Version classiqueVersion mobile

Les inscriptions de la mosquée de Ḏī Bīn au Yémen

 | 
Nahida Coussonnet
, 
Solange Ory

II. La graphie du cénotaphe de l’imām Aḥmad b. al-Ḥusayn

La graphie de la plaque de calcaire de la face sud

Texte intégral

1L’écriture de l’inscription gravée sur la plaque de calcaire insérée dans la zone inférieure de la face sud du cénotaphe est d’un type plus fruste que celle des inscriptions sculptées sur bois (cf. pl. X).

2La ligne de base est horizontale et présente plusieurs ruptures de niveau.

3Les mots ibn et abī sont presque toujours gravés au‑dessus des autres mots, probablement parce que, la place faisant défaut au lapicide, et ces mots étant très courts, ils étaient faciles à insérer entre les hampes. De plus, l’espacement entre les lignes est irrégulier. Les deux dernières sont si serrées qu’elles sont en partie illisibles. Les derniers caractères sont d’ailleurs de type cursif. Ce dernier se prête plus facilement à un tracé linéaire, qui prend moins de place que le coufique. Ce tassement des dernières lignes est un phénomène commun à beaucoup d’inscriptions arabes, ce qui prouve que les lapicides ne calculaient pas l’espace qui leur était nécessaire pour graver le texte qui leur était confié.

4Les ligatures entre les lettres sont presque inexistantes, ou réduites à une amorce de segment horizontal, ce qui donne un type de graphie peu esthétique.

5Les proportions des caractères sont également différentes de celles des inscriptions précédentes. Le rapport de la hauteur des caractères à dents à celle des caractères à hampe, pour les lignes 1 à 5, qui sont à peu près de même hauteur, varie entre 1/3 et 1/2, celles des caractères à boucle entre 1/3 et 1. Le rapport de la largeur à la hauteur des caractères est d’environ 1/5. Ces proportions donnent des caractères plus épais et trapus, moins élégants que ceux sculptés sur bois.

6Le répertoire alphabétique est le même que celui des inscriptions précédentes, mais l’exécution des caractères, dépouillés de tout ornement, est plus sobre. Les biseaux sont réduits à un simple segment oblique. Les dāl et lām offrent un profil d’angle droit (l0 et 35), les dents du sīn sont parfois recourbées (41) ou brisées (45 et 32), particularités que n’offraient pas les inscriptions précédentes, mais qui sont peut‑être dues à la maladresse du lapicide. Les hā’ (9 et 56) à petits œilletons carrés, montrent ce que devait être le tressage effacé de ces lettres dans l’inscription du bord du cénotaphe (cf. supra). Le tracé du lāmalif (14), simples courbes symétriques reposant sur une base triangulaire, ne figure pas dans les inscriptions précédentes.

7L’intérêt de cette inscription est de nous fournir un alphabet de base, à partir duquel les artisans ont pu travailler et fignoler la forme des caractères destinés aux inscriptions ornementales.

  • 17 Cf. infra, p. 45.
  • 18 Voir SCHNEIDER (Madeleine), « Les inscriptions arabes de l’ensemble architectural de Ẓafār‑Ḏī Bīn ( (...)
  • 19 Sur les circonstances de la mort de l’imām al‑Manṣūr bi‑llāh et pour l’étude des cénotaphes, voir S (...)

8Cette plaque de calcaire, enchâssée dans les panneaux de bois du cénotaphe, suggère une question. Vu sa graphie un peu fruste, elle n’était pas destinée à parfaire son ornementation. Ne serait‑elle pas alors, la stèle de la tombe où l’imām fut d’abord enterré après son assassinat17 ? Les circonstances de son inhumation étaient peu propices à l’édification d’un cénotaphe digne d’un imām et susceptible d’être comparé à celui de l’imām al‑Manṣūr bi‑llāh ‛Abd Allāh b. Ḥamza à Ẓafār Ḏī Bīn, cénotaphe qui offre justement un autre exemple de plaque de calcaire inscrite et insérée dans un de ses panneaux18. Or, l’imām al‑Manṣūr bi‑llāh, mort en 614 / 1217 fut, lui aussi, d’abord inhumé à Kawkabān, puis à Bukur et enfin dans la nécropole de Ẓafār Ḏī Bīn, où l’on peut encore voir son cénotaphe et celui de son fils ‛Izz al‑dīn Muḥammad, mort en 623 / 122619, dans les mausolées du complexe architectural, jouxtant la superbe mosquée qu’il avait implantée sur la montagne qui surplombe le village de Ḏī Bīn. Ces similitudes nous permettent d’émettre cette hypothèse.

9La plaque du cénotaphe de l’imām Aḥmad b. al‑Ḥusayn aurait pu être gravée et déposée sur sa tombe, puis transportée à Ḏī Bīn, lors du transfert de sa dépouille et insérée ensuite dans son cénotaphe.

Notes

17 Cf. infra, p. 45.

18 Voir SCHNEIDER (Madeleine), « Les inscriptions arabes de l’ensemble architectural de Ẓafār‑Ḏī Bīn (Yémen du Nord) », Journal Asiatique, CCLXXIII, 1985 (n° 1‑2), p. 107.

19 Sur les circonstances de la mort de l’imām al‑Manṣūr bi‑llāh et pour l’étude des cénotaphes, voir SCHNEIDER (Madeleine), opcit., n° 1‑2, p. 293 à 370 ; n° 3‑4, p. 61‑137 et FINSTER (Barbara), « Die Moschee von Ẓafār Ḏī‑Bīn », apud Archäologische Berichte aus dem Yemen, publications de l’Institut allemand d’archéologie de Ṣan‛ā’, Mainz am Rhein, 1982, Band I, p. 259 et pl. 119 à 121.

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search