Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mexique : crise d’un modèle économique ?

 | 
Geneviève Marchini

Deuxième partie : La problématique du financement du développement

IX. 1994 : Genèse de la crise financière

Texte intégral

1La conjoncture externe s’était montrée extrêmement favorable à l’attraction de capitaux de court terme pour le Mexique entre 1991 et 1993 : les investisseurs avaient manifesté un regain de confiance dans l’économie mexicaine et un véritable engouement pour les valeurs mobilières émises par le pays, tandis que la baisse des taux américains libérait d’importantes liquidités ; cette période semblait s’achever au début de l’année 1994, avec la modification de la politique monétaire américaine, dont l’effet se trouvait renforcé par la dégradation des performances économiques mexicaines et l’apparition sur la scène financière internationale de nouvelles destinations très attrayantes, comme le Brésil. Les événements de caractère politique, social et financier qui se succédèrent à un rythme soutenu au cours de l’année 1994 accélérèrent ce processus, en modifiant les anticipations des agents et en augmentant le degré perçu de risque associé à l’investissement au Mexique.

2Si la rébellion indigène du Chiapas, en janvier, a contribué sans nul doute à détériorer l’image du Mexique que tentait de projeter l’équipe gouvernementale, les indicateurs disponibles montrent que c’est surtout à partir de mars, avec l’assassinat du candidat présidentiel du PRI, que s’est instaurée l’instabilité financière qui allait caractériser les mois suivants. Dès ce moment, les mesures conjoncturelles employées pour combattre la fuite des capitaux et ses conséquences indiquèrent clairement la direction choisie par le gouvernement en cette année électorale : il s’agissait d’éviter toute modification brutale de la parité du peso et toute dégradation du niveau de l’activité économique interne, bref, de gagner du temps ; cette attitude correspondait soit à un pari risqué sur un retournement favorable des anticipations, une fois l’incertitude électorale levée, soit à l’attente d’un meilleur moment pour prendre des décisions quant à la valeur du peso.

3Simultanément, la dégradation accélérée de la situation de nombreux débiteurs et les problèmes qui se révélèrent dans le système bancaire amenèrent le gouvernement à user de remèdes eux aussi de nature conjoncturelle. Nous allons présenter, dans la suite de cette section, les politiques appliquées en abordant en premier lieu les mesures destinées à stabiliser les capitaux dans le pays, et, dans un second temps, celles qui visaient plus particulièrement à désamorcer la crise financière interne et à soutenir le niveau d’activité. Enfin, on abordera la crise financière de la fin décembre.

1. LA LUTTE CONTRE LA FUITE DES CAPITAUX

4Dès mars 1994, donc, les investisseurs commençaient à délaisser les marchés monétaires et de capitaux mexicains, avec pour conséquence une diminution importante des entrées de capitaux, qui se réduisirent de plus de moitié entre le premier et le second semestre de l’année (la contraction étant de plus de 70 % en ce qui concerne les capitaux de court terme), tandis que les réserves de devises de la Banque centrale accusaient une baisse sensible, de 28,7 milliards de dollars (leur maximum de février) à 16,2 à la fin du premier semestre. Les mesures d’urgence prises au lendemain de l’assassinat de L.D. Colosio inclurent l’obtention d’une ligne de crédit de la Réserve fédérale américaine, l’élévation des taux d’intérêt internes et une dévaluation de facto du peso, qui n’impliqua cependant pas de modification du dispositif de change. Des éléments de caractère moins matériel, destinés à soutenir la confiance dans l’économie mexicaine, furent également utilisés, comme l’annonce de l’entrée officielle du Mexique à l’OCDE, qui se réalisa dans ce contexte. Dans un second temps, les politiques employées pour enrayer partiellement la fuite des capitaux et soutenir le taux de change ont comporté trois volets essentiels.

a) L’altération de l’offre primaire de titres du gouvernement fédéral

  • 1 Ce chiffre inclut déjà l’effet de la dévaluation.
  • 2 Banco de Mexico, 1995.
  • 3 A. Hemández H., 1995, p. 39.

5Cette politique a consisté en une diminution des émissions de Cetes au profit d’une offre accrue de Tesobonos, lesquels, en couvrant l’investisseur contre les risques de change, ont permis de maintenir au Mexique des capitaux effrayés par la possibilité d’une dévaluation. En conséquence, ces titres, qui ne représentaient en décembre 1993 que 2,85 % de la valeur totale des titres de dette publique en circulation, c’est-à-dire 4,9 % des titres hors Banque centrale, en constituaient 33 % en septembre 1994 et 55 % en décembre (voir graphique 29)1. Leur importance dans la dette circulant hors de la Banque centrale était plus élevée : 49 % en septembre, 58 % en novembre2. Ils étaient, enfin, largement majoritaires dans le portefeuille d’obligations publiques des investisseurs étrangers (71 % de celui-ci en décembre 1994)3, devenus par ailleurs l’investisseur privé le plus important, puisque les investisseurs nationaux, plus sensibles au risque, avaient nettement diminué leur participation (-23 % en septembre 1994 par rapport au même mois de l’année 1993).

b) L’intervention de la Banque centrale sur les marchés secondaires de titres publics

  • 4 Voir tableau XXI en annexe. Il s’agit là du renversement de la politique menée par la Banque centr (...)
  • 5 Banco de México, 1995.

6Dans le même temps, l’autorité monétaire intervenait sur les marchés afin d’acheter d’importantes quantités de Cetes, ceci avec deux objectifs : tout d’abord faciliter la recomposition des portefeuilles privés et, en second lieu, injecter de la liquidité sur les marchés financiers, affectés par les retraits de capitaux. Pour donner toute la mesure de ces opérations, signalons que le Banco de México, qui détenait fin décembre 1993 à peine 7,3 % du montant de la dette publique interne valorisée aux prix du marché4, en possédait 20,2 % en novembre 1994. À ce moment, 43 % de la valeur des titres de dette libellés en pesos figuraient au portefeuille de l’autorité monetaire, contre 9,2 % en décembre 19935.

Graphique 29 - Dette publique interne en circulation (1994) (par type d’instrument)

Graphique 29 - Dette publique interne en circulation (1994) (par type d’instrument)

source : SHCP, 1995, tableau 2, p. 74.

c) L’élévation des taux d’intérêt

7Les politiques visant à transformer la composition de la dette interne en circulation, en amenant une réduction de la quantité de Cetes au moment où la demande de ces titres fléchissait, ont évité une baisse trop importante de leur prix, qui aurait à son tour entraîné une hausse très brutale des taux d’intérêt internes. Cependant, le relèvement des taux d’intérêt s’est avéré nécessaire afin d’assurer le maintien des capitaux au Mexique : l’élévation des taux, qui concerne aussi bien les obligations exprimées en pesos que celles libellées en devises, suggère donc que les investisseurs ont demandé une prime plus conséquente face à un degré croissant de risque associé au pays ; la dissipation de l’incertitude électorale, vers la fin août, tout en permettant une baisse des taux, n’a pas cependant signifié leur retour aux niveaux du premier trimestre de l’année (voir graphique 30).

  • 6 Banco de México, 1995.
  • 7 Les Tesobonos sont des titres à terme plus court que les Cetes.

8Les mesures que l’on vient de présenter, si elles ont rendu possible à court terme un certain degré de contrôle sur les flux de capitaux, n’ont pas éliminé l’incertitude entourant le taux de change, qui s’est maintenu proche de la limite supérieure de sa bande de flottement par rapport au dollar américain, accumulant une dépréciation nominale d’environ 13 % entre le mois de mars et la crise de change de décembre (voir graphique 30). Ces mesures ont eu aussi des effets lourds de conséquences puisqu’elles ont entraîné tout d’abord une élévation de l’encours de la dette publique interne, modeste dans un premier temps ; celle-ci a augmenté entre décembre 1993 et novembre 1994 d’environ 3 %6. Un second effet, d’importance majeure, tient à la dollarisation de cette dette (qui s’est accompagnée d’une diminution de sa maturité moyenne) et de l’agrégat monétaire M37. Il s’est ainsi créé un lien entre le taux de change et la valeur de la dette interne, qui a impliqué, lors de la dévaluation de décembre, une très importante revalorisation du montant exprimé en monnaie nationale (croissance de 22,5 % de novembre 1994 à décembre 1994), encore amplifiée en janvier-mars 1995.

Graphique 30 - Taux de change/taux d’intérêt (septembre 1993 - décembre 1994)

Graphique 30 - Taux de change/taux d’intérêt (septembre 1993 - décembre 1994)

source : INEGI, 1994a, p. 139,140 et 142 ; El Financiero, novembre-décembre

9L’augmentation du service de la dette est la conséquence immédiate de la hausse des taux d’intérêt et de l’alourdissement de son poids, lié à la dévaluation ; cette augmentation affecte l’équilibre des finances publiques et la capacité de l’État à effectuer des dépenses non-financières.

10Dans le même temps, le gouvernement doit aussi faire face à des problèmes économiques et financiers d’ordre interne : il s’agit de la crise en gestation dans le système bancaire. C’est ce que nous allons aborder maintenant.

Graphique 31 - Indicateur BMV (septembre 1993 - mars 1995)

Graphique 31 - Indicateur BMV (septembre 1993 - mars 1995)

source : INEGI, 1994a, p. 144 ; El Financiero, décembre 1994 - mars 1995.

2. FINANCEMENT ET SYSTÈME BANCAIRE INTERNES : ACCALMIE PROVISOIRE AVANT LA TEMPÊTE ?

11Survenant dans un contexte de stagnation économique où des entreprises et des ménages en proportion importante éprouvaient déjà des difficultés croissantes à honorer leurs dettes, la combinaison de la hausse des taux d’intérêt et des sorties nettes de devises risquait de s’avérer désastreuse pour l’économie, si elle n’était pas accompagnée de mesures de compensation. À ce danger vint s’ajouter le problème des opérations frauduleuses détectées au sein de deux groupes financiers.

12Les mesures appliquées à cet ensemble de problèmes semblent avoir tendu vers deux objectifs immédiats : soutenir la croissance économique et tenter de réduire l’influence négative des événements financiers sur la crédibilité, déjà mise à mal, de la politique économique. Il n’y a donc pas eu un traitement de fond, par ailleurs peu attendu dans la conjoncture électorale, mais au mieux, l’ébauche d’une solution à venir.

a) Le soutien à l’activité économique

  • 8 Cf. INEGI, 1994a, p. 118.
  • 9 Calculs fondés sur les statistiques publiées dans INEGI, 1994a. On observe parallèlement une éléva (...)

13Les mesures prises, combinées avec les interventions de la Banque centrale signalées plus haut, vont marquer un abandon de la politique de strict contrôle monétaire appliquée depuis plusieurs années : la base monétaire montrait en août 1994 une croissance de 25 % (en termes nominaux) par rapport à août 1993, la diminution des sources d’origine externe (d’environ 20 %) étant compensée par une augmentation du crédit interne à l’économie et spécialement du financement canalisé vers les intermédiaires bancaires, qui se trouve multiplié par trois8 ; c’est à partir du mois de mars 1994 que se produit cette recomposition des sources de la base monétaire, mise en évidence par l’évolution du ratio base/réserves : de 0,54 en mars 1994 à 0,8 en moyenne entre juin et août9.

  • 10 La croissance du crédit des banques commerciales est dans le même temps de 28 % : calculs basés su (...)
  • 11 Cette récupération n’empêcha pourtant pas la poursuite de la contraction de certaines branches tra (...)
  • 12 El Financiero, 19/09/94, p. 5A.

14Le crédit bancaire à l’économie va alors croître de façon très dynamique : c’est en particulier le cas du financement apporté par les banques de développement, qui augmente de 56 % en termes nominaux entre août 1993 et août 199410 ; c’est ce crédit bancaire qui va regonfler la croissance économique, encore faible au cours du premier trimestre de l’année, malgré la bonne conjoncture américaine ; en septembre, le taux de croissance réel annualisé du PIB a ainsi atteint presque 4 %, sur la base d’un comportement dynamique des exportations manufacturières et de l’investissement – construction en tête11 –, faisant craindre une « surchauffe » à certains observateurs étrangers12 et amenant une récupération de l’indice des cotisations de la Bourse mexicaine puisque les achats de titres s’élevaient en réponse à l’amélioration des résultats des entreprises cotées (voir graphique 31). L’accroissement des importations amena un déficit record de la balance commerciale.

15Cette croissance du crédit à l’économie allait être complétée par des mesures cherchant à résoudre les problèmes de liquidité des agents les plus endettés.

b) L’amorce d’une solution aux problèmes de surendettement des entreprises

  • 13 El Financiero, 14/05/94, p. 7. Ces crédits représentaient 8 % du montant total des prêts de la ban (...)
  • 14 La solution proposée comprenait une restructuration des passifs agricoles sur 15 ans et l’interven (...)
  • 15 Cf. El Financiero, 10/03/94, p. 5 et 26705/94, p. 4 : communication du ministre des Finances à l’A (...)

16L’aggravation du problème des mauvais crédits du système bancaire (le montant de ces crédits s’élève en valeur de plus de 15 % en un seul trimestre13), problème auquel s’ajoutent la combativité et la notoriété croissante d’un mouvement de débiteurs comme celui du Barzón (agriculture, PME commerciales et industrielles), a amené le gouvernement à rechercher d’abord des mécanismes susceptibles de le résoudre, dans le secteur agricole (programme Sireca, en mars)14 ; il a ensuite tenté d’étendre cette solution à d’autres secteurs, malgré les réticences exprimées par les banques15.

  • 16 Cf. El Financiero, 08/06794, p. 4 ; 13/06/04, p. 29 ; 30/06/94, p. 6.

17Dans le cas particulier du secteur industriel et des PME, on assista au lancement d’un programme de restructuration de dettes sur la base d’obligations à coupon zéro, d’emblée déclaré insuffisant par certaines organisations patronales16 et qui ne semble pas avoir été un franc succès.

  • 17 Cf. El Financiero, 19/09/94, p. 4.
  • 18 Ceci se produisait alors même que la situation des banques existantes se détériorait, les effets d (...)

18Simultanément, le gouvernement a cherché à résoudre le problème posé par les taux d’intérêt débiteurs élevés que pratiquaient les banques. Au cours de l’année 1994, les injonctions à diminuer la marge bancaire semblant faire peu d’effet, les autorités ont essayé d’accentuer la concurrence dans ce secteur, abandonnant la politique de protection des intermédiaires menée jusqu’alors. Ainsi, en septembre 1994, 14 demandes d’autorisation d’ouverture de banques émanant d’investisseurs mexicains avaient été acceptées17, auxquelles il faut ajouter les autorisations émises en faveur d’institutions étrangères dans le cadre de l’Alena18. Bien entendu, ces mesures ne pouvaient pas avoir d’effet immédiat, mais elles étaient de nature à conforter des anticipations plus optimistes au sujet du système financier mexicain.

19Cependant, la révélation de deux scandales financiers allait contribuer à mettre à mal l’image du processus de reprivatisation des banques et de constitution de groupes financiers.

c) L’honneur perdu des « nouveaux banquiers »

  • 19 Cf. El Financiero, 23/09/94, p. 3A.

20En effet, la détection d’opérations frauduleuses dans le fonctionnement de deux groupes financiers (Havre et Cremi-Unión) a amené les organismes chargés de la supervision à mettre sous contrôle judiciaire les institutions qui en faisaient partie. La qualité des opérations réalisées par les institutions financières s’est donc trouvée mise en doute, tout comme le travail de supervision : la seconde de ces institutions avait en effet annoncé d’excellents résultats en début d’année et elle figurait au premier rang pour le placement des crédits des banques de développement19, lesquelles perdirent des fonds considérables.

  • 20 Cf. El Financiero, 02/03/95, p. 13.

21À part les déclarations touchant le renforcement de la supervision des intermédiaires, aucune mesure d’importance n’a été prise durant l’année, sans doute en raison du caractère explosif du problème ; depuis lors, un troisième groupe financier a fait l’objet d’une mesure similaire (Asemex-Banpaís), en raison de prêts indûments consentis aux actionnaires et l’on parle d’opérations de ce type dans le cas de la deuxième banque mexicaine20.

3. ÉPILOGUE : LA CRISE DE DÉCEMBRE 1994

22Face aux problèmes de fond hérités du processus de stabilisation et de changement des structures économiques et devant la conjoncture très difficile de l’année 1994, le gouvernement sortant choisit donc, comme nous venons de le voir, de gagner du temps. Plus précisément, les mesures prises au cours des derniers mois de sa gestion s’appliquèrent à éviter tout soubresaut cambiaire, à dynamiser l’activité économique et à amoindrir l’effet négatif qu’avaient eu sur la confiance des investisseurs un certain nombre d’événements.

23Pour ce faire, le gouvernement utilisa jusqu’à l’usure certains instruments, comme la variation de la composition de l’offre d’obligations publiques, et abandonna la prudence en matière de politique monétaire. La dollarisation de la dette publique, la volatilité accrue du financement du déficit en compte courant faisaient courir des risques croissants à l’économie : ces risques se trouvèrent renforcés après l’élection présidentielle, en raison de la permanence des éléments générateurs d’instabilité politique et sociale.

  • 21 Comme on vient de le voir, c’est le cas des ratios déficit en compte courant/PIB, épargne financiè (...)

24Lors du changement de gouvernement, les problèmes accumulés, tant de nature économique et financière que de caractère social et politique, et qui appelaient une solution à court ou à moyen terme, étaient considérables. Les problèmes de court terme liés à l’équilibre externe devaient faire l’objet d’un traitement particulièrement rapide, car des indicateurs clefs lançaient des signaux d’alarme fort clairement perçus par les analystes et investisseurs21. Cependant, après plusieurs mois d’utilisation intensive, l’arsenal d’instruments de court terme dont disposait le gouvernement avait perdu une grande partie de son efficacité.

25La marge de manœuvre du nouveau gouvernement est donc réduite, mais cela n’explique pas tout. L’élargissement, le 20 décembre, de la marge de flottement du peso par rapport au dollar, qui autorise une dépréciation de la devise mexicaine, est sans conteste un choix politique. Cette mesure, qui revient à admettre que la monnaie nationale était surévaluée, cherche à résoudre les problèmes urgents posés par le creusement du déficit en compte courant et par son financement toujours plus précaire, tout en visant, à moyen terme, une amélioration de la compétitivité internationale du système productif. En ce sens, elle constitue une décision qui s’efforce d’aborder les problèmes réels de l’économie, et dont le gouvernement semble avoir parié qu’elle serait bien acceptée par les marchés.

  • 22 Depuis décembre 1987, les accords pris dans le cadre du PSE initial et des renouvellements qui l’o (...)
  • 23 Ainsi, les leaders ouvriers signataires du Pacto ne furent pas mis au courant de la décision, pris (...)

26Cependant, et c’est là l’aspect négatif de la mesure, elle fut prise en dehors du cadre qui avait grandement contribué à stabiliser les anticipations des investisseurs, le Pacto22, dont le renouvellement, réalisé avant le changement de gouvernement, prévoyait le maintien du rythme de glissement du peso. Dans ces conditions, la décision prise contribua à diminuer le caractère « prévisible » de la politique macroéconomique mexicaine et même, en raison des circonstances qui l’entourèrent, à lui donner une désagréable touche d’arbitraire, spécialement mal accueillie par les investisseurs23. En résumé, les effets négatifs produits par l’enterrement des accords antérieurs du Pacto sur la crédibilité des politiques économiques mexicaines dépassèrent de loin les conséquences positives attendues d’une mesure qui tentait de résoudre un problème fondamental.

  • 24 Les chefs d’entreprises et représentants du patronat, consultés sur le bien-fondé d’une dévaluatio (...)
  • 25 Voir l’entretien avec L.G. Carcoba que publia l’hebdomadaire Proceso.
  • 26 Cf. J.K. Galbraith, 1992.

27Face à la spéculation déclenchée le jour même où la décision fut prise et à la diminution rapide des réserves de devises de la Banque centrale24, les autorités mexicaines se sont, selon certains observateurs, rendues sans grand combat en décrétant deux jours plus tard le flottement du peso25, puisque les réserves de devises de la Banque centrale n’étaient pas épuisées et qu’il n’avait pas été fait appel à la ligne de crédit de la Réserve fédérale. Il n’est pas certain cependant, et l’exemple encore récent des pays européens est là pour le confirmer, que des hausses de taux d’intérêt ou la démonstration d’une plus grande fermeté de la part des autorités monétaires auraient suffi à contrecarrer la vague de spéculation, d’autant que, comme on l’a vu, certains indicateurs montraient une détérioration préoccupante. Quoi qu’il en soit, cette mesure déclencha une réaction de panique qui provoqua une perte de valeur du peso dépassant largement la surévaluation initiale de la monnaie mexicaine ; elle a aussi mis brutalement fin à « l’euphorie financière26 » dont avait bénéficié le Mexique depuis 1991.

Notes

1 Ce chiffre inclut déjà l’effet de la dévaluation.

2 Banco de Mexico, 1995.

3 A. Hemández H., 1995, p. 39.

4 Voir tableau XXI en annexe. Il s’agit là du renversement de la politique menée par la Banque centrale depuis 1990.

5 Banco de México, 1995.

6 Banco de México, 1995.

7 Les Tesobonos sont des titres à terme plus court que les Cetes.

8 Cf. INEGI, 1994a, p. 118.

9 Calculs fondés sur les statistiques publiées dans INEGI, 1994a. On observe parallèlement une élévation du ratio épargne financière de court terme (M3 – Ml)/ réserves, de 3,8 en mars 1994 à 6,53 en août ; il faut noter que ce ratio était déjà considéré comme très élevé au premier trimestre (G. Calvo, commentaire, dans R. Dornbush et A. Werner, 1994).

10 La croissance du crédit des banques commerciales est dans le même temps de 28 % : calculs basés sur INEGI, 1994a, p. 131-133.

11 Cette récupération n’empêcha pourtant pas la poursuite de la contraction de certaines branches traditionnelles – chaussure, textiles - ni celle de l’emploi manufacturier.

12 El Financiero, 19/09/94, p. 5A.

13 El Financiero, 14/05/94, p. 7. Ces crédits représentaient 8 % du montant total des prêts de la banque commerciale en mars 1994, date à laquelle leur poids s’élevait à environ 90 % du capital comptable des banques (E. Correa, 1994, p. 1097-1098).

14 La solution proposée comprenait une restructuration des passifs agricoles sur 15 ans et l’intervention d’un organisme public, le FIRA, dans le montage financier (cf. El Financiero, 01/03/94, p. 3 et 13/03/94, p. 4).

15 Cf. El Financiero, 10/03/94, p. 5 et 26705/94, p. 4 : communication du ministre des Finances à l’Association mexicaine des banques (AMB).

16 Cf. El Financiero, 08/06794, p. 4 ; 13/06/04, p. 29 ; 30/06/94, p. 6.

17 Cf. El Financiero, 19/09/94, p. 4.

18 Ceci se produisait alors même que la situation des banques existantes se détériorait, les effets de la volatilité du taux de change et des taux d’intérêt venant s’ajouter à l’augmentation du nombre des mauvais crédits (El Financiero, 19/09/94, p. 5).

19 Cf. El Financiero, 23/09/94, p. 3A.

20 Cf. El Financiero, 02/03/95, p. 13.

21 Comme on vient de le voir, c’est le cas des ratios déficit en compte courant/PIB, épargne financière/réserves internationales ou dette interne/réserves internationales.

22 Depuis décembre 1987, les accords pris dans le cadre du PSE initial et des renouvellements qui l’ont suivi, sous des dénominations légèrement modifiées, avaient été respectés et les objectifs fixés avaient été atteints.

23 Ainsi, les leaders ouvriers signataires du Pacto ne furent pas mis au courant de la décision, prise au petit matin ; en outre, les responsables de la politique économique avaient multiplié les déclarations affirmant le maintien du dispositif de change (cf. El Financiero, 21/12/94 ; El Economista, 22/12/94).

24 Les chefs d’entreprises et représentants du patronat, consultés sur le bien-fondé d’une dévaluation, semblaient ne pas être étrangers au phénomène (cf. El Financiero, 02/03/95, p. 6). Cette hypothèse a été développée et étayée par le FMI (cf. The Economist, 26/08/1995 - 01/09/1995, p. 69).

25 Voir l’entretien avec L.G. Carcoba que publia l’hebdomadaire Proceso.

26 Cf. J.K. Galbraith, 1992.

Table des illustrations

Titre Graphique 29 - Dette publique interne en circulation (1994) (par type d’instrument)
Légende source : SHCP, 1995, tableau 2, p. 74.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Graphique 30 - Taux de change/taux d’intérêt (septembre 1993 - décembre 1994)
Légende source : INEGI, 1994a, p. 139,140 et 142 ; El Financiero, novembre-décembre
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2862/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Graphique 31 - Indicateur BMV (septembre 1993 - mars 1995)
Légende source : INEGI, 1994a, p. 144 ; El Financiero, décembre 1994 - mars 1995.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2862/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 298k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr