Version classiqueVersion mobile

Les inscriptions de la mosquée de Ḏī Bīn au Yémen

 | 
Nahida Coussonnet
, 
Solange Ory

III. La stèle de l’imām

Biographie de l’imām al-Mahdī li-Dīn Allāh

Texte intégral

  • 32 Voir GOCHENOUR (D. T.), The Penetration of Zaydi Islam into Early Medieval Yemen, PhD Harvard Unive (...)

1L’imām al‑Mahdī li‑dīn Allāh Aḥmad b. al‑Ḥusayn appartient à la lignée des imāms zaydites rassides du Yémen, descendant d’al‑Qāsim al‑Rassī b. Ibrāhīm Ṭabāṭabā (mort en 860)32 qui fut, au ixe siècle, le premier théoricien véritable de ce mouvement politico‑religieux. Le zaydisme, tendance ši‛ite de l’islam tire son nom de Zayd b. ‛Alī Zayn al‑‛Ābidīn, petit‑fils d’al‑Ḥusayn b. ‛Alī b. Abī Ṭālib, dont le martyre, par les Umayyades en muḥarram 122 / janvier 740 a donné nom à un courant visant à restituer, l’épée à la main, le pouvoir aux ‛alides, ses détenteurs légitimes. C’est en 283 / 897, soit 33 ans après la fondation du premier État zaydite véritable dans les provinces du sud de la mer Caspienne, au Daylam et au Ṭabaristān, que le zaydisme fit son apparition au Yémen, lorsque des tribus de la région de Sa‛da firent appel à Yaḥyā b. al‑Ḥusayn, petit‑fils d’al‑Qāsim al‑Rassī, pour arbitrer leurs conflits intertribaux. Le zaydisme domina depuis cette date l’histoire des hauts‑plateaux yéménites du nord, et ne disparut de la scène politique qu’en 1962 avec la chute de l’imām Badr (26 septembre) et la proclamation de la République Arabe du Yémen.

2L’histoire du mouvement fut pourtant extrêmement troublée ; celui‑ci fut, à l’intérieur, continuellement miné par des luttes fratricides entre clans rivaux pour s’emparer du pouvoir et, à l’extérieur, concurrencé par les tendances politiques de dynasties plus puissantes ou mieux structurées. Il faut encore ajouter les problèmes causés par les redoutables tribus des hauts‑plateaux. Celles‑ci, en véritables détentrices du pouvoir, décidèrent bien souvent du sort des imāms, grâce à un jeu complexe d’alliances et d’oppositions. Dans ce contexte, seules quelques rares grandes figures d’imāms émergèrent entre les ixe et xiie siècles ; citons, pour n’évoquer que les plus connues, l’imām al‑Hādī ilā‑l‑Ḥaqq Yaḥyā b. al‑Ḥusayn, fondateur du zaydisme au Yémen, son fils l’imām al‑Nāṣir, et les imāms al‑Manṣūr bi‑llāh al‑Qāsim al‑‛Iyānī, al‑Mutawakkil ‛alā‑llāh Aḥmad b. Sulaymān et al‑Manṣūr bi‑llāh ‛Abd Allāh b. Ḥamza,

3Au xiiie siècle, de nouvelles luttes intestines affaiblirent le camp zaydite et le reléguèrent à l’arrière‑plan de la scène politique yéménite largement dominée alors par les Rasūlides. Le parti zaydite était sur le point de disparaître lorsque l’imām al‑Mahdī li‑dīn Allāh Aḥmad b. al‑Ḥusayn, reprit énergiquement ses destinées en main et bouleversa complètement ces données politiques. Momentanément unifié sous sa bannière, le mouvement retrouva un nouveau souffle de vie et entraîna à sa suite de nombreuses tribus concurrençant dangereusement la dynastie rasūlide. Malgré l’importance de son action politique pour l’histoire du Yémen médiéval en général, et celle du mouvement zaydite en particulier, l’imām Aḥmad b. al‑Ḥusayn est encore relativement peu connu des historiens.

  • 33 Le terme de hiğra recouvre plusieurs sens ; il désigne l’institution par laquelle un descendant du (...)
  • 34 Sīra Mf° 4v à 6.
  • 35 MORENO (Martino Mario), « La dottrina zeidita nello Yemen », Rivista Colonie italiane, 1928, pp. 68 (...)
  • 36 Sīra, ms. folios 19 et 19v ; al‑ḪAZRAĞĪ (‛Alī b. al‑Ḥasan), Al‑‛asğad al‑masbūk fī man waliya al‑Ya (...)
  • 37 GOCHENOUR, op. cit., pp. 81‑82.
  • 38 YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN b. al‑Qāsim, Ġāyat al‑amānī fī aḫbār al‑quṭr al‑yamānī, éd. ‛Āšūr (Sa‛īd ‛Abd al (...)

4Né le 12 ḏū‑l‑qa‛da 612 / 3 mars 1216, dans la hiğra33 Kawma dans le ğabal Šākir, Aḥmad b. al‑Ḥusayn fut très tôt orphelin. Un oncle ascète se chargea de son éducation et lui fit fréquenter les meilleures madrasas de l’époque où il se distingua très vite par sa grande culture34. Lorsqu’à la fin de ses études, il eut réuni toutes les conditions requises pour prétendre à l’imāmat selon les principes théoriques admis par la communauté35, Aḥmad b. al‑Ḥusayn quitta son village de Ḏī Bīn et s’autoproclama imām, proclamant sa da‛wa sous le titre d’al‑Mahdī li‑dīn Allāh, à Ṯulā, le 14 ṣafar 646 / 8 juin 1248, à l’âge de trente‑quatre ans36. Le nouvel imām ne perdit pas son temps ; dès qu’il reçut l’allégeance (bay‛a) de ses partisans et des tribus, il déclara la guerre — conformément aux principes zaydites — aux « infidèles, aux injustes et aux impies ». Son apparition sur la scène politique mit ainsi un terme aux années d’anarchie qui avaient suivi la mort de l’imām al‑Manṣūr bi‑llāh ‛Abd Allāh b. Ḥamza en 614H / 1217, mais son avènement ne fit en aucun cas l’unanimité. Les tensions intercommunautaires étaient alors à leur comble et les Banū Ḥamza, descendants de l’imām al‑Manṣūr bi‑llāh, dont la famille dominait la communauté zaydite depuis le xie siècle environ37 ne purent admettre que l’imāmat passât en d’autres mains. Ils hésitèrent longtemps avant de lui prêter allégeance et ne le firent que contraints et forcés par le cours des événements38, rompant ainsi une trêve de dix‑huit ans avec les Rasūlides. Ils le trahirent néanmoins à la première occasion et leur farouche hostilité ne se départit jamais, causant en dernier lieu sa perte.

  • 39 Pour ce terme, voir GARCIN (Jean‑Claude), « Le système militaire mamluk et le blocage de la société (...)
  • 40 al‑YĀMĪ (Muḥammad b. Ḥātim), 1974 : I, 202, indique qu’il reçut ce fief en 627 et entra dans Ṣan‛ā’ (...)

5Les ennemis de l’imām furent nombreux et, de ce fait, son entreprise vouée à l’échec, dès le début de son règne. Les Banū Ḥamza regroupèrent sous leur bannière leurs propres alliés dans le clan zaydite et les tribus qui leur étaient affiliées. Les sultans rasūlides alors au pouvoir, successivement Nūr al-dīn ‛Umar b. ‛Alī b. Rasūl 628–647 / 1231–1250, fondateur de la dynastie, et son fils al‑Muẓaffar Yūsuf 647–694 / 1250–1295, comprirent très rapidement que la présence d’un tel chef charismatique, dans le camp adverse, menaçait sérieusement l’équilibre que Nūr al‑dīn avait instauré en 628 / 1231, lorsqu’il avait contraint les zaydites à se soumettre par la signature d’un accord de paix les muselant totalement. Ils ne négligèrent alors aucun moyen pour se débarrasser d’un ennemi si redoutable et surent tirer parti de l’animosité des Banū Ḥamza à son égard. Toutes les chroniques s’accordent à dire qu’ils dépensèrent pour ce faire de très importantes sommes d’argent, achetant ainsi les loyautés zaydites et tribales qui leur auraient fait défaut autrement. Il est indéniable qu’ils manipulèrent totalement les Banū Ḥamza pour arriver à leurs fins et que ceux‑ci tombèrent aveuglement dans leur piège. La liste des ennemis de l’imām ne s’arrêta cependant pas là. Tout au long de son règne, il dut se battre en effet sur d’autres fronts : contre les ismaéliens, mais aussi, surtout, contre Asad al‑dīn b. al‑Ḥasan b. ‛Alī b. Rasūl, le propre neveu de Nūr al‑dīn ‛Umar qui avait reçu de son oncle, à une époque où leurs relations n’étaient pas encore tendues, la ville de Ṣan‛ā’ comme « dotation fiscale » (iqṭā‛)39. En tant que maître absolu de Ṣan‛ā’ et sa région, Asad al‑dīn était un personnage politique incontournable40 et l’imām devait s’assurer sinon son appui du moins sa complicité pour étendre ses conquêtes au‑delà de la ville, notamment vers le sud du pays. C’est spontanément que celui‑ci vint lui offrir son allégeance dès le début de la da‛wa, mais l’union fut de courte durée ; le sultan rasūlide sut habilement neutraliser ce parent inconstant et sauver in extremis la situation ; il en alla de même toutes les fois qu’un rapprochement entre les deux parties fut tenté.

  • 41 Sīra, f° 81v sq ; YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN, 1968, I, 441‑442.

6L’histoire du règne de l’imām, telle qu’elle nous est parvenue à travers sa biographie (sīra) et les différentes chroniques, met bien en évidence ces multiples oppositions et il n’est pas exagéré d’affirmer que l’imām al‑Mahdī li‑dīn Allāh Aḥmad b. al‑Ḥusayn passa ces dix années sur les champs de bataille sans jamais connaître un instant de répit. Ses années de gloire, de 646 à 651 / 1248 à 1253, le virent remporter de nombreuses victoires, sur ses différents adversaires dont certaines sont restées célèbres. Son biographe, Šaraf al‑dīn Yaḥyā b. al‑Qāsim b. Yaḥyā b. Ḥamza al‑Ḥamzī, rapporte un récit, repris par plusieurs auteurs, selon lequel en 653 / 1255–1256, le sultan rasūlide, pour vaincre l’imām, finit par demander l’aide du calife ‛abbāside. Ce dernier eut recours à deux agents de la secte des Assassins pour se débarrasser de l’imām41. Nul doute que son activisme politico‑religieux en fit un ennemi redoutable pour la cause du sunnisme dans le pays. Et c’est bien à la lumière d’une lutte d’influences entre les deux grands courants de l’islam, le sunnisme et le ši‛isme, qu’il faudrait aussi considérer l’histoire meurtrière des premiers siècles de l’implantation du zaydisme au Yémen.

  • 42 YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN, 1968, I, 443 ; al‑ḪAZRAĞĪ (‛Alī b. al‑Ḥasan), 1981, 230.
  • 43 Sīra Mf° l10v sq ; al‑YĀMĪ (Muḥammad b. Ḥātim), 1974, I, 325‑326.

7L’année 651 / 1253–1254, marqua le début du déclin politique de l’imām. Au cours des années qui suivirent, il essuya d’importantes défaites et fut peu à peu abandonné par ses alliés. Dès 655 / 1257–1258, le mouvement de contestation des Banū Ḥamza draîna de plus en plus de mécontents, si bien que nombre de ses anciens partisans vinrent grossir les rangs de ses ennemis. La distribution de certains postes de commandement et des mesures de prélèvement d’argent avaient provoqué des jalousies et l’avaient rendu très impopulaire. Ses ennemis, largement rétribués par le sultan rasūlide al‑Muẓaffar Yūsuf s’abritèrent derrière des arguments religieux tendant à prouver son incapacité à gouverner sa communauté selon les principes zaydites et renièrent son imāmat. Ils déclarèrent qu’il n’était plus digne d’assurer la direction de la communauté zaydite et appelèrent à sa destitution42. Dans un contexte de crise économique grave, déclenchée par une forte sécheresse, ils firent connaître leur intention de s’attaquer aux cultures du wādī Šuwāba, près du village de Ḏī Bīn, n’ignorant pas que de telles représailles déstabiliseraient l’imām (son fief était justement toute cette région entourant le village de Ḏī Bīn). Ne pouvant les laisser agir impunément, Aḥmad b. al‑Ḥusayn se porta à leur rencontre bien décidé à défendre chaque carré de son territoire43.

  • 44 Sīra f° 111v ; YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN, 1968 : I, 444 et al‑YĀMĪ (Muḥammad b. Ḥātim), 1974, I, 326 sq. L (...)
  • 45 Sīra f° 112 ; KAY (H. C.), 1968 : II, 321 note 130 ; YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN, 1968, I, 444 ; al‑ḪAZRAĞĪ (...)
  • 46 Sīra f° 112v ; YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN, 1968, I, 445 ; al‑ḪAZRAĞĪ (‛Alī b. al‑Ḥasan), 1983, I, 116 ; al‑ (...)
  • 47 D’après Sīra f° 1l2v, YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN, 1968, I, 444 et al‑YĀMĪ (Muḥammad b. Ḥātim), 1974, I, 323 (...)
  • 48 ZAMBAUR (E. de), 1927, I, 5, donne la date du 14 ṣafar 656, date figurant également sur la stèle de (...)
  • 49 Ce martyre n’est pas sans rappeler celui de Zayd b. ‛Alī Zayn al‑‛Ābidīn ; voir ARENDONCK (C. van), (...)

8C’est dans ce wādī que les deux parties se rencontrèrent en ṣafar 656 / mars 125844. Le combat fut impitoyable et les troupes de l’imām rapidement défaites. Abandonné par les siens, al‑Mahdī li‑dīn Allāh Aḥmad b. al‑Ḥusayn ne se rendit pas pour autant. Avec un courage exemplaire rapporté par la plupart des chroniques45, il se défendit vaillamment, mais la partie était inégale et il ne tarda pas à succomber devant les assauts répétés de ses ennemis. Il fut décapité par les fantassins (rağğāla) de Ẓafār46, la ville bastion et la hiğra des Ḥamza, le mercredi 28 ṣafar 656 / 6 mars 125847 le jour même, d’après certaines chroniques, où les Mongols de Hūlāgū tuèrent le calife ‛abbāside al‑Musta‛ṣim à Bagdad48. Sa tête fut portée en triomphe par ses ennemis dans la tente du šayḫ Aḥmad b. Muḥammad al‑Raṣṣāṣ, son ancien maître et principal partisan au début de son règne, et de Šams al‑dīn Aḥmad b. ‛Abd Allāh b. Ḥamza, le chef de file des Banū Ḥamza, De là, elle fut emmenée à Ẓafār où elle fit le tour des marchés et des places fortes, tandis que son corps était exposé aux insultes49.

  • 50 Voir SCHNEIDER (Madeleine), « Les inscriptions arabes de l’ensemble architectural de Ẓafār‑Ḏī Bīn ( (...)
  • 51 Sīra f° 112v : al‑Sir‛a / al‑Sar‛a asfal wādī Šuwāba ; al‑ḪAZRAĞĪ (‛Alī b. al‑Ḥasan), 1983, I, 116  (...)
  • 52 Sīra f° 112v ; YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN, 1968, I, 444 ; al‑ḪAZRAĞĪ (‛Alī b. al‑Ḥasan), 1983, I, 116 ; al‑ (...)
  • 53 Aḥmad b. al‑Ḥusayn avait en effet épousé avant sa da‛wa, aux alentours de 635 / 1237–1238, une des (...)

9Ému par cet acharnement et le traitement infamant qu’on faisait subir au cadavre martyrisé de l’imām, un émir tenta en vain de le faire enterrer dans le mausolée de Ẓafār50, mais les oppositions qu’il rencontra l’obligèrent à renoncer à son projet. C’est ainsi que la tête d’Aḥmad b. al‑Ḥusayn demeura trois jours à Ẓafār (du mercredi au vendredi) et fut enterrée dans la décharge située au pied de la citadelle d’al‑Qāhira, avant d’être ramenée auprès de son corps à Šuwāba, sur ordre de Šams al‑dīn Aḥmad b. ‛Abd Allāh b. Ḥamza. Sa dépouille fut alors enterrée au lieu-dit al‑Šir‛a / Sir‛a (Bawn / Hamdān)51. Elle y resta trois ans et fut transportée par la suite à Ḏī Bīn52. La Sīra de l’imām al‑Mahdī li‑dīn Allāh Aḥmad b. al‑Ḥusayn [f° 112v et 123], nous apprend que Šaraf al‑dīn Yaḥyā b. al‑Qāsim b. Yaḥyā b. Ḥamza al‑Ḥamzī, le biographe de l’imām (en fait son beau‑frère et son principal lieutenant), se chargea de ce transfert, avec ses parents, des Āl Yaḥyā b. Ḥamza b. Abī Hāšim. À Ḏī Bīn, l’imām fut inhumé aux côtés de la šarīfa Zayna bint al‑Ḥusayn b. al‑Qāsim b. Muḥammad al‑ Ḥamzī, son épouse53. C’est encore l’auteur de la Sīra qui ordonna la construction du cénotaphe de Kūfa, fit ériger une qubba au‑dessus de la tombe de l’imām et agrandir la mosquée originelle, connue alors sous le nom de masğid Ibn Zarbūn.

Notes

32 Voir GOCHENOUR (D. T.), The Penetration of Zaydi Islam into Early Medieval Yemen, PhD Harvard University, 1984, University Microfilm Inter‑national, 1992, XIII + 343 p., Tableau généalogique I, p. 304. La généalogie exacte de cet imām, d’après cet ouvrage et sa propre biographie (Sīrat al‑imām al‑Mahdī li‑Dīn Allāh…, ms. en cours d’édition par N. Coussonnet, Bibliothèque Ambrosienne de Milan, C 178 arabo ; voir f° 3v et 4), est la suivante : Aḥmad b. al‑Ḥusayn b. Aḥmad b. al‑Qāsim b. ‛Abd Allāh b. al‑Qāsim b. Aḥmad b. Ismā‛īl Abī‑l‑Barakāt b. Aḥmad b. al‑Qāsim b. Muḥammad b. al‑Qāsim al‑Rassī b. Ibrāhīm Ṭabāṭabā b. Ismā‛īl al‑Dībāğ b. Ibrāhīm al‑Ğamr b. al‑Ḥasan al‑Muṯannā b. al‑Ḥasan al‑Sibṭ b. ‛Alī b. Abī Ṭālib.
Signalons que ZAMBAUR (E. de) dans son Manuel de généalogie et de chronologie pour l’histoire de l’Islam (Hanovre, 1927, 2 vol., 20 tableaux généalogiques hors texte et 5 cartes ; voir tableau B), et KAY (H. C.), Yaman its Early Medieval History (Londres, 1892, 2 vol. : vol. 1 en anglais, vol. II en arabe ; voir vol. l, p. 302 tableau généalogique et p. 319 note 130), ne donnent pas cette généalogie complète et émettent des doutes sur la filiation exacte de l’imām ; celle‑ci a pu être établie grâce à sa biographie et d’autres ouvrages manuscrits ou édités, notamment celui du sultan al‑Malik al‑Ašraf ‛Umar b. Yūsuf b. Rasūl, Ṭurfat al‑aṣḥāb fī ma‛rifat al‑ansāb, éd. ZETTERSTEIN (C.), Beyrouth, 1985, p.109.
Pour al‑Qāsim al‑Rassī voir ARENDONCK (C. van), Les débuts de l’imāmat zaidite au Yémen, Leyde, E. J. Brill, 1960, pp. 104‑106.

33 Le terme de hiğra recouvre plusieurs sens ; il désigne l’institution par laquelle un descendant du Prophète, un sayyid, se déplaçait et demandait à une tribu en particulier sa protection pour vivre à ses côtés. Il désigne surtout des enclaves territoriales neutres et inviolables où chaque grande famille de sayyid était protégée par un certain nombre de tribus et jouissait d’une immunité totale. En tant que territoires neutres, les hiğra servaient de lieux de rencontre et d’arbitrage ; un code très strict en réglementait l’accès et en garantissait l’inviolabilité. En fait, les hiğra étaient surtout d’importants centres d’enseignement et de propagation de la doctrine zaydite.

34 Sīra Mf° 4v à 6.

35 MORENO (Martino Mario), « La dottrina zeidita nello Yemen », Rivista Colonie italiane, 1928, pp. 687‑699 ; 1929, pp. 281‑289 ; 392‑402 ; 794‑796 ; voir p. 395 ; et al‑RIḤĀNĪ (Amīn), Mulūk al‑‛arab, Beyrouth : Dār al‑Ğīl, s.d., p. 142, en fixent le nombre à 14. STROTHMANN (R.), Das Staastsrecht der Zaiditen, Strasbourg, 1912, p. 80, complète la liste d’al‑Naḥwī comprenant 15 critères.

36 Sīra, ms. folios 19 et 19v ; al‑ḪAZRAĞĪ (‛Alī b. al‑Ḥasan), Al‑‛asğad al‑masbūk fī man waliya al‑Yaman mina‑l‑mulūk, Sanaa. Wizārat al‑i‛lām wa‑l‑ṯaqāfa, Damas : Dār al‑Fikr, 2ème éd. photog., 1981, (Mašrū‛ al‑kitāb, 1/6), p. 203 ; al‑YĀMĪ (Muḥammad b. Ḥātim), Kitāb al‑simṭ al‑ġālī al‑ṯaman fī aḫbār al‑mulūk min al‑ġuzz bi‑l‑yaman. The Ayyubids and Early Rasūlids in the Yemen (567–694 / 1173–1295), éd. Smith (G. R.), Londres, 1974, 2 vol. (vol. 1 texte en arabe ; vol. 2 notes et commentaires en anglais), (E. J. W. GIBB Memorial, XXVI,1 et 2), voir I, 225.

37 GOCHENOUR, op. cit., pp. 81‑82.

38 YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN b. al‑Qāsim, Ġāyat al‑amānī fī aḫbār al‑quṭr al‑yamānī, éd. ‛Āšūr (Sa‛īd ‛Abd al‑Fattāḥ), Le Caire : Dār al‑kātib al‑‛arabī, 1968, 2 vol., I, p. 429.

39 Pour ce terme, voir GARCIN (Jean‑Claude), « Le système militaire mamluk et le blocage de la société musulmane médiévale », Annales islamologiques, Le Caire, IFAO, XXIV, 1988, 93‑110.

40 al‑YĀMĪ (Muḥammad b. Ḥātim), 1974 : I, 202, indique qu’il reçut ce fief en 627 et entra dans Ṣan‛ā’ en ḏū‑l‑qa‛da de cette année‑là. Pour l’importance stratégique de la ville, voir SMITH (G. Rex), « Ṣan‛ā’ the ‛Protected’, Hijrah », in Ṣan‛ā’ an Arabian Islamic City, ed. by SERJEANT (R. B) and LEWCOCK (R.), London, The World of Islam Festival Trust, 1983, pp. 49‑67.

41 Sīra, f° 81v sq ; YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN, 1968, I, 441‑442.

42 YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN, 1968, I, 443 ; al‑ḪAZRAĞĪ (‛Alī b. al‑Ḥasan), 1981, 230.

43 Sīra Mf° l10v sq ; al‑YĀMĪ (Muḥammad b. Ḥātim), 1974, I, 325‑326.

44 Sīra f° 111v ; YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN, 1968 : I, 444 et al‑YĀMĪ (Muḥammad b. Ḥātim), 1974, I, 326 sq. Les troupes ennemies de l’imām comptaient 80 cavaliers et 400 fantassins, alors que l’imām avait autour de lui 300 cavaliers et 2 000 fantassins.

45 Sīra f° 112 ; KAY (H. C.), 1968 : II, 321 note 130 ; YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN, 1968, I, 444 ; al‑ḪAZRAĞĪ (‛Alī b. al‑Ḥasan), Al‑‛uqūd al‑lu’luiyya fī tārīḫ al‑dawla al‑rasūliyya, éd. al‑AKWA‛ (Muḥammad b. ‛Alī), Sanaa : Markaz al‑dirāsāt wa‑l‑buḥūṯ al‑yamanī, 1983, 2 vol., voir I, 116 ; al‑ḪAZRAĞĪ (‛Alī b. al‑Ḥasan), 1981, 23l.

46 Sīra f° 112v ; YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN, 1968, I, 445 ; al‑ḪAZRAĞĪ (‛Alī b. al‑Ḥasan), 1983, I, 116 ; al‑ḪAZRAĞĪ (‛Alī b. al‑Ḥasan), 1981,231.

47 D’après Sīra f° 1l2v, YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN, 1968, I, 444 et al‑YĀMĪ (Muḥammad b. Ḥātim), 1974, I, 323 ; al‑ḪAZRAĞĪ (‛Alī b. al‑Ḥasan), 1981, 232 et 1983, I, 117 : silḫ šahr ṣafar. Ces informations contredisent donc la date donnée par la stèle.

48 ZAMBAUR (E. de), 1927, I, 5, donne la date du 14 ṣafar 656, date figurant également sur la stèle de l’imām.

49 Ce martyre n’est pas sans rappeler celui de Zayd b. ‛Alī Zayn al‑‛Ābidīn ; voir ARENDONCK (C. van), 1960, 33 sq.

50 Voir SCHNEIDER (Madeleine), « Les inscriptions arabes de l’ensemble architectural de Ẓafār‑Ḏī Bīn (Yémen du Nord) », Journal Asiatique, CCLXXIII, 1985 (n° 1‑2), pp. 61‑137, suite dans : CCLXXIII, 1985 (n° 3‑4), pp. 239‑370 et du même auteur, « Les inscriptions arabes de l’ensemble architectural de Ẓafār‑Ḏī Bīn au Yémen du Nord (Première moitié du VII°/ XII° siècle) », Comptes‑rendus de l’Académie des inscriptions et belles lettres, juillet–octobre 1979, pp. 556‑577.

51 Sīra f° 112v : al‑Sir‛a / al‑Sar‛a asfal wādī Šuwāba ; al‑ḪAZRAĞĪ (‛Alī b. al‑Ḥasan), 1983, I, 116 : donne la leçon Mašra‛a ; mais dans : 1981, 231 il se contredit et donne Šir‛a min ġayl Šuwāba.

52 Sīra f° 112v ; YAḤYĀ b. al‑ḤUSAYN, 1968, I, 444 ; al‑ḪAZRAĞĪ (‛Alī b. al‑Ḥasan), 1983, I, 116 ; al‑ḪAZRAĞĪ (‛Alī b. al‑Ḥasan), 1981, 231.

53 Aḥmad b. al‑Ḥusayn avait en effet épousé avant sa da‛wa, aux alentours de 635 / 1237–1238, une des filles du šarīf al‑Ḥusayn b. al‑Qāsim b. Muḥammad al‑Ḥamzī des Āl Yaḥyā b. Ḥamza b. Abī Hāšim de Ḏī Bīn ; c’est après le décès de cette femme qu’il épousa sa sœur, mais celle‑ci mourut aussi peu de temps après (Sīra f° 19). L’imām eut six épouses dont la fille du šayḫ Aḥmad b. Muḥammad al‑Raṣṣāṣ et la nièce de Šams al‑dīn Aḥmad b. ‛Abd Allāh b. Ḥamza, la fille de son frère al‑Nāṣir li‑dīn Allāh ‛Izz al‑dīn Muḥammad. De ces diverses unions naquirent seulement trois enfants : Muḥammad al‑Nāṣir père d’un fils, Aḥmad ; ‛Abd Allāh et Yaḥyā qui n’eurent pas de descendants (al‑Malik al‑Ašraf ‛Umar, 1985, 109).

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search