Version classiqueVersion mobile

Le Yémen vers la République

 | 
François Burgat
, 
Éric Vallet

III. La révolution en marche

1948 et 1955, le double échec de la révolution. La Révolution constitutionnelle de 1948

1948 و1955، فشل مزدوج للثورة. الثورة الدستورية عام 1948

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

(569) ‘Abdallāh Aḥmad al-Wazīr, l’éphémère imam constitutionnel de 1948

عبد الله أحمد الوزير

Image 100000000000029500000389F877633F.png

Le 15 janvier 1948, un télégramme d’origine indéterminée adressé au siège des Libres à Aden annonce à tort la mort de l’imam Yaḥyā. Les Libres, leurrés, proclament dès le lendemain la mise en vigueur d’une « Charte nationale sacrée » élaborée en 1947 (voir p. 319) et l’avènement de l’imam « constitutionnel » ‘Abdallāh b. Aḥmad al-Wazīr. Curieusement, l’Imam ne s’alarme pas outre mesure et se contente du démenti que lui donne son successeur présumé. Une Révolution a pourtant bien été programmée. Elle est inspirée notamment par al-Fuḍayl al-Wartilānī, un nationaliste algérien émule de l’imam Ben Badīs que Ḥasan al-Bannā a envoyé au Yémen pour fédérer le courant des Libres. Le 17 février 1948, au lieu-dit Ḥizyaz, au sud de Sanaa, l’imam Yaḥyā, son petit-fils SI Muḥsin et son Premier ministre le Qāḍī al-‘Amrī sont effectivement assassinés. Les Libres exilés à Aden rentrent à Sanaa et constituent u...

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search