Version classiqueVersion mobile

Le Yémen vers la République

 | 
François Burgat
, 
Éric Vallet

II. La société

Formes et instruments de la modernisation. Du télégraphe à radio Sanaa

من التلغراف إلى إذاعة صنعاء

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

(512) Colonne édifiée à Sanaa pour commémorer l’ouverture de la ligne de télégraphe entre Sanaa et Taez, début du XXe siècle

عمود شُيد في صنعاء بمناسبة افتتاح خط التلغراف بين صنعاء وتعز في بداية القرن العشرين

Image 100000000000038D000004BE471E2772.jpg

La réception des programmes radiophoniques (d’abord uniquement étrangers) demeure longtemps l’apanage de la famille royale. En 1947, le Yémen lance son propre service radiophonique grâce à un émetteur offert à l’Imam un an plus tôt par la société américaine Aramco. Radio Sanaa émet alors deux fois deux heures par semaine, les jeudi et vendredi. Utilisé par les révolutionnaires de 1948, le service radiophonique interrompt ensuite ses émissions jusqu’en 1952, date à laquelle il est doté d’un nouvel émetteur plus puissant. Il est alors devenu essentiel pour le régime de concurrencer les autres radios arabes, notamment celle du Caire. Au nombre des collaborateurs de Radio-Sanaa figurent alors plusieurs grands hommes de lettres : Aḥmad al-Marwanī, ‘Abd al-‘Azīz al-Maqāliḥ et ‘Abdallāh...

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search