Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Masson dans le Trait d’Union

Préface. Portrait esquissé

Thomas Calvo

Texte intégral

1René Masson est la fusion incarnée de trois héros : un peu Julien Sorel (il en a l’exaltation), davantage Lucien de Rubempré (il partage ses talents), et surtout Rastignac (on reconnaît la même opiniâtreté conquérante). Mais une fusion décalée, louis-philipparde, donc embourgeoisée, pragmatique et cynique. Mais il en a, fondamentalement, l’énergie et surtout l’ambition : il a ”pris la résolution de parcourir le monde” écrit-il dans ses Souvenirs, comme d’autres de ”monter à Paris”. Trois héros en un, disions-nous ? Pourquoi pas quatre –comme les Trois mousquetaires, qui sont aussi de son temps…–, et c’est César Birrotteau, boutiquier parisien, petit-fils de Voltaire, qui vient se loger dans l’enveloppe de cet autre failli, marchand de parapluies, que fut Masson. Autant dire que le gaillard, et Françoise Dasques a bien raison d’y insister, est à la fois complexe et bien calé dans son époque, celle de la Monarchie de Juillet et du Second Empire.

2Voilà sans doute de curieuses références pour un journaliste ayant vécu un quart de siècle au Mexique où il fut tout à la fois fondateur, directeur et éditorialiste de journal, directeur de théâtre, homme d’affaires et personnage en vue de la Colonie française. Et il ne faut pas oublier les rôles de proscrit, prisonnier ou exilé qu’il lui arriva de tenir avec dignité. Mais si les références restent étroitement françaises, c’est –autre aspect de sa personnalité– qu’il n’a jamais pu arracher sa tunique de Nessos, oublier même un instant ses origines et sa culture européennes.

3Cette schizophrénie est essentielle : Masson vit au Mexique sans espoir de retour, il participe à toutes les facettes de la vie mexicaine, et il écrit en français, comme un Français. Et il réagit en Français, s’adressant à ”vous”, c’est-à-dire aux Mexicains. S’il écrit que tout le monde doit se présenter à l’église ”chaussé, propre et couvert”, c’est qu’il éprouve la même réaction qu’un quelconque observateur de passage devant la nudité des leperos mexicains. À moins qu’il ne suppute, en bon commis-voyageur du capitalisme naissant combien rapporteraient tous ces pieds chaussés et ces épaules couvertes.... Il laisse encore s’exprimer, après vingt ans de Mexique, son cœur et ses tripes français lorsqu’en 1870 il voue aux gémonies ”l’Empire liberticide” et le Vandale teutonique. Dans cette irréductibilité –comme pour Astérix et son village–, il y a une des clés de Masson, de tous les Masson, c’est-à-dire des émigrés français, au-delà du cosmopolitisme dont ils peuvent se réclamer. Irréductibles même à eux-mêmes, et il faut saluer la méfiance avec laquelle beaucoup accueillirent –et Masson le premier– l’aventure interventionniste au Mexique. Français, donc avec quelque chose de Cassandre, professoral et donneur de leçons, quoi qu’il en coûte (”nous allons encore nous faire donner sur les doigts”) !

4S’il est prêt à marcher, au son du canon, chaque fois qu’il entend le nom France, s’il mesure tout à cette aune, il sait aussi reconnaître le mérite où il se trouve. S’agissant de la démocratie : la France, reconnaît-il, a mis trois siècles pour l’atteindre, ”mais ses conquêtes appartiennent au monde..., peut-être suffira-t-il de trois années au Mexique pour appliquer ces principes et ces conséquences déjà conquis” grâce aux lois de Réforme (27 mai 1857). Et l’ouverture de la ligne de chemin de fer Mexico-Guadalupe en 1857 est autrement plus méritoire que celle allant de Paris à Saint-Germain en 1836 : ”M. Antonio Escandon marchant seul, sans actionnaires, à l’aide de ses propres ressources, dans cette voie rude et nouvelle, ne mérite-t-il pas plus d’éloges et plus d’encouragements que n’en ont mérité les gros capitalistes réunis qui, les premiers en France, ont construit le chemin de fer de Paris à Saint-Germain” (7 juillet 1857).

5C’est de tout cela que Françoise Dasques nous fait cadeau, à travers cette Anthologie et l’introduction inspirée qui la précède. Il faut donc la remercier pour sa générosité : elle nous livre un pan de réalité française en terre mexicaine, à travers une personnalité complexe, irritante et attachante tout à la fois. Elle ouvre aussi une fenêtre différente sur le paysage mexicain : le double portrait que fait Masson des ”deux présidents” Herrera et Arista le 15 janvier 1851 est une pièce –pour le coup– d’anthologie, comparable à ce qu’a écrit de mieux la Marquise (la Calderón de la Barca, pas la Sévigné, bien sûr). Jamais on ne sent mieux, au-dessus des personnalités falotes de nos deux présidents-généraux, planer les ombres ”ténébreuses” de Santa-Anna et Alamán : c’est près de 10 ans d’histoire mexicaine (1845-1854) qui s’éclairent…

6Parfois, sous le sarcasme perce la prémonition fulgurante, comme lorsqu’il écrit le 26 mai 1852 : ”Le nombre de généraux décédés depuis trois ans est véritablement effrayant, et cependant, bien qu’on n’en fasse plus, il y en a toujours, et beaucoup”. C’est à la fois rappeler l’omniprésence, depuis l’entrée de l’armée ”trigarante” à Mexico en 1821, des militaires aux Affaires, mais aussi leur épuisement biologique et politique à la longue. En 1854, lorsque Álvarez, le caudillo du Sud, l’héritier des Insurgents floués de 1821, chassera Santa-Anna, dernier des ”dinosaures trigarantes”, une page aura enfin été tournée.

7À sa façon Masson est l’héritier de Saint-Simon, le duc et mémorialiste. Il est à l’aise dans les portraits, par exemple ceux de Juárez, Lerdo de Tejada ou Porfirio Díaz, trinité tumultueuse à l’aube des années 1870. Díaz est encore en attente, indécis, voire emprunté : ”...paraît trop vague…, a l’air de se laisser faire violence par ses amis, il a personnellement presque déserté le combat...” Tout est ici dans les fausses apparences.... Le plan de la Noria le rappellera bientôt. Benito Juárez est au contraire froid et lisse : ”figure historique... M. Juárez a la foi presqu’à l’obstination, la patience presqu’au fatalisme…”. Lerdo de Tejada est le Régent de notre mémorialiste, qui se targue ”d’être l’ami d’un des hommes les plus distingués qu’ait jamais eu le Mexique… Intelligent au suprême degré”, détenteur d’une flexibilité qui manque à Juárez, mais en porte-à-faux, car ”resté si longtemps aux côtés” de celui-ci (28 janvier 1871). Saint-Simon était aussi un grand peintre de la cour, et Masson ne peut faillir, s’agissant de dépeindre la scène politique de son temps : son tableau (1er mars 1861) des clubs politiques durant la Guerre de Réforme est, sinon brillant, du moins lucide et utile. En tout cas il ouvre des perspectives à la recherche historique.

8Mais par son époque et surtout par ses idées, Masson est plus proche de l’autre Saint-Simon, le comte et réformateur. Il en partage la mystique du progrès, comme lui il croit en l’immense chance que représentent les communications. Selon lui la civilisation toltèque aurait brutalement disparu parce qu’elle ne domina pas les transports ; quant à l’Orient, malgré ses immenses découvertes, il ”n’a pu imaginer les moindres instruments de confort domestique et de locomotion rapide”. D’où d’autres prémonitions, dignes cette fois de Jules Verne : ”Donnez à ce pays (le Mexique) l’instrument du transport et des communications rapides, que chacune des vallées de sa cordillère devienne un chantier et un port de navires aériens, c’est le pays prédestiné de l’aérostat” (4 et 18 mars 1853). Un tel adepte de la circulation sera donc enthousiaste lorsque la Réforme ouvrira des rues nouvelles ”qui seconderont admirablement l’accroissement du mouvement de la population et des affaires” ; il en sera d’autant plus favorable qu’elles passeront ”à travers des couvents supprimés” (9 mars 1861), ces nids d’obscurantisme et de réaction... D’où aussi toute la conviction qu’il met à défendre l’immigration – bien entendu européenne –, source de modernité et d’industrieuse activité (ainsi le 25 mars 1868). Et aussi, tout naturellement, lorsqu’il campe son ”héros”, Lerdo de Tejada, c’est les mots ”d’ordre et de progrès” qui viennent sous sa plume (28 janvier 1871) : sous l’influence d’Auguste Comte ? Masson fut-il un des maillons de l’implantation du positivisme au Mexique ? Il faudrait pousser l’investigation dans ce domaine ; il est vrai qu’il partit de France avant que Comte ait produit l’essentiel de son œuvre, mais il put la lire ensuite. En tout cas, il n’a rien d’un quarante-huitard extrémiste, et les accusations du Tiempo, pour qui il serait la personnification de Robespierre et de Marat, voire un ”Torquemada político de las riberas del Sena” sont bien excessives (8 octobre 1857) !

9En 1871 la Colonie française offrit à René Masson un bel encrier en argent massif ”flanqué de deux flambeaux” ainsi que ”deux superbes plumes en or”, le tout ”d’un goût et d’un art irréprochables” (10 février 1871) ; si ces vénérables pièces venaient à réapparaître, Françoise Dasques devrait en hériter. Pour notre bonheur et notre édification, elle a magistralement redonné vie à leur heureux possesseur, journaliste français en terres mexicaines. ”Véritable athlète, taillé pour la lutte” (sa nécrologie du 13 janvier 1875) il eut souvent à se battre contre des moulins à vent : ultime pirouette de celui qui déclarait dans son prospectus du 5 mai 1849 qu’il ne voulait pas être ”un Don Quichotte de la presse”

Auteur

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr