Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mexique : crise d’un modèle économique ?

 | 
Geneviève Marchini

Deuxième partie : La problématique du financement du développement

Deuxième partie : La problématique du financement du développement

Texte intégral

1L’épineux problème du financement du développement, incontestablement le talon d’Achille de la politique économique menée au cours des dernières années, a récemment fait l’objet de plusieurs études, qui fournissent des hypothèses souvent complémentaires au sujet de ses aspects les plus polémiques :

  • la baisse du taux d’épargne privée interne, d’environ 18 % du PIB en 1981-1982 à 9 % en 19931, constitue la contrepartie comptable du creusement du déficit en compte courant. La disparition du déficit budgétaire et le relèvement de l’épargne publique ont rendu caduc le lien entre déficit budgétaire et déficit en compte courant caractéristique de l’économie mexicaine antérieure à la crise de balance des paiements de 1982 ;
  • quant aux caractéristiques du financement externe de l’économie, depuis 1991-1992 ce sont les flux de fonds de court terme qui ont prédominé, sous forme d’investissements de portefeuille réalisés sur les marchés monétaires et de capitaux. Ces entrées de capitaux sont sensibles aux anticipations concernant non seulement la marche de l’économie mexicaine (évolution du taux de change et des taux d’intérêt, conjoncture économique et santé des entreprises, prise en compte de variables politiques), mais aussi la conjoncture régnant sur les marchés internationaux de capitaux, ce qui entraîne des effets potentiellement déstabilisants pour l’économie2 ;
  • le système bancaire échoue à assurer un financement plus équitable d’importantes sections de l’appareil productif. Il apparaît ici que la réforme financière interne n’a pas permis d’éliminer la segmentation et les autres défaillances des marchés bancaires (déficit de concurrence, asymétries d’information, aléa moral), et que le financement des marchés boursiers ne concerne toujours qu’un nombre très réduit d’entreprises.

2Afin de permettre la discussion ordonnée de ces aspects, on commencera par présenter de façon succincte les lignes directrices de la réforme financière qui se met en place à partir de 1988.

Notes

1 Les statistiques de la Comptabilité nationale ne donnent pas d’estimation de l’épargne privée. Celle-ci est donc calculée indirectement, comme solde de l’opération : investissement total diminué de la somme épargne externe + épargne publique. L’épargne publique est obtenue en additionnant l’investissement public et le solde budgétaire. Des estimations différentes de l’épargne publique utilisent des définitions différentes du solde budgétaire. Un premier calcul est fait à partir du solde économique du secteur public (recettes – dépenses du secteur public non financier, incluant le paiements des intérêts nominaux de la dette publique). L’estimation de l’épargne privée à laquelle on aboutit inclut donc les intérêts nominaux servis sur la dette publique. Une seconde estimation de l’épargne publique part du solde opérationnel (recettes – dépenses du secteur public non financier, déduction faite de la dépréciation de la dette publique interne par suite de l’inflation) ; dans ce cas, l’épargne privée n’inclut que les intérêts réels de la dette publique interne. Les chiffres cités ici correspondent à la seconde définition.

2 Ces effets sont par ailleurs bien connus, puisqu’ils ont été vécus par de nombreux pays ayant libéralisé le compte de capital de la balance des paiements avant le Mexique. En Amérique latine, les cas des pays du cône sud (Argentine, Chili, Uruguay) sont les plus connus et ont été très étudiés (voir notamment : J. Ramos, 1989, S. Edwards et A. Cox-Edwards, 1987).

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr