Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mexique : crise d’un modèle économique ?

 | 
Geneviève Marchini

Première partie : L'Héritage du processus de stabilisation et de changement structurel : 1982-1993

III. Un nouveau profil commercial international

Texte intégral

1L’insertion commerciale du Mexique dans les échanges internationaux constitue l’un des domaines où les transformations ont été les plus notables ; en effet, au cours de la douzaine d’années écoulée depuis le moratoire de 1982, l’économie mexicaine s’est ouverte sur l’extérieur, et il s’est produit un véritable bouleversement dans la composition de ses exportations, avec :

  • en ce qui concerne le type de produits exportés, le déclin rapide de l’importance en valeur des produits primaires – pétroliers –, remplacés par des exportations de produits manufacturés ;
  • sur le plan géographique, l’accroissement de la concentration du commerce extérieur mexicain sur les Etats-Unis ;
  • enfin, l’élargissement du rôle de l’investissement direct étranger, lequel constitue l’un des piliers de ce nouveau profil exportateur.

2Nous aborderons en premier lieu le thème de la nouvelle spécialisation commerciale du Mexique et, dans un deuxième temps, nous traiterons les aspects liés à la réorientation géographique du commerce extérieur mexicain et au rôle que l’investissement étranger direct (IED) joue dans celui-ci.

1. LA NOUVELLE SPÉCIALISATION INTERNATIONALE DU MEXIQUE

a) La mesure de l’ouverture commerciale

  • 1 Rappelons que le processus d’ouverture commerciale entrepris à la fin des années 70 lors du boom p (...)
  • 2 La part du Mexique dans le commerce international s’est élevée de 1,26 % en 1979-1981 à 1,58 % en (...)

3Á partir d’une économie fermée en 19821, le Mexique s’est ouvert au commerce international2 : les différentes mesures du degré d’ouverture externe coïncident sur ce point, mais divergent quant au moment où elle se produit.

Tableau 3 - Réduction des restrictions au commerce extérieur (1980-1990)

Tableau 3 - Réduction des restrictions au commerce extérieur (1980-1990)
  • 1 En pourcentages de couverture de la production de biens commercialisables (pondérations de 1986).
  • 2 Pondérées par la composition de la production de biens commercialisables (1986).

Note 11
Note 22
source : OCDE, 1992, tableau 39, p. 149.

4Si l’on associe ouverture commerciale et réduction des contrôles (taux de couverture des licences d’importation et/ou des prix de références) et des taxes à l’importation, il est clair que l’ouverture de l’économie se produit à partir de décembre 1985, dans un premier temps par la réduction des barrières non tarifaires (quotas, licences et interdictions d’importer), qu’accompagne ensuite la diminution des taxes (voir tableau 3).

5Si, par contre, on choisit comme indicateur du degré d’ouverture les ratios mesurant le poids du commerce extérieur par rapport au PIB, on observe un processus d’ouverture sur l’ensemble de la période, le ratio exportations + importations/PIB s’élevant de 17 % en 1982-1983 à 31,2 % en 1993. On peut cependant remarquer deux étapes biens distinctes :

  • 3 Ceci est corroboré a contrario par la baisse des exportations manufacturières en 1985, alors qu’il (...)

6• de 1982 à 1987, le poids plus important qu’acquiert le commerce extérieur par rapport au PIB est entièrement dû à la progression des exportations, qui débute dès 1982-1983, donc bien avant la réduction des licences d’importation ; cette progression est à mettre en relation avec l’existence d’une incitation à exporter, liée à la sous-évaluation de la monnaie nationale et aux excédents de production face à une demande interne déprimée3 : leur poids s’élève de 10,9 % à 14,4 % du PIB, tandis que les importations restent très comprimées (environ 5 % du PIB en moyenne en 1982-1987 contre 10,5 % en 1980-1981 ; voir tableau 1). Cette évolution est surtout attribuable à la croissance rapide des exportations de biens manufacturés : +60 % en dollars courants en 1983, et en moyenne une croissance supérieure à 25 % annuel entre 1984 et 1987, à l’exception de l’année 1985 (voir tableau V en annexe).

  • 4 Les ratios qui sont utilisés ici sont calculés à partir des statistiques de commerce extérieur pub (...)

7• 1987-1988 marque un tournant dans la qualité de l’ouverture externe de l’économie mexicaine, puisque la progression rapide du poids relatif des importations par rapport au PIB (de 5,8 % du PIB en 1987 à 15,4 % en 1993) rend compte à elle seule de la croissance du ratio accumulé de commerce extérieur par rapport au PIB, la perte relative de dynamisme des exportations conduisant à une stagnation de leur participation à environ 15 % du PIB4 : leur croissance s’établit autour de 10 % annuel à partir de 1991 (voir tableau V en annexe), alors que le rythme de croissance des importations s’accélère puisqu’il est proche de 25 % annuel en 1992.

Graphique 6 - Commerce extérieur (en pourcentages du PIB)

Graphique 6 - Commerce extérieur (en pourcentages du PIB)

source : Tableau 1.

8L’ouverture commerciale peut donc être ramenée à deux moments ; de 1982 à 1987, les exportations se trouvent favorisées, en premier lieu du fait de leur plus grande rentabilité relative, puis grâce aux effets bénéfiques de la libéralisation commerciale sur les importations de biens intermédiaires ; les producteurs nationaux rencontrent alors peu de concurrence sur le marché intérieur, le taux de change réel étant déprécié. Dès 1988, l’accélération de la libéralisation commerciale accentue l’effet concurrentiel des importations sur le marché mexicain, et ce d’autant plus qu’elle se combine avec une réévaluation réelle du peso, phénomène qui en même temps diminue la rentabilité relative des exportations. La reprise rendant la demande intérieure plus vigoureuse, les ventes des secteurs traditionnels s’orientent de nouveau vers le marché national, comme cela avait été déjà le cas en 1985, les secteurs leaders à l’exportation se voyant par ailleurs affectés par la récession nord-américaine à partir de 1991-1992.

Graphique 7 - Composition des exportations (1982) (en pourcentages)

Graphique 7 - Composition des exportations (1982) (en pourcentages)

source : Tableau VIb, en annexe.

9Tout cela conduit a un résultat assez paradoxal : c’est avant que la libéralisation commerciale ait produit ses premiers effets – avant même qu’elle ait véritablement commencé – que la progression des exportations est la plus vive, un ralentissement net, bien que variable au niveau sectoriel, étant observé entre 1988 et 1993. A titre d’hypothèse, on peut d’ores et déjà attribuer cette évolution à l’interaction problématique d’une stabilisation centrée sur l’ancrage cambiaire et des deux volets de l’ouverture de l’économie, ouverture commerciale et ouverture aux flux financiers externes.

b) La modification de la composition des exportations

  • 5 Jusqu’à 1992, les importations et exportations réalisées par l’industrie maquiladora ne figuraient (...)

10Les années 1982-1992 voient l’affirmation du Mexique en tant qu’exportateur de biens manufacturés – ceux-ci passent de 16 à 78 % du total des exportations5 – ; ce phénomène s’avère lié à l’essor d’un petit nombre d’activités.

  • 6 Ces chiffres sont calculés à partir de statistiques qui considèrent la valeur brute des transactio (...)

11En effet, malgré la diminution du poids des produits pétroliers, les exportations mexicaines restent concentrées ; quatre grandes divisions – produits métalliques, machines et équipement, pétrole brut et gaz naturel, textiles, vêtement et cuir, chimie, par ordre d’importance décroissant – expliquent 78 % de leur valeur totale en 1992 (voir tableau VIb en annexe), la première d’entre elles représentant à elle seule 51 % de la valeur exportée6.

12Comme nous l’avons déjà signalé, il est possible de distinguer à cet égard deux temps dans la croissance des exportations : de 1982 à 1987, celle-ci est le fait de nombreuses activités industrielles concernant aussi bien des branches modernes, comme les équipements de transport routier ou la chimie, que de plus traditionnelles – alimentation, textiles, bois, papier, produits minéraux non métalliques (ciment, verre) –, dont les exportations croissent tant en valeur absolue qu’en part relative. Entre 1988 et 1994, cette diversification relative tend à régresser : c’est qu’elle était attribuable, certes, aux importants excédents de production dont disposaient les branches traditionnelles tournées vers le marché intérieur, mais aussi à l’existence d’un taux de change favorable.

Graphique 8 - Composition des exportations (1992) (en pourcentages)

Graphique 8 - Composition des exportations (1992) (en pourcentages)

source : Tableau VIb, en annexe.

13Actuellement, les exportations mexicaines sont donc composées à hauteur de 51 % par des biens provenant de la division Produits métalliques, machines et équipement (4,18 % de la valeur totale des exportations de biens en 1982) et plus particulièrement de deux sous-divisions : celle des équipements de transport routier – automobiles, camions, moteurs et pièces, soit 15,92 % du total exporté en 1992 –, dont la progression s’est faite surtout au cours de la période 1982-1987, et l’appareillage électrique et électronique, à la croissance extrêmement dynamique sur la seconde moitié de la période considérée – de 2 % (1987) à 25 % (1992) de la valeur exportée.

  • 7 La composition des exportations agricoles mérite une mention à part : au cours de la décennie semb (...)

14Les exportations de pétrole et de gaz naturel continuent de figurer en seconde position des exportations totales de biens, avec, en 1992, 16,06 % de leur valeur – contre 75,8 % en 1982 –, tandis que les produits textiles, les vêtements et le cuir grimpent de la dixième position à la troisième – de 0,71 % de la valeur des exportations en 1982 à 5 % en 1992. Viennent ensuite les exportations chimiques (5 % de la valeur des exportations en 1992), agricoles7 (qui perdent de leur importance relative), agroalimentaires, puis sidérurgiques, minérométallurgiques, ainsi que produits minéraux non-ferreux, plastiques et caoutchouc.

  • 8 Les cinq principaux produits exportés sont les automobiles, qui représentaient en 1991 22 % de la (...)

15Vues sous l’angle des produits, les exportations de biens industriels se concentrent actuellement autour d’un nombre réduit de ceux-ci : les cinq principaux représentent environ 35 % de la valeur exportée, et les cinquante premiers 75 %8. Les exportations dont la croissance a été la plus dynamique sont des produits issus de branches modernes qui ont fait l’objet de politiques de promotion industrielle (automobile, ordinateurs), mais on trouve également en bonne place des produits mûrs (produits ferreux, aciers, ciment, articles de verre, électroménager) et des produits fondés sur l’existence de ressources naturelles (commodities) : dérivés du pétrole, zinc, agroalimentaire.

  • 9 Ce sont 28 branches d’activité représentant en 1992 80 % du commerce extérieur industriel (J.I. Ca (...)
  • 10 Il s’agit là d’une « position stratégique optimale » dans la classification de F. Fajnzylber, 1991 (...)
  • 11 Dans cette « position stratégique vulnérable » se trouvaient les industries métalliques de base, l (...)
  • 12 Dans le même temps, 17 % des activités se situaient en position « d’occasions perdues », c’est-à-d (...)

16La situation stratégique des activités industrielles les plus représentatives9 a été précisée dans une étude récente sur la compétitivité externe de l’industrie mexicaine. J.I. Casar y montre qu’en 1991 –1992 une grande part de celles-ci (74 % du total) se situait dans des secteurs dynamiques – ce sont donc des biens progressifs – où elles gagnaient des parts de marchés10 ; 19 % d’entre elles faisaient de même, mais dans des secteurs à croissance plus lente que la moyenne11 : il s’agit là d’une nette amélioration par rapport à la situation existant en 1980-1981, où ces deux types de positions stratégiques rassemblaient respectivement 44 et 37 % des activités exportatrices essentielles12.

  • 13 Voir C. Salinas de Gortari, 1994, Annexe, p. 230-232.

17De fait, les divisions les plus dynamiques à l’exportation (les produits métalliques et machines, les textiles et l’industrie du vêtement, l’industrie du bois, les produits chimiques, les produits à base de caoutchouc et les plastiques) sont celles qui se sont intégrées le plus étroitement à des circuits de production internationalisés, soit parce qu’elles présentent l’essor le plus rapide de l’industrie maquiladora13, soit parce qu’elles montrent un niveau élevé de commerce intra-firme, avec dans tous les cas une présence très significative de capitaux étrangers. On verra que ceci est lié à une autre caractéristique des exportations mexicaines : leur concentration croissante sur l’Amérique du Nord.

2. LA PRÉPONDÉRANCE CROISSANTE DES ÉCHANGES AVEC L’AMÉRIQUE DU NORD ET LE RÔLE DE L’IED

18L’ouverture de l’économie mexicaine sur l’extérieur a correspondu à un mouvement de concentration des échanges externes du pays sur l’Amérique du Nord et surtout sur les États-Unis, le commerce avec le Canada étant restreint.

  • 14 Dans les deux premiers cas, il y a également une régression en valeur des exportations. L’ampleur (...)

19En 1982, plus de la moitié des échanges externes se faisait déjà avec les États-Unis, avec une proportion plus élevée (60 %) pour les importations. La part de l’Europe dans les exportations mexicaines était alors de 22 %, celle de l’Asie et des pays d’Amérique latine d’environ 8 %. En 1992, la participation relative de ces trois zones géographiques s’est réduite, la recomposition étant plus accentuée en ce qui concerne les exportations, dont plus de 80 % se font actuellement vers les États-Unis tandis que les parts respectives de l’Europe, de l’Asie et de l’Amérique latine dans les exportations totales sont tombées à 7, 2,5 et 6 % (voir tableau VII en annexe)14.

20La signature, puis la mise en place en janvier 1994 du Traité de libre-échange de l’Amérique du Nord couronne donc une évolution amorcée au lendemain de la crise de la dette externe de 1982 et développée tout au long de la décennie qui a suivi.

21À cette concentration géographique des exportations mexicaines, il faut ajouter également les traits significatifs suivants :

  • les exportations sont en majeure partie le fait d’un très petit nombre d’entreprises de grande taille : les PME, qui forment l’essentiel du tissu productif mexicain (plus de 90 % des entreprises), sont très peu présentes à l’exportation, et, plus généralement, la majorité des entreprises mexicaines appartenant aux secteurs traditionnels reste tournée vers le marché intérieur ;
  • les entreprises multinationales ou à participation de capitaux étrangers sont à l’origine d’une importante fraction des exportations, et plus particulièrement de leur composant le plus dynamique, les exportations de biens manufacturés modernes (industrie automobile, électronique) ; leur participation s’élevait à 34,3 % des exportations totales et à 62,2 % des exportations manufacturières en 1989 (contre 7,5 et 30,7 % respectivement en 1983)15. On sait que ces productions forment partie de secteurs où la concurrence internationale est très intense et qui ont fait l’objet de restructurations importantes. C’est dans le cadre des stratégies d’entreprises qu’il faut situer les investissements étrangers réalisés dans ces branches au Mexique : à partir des années 80, les établissements qui commencent à opérer sont destinés à exporter tout ou partie de leur production et se trouvent intégrés dans un circuit productif nord-américain, d’où l’importance qu’y acquiert le commerce intra-firme16 ;
  • les capitaux mexicains sont plutôt situés dans les secteurs des biens mûrs, en particulier des biens intermédiaires ou de ceux qui proviennent de la transformation de ressources naturelles : ciment, produits ferreux et sidérurgiques, bière, dérivés pétroliers, produits chimiques.

Graphique 9 - Commerce extérieur par zones (1992) (en pourcentages)

Graphique 9 - Commerce extérieur par zones (1992) (en pourcentages)

source : Tableau VII, en annexe.

22En conclusion, la spécialisation internationale du Mexique se trouve actuellement centrée autour de :

  • biens modernes, où prédominent l’IED et le commerce intra-fïrme : c’est là que la croissance est la plus dynamique. C’est dans l’expansion de ces activités qu’il faut trouver la source du nouveau profil exportateur du Mexique ;
  • biens primaires (pétrole et gaz, agriculture), dont la part en valeur a régressé notablement ;
  • biens mûrs, relativement simples et souvent très intensifs en capital, plus fréquemment sous contrôle mexicain.

Graphique 10 - Investissement étranger direct accumulé (1980-1993)

Graphique 10 - Investissement étranger direct accumulé (1980-1993)

source : Tableau VIII, en annexe.

23À quelques exceptions près, les exportations de biens de consommation traditionnels hors maquiladoras ont constitué une part fluctuante mais minoritaire des exportations manufacturières. Considérées dans leur ensemble, elles semblent avoir été davantage liées à l’existence d’une capacité productive inutilisée pour cause d’insuffisance de demande interne. La construction de cette spécialisation s’est accompagnée d’un mouvement de concentration géographique des échanges sur l’Amérique du Nord. On peut avancer qu’elle est le produit :

  • des avantages compétitifs liés à la structure productive créée au cours des années 1960-1982 dans le cadre de la stratégie de substitution d’importations et plus particulièrement au cours de sa dernière étape, durant laquelle l’État a cherché à favoriser le développement des industries de biens intermédiaires (aciéries, cimenteries, produits chimiques), celui de biens de consommation durables et d’équipement comme l’automobile et le matériel de transport routier, processus qu’il a fait suivre du choix de la « voie pétrolière » ;
  • des modifications introduites par le processus de stabilisation et de changement structurel dans les avantages comparatifs statiques du Mexique avec, en particulier, l’abaissement des coûts relatifs de la main-d’œuvre mexicaine, la libéralisation commerciale, l’assouplissement à partir de 1984 du régime des établissements d’assemblage de produits destinés à l’exportation (maquiladoras), et en 1989, de l’IED. Ces évolutions ont fait ressortir l’avantage naturel de la proximité des États-Unis.

24Cette nouvelle spécialisation internationale, qui n’est pas dans ses grands traits conforme aux prédictions du modèle standard de commerce international, a amené certains analystes à y voir la preuve du succès a posteriori de la stratégie d’industrialisation substitutive - aujourd’hui officiellement si décriée - dans la mesure où celle-ci aurait réussi à transformer fondamentalement les avantages comparatifs de l’économie mexicaine : les secteurs qui sont aujourd’hui à la tête des exportations sont ceux qui ont fait l’objet de politiques spécifiques de promotion.

25Dans la section suivante, nous tenterons d’évaluer l’ampleur des transformations induites par l’ouverture commerciale dans l’industrie, c’est-à-dire le secteur le plus susceptible de se trouver affecté par celle-ci, pour ce que nous venons de voir ; pour ce faire, nous les rapporterons aux effets attendus par la théorie économique en posant les questions suivantes : la transformation spectaculaire de la spécialisation internationale du Mexique reflète-t-elle une modernisation généralisée de l’appareil productif ? Si oui, celle-ci est-elle attribuable aux effets de l’ouverture commerciale ?

Notes

1 Rappelons que le processus d’ouverture commerciale entrepris à la fin des années 70 lors du boom pétrolier avait été abandonné au moment de la crise de la dette externe ; une partie des contingentements, concernant les biens non produits localement, avait été levée en 1983-1984, dès que la balance commerciale avait retrouvé son équilibre.

2 La part du Mexique dans le commerce international s’est élevée de 1,26 % en 1979-1981 à 1,58 % en 1989-1991 (J.I. Casar, 1994, p. 348).

3 Ceci est corroboré a contrario par la baisse des exportations manufacturières en 1985, alors qu’il se produisait une récupération du marché interne. De fait, si l’on compare les prix relatifs des biens échangés produits dans le pays et à l’extérieur – calcul du taux de protection nominale (TPN) et du taux de protection effectif (TPE) –, les biens manufacturés considérés dans leur ensemble auraient présenté depuis 1982 des taux de protection nominale et effective négatifs – des prix intérieurs inférieurs au prix mondiaux –, qui impliquaient donc une plus grande rentabilité des exportations par rapport aux ventes sur le marché intérieur (J. Weiss, 1992).

4 Les ratios qui sont utilisés ici sont calculés à partir des statistiques de commerce extérieur publiées par l’INEGI et n’incluent pas les importations et exportations brutes des entreprises maquiladoras.

5 Jusqu’à 1992, les importations et exportations réalisées par l’industrie maquiladora ne figuraient pas dans la balance des paiements, qui enregistrait la valeur ajoutée par ces entreprises sous la dénomination de « services de transformation » ; à partir de cette année-là cependant, le commerce extérieur réalisé par ce type d’entreprises ne fait plus l’objet d’un enregistrement différencié, à l’exception des importations intermédiaires. Les statistiques de l’INEGI pour l’année 1993, qui continuent d’exclure les transactions réalisées par les maquiladoras, montrent que les exportations manufacturières constituaient en 1993 environ 52 % des exportations de biens hors maquiladoras. Le changement de méthodologie, s’il rapproche les statistiques mexicaines des pratiques internationales, a donc notamment pour effet d’élever fortement le poids statistique des biens manufacturés dans les exportations mexicaines de marchandises.

6 Ces chiffres sont calculés à partir de statistiques qui considèrent la valeur brute des transactions réalisées par les entreprises maquiladoras.

7 La composition des exportations agricoles mérite une mention à part : au cours de la décennie semble s’être dessinée une vocation d’exportateur de fruits et de légumes frais (voir tableau VIc en annexe) : la part relative de ces produits dans les exportations agricoles mexicaines a presque doublé en 10 ans, de 36,73 % du total en 1982 à 67 % actuellement.

8 Les cinq principaux produits exportés sont les automobiles, qui représentaient en 1991 22 % de la valeur totale des exportations de biens manufacturés, les moteurs (7 %), les pièces détachées automobiles, les pièces détachées pour machines et les ordinateurs (K. Unger, 1993, tableau 3, p. 192-193). Ces chiffres ne tiennent pas compte des exportations des maquiladoras.

9 Ce sont 28 branches d’activité représentant en 1992 80 % du commerce extérieur industriel (J.I. Casar, 1994, p. 341-344).

10 Il s’agit là d’une « position stratégique optimale » dans la classification de F. Fajnzylber, 1991 qui est utilisée par J.I. Casar. C’est le cas des principaux produits exportés : automobile, chimie et pétrochimie, électroménager et électronique, machines et produits métalliques, plastiques, verre, fruits et légumes en conserve.

11 Dans cette « position stratégique vulnérable » se trouvaient les industries métalliques de base, la sidérurgie et le raffinage de pétrole.

12 Dans le même temps, 17 % des activités se situaient en position « d’occasions perdues », c’est-à-dire qu’elles perdaient des parts de marché dans des secteurs de biens progressifs (ibid., p. 343).

13 Voir C. Salinas de Gortari, 1994, Annexe, p. 230-232.

14 Dans les deux premiers cas, il y a également une régression en valeur des exportations. L’ampleur plus grande de la recomposition des exportations pourrait indiquer le nouveau rôle de plate-forme exportatrice que joue le Mexique par rapport au marché nord-américain, les capitaux étrangers – japonais, européens, coréens – investis dans les entreprises maquiladoras n’étant pas négligeables, bien que minoritaires (voir la hausse notable des importations en provenance d’Asie, dont la valeur a presque été multipliée par 5 en 10 ans).

15 G. Kessel et R. Samaniego, 1992, p. 23.

16 K. Unger, 1993.

Notes de fin

1 En pourcentages de couverture de la production de biens commercialisables (pondérations de 1986).

2 Pondérées par la composition de la production de biens commercialisables (1986).

Table des illustrations

Titre Tableau 3 - Réduction des restrictions au commerce extérieur (1980-1990)
Légende Note 11Note 22source : OCDE, 1992, tableau 39, p. 149.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Graphique 6 - Commerce extérieur (en pourcentages du PIB)
Légende source : Tableau 1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 7 - Composition des exportations (1982) (en pourcentages)
Légende source : Tableau VIb, en annexe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2853/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique 8 - Composition des exportations (1992) (en pourcentages)
Légende source : Tableau VIb, en annexe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2853/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 9 - Commerce extérieur par zones (1992) (en pourcentages)
Légende source : Tableau VII, en annexe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2853/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Graphique 10 - Investissement étranger direct accumulé (1980-1993)
Légende source : Tableau VIII, en annexe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2853/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr