Version classiqueVersion mobile

Les inscriptions de la mosquée de Ḏī Bīn au Yémen

 | 
Nahida Coussonnet
, 
Solange Ory

III. La stèle de l’imām

Édition et traduction

Texte intégral

Dimensions :

Stèle : 89 x 59 cm.
Surface écrite : 88 x 55 cm.
Largeur du bandeau d’encadrement : 3,3 ‑ 3,5 cm.
Hauteur des cartouches : 3,7 cm. (cf. fac‑similé, pl. XI).

1Structure 1 : bandeau d’encadrement, côté supérieur

بسم اللـه الرحمن الرحيم * يبشرهم ربهم برحمة منه و رضوان / و جنات لهم فيها نعيم مقيم خالدين فيها ابدا ان اللـه عندهa

2Structure 1 : côté latéral droit

الح[مـ]د لـله الذي لا يبقى الا وجـ[هـ]ـه و لا يدوم الا [ملكه] و [انا] اشهـ[د] ان

لا اله الا اللـه / وحده لا [شر]يك له الـ[ـهـ]ا وا[حد]ا احدا [فر]دا [صمد]ا

* لم يتخذ [صاحبة و لا ولدا * *و لم يلد و لم يولد و لم يكن له]

3Structure 1 : côté inférieur

كفوا احدا *وا[شهد] ان محـ[مد] ا [عبده] و رسولـ[ـه] … صلى ا[للـه] عليه [و]على الـ[ـه] جـ[ز]ا اللـه محمدا [عنـ]ـا خير[ا]

4Structure 1 : côté latéral gauche

[بمـ]ا هو اهله و صلى (اللـه) عليه و على اله الاطهار المتحفين الاخيار المصطفين الابرار الذين / اذهب اللـه عنهم الرجس اهل البيت و طهرهم تطهيرا * ان المتقين في جنات و نهر * في مقعد صدقb

5Structure 2 : bandeaux de chaque côté de l’arc (suite du texte du bandeau supérieur d’encadrement)

اخر عظيم * لا اله الا اللـه محمد رسول اللـه / لا اله الا (اللـه) عدة للقا اللـه سبحن (هكذا)c من تعزز بالقدرة

و البقاd و قهر العباد بالموت والفنا / سبحنه (هكذا)c و تعالى لا اله الا هو الرحمن الرحيم

6Structure 3 : zone rectangulaire à l’intérieur du 2ème encadrement

بسم اللـه الرحمن الرحيم و صلى اللـه على سيدنا محمد واله و صحبه وسلم تسليما كثيرا طيبا

الحمد للـه الذي جعل المنايا اطواقا في الرقاب و ضابر جودة الاسلاف والا

عقاب و قدر الاجال واحصى الاعمال في كتاب و حكم على خلقه بالفنا وفرقة الاحباب

وان كان موت الائمة الفضلا نقصا للاسلام و جرات (هكذا)e مصداق ذالك (هكذا) قوله تعالى

*او لم يروا انا ناتي الارض ننقصها من اطرافها و اللـه يحكم لا معقب لحكمه و هو سريع الحساب *

و بعد فهذا ضريح مولانا الامام علم الاعلام البحر الزاخر الخطم من كان اشهر من

نار على علم و زائد به تشيّصا في الظلم و عفّتا (؟) طوق نواله الرقاب و عمّر و (هكذا)f كهفا للايتام

و الحرم سهل الطريق و ظاهر الشيام من راسها غرد به اهل الشام و اليمن و عجّ بالنجيب

عليه الخلائق من مكة الى عدن البائع نفسه من اللـه المجاهد في سبيل اللـه المؤيد بالسعادة

و المخصوص بالفضل و الشهادة المهدي لدين اللـه احمد بن الحسين بن احمد بن القسم بن عبد اللـه بن القسم بن احمد بن اسما

عيل (هكذا) بن ابيg البركات بن احمد بن القسم بن محمد ابي القسم بن ابراهيم ابن اسماعيل بن ابرهيم (هكذا)h

بن الحسن بن الحسن بن علي ابي طالب (هكذا)i عليهم السلام كانت وفاته صلوات اللـه عليه يوم

الاربعا الثامن عشر من شهر صفر سنة ست و خمسين و ستمائة سنة من الهجرة النبوية على صاحبها

السلم و قام عليه السلم في شهر صفر سنة ست و اربعين و ستمائة سنة و كان (هكذا)j مدة خلافته عشر سنين من وقت قيامه الى ان استشهد الى رحمة ريه

7str. 1 (a) : la suite du verset se poursuit dans la structure 2.

str. 1 (b) : manque la fin du verset : عند مليك مقدر, faute de place.

str. 2 (c) : écriture archaïque. On devrait avoir سبحانه

str. 2 (d) : aucun *hamza* ne figure dans ce texte. Ils sont très rarement notés en épigraphie.

str. 3 (e) : on devrait avoir وجرت

str. 3 (f) : ce *wāw* est en trop. 

str. 3 (g) : بن est en trop. Aux époques anciennes, dans les inscriptions, il était fréquent de couper les mots en fin de ligne.

str. 3 (h) : manque l’*alif* que le lapicide a pourtant noté précédemment

str. 3 (i) : on devrait avoir بن ابي طالب

str. 3 (j) : on devrait avoir وكانت

8Structure 1 : bandeau d’encadrement, côté supérieur

Au nom de Dieu, le Bienfaiteur, le Miséricordieux. * Leur Seigneur leur annonce une miséricorde de Sa part, (Sa) satisfaction / et des jardins où ils trouveront un délice permanent. Ils y demeureront, immortels, éternellement. Certes, auprès de Dieu

9Structure 1 : côté latéral droit

Louange à Dieu. Seule subsiste Sa face et seul dure Son royaume. J’atteste qu’il n’est point de divinité hormis Allāh l’Unique qui n’a point d’associé. Dieu unique, un, seul, éternel * Il n’a pris ni compagne, ni enfant * (Cor. 72, 3) * Il n’enfante pas et n’a pas été enfanté et nul n’est Son égal * (Cor. 112, 1).

10Structure 1 : côté inférieur

  • 29 Passage illisible, recouvert de guss.

J’atteste que Muḥammad est Son serviteur et Son envoyé...29 Bénédiction de Dieu sur lui, sur sa famille. Que Dieu récompense Muḥammad pour le bien

11Structure 1 : côté latéral gauche

dont il est digne et bénédiction sur lui, sur sa famille, les purs, les respectables, les meilleurs, les élus, les pieux, ceux pour qui Dieu a éloigné d’eux la souillure, les gens de « la Famille » qui ont été totalement purifiés. * Les pieux seront dans des jardins, près de ruisseaux, dans un séjour de vérité * (Cor, 54, 55).

12Structure 2 : bandeaux de chaque côté de l’arc (suite du texte du bandeau supérieur d’encadrement)

est une immense récompense (Cor. 9, 21). Point de divinité hormis Dieu. Muḥammad est l’envoyé de Dieu. Point de divinité hormis Lui. Méditation (littéralement : préparation) pour la rencontre avec Dieu. Louange à Lui qui a manifesté Sa puissance dans Sa force et Sa durée et a contraint (l’homme) à la mort et au néant. Louange à Lui. Qu’Il soit exalté ! Point de divinité hormis Lui, le Bienfaiteur, le Miséricordieux.

13Structure 3 : zone rectangulaire

  1. Au Nom de Dieu, le Bienfaiteur, le Miséricordieux. Bénédiction de Dieu sur notre seigneur Muḥammad, sur sa famille et ses compagnons. Paix abondante et bienfaisante (sur eux).

    • 30 Littéralement qui a ceint chaque cou du collier de la mort. D’après le Qāḍī Ismā‛īl al‑­Akwa‛, le (...)

    Louange à Dieu qui a rendu la mort inéluctable30 qui a réuni l’excellence des ascendants

  2. et des descendants (de l’imām) qui fixe le destin qui inscrit les actions des (hommes) dans un livre. Il a contraint Ses créatures au néant et à la séparation d’avec les êtres chers.

  3. Si la mort des imāms vertueux est une perte pour l’Islam, se trouve ainsi confirmée la Parole du Très Haut

  4. *Ne voient‑ils pas que nous châtions la terre, la réduisant de toutes parts. Dieu juge. Nul opposant à Son jugement. Il est prompt à régler les comptes * (Cor. 13, 41).

  5. Venons‑en au fait ! Ceci est la tombe de notre maître, l’imām le plus docte des érudits, océan de science bouillonnant, plus lumineux que

  6. la flamme qui surmonte le drapeau. Il a transpercé l’injustice et comblé de ses bienfaits les actions nobles. Il a créé un refuge pour les orphelins

  7. et pour les veuves. Il a aplani la voie, faisant apparaître les qualités innées de son origine. Les gens de Syrie et du Yémen ont chanté ses louanges. Il a encouragé la noblesse

  8. de ses sujets de La Mekke à Aden. Le consacré à Dieu, le com­battant de la foi, l’assisté dans la félicité

  9. à qui ont été attribués la vertu et le témoignage, al‑Mahdī li­‑dīn Allāh Aḥmad b. al‑Ḥusayn b. Aḥmad b. al‑Qāsim b. ‛Abd Allāh b. al‑Qāsim b. Aḥmad b. Ismā‛īl b. (sic)

  10. Abī l‑Barakāt b. Aḥmad b. al‑Qāsim b. Muḥammad b. Abī l‑Qāsim b. Ibrāhīm b. Ismā‛īl b. Ibrāhīm (sic)

  11. b. al‑Ḥasan b. al‑Ḥasan b. ‛Alī Abī Ṭālib (sic). Paix sur eux tous. Sa mort est survenue ‑ bénédiction de Dieu sur lui ‑

    • 31 Notons la différence de 10 jours dans la date figurant sur cette stèle et celles notées, d’une part (...)

    le mercredi 18 ṣafar 656 de l’année de l’hégire du Prophète (février 1258)31. La paix soit sur lui.

  12. Il s’est proclamé imām le mois de ṣafar de l’année 646 / juin 1248. La durée de son règne a été de 10 ans, à partir de sa proclamation jusqu’au jour où il est mort martyr, dans la miséri­corde de son Seigneur.

Notes

29 Passage illisible, recouvert de guss.

30 Littéralement qui a ceint chaque cou du collier de la mort. D’après le Qāḍī Ismā‛īl al‑­Akwa‛, le ṭawq est un collier en métal que l’on met au cou, surtout des enfants, pour y suspendre un verset coranique ou une formule bénéfique. La mort entoure chaque créature comme un collier. Merci au Qāḍī Ismā‛īl de l’aide qu’il nous a apportée pour comprendre les passages difficiles de ce texte. Merci également à Franck Mermier de l’aide qu’il nous a donnée pour la traduction de certains passages.

31 Notons la différence de 10 jours dans la date figurant sur cette stèle et celles notées, d’une part sur la plaque de calcaire du cénotaphe et, d’autre part, dans la sīra de l’imām. Cf. infra p. 44.

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search