Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Masson dans le Trait d’Union

Note d’Édition

Texte intégral

1Les écrits de René Masson dans Le Trait d’Union sont pour la plupart des éditoriaux et des faits divers, ou brèves, une forme qu’il ne sous-estimait pas et que nous n’avons pas négligée, car sa pensée s’y exprime également. Tous les sujets qu’il abordait au quotidien trouvent leur place dans ce recueil, même si la prépondérance des éditoriaux d’analyse politique ou économique traduit leur poids respectif dans le journal. Le Bulletin occupait une part importante de la Une et traitait de trois ou quatre thèmes spécifiques, parmi lesquels nous avons effectué une sélection. Chacun est présenté comme un texte individué, avec son titre introductif. En l’absence ou en complément du titre original, nous en proposons un, en italique. Édités dans leur intégralité, les textes sont cependant allégés des citations, ou digressions, trop lourdes pour cette première anthologie.

2Des deux collections connues du Trait d’Union, celle de la bibliothèque Lerdo de Tejada est à ce jour introuvable. Quant à la collection appartenant au journal, elle est incomplète. En particulier, nous n’avons pu récupérer l’importante année 1856 (de mai 1856 à avril 1857), consultée par Jacqueline Covo au début des années 1980, pour son ouvrage sur les idées de la Réforme. Les textes inscrit dans la période nous ont été fournis par l’historienne qui en avait effectué un enregistrement. Nous l’en remercions vivement, ainsi que de l’indication d’écrits d’intérêt fournie par son ouvrage et ses différents articles.

3Par souci vériste nous avons conservé les quelques formes orthographiques du temps, en particulier l’élision de la lettre ”t” en fin de certains mots (sentimens, tems, longtems -parfois écrit long-tems), ainsi que les règles de ponctuation du castillan mexicain, observées par le journal. Ont été rétablies, en revanche, les orthographes incorrectes (Masson se plaignait du traitement que réservaient au français ses compositeurs mexicains), ainsi qu’un petit nombre de formulations impropres, qui sont des erreurs patentes de saisie. Les règles directement transposées du castillan, fautives en français minuscule pour l’adjectif de nationalité ont aussi été corrigées, mais respecté l’emploi majuscule/minuscule, lorsqu’il demeure grammaticalement arbitraire. Nous sommes, enfin, intervenus fréquemment sur la position des virgules, dont l’usage fantaisiste ou parasite dû en partie à l’intermédiaire typographique, nuisait à la lisibilité générale des textes.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr