Version classiqueVersion mobile

Une histoire partagée : sources françaises sur l'histoire de l'Arabie. Hedjaz et Najd 1839-1943

Première partie : présentation des archives

Le pèlerinage à La Mecque à l’époque contemporaine à travers les sources françaises consulaires et coloniales

Luc Chantre

Texte intégral

1Le pèlerinage à La Mecque (hajj) est un phénomène complexe par la multiplicité des champs et des problématiques qu’il couvre, qu’ils soient religieux, politique, diplomatique, économique, sanitaire ou culturel. L’établissement d’agences consulaires puis de consulats européens dans le port de Djeddah tout au long du xixe siècle – et dont l’activité s’est progressivement concentrée sur les affaires du hajj – constitue à ce titre un lieu privilégié d’analyse de l’évolution historique du pèlerinage à l’époque contemporaine, comme le montrent les nombreux fonds conservés dans les centres des archives diplomatiques de La Courneuve (archives de services centraux du ministère des Affaires étrangères) et de Nantes (archives rapatriées des services extérieurs). Comme tous les empires coloniaux présents en terre d’islam, la France, dont les ressortissants représentaient certaines années près de la moitié des effectifs pèlerins, s’est impliquée de manière croissante dans les affaires du hajj, au fur et à mesure que son empire s’élargissait. Reflet de la diversité de cet empire, les sources relatives à cette période sont principalement distribuées entre le Centre des archives d’Outre‑mer à Aix‑en‑Provence (archives des colonies proprement dites) et celui de Nantes (archives des protectorats marocain et tunisien, archives des mandats syrien et libanais). Étudier l’histoire du hajj à l’époque contemporaine suppose ainsi d’instaurer un dialogue permanent et critique entre ces deux types de sources, coloniales et diplomatiques, comme le montrent l’exemple des statistiques du pèlerinage, des déplacements des pèlerins et, plus largement, celui des activités des consuls de Djeddah directement liées au pèlerinage.

Billet de navigation retour Djeddah‑Alger sur le navire Gallia affrété par la compagnie Cyprien‑Fabre pour le pèlerinage de 1892

Billet de navigation retour Djeddah‑Alger sur le navire Gallia affrété par la compagnie Cyprien‑Fabre pour le pèlerinage de 1892

© ANOM, Aix‑en‑Provence

Ce billet de navigation fut délivré en mai 1892 à Alger par un agent représentant la compagnie de navigation marseillaise Cyprien‑Fabre. Il témoigne de la volonté du gouvernement général d’Alger d’encadrer et de surveiller les déplacements à l’étranger des pèlerins originaires de la colonie. En 1891 en effet, le ministère de l’Intérieur décida de confier l’exclusivité des déplacements des pèlerins algériens au Hedjaz à une compagnie de navigation française. Afin d’éviter un séjour prolongé dans les Lieux Saints, tout pèlerin avait par ailleurs l’obligation de se munir au départ d’un billet aller et retour. Le signalement des caractéristiques physiques de l’intéressé, à même le titre de transport, visait enfin à empêcher tout trafic de billets retour au Hedjaz. En 1892, 700 pèlerins voyagèrent au retour de Djeddah sur le vapeur Gallia.

La question sanitaire et l’apparition d’une statistique du pèlerinage

  • 1  Chiffoleau, 2012.
  • 2  Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Le Seuil, 1989.

2À dépouiller les dépêches, télégrammes et rapports rédigés par les différents consuls de Djeddah, on est tout d’abord frappé par l’importance que prennent les questions sanitaires à l’occasion de chaque pèlerinage. En effet, la récurrence des épidémies de peste et de choléra à partir de 1865 a conduit le gouvernement français à faire de la « surveillance sanitaire » du pèlerinage une priorité, et à nommer des médecins sanitaires sur place en qualité de vice‑consuls entre 1866 et 1888. Ces informations sanitaires nécessitent d’être complétées avec les rapports des institutions sanitaires compétentes (Conseils sanitaires d’Alexandrie et Constantinople, Office sanitaire de Djeddah) conservées dans les fonds volumineux des Unions Internationales, dont un certain nombre ont été exploités par Sylvia Chiffoleau dans son travail sur la genèse de la santé publique internationale1. La lecture des rapports de pèlerinage peut ainsi réserver au chercheur de saisissants « effets de réel » – pour reprendre l’expression de l’historienne Arlette Farge2 –, comme lorsque le consul Emile Guiot relate les ravages de l’épidémie de choléra de 1893, qui causa près de 33 000 décès lors des cérémonies du hajj, et décrit le caractère dérisoire des mesures d’isolement mises en œuvre par les autorités locales, à l’instar de ces cafés de Djeddah transformés en lazarets de fortune :

« Je ne vois rien de plus poignant que le spectacle de ces malheureux râlant étendus, qui sur des lits de paille, qui sur des matelas ou des nattes sordides, qui sur la terre nue. C’est un véritable dépôt des condamnés à mort : car pour les agents du service sanitaire, tout malade est a priori un cholérique. »

  • 3  CADN, Djeddah, 2 Mi 3250, rapport du 29 avril 1893.

3Dans un rapport de 211 pages conservé sous forme de microfilm3, le consul fait le procès de 25 années d’organisation sanitaire du Hedjaz et de la mer Rouge, sans oublier de souligner les carences de la réglementation algérienne en la matière. En effet, si les affaires du pèlerinage font l’objet de nombreux échanges entre le poste de Djeddah, l’ambassade de Constantinople – auquel il est rattaché – et le Quai d’Orsay, les gouvernements coloniaux sont directement concernés par la situation sanitaire du Hedjaz à travers leurs ressortissants musulmans partis en pèlerinage. Entre 1880 et 1914, l’Algérie coloniale a ainsi profité de la fréquence des épidémies pour interdire le pèlerinage de ses ressortissants en moyenne une année sur deux.

Page de couverture et sommaire du rapport de pèlerinage rédigé par le commissaire du gouvernement Zannettacci‑Stephanopoli

Page de couverture et sommaire du rapport de pèlerinage rédigé par le commissaire du gouvernement Zannettacci‑Stephanopoli

© ANOM, Aix‑en‑Provence

Ce rapport, envoyé le 26 août 1955 au gouverneur général d’Alger par l’administrateur des services civil Zannettacci‑Stephanopoli, chef de la commune mixte de Cherchell, est représentatif du soin mis par les commissaires du gouvernement – choisis depuis 1902 dans le corps des administrateurs coloniaux – à la rédaction de leurs rapports de mission. Si les chapitres introductifs et conclusifs sont consacrés à l’organisation administrative du pèlerinage et aux améliorations susceptibles d’y être apportées, l’essentiel du rapport porte sur la vie politique et économique du royaume saoudien et sur le développement des relations franco‑saoudiennes.

4Pour répondre à cette menace, une organisation sanitaire se met en place au Hedjaz et en mer Rouge sous l’impulsion de l’Empire ottoman et des différentes conférences sanitaires internationales. Or la construction et le fonctionnement des nouveaux établissements sanitaires, à commencer par les stations quarantenaires de le mer Rouge, sont en partie financés par des taxes sanitaires prélevées par l’Office sanitaire de Djeddah qui enregistre les droits perçus. Alors que l’estimation des pèlerins présents reposait traditionnellement sur les observations de visu fournies par les pèlerins et autre voyageurs, l’administration sanitaire du Hedjaz tient désormais à la disposition des consulats étrangers des chiffres relatifs au nombre de pèlerins débarqués à Djeddah, à la nationalité des navires ainsi qu’à leur provenance. Ces statistiques sont extrêmement précieuses car elles permettent d’établir une série continue des arrivées maritimes de pèlerins depuis l’ouverture du Canal de Suez en 1869 jusqu’à nos jours. À condition cependant d’en souligner les limites.

  • 4  Quelques périodes d’interruption sont cependant à noter : entre 1914 et 1916 ainsi qu’entre 1941 e (...)
  • 5  S’agissant du pèlerinage algérien, on se reportera ici principalement aux séries F/80 et H/16 des (...)
  • 6  On se reportera notamment aux articles 663 à 665 des archives du « Cabinet Politique » du Haut‑com (...)

5Il est très rare, par exemple, que ces séries mentionnent le sexe et l’âge des pèlerins. Il convient sur ce point de se reporter aux sources coloniales. Le caractère très administré des pèlerinages de l’Algérie coloniale à compter des années 18804 permet ainsi de recueillir des informations précises sur l’identité, l’âge, l’origine géographique et socioprofessionnelle de certains passagers. La surreprésentation de la catégorie « cultivateurs » permet ainsi de comprendre pourquoi les départs en pèlerinage sont plus importants lorsqu’ils ont lieu après la période des moissons5. Un phénomène similaire est observable dans les mandats syrien et libanais entre 1926 et 1943 où l’organisation des départs en pèlerinage est confiée à la direction des Affaires sanitaires du Haut‑commissariat6. Mais ces registres d’embarquement posent la question de l’existence de modes de comptage concurrents, comme ceux du Conseil sanitaire d’Alexandrie par exemple qui recense tous les pèlerins ayant transité par le Canal de Suez, ou encore les registres de passeports des consulats. La tentation est en effet fréquente pour les consuls de corriger les données de l’Office sanitaire et il est fréquent que des écarts importants soient relevés.

6Par ailleurs, les tableaux de l’Office sanitaire reposent sur un travail de catégorisation selon des critères ethno‑géographiques très aléatoires. Les pèlerins originaires de Mésopotamie sont ainsi généralement qualifiés d’« Arabes », catégorie que l’on pourrait croire générique si elle n’excluait les Yéménites, Syriens, Égyptiens et autres « Moghrabins », lesquels incluent ou non, selon les années, les « Tripolitains ». Les Syriens sont la plupart du temps regroupés avec les pèlerins « ottomans », jusqu’en 1907‑1908 où, principe des nationalités oblige, on les distingue désormais des « Anatoliens et Rouméliotes ». Une autre source de confusion provient des embarquements collectifs qui mêlent les nationalités. Ainsi, quand les passeports viennent à faire défaut, on regroupe de manière paresseuse les « Algériens et Tunisiens » ou encore les « Indiens et Afghans ». En effet, à Bombay ou Karachi, Afghans, Persans et « Boukhariotes » continuent à emprunter les mêmes navires jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. C’est également le cas des Malais britanniques et hollandais que la statistique sanitaire inclut dans une catégorie unique, celle des « Malais et Javanais », alors même que ces populations possèdent des passeports distincts.

7Des écarts de comptage peuvent également provenir de l’amplitude des périodes de référence. Si le gros des arrivées et des départs a lieu dans les semaines qui précèdent et suivent la période du hajj proprement dite, il arrive que certains pèlerins fassent le choix de séjourner plus longuement au Hedjaz. Ainsi en est‑il des pèlerins indiens ou javanais qui, profitant des facilités induites par la navigation à vapeur et par leurs propres réseaux familiaux, religieux ou marchands, n’hésitent pas à s’établir au Hedjaz pour une ou plusieurs années.

8Enfin et surtout, ces statistiques ne prennent en compte que les arrivées par la voie de mer, qui plus est dans les seuls ports de Djeddah et de Yanbu‘. Les arrivées par caravanes terrestres ainsi que les nombreux débarquements sur les côtes du Yémen ou du ‘Asir – destinés précisément à éviter quarantaines et droits sanitaires – ne sont donc pas intégrés dans les statistiques officielles. Malgré tout, à défaut de fournir une photographie précise des flux de pèlerins, ces statistiques permettent d’en dégager les grandes tendances quand, de 40 000 en moyenne lors des deux décennies qui suivent l’ouverture du Canal de Suez, le nombre des pèlerins passe à plus de 75 000 dans les années 1920 avant de frôler les 200 000, sous l’effet de diversification de l’offre de transport, pendant la décennie 1950.

La primauté de la voie maritime dans les itinéraires des pèlerins

9Cette dernière question nous renvoie aux difficultés qu’il y a à saisir sur la longue durée les itinéraires suivis par les pèlerins à destination des Lieux Saints du Hedjaz. L’histoire contemporaine du hajj est en effet caractérisée par la diversification des moyens de locomotion – caravanes terrestres, navigation à voile ou à vapeur, chemin de fer, automobile, aviation – même si, jusqu’aux années 1950, la voie maritime a la préférence des gouvernements en charge de l’encadrement des déplacements. À chaque pèlerinage, les consuls de Djeddah sont en effet tenus de superviser les opérations de débarquement, afin de veiller au bon ordre de ces opérations mais aussi rappeler à chaque pèlerin l’obligation qui est la sienne de faire viser son passeport au consulat. Des contacts sont ainsi noués avec les représentants des compagnies maritimes chargées d’acheminer les pèlerins. C’est ainsi, par exemple, sur la recommandation du consul Ernest Watbled, que la compagnie Cyprien‑Fabre a été retenue à partir de 1890 pour acheminer les pèlerins algériens, en concurrence avec d’autres compagnies marseillaises.

  • 7  Archives de la Chambre de Commerce de Marseille, Collection de Cantelar, séries MM, MQ et MR.
  • 8  Voir à ce sujet les fonds de la direction des Affaires politiques (AP) du ministère des Colonies c (...)

10Les archives coloniales, celles des protectorats et des mandats français nous éclairent sur les relations entre les pouvoirs publics et les armateurs ainsi que sur les modalités d’agrément et d’affrètement des « navires à pèlerins ». Le « navire à pèlerins » constitue en effet une pièce maîtresse dans l’organisation du hajj. Plus que tout autre moyen de transport, il se prête à un encadrement sanitaire et politique des pèlerins. On peut ainsi admirer une série de gravures et de photographies de ces paquebots transatlantiques, réservés en période creuse aux déplacements en pèlerinage, dans les archives de la Chambre de commerce de Marseille7. Ce « modèle » algérien du convoi maritime sous pavillon français s’impose à la Tunisie dans la décennie qui suit l’établissement du protectorat, tandis que la Résidence du Maroc et les fédérations de l’AOF et de l’AEF s’y rallient tardivement à partir des années 1930. Par ailleurs, à compter de l’Entre‑deux‑guerres, les déplacements officiels commencent à s’organiser depuis la Côte Française des Somalis et l’océan Indien (Madagascar, Comores, établissements français de l’Inde8), en attendant les pèlerinages de soldats et anciens combattants de l’Indochine.

  • 9  Archives de la Chambre de commerce de Marseille, MM 995/Orénoque/395/01.
  • 10  Certains d’entre eux ont été publiés à l’instar des récits des médecins de bord Jousseaulme et Car (...)

11En ce qui concerne la traversée proprement dite, au‑delà des récits de pèlerinage, certains carnets de bord sont accessibles, à l’instar de celui du navire Orénoque affrété lors du pèlerinage de guerre de 19169. Mais la littérature la plus abondante est constituée sans aucun doute par les multiples rapports rédigés par des commissaires du gouvernement, médecins de bord et autres délégués officiels chargés d’accompagner les pèlerins tout au long de leur voyage. Ces documents précieux10 nous renseignent ainsi sur la vie à bord des navires, à l’aller comme au retour, sur les incidents de traversée, les passages en quarantaines, les décès survenus à bord, et bien d’autres sujets. Certains d’entre eux témoignent des bouleversements que connaît le Hedjaz à l’époque saoudienne, à l’instar du rapport rédigé en 1955 par l’administrateur colonial Zannettaci‑Stephanopoli qui évoque en ces termes la vie de Djeddah :

  • 11  ANOM, 81F841, rapport daté du 26 août 1955 dont la couverture et le sommaire sont reproduits dans (...)

« J’ai vu, en 1947, disparaître les remparts qui l’enfermaient étroitement. […] Déjà les vieilles maisons de coralines et de bois disparaissent pour être remplacées par des immeubles modernes. En 1954, j’avais été frappé par le mouvement des rues, par la richesse de certaines boutiques. Cette année encore, sauf le centre et les souks que je connais bien, je n’ai rien reconnu de Djeddah11. »

12Ces « autorités accompagnantes » sont en effet chargées de rendre compte du bon déroulement du pèlerinage dans ses aspects religieux mais également socio‑politiques et sanitaires. La pratique des « commissaires du gouvernement » – médecins ou administrateurs – en vigueur en Algérie à partir de la décennie 1890 s’est ainsi diffusée, après la Grande Guerre, dans les autres colonies ou territoires sous mandat ou protectorat, jusqu’au Quai d’Orsay lui‑même qui, à partir de 1945, envoie l’un de ses agents sur place pour assister le consul.

  • 12  CADN, Port‑Saïd, articles 6‑7, 12‑15, 73 à 76.
  • 13  Fonds du Protectorat français en Tunisie, séries « contrôles civils » et « postes du Sud ».

13L’imposition progressive par les autorités françaises d’un trajet direct entre les ports maghrébins et Djeddah ainsi que l’interdiction opposée par l’administration sanitaire égyptienne à tout débarquement le long du Canal de Suez ne doivent pourtant pas nous pousser à négliger les fonds issus des postes égyptiens. Croisés avec les archives du poste de Port‑Saïd, les minutiers de la correspondance du consulat de Suez, par exemple, mettent en lumière les relations souvent conflictuelles des pèlerins avec certains courtiers indélicats ou avec le personnel de bord : les avaries sont alors fréquentes en haute mer et certains capitaines de navires exigent à la dernière minute des pèlerins le versement des taxes de passage lors du franchissement du Canal12. De nombreux navires se voient aussi imposer des amendes pour avoir dépassé le nombre de passagers autorisés, phénomène récurrent dans l’histoire du pèlerinage où les armateurs cherchent toujours à maximiser leur profit. Enfin, l’arrivée du câble en 1882 facilite les échanges entre les deux rives de la mer Rouge : les consuls de Djeddah peuvent alors être informés en temps réel des déplacements des navires et informer en retour leurs collègues d’Égypte des difficultés posées par les opérations de rembarquement ou la présence de pèlerins indigents exigeant leur rapatriement. En effet, le caractère administré et prohibitif du pèlerinage algérien a rapidement suscité le désir de certains pèlerins d’en transgresser les règles, notamment en empruntant les voies terrestres traditionnelles du hajj. Avant 1914, le nombre de ces clandestins originaires d’Algérie peut atteindre 20 % des effectifs globaux. Leur présence nous est révélée par les consuls de la mer Rouge lorsque, devenus « indigents », ces pèlerins se rappellent à leur bon souvenir, tandis que les arrestations opérées à la frontière tunisienne13 nous renseignent parfois sur leur stratégie et leur profil social. Parmi ces clandestins, il faut également inclure les « takrouris », ces pèlerins d’Afrique de l’Ouest venus à pieds au Hedjaz après un voyage de plusieurs années. Jusque dans les années 1950, ils constituent une figure familière de la province du Hedjaz où ils trouvent à s’employer comme portefaix ou commis des services sanitaires chargés de nettoyer les rues et d’inhumer les carcasses des victimes à l’occasion des fêtes du Sacrifice.

  • 14  Voir à ce sujet : ANOM, AP, articles 2157, 2118, 2158, 2226 et 2227.

14Si des déplacements maritimes sont organisés depuis le port de Dakar ou les ports marocains et algériens, le développement des liaisons aériennes et surtout l’essor du transport par automobile à partir du milieu des années 1930 vont entraîner un développement important de ce pèlerinage d’Afrique noire qui devient le premier de l’Empire colonial français à la veille des indépendances14. Au cours de la décennie 1950, le pouvoir colonial fait le choix de la coexistence des modes de transport aériens, maritimes et terrestres. Toutefois la multiplication de l’offre privée – transporteurs routiers et agences de voyage – échappe aux autorités organisatrices dont l’action perd en efficacité et en lisibilité.

Le personnel diplomatique et colonial français, observateur de la vie quotidienne au Hedjaz

15Les consuls de Djeddah doivent enfin et surtout veiller au bon déroulement du pèlerinage de leurs ressortissants. Outre les opérations de police maritime précédemment évoquées, ils s’efforcent de donner suite aux plaintes déposées par les pèlerins à la suite d’escroqueries ou de violences dont ceux‑ci auraient été victimes. Les activités liées au pèlerinage débordent donc très largement la saison du hajj. À la fin du xixe siècle, les consuls sont les premiers à reconnaître que des questions comme le rapatriement des pèlerins indigents, la recherche de pèlerins disparus ou encore le règlement des affaires de succession en cas de décès – situation fréquente du fait de l’âge élevé des pèlerins et de conditions sanitaires souvent précaires – suffisent à les occuper jusqu’au prochain pèlerinage. À travers ces interventions répétées des consuls, c’est, en filigrane, toute l’économie du pèlerinage qui transparaît, en ses principaux acteurs : la puissante corporation des guides du pèlerinage, des chameliers ou des marchands d’eau sans oublier les armateurs, propriétaires de logements, de citernes, ou encore les changeurs et autres marchands. Les consuls se font également le relais de ce qu’ils qualifient d’« événements du Hedjaz », à savoir les conflits récurrents entre gouverneurs ottomans et chérifs mecquois ou encore les révoltes des tribus bédouines.

  • 15  On peut en retrouver la trace aussi bien dans la série D/Djeddah de l’ambassade de Constantinople, (...)
  • 16  Voir notamment les première et deuxième séries « Personnel », à compléter avec l’Annuaire diplomat (...)

16Ces informations, souvent éparses, sont rassemblées au sein des registres de correspondance des consuls, et il faut attendre les années 1880 pour qu’elles soient systématiquement rassemblées au sein d’un rapport annuel de synthèse. Relatant les difficultés rencontrées par les pèlerins tout au long de leur séjour au Hedjaz, cet exercice accompagne la transformation du poste en consulat de plein exercice à la fin de la décennie 1880. La circulation de ces rapports est donc importante et permet d’expliquer que la majorité d’entre eux ne figure pas dans les archives du poste15. Principale source d’information sur le pèlerinage, ils ne mettent pourtant pas le chercheur à l’abri de possibles « effets de source » et appellent un effort de contextualisation. Un examen attentif des « dossiers individuels » des différents consuls de Djeddah conservés aux archives diplomatiques de La Courneuve16 met ainsi en lumière un absentéisme fréquent des consuls pour des raisons de santé, du fait du climat insalubre de ce port : le poste est alors confié en gérance à un marchand, au drogman du poste, voire à un autre consul européen. Mais il révèle également une stratégie personnelle des consuls consistant à survaloriser leur rôle de protection et d’information politique, dans l’espoir d’être affectés au plus vite dans un autre poste d’Orient, si possible au Levant, alors l’une des régions les plus convoitées par les consuls d’Orient.

  • 17  Freitag, 2012.
  • 18  La plupart de ces rapports sont conservés au CADN, qu’il s’agisse des fonds du Haut‑Commissariat d (...)

17Ces dossiers de carrière permettent surtout de dégager le profil professionnel, intellectuel, politique et psychologique des différents consuls et notamment un fort complexe d’enfermement – pour ne pas dire de persécution – qui a conduit certains d’entre eux à cautionner, sans le moindre esprit critique, le mythe du complot panislamique. En effet, le chercheur doit avoir constamment à l’esprit la situation matérielle de ces consuls européens qui, en tant que non‑musulmans, ne peuvent franchir le périmètre sacré qui entoure les Villes Saintes. L’efficacité de leur action s’en trouve d’autant réduite17 ainsi que la fiabilité de certaines informations obtenues de source indirecte, quand les consuls ne se font pas purement et simplement les vecteurs de rumeurs incontrôlées. On mesure d’autant mieux l’avantage représenté, à partir de 1918, par la présence à La Mecque de curateurs de l’Hôtellerie des Maghrébins acquise l’année précédente par une délégation officielle de pèlerins de l’Empire colonial français. En effet, à l’exception des médecins musulmans et des « chefs de délégation » chargés, le temps d’un pèlerinage, d’encadrer leurs coreligionnaires, les consuls ne disposaient pas jusqu’à cette date de relais permanents dans les Lieux Saints. À la différence de leurs collègues britanniques dont les contacts avec les marchands indiens de Djeddah et de La Mecque sont fréquents, les consuls français sont alors coupés de la diaspora maghrébine de Médine, composée de réfugiés politiques ayant fui l’occupation française en Algérie. Bien que leur qualité de vice‑consul n’ait jamais été reconnue par les différentes autorités du Hedjaz, ces curateurs sont proches des réalités mecquoises. Aussi leur arrive‑t‑il de véhiculer des informations politiques de première importance, au sein de rapports qui se substituent progressivement aux rapports consulaires jusqu’à devenir la principale source d’information sur le pèlerinage jusqu’à la Seconde Guerre mondiale18.

18Chaque année, les rapports se font l’écho des efforts entrepris pour moderniser le pèlerinage que ce soit sur le plan de l’amélioration de l’offre de transport – avec l’introduction de l’automobile dès le pèlerinage de 1926 – et des infrastructures, ou encore sur le plan des équipements sanitaires.

  • 19  Archives du Service historique de la Défense (SHD) séries 5 à 7 N, 16 et 20 N.

19Enfin, au‑delà des réalités locales de la province du Hedjaz, les archives diplomatiques et coloniales relaient les débats qui animent le monde musulman à l’occasion du hajj. À l’instar des autres pays européens, les autorités coloniales françaises ont en effet toujours redouté que la réunion annuelle de plusieurs centaines de milliers de pèlerins musulmans ne transforme les Lieux Saints en un vaste forum anticolonial. Aussi ont‑elles été à l’affût de la moindre information relative aux grands courants politiques ou religieux qui ont traversé le monde musulman aux xixe et xxe siècles : le panislamisme, la révolution jeune‑turque, la question du califat, la question palestinienne ou encore celle du panarabisme. Les discours annuels prononcés par les souverains saoudiens à l’occasion de banquets rassemblant les personnalités musulmanes du monde entier font régulièrement l’objet d’un examen attentif, au même titre que les grands projets fédérateurs que sont le chemin de fer du Hedjaz ou les congrès musulmans tenus à l’occasion du pèlerinage. Ces informations méritent d’être confrontées à d’autres sources, militaires notamment, si l’on songe aux séries consacrées au panislamisme dans les archives de Vincennes19 ou encore aux débats qui animèrent la Commission interministérielle des Affaires musulmanes – créée en 1911 afin de définir une politique musulmane commune à tout l’Empire – dont le fonds microfilmé est conservé à Nantes.

20On l’aura compris, l’un des principaux intérêts de ces sources archivistiques réside dans leur abondance et leur continuité. Jusqu’au début du xixe siècle, la connaissance de cette région du monde par les Européens reposait principalement sur les récits de pèlerins, de marchands ou d’explorateurs. L’émergence d’un pèlerinage organisé par la puissance publique a ainsi contribué à jeter les bases d’un dispositif permanent d’information qui permet, sur le long terme, de tracer un tableau très précis de l’évolution politique et sociale de la province du Hedjaz. Plus largement, ces archives permettent, à partir du seul pèlerinage à La Mecque, de jeter un regard nouveau sur les dernières années de l’Empire ottoman ainsi que sur la naissance du royaume d’Arabie Saoudite.

Notes

1  Chiffoleau, 2012.

2  Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Le Seuil, 1989.

3  CADN, Djeddah, 2 Mi 3250, rapport du 29 avril 1893.

4  Quelques périodes d’interruption sont cependant à noter : entre 1914 et 1916 ainsi qu’entre 1941 et 1943 du fait des nécessités de la guerre ; entre 1919 et 1929 lorsque l’organisation du pèlerinage est confiée à la Société des Habous des Lieux Saints chargée par ailleurs de l’Hôtellerie des Maghrébins de La Mecque acquise en 1917.

5  S’agissant du pèlerinage algérien, on se reportera ici principalement aux séries F/80 et H/16 des archives d’Aix‑en‑Provence.

6  On se reportera notamment aux articles 663 à 665 des archives du « Cabinet Politique » du Haut‑commissariat français de Beyrouth pour la période de l’Entre‑deux‑guerres ainsi qu’aux articles 82 et 1085 pour la période de la Seconde Guerre mondiale.

7  Archives de la Chambre de Commerce de Marseille, Collection de Cantelar, séries MM, MQ et MR.

8  Voir à ce sujet les fonds de la direction des Affaires politiques (AP) du ministère des Colonies conservés aux archives d’Aix‑en‑Provence (ANOM).

9  Archives de la Chambre de commerce de Marseille, MM 995/Orénoque/395/01.

10  Certains d’entre eux ont été publiés à l’instar des récits des médecins de bord Jousseaulme et Carbonell : Jousseaulme, 1894 ; Carbonell (Escande éd., 2001).

11  ANOM, 81F841, rapport daté du 26 août 1955 dont la couverture et le sommaire sont reproduits dans cet ouvrage.

12  CADN, Port‑Saïd, articles 6‑7, 12‑15, 73 à 76.

13  Fonds du Protectorat français en Tunisie, séries « contrôles civils » et « postes du Sud ».

14  Voir à ce sujet : ANOM, AP, articles 2157, 2118, 2158, 2226 et 2227.

15  On peut en retrouver la trace aussi bien dans la série D/Djeddah de l’ambassade de Constantinople, que dans les fonds des Unions Internationales (série « police sanitaire ») ou encore dans la série H (« Direction des Affaires indigènes ») sous‑série 16 (« Islam algérien. Cultes et Confréries ») du Gouvernement général d’Alger conservé aux Archives d’outre‑mer d’Aix‑en‑Provence dont l’article 83 ne contient pas moins de douze rapports de pèlerinage rédigés entre 1888 et 1929.

16  Voir notamment les première et deuxième séries « Personnel », à compléter avec l’Annuaire diplomatique et consulaire de la République française, Paris, Éd. Berger‑Levrault et Cie.

17  Freitag, 2012.

18  La plupart de ces rapports sont conservés au CADN, qu’il s’agisse des fonds du Haut‑Commissariat de Beyrouth (série « Cabinet Politique », articles 663 et 665), de ceux de la Résidence Générale du Maroc (série « Cabinet Diplomatique », article 678). D’autres documents sont également conservés dans les archives du gouvernement général de l’Algérie à Aix‑en‑Provence (16h/83 et 16h/100).

19  Archives du Service historique de la Défense (SHD) séries 5 à 7 N, 16 et 20 N.

Table des illustrations

Titre Billet de navigation retour Djeddah‑Alger sur le navire Gallia affrété par la compagnie Cyprien‑Fabre pour le pèlerinage de 1892
Crédits © ANOM, Aix‑en‑Provence
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/3297/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Page de couverture et sommaire du rapport de pèlerinage rédigé par le commissaire du gouvernement Zannettacci‑Stephanopoli
Crédits © ANOM, Aix‑en‑Provence
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/3297/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search