Version classiqueVersion mobile

Les inscriptions de la mosquée de Ḏī Bīn au Yémen

 | 
Nahida Coussonnet
, 
Solange Ory

III. La stèle de l’imām

La graphie de la stèle de l’imām

Texte intégral

1La graphie de la stèle de l’imām est un beau type de nasḫī yéménite du viie / xiiie siècle, particulièrement usité pour les stèles funéraires. Il se caractérise par une très forte densité des caractères qui ne laisse pratiquement aucun espace vide. S’il s’en trouve un, le lapicide l’a comblé par un petit motif végétal. L’écriture est répartie sur deux à trois niveaux ce qui explique les différences de dimensions des caractères qui, par ailleurs, offrent une assez grande variété de formes (cf. fac‑similé pl. XII).

2Les signes diacritiques sont notés très rarement. Quelques rares voyelles figurent dans les espaces vides, ainsi que les chevrons qui distinguent les caractères jumeaux (le sīn et le šīn, le ṣād et le ḍād, le ‛ayn et le ġayn). Mais ils ne sont pas mis systématiquement. Ces signes orthographiques ont probablement une fonction de remplissage.

Pl. XII. Alphabet de la stèle de l’imām

Pl. XII. Alphabet de la stèle de l’imām

3La répartition des caractères est assez irrégulière. Ils sont espacés au début des lignes et plus resserrés à la fin. Certaines lettres présentent également un allongement inhabituel. C’est le cas des bā’ et tā’, en position isolée, surtout lorsqu’ils sont au deuxième, ou troisième, niveau.

4La ligne de base de ce type de nasḫī yéménite présente de nombreuses ruptures de niveau et a tendance à suivre une pente descendante de la droite vers la gauche. L’illusion d’horizontalité de l’ensemble est due à la présence des listels qui séparent les lignes d’écriture les unes des autres.

5Les ligatures, souples ou concaves, sont extrêmement réduites. Parfois même, elles sont inexistantes (cf. les mots شهر, 1. 6 de la 3ème structure ; استشهد, dernière ligne). Notons toutefois, quelques rares allongements, par exemple, celui de la ligature du sīn et du mīm de la basmala, et celles qui relient certains mīm et rā’ ou mīm et nūn.

6Les proportions des caractères sont très variables et peu significatives. Elles dépendent du nombre de niveaux de la ligne d’écriture et également de l’espace dont dispose le lapicide en fin de ligne. Dans l’ensemble, les lettres sont un peu massives, de dimensions irrégulières, mais non dénuées d’élégance, surtout lorsqu’elles sont sur un seul niveau.

  • 57 Nous donnons seulement quelques exemples de chaque forme signalée, choisis de préférence dans les d (...)

7Les hampes des caractères sont généralement verticales, ou verticales effilées (de nombreux alif en position isolée), quelquefois légèrement obliques (cf. par ex. dans le tableau alphabétique, tā’ n° 237, lām 143, 54)57. Quelques alif et lām offrent une hampe à faible courbure (13, 138 et 161). Il en est de même des alif et lām‑alif (139, 208). Quelques lām‑alif ont des hampes croisées (74, 83, 144). Celles des kāf présentent plusieurs formes : verticale (201), oblique (179, 238), en segments brisés (84), légèrement recourbée (91, 163, 196) et, recourbée avec adjonction d’un petit segment oblique (222), parfois même, elle est presque horizontale (186).

8Les terminaisons supérieures des hampes sont, le plus souvent, en biseau quadrangulaire (alif 4,7 ; tā’ 101, 164, 113 ; lām 143, 8, 97, 124 ; lām‑alif 81, 208) mais aussi en simple biseau (alif 82, 165 ; tā’ 125 ; lām 213, 224). Les terminaisons des hampes des kāf sont, soit en biseau (238, 181, 196), soit en pointe (163, 186, 201, 84).

9Les terminaisons inférieures des hampes sont le plus souvent en pointe incurvée (alif 4, 13, 100 a, 138, 188 ; lām‑alif 81, 192, 215), mais aussi en biseau quadrangulaire (alif 79, 82, 105 ; lām‑alif 139, 208).

10Les corps des caractères offrent de multiples formes :

  • caractères à dents : les dents peuvent être de simples petits segments verticaux (bā’ 156 ; nūn 47 ; yā’ 17) ou obliques (bā’ 1, 24, 18 ; yā’ 115), ou encore, verticaux terminés par un biseau quadrangulaire (bā’ 156, 235) ou ornés d’une petite pointe sur le côté droit (bā’ 205), ou d’un petit segment oblique (yā’ 189) ; les dents peuvent être en forme de petite pointe (bā’ 71, 180, 202 ; nūn 39 ; yā’ 45), elles peuvent être en dents de scie (sīn / šīn 92, 2, 122), ou réduites à un segment souple (sīn / šīn 146, 231 ; nūn 133).

  • dent ou pointe à laquelle s’ajoute un segment : c’est le cas des bā’ et de ses homologues, lorsqu’ils sont en positions isolée et finale et de quelques hā’ et tā’ marbūa en position finale. Le segment est généralement horizontal, souple et terminé en pointe (bā’ 41, 184, 202) ; il peut s’étirer et s’achever en crochet (bā’ 152 ; hā’ 32 ; tā’ marbūa 29) ; dans un cas, la pointe se substitue à la dent et s’oriente vers le bas (tā’ 190). Parfois, le crochet est réduit à une simple amorce (hā’ 162).

  • corps en forme de boucle : les boucles peuvent être fermées et offrir la forme d’un cercle percé d’un petit œilleton mīm dans les quatre positions, quelques fā’ (114, 195) et qāf (44) quelques wāw (33, 36) ; les boucles peuvent être ouvertes comme une crosse ; c’est le cas de la plupart des fā’, qāf et wāw (fā’ 58 ; qāf 170 ; wāw 78) : elles sont parfois ornées d’une petite pointe (qāf 72). Les boucles qui forment le corps des ād / ād et ā’ / ā’ sont ovoïdes et peuvent être ouvertes (ā’ 125, 137, 113), ou fermées (ād 199, 112, ā’ 101). Enfin, la boucle de certains tā’ marbūa, en position isolée, s’enroule en sens inverse des autres boucles et se glisse à l’intérieur d’un dāl (66).

  • corps en forme de double boucle : cette forme est caractéristique des hā’ en positions initiale et médiane. La double boucle, généralement fermée, est, soit ovale (25, 59, 126), soit en forme de bulbe à deux ou trois œilletons (21, 95). Parfois une petite dent (96, 123), ou une petite pointe (21, 118, 127) orne le départ du caractère. Les boucles sont parfois déformées et la deuxième réduite à une dent (103, 120).

  • corps en forme d’angle aigu : le ğīm et ses homologues sont formés d’un angle plus ou moins aigu en position initiale. La partie au‑dessus de la ligne de base offre une courbe terminée par une pointe (10, 27). En position médiane, le corps de la lettre forme deux angles aigus (108, 166), et la partie supérieure de l’angle s’attache directement au caractère qui le précède (89, 166) ; parfois il affecte la forme d’une sorte de S (141).

  • corps en forme de triangle : certains ā’ offrent la forme d’un triangle évidé (94) ; il en est de même pour le ‛ayn en positions médiane et finale (48, 240, 204, 223).

  • caractères en forme d’arc : le ‛ayn, en position initiale, offre la forme d’un arc presque fermé et plus ou moins bombé. L’arc prend son départ sur le segment horizontal du caractère qui repose sur la ligne de base (63, 145).

  • caractères en forme de crochet : les dāl / āl présentent deux formes de crochet : en position isolée, le départ du crochet est une dent oblique ou courbe (117, 225), alors qu’en position finale la dent est plutôt verticale (55, 64).

11Les appendices des caractères : nous traiterons d’abord les caractères que nous considérons comme appendices : rā’ / zayn, en positions isolée et finale, nūn et yā’ en position isolée, puis les appendices qui s’ajoutent au corps des caractères.

12Les rā’ / zayn présentent une grande variété de formes : courbe (23, 175), courbe et contre‑courbe terminées par une pointe (34, 102, 147, 14), orthogonale (212, 172), crochet orienté vers la droite (142) ou, plus souvent, vers la gauche (20, 136) et fer de lance (218). Les nūn imitent la forme d’un fer à cheval plus ou moins écarté (80, 185, 110, 241). Le nūn 228 offre un appendice en crochet et s’achève en petite hampe verticale. Les yā’ offrent deux formes : l’une débute par une courbe et se poursuit sous la ligne de base par une horizontale (227) ; l’autre, en forme de S, se termine par un crochet (69, 168).

13Les formes les plus courantes des appendices s’ajoutant au corps des caractères sont : l’arc de cercle, terminé en pointe ou en biseau (sīn 122 ; ṣād 199, 226 ; fā’ 173 ; qāf 214 ; lām 124, 224 ; nūn 57), et le crochet (qāf 135 ; lām 177 ; nūn 12 ; yā’ 154, 198). Le crochet est généralement tourné vers la gauche, mais il l’est parfois vers la droite (nūn 211 ; yā’ 242). Plusieurs autres formes doivent également être notées : le segment souple remontant en crochet et terminé par une petite feuille (nūn 211), simple courbe avec pointe aux deux extrémités (nūn 230, yā’ 236), courbe ample (‛ayn 204) ou se repliant sur elle­‑même (‛ayn 223), forme orthogonale (yā’ 43, 160) ou en angle aigu (100b) et forme courbe dérivée de la forme orthogonale (yā’ 171, 178).

14Toutes ces formes de caractères, facilement repérables, ne sont pas stéréotypées. Elles varient au gré de la fantaisie de l’artisan, et de la place dont il dispose. Il est difficile de les codifier dans des définitions rigides, mais elles peuvent cependant être rassemblées en grands types qui permettent de définir les caractéristiques du type d’écriture.

  • 58 Cf. l’alphabet du cursif, dans l’ouvrage sur la mosquée al‑‛Abbas (sous presse).

15Le ductus de ce type de nasḫī yéménite semble correspondre à celui du galon des entrelacs qui passe alternativement en dessus et en dessous de la ligne qu’elle croise. Ceci est facilement repérable dans certains lām‑alif (74, 83), mīm (11, 229, 3), hā’ (127) et wāw (151). Il n’est, somme toute, pas très éloigné du nasḫī de 519 / 1125, étudié dans la mosquée al‑‛Abbās58. On y retrouve la tendance effilée des alif, mais avec une terminaison différente, pointe incurvée, et non en crochet, l’étirement des bā’, en position isolée, les mêmes types de ğīm, de dāl, de rā’, de kāf, les mêmes appendices en crochet ; mais, les caractères de la stèle de l’imām de Ḏī Bīn présentent plus de variétés de forme et certaines spécificités, telles les boucles ouvertes des fā’, qāf, wāw et les terminaisons supérieures ornées de biseaux quadrangulaires qui perdureront longtemps dans la graphie des stèles funéraires yéménites. Il faut également noter l’originalité du tā’ marbūṭa qui se glisse gracieusement dans la pointe du crochet des dāl. Au cours du siècle qui sépare les deux types de graphie, l’écriture cursive s’est enrichie et peut rivaliser en noblesse avec la graphie coufique qui conserve son prestige puisqu’elle a encore la préférence pour orner les tombeaux des personnages importants.

Notes

57 Nous donnons seulement quelques exemples de chaque forme signalée, choisis de préférence dans les différentes positions de la lettre. Il en existe naturellement d’autres.

58 Cf. l’alphabet du cursif, dans l’ouvrage sur la mosquée al‑‛Abbas (sous presse).

Table des illustrations

Titre Pl. XII. Alphabet de la stèle de l’imām
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 265k

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search