Version classiqueVersion mobile

Les inscriptions de la mosquée de Ḏī Bīn au Yémen

 | 
Nahida Coussonnet
, 
Solange Ory

II. La graphie du cénotaphe de l’imām Aḥmad b. al-Ḥusayn

Particularités yéménites de ces inscriptions

Texte intégral

1Ces différentes analyses permettent de dégager quelques conclusions sur la graphie ornementale yéménite du viie / xiiie siècle.

  • 20 Village du Ḫawlān, situé à une trentaine de kilomètres au sud‑est de Ṣan‛ā’, sur l’ancienne piste d (...)
  • 21 L’étude des inscriptions de cette mosquée va paraître prochainement dans l’ouvrage qui lui est cons (...)

2Le premier point concerne l’alphabet de base de ces inscriptions. Il évoque sensiblement celui des inscriptions de la mosquée al‑‛Abbās à Asnāf20 datées de 519 / 1125, dont nous avons prouvé, dans l’étude de ce monument, que son origine remontait à l’alphabet des inscriptions ġaznawides21. Parmi les traits communs aux deux graphies, citons : les lettres croisées (alif‑lām, par ex.), les courbures et contre‑courbures, (ğīm et ses homologues) les appendices remontants en col de cygne (rā’ / nūn / wāw), les dents serrées et terminées en biseau légèrement étiré (sīn / šīn), les indentations insérées dans le corps de quelques caractères (ex : sīn, hā’), les ergots lobés qui marquent la remontée des appendices, sur la ligne de base, etc. Quelques‑uns de ces traits sont également communs à d’autres types d’écriture, mais certaines similitudes, plus particulièrement pertinentes sont à noter : les mīm à base carrée et tête triangulaire, les ḥā’ orthogonaux et tressés (en positions initiale et médiane), les terminaisons des biseaux à deux becs (kāf, par ex.). Ce type de terminaison semble être une spécificité de l’écriture ornementale yéménite. L’étirement des biseaux vers la partie supérieure du bandeau, particularité bien connue des inscriptions ġaznawides, fait partie des subterfuges, employés par les artistes, pour équilibrer la densité des caractères de la zone inférieure du bandeau et les vides de la partie supérieure, mais cet élargissement des biseaux (encore plus sensible dans la graphie d’Asnāf que dans celle de Ḏī Bīn), et surtout, leur étirement vers la partie inférieure du bandeau, semblent être un caractère spécifique de cette graphie yéménite.

  • 22 Cf. note 8. Pour les exemples de ce ‛ayn surprenant figurant dans les cénotaphes de l’imām al‑Manṣū (...)
  • 23 Voir FINSTER (B.), op. cit., pl. 120, fig. a et SCHNEIDER (M.), op. cit., p. 132, fig. 19 et 20.
  • 24 Voir FINSTER (B.), ibid., pl. 120, fig. b et SCHNEIDER (M.), ibid., p. 133, fig. 20.
  • 25 FINSTER (B.), ibid., pl. 119 et 120 b. 
  • 26 Voir ces magnifiques terminaisons dans FINSTER (B.) ibid., pl. 120 a et b. 

3Par ailleurs, quelques particularités, affectant certains caractères, semblent être régionales. Elles figurent, en effet, dans les inscriptions des cénotaphes de l’imām al‑Manṣūr bi‑llāh et de son petit‑fils ‛Izz al‑dīn. La morphologie surprenante des ‛ayn en est l’exemple le plus frappant. Nous ne connaissons nulle part ailleurs ce profil circulaire et évocateur du Yémen antique22. Les dāl / ḏāl, de type trapézoïdal, avec leur partie supérieure très oblique23, les tressages particuliers des hā’24, les indentations symétriques du corps des kāf25 sont autant de particularités communes à cet ensemble d’inscriptions sur ces cénotaphes, particularités que, jusqu’à présent nous n’avons rencontrées nulle part ailleurs. Les similitudes tellement frappantes qu’offrent toutes ces inscriptions suggèrent une origine commune. Peut‑on penser à la main d’un même artisan ? L’hypothèse n’est pas invraisemblable puisqu’elles sont réparties sur une cinquantaine d’années, mais le cénotaphe de Ḏī Bīn n’offrant pas de signature d’artisan, elle est invérifiable. Toutefois, un répertoire alphabétique de base commun est indéniable. Les seules différences, perceptibles au premier coup d’œil, concernent surtout les terminaisons des courbes des appendices qui, dans les cénotaphes de Ẓafār Ḏī Bīn, sont trilobées et se prolongent parfois en rinceau26. En conclusion, la graphie du cénotaphe de l’imām Aḥmad b. al‑Ḥusayn s’inscrit dans un type d’écriture ornementale de tradition yéménite dont nous commençons à connaître la spécificité pour les vie / xiie et viie / xiiie siècles. Mais, tout en appartenant à cette « école yéménite », sa propre identité s’affirme par quelques traits originaux, tels la courbe ample et élancée qui s’échappe de la terminaison bilobée du ḥā’ médian (79), la hampe du ṭā’ détachée du corps du caractère (53 et 58), l’arc polylobé du ‛ayn isolé et initial, le côté trilobé du hā’ isolé et médian et le nœud tressé, très particulier, du lām‑alif (128 et 187).

Notes

20 Village du Ḫawlān, situé à une trentaine de kilomètres au sud‑est de Ṣan‛ā’, sur l’ancienne piste de Mā’rib.

21 L’étude des inscriptions de cette mosquée va paraître prochainement dans l’ouvrage qui lui est consacré. L’étude comparative qui l’accompagne donnera des précisions complémentaires sur la spécificité des inscriptions ornementales yéménites. Malheureusement nous ne disposons que de rares inscriptions de ces époques anciennes. Peu sont publiées et les études paléographiques sont encore plus rares.

22 Cf. note 8. Pour les exemples de ce ‛ayn surprenant figurant dans les cénotaphes de l’imām al‑Manṣūr et de son fils, voir FINSTER (B.), op. cit., J. A. 1‑2, pl. 121, fig. a ; SCHNEIDER (M.), op. cit., p. 136, fig. 23, tableau généalogique, J. A. 3‑4, 338.

23 Voir FINSTER (B.), op. cit., pl. 120, fig. a et SCHNEIDER (M.), op. cit., p. 132, fig. 19 et 20.

24 Voir FINSTER (B.), ibid., pl. 120, fig. b et SCHNEIDER (M.), ibid., p. 133, fig. 20.

25 FINSTER (B.), ibid., pl. 119 et 120 b. 

26 Voir ces magnifiques terminaisons dans FINSTER (B.) ibid., pl. 120 a et b. 

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search