Version classiqueVersion mobile

Une histoire partagée : sources françaises sur l'histoire de l'Arabie. Hedjaz et Najd 1839-1943

Deuxième partie : inventaire des archives

Les sources iconographiques

Texte intégral

Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (ECPAD)

12‑8 route du Fort, 94200 Ivry‑sur‑Seine, France.
Métro depuis Paris : station Mairie d’Ivry (ligne 7).
Site internet : www.ecpad.fr

2L’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD) rassemble les archives des services photographiques et cinématographiques de l’armée française.

3Il conserve de nombreuses sources iconographiques : des photographies prises par des opérateurs militaires français lors de leur mission en Arabie Saoudite, comme au Hedjaz pendant la Première Guerre mondiale, ainsi que quelques films.

4Parmi ces derniers, une série de films tournés en 1917‑1918 au Hedjaz (Djeddah, al‑Wajh) et en Jordanie est particulièrement remarquable. Les opérateurs, dont les noms sont inconnus, sont passés par Djeddah et ont rejoint la colonne de Faysal, le fils du Grand Chérif de La Mecque, qui stationnait alors à Bir Jaydah, à 120 km à l’ouest d’al‑Wajh.

Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, Réunion des Musées Nationaux (RMN)

5Site internet : www.mediatheque‑patrimoine.culture.gouv.fr/fr/index.html

6Les fonds numérisés par la RMN dans la base numérique « Mémoire » permettent d’accéder à un riche ensemble de photographies prises par Charles Winckelsen, un opérateur militaire qui fut d’abord actif sur le front français, avant de partir en mission pour le Proche‑Orient en 1918. Outre ses tirages noir et blanc du Hedjaz, il laissa de nombreuses images de Jordanie et de Palestine.

Le souk al‑Nada de Djeddah, 1918

Le souk al‑Nada de Djeddah, 1918

© Ministère de la Culture, Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN Grand‑Palais / Charles Winckelsen

Photographies de Charles Winckelsen
À la différence des autochromes de Paul Castelnau, son collègue, les photographies en noir et blanc de Charles Winckelsen saisissent bien l’activité et l’atmosphère vivante des marchés de Djeddah. Ses photographies se distinguent des autochromes par un souci évident de capturer l’animation et le mouvement de la cité portuaire, de ses rues et, ici, de son principal marché. Ces deux clichés ont ainsi été pris dans la même direction, au fur et à mesure de son avancée dans le souk. Le progrès des procédés photographiques en noir et blanc permettait en effet de réaliser des images avec un faible temps de pose, de se déplacer et de changer facilement la plaque photographique pour continuer le reportage. Le souk al‑Nada était l’un des principaux marchés de la ville. Il longeait le port et la côte, et l’on trouvait sur sa longueur, outre les boutiques et les maisons, un grand nombre de caravansérails (hawsh), notamment dans la zone du port (Bunt). Avec le minaret de la zâwiya (petite mosquée souvent liée à un ordre soufi) al‑Lulwa à gauche, on aperçoit des boutiques, ainsi que quelques bancs sur la gauche, qui signalent probablement un des nombreux cafés de Djeddah.

Archives nationales d’outre‑mer (ANOM)

7Dans les archives Nationales d’Outre‑mer, on trouvera en particulier le rapport de M. Gillotte, administrateur de la commune mixte d’Aïn‑Témouchent, sur le pèlerinage à La Mecque en 1905, ainsi qu’un rapport d’un commissaire du gouvernement de l’Afrique Occidentale Française (AOF) de 1950.

  • Albums photographiques : Pèlerinage à La Mecque (1882) : album de Snouck‑Hurgronje (FR ANOM 8Fi313/1‑66) ; Rapport de M. Gillotte 1905 (FR ANOM 8Fi514).

  • Pèlerinage, 1948‑1950 : Rapport de 1950 (FR ANOM 61COL234).

8L’« album Gillotte » est le rapport rédigé par l’un des commissaires du gouvernement chargé d’accompagner les pèlerins pendant le hajj de 1905. Cet administrateur d’une commune mixte algérienne a laissé un long rapport détaillé du pèlerinage et des conditions de voyage des pèlerins algériens. Fait exceptionnel, ce rapport est illustré par de nombreuses photographies du voyage, depuis le départ des pèlerins et leur embarquement à Oran, jusqu’à leur arrivée au Hedjaz.

Musée Albert Kahn, Archives de la planète

910‑14, rue du Port, 92100 Boulogne‑Billancourt, France.
Métro depuis Paris : arrêt Boulogne‑Pont de Saint‑Cloud (ligne 10).

10Le musée Albert Kahn à Boulogne‑Billancourt conserve les photographies réalisées pendant les missions financées par le philanthrope Albert Kahn entre 1909 et 1931. Ces missions étaient destinées à recueillir des images de plus de 60 pays.

11On y trouve une importante série d’autochromes (premier procédé industriel capable de restituer les couleurs originales) réalisés par Paul Castelnau à Djeddah et au Hedjaz en 1918.

12Paul Castelnau (1880‑1944) fut enrôlé en 1914, comme Charles Winckelsen, dans le Service photographique des Armées. Cet opérateur militaire, qui avait entrepris des études de géographie avant la guerre, collabora au projet d’Albert Kahn. Il suivit, avec Charles Winckelsen, la révolte arabe en réalisant des autochromes, tandis que Winckelsen faisait des tirages noir et blanc. Ce qui aurait pu être une banale mission de propagande pour ces deux photographes fut en réalité l’occasion de réaliser de magnifiques images non seulement des soldats et des opérations militaires, mais aussi des villes et des paysages de la région. Après la guerre, Paul Castelnau termina sa thèse de géographie et se consacra aux films et aux images documentaires.

13Une partie de ces images est visible sur :
http://albert‑kahn.hauts‑de‑seine.net/archives‑de‑la‑planete/mappemonde

Table des illustrations

Titre Le souk al‑Nada de Djeddah, 1918
Crédits © Ministère de la Culture, Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN Grand‑Palais / Charles Winckelsen
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/3370/img-1.png
Fichier image/png, 993k

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search