Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mexique : crise d’un modèle économique ?

 | 
Geneviève Marchini

Deuxième partie : La problématique du financement du développement

VI. Caractéristiques essentielles de la libéralisation financière

Texte intégral

1Dans le cadre d’une politique de libéralisation, dont nous avons vu les autres aspects centraux – ouverture commerciale, retrait partiel de l’État et déréglementation des marchés internes –, la réforme du système financier mexicain poursuit un double objectif :

  • augmenter les fonds disponibles pour l’investissement productif, soit en stimulant l’épargne interne, soit en attirant des capitaux complémentaires en provenance du marché international. La création d’un cadre compétitif et stable, la diversification de l’offre d’instruments et les rendements intéressants attachés à ceux-ci constituent les principales conditions de cette augmentation ;
  • rendre plus efficace l’usage qui est fait de ces fonds ; en d’autres termes améliorer l’allocation des ressources et augmenter la productivité de l’investissement. Le système financier doit jouer pleinement son rôle d’intermédiaire des fonds, le taux d’intérêt permettant de décider entre les différents projets présentés.

2La réforme financière qui a été lancée en 1988 s’est caractérisée par un rythme soutenu : l’essentiel de la libéralisation des marchés internes s’est mis en place entre 1988 (octobre) et 1991, tandis que les mesures d’ouverture du compte de capital se sont étalées entre juillet 1989 (ouverture partielle des marchés d’obligations publiques) et novembre 1991 (élimination du contrôle des changes).

3Certaines particularités de la réforme sont à mettre en relation avec ses antécédents. Les années 70 avaient été marquées par des efforts de modernisation du système financier qui allaient de l’établissement progressif de la banque universelle à des tentatives de dynamisation des marchés boursiers, pratiquement inexistants, en passant par une simplification des dispositifs de canalisation obligatoire des fonds. Les taux créditeurs restaient étroitement réglementés, mais certains taux débiteurs avaient été libérés dans la seconde moitié des années 70. Un premier pas avait été fait vers l’établissement d’une politique monétaire de caractère plus indirect, avec la création de deux titres publics, les Petrobonos et les Cetes (1978), et avec l’introduction de mécanismes de marché pour leur placement dans le public. La politique financière semblait donc s’orienter vers une libéralisation progressive.

Encadré 9 - Calendrier des principales mesures de libéralisation financière (1988-1993)

Encadré 9 - Calendrier des principales mesures de libéralisation financière (1988-1993)
  • 1 À partir de 1985, l’application de la nouvelle Loi organique de la Banque centrale interdit à cell (...)
  • 2 Les Cetes (Certificados de Tesorería de la Federación), créés en 1978, sont les instruments dont l (...)

4Cette tendance s’interrompt brusquement en septembre 1982, avec l’annonce de la nationalisation des banques. La liberté d’action de ces intermédiaires est par la suite sévèrement restreinte : leurs opérations étant limitées au marché monétaire, il s’agit d’une disparition de fait de la figure de la banque universelle. En outre, une proportion élevée et croissante des fonds bancaires s’est trouvée employée au financement du déficit public. Dans le même temps, avec la disparition des liens patrimoniaux entre les banques et les intermédiaires financiers non bancaires – ceux-ci ont été privatisés en 1983-1984 –, avec aussi le développement du financement de marché du déficit budgétaire1, qui s’accompagne d’une politique de diversification des titres publics2, on assiste à une montée en puissance rapide des intermédiaires boursiers.

5En conséquence, les années 1983-1987 ont vu un rééquilibrage du système financier, les courtiers et les marchés financiers gagnant de l’importance aux dépens des banques et de l’ intermédiation indirecte. Si la majeure partie des fonds « tournent » alors dans le très rentable « circuit de la dette publique », il se produit également une « bulle » spéculative sur les marchés de rente variable, qui disparaît lors du krach d’octobre 1987. Simultanément, les besoins de fonds non satisfaits des entreprises amènent le développement d’un important marché informel des capitaux : l’efficacité des instruments directs de politique monétaire, comme le plafonnement et la direction du crédit ou la fixation des taux d’intérêt, en est affectée. C’est dans ce contexte que se situe la libéralisation financière : l’encadré 9 fournit un résumé chronologique de ses principales mesures ; il faut souligner les points suivants :

  • pour les raisons que nous venons de voir, la libéralisation du système financier interne concerne essentiellement les opérations du système bancaire : élimination des ratios de réserve légale, remplacés par un coefficient de liquidité (1990), lui-même supprimé en 1991 ; disparition du contingentement des crédits et des crédits bonifiés ; libéralisation rapide des taux d’intérêt (1988-1990). Ces mesures donnent aux banques une liberté dans l’allocation de leurs ressources qu’elles n’avaient jamais connue. Elles sont complétées par la privatisation réalisée en 1991-1992. En revanche, et c’est là un point essentiel, les barrières à l’entrée du secteur ne sont pas éliminées : il continue d’être fermé à l’entrée de nouveaux intermédiaires, alors même que la nationalisation, puis la privatisation ont maintenu une structure oligopoliste. Il semble que les considérations de stabilité du système au cours de la transition aient primé sur celles de compétitivité et d’efficacité ;
  • les dispositifs légaux consacrent une tentative de retour à la figure de la banque universelle : la constitution de groupes financiers réunissant différents intermédiaires est rendue légale en 1989-1990 ;
  • le rôle des banques de développement est considérablement redimensionné : elles ne pourront plus opérer directement que de façon restreinte, l’escompte de documents étant favorisé. Ce sont donc les intermédiaires privés qui se chargeront de l’allocation des fonds aux secteurs qui continuent de faire l’objet de politiques de crédit, PME et secteur agricole essentiellement ;
  • la libéralisation du compte de capital de la balance des paiements, qui intervient en 1989-1990, permet notamment l’investissement étranger en titres à rendement variable (privés) puis en titres à rendement fixe (surtout obligations gouvernementales)3 ; elle donne également aux entreprises mexicaines la possibilité d’émettre des obligations ou des actions en devises et de les placer sur les marchés internationaux de capitaux. L’effet de cet ensemble de mesures a été renforcé par l’assouplissement de la réglementation nord-américaine concernant les placements en American Depositary Receipts (ADRs) et en Fonds pays aux États-Unis.

6Cette libéralisation rapide et profonde des marchés financiers intérieurs et des transactions financières externes a eu pour corollaire une importante modification des instruments de politique monétaire, rendue possible par la diminution des besoins de financement de l’État. La politique monétaire s’effectue désormais presque exclusivement sur la base d’instruments indirects opérant au travers du marché monétaire (opérations d’open market).

Notes

1 À partir de 1985, l’application de la nouvelle Loi organique de la Banque centrale interdit à celle-ci le financement du déficit budgétaire par l’émission monétaire. Simultanément, la proportion des réserves légales allant au financement de l’État est diminuée de 50 à 10 % des passifs assujettis.

2 Les Cetes (Certificados de Tesorería de la Federación), créés en 1978, sont les instruments dont le marché secondaire est le plus développé ; il s’agit de titres de court terme, principalement à 28 et 91 jours ; les Pagafes (Pagarés de la Federación), dont la dénomination se fait en dollars américains, sont créés en 1986 et remplacés en 1988 par les Tesobonos (Bons du Trésor, également libellés dans cette monnaie) ; les Bondes (Bonos de Desarrollo, créés en 1987) sont des titres à moyen et long terme tandis que les Ajustabonos (Bonos Ajustables del Gobierno Federal, à valeur indexée sur le taux d’inflation), créés en 1988, ont un terme fixé à trois ans.

3 Les contrôles de capitaux concernant les résidents mexicains, établis pour combattre les fuites massives de capitaux qui s’étaient produites à partir de 1979-1980, avaient été supprimés à la fin de 1982 ; il subsistait un régime de change dual, qui disparut en 1991.

Table des illustrations

Titre Encadré 9 - Calendrier des principales mesures de libéralisation financière (1988-1993)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2859/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr