Version classiqueVersion mobile

La liberté d’association au Yémen

 | 
Anaïs Casanova
, 
Guillaume Jeu

Préface

Jean Lambert

Texte intégral

1L’ouvrage La liberté d’association au Yémen qui a été préparé par Anaïs Casanova et Guillaume Jeu, et paraît aujourd’hui comme le numéro 5 des Cahiers du CEFAS, s’inscrit dans le cadre du projet Société Civile conduit par le CEFAS depuis deux ans et soutenu par l’Ambassade de France grâce au Fonds de Solidarité Prioritaire « Sécurité, Gouvernance et Démocratie », ainsi qu’avec l’aide de la Fondation Friedrich Ebert (FES Sanaa).

2Au-delà de la Table Ronde sur la Société Civile qui s’était tenue en juillet 2006 à Sanaa, et parallèlement à la publication prochaine de ses Actes par le CEFAS et la FES, cette « compilation de la législation relative aux associations et aux fondations » (à savoir la loi de 2001 et son décret d’application de 2004), vise à mettre à la disposition de tous les acteurs intéressés, qu’ils soient chercheurs, juristes, membres des ONG ou politiques, des textes juridiques qui étaient difficiles d’accès, mal traduits, voire pas du tout.

3La traduction des deux textes yéménites en français est conçue de manière comparée, ce qui permet de mieux cerner les nuances du vocabulaire juridique et de ses acceptions particulières dans le contexte social du Yémen actuel. Elle recourt aussi à la première traduction de la loi de 2001 qui avait faite en anglais. Dans une société où la liberté d’association s’épanouit depuis l’instauration du multipartisme en 1990, et encore plus depuis la promulgation de la loi de 2001, il était essentiel de mieux comprendre les mécanismes juridiques qui, indéniablement, donnent ses traits au paysage associatif actuel. Par ailleurs, cette publication inédite, ou quasiment, de documents originaux entre dans la mission que s’est assignée le CEFAS : produire des instruments pour les chercheurs en sciences sociales, pour permettre à des recherches futures de s’exercer à partir d’une documentation consistante et fiable.

4Parallèlement, Anaïs Casanova a rédigé un article faisant une analyse approfondie de la loi de 2001 qui sera publié très bientôt avec les Actes de la Table Ronde de 2006. En fournissant à la fois des matériaux bruts et une analyse juridique détaillée, ces deux publications seront donc parfaitement complémentaires.

5Il me reste à remercier tout particulièrement l’Ambassade de France et l’ancien Ambassadeur Alain Moureau, qui avait pris la décision de soutenir ce programme. De même, la Fondation Friedrich Ebert pour son soutien dans la réalisation de la mission des auteurs, ainsi que Lina Blin pour son aide à l’édition de cet ouvrage. Fabrice Quénéa doit aussi être remercié pour son élaboration de l’édition finale.

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search