Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ocho mil años de la Cuenca de Zacapú

 | 
Pierre Pétrequin

Résumé de synthèse

Texte intégral

1Le Projet Michoacán I (1983-1986) a été centré sur une large zone au nord-ouest du bassin occidental de Zacapu et, en particulier, sur la péninsule des ʺLomasʺ de Zacapu, ensemble collinaire qui domine de quelques mètres les grands marécages de la ʺCiénega de Zacapuʺ. Les travaux archéologiques dans les Lomas ont révélé une occupation dense pendant les neuf premiers siècles de notre ère (date radiocarbone la plus ancienne obtenue : INAH 331, 1961 ± 34 B.P., soit 86 avant J.-C. - 68 après J.-C. après calibrage), (Fig. 1, Cuadernos de estudios michoacanos 5, 1993), mais le paysage actuel est très différent de celui que connurent les sociétés préhispanique et coloniale, parce que le marais a été artificiellement drainé au début du siècle. Pour l'archéologue, il convenait donc de tenter de reconstituer le paléoenvironnement. D'après le témoignage des derniers Tarasques, avant l'assèchement de la Ciénega de Zacapu, on y circulait en pirogue par des chenaux maintenus ouverts dans une végétation aquatique très dense ; dans ce marais amphibie, la pêche et la collecte des amphibiens était fructueuse. Sur les rives des Lomas, on exploitait le tule pour des nattes tressées, et on chassait le cerf, le porc sauvage et le canard. Une description d'un hameau des Lomas en 1590 montre quelques maisons au milieu de jachères et de champs de maïs, avec beaucoup d'arbres et de magueys. Mais rien ne permet de démontrer, a priori, que ces paysages et ces modes d'exploitation étaient déjà en place à l'époque préhispanique. Au terme de la première phase des recherches archéologiques, trois questions ont conduit à centrer un nouveau programme sur le paléoenvironnement des Lomas (Projet Michoacán, étape II).

  • Quel a été le mode de formation des Lomas ?
  • Quelle était la position de la rive du lac et comment a-t-elle évolué sur la longue durée ?
  • Peut-on apprécier la chronologie et la dynamique des modes de mise en valeur agricole sur les rives et sur les Lomas ?

2Les seules données antérieures utilisables pour notre problématique sont issues d'un sondage de 14 mètres dans la lagune de Zacapu, un sous-bassin à alimentation pérenne en amont de la ciénega. La stratigraphie est ici très dilatée, avec une production élevée de diatomées : deux épisodes d'abaissement du plan d'eau de la lagune ont été notés en 2800-2400 B.P. et vers 1100 B.P. (dates obtenues à l'accélérateur de particules sur des échantillons très appauvris en matière organique, d'où quelques problèmes de fiabilité des dates). Mais les résultats obtenus dans le sous-bassin de la lagune ne peuvent pas être retransposés sans risque à l'ensemble du bassin de Zacapu, car ils sont séparés l'un de l'autre par un seuil de diatomées anciennes dont la mise en place est mal datée.

LE CHOIX DES COLONNES STRATIGRAPHIQUES

3Pour tenter de résoudre ces problèmes de paléoenvironnement dans un contexte à forte emprise humaine potentielle, nous avons retenu quatre points d'échantillonnage :

  • Point 1, situé à 900 m à vol d'oiseau de la bordure externe des Lomas et bien à l'intérieur du marais de Zacapu. On pouvait espérer qu'ici, à l'intérieur de la ciénega, les conditions de sédimentation seraient particulièrement favorables, avec une sédimentation dilatée et continue, avec, aussi, un faible risque de lacunes sédimentaires ; on pouvait escompter également que des informations de portée régionale y seraient décelables.
  • Point 2, situé à proximité immédiate de la rive actuelle du marais, dans une indentation du rivage où l'ancien marais pénétrait à l'intérieur des Lomas. Dans ces conditions topographiques où un transect de 13 sondages permettait de suivre l'évolution du rivage en chronologie, les marqueurs régionaux devraient être pondérés par les indicateurs riverains, en particulier s'il y avait des pratiques agricoles sur les Lomas elles-mêmes.
  • Point 4, situé dans la zone amont d'un large marais interne qui s'inscrit au milieu des Lomas potentiellement cultivables et à proximité immédiate de sites archéologiques reconnus et datés du 1er millénaire ap. J.-C. Cette intrusion à l'intérieur même des espaces nécessairement anthropisés au moins à partir de l'an 0 devait permettre de souligner la part de l'homme dans l'évolution tardive du paysage des Lomas.
  • Point 5, prélèvements effectués sur coupe stratigraphique dans le site archéologique de Loma Alta.

4Dix-huit échantillons ont été datés par le radiocarbone pour évaluer l'écoulement du temps sur les colonnes stratigraphiques (8 échantillons au Point 1, 5 échantillons au Point 2 et 5 échantillons au Point 4). Ces dates ont déjà fait apparaître un problème majeur : la date la plus récente a été obtenue au sommet de la colonne 2, inah 890 (zac-79), 2170 ±60 B.P., soit 398 - 18 av. J.-C ; elle est donc antérieure à la date la plus ancienne obtenue sur le site archéologique de Loma Alta. Dès lors, on pouvait être assuré, que par suite de la pollution récente par les radicelles de la végétation actuelle, et peut-être de phénomènes d'érosion et de déflation postérieurs au drainage de la ciénega, le sommet des colonnes d'échantillons, inutilisable pour des analyses, était en fait contemporain des phénomènes archéologiques à étudier. L'étude paléoenvironnementale ne portera donc que sur la séquence chronologique antérieure aux premières occupations attestées sur les lomas par l'archéologie.

5Le premier constat est donc un constat d'échec : à partir des colonnes choisies, il est impossible de répondre précisément aux questions de l'archéologie en ce qui concerne l'évaluation du milieu pendant les premiers siècles de notre ère. Il semble bien que seule la laguna de Zacapu, avec son sous-bassin isolé de la ciénega par un seuil, ait conservé des sédiments contemporains de cette époque.

6Mais les colonnes prélevées portent sur une séquence longue et bien dilatée, débutant vers 8220 ± 160 B.P. inah 890 (zac-133 et 134), avec une puissance maximale de 3,85 m au Point 1. Pour raccorder les trois colonnes, on s'est fondé sur les datages radiocarbone, les figures sédimentaires, les diagrammes polliniques et les analyses de diatomées. Ces quatre méthodes, appliquées à des domaines différents, ont permis des corrélations fiables pour les grands épisodes sédimentaires ; les contradictions sont mineures et ne portent que sur des points de détail.

  • * Pour les figures se reporter au Resumen sintético.

7A partir de trois sondages tubés, on a donc obtenu un transect théorique qui permet de suivre l'évolution paléoenvironnementale depuis les marais internes des Lomas jusque dans la cuvette de l'ancien grand marécage de la ciénega (Figs. 62 et 63)*.

LA PHASE A DU GRAND MARAIS DE ZACAPU AVANT LE VIe MILLENAIRE AV. J.-C.

8Pendant la première phase de comblement du marais de Zacapu, telle que repérée dans les sondages, le climat est tempéré, de humide à subhumide. Dans les paysages végétaux, la forêt de pin, chêne et aulne, avec strate herbacée, alterne avec des prairies, l'un pouvant l'emporter sur l'autre ; ces modifications de la végétation lointaine pourraient correspondre à des destructions partielles du couvert arboré lors d'éruptions volcaniques et de projection de cendres parfois attestées dans les remplissages. Dans le marais lui-même, le plan d'eau est peu profond, avec quelques points bas et une végétation aquatique qui se développe sur les rives. En fait, les flaques d'eau montrent des variations faibles dans une ambiance plus ou moins acide, avec des apports par érosion en début de période. L'identité des sédiments, des diatomées et des pollens à la base des trois sondages ne peut être expliquée que par l'hypothèse d'un marais commun à ces trois points de prélèvement ; on se situerait donc avant la mise en place des Lomas. La ciénega, le rivage et le marais interne actuels ne seraient pas encore différenciés dans la topographie ; les pollens et les diatomées indiquent simplement que le fond de la cuvette se relevait alors très doucement depuis le Point 1 (vers le centre du marais) en direction du Point 4 (plus proche de la rive ancienne).

LA PHASE B ET LA MISE EN PLACE DES LOMAS AU VIe MILLENAIRE AV. J.-C.

9Le long de la séquence stratigraphique, un épisode majeur vient interrompre l'évolution du marais de Zacapu. Cet accident a été repéré dans la sédimentation (inversion de pendage des couches de l'épisode A, dépôts de cendres volcaniques en lits successifs, très importante érosion des diatomites anciennes des Lomas), dans les susceptibilités magnétiques (pics successifs très forts), dans les diatomées (changement complet de la flore) et dans les pollens. Cet épisode majeur, qui voit le bouleversement de la topographie du fond du marais, se situe entre -258 et -290 cm sur la colonne 1 ; il est daté des environs de 6300-6000 av. J.-C.

10Cette crise volcanique et l'épisode tectonique qui lui succède ont eu d'énormes conséquences sur le modelé et le fonctionnement du marais de Zacapu. Avant cet épisode, les Points 1, 2 et 4 se situaient tous trois à l'intérieur d'un seul et même grand marais, dont la rive était éloignée de la zone d'étude. Au contraire, à la fin de cet épisode majeur, on reconnaît la surrection des Lomas, qui viennent segmenter le grand marais d'origine et isoler le marais interne (Point 4). On peut décomposer l'histoire du phénomène :

  • succession d'eruptions avec incendies d'une partie au moins de la forêt du bassin de Zacapu. La source d'émission des cendres est donc peu éloignée dans l'espace.
  • rejeu tectonique et surrection des Lomas, par déformation des couches de diatomites anciennes dans l'axe des coulées volcaniques du Capaxtiro.
  • intensification de l'erosion sitôt que les Lomas deviennent émersives, à peu près à leur cote actuelle.

11Le fait que des assemblages de diatomées soient complètement différents avant et après la crise volcanique et tectonique implique des conséquences sur l'ensemble du bassin et probablement aussi sur l'exutoire de Villa Jiménez, situé sur le même faisceau de faille que le cône du Capaxtiro.

12Il est tentant de raccorder ce réajustement du bassin de Zacapu avec les éruptions du Capaxtiro à l'ouest, mais l'état des datations de ces épandages volcaniques tout proches ne permet pas de le démontrer.

LA PHASE C ET LE RETABLISSEMENT DE L'EQUILIBRE SEDIMENT AIRE AU Ve MILLENAIRE AV. J.-C.

13Pendant ʺl'épisode majeurʺ, les diatomées montrent que le marécage est peu profond. Les assemblages de diatomées sont dominés par Fragilaria, qui peut vivre dans des environnements fortement minéralisés. L'augmentation du nombre des diatomées est peut-être favorisée par l'apport de silice à partir des cendres volcaniques. De plus l'érosion drastique des Lomas et l'accumulation des diatomites anciennes remaniées au pied des Lomas, côté marais de Zacapu comme côté marais interne, ont pu également favoriser Fragilaria qui devient de plus en plus abondante, tandis que les espèces liées à la végétation aquatique diminuent d'abord, dans un premier temps.

14L'épisode érosif sur les Lomas, avec des accumulations en bordure du marais, se poursuit au moins jusqu'au milieu du Ve millénaire. Les talus de débris alors déposés en eau peu profonde, sur la rive et dans le marais interne, confirment que les Lomas sont maintenant en place, avec leur topographie actuelle, et que la couverture végétale n'y est pas encore très stable.

15Les pollens et les diatomées suggèrent peut-être une diminution de l'humidité, avec l'instauration très progressive d'un climat tempéré demi-sec, indiscutable au moins pour la fin de la période, vers le milieu du Ve millénaire av. J.-C. L'étendue du marais de Zacapu se réduit, avec une eau peu profonde, plus eutrophe, et le développement d'une abondante végétation aquatique. Les herbacées prennent de l'importance sur les zones émersives, au fur et à mesure que le niveau du marais s'abaisse.

LA PHASE D ET L'ABAISSEMENT MAXIMAL DU PLAN D'EAU AUX IVe ET IIIe MILLENAIRES AV. J.-C.

16Les dépôts de tourbes ou d'argiles noires se généralisent dans les points bas du marais de Zacapu et du marais interne. Les très fortes variations de la pression osmotique affichées par les diatomées, le développement de Botryococcus, des eaux mortes et de l'eutrophisation, comme l'attestent les pollens, sont des indices très sérieux d'un climat plus sec et d'un marais alcalin peu profond.

17Si l'on accepte d'introduire des données extérieures au bassin de Zacapu, on reconnaîtra, à peu près à la même époque, un épisode de climat sec dans le bassin du Lerma, près de Toluca (Metcalfe et al. 1991), dans le bassin de México (Gonzalez Quintero 1986, Bradbury 1989) et peut-être à Pátzcuaro (Watts et Bradbury 1982).

18Enfin le début du IIe millénaire est marqué par une nouvelle extension du marais, et le retour à des conditions climatiques tempérées subhumides qui marquent la fin de la phase D.

LA PHASE E ET L'ANTHROPISATION DU MILIEU AUX IIe ET Ier MILLENAIRES AV. J.-C.

19Avec le retour à un climat un peu plus humide, le marais de Zacapu retrouve ses flaques peu profondes, mais avec des espèces aérophyles. Le marais interne est plutôt boueux, avec une haute salinité du sol. Les diagrammes polliniques montrent que, postérieurement à 2069-1660 av. J.-C, la forêt régionale est clairement touchée par les défrichements, soulignés par la baisse de Chenopodiaceae-Amaranthaceae, et l'augmentation que prennent les graminées. Dans les marais eux-mêmes, la fréquentation par l'homme est démontrée par un tesson, quelques apports de cailloux exogènes, et par un tranchet en basalte, pouvant servir à couper les feuilles de maguey ou le tule ; un cactus Opuntia, est d'ailleurs signalé parmi les graines du Point 4.

20Mais, parmi les approches utilisées, aucune n'a mis en évidence de traces d'agriculture sur les Lomas elles-mêmes, même à la fin du Ier millénaire av. J.-C, juste avant l'implantation des premiers sites archéologiques.

21L'étude des colonnes du marais de Zacapu permet donc de souligner des phénomènes de défrichements anthropiques à l'échelle régionale, antérieurs de deux millénaires aux vestiges archéologiques les plus anciens repérés à ce jour (Loma Alta), mais schématiquement contemporains des premiers indices d'agriculture du maïs dans le bassin de Pátzcuaro.

L'ENVIRONNEMENT DES LOMAS AU Ier MILLENAIRE AV. J.-C.

22Pour ce qui est de répondre à la dernière question des archéologues : ʺQuel est l'environnement des sites archéologiques des Lomas ?ʺ, le programme de recherche s'avère impuissant, parce que la séquence chronologique étudiée ne recoupe pas toute la séquence archéologique.

23Les analyses polliniques faites sur le site de Loma Alta, relativement proche du Point 4, montrent des échantillons très pauvres et mal conservés, où ne figure aucun pollen de plantes cultivées ; mais à cause de la mauvaise conservation, cette observation doit être prise avec une certaine réserve.

24Quant à l'hypothèse archéologique qui envisage des eaux particulièrement hautes pendant l'occupation archéologique des Lomas, il n'y a aucun argument positif ou négatif pour l'étayer ou la rejeter définitivement, car les sites fouillés sur les Lomas se situent, en chronologie, très exactement entre la fin des séquences analysées et les premiers témoignages des Tarasques. Seul le type de sédiment qui coiffe la partie supérieure des Points 1, 2 et 4, des argiles noires (non analysées parce que polluées par les radicelles de la végétation actuelle), plaide en faveur d'une certaine stabilité du marais de Zacapu pendant les premiers siècles de notre ère, sans modification longue des conditions précédentes de mise en eau. Cette observation non chiffrée s'inscrirait plutôt contre l'hypothèse de hauts niveaux lacustres qui auraient modifié les conditions d'occupation des Lomas à la fin de la phase Lupe (vers 850 ap. J.-C).

Notes de fin

* Pour les figures se reporter au Resumen sintético.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr