Version classiqueVersion mobile

Les inscriptions de la mosquée de Ḏī Bīn au Yémen

 | 
Nahida Coussonnet
, 
Solange Ory

II. La graphie du cénotaphe de l’imām Aḥmad b. al-Ḥusayn

Les inscriptions sculptées sur les faces du cénotaphe

Texte intégral

1La ligne de base de ce type d’écriture anguleux, dit coufique, est d’une horizontalité rigoureuse, rompue, de temps à autre, par les indentations des ligatures et celles qui ornent l’intérieur des caractères. Elle présente des ruptures de niveaux, fait assez inhabituel dans les inscriptions en écriture coufique, ce qui témoigne de leur datation tardive. Ainsi, pour donner un cachet spécial à la basmala, ou lorsqu’en fin de ligne l’espace manquait pour graver la fin de l’inscription, l’artiste a réparti les mots sur deux niveaux (voir en particulier la face est).

2Pour des raisons analogues, la dernière ligne de la face ouest a été entièrement écrite sur deux niveaux et, en fin de ligne, deux lettres sont disposées sur un troisième niveau. Il est possible que ce phénomène soit dû à la contamination de l’écriture cursive. À cette époque, le texte des inscriptions arabes cursives était fréquemment réparti sur plusieurs niveaux.

3Les ligatures reliant les caractères entre eux sont de deux types :

  • des petits segments horizontaux, parfois presque inexistants ;

  • des indentations semi‑circulaires, plus ou moins larges, descendant jusqu’à la limite inférieure du bandeau, marquée par un listel. Certaines d’entre elles sont presque rectangulaires.

  • 12 Nous ne tenons pas compte des caractères à dents de la basmala qui présentent presque toujours des (...)

4Les proportions des caractères varient en fonction du nombre de niveaux de l’écriture. Lorsque celle‑ci est répartie sur un seul niveau (par exemple dans les deux lignes de la zone supérieure de la face sud), le rapport de la hauteur des caractères à dents (bā’, sīn, par ex.) à celle des alif est d’environ 1/312, celui des caractères à boucle (mīm, fā’, hā’, par ex.) varie entre 1/4 et 1/2. Le rapport de l’épaisseur à la hauteur de l’alif est d’environ 1/10. Ces rapports correspondent à ceux des grandes écritures coufiques ornementales. Pour n’en donner qu’un exemple, dans le coufique umayyade, le rapport de la hauteur des caractères à dents à celui des caractères à hampes est généralement de 1/3 et celui de la hauteur des caractères à boucles à celle des caractères à hampes, de 1/2. Mais dans les bandeaux de notre cénotaphe, lorsque l’écriture est répartie sur deux niveaux, ces rapports ne sont plus significatifs, car le sculpteur a dû diminuer la hauteur de ses caractères et les a parfois réduits à l’excès, pour parvenir à écrire tout son texte.

5Les hampes des caractères sont de deux types :

    • 13 Nous ne donnons que quelques exemples pour illustrer nos descriptions. Il est évident que plusieurs (...)

    rigoureusement verticales : (alif, tā’, lām, kāf) avec une terminaison supérieure biseautée. Le biseau est généralement assez incurvé ; deux petits becs, disposés sur des axes perpendiculaires, en marquent les extrémités. Ces biseaux peuvent être plus ou moins effilés (voir le kāf n° 44)13 et sont indifféremment orientés vers la gauche ou vers la droite (alif 48 et 99). Les terminaisons inférieures sont, soit un simple biseau oblique (alif 48, 57), ou agrémenté, au niveau de la ligne de base, d’un petit ergot, également biseauté (alif 36), soit l’amorce d’une indentation semi‑circulaire, lorsque la hampe est liée par une indentation à un autre caractère (ā’ 167), ou encore par un segment qui lui est orthogonal et s’achève par un biseau identique à celui des terminaisons supérieures (lām 81, 161), ou encore par un simple segment brisé (alif 76).

  • croisées : les hampes croisées comprennent, soit un alif entrelacé dans un lām (n° 5, 12, 23) ou dans un ā’ (n° 58), soit deux lām croisés entre eux (n° 17). Leurs terminaisons supérieure et inférieure, sont identiques aux précédentes. Leur originalité est de lier ensemble des caractères qui, selon les règles de la graphie arabe, ne doivent pas s’attacher aux lettres suivantes, tel l’alif. Nous traiterons un peu plus loin les lām‑alif, caractères également croisés.

6Les corps des caractères offrent des formes assez variées :

  • caractères à dents : les dents sont généralement verticales, terminées, soit par un biseau incurvé à deux becs, identique à ceux des hampes (bā’, tā’, ā’, et nūn dans les quatre positions, quelques dāl, en position finale (16, 34 et 50), yā’, en positions initiale (39) et médiane (66), soit par un biseau effilé (yā’ 11). Les dents des sīn et šīn sont resserrées et parfois, légèrement décroissantes (2 et 45). Dans les positions isolée et finale, la terminaison des caractères à dents offre, soit un segment orthogonal à terminaison biseautée de même type que les précédentes (bā’ 21) ou, dans un cas, à terminaison bilobée (tā’ 183), soit un appendice remontant (nūn en position isolée). Les yā’, en positions isolée et finale, présentent une amorce de dent à biseau à deux becs (138, 172 et 188), parfois réduite à une simple pointe (179, 180).

    • 14 Nous remercions Madame ‛Azza ‛Aqīl de nous avoir suggéré cette interprétation particulièrement inté (...)

    corps circulaires : seul le ‛ayn, en position médiane, offre la forme d’un cercle parfait reposant sur la ligne de base (22) ou, plus généralement, surélevé sur un petit pédoncule (41). Un œilleton décentré orne la partie supérieure du cercle. Il est très souvent souligné d’un petit croissant. Ces deux signes évoquent les emblèmes sudarabiques, Vénus et le croissant de lune qui ornent si souvent les autels à encens du Yémen antique14. Quelques caractères offrent une forme presque circulaire, mais une petite pointe orne leur partie supérieure : un fā’, en position initiale (134), le qāf, en positions initiale et médiane (169, 54 et 117).

  • corps ovoïdes et en forme de fer de lance : un fā’, en position initiale (130), est parfaitement ovoïde. Lorsqu’une petite pointe orne la partie supé­rieure du caractère (fā’ médian 109, qāf médian 125 et 150), la forme ovoïde évolue vers celle, plus triangulaire, d’un fer de lance (fā’ médian 94, qāf médians 124 et 149). Certains qāf sont également ornés des emblèmes de Vénus et du croissant de lune (124, 125, 150).

  • corps en forme de boucle : les boucles sont, soit ouvertes (wāw, en positions isolée et finale, fā’ initial 120, qāf initial 174), soit fermées (rā’ 20, zayn 146), soit ouvertes (rā’ 75, 77, 98, en positions isolées et finales, et nūn final 72). Certaines de ces boucles sont affectées d’un petit ergot (rā’ en position finale 7,27, et 163, nūn final 72).

  • corps de forme orthogonale : les mīm, dans toutes les positions, ont une base orthogonale, couronnée d’une pointe triangulaire. Une petite fente ouvre légèrement, la base du caractère, dans les positions initiale, médiane et finale (28, 9, 3), mais celle‑ci est, parfois, entièrement fermée (33, 105, 133, 112). Les hā’, en toutes positions, offrent également une base orthogonale. En positions isolée et finale, le troisième côté du triangle / rectangle évoque le contour d’un fleuron. L’évidement du centre des caractères épouse le tracé de leur contour (132, 116). Un seul spécimen est surmonté d’une petite hampe (19).

  • corps en forme de boucle et orthogonal : le hā’, en positions initiale et médiane, offre le tracé d’une triple boucle orthogonale tressée.

  • corps de forme rectangulaire ou trapézoïdale : les ād, ād et fā’ peuvent être rectangulaires (178, 56, 167), mais passent insensiblement de la forme du rectangle à celle du trapèze en fonction de l’obliquité de l’un, ou de deux, de leurs côtés (65, 71, 147). Quelques ād / ād, en positions initiale et médiane, sont ornés d’une indentation dans leur partie supérieure (56, 52, 65, 86). Le corps des kāf a le profil d’un rectangle à trois côtés. En positions isolée et finale, la base se termine par un biseau identique à celui des hampes (39, 44, 30) ou par une terminaison bilobée (184). En positions initiale et médiane, une indentation peut orner le côté supérieur (189), et même les deux (166). Le corps des dāl / āl s’apparente plutôt à la forme trapézoïdale, mais la partie supérieure est souvent assez infléchie (156, 87). Les terminaisons offrent un biseau à deux becs ; dans un seul spécimen (168), la terminaison est bilobée.

  • caractères à courbure et à contre‑courbure : les ğīm / ā’ / ā’ offrent tous, soit une simple courbure (96), soit une courbure et une contre‑courbure, à terminaison supérieure, généralement en biseau à deux becs. Dans un spécimen (96), le biseau est simplement légèrement incurvé et dans le spécimen 79, la terminaison est bilobée. Un des deux lobes se développe en une large courbe terminée par un biseau à deux becs.

  • corps en forme d’arc polylobé : le corps des ‛ayn est formé, soit d’un simple arc qui s’achève en petit crochet (62), soit d’un petit arc, ornementé de quatre lobes et d’une terminaison en vrille (185, 127, 165, 175).

  • les appendices : l’inscription ayant été sculptée dans la zone inférieure du bandeau, délimitée par un listel, la place était insuffisante pour que les appendices puissent se développer sous la ligne de base. Le yā’ est le seul caractère dont deux spécimens ont un appendice, simple segment horizontal, situé sous la ligne de base (138, 180). Le ‛ayn, en position isolée (185), développe également son appendice, en large portion d’arc, terminé en pointe. Mais le caractère est situé dans la zone supérieure du bandeau, à un second niveau, ce qui explique que la place ait été suffisante, pour son tracé. Les autres appendices sont donc remontants. Ils offrent, soit une amorce de courbe (rā’ 163 et 186), soit une courbe très prononcée, terminée en pointe (nūn isolé 190, wāw isolé 69) ou, par un simple biseau (wāw final 95), un biseau incurvé à deux becs (wāw isolé 130, yā’ isolé 188, yā’ final 179) ou encore par une petite crosse (wāw isolé 88, 131, wāw final 104, yā’ final 121). Toutefois la majorité des appendices de ce type de graphie se développe en une large courbure et contre­courbure, en col de cygne qui atteint la limite supérieure du bandeau. Tous se terminent de manière identique, par un biseau à deux becs (mīm isolé 33, nūn final 26, wāw isolé 43). Trois caractères présentent un appendice original : le rā’ final 75 : la boucle du caractère se prolonge par un segment brisé et une hampe verticale ; le nūn 73 : la courbe de l’appendice se prolonge par une hampe oblique et le wāw 15 : la courbe se termine par une hampe verticale.

Notes

12 Nous ne tenons pas compte des caractères à dents de la basmala qui présentent presque toujours des particularités, et, entre autres, celle d’avoir un bā’ initial plus haut que les autres lettres.

13 Nous ne donnons que quelques exemples pour illustrer nos descriptions. Il est évident que plusieurs autres caractères peuvent présenter cette qualification.

14 Nous remercions Madame ‛Azza ‛Aqīl de nous avoir suggéré cette interprétation particulièrement intéressante, car c’est la première fois que nous rencontrons cette survivance de l’Arabie antique dans l’écriture arabe. Nous n’en connaissons d’autres exemples que dans les inscriptions de Ẓafār Ḏī Bīn.

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search