Version classiqueVersion mobile

Les inscriptions de la mosquée de Ḏī Bīn au Yémen

 | 
Nahida Coussonnet
, 
Solange Ory

III. La stèle de l’imām

Description

Texte intégral

  • 27 Ont concouru au déchiffrement du texte de cette stèle : Ismā‛īl al‑Kibsī, Solange Ory, Nahida Couss (...)
  • 28 Cf. infra, le déchiffrement du texte.

1La stèle de l’imām27, plaque de calcaire polie, de couleur jaunâtre, est insérée dans le mur est du mausolée. Des listels et un décor floral divisent l’épitaphe en trois structures28 (cf. photo n° 7 et pl. XI).

2Un bandeau épigraphique, de forme rectangulaire, compose l’en­cadrement de la stèle. Malheureusement, quelques parties du texte ont été recouvertes de chaux (guss) lors du blanchiment des murs. Les quatre angles étaient ornés d’un nœud cruciforme. Seul, celui de l’angle supérieur gauche est actuellement visible. Le centre des côtés latéraux et du côté inférieur est marqué par une rosace à huit lobes, sertie dans un cercle. Un petit œilleton décore chacun des lobes. Un fleuron trilobé, issu du décor principal de la stèle, orne le centre du côté supérieur.

3Un bandeau ornemental, double le bandeau épigraphique d’encadrement sur trois côtés. Sa partie supérieure se développe en arc persan, orné d’une petite pointe, évoquant la forme d’un miḥrāb. 

4Sur les côtés latéraux, le décor se compose d’un alignement de fleurons trilobés, évidés en amande et disposés alternativement vers l’intérieur ou l’extérieur de la stèle. Des tiges les relient entre eux en dessinant un feston d’un côté et une chaîne de l’autre. Les fleurons tournés vers l’intérieur de la stèle sont sertis dans des bulbes.

5Le décor du bandeau et de l’arc persan est constitué d’un alignement de fleurons de même type que les précédents, mais tous orientés vers le haut de la stèle et reliés par leurs tiges dans une chaîne semblable à la précédente. La pointe de l’arc est ornée d’un fleuron de type différent flanqué de feuilles trilobées.

6Une composition florale garnit l’intérieur de l’arc. Deux fleurons identiques aux précédents, placés tête‑bêche, forment le centre de la composition. Les tiges qui en sont issues les enserrent dans des bulbes et donnent naissance à des feuilles et fleurons qui remplissent les espaces vides.

Pl. XI. Stèle de l’imām

Pl. XI. Stèle de l’imām

Photo n° 7. La stèle de l’imām

Photo n° 7. La stèle de l’imām

(cl. S. Ory).

Notes

27 Ont concouru au déchiffrement du texte de cette stèle : Ismā‛īl al‑Kibsī, Solange Ory, Nahida Coussonnet et Muḥammad al‑‛Arūsī. Nous avons également bénéficié de l’aide du Qāḍī Ismā‛īl al‑­Akwa‛ pour un passage difficile.

28 Cf. infra, le déchiffrement du texte.

Table des illustrations

Titre Pl. XI. Stèle de l’imām
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Photo n° 7. La stèle de l’imām
Crédits (cl. S. Ory).
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/985/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 556k

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search