Version classiqueVersion mobile

Une histoire partagée : sources françaises sur l'histoire de l'Arabie. Hedjaz et Najd 1839-1943

Première partie : présentation des archives

Jorelle, Depui et Maigret, trois visages de la présence française en Arabie, du xixe au xxe siècle

Philippe Pétriat

Texte intégral

1L’histoire de la France en Arabie est généralement occultée par l’histoire de la Grande‑Bretagne puis par celle des États‑Unis dans la Péninsule. L’épopée de T. E. Lawrence en Arabie (1916‑1918) puis le pacte du Quincy (1945) sont les images les plus fortes et les plus ressassées d’une historiographie qui en reste souvent aux relations politiques entre ces deux États et le royaume saoudien. La conséquence de l’attention accordée au rôle britannique puis américain dans l’histoire de l’Arabie Saoudite se ressent dans l’utilisation souvent exclusive des sources anglo‑américaines. S’il est indéniable qu’elle n’eut pas le poids des administrations et des économies britannique puis américaine en Arabie, la présence française y est tout aussi ancienne. Cette ancienneté et les activités très variées des Français de passage ou résidents ont laissé une riche documentation sur l’histoire de ce qui devint le royaume d’Arabie Saoudite en 1932.

2Du milieu du xixe siècle à la Première Guerre mondiale, les consuls furent les piliers de la présence française. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cette position n’est pas seulement un effet des sources, même s’il est vrai que les archives du consulat de Djeddah constituent l’essentiel de la documentation française de l’époque. Le rôle des consuls auprès du petit nombre de citoyens et protégés français qui résidaient au Hedjaz, des pèlerins qui visitaient les Lieux Saints et des visiteurs occasionnels faisait d’eux des intermédiaires obligés dans les relations commerciales et politiques avec les autorités locales. Dans ce poste difficile en raison de son éloignement, d’une société locale à laquelle il n’était guère aisé de s’intégrer et des contraintes qu’imposaient aux non‑musulmans la proximité des Lieux Saints, la diplomatie française s’appuyait sur quelques négociants particulièrement bien renseignés et possédant de nombreuses relations sur place.

3Pendant la Première Guerre mondiale, les opérations sur le front d’Orient mirent en évidence l’intérêt renouvelé des pays européens pour la péninsule Arabique. La France entra alors en concurrence avec les Britanniques, dans un volet peu connu de la Grande Guerre. Les efforts de guerre en mer Rouge, la nécessité de s’imposer à côté des Britanniques, et le besoin d’une propagande mettant en évidence l’action de la France au pays des Lieux Saints, conduisirent au Hedjaz des militaires souvent passés par les colonies de l’Empire français, mais aussi des photographes et des scientifiques dont les missions ont laissé de larges fonds de textes et d’images. Après la Première Guerre mondiale, les sources diplomatiques permettent de suivre l’insertion du nouveau royaume d’Arabie Saoudite dans les échanges politiques et économiques mondiaux. La France suivit alors le mouvement de normalisation des relations diplomatiques avec le nouvel État, la mise en place de ses frontières avec les pays voisins et les opportunités économiques qui se présentaient au commerce français.

4Pour suivre la formation de ce corpus des sources françaises sur l’histoire de l’Arabie Saoudite (Hedjaz et Najd) au cours des trois périodes que nous venons de distinguer, cet article présente trois personnages dont le rôle officiel et certains traits originaux illustrent la variété de la présence française depuis le milieu du xixe siècle jusqu’au milieu du xxe siècle. Le négociant Richard Jorelle (1850‑1878) a laissé plusieurs traces ainsi que deux registres de correspondance commerciale dans les archives du consulat de France de Djeddah. Ses activités dans le port hedjazi permettent d’entrer dans les réseaux internationaux qui liaient les marchands actifs à Djeddah pendant l’époque de la mondialisation impériale. Laurent Depui (1878‑1947) fut quant à lui connu au Hedjaz sous le nom de capitaine et « Chérif » Ibrahim. Le parcours original de cet officier colonial s’inscrit dans l’histoire de la Première Guerre mondiale en Arabie et de la conquête saoudienne du Hedjaz, puisque Laurent Depui fut peut‑être l’un des premiers émissaires français à rencontrer ‘Abd al‑‘Azîz Al Sa‘ûd. Le diplomate Roger Maigret (1875‑ ?) fut le plus long représentant de la France au royaume saoudien. Il fut l’artisan et le témoin bien informé de la normalisation des relations diplomatiques de l’Arabie Saoudite avec ses voisins et le reste du monde au cours des années 1930.

Richard Jorelle, un négociant français à Djeddah dans les années 1870

  • 1  CADN, Djeddah, 2MI3246, lettre de R. Jorelle, Djeddah, à M. Magnes, Alexandrie, 1er mars 1875.

5Le 1er mars 1875, le négociant Richard Jorelle informait l’un de ses partenaires à Suez au sujet des importations de « manufactures » à Djeddah1. Ces toiles ou cotonnades, souvent tissées à Manchester à partir du coton indien, américain ou égyptien, étaient importées d’Angleterre à Djeddah par l’intermédiaire des ports égyptiens, et faisaient l’objet d’un commerce très dynamique au Hedjaz. Dans ce courrier dont le registre de correspondance conservé à Nantes garde la copie, Jorelle décrit avec précision l’organisation de ce commerce d’importation à Djeddah et en nomme les deux principaux marchands : les maisons Jamjûm et Bâ Nâja. Jorelle mentionne les intermédiaires de ces maisons, les agents qu’elles utilisent et les relations commerciales qu’elles entretiennent avec leurs partenaires. À cette époque, Richard Jorelle (1850‑1878) est un jeune marchand dont l’arrivée à Djeddah est encore récente. Sa connaissance du milieu négociant hedjazi peut par conséquent étonner.

  • 2  Voir l’article d’Anne‑Sophie Cras dans ce volume, p. 31.
  • 3  Pour les archives de Richard Jorelle : CADN, Djeddah, 2MI3245 à 2MI3246.
  • 4  Pour un exemple de ces réclamations : CADN, Djeddah, 2MI3247, Jorelle, Djeddah, au vice‑consul de (...)

6Jorelle est pourtant déjà bien formé au commerce en mer Rouge dans lequel est engagé son entourage familial2. Plusieurs lettres indiquent que le « khawâjâ » Jorelle parlait arabe3. Avec son beau‑frère Michel Bourgarel, il était à Djeddah l’agent de la compagnie de transport maritime austro‑hongroise du Lloyd. À l’époque où la vapeur s’imposait pour les transports de marchandises de gros volumes et sur de longues distances, ces compagnies de transport étaient des intermédiaires obligés des marchands des ports de la Péninsule. Les plus grandes maisons de commerce arabes au Hedjaz recouraient à leurs navires pour leurs échanges avec l’Indonésie, l’Inde, l’Europe, l’Égypte et l’Empire ottoman. Il s’agissait de moyens de transports sûrs, réguliers et rapides, sur lesquels les marchandises étaient assurées, ce qui permettait aux négociants de réclamer des dédommagements en cas de perte ou de dégât4.

7Les registres de correspondance de Richard Jorelle témoignent de cette utilisation régulière des grandes compagnies de vapeurs par les négociants arabes. Entre 1873 et 1875, ses activités de négociant et agent du Lloyd le mettent en relation avec les maisons Jamjûm, Bâ Zar‘a, Bâ Hârûn, Bâ Nâja et Bâ Junayd de Djeddah, la maison indienne Cowasjee Dinshaw à Hodeïda, et un grand nombre de maisons européennes à Suez et à Alexandrie. À travers ces correspondances, c’est le réseau marchand de la mer Rouge qui apparaît : un réseau de dimension mondiale, dans lequel les négociants européens, arabes et indiens coopéraient depuis déjà longtemps, et dont la vapeur accélérait les échanges. La période d’activité de Richard Jorelle est d’autant plus intéressante qu’elle correspond à une phase de croissance de l’activité du port de Djeddah, juste avant le ralentissement commercial qui débute à la fin des années 1870.

  • 5  La maison Riès tient l’agence consulaire à Aden jusqu’aux années 1920 : Prijac 2004.
  • 6  Buez, 1873.
  • 7  La Courneuve, Correspondance consulaire et commerciale : Djeddah, vol. 2, Consul de France, Djedda (...)

8L’intérêt des archives de Richard Jorelle découle aussi des fonctions qu’il exerça parmi les marchands européens installés à Djeddah, et en particulier auprès du représentant diplomatique français. Son intégration dans le milieu négociant local et régional en faisait un informateur privilégié. Elle le conduisit aussi à assumer la gérance du consulat de France au moins une fois pendant les congés du docteur Achille Erasme Buez, vice‑consul à Djeddah de 1873‑1878. Il n’y avait rien d’extraordinaire à ces intérims. La gérance des agences consulaires était régulièrement confiée aux marchands français, européens ou levantins (syriens et libanais)5. Pour Buez, l’appui de ces négociants était d’autant plus important que sa formation était d’abord médicale et que sa mission était celle de médecin sanitaire en même temps qu’agent consulaire6. Les informations transmises par les marchands proches du consul et leur expérience commerciale facilitaient une partie de sa tâche. Contrairement à ce que les nombreux relevés statistiques contenus dans les archives consulaires françaises et britanniques pourraient laisser croire, la collecte des informations commerciales était régulièrement décrite par les consuls comme particulièrement difficile à Djeddah. Les marchandises transportées par les sambouks échappaient souvent à l’enregistrement, tandis que les responsables ottomans des douanes et les marchands locaux se montraient réticents à transmettre leurs informations aux diplomates étrangers7. Les archives de Richard Jorelle conservées parmi celles du consulat de France fournissent par conséquent une perspective unique sur l’activité économique du port de Djeddah et sur les échanges en mer Rouge. Elles mettent en lumière les rapports qui liaient les marchands européens, arabes et indiens, dont la concurrence n’empêchait pas de profitables collaborations.

Laurent Depui et la Mission militaire française au Hedjaz pendant la Première Guerre mondiale

  • 8  CADN Djeddah, 2MI3244, Consul de France, Djeddah, à M. Rozis, Paris, 20 avril 1912. Pour la périod (...)
  • 9  À l’exception du consul d’Italie, mais qui ne semble plus alors exercer de fonctions officielles : (...)

9Le capitaine Laurent Depui était lui aussi familier de la mer Rouge quand il arriva à Djeddah en mai 1917, affecté à la Mission militaire française au Hedjaz. Mais à son arrivée, il n’y avait plus de négociants français à Djeddah. Après la crise commerciale du port à la fin du xixe siècle, l’entrée en guerre de l’Empire ottoman aux côtés de l’Allemagne et de l’Autriche‑Hongrie ainsi que le blocus des côtes de la mer Rouge par les marines britanniques et françaises avaient fini de les faire partir. À la veille de la guerre, une « douzaine » de Grecs protégés par le consul français constituaient, avec les consuls, la presque totalité des Européens à Djeddah. Encore faut‑il préciser que ces Grecs étaient souvent nés sur place et parlaient arabe8. C’est le signe de l’enracinement déjà ancien de ces Européens, qui fut suffisamment fort pour les maintenir au Hedjaz au moment de la guerre, alors que la rupture des relations diplomatiques avec l’Empire ottoman avait fait partir les consuls européens9.

10Ce sont d’ailleurs des soldats uniquement, européens ou sujets européens des colonies, que rencontra Depui au Hedjaz en 1917. Le remplacement des représentations diplomatiques par des Missions militaires laissait les militaires responsables des opérations menées aux côtés de la Révolte arabe au Hedjaz contre l’armée ottomane, retranchée à Médine, et des relations avec les dirigeants politiques de la péninsule Arabique. La Mission militaire française au Hedjaz fut d’abord dirigée par le colonel Brémond, de 1916 à 1917, puis par les commandants Cousse jusqu’en 1919 et Catroux jusqu’en 1920.

  • 10  Ces images sont celles de Raphaël Savignac, que Depui croisa lorsqu’il arriva à Djeddah en 1917, d (...)

11Outre les objectifs proprement militaires, la Mission devait manifester l’intérêt de la France pour les Lieux Saints de l’islam et faire jeu égal avec l’activité britannique en Orient. Le Hedjaz fut un lieu d’expérimentation remarquable de cette propagande militaire à destination des pays musulmans, mais aussi de la France et de ses colonies. Les archives militaires et consulaires ont conservé une documentation rare, fruit de l’emploi de personnalités expérimentées et originales comme Depui : des rapports sur l’évolution de la situation militaire et politique dans la péninsule Arabique, qu’il s’agisse de la Révolte arabe ou de l’expansion saoudienne. La publicité faite aux opérations a aussi mené au Hedjaz des photographes et des opérateurs cinématographiques, envoyés de France pour rapporter des images du front d’Orient. Ces images prises en 1917‑1918 reconstituent fidèlement les paysages observés par Ibrahim Depui à Djeddah et au Hedjaz10. Son rôle comme membre de la Mission en 1917‑1919 puis comme attaché militaire du consulat de 1920 – date de la fermeture officielle de la Mission militaire française – à 1928, avec quelques interruptions, fait de lui une source originale à bien des égards sur les activités de la France en Arabie, mais aussi sur cette période de transition politique qui aboutit à l’intégration du Hedjaz au royaume saoudien en 1925.

  • 11  Sur Laurent Depui : Bertrand‑Cadi, 2012 ; Rouaud, 2007 et Mailhac Raggini, 1999. Pour un témoignag (...)

12Cet officier des troupes coloniales (infanterie de marine) avait fait la plus grande partie de sa carrière à Madagascar, où il apprit l’arabe, avant d’être affecté à Djibouti (Côte française des Somalis) en 1911. C’est là qu’il se convertit à l’islam et prit le nom d’Ibrahim. C’est aussi là qu’il développa ses premiers contacts en mer Rouge, notamment parmi les communautés somalies et yéménites. Sa conversion et sa personnalité taciturne, probablement orgueilleuse aussi, suscitèrent l’hostilité de plusieurs de ses chefs, comme Catroux, et de nombreux soupçons de la part des autorités locales, comme le Chérif Husayn11. Avec les autres officiers et soldats de France et des colonies et protectorats français d’Afrique, Depui fut engagé auprès des troupes de la Révolte arabe. Il fut affecté à la colonne de l’émir ‘Alî dans les opérations de siège et de guérilla autour de Médine, où il entra avec l’émir en 1919.

  • 12  Voir par exemple l’intéressante carte de l’Arabie qu’il dressa en juillet 1924 et qui mentionne no (...)
  • 13  La Courneuve, Correspondance politique et commerciale, série E Levant : Arabie, Hedjaz, vol. 4 : R (...)
  • 14  La Courneuve, Correspondance politique et commerciale, série E Levant : Arabie, Hedjaz, vol. 24 : (...)

13Après une permission en France, Depui rejoignit le consul Léon Krajewski pour servir d’attaché militaire et d’agent de renseignement. Musulman, il pouvait se déplacer librement au Hedjaz contrairement aux consuls qui restaient confinés à Djeddah. Les cartes qu’il dressa de la Péninsule au cours de ses voyages, les rapports de ses séjours à Médine puis à La Mecque, en avril 1919 à l’occasion du pèlerinage témoignent des informations sur la vie politique et religieuse qu’il pouvait recueillir et des personnalités qu’il pouvait rencontrer12. Pendant les congés du consul, il assura la gérance des affaires du consulat. C’est par exemple en cette qualité que le capitaine Depui signa plusieurs rapports du consulat en 192113. En septembre 1924, au moment où les troupes saoudiennes approchaient de La Mecque, Depui pouvait adresser au ministère des Affaires Étrangères une liste descriptive des personnalités importantes de Djeddah appelées à jouer un rôle important dans l’évolution politique de la région. Ces notables avaient été, selon Depui, ses « principaux informateurs » et ses « commensaux habituels » de 1917 à 192314. Un mois plus tard, en octobre 1924, Depui revenait à Djeddah sur le même navire que l’intellectuel et écrivain Amîn al‑Rîhânî, venu pour tenter une médiation entre ‘Abd al‑‘Azîz Al Sa‘ûd, qui venait de prendre La Mecque, et le chérif ‘Alî ibn Husayn.

  • 15  Il est possible que Depui ait rencontré l’émir du Najd lors d’une mission secrète avant la conquêt (...)

14Pendant ses affectations au Hedjaz, Depui avait suivi de façon attentive l’expansion militaire de l’émir ‘Abd al‑‘Azîz, au point d’encourir l’animosité du gouvernement hachémite. La qualité de ses relations précoces avec ‘Abd al‑‘Azîz fut manifestée à l’occasion du hajj auquel participa l’officier français en 1926. Il fut alors accueilli et reçu par le nouveau chef du Hedjaz avec une cordialité exceptionnelle15. Depui fit d’ailleurs des rapports élogieux de ce pèlerinage et du nouvel ordre en place au Hedjaz depuis la conquête saoudienne. La sécurité des routes et le calme du pèlerinage, la fin des exactions qui avaient marqué le règne du Grand Chérif Husayn reviennent régulièrement dans la correspondance envoyée par le consulat au cours des années 1920. Depui servait alors au gouvernement français d’émissaire auprès de l’émir, et, depuis le mois de janvier 1926, il était désigné par le Haut‑commissaire français au Levant, Henry de Jouvenel, pour négocier avec le nouveau pouvoir saoudien une convention commerciale, signée le 19 mars 1926 à La Mecque. À partir de ce même mois et jusqu’en février 1928, il assura la gérance du consulat de France à Djeddah.

15La présence presque continue de cet officier au Hedjaz entre 1917 et 1928, sa conversion à l’islam et les contacts qu’il s’était attaché à lier sur place – quitte à susciter la méfiance ou l’ironie des autorités locales, de certains habitants et de plusieurs de ses compatriotes – font de ses rapports une source de valeur sur les bouleversements de la région à l’issue de la Première Guerre mondiale. Elles éclairent aussi les débuts des relations diplomatiques nouées par le nouveau roi du Hedjaz et du Najd avec les pays européens comme la France. Cette normalisation progressive des relations après la conquête saoudienne du Hedjaz fut l’une des principales tâches du successeur de Depui à Djeddah, Jacques Roger Maigret.

Jacques Roger Maigret, la carrière d’un diplomate dans le royaume d’Arabie Saoudite (1928‑1937)

  • 16  Sur cette courte période et le départ de Depui : Bertrand‑Cadi, 2012, p. 274.

16Ibrahim Depui croisa Roger Maigret en 1928. Le premier quittait la péninsule Arabique, après dix années de service, tandis que le second arrivait au Hedjaz. Le style des rapports met en évidence la différence de personnalité des deux hommes, dont la courte collaboration à Djeddah ne fut sans doute pas aisée16. Depui avait fait ses premières armes dans l’océan Indien puis sur la côte africaine de la mer Rouge dans les régiments coloniaux et indigènes. C’est par la fréquentation des communautés arabophones de Madagascar puis de Djibouti, souvent yéménites et dans lesquelles il trouva sa seconde épouse, qu’il avait appris l’arabe. Roger Maigret arrivait alors d’Irak, où il occupait le poste de consul de France depuis 1922. Diplômé de l’École des Langues Orientales et Vivantes (actuel Inalco) en arabe, en persan, en turc et en grec moderne, Maigret était un diplomate accompli et distingué, formé au Maroc sous influence puis sous protectorat français, où il avait reçu la Légion d’honneur des mains de Lyautey en 1912. Depui avait parcouru une péninsule Arabique sans frontière et assisté au renversement de l’Empire ottoman puis à la fin des émirats hachémite et rachidi. Il fut le diplomate français témoin de l’établissement du royaume saoudien, de la mise en place de ses frontières et de la normalisation de ses relations diplomatiques avec les autres pays. Il avait pris acte de ces réorganisations politiques et territoriales en renonçant à son projet de regagner depuis l’Irak sa nouvelle affectation, Djeddah, avec des voitures mises à disposition par le ministère des Affaires étrangères.

  • 17  Ce sont les informations que l’on peut tirer de ses papiers personnels, conservés à La Courneuve ( (...)
  • 18  Les archives du consulat sur cette question sont contenues dans : La Courneuve, Correspondance pol (...)

17L’essentiel de la carrière de Jacques Roger Maigret s’était déroulé au Maroc, depuis son arrivée comme élève‑drogman à Casablanca en 1901 jusqu’à sa promotion comme consul de Fès puis de Casablanca et enfin de Tanger entre 1913 et 192117. Depuis l’Irak, Maigret avait pu suivre l’établissement du nouvel État sous la tutelle britannique et la normalisation de ses relations avec les pays voisins, en particulier avec la Syrie sous mandat français. Il retrouva ce poste long et une situation diplomatique similaire en arrivant à Djeddah en 1928. Son passage par l’Irak lui permit de suivre avec attention le règlement des litiges frontaliers entre le royaume saoudien et l’Irak en 1930‑1931, puis la Transjordanie et enfin le Yémen18. La correspondance du diplomate fournit un contrepoint intéressant aux archives britanniques sur ces négociations. Elle est d’autant plus intéressante que Maigret poursuivit en même temps les négociations du traité d’amitié franco‑saoudien, signé en 1932, et d’un traité similaire avec le Yémen (1936).

18Jacques‑Roger Maigret fut le diplomate français qui eut la plus longue carrière au royaume d’Arabie Saoudite, où il représenta la France entre 1928 et 1937, puis entre 1942 et 1945. Il y fut d’abord chargé d’affaires auprès du roi du Hedjaz (1929‑1936) puis ministre résident français en Arabie Saoudite (1936‑1937), et ensuite délégué du Comité national français (France libre) entre 1942‑1944 puis du Gouvernement provisoire de la République française (1945). Sa mission s’étendait aussi au Yémen, pour lequel il fut chargé d’affaires à partir de 1930 puis délégué du Comité national français entre 1942 et 1945. Sa correspondance et l’envergure régionale de ses missions manifestent d’abord l’insertion rapide du royaume saoudien dans les échanges diplomatiques et économiques internationaux. Ces sources montrent ensuite l’intérêt croissant que les pays européens et les États‑Unis accordèrent dès la fin des années 1920 à cette partie de la péninsule Arabique, bien avant le début de l’exploitation du pétrole.

  • 19  Volumes 52 et 53 de La Courneuve, Correspondance politique et commerciale, série E Levant : Arabie (...)
  • 20  Voir par exemple les deux rapports de Maigret dans : La Courneuve, Correspondance politique et com (...)

19La conclusion d’une série de traités entre le royaume saoudien et ses voisins d’une part, avec le reste du monde d’autre part, forme l’un des thèmes principaux des rapports de Maigret, avec le pèlerinage et le développement économique. Ces rapports mettent en évidence le souci du diplomate de développer rapidement les relations de la France avec l’Arabie Saoudite, au moment où les autres pays européens et les États‑Unis développaient les leurs. Son insistance pour rehausser le niveau de la représentation française en Arabie et l’importance accordée aux premières visites officielles saoudiennes en France (l’émir Faysal en 1932 puis l’émir Sa‘ûd en 1935) découlent de ce même souci19. Sur place, Maigret s’efforça de redonner du prestige au consulat, et d’élargir son champ d’activité en obtenant pour cela la nomination d’un jeune vice‑consul, Dumarçay. Les rapports du chargé d’affaires sont particulièrement précieux pour comprendre l’évolution économique du royaume, les problèmes financiers et commerciaux provoqués par la crise de 1929 au Royaume du Hedjaz, du Najd et de ses Dépendances, ainsi que le rôle des premières concessions pétrolières accordées aux compagnies américaines dans les finances du Royaume20.

20Les transitions politiques et économiques que décrivit longuement Jacques‑Roger Maigret au cours de ses fonctions à Djeddah sont en réalité celles qui façonnèrent le visage de l’Arabie Saoudite contemporaine, au moment où s’esquissait à peine le rôle diplomatique acquis par le royaume dans la seconde moitié du xxe siècle.

Conclusion : trois regards et trois étapes des sources françaises sur l’histoire de l’Arabie Saoudite

21Richard Jorelle, Laurent Depui et Jacques‑Roger Maigret peuvent être considérés comme les représentants de l’évolution de la présence française en Arabie Saoudite, et donc des sources léguées par cette présence. Les traits originaux de chacun de ces hommes doivent être replacés dans le cadre général de cette présence française dont nous avons présenté les grandes étapes du milieu du xixe siècle au milieu du xxe siècle. Les archives laissées par leurs activités montrent la richesse des sources françaises pour l’histoire diplomatique, politique, économique et militaire de la région avant et après la fondation du royaume saoudien par ‘Abd al‑‘Azîz Al Sa‘ûd.

22Outre les devoirs impliqués par leurs différentes missions dans la péninsule Arabique, les parcours et les personnalités originales de Jorelle, Depui et Maigret ont évidemment influencé le regard qu’ils portaient sur leur environnement. Il est certes possible aujourd’hui de reprocher à chacun d’entre eux d’avoir été prisonnier de nombreux préjugés et de ne pas avoir prêté attention à de larges pans de l’histoire saoudienne. Mais on peut aussi profiter de la variété des regards de ces trois hommes et de la possibilité de leur associer encore de nombreuses autres archives pour trouver dans ces sources françaises des éléments prometteurs pour l’histoire de l’Arabie Saoudite.

Notes

1  CADN, Djeddah, 2MI3246, lettre de R. Jorelle, Djeddah, à M. Magnes, Alexandrie, 1er mars 1875.

2  Voir l’article d’Anne‑Sophie Cras dans ce volume, p. 31.

3  Pour les archives de Richard Jorelle : CADN, Djeddah, 2MI3245 à 2MI3246.

4  Pour un exemple de ces réclamations : CADN, Djeddah, 2MI3247, Jorelle, Djeddah, au vice‑consul de France (Buez), Djeddah, 24 mars 1873.

5  La maison Riès tient l’agence consulaire à Aden jusqu’aux années 1920 : Prijac 2004.

6  Buez, 1873.

7  La Courneuve, Correspondance consulaire et commerciale : Djeddah, vol. 2, Consul de France, Djeddah, au MAE, 20 avril 1863. Sur les difficultés rencontrées par les consuls européens à Djeddah en général : Freitag, 2012.

8  CADN Djeddah, 2MI3244, Consul de France, Djeddah, à M. Rozis, Paris, 20 avril 1912. Pour la période de la guerre : Bremond, 1935, p. 87.

9  À l’exception du consul d’Italie, mais qui ne semble plus alors exercer de fonctions officielles : Bremond, 1935, p. 87.

10  Ces images sont celles de Raphaël Savignac, que Depui croisa lorsqu’il arriva à Djeddah en 1917, de Charles Winckelsen (RMN) et de Paul Castelnau (musée Albert Kahn, collection « Archives de la Planète »). Les films tournés par les opérateurs français à Djeddah et au Hedjaz en 1918 sont détenus par l’ECPAD.

11  Sur Laurent Depui : Bertrand‑Cadi, 2012 ; Rouaud, 2007 et Mailhac Raggini, 1999. Pour un témoignage savoureux sur la personnalité de Depui et l’hostilité qu’elle pouvait susciter, voir M. Yssad, Trois ans au Hedjaz, 1916‑1919.

12  Voir par exemple l’intéressante carte de l’Arabie qu’il dressa en juillet 1924 et qui mentionne notamment les réseaux de communication de la Péninsule : La Courneuve, Correspondance politique et commerciale, série E Levant : Arabie, Hedjaz, vol. 29.

13  La Courneuve, Correspondance politique et commerciale, série E Levant : Arabie, Hedjaz, vol. 4 : Rapport du capitaine Depui sur son voyage à La Mecque, 15 au 17 avril 1919 ; La Courneuve, Correspondance politique et commerciale, série E Levant : Arabie, Hedjaz, vol. 17 : Consulat de France à Djeddah (Gérant : Depui), au MAE, 15 juillet 1921.

14  La Courneuve, Correspondance politique et commerciale, série E Levant : Arabie, Hedjaz, vol. 24 : Depui, Paris, au MAE, Paris, 28 septembre 1924.

15  Il est possible que Depui ait rencontré l’émir du Najd lors d’une mission secrète avant la conquête saoudienne du Hedjaz. Bertrand‑Cadi, 2012, p. 238‑239.

16  Sur cette courte période et le départ de Depui : Bertrand‑Cadi, 2012, p. 274.

17  Ce sont les informations que l’on peut tirer de ses papiers personnels, conservés à La Courneuve (La Courneuve, Papiers personnels d’Agent : 193, Maigret) et des dossiers constitués à l’occasion de sa réception comme chevalier de la Légion d’honneur (1912) puis comme officier (1929) : dossier 19800035/1468/69844 sur la base Leonore (www.culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr).

18  Les archives du consulat sur cette question sont contenues dans : La Courneuve, Correspondance politique et commerciale, série E Levant : Arabie, Hedjaz, vol. 41.

19  Volumes 52 et 53 de La Courneuve, Correspondance politique et commerciale, série E Levant : Arabie, Hedjaz.

20  Voir par exemple les deux rapports de Maigret dans : La Courneuve, Correspondance politique et commerciale, série E Levant : Arabie, Hedjaz, vol. 68 : chargé d’affaires de France, Djeddah, au MAE, Paris, 12 janvier 1931 et 12 juin 1934.

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search