Version classiqueVersion mobile

The rules of Barat. Tribal documents from Yemen

 | 
Paul Dresch

Foreword

Préface

Jean Lambert

Texte intégral

1L’ouvrage de Paul Dresch Rules of Barat présente l’édition critique de plusieurs textes manuscrits de droit coutumier et tribal, ʿurf, dont le principal, intitulé Qawâʿid al-malâzim, « Règles de responsabilité », remonte au xviiie siècle, et émane de la tribu des Dhû Mohammed du Jebel Barat, au nord-est du Yémen.

2L’anthropologue britannique Paul Dresch est l’un des meilleurs spécialistes du système tribal au Yémen. Ses nombreux travaux font référence, en particulier sa monographie Tribes, Government and History in Yemen (1989, Oxford University Press) qui, déjà se penchait sur le droit tribal et en détaillait les usages. Paul Dresch possède une connaissance intime et fine du terrain, et seul un chercheur aussi accompli pouvait entreprendre et réaliser la tâche complexe de présenter et d’interpréter ces sources de droit dans leur contexte.

3Ces textes régissent notamment la protection des marches et des frontières de la tribu, ainsi que celle des personnes autres que les membres de la tribu, fixent les pénalités prévues contre toute transgression des règles, et prévoient des procédures de résolution des conflits. Par ce biais, ils sont censés aborder toutes les situations juridiques qui peuvent se présenter dans la vie quotidienne d’une tribu du nord du Yémen. L’ensemble de ces règles de protection, qawâʿid al-tahjîr, permet de mieux définir ce concept central de la société des Hauts Plateaux du Yémen, la hijra, comme « enclave protégée », qui a été si bien décrit par le qadi Ismâʿîl al-Akwaʿ (1995,1996, notamment 11‑18).

4Le livre The Rules of Barat est l’aboutissement d’un long et patient travail de l’auteur. Un des trois textes présentés avait été découvert par lui-même à la fin des années soixante-dix, et figurait déjà en annexe de sa thèse en 1982. D’autres versions figuraient dans les travaux des sociologues yéménites Fadl Abû Ghânem (1985) et Rashad al-ʿAlimî (1986), mais sans l’appareil critique qui l’accompagne ici. Or ces textes sont difficiles d’accès et doivent sans cesse être interprétés : ils sont en effet écrits dans une langue arabe juridique extrêmement spécialisée, tout en étant en même temps l’expression d’une culture orale ou les termes n’ont pas de définition préétablie. Cette entreprise d’analyse ne fut possible que grâce à la connaissance intime qu’a Paul Dresch du droit tribal contemporain. Au cours d’une longue enquête que l’on pourrait qualifier de « philologie de terrain », il sillonna les tribus du nord-est du Yémen pendant des années pour trouver des versions différentes des Qawâʿid pouvant l’aider à établir un texte fiable. C’est ainsi qu’est née cette édition critique juxtaposant le texte manuscrit, le texte transcrit imprimé, la traduction (en anglais) qui permet de traquer le sens, mais aussi l’analyse de la liste des signataires (les « garants », source importante d’informations personnelles), ainsi qu’un glossaire des termes spécialisés. Cette édition critique répond ainsi à la nécessité de publier les documents historiques originaux, seuls à même de permettre une écriture rigoureuse de l’histoire, y compris contemporaine, du Yémen.

5Ces textes revêtent une grande importance historique : datant du milieu du xviiie siècle, ils permettent de restituer pour une tribu en particulier, les Dhû Mohammed de Barat, ce type de pactes qui ont disparu pour beaucoup de tribus, et dont, pour beaucoup d’autres, seules des versions tardives sont encore conservées. Pour sa part, le Qawâ’id al-malâzim est le texte qui nous permet de remonter le plus loin dans le temps, et de montrer certaines continuités des structures tribales sur la « longue durée », que Paul Dresch avait déjà commencé à montrer dans ses précédents travaux. Rules of Barat permet d’approfondir l’histoire de cette région fascinante, et en particulier les relations socio-économiques et politiques entre ces tribus d’agriculteurs sédentaires et les élites religieuses citadines, relations qui ont été abordées d’un tout autre point de vue par Bernard Haykel dans son livre sur l’imam al-Shawkânî (2003, 65).

6L’une des difficultés liées à l’étude du droit tribal, c’est qu’il est inséparable des aspects politiques d’une part, et des aspects moraux, anthropologiques, de 1’« être » tribal d’autre part. Pour cette raison, il est souvent délicat de le comparer aux systèmes juridiques savants et d’en discuter les avantages respectifs. Avec Rules of Barat, Paul Dresch tente de mettre en lumière les principes juridiques qui ne sont pas toujours explicites dans ce droit essentiellement pratique et oral. Il met ainsi à la disposition des chercheurs et des juristes les outils permettant de mieux comprendre – de l’intérieur – ce corps de principes jusque‑là inaccessibles.

7La présentation des textes originaux qu’offre Paul Dresch est suivie d’une réflexion comparative sur le droit coutumier au Yémen et en Europe, ou l’auteur opère une ouverture théorique d’une grande largeur de vues : contrairement à ce que l’on pourrait croire, ou à ce que prétendent certains, le droit tribal yéménite contient des dimensions universelles qui font toute sa valeur humaine. Le droit coutumier, et en particulier sous son aspect tribal, est l’une des trois grandes références juridiques au Yémen, avec le droit islamique, sharîʿa, et le droit positif moderne. II est même souvent considéré comme un recours ultime lorsque les deux précédents ne sont pas capables de résoudre les problèmes des citoyens, et ceci jusque dans la vie urbaine moderne. Quelque en soient les raisons et même si on peut le regretter, c’est un fait sociologique éclairant pour comprendre la société yéménite contemporaine.

8Paul Dresch a pu démontrer que si les relations du droit tribal avec la sharîʿa sont souvent présentées comme conflictuelles – il s’agissait là plus d’une rhétorique des lettrés citadins qu’une véritable opposition – et que cette dernière était souvent suscitée par des problèmes politiques plus que proprement juridiques. Cette diversité et complémentarité des références juridiques a été présentée notamment par l’ouvrage Le sheykh et le procureur, récemment édité par Baudouin Dupret et François Burgat. De nombreux débats autour de la rénovation du système juridique du Yémen, se heurtent à cette réalité sociologique et politique incontournable, qu’il est impératif d’étudier, en particulier d’un point de vue anthropologique.

9La tribu est un phénomène contemporain très important, à la fois, en tant que structure sociale, et dans son articulation au système politique actuel du Yémen. Ces documents tribaux sont aussi des « pactes » ou des « codes » donnant forme à une entité politique, ce qui pose la question de la nature du système tribal. Celui-ci à coexisté avec deux grands systèmes politiques, le système imamite et le système républicain. Alors même qu’il avait préexisté à ces deux systèmes et même s’il est en train, aujourd’hui, de se transformer, notamment pour une question générationnelle, il a un certain dynamisme interne qui lui permettra probablement de perdurer tout en s’adaptant. D’une manière plus générale, Rules of Barat permet d’apporter une alternative à la vision citadine, dominante depuis les débuts du zaydisme au Yémen jusqu’à nos jours, des tribus comme groupes « barbares » ou « incultes », et montre qu’elles représentaient surtout un contre-pouvoir de fait au régime autoritaire des Imams. Sur ce plan, Paul Dresch prend nettement position en définissant la tribu et la pratique du droit coutumier comme appartenant à la « société civile » de l’époque. Nul doute que cette position suscitera le débat.

10Alliant ainsi philologie, histoire, études juridiques et anthropologie, cette nouvelle publication offre l’occasion au Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa d’approfondir sa collaboration avec l’Institut Allemand d’Archéologie (Deutsches Archäologisches Institut) dans le domaine des manuscrits. Cet ouvrage est le premier d’une série de co-éditions qui, à n’en pas douter, viendront enrichir la liste des sources économiques, juridiques et administratives disponibles. Que la directrice du DAI, Iris Gerlach, en soit remerciée.

11Il me faut aussi remercier tous ceux qui ont contribué à l’édition de cet ouvrage : tout d’abord mon prédécesseur, François Burgat, qui en avait pris l’initiative, et l’auteur lui-même, pour avoir fait confiance au CEFAS du début jusqu’à la fin ; Laurent Bonnefoy, pour sa relecture de la présente préface, Judith Scheele pour l’édition et la mise en page du livre ; Irène Lainey pour l’édition finale de la couverture et de l’ensemble du livre.

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search