Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Masson dans le Trait d’Union

Prologue. Le dossier Masson

Quelle place dans l’histoire mexicaine pour René Masson, journaliste français à Mexico, de 1849 à 1874 ?

Texte intégral

1On demandait à voir les textes. Notices et éditoriaux de René Masson (Mormant/France 1817-Mexico 1875), fondateur en 1849 du Trait d’Union, le journal autorisé de la communauté française du Mexique qui, avec lui et sans lui, traversera presque deux siècles. Masson entrevu par les historiens, mais un personnage encore indistinct et déjà controversé que la réunion d’un premier recueil de textes devrait permettre de mieux comprendre.

2L’anthologie (quelque cent trente textes) conserve l’ordre chronologique de parution, permettant de suivre sur prés de vingt-cinq ans l’histoire mexicaine et d’approcher ”en devenir” le journaliste, qui en donne une vision symptomatique et engagée. Quatre moments dans ce devenir. Les premières années (1849-1855). Masson s’installe sur la scène médiatique au lendemain du traité de Guadalupe Hidalgo. Ses visions exactes seront plusieurs fois censurées par le régime du général Santa-Anna, régime avec lequel l’opportuniste Masson aura entre-temps établi des liens d’intérêt. Un texte marquera les contemporains (L’orgie conservatrice est finie…) ; il soutient la révolution d’Ayutla et termine la période. Deuxième temps et le plus décisif : Les années de la Réforme (1855-1861). René Masson, perçu par ses condisciples comme un ”libéral avancé et indépendant”, s’est installé à plein dans la dramaturgie du Tout Discours qui marque alors le politique. Il entre en sympathie avec les idées et les vouloirs de la fraction libérale. Ses avis comptent, ses éditoriaux sont repris, débattus. Il est peut-être l’égal des grands fronts de la presse, redouté des conservateurs et des diplomates français, proche de Miguel Lerdo de Tejada, avec lequel il partage une idéale communauté de vues, et seul individu dont il ne se départira jamais. Après le coup d’état de Tacubaya et l’exil intérieur à la suite des Constitutionnalistes, puis son passage aux États-Unis, Masson/Le Trait d’Union (les deux forment couple) renaissent à Mexico pour un deuxième moment réformiste (1861). Mais les autorités françaises de l’Intervention, avec lesquelles il entre en conflit violent, le renvoient sur le chemin de la prison et du bannissement. Véritable chemin de croix, cette fois, qui l’affectera physiquement et mentalement. Ces Années de crise (1861-1868) où le Journal Masson restera exsangue, laisseront un homme rompu, faisant profession d’amertume, qui sera éjecté du champ politique. Il revient cependant en octobre 1870, remplacer son remplaçant, un compatriote disqualifié par des liens trop étroits avec l’Empire français en débâcle. Dernières années (1870-1874) toujours vitales mais idéologiquement décalées ; sur la scène mondialisée, l’éditorialiste a des pensers archaïques, mais l’homme de presse aura marqué son temps.

3Pourquoi dès lors un Dossier Masson ? Pourquoi s’interroger sur l’essentialité du personnage, si les traces laissées dans l’histoire mexicaine sont incontestables, si la plupart des textes sont inspirés, écrits dans une belle langue, s’il s’agirait même, du point de vue de la France, d’un unicum ? Parce que le personnage est trouble, au sens photographique du terme, c’est à dire flou, indistinct, ou si l’on préfère, sa position morale est contestable car il s’arrange à peu près de tout. Masson l’inflexible, l’homme théorique, Masson l’allié des Purs relève trop intimement de l’aventurisme en terre américaine, de l’humain-trop-humain, pour que l’on ne souhaite, comme lui-même le recommande en diverses affaires, ”tenir les livres en partie double”. On n’abordera ici qu’incidemment le contenu idéologique, la pensée objective du journaliste d’idées qui renvoient à l’héritage critique des Lumières et au patrimoine libéral, pour en discerner la rhétorique générale, les conditions d’expression et, au mieux, de possibilité. Dans les plis du discours, l’histoire matérielle de René Masson révèlera comment il s’est constitué. Nous disposons pour nous aider d’une biographie lacunaire qu’il faut en l’état de la recherche résoudre ”dans les trous”. Mais nous avons les textes ; presque vingt-cinq années en continu, au jour le jour. Masson, s’il n’y dit pas la vérité vraie, dit au moins la sienne. Cela en partie suffit.

  • 1 Francisco López Camara ”Los socialistas franceses en la Reforma Mexicana” dans Historia Mexicana O (...)
  • 2 Díaz 1963.
  • 3 Ruiz Castañeda 1957.
  • 4 Mc Gowan 1878, El estricto control de la prensa, Cap. 2 - Caída y fuga.
  • 5 Reyes de la Maza 1972.
  • 6 Pi Suñer 1989.
  • 7 Covo 1983
  • 8 Covo 1982.
  • 9 Dû à la présence d’une génération historienne concernée, procédant de l’émigration intellectuelle (...)
  • 10 Genin 1930.

4René Masson n’est pas un inconnu. L’historiographie le rencontre au croisement de chemins. En 1959, Francisco López Camara relève de la correspondance du ministre de France l’existence au Mexique d’un cénacle de républicains français, qui sont semble-t-il des exilés politiques, en première ligne desquels on trouve René Masson1. Très impliqué auprès des libéraux mexicains, le Cénacle est l’avant-garde consciente de la communauté française dont il assure le ministère culturel. Lilia Díaz compilera par la suite les archives diplomatiques pour sa Versión Francesa de México2, réunissant grand’part des sources françaises pour l’étude de René Masson. Les historiens de la presse ont naturellement croisé l’éditorialiste. Ma. del Carmen Ruiz Castañeda note l’ardeur de ses interventions dans le débat mené autour de la constitution de 18573, et Gérald McGowan, sa spécificité informative sous le Santanisme. A plusieurs reprises un ”seul le Trait d’Union” marque la singularité de l’inscription journalistique. Par exemple, Masson sera le seul à donner un commentaire approfondi de la Campagne du Sud menée par Santa-Anna contre le général Alvarez, au printemps 18544, –ce qui lui vaudra d’ailleurs une mise à l’amende. McGowan est sensible à la clairvoyance des textes, alors que le brouillage informatif est insistant. Luis Reyes de la Maza rencontre lui, l’impresario français René Masson, en charge de la compagnie lyrique du théâtre de Santa-Anna et agent au Mexique de la diva prussienne Enriqueta Sontag5. Mais il n’a pas vu le journaliste. Antonia Pi Suñer convoque Masson lors du bicentenaire de la révolution française et l’on reparle de modèles. Pi Suñer est attentive au parallèle qu’établit Masson entre les étapes révolutionnaires françaises et la consolidation du processus ”réformiste” mexicain6. Enfin, dans son ouvrage sur les Idées de la Réforme, Jacqueline Covo reconnaît Masson comme un interlocuteur à part entière du débat de refondation engagé7. Elle examine son système de pensée en interaction avec les idées des libéraux mexicains et observe comment il pose avec eux les ciments de ces Temps Modernes que furent la Réforme. Covo ”resserre” sur Masson et considère le Trait comme éclairant des structures de la communauté française8 C’est l’une des premières contributions scientifiques à l’histoire de ce groupement qui ne sait rien de lui-même, ou presque rien, à la différence exemplaire de l’espagnol, dont l’état des lieux historique est pratiquement dressé9. Le très nationaliste Les Français au Mexique, écrit en 1930 par Auguste Genin, reste encore l’ouvrage indispensable en matière d’histoire française dans le pays10. Le livre de Genin incite à faire état d’une question délicate. Il illustre ce ”mental colon”, ethnocentrique, fantasque et non dénué de racisme dont Masson sera lui-même atteint en abordant l’Amérique, ou plutôt qu’il amènera dans ses bagages, car on est toujours déjà prévenu avant l’objet, avant la rencontre de l’autre. Banalement et généralement raciste dit-on aujourd’hui du xixe siècle, comme d’un fait enterré de civilisation. Entre assentiment nécessaire et défiance de tout l’indigène, entre adhérence et résistance s’installe l’insondable nostalgie du colon, ”réduit à son passé” comme en témoignent maintes chroniques de l’exil volontaire. C’est une première clé. Pendant vingt-cinq ans, René Masson fera profession de cette mélancolie typique, en soi facteur d’excentricité, qui infléchira sa vision de l’histoire politique mexicaine et redoublera sa défiance de la délibération démocratique qui est l’un des traits de la France de son temps. Alors même que le ”libéral avancé”, le défricheur de territoire porte en lui le beau projet d’un monde large, traversé par la sociabilité et l’esprit des communications.

5De fait, le ton contempteur de Masson, ses références incessantes au français comme modèle éprouvé, l’arrogance enfin, l’ont vu taxer de paternalisme. Mais au delà des violences comparatives, il y a les malédictions politiques fondées en partie sur cette défiance de ressentiment qu’il fallait porter au dossier. Elles tracent les limites d’acceptation du personnage et le renvoient au cercle des impasses privées. Dans le système complexe où se déploie l’individu, on ne laissera de voir ”tout ensemble” avec quelle intensité René Masson gère le Mexique hésitant des années de préréforme, et comment il met en place un système d’interprétation fort dont on peut penser qu’il aura contribué à réduire les incertitudes et consolider les ciments. De cette attitude empathique il ne se départira jamais. C’est sur elle que l’on établit d’emblée l’exceptionnalité du personnage et du phénomène de presse. C’est elle qui inspire les textes, elle qui le propulsera sur la scène politique où son discours en héritage pénétrera le libéralisme mexicain. On ne relèvera la singularité de sa position que par le biais du constant parasitage verbal, l’outrance du discours qui immanquablement attira, attire l’attention ; alors même que de cette position le caractère oblique fait toute la pertinence. Au delà de l’aventurisme pionnier en Amérique, c’est de l’aventure du libéralisme dont il est question.

I. L’HOMME-DISCOURS

  • 11 On trouvera la version massonnienne des faits dans le texte Une infamie, du 9 décembre 1857, Chap (...)
  • 12 Dans un article suivant (Le Courrier des États-Unis, 20 février 1847), Gaillardet écrit : ”Il résu (...)

6Il faut commencer par les échecs, toujours plus suggestifs. Dans le laps de temps où René Masson aborde l’Amérique, il en subit trois, presque coup sur coup. Il a 27 ans. Premier échec à Paris, où il doit renoncer à la carrière diplomatique pour des raisons encore mal définies qui le laisseront amer envers ”tout le système”, soit Monsieur Guizot, en métonymie de sa France11. Fiasco ensuite dans une affaire de négoce transatlantique, un stock de flanelles et de parapluies qu’il avait charge de négocier aux Etats-Unis pour des clients français et dont les commanditaires ne verront jamais le produit. Débiteur-fuyard, l’affaire lui ouvrira un casier et le rattrapera par la suite au moins deux fois. C’est aux États-Unis, où il dit avoir de la famille et pense d’abord s’installer, qu’il connaît son troisième revers. Il fonde un journal pour la communauté française de New-York, le Franco-américain, mais elle compte déjà avec le sien dont il entend faire tomber le monopole. Premier constat de coïncidence entre ses convictions et ses intérêts propres ; il tiendra quatre ans. Le rédacteur du journal concurrent, Frédéric Gaillardet, s’est assuré l’appui du consul de France et révèlera dans ses colonnes les malversations de l’Affaire des parapluies, sous le titre éminent de Physiologie du démocrate incorruptible12. Quelques années plus tard, à Mexico cette fois, le ministre de France, Alexis de Gabriac exhumera une seconde fois l’affaire : le 10 décembre 1857, soit huit jours avant Tacubaya, pour neutraliser Masson alors au zénith de son influence. C’est donc un jeune homme mal en point qui débute en Amérique, un être déjà sanctionné, un misfit. Mais dont l’énergie est à revendre et que l’intelligence va projeter dans l’histoire.

  • 13 11 mai 1850.
  • 14 22 février 1851.
  • 15 10 juillet 1849.
  • 16 19 septembre 1849. Covo, CEMCA, à paraître.

7Passé au Mexique, Masson reprend l’affaire à ses débuts. Ses premiers éditos paraissent aux lendemains du traité de Guadalupe Hidalgo, soit dans l’indétermination politique la plus entière. En juin 1849, à moins d’un mois de la fondation du Trait d’Union, il entre en polémique avec le Monitor. En août, c’est avec le Siglo Diez y Nueve qu’il croise le fer. Le Siglo n’a pas apprécié certaine prédiction fataliste pour son pays. Masson se défend déjà par une logique incertaine, vaguement truquée. C’est alors qu’il fixe les normes équivoques de son parler vrai, de sa neutralité, de son indépendance pleine et entière. L’année suivante, le Siglo s’insurge contre la position du Trait dans le débat relatif aux cartes de sûreté pour les étrangers13. La veine critique du journaliste français et ses excès de style retiennent l’attention (”Nous ne connaissons pas un pays civilisé, la Turquie comprise, où la justice soit aussi déplorablement administrée qu’au Mexique”)14. La polémique s’installe. Masson hausse le ton, intimide et si l’on relance, redouble de sophistique. Il enlève la partie puisqu’il consolide sa position. Mais surtout, il regarde la conjoncture politique et commente : ”Nous revenons aujourd’hui sur le discours prononcé par Mr Herrera dans la séance d’ouverture de la séance extraordinaire du Congrés, le 1er juillet, écrit-il en 1849, non pas que nous entreprenions de le discuter article par article, mais nous croyons ce discours assez remarquable et assez important, au point de vue de l’extérieur surtout, pour que nous ne puissions nous dispenser d’en donner une courte analyse”15. C’est ainsi qu’il s’avance. Paris à l’horizon de Mexico pour le système perspectif. A peine arrivé, il sait tout du Mexique, note Jacqueline Covo. Il publie en septembre une brêve dans laquelle il explique à ses lecteurs français la raison d’une double date pour l’Indépendance16. Propre du bon journaliste, sans doute, que de reconnaître instantanément le terrain sur lequel il arrive. Car Masson est homme de presse avant tout. Nous verrons même que c’est dans son intelligence du métier, aux premiers temps de l’in-formation-monde, qu’on a toutes les chances de le trouver entier.

Où Masson n’est pas du banquet républicain

  • 17 El Tiempo, 6 de octubre de 1857, Texte annexes.

8Revenons aux outrances verbales. Elles ont dû excéder les contemporains de son clan, soucieux de transiger avec un frère en idéologie, car il fut un frère, et un partisan radical alors que tout reste à gagner. Sous la Réforme, il est en première ligne de l’exaltation contre le parti prêtre, dans un espace où l’invective atteint des sommets baroques. ”Ridicula personificación de Robespierre y Marat… Torquemada político de las riberas del Sena…” sont quelques-uns des qualificatifs aimables dont le conservateur Tiempo le gratifie17. Rien de plus cependant que la vindicte ordinaire où se distingue le ”parti de la soutane et du froc ”. Bien que l’accusation circonstancielle de robespierrisme approche une certaine vérité du personnage ; nous y reviendrons. En revanche, Masson n’est en aucun cas cet extrémiste rouge que désignent incessamment Gabriac et les représentants de la légation française à sa suite.

  • 18 Jacqueline Covo a récemment retrouvé l’état civil de René Masson et formulé cette réflexion.
  • 19 Rosanvallon 1985.
  • 20 Ibid.
  • 21 Agulhon 1973.
  • 22 Lors de ses années de formation, dans la sophistique propre aux étudiants en droit, il s’est proba (...)
  • 23 13 janvier 1875. Sur la question républicaine, on jugera de la dialectique massonnienne dans le te (...)

9Né en 1817 sous la Restauration, Joseph René Masson est issu de cette petite bourgeoisie de province montante, encore très rurale, à qui la Révolution a donné ses armes : le pouvoir de la science et la liberté économique. À Mormant, en Seine-et-Marne, son père est huissier et son grand-père maternel, commissaire priseur, fonctions qui certainement éclairent son goût constant de la dispute18 et dans l’immédiat le choix d’une carrière juridique. A la fin des années 1830, René Masson est à Paris ”sur les bancs de l’école de droit”. Nous sommes alors au cœur de ce Moment Guizot, dont Pierre Rosanvallon relève la spécificité critique et qui, aux lendemains de l’Empire, marque le souci de clore définitivement l’épisode révolutionnaire et d’installer dans la durée des institutions pour la France19. Sous l’impulsion de François Guizot, mentor du mouvement de pensée officiel, la Doctrine, Pellegrino Rossi fonde en 1834, à la faculté, une chaire de droit constitutionnel ; événement dont l’étudiant ”en science politique” que fut Masson saura mesurer l’importance. Il démontre le fait républicain, l’entérine dans ses modalités institutionnelles, même si l’on ne reparle pas encore de République20. Ainsi formé aux circonstances, imbu des nouvelles valeurs égalitaires, René Masson se prévaudra toujours de l’idée républicaine, sans pour autant appartenir à cette pure frange, idéaliste et militante, héritière en droite ligne de la Révolution, qui en 1848 lèvera haut l’étendard de la République et portera en France la tradition de gauche21. On ne le rattachera pas non plus à cette variante romantique, l’humanitarisme démocratique, car il n’a pas le sens du peuple, du droit de tous, du vœu des masses, exaltés par les poètes politiques, dont Lamartine qu’il admire beaucoup. Il est de ce marais du républicanisme où dès 1830 la France prosaïque s’installe. René Masson vise la Carrière. Sur l’échiquier politique, c’est un homme ”à droite” ; certes de cette nouvelle droite libérale et moderne qui fait corps avec le régime de Juillet et participe des mots d’ordre et progrès, en gestation à ce moment là. Même s’il tente de se donner à gauche, méprise Guizot et se pense l’objet de ses persécutions22. On apprend même incidemment, par sa nécrologie dans le Trait signée La rédaction, qu’il était ”démocrate par raison, bien plus que par sentiment”23. Dans les dernières années, on le verra assez classiquement affirmer son républicanisme contre les tendances monarchisantes de l’Assemblée française, mais aussi comme un garde fou devant la montée des socialismes qu’il investit d’un pouvoir activiste, irrecevable. Comme aux hommes de son jeune temps la subversion lui fait horreur.

  • 24 ”Nos sympathies personnelles nous portaient vers cette réunion à laquelle nous avions été du reste (...)
  • 25 ”Le sang bouillait tellement dans nos veines, il y a vingt ans encore, que peut-être nous aurions (...)
  • 26 Souvenirs, Ibid..
  • 27 Une énigme, cependant : dans les années 1835 de sa formation, l’accès à la carrière diplomatique r (...)
  • 28 Une infamie, Ibid.

10En 1856, René Masson n’assistera pas au banquet annuel des républicains français de Mexico, dont rend compte le Trait24. Refus d’un engagement trop voyant ? Inimitiés au sein du petit groupe qui aura mesuré d’entrée l’élasticité de ses convictions ? Ou bien, comme il le dit, des soins importants l’ont-ils appelé ailleurs… La recherche autour du Cénacle et la mise au jour d’une correspondance franco-française (Masson étant au cœur du dispositif français-mexicain) apporteront des éléments attendus de vérité subjective sur le journaliste. Car, sans jamais se donner pour un exilé assignable, Masson entretient l’idée vague de la persécution politique originaire. C’est une raison sociale favorable, celle-là même qui a fondé nombre de ses compatriotes et lui concède la ”tentation de l’innocence”. Quand manifestement c’est son intempérance, ce différentiel du caractère (lui parle de sang bouillant)25 qui l’ont éloigné une fois pour toutes de la terre natale. Car il s’agit d’un point de non retour, il ne rentrera jamais. Écoutons-le dans un texte biographique tardif, Souvenirs, donner son ultime version de l’affaire : ”… nous étions mal à l’aise, matériellement, entre les murs de la capitale de la France ; moralement, dans un cercle social qu’avaient tracé les préjugés, le privilège, le fonctionnarisme et la tradition ; nous primes la résolution de parcourir le monde”26. Il faisait donc partie de ces gens qui ont la bougeotte et choisissent d’émigrer par inconformité avec leur assignation originelle. Pourtant lorsqu’il se plaint (”les préjugés, le privilège, le fonctionnarisme, la tradition”) en puisant dans le fonds des topiques sur le Philippisme, on serait cette fois tenté de le croire. Le jeune homme excentrique, tempétueux, mystificateur aura heurté une société encore toute de morgue, où s’affrontent en mode de ressentiment mimétique l’aristocratie d’Ancien Régime et la nouvelle bourgeoisie d’argent, –des castes dont il n’est pas. Car, selon toute hypothèse, chez lui on n’est pas électeur ; chez les Masson, on ne vote pas27. La licence en droit est une filière d’excellence vers l’obtention d’un statut, encouragé par un système qui veut une nouvelle élite d’intellectuels politiques. Mais il faut encore jouer des coudes. La Monarchie de Juillet qui hausse les capacités, maintient toujours le cens comme discriminant nécessaire et ce sont les plus imposés qui formeront la nouvelle aristocratie. En marge des réseaux actifs, Masson ralliera même un temps l’argumentaire républicain qui associe suffrage restreint et corruption (”…nous avons quitté momentanément la carrière, dégoûté des exemples ignobles de corruption dont nous étions tous les jours témoin”)28. De Guizot, qui mourra presque en même temps que lui, comme lui survivant à sa réputation, il tiendra toujours à se démarquer, comme il l’a sans doute fait autrefois, comme il le fait dans un texte de 1853 où, contre l’Histoire de la Civilisation en France, il écrit :

  • 29 De la civilisation et ses moyens, 4 mars 1853, Chap I.

”C’est la loi de ce monde, une idée quelque bonne et juste qu’elle soit, est toujours mal venue et brutalement rejetée, si vous ne donnez en même temps l’instrument, l’instrument matériel. On peut suivre ce fait à travers tous les changements des institutions politiques et sociales, et on aperçoit toujours le fait matériel précédant et imposant la formule politique. Certes il est louable et courageux de lancer dans le monde des idées de justice absolue, il est bien d’ouvrir de temps en temps la fenêtre de l’arche et de laisser s’envoler ces pures colombes ; mais si la terre n’est préparée, la colombe ne saura où se poser et reviendra à l’arche. Pour mieux faire ressortir la vérité de cette loi et montrer que non seulement les institutions sociales, mais aussi les nations les mieux organisées en apparence ne sont que des masses précaires et mal assises s’il leur manque les instruments de sociabilité que fournit l’industrie, nous citerons deux faits énormes…”29

  • 30 Rosanvallon 1985
  • 31 25 mai 1857, Chap II
  • 32 Bulletin, 23 avril 1856, Chap II.
  • 33 La jeune génération en colère ne s’y est pas trompée. Lors d’un premier colloque sur René Masson, (...)
  • 34 Une infamie, 7 décembre 1957.
  • 35 ”Au Mexique, la loi s’est faite homme : loin d’être inflexible, impassible, aveugle et sourde comm (...)
  • 36 19 janvier 1856.
  • 37 ”L’impunité laissée au vol, à l’assassinat, au recel, a amené une recrudescence d’audace dont on n (...)

11Il veut donc voir les hommes actifs, mais aux champs, dans les laboratoires et les fabriques, terrain franc, terrain neutre où tout est désormais possible. Il veut voir ces producteurs générer des forces qui donneront de soi, rejoignant d’autres forces et leur contrepoids à l’intérieur d’un système ne devant qu’à lui-même. Son matérialisme techniciste, en tant que tel méprisé des élites spiritualistes de la France de Juillet, est une affirmation et une contre-proposition : il lui permet de mettre en cause l’effectivité à priori des moyens du politique. Guizot, l’homme du primat politique et institutionnel, entrevoyait, lui, des germes de contradiction dans le libéralisme spontanéiste, dont à quelques nuances près Masson se réclame. (Ce sont beaucoup d’efforts et d’autorité à déployer pour le mettre en œuvre)30. De fait, on serre les verrous pour favoriser le libre jeu. Masson est dans la mouvance libérale qui porte en bout cet autoritarisme paradoxal de soutien. Son parti appuyé pour les formes politiques abrégées, le ”sans discussion”, le moindre débat démocratique, fondé à la fois sur un optimisme de l’action brute et sur une défiance de la matière civique dont on dispose, atteste de cette inclination pour le pouvoir fort, pour ”la tête et le bras de fer politique”31 dont, en gros, il ne se départira jamais. C’est ce qu’il exprime en commentaire des débats de la chambre et dans le soin constant qu’il met à vouloir couper court aux délibérations. À propos du vote en avril 56 de la loi Juárez, dont il applaudit les résolutions : ”Discuter ainsi un acte sanctionné par l’opinion du pays et par une campagne glorieuse, ne peut avoir pour résultat que d’en atténuer l’effet en agitant les esprits”32. Plus complexe est son attitude politique à la fin de l’année 1857. Parce que s’il demande la dictature c’est dans un concert de voix mexicaines et qu’il est pris d’une logique radicalisante qu’il faudrait examiner en perspective. Pourtant, c’est bien lui qui écrit : ”…il ne s’agit pas de savoir si la dictature est une forme de gouvernement bonne ou mauvaise ; mais bien si, dans les circonstances actuelles du Mexique, la dictature est justifiable, utile, indispensable. À notre avis, elle est indispensable, indispensable, surtout, au point de vue de la démocratie”. C’est la casuistique qui nous point. L’histoire en l’occurrence lui répondra par le réel du Coup d’État qui le laissera hébété33. Réel décalé (ce n’est quand même pas ce qu’il demandait), hébétude que viendront redoubler les attaques privées, orchestrées par la légation qui veut le voir à terre34. Son culte affiché pour la loi, –la loi de fer, non la loi-homme que tend à pratiquer le complaisant Mexique–35 mène tout droit à la sévérité pénale. En 1856, René Masson se prononce contre la décision du Congrès d’abolir la peine de mort en matière politique, ”avec toute l’énergie d’une ferme conviction et d’une sympathie raisonnée pour le malheureux pays où nous résidons”36, et s’opposera toujours aux décisions de grâce, sauf quand elles le servent, c’est-à-dire quand elles concernent ses amis politiques, ou français. Car il n’est certes pas homme de principes. Ce n’est pas non plus le fanatique, l’extrémiste que décrivent ses ennemis politiques. Tout porte même à penser qu’il se propulse constamment au delà de ses intentions ; cela, oui, il en fait un principe. Il autorise son réflexe sécuritaire du contexte ”de sac et de corde” qu’il emphatise et appuiera même un temps le projet de milice formé par les communautés tierces de la capitale, nostalgique de cet ancien corps de légion étrangère dans le pays que l’on dissout quand il entre en matière. La litanie des agressions, enlèvements, plagios, en particulier lorsqu’elles attentent à la sécurité des Français forment un contenu constant du Trait37, aligné en cela sur la plupart des journaux étrangers qui se montrent intraitables en matière de sécurité de leurs nationaux.

  • 38 10 janvier 1852, Chap I.
  • 39 14 janvier 1852, Ctiap I.
  • 40 17 janvier 1852, Chap I.
  • 41 Si Napoléon III était au Mexique, ”les soutanes seraient à la raison”, écrit-il le 15 septembre 18 (...)
  • 42 28 septembre 1853. Le Trait d’Union du 12 mars 1853 est en partie consacré au mariage impérial.
  • 43 Chronique de Mexico, 7 septembre 1853.
  • 44 Un portrait, Faits divers mexicains, 7 décembre 1853.
  • 45 Reyes de la Maza 1972. Alphonse Dano, ministre plénipotentiaire, dans une lettre du 4 janvier 1854 (...)
  • 46 Gran Teatro de Santa-Anna. El Siglo xix, 12 de mayo de 1854, Textes annexes.
  • 47 13 mai 1854.
  • 48 De fait il y eut trois Masson, ce qui n’arrange rien à l’affaire : René, le journaliste, Ernest, j (...)
  • 49 7 août 1855, reproduit du Diario Oficial.
  • 50 Je force le trait, mais le vitalisme dixneuviémiste de Masson nous dépasse aujourd’hui entièrement
  • 51 Chronique de Mexico, 29 octobre 1853.

12La réaction de René Masson devant le Coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte nous le dépeint précisément. Voici ce qu’il écrit ”à chaud” : ”C’était la première fois, depuis son avènement à la présidence, que Louis Napoléon prononçait dans ses harangues publiques, le mot de république, et c’était le 25 novembre, c’est à dire six jours avant son coup d’État ! Y a-t-il, dans ce fait, un engagement pris vis à vis du pays ?”38. Certes l’on oscille encore à statuer sur la nature du Bonapartisme. Masson est ainsi de ces oscillants. La réaction ne se fait pas attendre ; à quelques jours de là, un lecteur du Trait (qui signe ”LD” –probablement du Cénacle) demande d’un ton sec une insertion et l’éditeur s’exécute : ”Il paraît que les affaires s’embrouillent chez nous ; les événements deviennent solennels. Or, l’objet de ces quelques mots est de vous susciter l’idée de publier, de suite, sans paraphrase ni commentaire aucun, les articles 45, 46, 47, 48, 51 et 68 de la constitution française, laissant à chacun liberté complète d’en déduire les conséquences”39. Trois jours après, Masson parle nommément de ”violation flagrante de la constitution du pays”40. Par la suite, comme plus tard aux temps Santannistes, il naviguera entre deux eaux, entre dos aguas, vitupérant sur les impasses et le hors-la-loi du régime, à part secrètement admiratif de la personne, car il aime les figures et le décorum, et toujours entrevoit un arrangement possible qui comble ses intérêts propres et ceux du journal41. Ainsi, le Trait publiera en long et en large les potins du palais (L’empereur et mademoiselle de Montijo - Toilettes de l’impératrice - Mariages impériaux…), puis la relation des noces, ”un lien de plus pour le Mexique, puisque la belle langue qui se parle dans la république mexicaine se parle également à la cour de France.”42. Comme il fera l’éloge de ”Madame de Santa-Anna, protectrice des arts”43, la belle Dolores Tosta, portrayée par cet autre Français arrangeant qu’est le peintre Edouard Pingret44. C’est fait… La vie continue ! Surtout la vie du journal, qui a réussi son take-off et gagne tous les jours des lecteurs. Difficile, en effet, d’occuper des fonctions quasi-publiques à la tête du Théâtre Santa-Anna45, en jouissant de l’appui d’un prince amoureux de la scène, et de contrer en parallèle son chef de la police (le redoutable Juan Lagarde). Or Masson a fait les deux. Protesté maintes fois de son allégeance46 et dans le même temps rendu des textes d’une ironie cinglante. Ses écrits sur Son Altesse Sérénissime, dont un entièrement au féminin –une altesse– sont des morceaux de bravoure. Ils fixent l’iconographie santanniste en exacerbant le passage sous les arcs de triomphe : ”Si grandes que soient les dimensions de cet édifice, nous ne craignons que SAS ne puisse y passer avec tous les lauriers dont elle sera couverte”47. A croire qu’il y eût deux Masson48. L’un des deux protestera d’ailleurs, quand on ressortira l’affaire de sa nomination à l’Ordre de la Guadalupe, qu’il ne l’acceptât jamais. Sa description des cérémonies de réinstallation de l’Ordre, à la suite du Bulletin sur les pleins pouvoirs, tiennent pourtant de la chronique du sacre. Il ira même jusqu’à publier texto des articles exaltés de la presse officielle, en insistant qu’ils ne sont pas de lui, dont, à une semaine d’Ayutla, un portrait de plein éloge du général. ”Abstraction faite de toute opinion, il faut reconnaître que l’article qui précède est des plus remarquables, au fond et dans la forme”49. Une pratique constante du journal, qui décidément existera par lui-même, abstraction faite de toute opinion50. En 1854, interdit de politique par le régime, à la suite de considérations visionnaires et impertinentes, - et s’étant refusé comme le Siglo à saluer l’an neuf –, il se reconvertit dans l’”échotisme” mondain. Ses Chroniques de la ville et de la cour affirment son talent de chroniqueur et témoignent de son temps. Désinvolte, irrévérent, fantasque, il sait parler de tout, des tables tournantes, phénomène de mode et thème hugolien, des salons de l’Académie, de la tyrannie des novios, même de la civilité des chiens mexicains (Avec les impôts qu’ils paient, les chiens pourraient être en Europe électeurs et même éligibles)51. Il entre en variation sur ce qui constitue un motif massonnien léger, le lien entre musique et politique, lien symbolique en un temps où l’art lyrique envahit la scène civile, vide de contenu. Car toujours sa pulsion le ramène au politique. Par la suite, la musique ne jouera plus et Masson désertera pour son compte la profession. Adverses, favorables, ces six années l’auront consolidé, tel qu’en lui-même. À la veille de la révolution d’Ayutla, selon un schème de sa prédilection, Masson est dans Masson. Son moment, c’est la Réforme.

Mutatis mutandis, il rejoue la Révolution

  • 52 18 décembre 1855. Cité McGowan 1978.
  • 53 L’expression en français dans un contexte tiers, ajeno, incite à poser l’inévitable question topiq (...)

13Dès l’automne 1855, il suit la vague réformiste, s’aligne auprès des grands titres libéraux, le Siglo, l’Heraldo, surtout proche du Monitor Republicano et en septembre participe à l’ébullition programmatique qui accompagne les trois mois de rodage gouvernemental. La presse remplit alors tout l’espace du politique. Un temps, il n’y a rien derrière elle, ni devant. C’est elle qui a un programme, elle qui décide du gouvernement. Elle veut un tribunal de pairs où elle jugera ses propres crimes. Masson, avec les autres, atteint les sommets de la culture. Le concept créateur, le paradoxe subversif, l’idéologie presque à sa naissance. C’est le grand moment de l’homme-discours. Lui-même l’aurait parfaitement décrit, s’il n’avait été dedans. ”La souveraineté populaire, le suffrage universel et la liberté de la presse sont la même chose sous trois noms différents” annonce le Monitor52. Par la suite, le glissement de la parole politique vers la Tribune relèvera d’autant la presse de sa charge mystique. Masson n’en sera pas. Il ne l’aura sans doute pas souhaité. Son rôle de guide intellectuel, sa position affirmée de publiciste lui conviennent au mieux. Seul exil intérieur notable : celui de la langue, cette expression en français qui marque ”l’étrange étrangeté” de son discours, cette irréductible étrangéité que ses détracteurs mexicains dénonceront d’abord, pour remettre à caution sa liberté de ton ou, plus sommairement, couper court53.

  • 54 Rosanvallon Pierre, ”La république du suffrage universel”, dans Furet et Ozouf Le siècle de l’avèn (...)
  • 55 Pour les références ci-dessus : 10 mai 1856-19 septembre 1855-12 septembre 1856 ; Cité McGowan 197 (...)
  • 56 ”Cette analogie de la situation actuelle du Mexique avec celle de la France en 1789 est tellement (...)
  • 57 La presse, Bulletin, 20 mai 1861.
  • 58 19 septembre 1855. Cité McGowan 78 ; pp 92-93. Scoop sans conscience ou juego sucio ?
  • 59 16 août 1861.

14Indiscutablement, l’amateur des grandes fresques et du beau style, le dauphin qu’il est, rejoue les scènes révolutionnaires, dont il reprend l’esthétique verbale, la rhétorique de l’excès et de la surenchère. On doit comprendre qu’il a été nourri de tous les épisodes de la geste. Plus, les années 1830 voient la France qui l’éduque réactiver les grandes heures de la Révolution autour de la question du suffrage. On réédite les figures sculptées, on publie à nouveau les oeuvres54. Il retrouve le ton des formules : ”Le constituant s’est endormi”, exaspère l’idée de liberté : ”Toutes les libertés, quelles qu’elles soient, finissent par triompher du despotisme”, participe de l’impatience générale : ”Encore une révolution manquée… la faute en est à tout le monde”, demande des actes et encore de l’audace : ”Quand donc, enfin, se persuadera-t-on, dans les hautes régions administratives, que vouloir, c’est pouvoir ; qu’on ne peut arriver à la régénération sociale et politique sans initiative, sans audace et sans mépris des obstacles”55. Le milieu, sans aucun doute, est bon conducteur. Lui-même postule l’identité des contextes pris des mêmes inflexions : ”Le Mexique en est, en ce moment, à son 89, la nature toute particulière du caractère de ses habitants nous fait espérer qu’il réalisera les conquêtes de la grande révolution française sans passer par la date sanglante de 93”. Tel qu’il l’exprime, c’est inévitablement une formule, mais il a senti le moment de rupture politique56. Cependant la figure l’entraîne, là encore plus intransigeant que tous : ”Abolir la peine de mort dans un pays où les questions politiques se discutent encore les armes à la main, c’est guérir le mal par un excès de mal” écrit-il au lendemain de la rébellion de Puebla ; il se montre intraitable avec la presse conservatrice (pas de liberté aux ennemis de la liberté)57, exclusif avec les clubs : ”Le club réformiste ferait beaucoup mieux de patienter avec toute la nation et d’attendre de la réunion du Congrès, le remède aux maux qu’il signale”. Quand la situation le lâche, quand l’emphase ne le porte plus, il peut s’affaiblir considérablement. En 1855, Masson doit se justifier d’avoir publié dans ses colonnes les rumeurs propagées par deux campagnes antilibérales58. C’est alors que pour la première fois il évoque ses déboires. Derrière lui, en théâtre d’ombre, tombent les têtes et coulent les torrents de sang, legs mythique de la Révolution Française, entretenu par l’ennemi politique qu’il ne se fait faute de charger… l’odieux Márquez ”ce boucher en épaulettes”, Marcelino Cobos ”l’honnête espagnol” qui ”parle du salut et de l’indépendance de sa chère patrie comme s’il était descendant en ligne directe de l’empereur Moctezuma”. Il annonce des complots, amalgame méfaits crapuleux et crimes politiques. On doit même le reprendre. En 1861, devant l’ordre de passer par les armes les chefs de la Réaction, Masson jubile : ”Nous sommes dans une veine d’énergie”59.

  • 60 12 juillet 1857.

15(Derrière l’idéologue qui décline un à un les termes de la modernité, point le journaliste, l’homme pratique, qui affirme son sens de la chose publique et son intérêt pour la politique territoriale. ”On se demande pourquoi, écrit-il en 1857 à propos des tractations autour de l’isthme de Tehuantepec, le gouvernement s’est désisté des avantages que lui assurait son contrat de février 1853, sans rien exiger en compensation”60. Le ton, la position, on le voit, sont autres. Les deux hommes avancent ensemble.)

  • 61 L’Universal, Faits divers mexicains, 26 juin 1850.
  • 62 De la civilisation et ses moyens, 4 mars 1853, Chap I.
  • 63 ”…s’il avait besoin de nos recommandations, nous n’hésiterions pas à les lui donner, aussi chaudes (...)
  • 64 La fête des fleurs, Chronique mexicaine, 12 avril 1854, Chap I.
  • 65 ”…donnez à ce pays l’instrument du transport et des communications rapides ; que chacune des vallé (...)

16C’est lorsqu’il désavoue le parti théocratique, au nom de la tolérance religieuse et de l’éclatement du réseau de rigidités où l’Eglise est parti prenante, qu’il se montre le plus exalté. Déjà en 1850, il écrivait : ”Le Mexique ne traverse-t-il pas une époque semblable à ce que l’on a appelé en France le siècle de la philosophie ? Le peuple commence-t-il à comprendre que la religion et le clergé sont aussi distincts l’un de l’autre, que la divinité diffère de l’humanité”61. Car s’il exècre l’Église, la dogmatique Église espagnole et ses clercs, il n’inclut pas dans l’anathème tout le champ du religieux : ”Qu’il nous suffise de faire remarquer que le christianisme est de toutes les religions connues celle qui favorise le plus l’expansion de la sociabilité et ce n’est pas là la moindre preuve d’ailleurs de son excellence”62. Il se dit catholique et garde un respect marqué pour le savoir-faire social de l’Église, qui lui fera promouvoir dans ses colonnes la paroisse française et référencer son curé63 … ou formuler l’incroyable : ”Nous n’approuvons pas les lois somptuaires ; mais ce serait un grand service rendu au bon goût, à la décence du culte et au travail, si les prêtres obtenaient que tout le monde se présentât à l’Eglise chaussé, propre et couvert.”64. Cette nuance d’aller chercher la religion sur le terrain pratique laisse perplexe. On serait détourné de le prendre au mot, s’il n’affirmait crûment les valeurs de sa droite, où par delà la crise de croyance, on tient à fixer le rôle de l’Église, comme pilier social et garant des moeurs. De Dieu, par ailleurs, il n’est jamais question, sauf à considérer mystique cette tension vers le haut et les espaces aériens où le siècle déplace la navigation, et que Hugo nomme Dieu (l’océan d’en haut). L’air et les aérostats que Masson investit de tant d’espoirs techniques65, comblent en lui les régions du rêve et donnent lieu à de beaux textes étranges inspirés du chant du territoire.

  • 66 À propos de papier, Faits divers mexicains, 28 décembre 1853, Chap I. Pour l’examen du corpus mass (...)
  • 67 26 mai 1849
  • 68 ”Car si, de longs discours, on pouvait transformer / En rails inégaux,—on pourrait en forger, / Qu (...)
  • 69 À l’offre d’importer des colons d’Asie, Masson rétorque : ”Étrange proposition ; c’est en Europe q (...)
  • 70 Covo note comment il fait demander compte de l’Indépendance, par les Indiens, aux grands propriéta (...)
  • 71 Instructions des ouvriers, Faits divers mexicains, 21 mai 1861.
  • 72 Ces propositions typifiées de la logique libérale sont extraites du beau portrait que donne Jean-P (...)
  • 73 Le 28 mars 1861, il publie en traduction un article du Movimiento : ”Si ces monopoleurs, comme on (...)
  • 74 Voir El Siglo Diez y Nueve : 4 février 1861 ; 26 février 1861 ; 4 mars 1861. Cité Covo, 1981.

17Cette inspiration pneumatique anime à son tour les visions de l’économie : le souffle du travail, le flux du capital, la respiration du marché… des terres qui rendent, l’échange naturel, le libre jeu, un monde ouvert. Mais le ton redevient sèchement positif, lorsqu’il s’agit de fixer les règles. À propos d’interventionnisme ”La règle à suivre est bien simple. Si les manufactures mexicaines offrent au gouvernement de meilleures garanties de durée, de propreté et de bon marché, qu’il s’y fournisse ; sinon qu’il prenne les draps étrangers”66. Comme les hommes de son temps - comme les paysans et les marchands de sa France trempée, épargneuse et réaliste - il est intransigeant sur les résultats. Il veut des actes, au mieux des ”vérités palpables”, non des formules vides : ”Nous avons donc un traité sans la paix ; mieux eût valu, incontestablement la paix sans le traité.”67 Les textes français au Mexique sont pliés de la même exaspération68. Le chemin de fer et ses délais à avancer concentre symboliquement toutes les impatiences. Inlassablement, l’émigrant qu’il est se fait l’apologue de la colonisation productrice pour l’Amérique, de l’attrait de bras (si possible européens)69 capables d’enlever les terres à leur ancienne prostration et de fixer le territoire devant les visées expansionnistes du voisin du nord, qu’il signalera incessamment. Dans ce grand mouvement, tous sont concernés. Les grands propriétaires terriens doivent abandonner leurs biens immobiles que l’on répartira entre les Indiens, ces producteurs véritables dont Masson dit un jour admirer l’organisation collective70. Très attaqué par le bando adverse et la légation de France lors de ces prises de position agrariennes, Masson s’en prendra aux momies du privilège. C’est une constante. On l’entendra maugréer de loin en loin contre les féodalités de l’argent et railler en italique l’aristocratie de Mexico. Une passion qui renvoie à l’égalitarisme foncier de ce fils du (grand) peuple et plus sourdement aux rancoeurs de caste du descendant bourgeois. Ici le viscéral tend l’idéal. L’année 1861, il suit jour aprés jour l’actualité des couvents réquisitionnés, de reconversion éloquente (un Palais des Expositions industrielles dans l’ex-couvent de l’Encarnación - une école de commerce à Santa-Clara…). Masson le moderne est bien peu sensible à la beauté de certains de ces ”édifices qui ne se recommandent ni par leur utilité, ni par leur mérite artistique”71. Par ailleurs, en bonne logique libérale : ”Les lois générales de l’économie se chargeront du dehors de produire le bien-être général sur la base de mon enrichissement particulier”. ”Le seul altruisme valable c’est un égoïsme éclairé”72. D’où le rachat des propriétés de l’Église qui participe de ces correspondances réglées. Masson, qui s’est inlassablement fait l’avocat des lois Lerdo, prend part le moment venu à l’acquisition de biens désamortis et s’en justifie sans embarras73. Il achètera plusieurs maisons, trois au moins74, comme beaucoup de ses amis français, purs et moins purs.

  • 75 Masson aura côtoyé tout un chacun, à Mexico, en prison, en exil. Lerdo et Comonfort, Juárez dans l (...)
  • 76 En 1861, le Trait tirait peut-être à 1 000 exemplaires, principalement diffusés au sein d’une comm (...)
  • 77 Dans les années 1850, l’étroite alliance entre les libéraux mexicains et les républicains français (...)

18Les collusions avec le politique, qui laissent parfois s’interroger sur l’indépendance de René Masson, ne font, on l’aura compris, absolument aucun doute. Ce n’est d’ailleurs pas de là que naît le trouble. A tout moment, à tous niveaux, avec Santa-Anna, Lerdo M., Comonfort, peut-être plus difficilement dans les années 1870, où il a perdu de son poids politique, Masson a été d’intelligence, a trafiqué à tout propos75. Mais de préférence dans le sens de ses idées et jamais pour un plat de lentilles. Des fonds officiels ou occultes ont certainement maintenu à flot le Trait d’Union aux moments difficiles, peut-être même régulièrement, bien que l’excellence rédactionnelle du quotidien et la présence d’un lectorat réduit mais captif l’aient d’emblée affranchi des vicissitudes extrêmes76. C’est le comploteur Alexis de Gabriac qui porte devant l’histoire les accusations de connivence. Il parle, on parle après lui, de négoce et de salaire. Vision restreinte. L’intimité tactique, au niveau où l’a portée Masson, est toujours amplement productive. Le politique quant à lui fait son métier, sur un terrain interlope où les ententes n’ont rien que d’ordinaire77. Caractérologie du journaliste, Masson est sensible aux allées du pouvoir ; être des coteries le passionne et le fragilise. Il a certainement ”été agi ; c’est une autre clé à ses vacillations.

  • 78 15 avril 1862. Ou encore : ”Nous ne croyons pas à la guerre parce que nous ne la comprenons pas”, (...)
  • 79 El Siglo y Nueve, 29 de abril de 1868, Textes annexes. Masson s’exprime à ce sujet dans son bullet (...)

19Les journalistes, et là on peut en accroire les indicateurs de Gabriac, sont en première ligne des alliances, des médiations, des négoces. Après Masson, Charles de Barrés, Alfred Bablot… sont vus sortir des officines politiques et consulaires. Dans les années 1870, Masson tombe comme une femme sous le charme du capitaliste yankee Edward Lee Plumb, venu à Mexico négocier un projet ferroviaire. Plumb donne un Banquet de la presse auquel assiste le journal français, qui en fera dans ses colonnes un compte rendu enflammé. Par la suite, le Trait produira à un rythme soutenu (série technique passionnante) des articles sur la concession ferroviaire, qui vantent les options de Plumb et descendent son concurrent, le général Rosecranz, un ancien associé de Masson, dont on comprend qu’il n’en garde pas un bon souvenir. Ici, la passion pour le rail est faiblement explicative ; la subjugation par le Yankee plus convaincante. On jurerait pourtant qu’il a été payé - ou associé. Là encore dans le droit fil de ses raisons. Ainsi la France qui vient en mercenaire ne saura le convaincre de passer à l’occupant avec son journal. Il dit qu’il a eu des propositions, que d’autres les ont acceptées. (Charles de Barrès, dont le journal l’Estafette, d’abord interdit, deviendra par la suite organe lige de la Régence). C’est possible, étant donné l’aura du Trait en 1861. Les forces d’intervention, puis l’Empire seront ses ennemis jurés même si là encore, il y eut un temps d’indétermination. Les textes sont sans équivoque sur la défiance et le rejet : ”Il serait trop énorme que la France de la Révolution se fasse au Mexique l’agent de la contre-révolution”78. Cependant Francisco Zarco lui reproche d’avoir pu croire un temps dans une intervention pacifique de la France : ”… aunque incurrió en el error de creer que era posible y satisfactoria la intervención amistosa”79, et ce que dit Zarco…

  • 80 Alexis de Gabriac (dont Masson aura fêté dans le Trait la naissance d’un petit Antoine) aide à ret (...)
  • 81 ”His afflicted wife urges me to sollicit that this American citizen may be per-mitted to have his (...)
  • 82 Bulletins correspondants aux départs du journal, et retours : 30 janvier 1861, 3 mai 1868, 1er fév (...)

20Devenu farouche opposant de l’Intervention, puis de l’Empire –c’est après la bataille de la Réforme son second fait d’arme-, il rejoint le camp de ces Français mexicains, commerçants pour la plupart, qui voient s’avancer d’un très mauvais œil l’énorme machine politique. Les diplomates en poste s’acharneront sur Masson, entrevu depuis leur correspondance comme redoutablement subversif - ce qui atteste des mystifications entretenues80. L’acharnement sera réel : enlèvements de nuit, humiliations, prisons (Santiago Tlatelolco, San Juan de Ulúa), exil, maladie… Mais là encore, qu’on ne s’attende pas à trouver un héros. Il semble que, depuis les geôles de Tlatelolco, lui-même envoie sa femme plaider auprès de la Régence ”l’innocence des charges portées contre lui”81. Au reste, à bien lire les textes, le soupçon pèse, l’imposture transpire sous le pathos de la persécution. On entend René Masson expier quelque chose de plus ancien que l’engagement récent, et que la conjoncture vexatoire ne fait qu’aiguiser. La complaisance qu’il affiche à exposer ses plaies laisse entrevoir l’enchaînement privé qui en a fourni d’avance le schéma : délinquance - expulsion - répétition… De ce point de vue, quand il arrive en Amérique, il se reconstruit tout armé. Ses anciens amis le reconnaîtraient. La protohistoire massonnienne nous dirait tout de l’être en exaction constante - mais aussi de son rapport aux mots –, tout de sa complaisance à s’installer dans le rouge du discours et sa compulsion à s’en faire éjecter. Les départs de nuit et les incessants retours, les longs intermèdes d’errance sont une lente expiation. Il porte en lui le poids de fautes collectives qui ne lui appartiennent même pas. Il sait, mais on ne l’écoute pas. Il n’en finit pas de saigner82.

Fin de l’ordre utopique

  • 83 16 février 1856, Chap II.
  • 84 Faits divers mexicains, 30 janvier 1856.
  • 85 Le 14 décembre 1870, la concession en est attribuée à Wyatt et Masson. Les améliorations matériell (...)
  • 86 10 octobre 1872.
  • 87 Covo note que Gabriac fait état d’une ruine de Masson, qu’elle associe au témoignage de Masson lui (...)
  • 88 Société anonyme, Faits divers mexicains, 16 février 1856. Chap II. Il incriminera ensuite le terra (...)

21Venu ”par spéculation” en Amérique, représentant des grandes traditions de l’épargne sur le terrain de la pure dépense, conquistador par la technique, René Masson se doit de répondre aux multiples sollicitations du milieu, arraisonner le réel en entier, entreprendre. Tout est possible dit en lui l’idéologie, étant calculables les positions de départ, les vecteurs d’action et de réussite. ”La société doit opérer en quelque sorte à coup sûr”, écrit-il à propos de la concession minière que lui attribue en 1856 le gouvernement Comonfort83. C’est pourtant lorsqu’il est en théorie le plus sûr de lui, qu’il rate immanquablement son coup. Masson est comme ce Français de Colima, qu’évoque curieusement le Trait en nécrologie, ”mathématicien habile” mais ”très malhabile dans l’application de ses calculs” car ”il soumettait tout à des opérations compliquées”84. Le réel fatalement se met en travers. Enriqueta Sontag, victime du choléra –un impondérable– lui claque dans les doigts avant recette ; on ne sait rien encore du prodige des mines, ni de l’alliance avec les Yankees Wyatt et Rosecranz, pour l’établissement d’une ligne ferrée de Veracruz à Tehuantepec, via Antón Lizardo85, sinon qu’il se désistera86 et conservera des rancoeurs. Quant aux affaires en association avec Lerdo, dénoncées par Gabriac, elles l’ont peut-être laissé exsangue87. Apparemment, René Masson n’aura pas été heureux en affaires où, on le sait, il faut être gris, où ”le bien ne fait pas de bruit et le bruit ne fait pas de bien”. Lui est hâbleur, fait du Trait d’Union une tribune personnelle où il orchestre en tintamarre la moindre opération : ”Il y a derrière le décret que nous venons de reproduire, une affaire colossale…”88. S’il a réussi le Trait, c’est en biais, sans l’investir à priori de tous les espoirs, peut-être un tremplin, un moyen devenu fin. Masson butte, en partie stupidifié par son système de croyances assertoriques. Dans les trous de l’idéologie, les impasses des formulations ”à coup sûr”, fuit l’humain. Déçu des mots, il en revient à trafiquer avec les choses. Masson est de ces inflexibles qui, lorsqu’ils en arrivent au compromis abandonnent tout.

  • 89 Les colonies au Mexique, Bulletin, 23 juillet 1871, Chap IV.
  • 90 Jacques Penot. Primeros contactos diplomáticos entre México y Francia. 1808-1838, Mexico, 1975.

22Les années 1870 l’accompagnent dans la désillusion. Elles marquent le non lieu de l’utopie européenne sur sol américain, dont l’éditorialiste fera lui même le constat : ”…il ne reste même plus vestige de toutes les expériences qui ont été tentées depuis quarante ans et plus”89. Le bilan est sombre et le Rêve Américain débouté (beaucoup ont été appelés, et peu élus, –ce qui ne correspond pas aux promesses faites). La désaventure coloniale a coûté cher et les Français ont payé leur part. Dans les années 1830, après l’échec des colons de Coatzal-coalcos et leur rapatriement, on avait vu des petits Français mendier dans les rues de Veracruz90. Cette amertume au fonds des temps redouble sa mélancolie originaire. Elle ne le lâchera plus.

  • 91 Le Bulletin intitulé Les mots et les choses, mentionné par Covo mais actuellement disparu, éclaire (...)
  • 92 Encore quelques mots sur la situation. Bulletin, 26 avril 1868. Chap III.
  • 93 La situación pintada por el Trait d’Union, El Siglo Diez y Nueve, 29 de abril de 1868. ”… au Mexiq (...)
  • 94 ”… et puis, faut-il le dire ? nous croyons à tort ou à raison, ne plus nous trouver, comme journal (...)

23Elle se résoud dans le ressentiment, dans un pessimisme faible où butte son dynamisme. Tout est à refaire et on n’y arrivera jamais. La faute est à cet atavisme national qui entrave le saint mouvement. Masson abonde dans les préjugés sectaires quand un vent de folie souffle dans sa tête. Il s’exaspère dans l’action qui jamais n’épuisera l’énergie herculéenne décrite par les nécrologies. Jamais pour lui les concepts ne verront ”dessous” l’avènement de l’objet, les mots ne rejoindront les choses dans un recouvrement idéal, nostalgique des premiers temps - et nostalgie proprement romantique (”car si nous avons le mot, nous ne sommes pas du tout sûrs d’avoir la chose”)91 Son llanto, sa complainte triste, culminera dans les années de détresse physique et morale. Lorsqu’il relance le Trait d’Union au début de l’année 1868, on l’entend ressasser ”…le Mexique très malade… la constitution plus sonore que solide”. Le Monitor l’épingle une première fois. Masson lui répond par un non lieu de positionnement : ”Français d’origine, Américain par naturalisation, Mexicain par résidence et sympathie, cosmopolite par principe…” Puis il récidive avec le fameux article de mars 1868 où s’exaspère sa conscience malheureuse : ”Le Mexique de 1868 est celui de 1857, et des années suivantes, jusqu’à l’intervention : nous retrouvons les mêmes hommes, les mêmes passions mesquines, les mêmes préjugés, le même défaut de sens pratique, la même lèpre de l’empléomanie, la même apathie devant les crimes sociaux et politiques, la même inertie en présence de tout ce qui n’est pas l’intérêt individuel.”92 C’est alors Francisco Zarco en personne qui intervient, dans un beau texte que publie l’anthologie en annexe. Zarco prendra patiemment le temps d’infirmer point par point, presque mot à mot les malédictions du journaliste francais : ”… en Mexico aparece afianzado el orden legal ; todos los poderes se derivan del voto publico ; el resultado de las elecciones es aceptado y respetado por todo el pais”. Puis, incidemment : ”…no deja de ser sintoma de progreso y señal de civilización que en México sea ilimitada la libertad de la prensa, mientras que en paises que tienen la pretension de ser el cerebro y el verbo del mundo, el pensamiento y la palabra gimen aun bajo la mas severa represión.”93 Car, mesure de son irréductible altérité, Masson participe de ces visions intimidantes qui pendant tout le siècle renvoient au Mexique l’image d’une vocation à l’échec qui aura la vie dure. Politiquement, c’est la fin94. Le 30 septembre 1868, il fait en larmes ses Adieux.

  • 95 13 mars 1871.
  • 96 25 mai 1870.
  • 97 Deux mots sur la situation, Bulletin, 25 novembre 1871.
  • 98 ”Les étrangers, sous Juarez, ont eu à souffrir de la stagnation des affaires, mais pas de la situa (...)
  • 99 ”Le manifeste est franc, complet et positif. Que les faits le réalisent et le Mexique entre dans u (...)
  • 100 Bulletin, 11 août 1872.
  • 101 Tristes réflexions, Bulletin, 1er juillet 1874.
  • 102 ”Et si les hommes d’ordre sont composés en leur plus grande partie des habitants des campagnes, qu (...)
  • 103 Le 4 septembre, Bulletin, 4 septembre 1872.
  • 104 Masson consacre différents bulletins à l’épisode, dont le 7 juin 1871, Les vandales de Paris, Chap (...)
  • 105 L’internationale, Bulletin, 26 septembre 1871.
  • 106 Les grèves d’ouvriers, Bulletin, 14 août 1872, Chap IV. À noter que Masson voit dans le phénomène (...)
  • 107 Les sociétés de secours mutuels, 31 mai 1871.

24Il aura tenu deux ans loin du marbre, bien difficilement. Comme ces natures perpétuellement éjectées de la grande roue centrifuge, mais toujours de retour, il se réinstaure en octobre 1870. Trop compromis avec l’empire de Napoléon III, son successeur de 1868, Antonin Bellut, doit laisser la place. L’actualité européenne prépondérante fait opérer un retour patriotique vers la France vaincue. Masson adhère au parti de sataniser l’Allemand et enfonce avec lui ”l’Empire liberticide de Napoléon III”95. Il tente de panser au jour le jour les plaies de la nation, publie abondamment Hugo qui publie abondamment : ”Parce qu’il faut que la France soit grande pour que la terre soit affranchie”. A nouveau, il se laisse aller, devient équitablement vindictueux. D’un côté (la France) : ”Le fonctionnarisme, cette plaie hideuse du pays à laquelle on ne parle même pas de toucher”96. De l’autre : ”Le Mexique… vient de reculer de dix années au moins”97 qui le voit partiellement désavouer Juárez. Juárez qu’il soutient pourtant de tout son poids médiatique pour sa position morale, l’incontestable politique qu’il représente alors. Accusé même de Juarisme, il protestera du fait que Juarez a su s’allier les étrangers et que jamais on n’a vu la presse aussi libre que sous son gouvernement98. Mais quand Lerdo prend le pouvoir, c’est Lerdo qui le conquiert99. Juárez même se voit débouté post-mortem dans l’un de ses fameux articles de logique binaire, Inaction et activité, où les deux hommes sont mis face à face : deux classes d’hommes politiques ; ceux ”qui s’imaginent que toutes les affaires sont les impôts” et ceux ”qui pensent sincèrement à réorganiser le travail, le crédit, la circulation, pour augmenter la production du pays et la prospérité des individus.”100 Les derniers temps, Masson se plaint continûment d’une mortelle ambiance : ”Nous ne savons si nos lecteurs éprouvent comme nous, une sensation de fatigue et de découragement en suivant pas à pas les intrigues, les manœuvres et les tripotages qui constituent ce qu’on appelle la politique intérieure de la France… Traversant l’Atlantique et le golfe, nous passons subitement d’une agitation fébrile et stérile dans le silence et dans l’inaction du tombeau”101. Il censure en France l’assemblée de droite ”en pleine réaction”, et avec elle les hommes d’ordre102. Contre eux, il soutient Thiers, l’homme de sa classe, le rempart anti-monarchiste. Glissement du vocabulaire, collusion des référents politiques, étrangeté accrue de sa position d’observateur double. S’il perçoit clairement les forces à droite, il saisit inégalement l’évolution d’une république démocratique à la française qui trouvera bientôt sa forme stable et ânnone jusqu’à la fin l’antinomie typique Monarchie/République qui marque ses premières réflexions et traverse le siècle. Toujours incertain sur l’échiquier des déterminations, il défend Gambetta des accusations de socialisme rouge, l’homme de l’air, ”le seul qui reste véritablement debout devant l’opinion”103, dont il aura partagé en 1871 le mot d’ordre de guerre à outrance et, certainement, l’option républicaine. Démarqué à droite, il ne rejoint pas, loin s’en faut, les socialismes. La Commune l’effraie : ”La France s’entr’égorge”104 ; quant à l’internationale : ”ce croquemitaine social est l’épouvante de toute l’Europe et d’une bonne partie de l’Amérique”105. Le 6 octobre 1871, il reproduit un article plein de ”détails fort curieux” sur Karl Marx, dont on annonce la mort. C’est en abordant cette nouveauté, la grève, qu’il parle intimement de lui106. Il distingue les bons ouvriers des mauvais, les grévistes, qui prônent la force contre le droit, et conclut par un manichéisme daté : ”La solution du problème repose uniquement dans l’alliance intime et fraternelle des bons patrons et des bons ouvriers”. Prédicateur du lien social, de la sociabilité et dernièrement de la confraternité107, on le voit refuser aux hommes le lien choisi, élémentaire. Il fera preuve d’une totale cécité devant ce que l’on commence à nommer la question sociale.

  • 108 La Comuna, Bulletin, 7 juillet 1874.
  • 109 ”Certes, il vaudrait beaucoup mieux que la solution de questions de cette nature vînt des moeurs a (...)
  • 110 Bulletin, 19 décembre 1871.

25Renverser l’usage sans avoir de lois positives à invoquer, lui semble à tous points de vue déraisonnable. Il se retranche derrière ce constat d’impossibilité d’une mathésis sociale, devenu un poncif : ”Si seulement quelque nouveau Newton découvrait la loi de gravitation morale, alors on pourrait entreprendre, avec succès, la refonte et la reconstitution des sociétés humaines. D’ici là, tout n’est que routine, expériences et tâtonnement."108, et en appelle aux mœurs109. Il faut bien pourtant capter cette nouvelle instance, l’homme nu libéré des projets en son nom, que les philosophies de la vie vont accueillir, recueillir en sa complexité. Dans Les Deux Voix que publie le Trait, Hugo propose une belle formulation, qui lui conviendrait : ”L’homme c’est l’homme, il n’est pas mauvais, il n’est pas bon…” s’il n’en donnait, là encore, une version mièvre : ”C’est que républicain ou monarchiste, démocrate ou partisan du despotisme, l’homme est toujours l’homme : le clinquant l’attire ; le sauvage a ses verroteries et ses plumes, le civilisé a ses décorations et ses plumets. Un fort logicien tirerait de là des conséquences terribles en faveur des monarchies contre les gouvernements populaires ; nous n’irons pas si loin et nous nous contenterons de répéter : Le plus sot animal, à notre avis, c’est l’homme.”110 Un pessimisme de plumes et de plumets. Lui-même manquerait à sa définition.

  • 111 Le 30 mai 1872, ayant déjà causé cette année-là une cessation d’activité de six semaines. Bulletin (...)

26Vers la fin, le journal a changé de physionomie. Il est saturé de sujets français de France. Masson dans le lot perd de sa visibilité. Ses bulletins, moderato cantabile, traitent encore de tout : du journalisme et du suffrage, de la crémation, des cimetières et des pénitenciers, de l’éducation en Alsace-Lorraine et toujours du chemin de fer. Mais ils se fondent dans la masse. Le journal Masson part à la dérive. Un autre le remplace, qui garde sa force de structure mais ne le vaut pas. L’année 1873, après avoir couvert l’inauguration de la ligne ferrée Veracruz-Mexico, Masson disparaît pour raisons de santé, conséquence d’une congestion cérébrale qui l’aura mis ”à deux doigts de la tombe”111. Un autre reprend les éditos. On mesure la différence, on ne lit plus. Puis il reparaît, pour disparaître à nouveau, définitivement cette fois, le 30 septembre 1874. Son Dernier Bulletin reprend en panoramique l’histoire des vingt-cinq années du journal, qui tient lieu de biographie générale, aux truquages près. Il mourra l’année suivante, victime d’une maladie alambiquée qui lui ressemble (une strangulation interne), encensé de la presse qui enterre une figure désactivée.

II. L’HOMME-JOURNAL

  • 112 ”L’histoire tient ses livres en partie double… que dirait-on du bilan d’un négociant qui proclamer (...)
  • 113 Il promet un grand oeuvre, mais qui ne verra pas le jour.

27Le 5 mai 1849, Joseph René Masson, Français de 32 ans, fonde à Mexico le Trait d’Union, organe autorisé de la communauté française. Il intègre une tradition consolidée dans les années 1830 par l’Universal d’Isidore Devaux, un pionnier de la presse française au Mexique. La date de fondation, on l’aura vu, est prémonitoire. Masson détestera toujours cette fête nationale qui signe la défaite française et demandera incessamment qu’on ne la célèbre plus112. Lui-même entretiendra un certain fétichisme de la date, comme la dynastie Bonaparte à laquelle il se réfère nommément en cela. C’est ”à date” qu’il quitte la direction du Trait d’Union (le 30 septembre), à date qu’il y retourne (le 1er octobre) lors de ces va-et-vient auxquels le contraindra l’histoire politique. Hebdomadaire, le journal deviendra bihebdomadaire, puis quotidien à la faveur de la Réforme. Masson y fait à peu près tout, programme les extraits de la presse française et franco-américaine, rédige les brèves (Faits divers américains, puis mexicains) et tient son éditorial, le Bulletin, dans lequel sa pensée est presque toute entière contenue113. La maquette est alignée sur le devenir mexicain des formules européennes. Au coup d’œil, un journal mexicain mais en français. La forme du journal de communauté étrangère en sa langue est banalisée dans le Mexique de la moitié du siècle ; on en considère spontanément les rédacteurs associés, s’ils le souhaitent, au débat général. Masson s’explique du titre, plutôt conventionnel : Trait d’Union car ”union de sentiments et d’intérêts entre le peuple mexicain et le peuple français”, et déclare dans son programme : ”Étranger au milieu d’un peuple qui nous accueille avec sympathie, il est de notre devoir de ménager ses susceptibilités, de rester complètement neutres dans sa politique intérieure, et d’accepter, sans contrôle et sans discussion, ses actes, quand ils ne nous concernent pas directement.” Formulation obligée, mais vide, destinée à occuper le terrain. Masson n’en croit pas un mot et mettra un point d’honneur à toujours transgresser l’engagement pris, toujours levant haut la bannière de la neutralité. Quant à l’union des intérêts, elle le motivera faiblement. Comme objectif à priori, lui même ne peut y croire. C’est en bout d’une pratique coexistencielle qu’il attend plutôt, sans état d’âme, l’harmonie des intérêts binationaux. En quelques mois, Masson aura mis en place un corps de pratiques et de principes fondateurs dont il ne se séparera jamais, dont l’immutabilité fait à terme le secret des grandes entreprises. Le Trait d’Union, sous différents titres, mais toujours porte-parole des Français du Mexique, se maintiendra jusque dans les années 1980, devenu il est vrai un support minuscule.

Régent dans son milieu

  • 114 Chose assez singulière, depuis quelque temps la politique générale s’occupe d’une manière toute sp (...)
  • 115 Les courses de Napoles, 4 décembre 1850.
  • 116 Certains seront assurés par Masson lui-même, au cimetière de La Piedad, –où il sera enterré en 187 (...)
  • 117 Cartes de sûreté, Faits divers mexicains, 26 décembre 1854.

28Du haut de son observatoire linguistique, il alimente le discours sur ”la situation”. Son talent d’analyste n’a d’égal que sa jouissance de l’événement qu’il traite comme une matière première. Les situations ”grosses” le surexcitent, recel de symptômes114, substance pour sa veine maïeutique. Sa passion, c’est l’ici et maintenant, s’installer en plein milieu. Lorsqu’il intervient par le biais du commentaire politique, René Masson se dresse seul ; il ne travaille plus pour ses congénaires comme le fait grand part de la presse étrangère dans le pays, comme le fera le Trait aprés lui. Dans le débat public, il reste une conscience singulière. Chemin faisant, l’éditeur du Trait d’Union devient une personnalité au sein de la communauté française, attestant du rôle tenu par le journal. Il fait la pluie et le beau temps dans son landerneau, par la maîtrise des insertions et le coup de pouce rédactionnel aux annonceurs qui lui sont sympathiques ; publi-information avant la lettre, pour laquelle on lui ferait aujourd’hui un procés en déontologie. Lui ne fait, aprés tout, qu’appliquer les principes du sacro-saint système d’association ; le Trait a pu même être pensé comme un médium au service d’ambitions conjoncturelles. Les connexions du journaliste français dans les hautes sphères mexicaines ont consolidé sa position de notable. Il est devenu un bloc de pouvoir. On sent les allégeances. En 1850, l’entrepreneur des Courses de Napoles, apostrophé par le journal, répond qu’il est prêt à tous les aménagements qu’on voudra bien lui suggérer115. En quelques années, Masson se sera haussé au premier plan de la Société franco-belge de Bienfaisance, pièce centrale du dispositif français. Le Trait d’Union diffusera régulièrement les rapports d’assemblée de la Beneficiencia, dont on peut suivre partiellement l’histoire, entre allocutions communautaires, bilans sociétaires et discours nécrologiques au Cimetière Français116. Dans ses transactions avec ”la tribu”, on trouve un personnage colleté qui donne ce qu’on attend de lui, une huile, en quelque sorte. Ainsi René Masson le fantasque, l’intempérant aura tout au long su conserver des relations soudées avec sa vraie famille, son clan : la communauté. Elle aura trouvé en lui un champion de ses intérêts, constamment appliqué à défendre le droits des étrangers, leur non discrimination statutaire (cartes de sûreté) ou financière (contribution extraordinaire). ”Nous attendons du gouvernement de Mr Comonfort que les étrangers ne soient plus marqués, au Mexique, comme on marque en France les moutons du Berry”, écrit-il en 1857117. Là encore, son acharnement extrême lui vaudra quelques prises de bec.

  • 118 Bulletin, 18 avril 1861.
  • 119 Ruiz Castañeda 1957.
  • 120 Covo, CEMCA, à paraître.

29Tout au long du siècle, on aura tenté la création d’au moins quarante titres en français, dont beaucoup auront une existence éphémère, attestant que le ”coup de presse” était un négoce envisageable, mais tout à fait aléatoire. Il faut attendre le Porfiriat pour enregistrer une plus forte stabilité des journaux étrangers. Mais il s’agit déjà d’une autre presse, support d’intérêts restreints, non de cette presse passionnée, aléatoire et vengeresse, presque folliculaire, de la république en constitution. Frappé de toutes les vicissitudes, le Trait d’Union fera, lui, un parcours sans fautes et conservera dans le milieu français l’image d’un fondateur. (En 1892, lors d’un changement de titre, l’équipe dirigeante de ce qui est devenu l’Écho du Mexique évoquera ”l’inoubliable René Masson”, créateur de ”la vieille feuille française” et ”l’un des vétérans de la presse mexicaine”). Masson aura mis tout en œuvre, moyens réguliers ou occultes, pour maintenir à flot ce ”fils de (ses) œuvres” Lorsqu’en 1861, le Trait reparaît à Mexico après l’intermède veracruzain, l’Héraldo demande que l’on clarifie les comptes et remontre allusivement à l’éditeur français l’aide qu’il a reçue du gouvernement en exil. Masson comme à l’habitude reconnaît les faits, s’indigne et cède même à l’abjection : ”Nous connaissons mieux que personne l’histoire ancienne et moderne de l’Héraldo et de son directeur, et nous pourrions nous livrer à de sanglantes représailles, mais tel n’est pas notre objet”118. Il semble n’avoir pas non plus goûté la concurrence, pourtant l’un de ses chevaux de bataille. En août 1856, un second journal français, l’Indépendant, créé par son ex-collaborateur Charles de Barrés, s’installe comme lui sur le terrain de la presse politique. Ses éditos sont inspirés, ”prophétiques”119, repris par la presse nationale. En décembre, nous dit Covo, Masson rachète l’Indépendant120. Notre publiciste aurait favorisé pour son compte le monopole tant écarté en théorie. Bien que, là encore, les choses demandent à être éclaircies. Un titre est essentiellement manipulable, les journalistes s’avancent sous couvert… un journal de sa vie ne dit pas tout. En 1853, Masson absent du Trait pour quelque temps, c’est Charles de Barrès qui reprend l’édito, dont il change le titre, mais qu’il ne signe pas. Seule une inscription manuscrite sur les originaux signale sa collaboration. Les choses se compliquent sous l’Empire, en raison des tractations opérées. Barrès, surtout, est un personnage complexe. Son passage aux forces d’occupation démontre certainement sa pusillanimité, mais aussi la prééminence des liens d’origine. Barrès, un temps proche collaborateur de Lerdo, décrit en 1856 par Gabriac comme un ”républicain exalté”

  • 121 ”Il nous semble que le siècle a tourné trop nettement au positivisme pour que ces titres et ces ga (...)
  • 122 Nos vérités, Bulletin, 3 mai 1868.

30Revenons à René Masson, dont on notera la constance de l’engagement. L’acharnement des autorités consulaires à son encontre témoigne de sa carrure sociale. Lui, le recalé de la Carrière, censurera la ”sotte étiquette et la fourberie des diplomates”121. Dans les cas d’agression caractérisée, l’homme accuse le coup. Il lui faut ensuite un temps pour se reconstituer. Mais l’événement le mord, le commentaire le tiraille et le ressentiment fait long feu. Il peut faire alliance avec l’adversaire d’hier, à peu de temps d’un conflit même dur. La défense fanatique en 1849 de son compatriote Bablot, lors d’une affaire rocambolesque, le montre solidaire - mais Alfred Bablot est alors son associé dans un projet de presse. Prolixe sur son propre destin, René Masson est singulièrement laconique sur ses affections. Dans l’édito-mémoire de sa Guerre de Trois ans, il note brêvement : ”Le climat nous enlève une compagne dévouée”. On retrouve pourtant en 1863 une épouse qui proteste en son nom auprès du consul des Etats-Unis. Dans les dernières années, il annonce un deuil de famille… C’est à peu près tout. Ou plutôt non. Il se dit en 1874 ”père et bientôt grand-père d’enfants mexicains”122. Il est là par raccroc, mais il est là pour longtemps.

  • 123 Notre journal, 7 février 1868, Chap III.
  • 124 Les agissements du Trait d’Union font s’interroger sur les pratiques de secrétariat de rédaction, (...)
  • 125 Les décalages sémantiques le poussent à créer au milieu de son langage, une zone hybride, de vocab (...)

31Ses activités mondaines sont professionnelles. Quelques sorties pour un ”papier”, un déjeûner fin au Tivoli de San Cosme, haut lieu des réunions politiques, tenu par un compatriote (notre célèbre Vatel de San Cosme). Pour le reste, le journal, jour et nuit sans doute puisqu’il y développe une activité considérable, entre la rédaction, l’épluchage de la presse internationale, le suivi des correspondances, la gestion… Il y eût une équipe, fonctionnant selon le principe de l’atelier, puisque longtemps presque rien ne transparaîtra sauf ”Papa Masson” lui-même. Il faut encore tout revoir, descendre au marbre, surveiller les typos, relire : ”Hélas nos compositeurs ne sont pas des académiciens français”123. Ses collaborateurs vont là où il ne peut aller, rendent un synopsis qu’il revoie et endosse, ou publie sans signature. Il ne s’embarrasse pas de détails, mentionne les collaborateurs quand il y pense, utilise sans doute tout un chacun pour couvrir l’actualité de la capitale et du pays ; ou bien fait ”mousser” une nouvelle correspondance124. Il développe notamment une inlassable activité de traducteur, ce qui nous vaut un corpus en français des textes politiques mexicains, pour la période de son exercice. La traduction, qu’il interprète ”la situation” ou traduise pour le Trait les textes de la presse, devient une fonction presque transparente qu’il assure sans plus y réfléchir, comme il pense et respire125. Les adaptations sont immédiates et sensibles, dans le grand style qu’il affectionne. Par son emprise sur la réalité, le Trait fidèlise. Il offre le grand spectacle du monde (L’ermite d’Orizaba nourrit ses milliers d’adeptes avec un seul bol de riz ; un Anglais se suicide parce que Darwin lui a dit qu’il descendait du singe, etc.). Retour de sa désinvolture, Masson excelle dans la forme courte.

Où se brouillent les anciennes pistes et s’installent de nouveaux systèmes

  • 126 Fondée le 11 mai 1850, la revue, dont les articles politiques offrent des textes de Masson en cast (...)
  • 127 Précision due à Alberto Soberanes, dans le cadre de son travail sur la Commission Scientifique.

32Le Trait d’Union est un bercail où transiteront la plupart des journalistes français du temps : J. Caire, ”créole de Louisiane”, qui assume la rédaction en chef des Deux mondes, avatar du Trait pendant la guerre de trois ans, et passera, comme Barrés, aux forces d’occupation. Gostowski (Gustave, baron de), dont Masson accepte un jour une série La révolution française, Napoléon Premier et la nation polonaise, et qui accompagnera le Trait en zigzag. D’origine franco-polonaise, Gostowski est une autre figure importante du journalisme français au Mexique, bien que de seconde génération (ou de troisième, si l’on considère celle des pionniers). Alfred Bablot, passé Alfredo dans un devenir mexicain que ne connaîtra pas Masson - toujours resté un Français au Mexique - est d’origine bordelaise. Arrivé en Amérique avec la cantatrice Adèle Montplaisir, il se rapproche sans doute de Masson par ce biais lyrique et s’engage avec lui dans un projet de presse qui fera long feu (El Daguerreotipo, revista enciclopédica y universal126). Collaborateur occasionnel du Trait d’Union, il fera double carrière, dans la presse mexicaine et comme directeur du conservatoire de musique de Mexico. On l’identifie comme critique d’art, en particulier musical, sans toujours repérer en lui le Français. Dans les années 1870, Bablot assume la rédaction en chef du Federalista, mais dans un style retenu. Ce ne sera jamais un ténor, une éminence comme Masson. Dans le cercle des collaborateurs directs, il faut inclure les scientifiques, les spécialistes techniciens tenant rubrique et que l’intelligence massonnienne a su s’attacher : Frédéric Gambu, juriste formé en France, mais doctorisé au Mexique, tient la chronique du droit (De la nécessité d’une réforme dans les institutions pénales du Mexique - Contre l’abolition du tribunal de commerce…) Membre et leader du Cénacle, Gambu offre l’intérêt d’un point de vue affirmé et situé. Ses articles ne travaillent pas pour l’Histoire, comme ceux de Masson, mais avant tout pour la communauté française. Tout au centre du dispositif massonnien se trouve l’intéressant Jules Laverrière, en charge des questions ”Richesses et production” dont il discourt admirablement. Lui travaille pour la science appliquée à l’industrie. Il restera huit ans au Mexique, un temps directeur de la culture au collège de San Jacinto, puis directeur du Collège National d’Agriculture. Laverrière entretient par ses dissertations le rêve d’abondance et de prospérité ”à la porte”. Invention, formation pratique, travail intelligent… son projet est le projet massonnien. Il disserte sur les odeurs d’égouts, comme tout le monde dans la capitale, recense les gisements nationaux d’huile minérale et encourage une plante continentale, la coca, dont l’infusion apaisante convient particulièrement aux femmes et aux enfants. Le géologue Virelet D’Aoust, l’un des partenaires initiaux de la Commission scientifique impériale127, aura inauguré dans les années 1850 la ”chronique scientifique” du Trait, dans l’indétermination bon enfant des débuts. Par la suite Louis Figuier, membre de l’institut, tiendra la rubrique en correspondance et interrogera depuis Paris : ”Qu’est-ce que l’acier ?” Figuier qu’une polémique sur les races humaines, engagée avec Francisco Bulnes, rendra célèbre sous le Por-firiat.

  • 128 La révolution chinoise, 19 novembre 1853.

33Il faudrait décliner les cercles en expansion qui centrés sur l’imprimerie de l’Espiritu Santo embrassent le champ du monde lisible. Masson y traque les indices, lance des liaisons, raccorde les correspondances aux endroits clé : Paris, New York, La Havane (plaque tournante informative pour la ”mésoamérique”) et ces deux pôles de la présence française dans l’Union que sont San Francisco et La Nouvelle-Orléans. Cap avancé de la présence francaise outre-atlantique, récepteur privilégié et ”centre serveur” de l’information européenne, La Nouvelle-Orléans est éditrice de nombreux et importants titres en français, dont l’Abeille, le Picayune ou le Courrier de la Louisiane auxquels Masson emprunte régulièrement des commentaires dérivés sur l’Europe et des infos de première main sur les États-Unis. Dans le Trait, seul l’Orient fait encore l’objet de notices exotiques : ”Horrible exécution d’une femme selon le code pénal tatar”, et le Japon fonctionne comme le lieu de repliement ultime de l’étrangeté : ”imaginons un Japonais”. Mais bientôt tout l’extérieur se réalise : ”Les nouvelles de Chine sont extrêmement intéressantes Les villes de Fung-Yang et Kien-Kang sont tombées au pouvoir de l’insurrection.”128

  • 129 L’ingénierie et le capitalisme anglais s’y prendront par trois fois pour tendre le fameux câble. L (...)

34L’expansion s’organise autour de la moelle épinière du câble transatlantique, qui en 1866 vient rattacher les deux continents aussi solidement qu’avant la rupture129. C’est un événement. Il accompagne le mouvement des hommes et ”raccorde” avec les liaisons maritimes en expansion. Masson a le sens des grandes populations et le réflexe quantitatif ; il rend compte des phénomènes migrants, qui toujours le passionneront, et systématise l’interprétation statistique. D’où la rencontre avec Lerdo, dont le tableau de recensement fournit dès 1856 une plate-forme eminente d’analyse comparative. Masson s’en autorisera pour prouver aux Mexicains réticents que leur pays est faiblement immigratoire et jouera des chiffres à différentes occasions, contre le monopole foncier de l’église ou en faveur de l’appel d’hommes. Du même esprit de dévoilement scientifique participe sa constance à promouvoir les ouvrages cartographiques ou photographiques propres à territorialiser cette terre de bonanza, le ”Mexique, qui ne se connaît pas lui-même”. La presse dans son ensemble rend compte de ces phénomènes, mais sans autant d’insistance, sans s’intéresser aux liens, aux fils tendus, comme le fait Masson. Il ouvre sur un monde de structures. C’est sa modernité.

  • 130 Les Américains, Faits divers, 21 août 1872.
  • 131 La presse mexicaine - projet d’association, Bulletin mexicain, 1er octobre 1871. Le projet, avancé (...)

35De son ”site miroir” il se branche sur le commentaire mondial. A la lecture, on éprouve les transferts, l’événement du voyage. Sensible aux phénomènes de communication, Masson insiste à exposer, avant le corps du message, ses modalités de transport. En août 1871, les comptes rendus du procès de Bazaine seront disponibles aux États-Unis en même temps qu’à Paris130. Masson entre en extase informative. Il commente les départs et arrivées et déjà les accidents de parcours dans le dédale télégraphique, les erreurs et détournements d’énoncés, alors même que les réseaux surfabriquent des objets fantômes. Le câble invente des nouvelles ; un journaliste lui-même a simulé une dépêche ”qui n’aurait dû tromper personne… un tissu de plaisanteries, d’impossibilités”. Il a fait fortune cependant, car il n’a plus été question que de cela. Une fausse dépêche venant de La Havane annonce qu’une révolution dans la capitale en a chassé Juárez, enfui au Texas avec sept millions de piastres. La formule du canard a changé de nature, d’ailleurs c’est de puff que l’on parle désormais. Au bruit près, l’espace atlantique devient un champ tendu d’interactivité, abandonnant loin derrière la vision gouffre de l’océan hugolien. Masson nous rend pleins témoins de ce moment où se brouillent les anciennes pistes et s’installent de nouveaux systèmes. Avide de technologie, il s’est fait l’agent des transmutations, même si l’inflation des ”câbles” tend à réduire l’espace du commentaire et joue à terme contre lui. En 1871, il milite auprès de ses collègues de la presse mexicaine pour l’adhésion au réseau télégraphique que propose la presse associée de New York131. Un schéma circulatoire reste à établir des transferts de données qui accompagnent les flux politiques, migratoires, commerciaux… s’informant réciproquement et drainant ensemble les mêmes chapitres idéologiques. (Favorables au Coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte, les Anglais semblent en avoir suractivé la nouvelle sur les voies qu’ils contrôlent). Embarqués sur le réseau, les textes des auteurs que Masson place dans son panthéon conduisent par tous les alizés la ”voix de la France… Lamartine, cher à son coeur, mais aussi Sand, Hugo, ou le très républicain Camille Pelletan, un must de l’insertion. Hugo surtout promeut la figure de la France souffrante pour le salut des nations, que guide Paris, ”la Jérusalem humaine”. Mais sur les voies techniques, les textes entrent en partage. L’Union envoie maintenant ses littérateurs féconder la pensée universelle et les grands Français cohabiteront sur les lignes avec Mark Twain, Longfellow ou Washington Irving.

  • 132 ”Mais qu’on ait mis le blanc éclairé sous la domination du nègre ignorant, voilà ce qui a dépassé (...)
  • 133 Il note à ce sujet : ”Il n’est pas inexact de dire que les Américains sont pour le Mexique ce que (...)
  • 134 31 décembre 1853, Chap I.
  • 135 Les relations internationales du Mexique. Les relations entre le Mexique et la France, Bulletin, 5 (...)
  • 136 ”Quant aux guerres d’émancipation à pareille distance de la métropole, s’il est rare qu’elles abou (...)

36Par une couverture complète et éclairée de la zone, due à son réseau d’informateurs, René Masson maîtrise les phénomènes américains, dont il s’affirmera tout au long de son exercice excellent commentateur. Son espace de compétence, c’est ”l’Atlantique Nord”. Fervent de l’expérience américaine, il aura les yeux rivés sur ”ce grand foyer de la Démocratie”. S’il recommande au Mexique le modèle de tolérance et d’effectivité, qui en a fait une nation attractive, il ne méconnaît pas ce qui la tire en arrière : l’esclavagisme, et plus encore en ces années 1850, le paradoxe xénophobe de cette pure nation d’émigrants (Know Nothings, qui déjà font régner une violence blanche sur tout l’étranger). Dans un texte de 1874, Blancs et noirs132, il reprend pourtant en relais des commentaires de Louisiane, où il fit différents séjours volontaires et obligatoires, les préjugés racistes que la geste du carpet bagging a vu soulever dans le sud. Sans cesse, il mettra les Mexicains en garde contre les visées de l’expansionnisme yankee, près de constituer ”une menace constante pour leur indépendance et leur intégrité territoriale”133. De Californie en Sonore, de Cuba au Nicaragua, il suit les déplacements stratégiques de William Rollón Walker, intrigant des mers du Nord Pacifique et des Caraïbes, émissaire et agent des ambitions yankees sur le continent, qui trace une ligne variable de percées au sud, dont Masson oscille à donner une interprétation définitive, soucieux d’équilibrage continental, et par nature oscillant. En un temps où coexistent flibustiers et capitalistes, où les mouvements aventuriers strient violemment la géographie américaine, le Trait rend compte des épisodes individuels français, qui tous finissent mal. Celui du comte de Raousset Boulbon, maté en Sonore par l’armée mexicaine en 1854, ou de l’autoproclamé roi d’Araucarie et de Patagonie, P.A. de Tonnens, l’ex-avoué de Perigueux. Il suit d’un oeil inquiet les grandes coulées migratoires vers le sud de ces ”Normands du Pacifique”134, foules de gold diggers déçus de la Californie récemment inventée (gold bluff). Constamment mobilisé par les relations extérieures du Mexique, il se passionne en 1874 pour le mémoire-titre de José Maria Lafragua, dont il traduira des passages pour ses lecteurs135. Gustave Gostowski, que l’on trouve à la rédaction en chef du Trait d’Union dans les années 1870, sera après Masson un éloquent spécialiste de politique américaine. Vers la fin, le Trait intègre plus à fond l’actualité du sud continent, dont il se préoccupait à ses débuts, plus généralistes. Masson suit les progrès de l’Indépendance cubaine136, qui occupe a plein le champ géopolitique de la zone et constitue l’une des grandes questions de politique internationale dont il aura a débattre. Mais s’il adhère sans partage à cette guerre d’émancipation contre l’Espagnol, il cautionne par insertion interposée le fait de la colonisation française en Algérie et en Cochinchine. Sa pertinence critique, déjà entravée de quelques fantaisies délibératives, s’arrête donc au lien patriotique et plus encore à la volonté d’accueillir sans restriction une information abondante et exotique pour le journal.

Ainsi donc va s’ouvrir la nouvelle ère matérielle

  • 137 Crónica de la exposición, Vista del Tiempo, 1852. Dans Los imprescindibles –Francisco Zarco. Antho (...)
  • 138 L’exposition à l’université, Chronique mexicaine, 9 novembre 1853, Chap I.
  • 139 Très important, 14 novembre 1871, Chap IV.
  • 140 Bulletin, 21 décembre 1872 et Correspondance particulière du Trait d’Union, 2 janvier 1873, Chap I (...)

37Il faut mettre deux textes en parallèle, deux textes irréconciliables. À un an de distance, chacun rend compte de cette fête des temps qu’est l’exposition industrielle. Le premier est à nouveau de Francisco Zarco, le second de René Masson. Texte nostalgique que celui de Zarco, de pensée écologique, saisissant l’abîme de difficultés, proposant des développements selon nous, modérant la modernité d’un souci du peuple137. Passionnant texte que celui de Masson, qui observe dans l’étroit peuple expert des étrangers-mexicains les essais et approches industriels dont les résultats sensibles confortent son soupçon technique138. A de nombreuses années de là, Porfirio Díaz, que Masson entrevoit dans ses lents déplacements éthologiques vers le pouvoir, le sympathique général des premières tentatives électorales déboutées, puis l’homme aux paralogismes du plan de la Noria139, mettra en place juste après lui ce monde dont il a assis l’équation : liberté de passage, initiative, association, communication –verrou politique. Tout est là, terme à terme : la voie des brevets et de la recherche, l’implantation de nouvelles cultures pour une agriculture d’exportation, ”véritable mine d’or”, les mines, cette industrie mère du Mexique - mais les mines de fer et de charbon, non plus d’argent –, le crédit créateur… le ”père sévère” travaillant à une république de l’avenir. Il aura même constamment haussé à côté du capitaliste intelligent cette seconde figure de l’ingénieur, devenue axiale dans les stratégies porfiriennes : partenaire technique et co-investisseur, vendeur des projets et garant de la modernisation. René Masson n’invente rien : il est au centre des systèmes porteurs. Peu de temps avant de raccrocher, il couvre depuis Orizaba, l’inauguration de la ligne ferrée Veracruz-Mexico, ”si importante pour la civilisation matérielle”. Il écrit : ”C’est là, sans doute, une date et un fait qu’il faudrait inscrire en lettres d’or dans les annales industrielles du pays ; on verra bientôt les résultats d’un événement qui fait, de la capitale de la République, presque un port de mer Ainsi donc, va s’ouvrir, comme on l’a dit avec juste raison, la nouvelle ère matérielle ; que la nouvelle ère politique et morale s’ouvre d’une manière aussi positive, et l’avenir se présente sous les auspices les plus favorables”140. René Masson disparaît au moment exact où déclinent les anciennes formes libérales utopiques et s’installent les nouvelles alliances positives, nées de leur étrange délibération.

Bibliographie

Bibliografía

Agulhon Maurice, 1973 - 1848 ou l’apprentissage de la république, 1848-1852. Paris.

Benichou Paul, 1991 - Les mages romantiques. Paris.

Covo Jacqueline, 1982 - La colonie française au Mexique à travers son journal Le Trait d’Union, 1849-1868. In Presse et public. Université de Rennes-2, Haute Bretagne.

1983 - Las ideas de la Reforma en México. Unam, México.

1986 - Le Trait d’Union, periódico francés de la ciudad de México, entre la Reforma y la Intervención. In Historia Mexicana XV : 3. El Colegio de México, México, (à paraître) - Le Trait d’Union en la Reforma Mexicana ¿Periodismo modelo o periodismo paternalista ? Cemca, México.

Díaz Lilia, 1963 - Versión francesa de México. Informes diplomáticos (1853-1858). El Colegio de México, México

1964 - Versión francesa de México. Informes diplomáticos (1858-1862). El Colegio de México, México.

Furet François, 1978 - Penser la révolution. Paris.

Genin Auguste, 1930 - Les Français au Mexique. Paris.

López Cámara Francisco, 1959 - Los socialistas franceses en la Reforma Mexicana. In Historia Mexicana (oct. 1959) 34. El Colegio de México. México

McGowan Gerald L, 1978 - Prensa y poder 1854-1857. El Colegio de México, México.

Pani Erika (à paraître). - El Trait d’Union frente a la constitución de 1857 : el camino a la dictatura. Cemca, México.

Pi Suner 1989 - México esta en su 89. Alfil. Ifal, México.

1992 - La prensa difusora de los ideales de Ayutla. In Alberro, Hernández Chávez et Trabulse La Revolución francesa en México. El Colegio de México/Cemca, México.

Rosanvallon Pierre, 1985 - Le moment Guizot. Paris.

Ruiz Castañeda Ma. del Carmen, 1957 - La prensa periódica en torno a la constitución de 1857. Iis/Unam, México.

Sartre Jean-Paul, 1971 - L’idiot de la famille. Paris

Reyes de la Maza Luis, 1972 - Teatro en México en la época de Santa-Anna. Tome II. Unam, México.

Notes

1 Francisco López Camara ”Los socialistas franceses en la Reforma Mexicana” dans Historia Mexicana Octobre-décembre 1959 (n°34), Colegio de México.

2 Díaz 1963.

3 Ruiz Castañeda 1957.

4 Mc Gowan 1878, El estricto control de la prensa, Cap. 2 - Caída y fuga.

5 Reyes de la Maza 1972.

6 Pi Suñer 1989.

7 Covo 1983

8 Covo 1982.

9 Dû à la présence d’une génération historienne concernée, procédant de l’émigration intellectuelle de 1936.

10 Genin 1930.

11 On trouvera la version massonnienne des faits dans le texte Une infamie, du 9 décembre 1857, Chap II.

12 Dans un article suivant (Le Courrier des États-Unis, 20 février 1847), Gaillardet écrit : ”Il résulte… que le Robert Macaire, ou R.M. dont il s’agit, a ruiné à Paris une foule de négociants respectables qui ont eu le malheur de se fier à son langage patelin et à son jésuitisme tricolore”. ”Est-ce qu’il aurait été chassé des rangs des élèves consuls par M. Guizot ?” interroge-t-il ailleurs.

13 11 mai 1850.

14 22 février 1851.

15 10 juillet 1849.

16 19 septembre 1849. Covo, CEMCA, à paraître.

17 El Tiempo, 6 de octubre de 1857, Texte annexes.

18 Jacqueline Covo a récemment retrouvé l’état civil de René Masson et formulé cette réflexion.

19 Rosanvallon 1985.

20 Ibid.

21 Agulhon 1973.

22 Lors de ses années de formation, dans la sophistique propre aux étudiants en droit, il s’est probablement défini dans la contestation gauchisante, rangé auprès de l’idée égalitaire et du fait anticlérical. Il a pu même frayer avec le groupe républicain puisqu’il se vante d’une amitié avec Louis Blanc et déclare qu’en 1848 le personnel au pouvoir fait appel à lui (dans Souvenirs –mais à prendre avec les précautions d’usage concernant ses déclarations). Cela dans une ambiance de débat politique lâche, encore indéterminée. La générosité matricielle du libéralisme, qui permet toute une variété d’étranges coexistences l’y aura aidé. À noter que le point de vue flaubertien (L’éducation sentimentale) sur les errements de la pratique révolutionnaire dans les parages de 1848 permettrait d’aborder plus sûrement notre patriote.

23 13 janvier 1875. Sur la question républicaine, on jugera de la dialectique massonnienne dans le texte La nouvelle évoque du Trait d’Union et la situation, du 1er octobre 1870, Chap IV.

24 ”Nos sympathies personnelles nous portaient vers cette réunion à laquelle nous avions été du reste gracieusement invité, mais des soins importants et qui ne pouvaient se remettre nous ont empêché d’y assister”. Banquet démocratique. 27 février 1856.

25 ”Le sang bouillait tellement dans nos veines, il y a vingt ans encore, que peut-être nous aurions fini sur une barricade ou à Cayenne”, Souvenirs, Ibid.

26 Souvenirs, Ibid..

27 Une énigme, cependant : dans les années 1835 de sa formation, l’accès à la carrière diplomatique reste exclusif.

28 Une infamie, Ibid.

29 De la civilisation et ses moyens, 4 mars 1853, Chap I.

30 Rosanvallon 1985

31 25 mai 1857, Chap II

32 Bulletin, 23 avril 1856, Chap II.

33 La jeune génération en colère ne s’y est pas trompée. Lors d’un premier colloque sur René Masson, en avril 1997, l’historienne Erika Pani, examinant les positions du journaliste devant la constitution de 1857, relève tout spécialement l’arrogance qu’il met à juger de la capacité démocratique du peuple mexicain. Elle écrit : ”Masson, como se ha visto, prefería una dictadura liberal que asegurara el orden mediante la inflexible aplicación de la ley, a jugarse la suerte del pais en la práctica republicana”. Au vu du coup d’état, conclue Pani… ”Claramente consideraba que la partida estaba perdida sin remedio, y se lavaba las manos”. Pani, CEMCA, à paraître.

34 Une infamie, 7 décembre 1957.

35 ”Au Mexique, la loi s’est faite homme : loin d’être inflexible, impassible, aveugle et sourde comme le marbre ou le bronze sur lequel on l’inscrivait jadis, elle raisonne, discute, s’attendrit, se laisse influencer, distingue, écoute, faiblit, s’exalte suivant les circonstances”, 28 juillet 1857.

36 19 janvier 1856.

37 ”L’impunité laissée au vol, à l’assassinat, au recel, a amené une recrudescence d’audace dont on n’a d’exemple nulle part, et le moment où chacun, soucieux de sa vie, ne pourra sortir qu’avec un revolver même”, Attaque du chemin de fer, Faits divers mexicains, 12 février 1861. Voir aussi : Arbitraire, Faits divers mexicains, 9 février 1861, Chap II.

38 10 janvier 1852, Chap I.

39 14 janvier 1852, Ctiap I.

40 17 janvier 1852, Chap I.

41 Si Napoléon III était au Mexique, ”les soutanes seraient à la raison”, écrit-il le 15 septembre 1857, en réponse au Tiempo bonapartophile, auquel il n’entend pas céder son tyran.

42 28 septembre 1853. Le Trait d’Union du 12 mars 1853 est en partie consacré au mariage impérial.

43 Chronique de Mexico, 7 septembre 1853.

44 Un portrait, Faits divers mexicains, 7 décembre 1853.

45 Reyes de la Maza 1972. Alphonse Dano, ministre plénipotentiaire, dans une lettre du 4 janvier 1854 au Ministère des Affaires étrangères, considère que Masson, venant d’obtenir la direction du Théâtre Santa-Anna, s’est ”retourné”. Díaz 1963.

46 Gran Teatro de Santa-Anna. El Siglo xix, 12 de mayo de 1854, Textes annexes.

47 13 mai 1854.

48 De fait il y eut trois Masson, ce qui n’arrange rien à l’affaire : René, le journaliste, Ernest, journaliste dans la presse mexicaine, et Eugène, entrepreneur en cristal et porcelaines. La ”Trinité Massonnienne” fera l’objet d’une épigramme anonyme publiée le 5 février 1868, Textes annexes.

49 7 août 1855, reproduit du Diario Oficial.

50 Je force le trait, mais le vitalisme dixneuviémiste de Masson nous dépasse aujourd’hui entièrement.

51 Chronique de Mexico, 29 octobre 1853.

52 18 décembre 1855. Cité McGowan 1978.

53 L’expression en français dans un contexte tiers, ajeno, incite à poser l’inévitable question topique : d’où parle René Masson et quel est le lieu de son discours. À priori entre le locuteur et l’objet de son discours tout fait écran, à commencer par l’irréductible de la langue (révolution, dictature, coup d’état, en France n’ont pas le même sens que revolución, dictadura ou golpe de estado dans le Mexique de Haro et Tamariz). Étrangeté redoublée de la liberté de communication linguistique que connaît encore le xixe siècle.

54 Rosanvallon Pierre, ”La république du suffrage universel”, dans Furet et Ozouf Le siècle de l’avènement républicain, Paris 1993.

55 Pour les références ci-dessus : 10 mai 1856-19 septembre 1855-12 septembre 1856 ; Cité McGowan 1978, Le programme ministériel, Bulletin, 26 décembre 1855.

56 ”Cette analogie de la situation actuelle du Mexique avec celle de la France en 1789 est tellement frappante, que nous nous proposons de revenir souvent sur cette comparaison utile. Les leçons de l’histoire sont les plus profitables pour les peuples en état de transition”, 19 juillet 1856. Cité par Pi Suñer 1989 et 1992, et Covo, CEMCA, à paraître.

57 La presse, Bulletin, 20 mai 1861.

58 19 septembre 1855. Cité McGowan 78 ; pp 92-93. Scoop sans conscience ou juego sucio ?

59 16 août 1861.

60 12 juillet 1857.

61 L’Universal, Faits divers mexicains, 26 juin 1850.

62 De la civilisation et ses moyens, 4 mars 1853, Chap I.

63 ”…s’il avait besoin de nos recommandations, nous n’hésiterions pas à les lui donner, aussi chaudes que possible”, Église française, 19 mars 1856.

64 La fête des fleurs, Chronique mexicaine, 12 avril 1854, Chap I.

65 ”…donnez à ce pays l’instrument du transport et des communications rapides ; que chacune des vallées de sa cordillère devienne un chantier et un port de navires aériens ; c’est le pays prédestiné de l’aérostat”, De la civilisation et ses moyens IV. Des aérostats et du système Petin, 18 mars 1853, Chap I.

66 À propos de papier, Faits divers mexicains, 28 décembre 1853, Chap I. Pour l’examen du corpus massonnien, on se reportera à l’ouvrage de Covo (1983), alors que la disparition des exemplaires du Trait d’Union de mai 56 à avril 57 crée un vide dans ce recueil.

67 26 mai 1849

68 ”Car si, de longs discours, on pouvait transformer / En rails inégaux,—on pourrait en forger, / Qui, bientôt, couvriraient les cent dix lieues d’espace, / Dont nous suivons, au loin, la sinueuse trace”, Ernest Masson, Le Chemin de fer de Mexico à Veracruz, 16 avril 1868, Textes annexes.

69 À l’offre d’importer des colons d’Asie, Masson rétorque : ”Étrange proposition ; c’est en Europe qu’on devrait aller chercher la greffe qu’il faut enter sur la population indienne du Mexique”, 11 janvier 1854. Ou, plus clairement encore : ”Derrière l’armée qui va combattre les nouveaux Normands, il faut créer une population compacte par la colonisation, une population de laboureurs, non de Malais, ni de Chinois, mais de laboureurs européens qui puissent servir de barrière permanente aux envahisseurs du Nord”, 18 janvier 1854.

70 Covo note comment il fait demander compte de l’Indépendance, par les Indiens, aux grands propriétaires terriens. Cela dans une série d’articles de 1856 intitulés Esquisses sociales - Les Indiens, 6 novembre 1856 et 17 décembre 1856. ”Nous avons mis dehors les conquistadores et vous avez pris leur place ; car en conservant les terres que le droit de conquête avait donné aux conquistadores, vous nous traitez comme un peuple conquis, depuis quarante ans que nous avons recouvré notre indépendance”, 23 juillet 1856. Cité Covo, CEMCA, à paraître.

71 Instructions des ouvriers, Faits divers mexicains, 21 mai 1861.

72 Ces propositions typifiées de la logique libérale sont extraites du beau portrait que donne Jean-Paul Sartre d’une figure inessentielle du libéralisme en début de siècle : Achille-Cléophas, père de Gustave Flaubert (L’idiot de la Famille / Le père).

73 Le 28 mars 1861, il publie en traduction un article du Movimiento : ”Si ces monopoleurs, comme on les appelle, ont réuni en leur possession un nombre d’immeubles plus ou moins considérables, ils n’ont trouvé là que la récompense de leur courage à affronter les dangers qu’ils couraient pour leur personne et pour leurs intérêts”.

74 Voir El Siglo Diez y Nueve : 4 février 1861 ; 26 février 1861 ; 4 mars 1861. Cité Covo, 1981.

75 Masson aura côtoyé tout un chacun, à Mexico, en prison, en exil. Lerdo et Comonfort, Juárez dans la capitale et aux États-Unis, McLane à Veracruz, lors du traité (McLane-Ocampo) qu’il appuiera ; Florencio María del Castillo, tragiquement, dans les caveaux de San Juan de Ulúa. À noter que Juárez admirait le journaliste Masson (Pi Suñer, 1992).

76 En 1861, le Trait tirait peut-être à 1 000 exemplaires, principalement diffusés au sein d’une communauté qui comptait environ 2 000 lecteurs potentiels. (En 1855, Lerdo estime à 2 048 les Français qui ont pris leur carte de sûreté). Un document manuscrit donne les coûts de fabrication du journal ”jusqu’à 1 000 exemplaires”. Covo 1982.

77 Dans les années 1850, l’étroite alliance entre les libéraux mexicains et les républicains français, qui se résout au plan idéologique par la sympathie d’opinion, frise le noyautage en termes de politique pure. La pénétration du milieu français est exemplaire. Les comptes rendus que donne le Trait des manifestations françaises, où les grands tribuns mexicains sont présents et leurs interventions très chaleureuses, donnent le ton de ces intelligences. La partie adverse, en revanche, s’arrange avec la Légation.

78 15 avril 1862. Ou encore : ”Nous ne croyons pas à la guerre parce que nous ne la comprenons pas”, 26 août 1861, Chap III.

79 El Siglo y Nueve, 29 de abril de 1868, Textes annexes. Masson s’exprime à ce sujet dans son bulletin de retour du 1er février 1868, Chap III. Il note dans son Dernier Bulletin : ”Nos tentatives de méditations n’ont pas été heureuses”, 30 septembre 1874, Chap IV.

80 Alexis de Gabriac (dont Masson aura fêté dans le Trait la naissance d’un petit Antoine) aide à retracer l’histoire matérielle du journaliste, étant de ces diplomates ”…mas lúcidos y curiosos que los representantes de las demás potencias…”, dont Luis González note la pertinence relative dans son introduction à la Versión Francesa de México de Díaz, (alors même que ”sus testimonios políticos son increiblemente jugosos, pero no siempre sinceros y exactos”). De ce point de vue, Masson rejoindrait ironiquement Gabriac dans un même système d’utilités pour la France et le Mexique.

81 ”His afflicted wife urges me to sollicit that this American citizen may be per-mitted to have his case examined by some tribunal before which he may be allowed to demonstrate his innocence of the charges referred against him”. Lettre envoyée à la Régence par le consul des États-Unis, Thomas Corwin, le 25 août 1863. Dossier : 5-8-7949 / René Masson, Archivo Histórico Genaro Estrada de la SRE. Ma del Carmen Ruiz Castañeda nous a signalé l’existence de ce dossier.

82 Bulletins correspondants aux départs du journal, et retours : 30 janvier 1861, 3 mai 1868, 1er février 1868, 30 septembre 1868 et 30 septembre 1874, Chap. III et IV. Dans le tracé de cet itinéraire christique, le dolorisme romantique rejoint ici la névrose massonnienne. Le poète, ou tout autre médiateur inspiré a pour mission de rassembler en lui la douleur des hommes. De même que l’Amérique offre à cet autre René le terrain pur d’une régénération possible, il lui incombe de travailler à la fin de Satan, qui reste le projet romantique fondamental. Bénichou 1991.

83 16 février 1856, Chap II.

84 Faits divers mexicains, 30 janvier 1856.

85 Le 14 décembre 1870, la concession en est attribuée à Wyatt et Masson. Les améliorations matérielles, 12 janvier 1871. Rosecranz est crédité par eux ”d’un pouvoir sans limites pour former la compagnie de construction dans la république voisine”, 10 octobre 1872.

86 10 octobre 1872.

87 Covo note que Gabriac fait état d’une ruine de Masson, qu’elle associe au témoignage de Masson lui-même ”… j’ai subi à la connaissance de chacun des pertes considérable qui m’ont grevé de lourdes obligations”, Díaz, 1963. ”Ces difficultés, note l’historienne, peuvent procéder des affaires que Gabriac l’accuse de mener avec Lerdo. Mais peut-être les amendes qui l’ont frappé en sont-elles la cause. Masson fut cependant en mesure, comme nous le montrons, d’acheter des biens du clergé”. Traduit de Covo, CEMCA, à paraître.

88 Société anonyme, Faits divers mexicains, 16 février 1856. Chap II. Il incriminera ensuite le terrain : ”Mais nous vivons dans un pays où les calculs les mieux établis donnent le plus souvent de faux résultats”, 1er octobre 1871.

89 Les colonies au Mexique, Bulletin, 23 juillet 1871, Chap IV.

90 Jacques Penot. Primeros contactos diplomáticos entre México y Francia. 1808-1838, Mexico, 1975.

91 Le Bulletin intitulé Les mots et les choses, mentionné par Covo mais actuellement disparu, éclairerait cette constante méditation massonnienne.

92 Encore quelques mots sur la situation. Bulletin, 26 avril 1868. Chap III.

93 La situación pintada por el Trait d’Union, El Siglo Diez y Nueve, 29 de abril de 1868. ”… au Mexique, l’ordre légal est installé ; tous les pouvoirs dérivent du vote public ; le résultat des élections est accepté et respecté de tout le pays” ; ”… Le fait que la liberté de la presse soit illimitée au Mexique est bien un symptôme de progrès et de civilisation, alors que dans certains pays qui se prétendent le cerveau et le verbe du monde, la pensée et la parole gémissent encore sous le poids de la plus sévère répression”, Textes annexes.

94 ”… et puis, faut-il le dire ? nous croyons à tort ou à raison, ne plus nous trouver, comme journaliste dans un milieu qui nous convienne”, Nos Adieux, 30 septembre 1868, Chap III.

95 13 mars 1871.

96 25 mai 1870.

97 Deux mots sur la situation, Bulletin, 25 novembre 1871.

98 ”Les étrangers, sous Juarez, ont eu à souffrir de la stagnation des affaires, mais pas de la situation qui leur a été faite”, Bulletin, 26 avril 1871 ; ou encore : ”Nous avons connu, apprécié, estimé et aimé M. le président Juarez, mais la plus grande de ses erreurs, nous devons l’avouer, a consisté dans son manque de sociabilité politique”, Bulletin, 4 décembre 1872.

99 ”Le manifeste est franc, complet et positif. Que les faits le réalisent et le Mexique entre dans une nouvelle ère de grandeur et de prospérité”, Bulletin, 30 juillet 1872. Ici, à nouveau, opportunisme, fascination et raison font excellent ménage. Le ton neuf de l’administration Lerdo, en tout état de cause, devait le séduire.

100 Bulletin, 11 août 1872.

101 Tristes réflexions, Bulletin, 1er juillet 1874.

102 ”Et si les hommes d’ordre sont composés en leur plus grande partie des habitants des campagnes, qui sont pour la plupart des ignorants, ce sont ces hommes d’ordre sortis des districts ruraux qui sont les plus grands ennemis de l’établissement et de la stabilité du gouvernement républicain.” La République en France, Bulletin, 14 avril 1871.

103 Le 4 septembre, Bulletin, 4 septembre 1872.

104 Masson consacre différents bulletins à l’épisode, dont le 7 juin 1871, Les vandales de Paris, Chap IV.

105 L’internationale, Bulletin, 26 septembre 1871.

106 Les grèves d’ouvriers, Bulletin, 14 août 1872, Chap IV. À noter que Masson voit dans le phénomène associatif un symptôme important, mais appuie son commentaire des pires références. Les associations anglaises, Bulletin, 30 novembre 1871.

107 Les sociétés de secours mutuels, 31 mai 1871.

108 La Comuna, Bulletin, 7 juillet 1874.

109 ”Certes, il vaudrait beaucoup mieux que la solution de questions de cette nature vînt des moeurs au lieu de venir des institutions”, Bulletin, 6 décembre 1871.

110 Bulletin, 19 décembre 1871.

111 Le 30 mai 1872, ayant déjà causé cette année-là une cessation d’activité de six semaines. Bulletin, 31 mai 1872 et 14 juillet 1872.

112 ”L’histoire tient ses livres en partie double… que dirait-on du bilan d’un négociant qui proclamerait hautement son crédit et se tairait sur son débit ?” 3 mai 1874.

113 Il promet un grand oeuvre, mais qui ne verra pas le jour.

114 Chose assez singulière, depuis quelque temps la politique générale s’occupe d’une manière toute spéciale des Républiques et de leurs présidents. Il y a dans ce fait, un symptôme fort remarquable et qui, peut-être, commence à lever le voile de l’avenir”, Les Présidents de la République, Bulletin, 3 août 1872.

115 Les courses de Napoles, 4 décembre 1850.

116 Certains seront assurés par Masson lui-même, au cimetière de La Piedad, –où il sera enterré en 1875.

117 Cartes de sûreté, Faits divers mexicains, 26 décembre 1854.

118 Bulletin, 18 avril 1861.

119 Ruiz Castañeda 1957.

120 Covo, CEMCA, à paraître.

121 ”Il nous semble que le siècle a tourné trop nettement au positivisme pour que ces titres et ces galons du passé subsistent longtems”, Les relations internationales, Bulletin, 4 février 1874.

122 Nos vérités, Bulletin, 3 mai 1868.

123 Notre journal, 7 février 1868, Chap III.

124 Les agissements du Trait d’Union font s’interroger sur les pratiques de secrétariat de rédaction, en temps de réglementation floue. De nombreux textes sont publiés sans signature, d’autres sont visiblement pillés ; Masson en insère des bouts dans des textes signés de lui… Dans les années 1870, les choses s’organisent ; le réseau des correspondances est systématique, les collaborations affirmées. Avec la mise en place de conventions internationales, la fin du siècle verra aborder la réglementation des droits patrimoniaux pour les oeuvres de l’esprit (en 1886, lors de la Convention de Berne).

125 Les décalages sémantiques le poussent à créer au milieu de son langage, une zone hybride, de vocabulaire libre (protestants –ceux qui protestent-, prononcés, religionnaires, etc.), zone où il expose en paix, où tout l’inconforme trouve sa place. On note aussi quelques traductions bâclées, mais qui peuvent n’être pas de lui.

126 Fondée le 11 mai 1850, la revue, dont les articles politiques offrent des textes de Masson en castillan, (ainsi le 18 mai 1850, un El Daguerreotipo y la dictadura qui reprend ses idées sur le thème) verra le 26 octobre les associés en dissidence. Sous la seule conduite de Bablot, elle survivra jusqu’au 9 août 1851. Miguel Angel Castro de l’Instituto de Investigaciones Bibliográficas (UNAM) nous a signalé l’existence a la Biblioteca Nacional d’une collection de cette revue.

127 Précision due à Alberto Soberanes, dans le cadre de son travail sur la Commission Scientifique.

128 La révolution chinoise, 19 novembre 1853.

129 L’ingénierie et le capitalisme anglais s’y prendront par trois fois pour tendre le fameux câble. Le Mexique ne sera physiquement raccordé au réseau transatlantique que dans la décennie suivante. ”La capitale de la république va être prochainement reliée par le télégraphe électrique avec les États-Unis du nord et même avec l’Europe par le câble transatlantique” écrit Masson le 1er octobre 1871.

130 Les Américains, Faits divers, 21 août 1872.

131 La presse mexicaine - projet d’association, Bulletin mexicain, 1er octobre 1871. Le projet, avancé par Clarke, directeur du Two Republics et représentant de la presse associée de New York à Mexico, est appuyé par le Diario Oficial et le Ministère du Développement (Fomento).

132 ”Mais qu’on ait mis le blanc éclairé sous la domination du nègre ignorant, voilà ce qui a dépassé le but”. Il parle plus loin de ”race inférieure”, Blancs et noirs, Bulletin, 13 mars 1874.

133 Il note à ce sujet : ”Il n’est pas inexact de dire que les Américains sont pour le Mexique ce que les Prussiens ont été pour la France, une menace constante pour leur indépendance et leur intégrité territoriale”, Le Mexique et le Herald, Bulletin, 28 juin 1872.

134 31 décembre 1853, Chap I.

135 Les relations internationales du Mexique. Les relations entre le Mexique et la France, Bulletin, 5 février 1874.

136 ”Quant aux guerres d’émancipation à pareille distance de la métropole, s’il est rare qu’elles aboutissent à la première tentative, le jour vient ou elles réussissent infailliblement”, Cuba, 26 janvier 1871.

137 Crónica de la exposición, Vista del Tiempo, 1852. Dans Los imprescindibles –Francisco Zarco. Anthologie organisée par José Wolldenberg, Mexico 1997.

138 L’exposition à l’université, Chronique mexicaine, 9 novembre 1853, Chap I.

139 Très important, 14 novembre 1871, Chap IV.

140 Bulletin, 21 décembre 1872 et Correspondance particulière du Trait d’Union, 2 janvier 1873, Chap IV.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr