoir le tant pour cent.

174Chronique de Mexico. 4 février 1854

LES ÉVÉNEMENTS DU SUD - 1

175La curiosité publique se préoccupe beaucoup des événements du Sud ; mais la curiosité publique doit en prendre son parti et s’armer de patience ; dans de pareilles campagnes, les opérations militaires sont laborieuses et aboutissent rarement à des coups éclatants et décisifs. Pendant la guerre de l’Indépendance, un général espagnol qui avait longtemps tenu garnison dans cette province, ayant été appelé à Mexico pour en dresser la carte et donner des renseignements exacts, prit, dit-on, une grande feuille de papier, la froissa dans la main et la jetant sur la table du conseil, dit aux officiers assemblés, -”Voilà la carte du Sud.” -Un pareil échiquier militaire n’ouvre pas un champ bien vaste aux combinaison stratégiques. La campagne commencée contre Alvarez sera donc une campagne de marches, de contremarches, de surprises et d’embuscades. C’est une chasse autant qu’une guerre. Si la défection continue à détacher du chef rebelle les districts voisins du quartier général de S.A., la révolution s’éteindra à mesure qu’il avancera et finira par se consumer dans un foyer restreint ; si Alvarez maintient quelqu’influence au centre de Guerrero, un coup de main imprévu aujourd’hui mettra fin à la campagne. –C’est, sur une moindre échelle une guerre à la Jugurtha et elle pourrait bien se dénouer de la même manière. Il ne faut donc point s’attendre à des batailles et à de grands bulletins.

176Chronique mexicaine. 29 mars 1854

LES ÉVÉNEMENTS DU SUD - 2

177S.A.S. est entré à Chilpancingo le 30 mars ; il a été reçu par le général Bravo, au son des cloches qui carillonnaient, des canons qui tonnaient, des fusées qui sillonnaient le ciel ; des arcs de verdure rehaussés d’écussons s’élevaient sur son passage et 4 000 hommes l’ont reçu l’arme au bras et tambour battant. Pour que rien ne manquât à cette fête et à cette pompe, Jupiter n’a pas dédaigné de lui envoyer un présage. Un aigle des Andes que les zoologistes appellent aigle royal, que l’engouement moderne surnomme aigle impérial et qui n’est, au fond qu’un aigle impérialiste, est descendu des hauteurs voisines et est allé se poser majestueusement au milieu des soldats sans s’effrayer du bruit des pétards, dit le Diario Oficial. Il s’est laissé prendre sans résistance par un simple soldat qui l’a offert à S.A.S. Quoique la nouvelle en soit arrivée ici le premier avril, ce n’est pas un poisson d’avril que nous vous donnons là. Le Diario a l’air de s’étonner que l’oiseau de Jupiter ne se soit point effarouché des fusées qui éclataient autour de lui ? C’est l’étonnement de notre confrère qui nous étonne. Les aigles ne font autre chose depuis le commencement du monde que de porter la foudre entre leurs serres et de la voir éclater sans sourciller, et vous voulez qu’il s’effraient de quelques pétards tirés à Chilpancingo ! Quant à sa présence entre tant de braves officiers, et parmi les aigles drapeaux, ce n’était après tout qu’un aigle de plus.

178Nous ne connaissons dans toute l’histoire -(nous ne parlons pas d’Hérodote qui n’était qu’un journaliste), nous ne connaissons qu’un fait aussi merveilleux que celui dont le Diario nous a entretenus ces jours-ci. Tite-Live, au commencement de ses Décades, raconte que Prisais Tarquin se rendait tranquillement à Rome dans un char-à-bancs découvert ; ce char portait Tarquin, sa femme, ses trésors et ses projets ambitieux. Il était à deux milles de la ville éternelle lorsqu’un aigle des Apennins, chargé d’un message céleste, fond sur notre homme, lui enlève son bonnet de voyage, plane un moment dans l’air et revient le lui poser poliment sur la tête. A quelques années de là, ce bonnet étrusque était changé en diadème royal. Les aigles n’apportent jamais de médiocres cadeaux ni de médiocres présages. Nous ne voulons point cependant obliger nos lecteurs à suivre notre croyance ; depuis que Cicéron (qui avait été augure) a dit qu’il ne concevait pas comment deux augures pouvaient se regarder sans rire, il ne nous est pas permis d’être assez intolérant pour vouloir que nos lecteurs soient plus graves que Cicéron.

179Ce qui est plus important, plus significatif que les aigles qui se posent ou que les corneilles qui croassent, ce sont les soumissions de ces populations qui se pressent au devant du général, ce sont ces 5,000 soldats bien armés et belliqueusement disposés. Encore quelques jours, et le Cerro del Peregrino, (les Thermopyles, les Portes de fer de Guerrero) sera attaqué, et, si nous ne sommes pas mal informés, les mesures sont si bien prises et l’assaut si bien combiné que S.A. compte être de retour à Mexico avant la fin du mois. […]

180Chronique mexicaine. 5 avril 1854

LA FÊTE DES FLEURS

181C’était vendredi dernier la fête des fleurs. –Une tradition pieuse (moitié catholique moitié indienne et à coup sûr tout à fait poétique) veut que les habitants de Mexico ornent et surchargent de fleurs les autels publics et privés de la Dolorosa. Comment la race indigène a-t-elle, au milieu de sa décadence et de sa misère, conservé ce culte gracieux et fragile ? Comme Ophélia, la race aztèque périra en cueillant des violettes. Nous laissons à de plus graves penseurs la tâche d’expliquer cette élégante anomalie. Mais le fait existe : quelque misérable que soit la hutte de l’indien, il faut à sa demeure une ceinture de roses, de haies, de dahlias indigènes, de jasmins, de plantes fleuries et éclatantes ; dans les villages et dans les villes, il faut au peuple des buvettes en plein vent tapissées de grosses rosaces de verdure ; à certaines époques de l’année, les cimetières des hameaux indiens ressemblent à des parterres ; les plates-bandes en sont formées par les tombeaux jonchés de corolles. Autrefois les jardins flottants, les chinampas, abordaient au quai de l’Est et y déposaient leurs récoltes parfumées tout fraîchement cueillies ; depuis que Mexico n’est plus une île, depuis que le lac a rétréci ses rivages, les chinampas se sont ancrées et ont pris racine dans la vase, et ce sont aujourd’hui les canots plats de Santa Anita et de Jochimilco qui portent au Puente de la leña les approvisionnements de bouquets. Ce n’était vendredi dernier que meules d’amapoles et de coquelicots, que faix de roses et de giroflées, bottes de pois de senteur et gerbes de tiges fleuries. Un grand nombre de dames se pressaient à ce marché digne d’elles et emportaient leurs offrandes, non sans avoir prélevé du pieux bouquet, une rose pour leur coiffure et un œillet choisi pour un autre autel que celui de la Vierge. Cette promenade à cinq heures du matin est plus qu’une promenade ; c’est une dévotion, et les belles paresseuses en saisissent le prétexte pour voir se lever le soleil une fois par an.

182Cette passion du bas peuple pour les fleurs est gracieuse sans doute ; mais elle n’enlève pas une seule épine à sa misère. On aura beau nous traiter d’esprit vulgaire et prosaïque, nous serions charmé de voir moins de bouquets et plus de souliers, moins de feuillage et quelques pantalons de plus, moins de coquelicots et plus d’épi. Nous avons quelquefois pensé que le clergé, qui a tant d’influence sur la population des campagnes et des faubourgs, pourrait initier d’utiles réformes. Les premiers missionnaires, à qui l’on doit la conquête de ce vaste pays, associèrent les traditions touchantes des indiens sur le culte des morts aux rites sévères de l’Eglise catholique. Les indigènes se font un scrupuleux devoir à la Toussaint de brûler des cierges à leurs parents défunts ; cette coutume jette dans la circulation quatre ou cinq millions de piastres par an, ce qui n’est pas à dédaigner, et oblige chaque famille à travailler un mois de plus, ce qui est moins à dédaigner encore. Les missionnaires ont rendu en cela un grand service au pays. Les curés et les desservants des Eglises ne pourraient-ils pas faire entendre à la population déguenillée des faubourgs et des hameaux qu’il est toute bienséance qu’on ne vienne au temple que propre et couvert, que l’Egalité devant Dieu doit être une égalité dans la décence et la propreté ? Rien de plus étrange et de plus contrasté que la foule de nos églises. Les mantilles de blonde y frôlent l’épaule nue et crasseuse de l’Indienne, les robes de soie traînent dans des immondices, l’orteil des va-nu-pieds y ternit à loisir le cuir vernis des élégants dévots et l’on se trouve tout heureux et tout surpris lorsqu’on est sorti du service sans emporter à son frac ou à son paletot l’ignoble duvet et la vermine plus ignoble encore des zarapes crasseux : couvertures, bouts de rideaux, draps de lits crevés et tant d’autres oripeaux dont se drapent bon nombre de nos fidèles des faubourgs.

183Nous n’approuvons pas les lois somptuaires ; mais ce serait un grand service rendu au bon goût, à la décence du culte et au travail, si les prêtres obtenaient que tout le monde se présentât à l’église chaussé, propre et couvert. C’est peut-être le seul moyen à présent de faire entrer tout le peuple dans la voie de la consommation du travail.—Nous ne pouvions laisser passer tout le carême sans faire notre petit sermon ; nous l’avons fait court et fleuri, et utile peut-être.

184Les espérances profanes se mêlent aux dévotions de la Semaine Sainte, et plus d’une fidèle en mantille cause de sa loge à l’opéra en se rendant au sermon. Encore quelques jours et nous verrons la résurrection des toilettes brillantes, des conversations joyeuses, des figures épanouies et des harmonies de toutes sortes. Le plaisir va sortir de la chrysalide noire et mystique où il est aujourd’hui renfermé ; des fêtes, des parades, des arcs de triomphe, dit-on, voilà le programme du printemps et nous aurons deux théâtres lyriques au lieu d’un.

185Chronique mexicaine. 12 avril 1854

LES ÉVÉNEMENTS DU SUD - 3

186[…] L’isolement du ministère est un état fâcheux. Le général Santa-Anna n’était parti de la capitale que pour une quinzaine de jours ; son intention était de faire un court séjour à Chilpancingo, de lancer l’expédition et de revenir. Cédant aux circonstances et un peu aussi aux entraînements de la vie de camp, il a poussé jusqu’à Acapulco, cette pointe militaire que vous savez. Son armée ne pouvait être qu’une armée d’attaque et les exigences mêmes de l’attaque ne lui permettaient pas de la démembrer pour occuper les passages et assurer les communications. Ce résultat, quelque prévu qu’il fût, n’en est pas moins embarrassant pour le ministère. Quand un homme est revêtu d’un pouvoir entier et absolu -n’importe le nom qu’on lui donne : dictateur, président ou empereur, -cet homme est un monarque et quant il s’éloigne, il emporte avec lui le nerf et l’autorité de son investiture personnelle. Quand, dans les pays monarchiques, ce cas exceptionnel se présente, les Etats généraux ou la Junte du royaume, ou la Diète, ou le Parlement nomment un Lieutenant-général ou un Vicaire qui, tout en obéissant à l’esprit du monarque absent et en se conformant à ses instructions écrites, verbales ou présumées, ait le pouvoir incontesté de veiller à la chose publique. Ces réflexions ont frappé beaucoup d’esprits sérieux et donné quelque consistance au bruit qui s’est répandu en ville que le Conseil d’Etat allait se déclarer en permanence sous la présidence du chef du cabinet et avec la coopération du commandant général qui remplirait, jusqu’à nouvel ordre, les importantes fonctions de ministre de la guerre. La nouvelle de l’arrivée du Portsmouth devant Acapulco peut être fausse ; mais elle peut être vraie. L’emprisonnement du consul mexicain à San Francisco n’est peut-être qu’une exagération ; mais si le fait venait à se confirmer ? Le Texas du 4 apportera sans doutes des modifications importantes au traité de la Mesilla. Ce sont là des affaires qui demandent une solution prompte et exigent un exécutif autorisé et revêtu de pleins pouvoirs. Les hommes qui composeraient cet exécutif provisoire ne seraient sans doute que la monnaie du Général Santa-Anna ; mais enfin, ce serait une autorité adaptée aux circonstances.

187Chronique mexicaine. 3 mai 1854

NOUS TREMBLONS

188Nous tremblons en écrivant ce titre redoutable : il nous a valu, ces jours derniers, un si terrible coup sur les doigts que nous en avons encore la main endolorie. Que nos lecteurs ne soient donc pas surpris si notre plume hésite en se traînant avec peine sur le papier ; peut-être est-ce pour notre bien, après tout : il y a danger, en courant trop vite, de se heurter aux pierres du chemin ; en prenant, au contraire, son temps et ses mesures, on tourne les obstacles et on évite les périls.

189Nous commencerons notre pérégrination à pas comptés par le récit des réjouissances officielles qui ont suivi la nouvelle du retour de S. A. S. On avait fait courir tant de rumeurs sinistres ; le défaut des communications entre la capitale et Acapulco avait fait naître tant de suppositions gratuites, que l’annonce de nouveaux succès a été partout accueillie avec une sorte d’enthousiasme. Aussi quand le canon a proclamé, samedi dernier, à trois fois successives, le prochain retour du général Santa-Anna, tous les cœurs battant dans la poitrine du peuple de Mexico se sont-ils unis en un même sentiment d’espoir et de satisfaction. C’est qu’on désire ardemment, très ardemment, la présence de S. A. S. ; on lui prépare une réception magnifique et nous serons des premiers à nous associer à une manifestation qui voudra dire : ”Aujourd’hui que le chef de l’Etat est dans sa capitale, toute crainte serait frivole, toute défiance serait sans motif, tout autre sentiment que l’espérance serait condamnable.” Que S. A. S. revienne donc le plus tôt possible parmi nous, elle sera la bien venue. […]

190Chronique mexicaine. 10 mai 1854

MORT DE MME SONTAG - Ses obsèques.

191Au moment même où se distribuait le dernier numéro de notre journal, samedi dernier, vers trois heures du soir, Madame Henriette Sontag, comtesse de Roddi, rendait le dernier soupir. Attaquée de la maladie qui l’a conduite au tombeau, le dimanche précédent, vers six heures du soir, alors qu’elle se préparait à se rendre au théâtre pour s’y faire applaudir dans la Lucrezia Borgia, elle n’a quitté le lit que pour la tombe ; ses souffrances ont duré six jours moins quelques heures. Nous l’avons vue, sur sa couche funèbre, vêtue de blanc comme la Somnambule de Bellini ; ses traits, parfaitement conservés, avaient gardé la double empreinte du génie et de la bonté qui dominaient sa physionomie ; un triste sourire errait sur ses lèvres… Elle est au ciel, côte à côte avec la Malibran !

192La lugubre nouvelle s’est abattue sur la ville comme un coup de foudre ; elle s’est communiquée de proche en proche avec une rapidité surprenante ; la consternation était générale, un quart d’heure après la mort de l’illustre cantatrice. On eût dit que chacun avait perdu une sœur, une amie ; c’est qu’en effet Madame Sontag était de toutes les familles ; elle appartenait au public mexicain qui en avait fait son idole et qui l’a pleurée ; elle appartenait au monde qu’elle avait rempli de sa réputation et qui la pleurera […]

193La sympathie dont a fait preuve toute la population de Mexico pour la glorieuse et infortunée cantatrice n’a peut-être pas d’exemple en ce pays, le deuil était universel et vrai. Etrange influence du génie ! Cette femme était à peine au milieu de nous depuis deux mois, avant d’y venir, la plupart ignoraient jusqu’à son nom, et voici que sa mort est une calamité publique ! C’est qu’il y avait, dans la personne et dans le talent de Madame Sontag quelque chose de céleste et de divin ; nous avons cru voir un ange faire sa courte apparition sur terre et reprendre son vol vers les cieux.

194La mort de madame Sontag fera grand bruit aux Etats-Unis, où ses triomphes ont été si récents, et en Europe, qu’elle a remplie de son nom, deux fois à vingt ans de distance. Sa présence et sa perte sont, désormais, deux faits historiques dans les annales artistiques du Mexique. En l’écoutant, la population s’est formé le goût musical, un peu faussé par des antécédents moins favorables ; elle avait, du vivant même de l’incomparable cantatrice, eu le bon esprit de la mettre au dessus de toute comparaison ; après sa mort, elle conservera le précieux souvenir de son génie, et ce sera, pour l’avenir, au contraire, un terme à jamais mémorable de comparaison pour juger les artistes qui viendront.

195Le rapide passage de Madame Sontag à Mexico produira d’autres résultats non moins dignes de considération. Le préjugé qui pesait, ici, comme dans bien d’autres pays, sur le théâtre, devra disparaître, au souvenir de cette femme, devenue comtesse par son talent, redevenue cantatrice par amour de l’art, restée pure pendant sa carrière artistique aussi bien que sur la scène du grand monde, toujours honorée par ses vertus, toujours admirée par son génie, et regrettée de tout l’univers, comme femme et comme artiste.

196Nous qui écrivons ces lignes, nous serions fier d’avoir doté le Mexique d’un pareil génie, s’il ne venait se mêler à notre orgueil la douleur de l’avoir conduit bien involontairement, hélas ! à sa tombe et d’en avoir privé le monde.

19721 juin 1854

UN SYPTÔME ALARMANT

198Nous appelons l’attention de nos lecteurs sur un fait, à notre avis excessivement important, car il peut amener, dans un temps donné, de très graves conséquences. On parle tant, depuis quelques tems, du maintien de l’équilibre européen, qu’on ne songe guère à l’équilibre américain ; ce dernier, cependant, est tout aussi digne de considération que le premier. Or, le gouvernement d’Honduras, l’un des états de l’Amérique centrale, vient de faire publiquement et officiellement les premiers pas pour arriver à une annexion avec les Etats-Unis du Nord ; cette démarche, très probablement, n’aboutira, pour le moment du moins, à aucun résultat positif, mais elle peut produire, dans un avenir prochain de sérieuses complications, et l’équilibre américain en recevrait une dangereuse atteinte.

199Faits divers mexicains. 24 juin 1854

COLLÈGES FRANCO-MEXICAINS

200Ces jours derniers, stériles pour la politique qu’il nous est permis d’aborder, ont été fort utilement remplis par les fêtes de famille que célèbrent, selon l’usage, les établissements d’instruction publique à cette époque de l’année. Nous avons eu les examens et les distributions de prix ; disons-en quelques mots en courant.

201Jamais, à notre avis, la capitale de la république n’a été aussi riche qu’aujourd’hui en établissements privés pour l’éducation et l’instruction de la jeunesse. Ces établissements luttent entre eux d’efforts et de travaux, et les pères de famille profitent d’une concurrence dont les effets se révèlent par les progrès rapides de leurs enfants. Nous ne prétendons pas énumérer ici tous les établissements privés d’instruction que renferme Mexico ; le nombre en est grand ; chacun d’eux a comme une spécialité qui lui est propre, soit par la nature de ses études, soit par la population, soit par l’âge, soit par le sexe, auxquels il s’adresse ; nous en citerons quelque-uns appelant plus particulièrement notre attention, par la raison qu’ils sont dirigés par des compatriotes voués corps et âme à cette carrière ingrate de l’enseignement, dont on ne connaît pas assez peut-être tous les déboires et tous les désappointements.

202Le Lycée franco-mexicain, fondé il y a quatre ans environ par MM. Jourdanet et Guilbault, se trouve maintenant sous la direction de MM. Guilbault et Mendez. Le local magnifique de cet établissement, à San Cosme, l’air pur et libre qu’on y respire, l’étendue de ses cours et de ses jardins, si favorable au développement physique des élèves, le recommandent tout d’abord à l’attention des pères de famille ; mais ces avantages seraient peu précieux, si le Lycée franco-mexicain ne soignait, avec autant de sollicitude le développement moral et intellectuel des enfants qui lui sont confiés. M. Guilbault est peut-être l’un des instituteurs les plus consciencieux et les plus capables que nous ayons jamais rencontrés ; il fait de l’enseignement non pas seulement par spéculation et par devoir ; il est là dans son élément, et il suit avec amour la carrière difficile qu’il a embrassée. Admirablement secondé par M. Mendez, il a su maintenir dans son collège une discipline sévère, sans laquelle il n’y a pas d’enseignement profitable ; il a su donner aux études une étendue et une portée pratique dont les heureux résultats se font plus vivement sentir tous les jours. Les examens du Lycée franco-mexicain ont été, comme toujours, fort brillants cette année, et la distribution des prix, célébrée dimanche dernier, a dignement sanctionné les travaux de l’année scolaire. M. Miguel Maria Azcarate présidait la réunion, à laquelle assistait une société d’élite. Les jeunes vainqueurs dans cette lutte d’émulation qu’on appelle les compositions générales, ont reçu les prix de leurs victoires et ont été, par une heureuse et touchante innovation, couronnés de fleurs et de feuillages. Plusieurs élèves ont exécuté des morceaux de musique vocale et instrumentale ; M. Mendez a prononcé un discours remarquable qu’un de nos confrères a publié hier ; M. Azcarate, parlant au nom de l’autorité, a chaudement félicité les directeurs sur les heureux résultats de leurs efforts, et Monsieur le consul de France, se faisant l’écho de toutes les personnes présentes, a encore enchéri sur ces félicitations, en donnant aux jeunes lauréats les louanges qu’ils avaient méritées, et des encouragements dont ils se montreront dignes. Cette petite fête, entremêlée de promenades dans les beaux jardins de l’établissement, et arrosée largement des rafraîchissements que rendait précieux la chaleur du jour, a. laissé, dans l’esprit de ceux qui y ont assisté, l’impression la plus agréable.

203Le collège Desfontaines, plus ancien que le Lycée franco-mexicain, a été fondé par M. Mathieu de Fossey, dont le souvenir honorable est encore vivant dans la mémoire des pères de famille de Mexico ; il a été habilement continué par M. Gustave Desfontaines qui l’a dirigé seul pendant plusieurs années, et qui s’était adjoint, dernièrement, la coopération de M. Clairin. Le choix qu’a fait M. le ministre de fomento de M. Clairin, pour lui confier la direction de l’école de commerce et d’industrie, laisse M. Desfontaines, une fois encore, seul chef de son établissement. Les examens du collège Desfontaines jouissent d’une réputation qui a encore été pleinement justifiée cette année ; la distribution des prix a eu lieu dimanche, dans le local de l’établissement ; M. le ministre de la justice présidait ; une foule brillante et choisie s’y était donné rendez-vous ; plusieurs élèves ont récité des compositions littéraires dont ils étaient les auteurs ; d’autres ont fait de la musique instrumentale ; M. Desfontaines a prononcé, sur la civilisation, un discours qui a été fort applaudi, et M. le ministre de la justice, après avoir manifesté la satisfaction que lui causaient la bonne direction du collège et les progrès réels des élèves, a fait quelques réflexions bien senties sur la nécessité de l’éducation de la jeunesse.

204M. Pierre Dalcour est directeur de l’institution franco-mexicaine, que l’on peut considérer comme la continuation de l’institution fondée et dirigée jadis par M. Quinion. Les prodigieux résultats de la méthode suivie par M. Quinion étaient devenus tellement manifestes, qu’ils étaient presque passés en proverbe ; chose étrange, cependant, M. Dalcour fait non seulement autant, mais plus que son prédécesseur ; nous avons entendu souvent les pères des enfants qui sont sous sa direction, parler avec tant de chaleur, de l’assiduité, du zèle et de l’intelligence du directeur, que les mots leur manquaient pour peindre leur enthousiasme. L’institution de M. Dalcour est située Portal de Mercaderes N° 6 ; la distribution a eu lieu également dans cet établissement, dimanche dernier ; nous n’y avons pas assisté, mais cette solennité a dû mettre en relief l’habileté du maître et les progrès des élèves.

205M. Maizounabe et Mme. Delaunay ont fondé, depuis deux ans, rue d’Ortega, pour les deux sexes, une institution dont nous avons fait l’éloge mérité, l’année dernière à pareille époque. Cet établissement, dans sa sphère modeste, car il reçoit des enfants d’un âge moins avancé, mérite au plus haut degré le patronage des familles. M. Maizounabe et Mme. Delaunay se sont tracé, chacun, leur cercle d’attributions : l’un s’occupe des jeunes garçons et l’autre des jeunes filles, et tous deux, il nous faut le proclamer, s’acquittent merveilleusement de leur tâche. La distribution des prix, présidée par M. le général Escudero, a eu lieu dans cet établissement lundi dernier, jour de Noël ; c’était une charmante petite solennité pendant laquelle il a été versé plus d’une larme d’attendrissement. Il est impossible de se figurer les miracles qu’a opéré la patience angélique de M. Maizounabe et de Mme. Delaunay sur ces petites intelligences qui leur ont été confiées et qu’ils ont développées d’une manière vraiment prodigieuse ; ils ont formé des polyglottes de six ans, des géographes de huit ans et des mathématiciens de douze ans ; avec eux, on peut le dire en toute sécurité : il n’y a plus d’enfants !

206Nous n’avons rien à dire, aujourd’hui, des institutions de jeunes demoiselles, aucune n’ayant encore fait sa distribution de prix.

207Une longue et douloureuse maladie, dont elle est heureusement rétablie, a empêché Mademoiselle de Saint Vital de songer encore à cette solennité : nous le regrettons, car nous aurions eu plaisir à vanter son excellente institution, où les élèves reçoivent, avec l’instruction, une éducation de bon goût qui sera plus tard un trésor pour elles. Mademoiselle de Saint Vital a le talent de communiquer aux jeunes filles qui lui sont confiées, la distinction de ses manières et les qualités de son cœur, et ce n’est certes pas là le côté le moins sérieux de l’éducation du beau sexe.

208Madame Sollier, dont nous aurions également constaté les succès avec empressement, vient, dit-on de céder son établissement. Nous ne commettrons pas l’indiscrétion de divulguer, avant la publication du prospectus, le nom de la nouvelle directrice ; nous pouvons dire, cependant, qu’elle est de celles qui inspirent généralement de l’intérêt et de la sympathie, et que l’avenir s’ouvre à elle, brillant de promesses et d’espérances.

209Dans notre dernier numéro, nous applaudissions à la création d’un nouveau collège français pour les jeunes-gens ; aujourd’hui, nous annonçons, avec le même plaisir, l’ouverture d’une nouvelle institution française pour les jeunes demoiselles. La directrice, Mademoiselle Esteva de Grammont, élevée dans un des meilleurs pensionnats de Paris, a passé, d’une manière brillante, ses examens devant l’ayuntamiento de Mexico. Son institution ouvrira le 2 janvier prochain, portai de Agustinos n°5. Les familles sont sûres d’y rencontrer pour leurs jeunes filles d’excellents principes d’éducation, une forte instruction et une direction pleine de goût dans la culture des talents d’agrément.

21027 décembre 1854

LES ÉTRANGERS À MEXICO

211Plusieurs personnes se sont adressées à nous pour nous prier d’appeler l’attention de M. les ministres étrangers sur la situation actuelle de la capitale, et sur la nécessité de se préparer à des éventualités peut-être fort graves.

212Ces personnes voudraient que la population étrangère de la capitale fût organisée militairement et armée pour la défense, à un moment donné, de l’ordre et des propriétés. Nous soumettons cette proposition à qui de droit ; nous savons qu’elle a l’approbation des autorités suprêmes.

213Faits divers mexicains. 16 janvier 1855

LE TABAC ET LA RÉGIE

214Nous fumons du tabac détestable ; tout le monde s’en plaint et tout le monde a raison. Depuis les premiers jours de l’estanco, jamais on ne s’est aussi franchement moqué des fumeurs, et Dieu sait, cependant, quelles mauvaises plaisanteries s’est de tous tems permises l’estanco, en livrant au public ce qu’il appelait ses cigares et ses cigarettes. Aujourd’hui, nous en sommes arrivés à nous demander non pas si le tabac est de bonne ou de mauvaise qualité, mais si c’est bien du tabac qu’on nous donne, ou plutôt qu’on nous vend, sous le titre spécieux de cigares. Nous ne parlerons pas des cigarettes : il est reconnu que le papier qui les recouvre a été fait pour envelopper du sucre et que le tabac que recouvre le papier n’est autre chose que de la poussière. Si le tabac manque à MM. les entrepreneurs, dans ce pays qui en produit tant et de si bon, nous leur indiquerons les feuilles de choux, de pommes de terre et de betteraves, dont ils pourraient tirer grand profit ; les consommateurs ne sauraient que gagner à cette utile innovation.

215Les cigares ne sont pas faits ; ils sont défaits ; le meilleur moyen de les fumer est de les commencer par le milieu, nous engageons nos lecteur à suivre ce sage conseil qui les sauvera de graves désagréments.

216Mais parlons sérieusement. Les produits de la régie sont tellement mauvais que nous appelons, sur ce sujet, l’attention de l’autorité suprême. Il y a là, tout à la fois, une question d’honnêteté, car le public, en passant par les exigences d’un monopole, a droit de demander qu’on lui fournisse, au moins, à peu près, de la marchandise pour son argent ; il y a une question d’hygiène, car la santé publique ne peut être que gravement compromise par l’usage de cigares et de cigarettes tels que ceux qu’on nous livre ; l’enfant d’Esculape qui voudrait nous communiquer ses idées à cet égard, nous rendrait un véritable service, et le sujet prête. Il y a enfin une question importante d’économie politique et agricole, car si le monopole recherche, pour la livrer au consommateur, la plus mauvaise de toutes les qualités du tabac que produise la république, la culture de tabac, cette branche si féconde de l’agriculture du pays, ne peut que décroître au lieu de progresser.

21728 février 1855

LES KNOW-NOTHINGS AUX ÉTATS-UNIS

218Nous avons rencontré parfois, sur nos pas, certains originaux qui s’ennuyaient d’être heureux et qui, de gaieté de cœur, s’attachaient à détruire eux-mêmes leur bonheur, pour chercher dans l’infortune quelque sensation nouvelle qu’ils n’eussent pas encore éprouvée. Ces blasés, comme on les appelle, son rares, peut-être, mais ils existent à l’état d’individus ; serions-nous appelés à constater, avant peu, qu’une nation, comme un homme, peut se laisser entraîner à de pareilles aberrations d’esprit ?

219On sait que, de nos jours, alors qu’on cherche parmi les peuples un exemple à citer d’accroissement extraordinaire et de prospérité fabuleuse, le nom de la confédération nord-américaine vient immédiatement à l’idée. On sait que cet accroissement et cette prospérité des Etats-Unis, leur viennent de l’immigration qui s’est précipitée d’Europe, par flots, dans leur ports, pour se répandre ensuite dans leurs vastes solitudes et les peupler. On sait encore que la cause de cette immigration prodigieuse réside dans la libéralité des institutions américaines : ouvrant généreusement les bras aux étrangers de tous les pays, les Etats-Unis leur ont donné jusqu’ici toutes les libertés possibles : liberté politique, liberté civile, liberté sociale, liberté religieuse.

220Nier que l’immigration ait pour cause, aux Etats-Unis, la libéralité des institutions, et que l’immigration soit la cause principale de la prospérité miraculeuse du pays, serait nier le jour en plein midi.

221Voici, cependant, qu’un parti vient de se former, dans la république voisine, non seulement pour révoquer en doute les vérités que nous venons d’exposer, mais encore pour battre en brèche les éléments de progrès et de grandeur dont les résultats ont si légitimement étonné le monde. Les Know-Nothings, espèces de fanatiques qu’il serait assez difficile de bien définir, forment une sorte de secte à l’instar des francs-maçons ; ils ont leurs serments et leurs secrets ; nous ignorons vers quel but définitif ils tendent ; mais les moyens qu’ils emploient ne se révèlent malheureusement que trop clairement au grand jour : l’intolérance politique ; l’intolérance religieuse ; les persécutions contre tous ceux qui sont nés sur un sol étranger ; l’exclusivisme le plus complet ; une espèce de catéchisme à l’espagnole ; –tels sont les mobiles de ce nouveau parti, dont l’organisation en société quasi-secrète, ayant pour règle l’obéissance passive de tous ses membres à un mot d’ordre donné, semble assurer un grand triomphe prochain, annoncé déjà par des succès fréquents dans les élections des différents Etats.

222Le parti des Know-Nothings constitue la négation la plus absolue du caractère, des institutions, du passé des Etats-Unis, et le plus grand danger pour leur avenir ; sa discipline presque militaire, lui permettant d’agir comme un seul homme à un moment donné, lui donne une force colossale qui ne peut être combattue que par les mêmes armes, c’est-à-dire par la formation d’un autre parti, se donnant la même organisation, pour contrebalancer heureusement son influence.

223Nous nous rappelons qu’au tems où les Mormons habitaient Nauvoo, leur système d’obéissance passive à l’ordre de leurs chefs, système semblable, on le voit, à celui des Know-Nothings, leur avait donné, dans tout le County, une telle influence politique, que toute lutte électorale était devenue impossible. Le candidat des Mormons, quoiqu’on fit d’ailleurs, était toujours sûr de triompher à une forte majorité. Les électeurs non-Mormons patientèrent d’abord, puis ils se fâchèrent, et les choses en vinrent à ce point, que Mormons et anti-Mormons se battirent avec des fusils et du canon. Les Mormons, vaincus, furent obligés d’abandonner la place, et plus tard, les Icariens de M. Cabet succédèrent aux partisans de Joé Smith.

224L’apparition et la puissance toujours croissante du parti des Know-Nothings doit amener, nécessairement, quelque catastrophe semblable. Si par leur forte unité, ils triomphent dans les élections des autres partis, divisés entre eux, ces partis s’uniront un jour dans une lutte terrible pour abattre leur ennemi commun, l’ennemi de la prospérité de la grande confédération. Nous voyons d’ici poindre à l’horizon des scènes de violence et de guerre civile reproduisant, sur une grande échelle, le combat de Nauvoo, et Dieu sait quels malheurs il en résulterait pour la République voisine ! Il est encore tems, suivant nous, de conjurer ces malheurs, mais il faudrait se hâter, et battre, comme nous l’avons dit, l’ennemi avec ses propres armes. Que tout ce qu’il y a d’honnête et de raisonnable aux Etats-Unis, abdiquant des différences secondaires d’opinion, se groupe donc en un seul et formidable parti, se soumette, jusqu’au jour de la victoire, à l’obéissance passive qui fait la force et les Know-Nothings tomberont misérablement dans le ridicule et le mépris.

22526 mai 1855

VICTOR HUGO ET TORQUEMADA

226Un saint journal de la sainte ville de Queretaro, l’Observador Social, a fait cette précieuse découverte, que si le choléra a frappé la république, c’est par châtiment divin, parce que plusieurs journaux et entre autres le Federalista ont traduit du Trait d’Union et publié le discours sacrilège de Victor Hugo sur l’enseignement. En revanche, le journal en question glorifie le très Révérend Thomas de Torquemada modèle de charité évangélique, etc. etc.

227Faits divers mexicains. 5 juin 1855

LES ÉVÉNEMENTS D’HIER

228Le décret du 25 avril 1853 sur la presse est aboli virtuellement, si ce n’est encore par nouvelle disposition législative ; nous reprenons notre Bulletin mexicain.

229L’orgie conservatrice est finie. Jamais ministère au monde n’est tombé sous les sifflets et les imprécations, justement haï et justement détesté comme le ministère Bonilla. Ces hommes se sont vautrés, pendant deux ans et demi, dans l’arbitraire le plus éhonté, dans le despotisme le plus effréné ; ils ont eu, dans les mains, des pouvoirs sans limites, et pour les mettre en action quarante mille soldats et soixante millions de piastres. Demandez-leur compte des uns et des autres. Couvrant leur ignorance et leur nullité de rubans et de dorures, chamarrés sur toutes les coutures, en vrais laquais de l’idole qu’ils ont précipitée vers sa chute, ils n’avaient de science, d’énergie, de volonté que pour le mal. Drapés dans leur ridicule orgueil, apanage obligé de la médiocrité, ils prenaient leur imprudence pour la dignité du pouvoir, le mépris de l’opinion publique irritée, pour de la grandeur d’âme. Comptez, si vous en avez le courage, les malheureux qu’ils ont exilés sans en donner de motifs, ceux qu’ils ont ruinés, ceux qu’ils ont emprisonnés, ceux qu’ils ont fusillés isolément, ceux qu’ils ont fusillés en masse. Ils en sont venus à ce point, dans leurs excès et dans leur folie, que leurs confrères en conservatisme ont dû les désavouer, et qu’ils sont tombés platement, salement, abandonnés de tous, sans qu’une seule voix osât s’élever pour les défendre, sans qu’ils puissent, même, se soustraire au suprême mépris de celui qu’ils ont perdu.

230Que l’histoire leur soit légère ! Quand les passions seront un peu calmées, quand l’opinion, en ce moment sortie de son lit, y sera rentrée, nous rendrons à chacun, impartialement mais sévèrement, la justice qui lui est due ; mais oublions un instant le passé, et parlons du présent.

231La nouvelle depuis longtems attendue du départ du dictateur a causé, d’abord à Mexico, plus de satisfaction que d’agitation. On se félicitait d’un changement subit qui coupait court aux maux véritablement intolérables que subissait le pays : plus d’espions, plus de sbires, plus d’amendes, plus de prisons, plus d’exils, plus de fusillades, se disait-on ; …cette satisfaction dura près de trois jours ; elle était si grande qu’elle avait fait oublier, en quelque sorte, la nécessité cependant urgente de constituer un autre gouvernement. Santa-Anna avait fui, sous le prétexte par trop grossier d’aller battre l’insurrection dans les environs de Veracruz ; chacun savait, à n’en pas douter, qu’il abandonnait la partie, et que son départ était définitif ; on ne pouvait donc respecter une autorité à laquelle on ne croyait pas. En partant, le dictateur avait laissé, dans l’éventualité de sa mort ou de sa renonciation au pouvoir, un triumvirat devant former un exécutif provisoire ; aucune de ces deux conditions n’étant encore réalisée, le triumvirat ne pouvait s’installer ; d’un autre côté, le ministère, qui avait ou non résigné, nous ne savons pas bien à quoi nous en tenir sur ce sujet, ne donnait pas le moindre signe de vie ; après avoir fait ses petites affaires pendant son séjour au pouvoir, il s’occupait, après sa chute, de mettre ses intérêts et ses personnes à l’abri. Toute l’autorité reposait, par conséquent, sur M. le général Romulo Diaz de la Vega, gouverneur et commandant-général du District, qui l’a exercée, nous devons le constater, à l’approbation de tous.

232Mais le nouveau gouvernement ne s’organisait pas. En vain le Siglo revenait-il deux fois à la charge pour exposer la nécessité d’une prompte action et le danger résultant de la perte de moments précieux ; en vain l’Heraldo parlait-il dans le même sens, la satisfaction ne faisait pas encore place à l’agitation. Une alerte avait bien fait fermer, samedi, le commerce au milieu du jour : la citadelle, disait-on, s’était prononcée pour M. le général Carrera ; mais la nouvelle était fausse ; on disait bien encore que des efforts étaient tentés, par certains meneurs qu’on nommait, pour soulever les faubourgs ; mais aucun fait ne confirmait ces bruits ; la capitale était contente et tranquille, si tranquille que la chose en devenait inquiétante.

233Fort heureusement, la réflexion vint, et avec la réflexion, l’agitation indispensable à l’installation d’un nouveau gouvernement. Les partis se remuèrent, des réunions eurent lieu, des compromis furent proposés, rejetés, acceptés ; que savons-nous ? Toujours est-il que dimanche soir, le bruit courait que tout était réglé, convenu, et le lundi matin, en s’éveillant, la capitale apprenait que tous les corps de la garnison s’étaient prononcés, pour le plan d’Ayutla légèrement modifié ; que cette détermination, soumise aux autorités militaire et municipale, avait été ratifiée par elles, et que le peuple serait appelé lui même à donner son adhésion, en une grande réunion publique, à midi, dans 1’Alameda. Cette réunion eut lieu en effet. La résolution suivante a été prise par plusieurs milliers de citoyens :

234Le peuple de Mexico, recouvrant l’usage des droits imprescindibles usurpés par D. Antonio Lopez de Santa-Anna et sa perfide administration, déclare solennellement à la face de la nation entière, sa volonté souveraine dans les articles suivants :

2351° La capitale de la République adopte, dans toutes ses parties, le plan d’Ayutla, proclamé par la garnison de ladite localité, le 1er mars 1854, et nomme, pour son chef, le citoyen général Romulo Diaz de la Vega.

2362° Le chef de ce mouvement organisera immédiatement la milice nationale.

237Cet acte adopté et signé, une grande partie des assistants se dirigea vers la place d’armes. Là fut nommée une commission chargée de le présenter à M. Romulo Diaz de la Vega. Cette commission se composait de MM : Francisco Moncada, Francisco Zarco et Felix Maria Escalante. M. Zarco prit la parole et insista pour demander le rétablissement de la garde nationale, sollicitant en même tems la mise en liberté de M. le licencié José Maria Garcia Aguirre et celle du lieutenant-colonel Joaquin Garcia Rebelio, accusé d’avoir facilité l’évasion de Veracruz, de M. le licencié Lavalle. M. le général Vega a promis de rétablir la garde nationale.

238Nous donnons, plus loin, le texte du plan d’Ayutla tel qu’il a été primitivement proclamé, le 1er mars 1854 par M. le colonel Villareal, le même plan légèrement modifié, à Acapulco, le 11 mars, par M. Comonfort, puis le même plan encore, tel qu’il vient d’être réformé par le pronunciamiento de la garnison de Mexico ; nos lecteurs en rapprocheront les dispositions et se feront facilement une idée des petites différences qui existent entre eux.

239On verra que, d’après ce dernier plan, la première chose à faire pour le présent est de nommer un président intérimaire ; au moment où nous écrivons, la nomination n’a pas encore eu lieu.

240Jusqu’ici, tout était bien ; mais après l’agitation est venu le déchaînement des passions. Rassuré sur le présent, le peuple a rejeté les yeux vers le passé ; il s’est alors souvenu, et avec le souvenir lui sont revenues les idées de vengeance. Dès deux heures de l’après midi, la foule qui venait de l’Alameda s’était, comme nous l’avons dit, rendue sur la grande place ; elle assiégeait les portes du palais, demandant la réorganisation de la garde nationale et des armes pour les nouveaux soldats citoyens auxquels on assignerait des postes fixes sur les différents points de la ville. La distribution des armes pouvait avoir de sérieux et déplorables résultats dans la circonstance ; on la rejeta, croyons nous, et l’on fit bien. La foule, devenant de plus en plus pressante, menaçait de forcer les portes du palais ; une décharge, en l’air, de quelques coups de feu la rendit plus circonspecte. Vers quatre heures et demie, elle se dispersa par groupes ; aux cris menaçants que poussaient ces groupes, nous avions deviné que nous allions assister à quelque scène émouvante de vengeance populaire. En effet, la justice du peuple a passé, pendant trois heures, sur l’imprimerie de l’Universal et du Diario oficial, sur la maison particulière de M. Lizardi, sur celle qu’habitait la femme du général Santa-Anna, sur celle de M. Bonilla, ancien ministre des relations, sur celle de l’ex-ministre Lares, et, croyons nous, sur celle du chef de police Lagarde.

241L’imprimerie de l’Universal et du Diario oficial, rue de Cadena, a été détruite de fond en comble ; la rue était couverte de débris de matériel typographique et d’une énorme quantité d’imprimés.

242La maison de M. Lizardi, en face du collège de las Niñas, a été forcée ; on en a jeté tous les meubles par les fenêtres, et l’on a fait, de ces meubles, un immense feu de joie.

243Mais c’est surtout chez M. Bonilla, au coin des rues San Jose el Real et Tacuba, que le dommage a dû être considérable : un mobilier nombreux et très riche, une bibliothèque des plus complètes, un piano à queue, des objets de valeur de toute nature, étaient jetés impitoyablement au milieu de la rue, et le feu d’une voiture incendiée qu’on avait amenée devant la porte, se communiquant à toutes ces richesses amoncelées, s’élevait, en gerbes, au dessus des toits des maisons.

244La maison de M. Lares, rue de Jésus, a été traitée comme celle de M. Bonilla.

245Nous ignorons ce qui se sera passé chez M. Lagarde ; ce qui nous fait croire que sa maison a été visitée également, c’est que nous avons entendu les terribles exécuteurs, traînant une voiture en feu, dire qu’elle appartenait à l’ancien chef de la police.

246L’Omnibus annonce qu’on avait commencé à jeter des pierres contre son imprimerie, mais que cette manifestation n’a pas eu de suites.

247La troupe commença à faire son apparition active au moment où tout était fini chez M. Bonilla ; les exécuteurs de la vengeance populaire étaient déjà fatigués de briser et de brûler ; quelques meneurs ayant fait plusieurs fois appel à ceux qui voudraient continuer l’œuvre de destruction contre la maison Escandon, place de la Guardiola, une trentaine d’hommes, seulement, prirent cette direction. La porte massive de cette maison était solidement fermée ; ils ne purent l’ouvrir ; dans leur impuissance, ils brisèrent, à coups de pierres, tous les carreaux de vitre donnant sur la rue ; la possibilité ou le tems leur a manqué pour entrer par les balcons du premier étage, comme ils l’avaient fait chez M. Bonilla. Un détachement de troupe arriva et fit une décharge sur la foule qui se dispersa. Peu de tems après, on ouvrit la porte, de l’intérieur, et la troupe, entrant, prit possession de la maison qui l’avait échappé belle.

248D’autres tentatives contre la maison de Madame Merced Santa-Anna, contre celle de M. Blanco, celle de M. Sierra y Rosso, et contre d’autres maisons, ont été prévenues par la troupe.

249A partir de ce moment, la troupe a balayé toutes les rues de la ville ; nous avons entendu de fréquentes détonations de mousqueterie ; nous avons vu même le feu de très près, et comme personne n’est jamais tombé, nous avons lieu de croire que les armes des soldats n’étaient, d’abord, chargées qu’à poudre. Il paraît, cependant, qu’il y a eu plus tard du sang versé, surtout au puente de Leguisamo ; nous avons entendu calculer à quinze ou vingt, le nombre des morts et blessés.

250Vers neuf heures du soir, nous avons vu emmener, par la troupe, une soixantaine de prisonniers ; on en a fait une centaine en tout.

251Dans tout ce désordre populaire, il y avait, nous l’avons constaté de nos yeux, un ordre parfait. Aucune autre personne que celles contre lesquelles le peuple voulait exercer sa vengeance, n’a souffert pendant ces trois heures. La fabrique de pianos qui se trouve au rez-de-chaussée de la maison de la famille de l’ex-présidente, la tienda et le magasin de chaussures formant le rez-de-chaussée de la maison de M. Bonilla, ont été strictement épargnés. Nous n’oserions pas affirmer qu’aucun vol n’a été commis ; mais nous pouvons assurer qu’il n’en a pas été commis par les dévastateurs ; ils jetaient tout dans le brasier, et plusieurs individus surpris par eux en flagrant délit de soustraction, ont été assommés ou peu s’en faut.

252Toutes les maisons dévastées étaient vides de leurs habitants, et nous n’avons, heureusement, aucune violence personnelle à enregistrer : Plusieurs individus ont été grièvement blessés par la chute des meubles dans la rue.

253Ces excès sont regrettables à tous égards ; mais ils auraient pu être beaucoup plus graves, dans cette réaction, après deux ans et demi d’un despotisme sans exemple dans l’histoire moderne des nations ; si, d’ailleurs, nous voulions chercher un argument pour en pallier la culpabilité, nous nous féliciterions, en quelque sorte, d’avoir un jour rencontré de la passion politique chez un peuple que le défaut de passion politique empêche de s’élever et de grandir.

254Maintenant, que va-t-on faire ? Nous sortons d’un rêve long et pénible sous le despotisme ; qu’on ne nous plonge pas dans un nouveau rêve aussi long et aussi pénible sous la liberté. Le gouvernement d’Arista est tombé parce qu’il n’avançait pas ; le gouvernement de Santa-Anna est tombé parce qu’il reculait ; ce sont deux leçons solennelles pour le gouvernement à venir ; mais qu’il ne tombe pas à son tour, pour vouloir marcher trop vite ; les réactions sont toujours dangereuses, et le talent des hommes d’Etat est de savoir les modérer.

255Le Siglo recommande sagement deux premières mesures urgentes aux nouvelles autorités : de rendre la patrie et la famille aux victimes politiques qui sont exilées au dehors ou au dedans de la république ;—de mettre fin, sans perdre un moment, aux hostilités entre frères, sur tous les points de la République où la lutte n’a pas cessé. Les prononcés de Monterrey marchaient sur San Luis où le général Güitian les attendait avec deux mille hommes de troupe ; une bataille prochaine était inévitable ; Matamoros est peut-être assiégé dans ce moment, et le brave général Woll, fidèle à sa consigne de soldat, ne rendra pas la place sans un rude combat ; ne serait-il pas encore tems d’arrêter l’effusion du sang dans ces rencontres entre Mexicains, pour une cause qui n’existe plus ?

256Un dernier mot : l’Universal, dans quelques lignes d’éditorial, déclarait, hier, ne pouvoir encore parler d’une manière positive sur les événements du jour ; il terminait par ces mots :

257”Devant l’attitude digne et mesurée de la garnison et du peuple, le calme se rétablit dans les esprits et il n’existe guère plus aucune crainte que la tranquillité publique soit altérée,”

258Trois heures plus tard, l’ouragan populaire avait passé sur l’imprimerie de notre confrère et l’avait entièrement détruite.

259Bulletin mexicain. 14 août 1855

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr