Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mexique : crise d’un modèle économique ?

 | 
Geneviève Marchini

Annexe 1. Antécédents : L’économie mexicaine avant 1982

Texte intégral

  • 1 Pour l’Amérique latine dans son ensemble le coefficient marginal capital-produit s’élève d’un nive (...)

1Lorsque survient la crise de la dette extérieure en août 1982, le Mexique suit depuis plus de 40 ans une stratégie de développement par substitution des importations (ISI). Rappelons que cette stratégie, dont la théorie a été élaborée par les économistes de la CEPAL, cherchait à transformer la structure productive et à modifier l’insertion du pays dans l’économie mondiale. La protection du marché intérieur, au moyen de licences et de quotas d’importations et/ou de taxes permettait d’y modifier les prix relatifs et d’y élever la rentabilité relative des activités dont les produits étaient destinés à ce marché. La croissance des industries locales, non compétitives sur le plan international, se trouvait par là favorisée. Des subventions publiques, des réductions d’impôts ainsi qu’une canalisation du crédit à des taux préférentiels vers les secteurs sélectionnés, complétaient et renforçaient les effets du dispositif de protection extérieure.1

  • 2 Le secteur des biens de capital en particulier est peu développé et constitue une des faiblesses l (...)

2Le succès initial de cette politique a valu au pays durant 20 à 30 ans des taux de croissance moyens relativement élevés, d’environ 6 à 7 %, qui ont permis une forte progression du revenu par habitant, alors même que la population s’élevait très notablement. L’indice du revenu moyen par habitant passe de 39 entre 1950 et 1954 à 89,7 entre 1975 et 1980. L’économie s’est industrialisée, comme le montre l’apport croissant du secteur secondaire à la formation du PIB : 31,4 % en 1975-1980 contre 21,9 % en 1950-1955. La croissance a été accompagnée de taux d’inflation sensiblement plus bas que la moyenne latino-américaine (voir tableau I) : le Mexique n’est pas un pays de tradition inflationniste élevée.2

  • 3 Celles-ci étant composées de façon croissante par des biens intermédiaires et de capital n’ayant g (...)

3Les ratios d’investissement et d’épargne rapportés au PIB permettent d’observer une élévation progressive des taux d’épargne et d’investissement agrégés entre 1950 et 1980. L’investissement total représente 24 % du PIB en 1975-1980 contre 15 à 16 % seulement en 1950-1954. L’épargne interne est faible, mais elle progresse néanmoins dans le même temps de 13,5 % à un peu plus de 20 %. Durant toute la période, il a été fait appel à l’épargne externe : le déficit en compte courant avoisine en moyenne 2 à 2,3 % du PIB entre 1950 et 1970 et s’accroît au cours de la décennie 70.3

  • 4 J. Teichman, 1992.

4La désagrégation de l’épargne et de l’investissement en leurs composantes publique et privée laisse voir le rôle important joué par l’État mexicain dans le processus d’accumulation. L’épargne publique oscille entre 4,3 et 5,8 % du PIB sur la période 1950-1969 ; entre 1950 et 1965, elle représente plus du tiers de l’épargne interne, cette proportion diminuant en 1965-1969. La part de l’investissement public dans l’investissement total est d’environ 30 %. L’accélération de l’investissement agrégé après cette date répond à l’élévation de l’investissement public, avec deux paliers, le premier en 1960-1964, et le second en 1975-1980 – il s’agit là du boom pétrolier. Le maintien de taux de croissance moyens, proches de 7 %, sur la période 1960-1980 s’est donc fait sur la base d’une intervention croissante de l’État dans l’investissement.4

  • 5 C.-A. Michalet, 1989, p. 28.

5Cette élévation de la participation du secteur public à l’investissement et à la production répond en fait à une tentative de résolution des problèmes qu’affronte la stratégie de développement dès les années 60, alors que se termine l’étape dite « facile » de l’industrialisation par substitution des importations – biens de consommation et certains biens intermédiaires. En effet, la croissance de l’investissement privé et celle de la productivité tendent à se ralentir, compromettant les perspectives de croissance économique. Le degré d’intégration du secteur industriel est faible, ainsi que sa capacité à créer des emplois pour une population active en croissance rapide. Le marché intérieur étroit, sur lequel les grandes entreprises bénéficient de positions de monopole ou de concurrence imparfaite, n’incitent guère celles-ci à améliorer leur productivité ou à étendre leur production. La contrainte extérieure tend à s’accentuer, les exportations ne suivant pas le rythme d’expansion des importations, par ailleurs difficilement compressibles sans dommage pour l’activité interne. Les déséquilibres sectoriels s’amplifient (avec notamment le retard pris par le secteur agricole, qui fait perdre au Mexique son autosuffisance alimentaire pour certains produits de première nécessité), ainsi que les inégalités dans la distribution des revenus et de la richesse, qui tendent à menacer la stabilité du système politique.5

6Les tentatives de correction du modèle de développement prendront les deux formes suivantes :

  • 6 Tout cela se produit alors que la relation entre les investisseurs privés et l’État se dégrade, en (...)

71. On note d’une part l’accroissement de l’intervention publique dans l’investissement productif dès le début des années 60. C’est entre 1965 et 1980 que sont créées la grande majorité des entreprises publiques – 79 % d’un échantillon de 396 entreprises –, 40 % d’entre elles au cours du sexennat de Luis Echeverría (1970-1976). Dans le dessein de dynamiser le processus d’ISI, l’État crée des entreprises dans des secteurs industriels où l’investissement privé est jugé insuffisant, notamment en joint-venture avec des capitaux étrangers. Le cœur de l’industrie étatique se situe ainsi dans les activités productrices de biens intermédiaires pétroliers et non pétroliers et dans les activités de biens d’équipement, principale faiblesse de l’appareil productif mexicain. Dans le même temps, l’État participe à de nombreuses autres activités où il fait davantage office de « pompier » du secteur privé en reprenant des entreprises en faillite.6

  • 7 D. Davis, 1993, considère que le gouvernement de José López Portillo ne suivit ni une stratégie cl (...)

8Dans les années 70, des considérations politiques ayant trait à un mécontentement social croissant, amèneront l’État à développer sa politique sociale et certains éléments d’un État bienfaiteur. Cependant, la réforme fiscale qui aurait pu financer cet accroissement des dépenses publiques sera abandonnée, faute d’appui politique ; le rôle élargi du secteur public sera financé par la voie de l’endettement, interne et surtout externe : la dette extérieure, essentiellement publique à cette époque, passe de 2,2 % du PIB en moyenne en 1960-1964 à 10,2 % en 1965-1969 et 12,2 % en 1970-1974 (le Mexique est encore à cette date importateur de pétrole et souffre donc du premier choc pétrolier). Les découvertes pétrolières vont lancer ensuite le secteur public mexicain dans de très importants investissements, financés de la même façon.7

92. D’autre part, une tentative a été faite pour dynamiser les exportations manufacturières. Les premiers résultats de cette politique, lancée au début des années 70, seront encourageants, mais lors du boom pétrolier l’économie mexicaine est victime de la « maladie hollandaise », et ce d’autant plus que la politique de change s’accroche à une parité fixe par rapport au dollar. Un début de libéralisation des importations n’interviendra que vers la fin des années 70, alors que l’euphorie pétrolière est à son comble.

10A partir des années 70, la croissance repose donc sur l’endettement extérieur, lié à un déficit budgétaire qui s’accroît : l’épargne publique tombe à un niveau très bas –entre 1,6 et 1,1 % du PIB, alors même que l’État investit davantage. L’inflation s’accélère, avec un niveau moyen de 15 % (1970-1974) et de 20 % (1975-1980). En 1976, une crise externe amène la dévaluation du peso et l’adoption d’un programme de stabilisation du FMI. Les découvertes pétrolières qui se produisent alors, combinées avec un marché financier international caractérisé par d’abondantes liquidités, vont cependant permettre de maintenir sans changement majeur la stratégie de développement. Les mesures de réorientation de celle-ci et son adaptation à un environnement international transformé ont été repoussées. Les réformes entreprises – incitations à exporter, libéralisation des importations –, ont été d’envergure limitée. L’absence d’une réforme budgétaire, qui aurait permis de financer l’accroissement du rôle joué par l’État, peut donc être considérée comme l’origine du processus accéléré d’endettement externe. La dégradation de la relation patronat-État, la perte de confiance dans la conduite de l’économie, en ce qui concerne la politique de change, notamment, se sont traduites dans la seconde moitié des années 70 par une fuite massive de capitaux.

11Les problèmes structurels qu’affrontait l’économie mexicaine au cours des années 1960-1970 (épargne interne insuffisante, faiblesse et manque de compétitivité du secteur industriel, déséquilibres sectoriels et disparités sociales croissantes) sont toujours présents au début des années 80. Les politiques appliquées avaient permis d’élever la croissance économique et de compléter l’appareil productif et il faut les créditer d’une certaine amélioration de la distribution des revenus. Mais, comme nous l’avons vu, ces résultats n’avaient été obtenus qu’au prix d’une dégradation de la stabilité macroéconomique, avec inflation élevée, déséquilibre revenus-dépenses du secteur public, perte de confiance du secteur privé et surtout, endettement extérieur massif, alors même que la capacité de paiements du Mexique se trouvait dépendre des cours variables d’une seule matière première.

  • 8 J. Ros, 1982.

12Lors de la baisse de la valeur des matières premières exportées, à partir de 1981, la politique économique hésitera entre des mesures orthodoxes de réduction de la demande et des interventions directes consistant à élever les contrôles administratifs afin d’établir des priorités dans l’utilisation des ressources devenues plus rares. Cette oscillation, qui reflétait l’hétérogénéité des approches théoriques sous-jacentes parmi les membres du gouvernement, a certainement accéléré la dégradation de la situation. Après une série de mesures orthodoxes prises en février 1982 (dévaluation de 45 % du peso, diminution des dépenses publiques, élévation des tarifs publics), dont l’impact sur la balance commerciale fut insuffisant et qui ne réussirent pas à contrôler la fuite des capitaux, un changement de cap se produisit en août-septembre 1982. Les mesures prises comprenaient une nouvelle dévaluation, la suspension du service de la dette extérieure, l’établissement du contrôle des changes, et la nationalisation des banques privées, associées par le gouvernement à la fuite des capitaux. Le changement de gouvernement en décembre 1982 allait marquer le retour, définitif cette fois, à une conception orthodoxe de l’économie, partagée par une équipe dirigeante plus homogène sur ce point.8

Notes

1 Pour l’Amérique latine dans son ensemble le coefficient marginal capital-produit s’élève d’un niveau de 4 sur la période 1950-1965 à une valeur de 5 entre 1974 et 1980 ; la productivité totale des facteurs, dont la progression était nettement inférieure à la moyenne des pays de l’OCDE, du Sud-Est asiatique, tend à baisser à partir de 1973 (J. Ramos, 1993).

2 Le secteur des biens de capital en particulier est peu développé et constitue une des faiblesses les plus notoires de la structure productive mexicaine (J.I. Casar, 1994).

3 Celles-ci étant composées de façon croissante par des biens intermédiaires et de capital n’ayant guère de substitut local, leur contraction suppose donc d’imposer une restriction au niveau de l’activité intérieure.

4 J. Teichman, 1992.

5 C.-A. Michalet, 1989, p. 28.

6 Tout cela se produit alors que la relation entre les investisseurs privés et l’État se dégrade, en raison de la rhétorique et des politiques « populistes » dont il use afin de regagner l’appui des secteurs populaires, mais aussi à cause de l’accroissement de l’intervention publique dans de nombreux secteurs productifs.

7 D. Davis, 1993, considère que le gouvernement de José López Portillo ne suivit ni une stratégie claire d’ISI ni une franche promotion des exportations, en raison des compromis passés avec des intérêts très divergents ; les « signaux » envoyés par la politique économique aux agents étaient contradictoires (ainsi, le début de libéralisation commerciale s’opposait au refus d’adhérer au GATT).

8 J. Ros, 1982.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr