Version classiqueVersion mobile

Les inscriptions de la mosquée de Ḏī Bīn au Yémen

 | 
Nahida Coussonnet
, 
Solange Ory

III. La stèle de l’imām

Comparaison avec la stèle de l’imām al-Manṣūr bi-llāh

Texte intégral

  • 54 Nous laissons de côté la stèle de l’émir al‑Nāṣir li‑dīn Allāh ‛Izz al‑dīn Muḥammad, fils de l’imām (...)
  • 55 Le centre du bandeau supérieur est orné d’un fleuron issu de la composition végétale du décor de l’ (...)

1Les similitudes que nous avons relevées dans les formulaires des inscriptions des cénotaphes des imāms Aḥmad b. al‑Ḥusayn et al‑Manṣūr bi‑llāh ‛Abd Allāh b. Ḥamza, nous incitent à établir également des comparaisons entre les stèles de ces deux grands imāms54. Celles‑ci présentent de nombreux points communs : toutes deux, sont encastrées dans un mur de leur mausolée (l’une dans le miḥrāb, à Ẓafār, l’autre dans le mur est, à Ḏī Bīn) ; toutes deux sont en calcaire jaunâtre et présentent des structures identiques : un bandeau d’encadrement rectangulaire, orné aux quatre angles d’un petit motif géométrique et, sur trois côtés55, d’une rosette sertie dans un cercle ; toutes deux présentent un bandeau ornemental à rinceau, interrompu en son centre par un arc évoquant un miḥrāb garni d’une composition florale. Ce bandeau sépare la seconde structure de la troisième qui contient le texte principal de l’épitaphe.

2Outre ces similitudes matérielles, les deux inscriptions offrent une graphie similaire. Malheureusement, aucune étude paléographique n’a accompagné les magnifiques inscriptions de Ẓafār Ḏī Bīn, mais un simple coup d’œil, sur la stèle de l’imām al‑Manṣūr, permet de repérer de telles analogies entre les graphies des deux stèles (même type de nasḫī, réparti sur plusieurs niveaux), qu’on est en droit de se demander si celles‑ci n’auraient pas été exécutées par le même artisan. Toutefois, cette hypothèse semble improbable. En effet, le texte de la stèle de l’imām Aḥmad b. al‑Ḥusayn précise que son exécution a été réalisée par Yūsuf al‑Hādī, un des fils de l’imām al‑Manṣūr. Vu l’antagonisme opposant la famille des Ḥamzites à l’imām Aḥmad b. al‑Ḥusayn, on voit mal le fils d’al‑Manṣūr graver l’épitaphe de l’ennemi de sa famille, même si le laps de temps de quarante années séparant l’exécution des deux stèles, se révélait encore possible. Toutefois, il est clair que les deux répertoires alphabétiques proviennent de la même source.

  • 56 Cf. p. 13, note 9.

3Le choix des textes des deux épitaphes révèle également de nombreuses similitudes. Celui du bandeau d’encadrement commence de façon identique par une évocation coranique sur l’unicité et l’éternité divines (fragments des versets 55, 26‑27; 72, 3, 112, 1), puis se poursuit par une šahāda développée et une formule, figurant dans bon nombre d’inscriptions zaydites, à la louange du Prophète et de sa famille, tous élus et purifiés par Dieu. Un autre verset coranique retenu est commun aux deux épitaphes : 9, 21‑22 (annonce de la miséricorde divine et des récompenses promises aux croyants). Deux autres versets figurent dans l’épitaphe de Ḏī Bīn et sont absents de celle de Ẓafār (13, 41 et 54, 55). En revanche, le texte consignant la vie et les qualités des imāms diffère quelque peu. En effet, celui de l’imām al‑Manṣūr mentionne le nom du faqīh à qui fut confié le soin de la rédaction du texte de l’épitaphe, fait unique, à notre connaissance, en épigraphie arabe, et le nom et qualité de celui qui fut chargé de l’exécution, le fils de l’imām. À Ḏī Bīn, seul figure le nom de Šaraf al‑dīn Yaḥyā b. al‑Qāsim, beau‑frère et biographe de l’imām56, qui ordonna la construction du cénotaphe. Mais, rien n’est précisé pour la stèle, et s’il est probable qu’elle a été exécutée à l’occasion de la mise en place du cénotaphe, nous ne pouvons pas en avoir la certitude. Par ailleurs, contrairement à l’épitaphe de Ẓafār, aucun détail concret n’est donné sur la vie de l’imām. Seules sont précisées les œuvres pies qu’il a accomplies et la durée de son règne, comme celle‑ci l’est également sur la stèle de l’imām al‑Manṣūr bi‑llāh.

Notes

54 Nous laissons de côté la stèle de l’émir al‑Nāṣir li‑dīn Allāh ‛Izz al‑dīn Muḥammad, fils de l’imām al‑Manṣūr bi‑llāh, décédé en 623 / 1226. Celle‑ci est posée sur un cénotaphe qu’il est difficile d’attribuer avec certitude à cet émir (cf. SCHNEIDER (M.), op. cit., J. A., n° 3‑4, p. 325), mais sa graphie est identique à celle du cénotaphe de l’imām al‑Manṣūr. En revanche, la stèle, est bien celle de l’émir al‑Nāṣir li‑dīn Allāh, mais elle est d’une facture toute différente de celle de l’imām al‑ Manṣūr (en calcaire gris, oblongue). Son type de graphie, cursif à un seul niveau, est difficilement comparable avec celui des deux stèles qui nous intéressent. Par ailleurs, la photo dont nous disposons dans la publication ne permet pas d’en lire le texte et d’en discerner les caractères avec précision. Voir SCHNEIDER (Madeleine), op. cit., J. A., 3‑4, 1985, p. 301‑307 et fig. 38 à 41. Pour la stèle de l’imām al‑ Manṣūr bi‑llāh, cf. idem, J. A., 1‑2, p. 102‑103 et fig. 17.

55 Le centre du bandeau supérieur est orné d’un fleuron issu de la composition végétale du décor de l’arc.

56 Cf. p. 13, note 9.

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search