Version classiqueVersion mobile

Les inscriptions de la mosquée de Ḏī Bīn au Yémen

 | 
Nahida Coussonnet
, 
Solange Ory

II. La graphie du cénotaphe de l’imām Aḥmad b. al-Ḥusayn

Introduction

Texte intégral

  • 10 Cf. supra, p. 5, note 7. Chaque lettre du tableau alphabétique est accompagnée du chiffre qui perme (...)
  • 11 Les rā’/zayn et les nūn, en position isolée, sont considérés comme des appendices, même si dans cer (...)

1Nous étudierons les différents types de graphie du cénotaphe de l’imām Aḥmad b. al‑Ḥusayn en présentant pour chacun leur fac‑similé10 et une analyse paléographique, synthétisée dans un tableau alphabétique (cf. pl. VIII), où les caractères sont présentés en fonction de leur position dans le mot (positions isolée, initiale, médiane et finale). Nous commenterons les composantes principales de la graphie : la ligne de base, les ligatures, les proportions et les éléments essentiels des caractères, hampes, corps et appendices. Ceux‑ci sont définis par rapport à leur situation sur la ligne de base fictive, sur laquelle reposent les caractères arabes. Les hampes s’élèvent au‑dessus de la ligne de base ; les corps reposent sur elle ; les appendices descendent en‑dessous d’elle et peuvent parfois remonter dans la partie supérieure du bandeau11. Certains caractères sont constitués d’une seule hampe (alif, lām médian, par ex.), d’autres, uniquement de corps (bā' et mīm en position médiane, fā’ en position isolée) ou d’appendice (rā, nūn en position isolée). En revanche, un grand nombre de caractères possèdent deux éléments : le ṣād, en position isolée, est constitué d’un corps et d’un appendice, le tā' d’un corps et d’une hampe etc.).

2Enfin, nous essaierons de situer ces types de graphie, par rapport aux autres inscriptions yéménites de l’époque, dont malheureusement peu ont été étudiées jusqu’à présent.

Notes

10 Cf. supra, p. 5, note 7. Chaque lettre du tableau alphabétique est accompagnée du chiffre qui permet de la retrouver facilement sur le fac‑similé de l’inscription. En revanche, pour le mot الـله qui figure à la dernière ligne du tableau, le chiffre correspond au mot tout entier et non pas à la lettre sous laquelle il est noté (cf. pl. VIII).

11 Les rā’/zayn et les nūn, en position isolée, sont considérés comme des appendices, même si dans certains styles, ils sont sur la ligne de base. Toutefois, dans certains types d’écriture ornementale — c’est le cas ici — ils peuvent être constitués d’une dent ou d’une boucle auxquelles s’ajoute un appendice remontant.

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search