Version classiqueVersion mobile

Une histoire partagée : sources françaises sur l'histoire de l'Arabie. Hedjaz et Najd 1839-1943

Première partie : présentation des archives

Les archives du poste consulaire de Djeddah (1850‑1943)

Anne‑Sophie Cras

Texte intégral

La mosquée al-Pacha de Djeddah, 1918

La mosquée al-Pacha de Djeddah, 1918

© Musée Albert-Kahn

Autochrome de Paul Castelnau
Construite par l’un des gouverneurs ottomans de Djeddah, le vali Abû Bakr Husayn Pacha en 1147/1734-1735, cette mosquée était située à proximité du bâtiment de la Mission militaire française, dans le quartier de Shâm au nord de Djeddah. C’est aussi, jusqu’à aujourd’hui, l’une des principales mosquées de la ville.

  • 1  Archives du Quai d’Orsay, Archives des Archives, dossier Djeddah, rapport d’inspection du 6 mai 19 (...)
  • 2  Ibid., récolement des archives fait à Djeddah le 5 mars 1956.

1On a longtemps cru que les archives de Djeddah n’existaient plus. Celles qui étaient antérieures à 1914 avaient soi‑disant été détruites lors du pillage commis à l’entrée en guerre de la Turquie ; quant aux papiers de la période 1918‑1942, la rumeur disait qu’ils avaient été brûlés par le représentant du gouvernement de Vichy juste avant l’arrivée du délégué du gouvernement provisoire1 et que seules subsistaient les archives de la Mission militaire française au Hedjaz (1916‑1920)2 !

2Fort heureusement, la réalité n’est pas si noire, même s’il est vrai que les archives de Djeddah, comme celles de beaucoup d’autres postes, ont connu nombre de péripéties avant de venir se poser sur les rayonnages du Centre des archives diplomatiques de Nantes.

  • 3  CADN, Constantinople, série E, 863, lettre du MAE à l’ambassadeur de France à Constantinople, 8 ju (...)

3Le poste de Djeddah avait été créé en 1839, sur la proposition de l’ambassadeur de France à Constantinople, qui avait encouragé le « gouvernement du roi à multiplier ses moyens d’information et d’influence dans les états du grand seigneur en plaçant sur quelques points des agents consulaires ». À cet effet, une somme de 4 000 francs fut assignée à l’établissement d’un agent consulaire à Djeddah dont la mission serait de fournir « des informations exactes sur les faits politiques et commerciaux qui se passent dans la mer Rouge, informations qui offrent un si haut intérêt depuis que cette mer est devenue le canal de communication de l’Inde avec l’Europe et que les Anglais ont fondé leur établissement d’Aden3 ».

  • 4  L’établissement de cette double tutelle explique l’importance de la correspondance du poste avec l (...)
  • 5  CADN, Personnel : agences consulaires et correspondance, 283, note pour le ministre, 18 mai 1888.

4Simple agence consulaire à l’origine, le poste de Djeddah connut une situation particulière avant de devenir consulat en 1888. En effet, après une parenthèse d’une vingtaine d’années de 1845 à 1866, où elle eut rang de consulat, la représentation française en mer Rouge fut transformée en vice‑consulat, auquel furent nommés des médecins. Cette décision, qui répondait à des préoccupations sanitaires – le pèlerinage musulman à La Mecque et son cortège d’épidémies – avait des implications budgétaires, le traitement afférent au poste consistant désormais en une allocation de 10 000 francs versée par le ministère du Commerce4, grossie des 4 000 francs d’appointements que se bornait à fournir le ministère des Affaires étrangères5.

  • 6  Établissement du protectorat français en Tunisie en 1881.
  • 7  CADN, Personnel : agences consulaires et correspondance, 283, lettre d’E. Watbled, nommé consul à (...)
  • 8  Ibid., note pour la direction commerciale, s. d.

5Cependant, l’extension de la colonisation française en Afrique du Nord6 contraignit le gouvernement à renforcer le poste du Hedjaz, dont on pouvait considérer qu’il était « une avant‑garde de police de l’Algérie et de la Tunisie, le consul ayant à surveiller étroitement les menées des agents des sociétés religieuses musulmanes de l’Afrique septentrionale qui, grâce au pèlerinage, viennent chaque année recevoir le mot d’ordre à La Mecque7 ». L’augmentation continue du nombre des pèlerins algériens et tunisiens imposait également de renforcer les attributions de l’agent français chargé de leur protection, et en particulier ses pouvoirs juridictionnels afin qu’il pût régler les éventuels conflits sans être obligé de s’en remettre au consulat général de France à Beyrouth. Enfin, le prestige de la France exigeait que son représentant dans cette terre sacrée de l’islam fût muni d’un titre qui lui permît de traiter sur un pied d’égalité avec les autorités locales et les représentants des puissances étrangères8.

  • 9  Ibid., lettre du MAE au consul de France à Djeddah, 16 avril 1889.
  • 10  Ibid., lettre de l’ambassadeur de France à Constantinople au MAE, 22 octobre 1893.
  • 11  Ils seront portés à 20 000 francs en 1911 (CADN, Personnel : agences consulaires et correspondance(...)
  • 12  Voici, par exemple, les premières impressions qu’eut le consul Robert Armez, nommé à Djeddah en 19 (...)

6Rétabli en 1888, le consulat de France à Djeddah comprenait dans sa circonscription tout le territoire de l’Arabie sauf le littoral du golfe Persique9. En fait, la Porte ne reconnaissait l’autorité du consul que dans la ville de sa résidence, sous le prétexte que les agents étrangers ne pouvaient être accrédités auprès de plusieurs gouverneurs10. Les appointements du consul étaient fixés à 18 000 francs par an11, somme relativement importante que justifiait l’extrême pénibilité du poste : à un climat étouffant, humide, débilitant (auquel les non‑musulmans ne pouvaient échapper parce que leur présence en cette terre sacrée de l’islam n’était tolérée qu’à Djeddah) se conjuguait une forte mortalité due aux épidémies ; la rareté de l’eau et des vivres rendait la vie très chère ; toute distraction étant interdite, l’ennui des jours n’était trompé que par la charge écrasante de travail qu’engendrait le pèlerinage et par la crainte obsédante qu’une explosion soudaine de fanatisme ne mît en danger la vie de la petite colonie européenne12.

  • 13  Ibid., lettre du consul de France à Djeddah au MAE, 8 novembre 1914.
  • 14  Ibid., lettres de M. de Rettel (5 novembre 1914) et du MAE (5 juillet 1915).

7Telle était la situation lorsque la Première Guerre mondiale éclata. À la rupture des relations diplomatiques avec la Turquie, le consul de France confia les intérêts français et deux caisses d’archives scellées à son collègue d’Italie avant de quitter Djeddah précipitamment, profitant du départ d’un navire de pèlerins13. Puis, lorsque se produisit la rupture des relations diplomatiques entre l’Italie et la Turquie, ce fut le consul des Pays‑Bas qui se chargea de la protection des Français14.

8Comme la plupart des autres consulats, le consulat de France était installé dans une maison du quartier de Shâm, où résidaient aussi un grand nombre des principales familles de notables de la ville, ainsi que le gouverneur (kaimakam) ottoman. Les étrangers n’ayant pas le droit de posséder des biens immobiliers au Hedjaz à l’époque ottomane, l’immeuble du consulat était loué à des propriétaires locaux.
Cette photographie, comme celle du port la même année (1895), fut jointe par le consul français Albert Edouard Bobot Descoutures à ses rapports adressés au ministère des Affaires étrangères. Il s’agissait dans ce cas de justifier le besoin de déplacer le consulat dans un nouvel immeuble : celui qui est photographié commençait à s’affaisser dangereusement. C’est dans une belle maison de la famille al-Saqqâf que le consulat de France fut alors installé. La Mission militaire française au Hedjaz reprit le même bâtiment à son arrivée en 1917.

L’immeuble loué pour être le siège du consulat de France à Djeddah jusqu’en 1895

L’immeuble loué pour être le siège du consulat de France à Djeddah jusqu’en 1895

© Constantinople ambassade série D sous-série Djeddah 166PO/D23/6, Centre des archives diplomatiques de Nantes

  • 15  Quai d’Orsay, Archives des archives, dossier Djeddah, lettre de l’ambassadeur de France à Constant (...)
  • 16  Par la suite furent retrouvés cinq autres registres, lesquels ont été intégrés dans le présent cla (...)

9Qu’advint‑il des archives du consulat de France ? Elles furent envoyées à l’ambassade de France à Constantinople – vraisemblablement dans les mois qui suivirent – et rapatriées au Département après 192715. Transférées beaucoup plus tard au Centre des archives diplomatiques de Nantes et munies d’un état de versement en 1990, elles avaient constitué la série A du fonds du consulat de France à Djeddah16.

  • 17  CADN, Djeddah, 77, inventaire des archives du consulat de France à Djeddah, 12 février 1861. Il si (...)
  • 18  CADN, Djeddah, 77, inventaire de remise à Mr le docteur A. Buez (1874).
  • 19  Le classement opéré par Mardrus fut conservé et seuls les documents postérieurs à 1874 furent mis (...)
  • 20  CADN, Djeddah, 77, correspondance et inventaire de M. Armez (1911).

10La gestion des archives de Djeddah avant 1914 était, à l’instar de beaucoup d’autres postes, plus pragmatique qu’ordonnée. Les consuls transcrivaient leur correspondance sur différents volumes et tenaient les registres de la chancellerie ; ils regroupaient les dépêches reçues par le poste selon leur provenance et, pour les affaires qui survenaient, ouvraient un dossier. À plusieurs reprises, ces papiers firent l’objet d’un inventaire. Ainsi, lorsque le consul Alphonse Rousseau quitta Djeddah en 1861, il dressa un état des archives qu’il avait produites depuis trois ans17. Son travail fut poursuivi en 1874 par le drogman auxiliaire Nicolas Mardrus à qui l’on doit le premier classement des archives du vice‑consulat : les documents furent rangés méthodiquement dans des chemises numérotées qu’il noua d’une ficelle et cacheta de cire rouge, et dont il dressa un inventaire qu’il remit au nouveau vice‑consul, le docteur Buez18. Mais cette initiative ne fut pas renouvelée et lorsqu’en 1912, le consul de France à Djeddah entreprit, conformément à une circulaire ministérielle, de trier ses archives, il eut l’impression qu’elles « n’étaient l’objet d’aucun classement. Elles étaient simplement accumulées dans de vieilles armoires vermoulues reléguées dans une pièce obscure et humide attenant au bureau ». Lui aussi se mit au travail : sans toucher aux chemises constituées par Nicolas Mardrus, il classa et ficela la correspondance générale en liasses annuelles jusqu’en 191119, tandis que les affaires courantes étaient rangées dans des dossiers thématiques conservés dans le bureau du consul20.

  • 21  Bien que le consul écrivît en 1911 : « L’extrême humidité du climat, l’abondance d’insectes et le (...)
  • 22  Cette lacune peut être comblée en consultant la Correspondance consulaire et commerciale conservée (...)
  • 23  C’est dans les archives du Quai d’Orsay que l’on trouvera le récit détaillé de cette funeste journ (...)
  • 24  Mais il existe des sources complémentaires au Quai d’Orsay, à Nantes, dans le fonds Constantinople (...)
  • 25  Les dossiers sur le pèlerinage, classés par année, sont constitués plus ou moins régulièrement de (...)
  • 26  Notons toutefois que les registres d’actes d’état civil et d’actes notariés, bien que signalés dan (...)

11C’est grosso modo dans cet état‑là que les archives de Djeddah sont parvenues jusqu’à nous. Elles n’ont trop souffert ni du climat21, ni des destructions. Certes, il ne reste aucune trace des premières années de l’activité du consulat22, en raison de « l’attentat », survenu le 15 juin 1858, au cours duquel les consuls anglais et français ainsi qu’une vingtaine d’autres chrétiens, essentiellement des Grecs, furent massacrés par des musulmans fanatiques et leur habitation livrée au pillage23. Certes, la plupart des registres ont besoin d’être restaurés et la correspondance avec les autorités françaises est très lacunaire24, mais le fonds, dans son ensemble, est sain et cohérent : affaires politiques et commerciales, question du pèlerinage25 et registres de chancellerie26, l’activité du poste se reflète fidèlement, malgré tout, dans ces milliers de pages revenues de la mer Rouge.

  • 27  On trouverait facilement dans les archives du consulat de France à Alexandrie des informations sur (...)
  • 28  Renseignements pris dans son livret militaire, conservé dans le fonds Djeddah sous la côte 74.
  • 29  CADN, Constantinople, série D : Djeddah, 4, lettre du vice‑consul au MAE, 20 avril 1875.
  • 30  C’est l’hypothèse la plus vraisemblable. Le dossier de succession, qui nous aurait donné des certi (...)
  • 31  Le nombre de leurs ressortissants, composés en majorité de Grecs, était à cette époque‑là assez él (...)

12Cela suffirait à notre bonheur, mais le travail de classement, qui offre beaucoup plus d’agréments qu’on ne saurait le supposer, a permis de découvrir au sein du fonds deux peluriers piteux et quelques documents comptables qui sont en réalité un petit trésor : les papiers privés d’un négociant français établi à Djeddah dans les années 1860, Richard Jorelle. Jules Félix Richard, dit Jorelle27, était né à Alexandrie en 185028. On le retrouve à Djeddah dans les années 1870 au côté de son beau‑frère, Michel Bourgarel, opérant pour le compte du Lloyd austro‑hongrois. En 1875, il est drogman auxiliaire et gère provisoirement le vice‑consulat en l’absence du docteur Buez29. À sa mort en 1878, ses affaires, faute de successeur, sont déposées à la chancellerie du poste30. Outre quelques lettres et factures, les papiers de Richard Jorelle consistent en deux gros copy books de correspondance commerciale qui couvrent les années 1872‑1877. Il s’agit là d’un témoignage précieux sur l’activité économique en mer Rouge dans le dernier tiers du xixe siècle, et sur les intérêts qu’y avaient les puissances européennes31.

  • 32  Annuaire diplomatique pour l’année 1921 : notice sur Léon Krajewski. Curieusement, l’Annuaire dipl (...)
  • 33  CADN, Djeddah, 106, lettre du MAE au consul de France à Djeddah, 18 octobre 1929. À partir de 1930 (...)
  • 34  Angleterre, Italie, Pays‑Bas, Perse, Turquie et URSS.
  • 35  En 1912, la France avait étendu son protectorat au Maroc.
  • 36  CADN, Djeddah, 88, lettre du chargé d’affaires de France à Djeddah au MAE, 30 août 1931. La Sociét (...)
  • 37  « La transformation de votre poste en légation que vous jugez apparemment souhaitable ne dépend pa (...)
  • 38  Ibid., lettre du MAE saoudien au chargé d’affaires de France à Djeddah, 15 février 1936.

13Le consulat de France à Djeddah rouvrit ses portes le 1er octobre 191932. La situation politique de l’Arabie avait considérablement changé, les Turcs avaient été chassés et les princes arabes se disputaient le pouvoir. En 1924, Ibn Sa‘ûd, émir du Najd, défait l’armée de l’émir Husayn, qui contrôlait les cités saintes de l’islam. En 1926, il soumet le Hedjaz et, quelques années plus tard, fonde le royaume d’Arabie saoudite. La France est une des premières puissances à reconnaître le nouveau souverain et, en 1929, le consul à Djeddah, Roger Maigret, est accrédité en qualité de chargé d’affaires auprès du roi du Hedjaz33. Mais, comme dans le même temps, les pays34 qui avaient noué des relations diplomatiques avec Ibn Sa‘ûd avaient transformé leur représentation au Hedjaz en légation, l’agent français ressentit, dès 1930, la nécessité de faire relever le grade de son poste. Il estimait que, si les intérêts commerciaux français en Arabie n’avaient guère pris d’ampleur, d’autres raisons, en revanche, rendaient nécessaires l’évolution de son poste, telle la consolidation de la présence française en Afrique35 et la nécessité d’entretenir le prestige de la France dans une région où elle avait des intérêts si proches36. Des raisons budgétaires37 retardèrent néanmoins cette transformation, qui ne se produisit qu’en 1936 : le poste devint une légation dont le titulaire avait qualité de ministre résident38.

  • 39  Nommé à Djeddah le 1er décembre 1937.
  • 40  Quai d’Orsay, Archives des archives, dossier Djeddah, lettre du ministre de France en Arabie Saoud (...)

14À Roger Maigret succéda en 1937 Paul Ballereau39 qui resta à Djeddah jusqu’en 1942, avant de céder la place au représentant du Comité national français. C’est à ce moment‑là que les archives du poste disparurent : le représentant de Vichy les emporta‑t‑il avec lui ou les mit‑il à l’abri dans la ville ? Furent‑elles envoyées dans un autre poste ? On l’ignore. Toujours est‑il que lorsque le ministre plénipotentiaire nouvellement nommé arriva à Djeddah en 1945, il trouva la légation vide40.

  • 41  Ibid., récolement des archives, 5 mars 1956.
  • 42  Ibid. Et pourtant un rapport d’inspection note encore en 1953 : « Quant aux archives de l’époque c (...)

15Pourtant les archives existaient bel et bien : les années suivantes, le poste signale au Département l’existence d’un fonds d’archives anciennes remontant à la Première Guerre mondiale et constitué des papiers de la Mission militaire française au Hedjaz (1916‑1920)41. Le Quai d’Orsay avait dressé, d’autre part, en 1951, un état de versement des archives « du coffre en provenance de la légation de France à Djeddah » qui correspond aux archives de la période 1920‑194042.

  • 43  Elles sont désormais conservées au Service historique de l’Armée de terre sous la cote 17N 498‑499 (...)
  • 44  Sur la liste des documents rapatriés de l’ambassade en 1956, à cause de l’affaire de Suez, il étai (...)

16En 1956, les archives de la Mission militaire furent expédiées en France via Djibouti43, sauf un petit dossier, sans doute oublié et rapatrié avec les archives de l’ambassade44.

  • 45  Dans l’état général des fonds du CADN, on distinguait jusqu’à ce jour le « contenu du coffre en pr (...)

17Quant aux papiers de l’Entre‑deux‑guerres, il semble, nous l’avons vu, qu’ils aient été envoyés à Paris en 1951. Mis en carton dès le mois de juillet, puis transférés à Nantes par la suite, ils formèrent la série B du fonds intitulé Djeddah (légation puis ambassade)45.

18Il faut noter, pour être exhaustif, deux réintégrations opérées lors du présent classement. Quelques dizaines de documents, vraisemblablement distraits du fonds de la légation au moment de la reconstitution, au Quai d’Orsay, des séries endommagées pendant la guerre, ont retrouvé leur place dans les dossiers thématiques. De même, le petit paquet d’archives concernant la Mission militaire française au Hedjaz, rapatrié en 1956, a été intégré aux dossiers politiques.

  • 46  CADN, Djeddah, 106, procès‑verbal de l’inspection effectuée par M. Job, 2 juin 1933.

19Roger Maigret, qui représenta la République française à Djeddah de 1928 à 1937, élabora pour les archives un plan de classement en huit rubriques, cotées de A à H et divisées en sous‑dossiers. Un rapport d’inspection de 1933 signale que « les archives sont gardées et classées dans un classeur en acier et à 8 compartiments système américain, fermant à clef, par dossiers, sous‑dossiers et chemises. Le classement est très bien fait, suivant un tableau de classement détaillé adapté aux besoins du poste. On s’y reconnaît bien et rapidement46 ».

Notes

1  Archives du Quai d’Orsay, Archives des Archives, dossier Djeddah, rapport d’inspection du 6 mai 1953.

2  Ibid., récolement des archives fait à Djeddah le 5 mars 1956.

3  CADN, Constantinople, série E, 863, lettre du MAE à l’ambassadeur de France à Constantinople, 8 juillet 1839. L’agence consulaire de France à Djeddah devait relever du consulat général en Égypte, mais, dès 1841, elle fut placée sous la direction de l’ambassade de France à Constantinople.

4  L’établissement de cette double tutelle explique l’importance de la correspondance du poste avec le ministère du Commerce (articles 3*‑7*).

5  CADN, Personnel : agences consulaires et correspondance, 283, note pour le ministre, 18 mai 1888.

6  Établissement du protectorat français en Tunisie en 1881.

7  CADN, Personnel : agences consulaires et correspondance, 283, lettre d’E. Watbled, nommé consul à Djeddah, au directeur du personnel du MAE, 16 mai 1888.

8  Ibid., note pour la direction commerciale, s. d.

9  Ibid., lettre du MAE au consul de France à Djeddah, 16 avril 1889.

10  Ibid., lettre de l’ambassadeur de France à Constantinople au MAE, 22 octobre 1893.

11  Ils seront portés à 20 000 francs en 1911 (CADN, Personnel : agences consulaires et correspondance, 294, décret du
26 septembre 1911).

12  Voici, par exemple, les premières impressions qu’eut le consul Robert Armez, nommé à Djeddah en 1911 : « Le climat de cette résidence est torride. Il n’y a pas d’eau, celle que l’on a est apportée dans des outres à dos de chameau. La municipalité turque vend très cher un liquide bourbeux qu’elle est censée distiller et qui est aussi malpropre que l’eau des outres. Il n’y a aucun légume : tout doit venir d’Europe en sept ou huit semaines à un fret exorbitant et avec 50 % de bris. La peste, le choléra, la variole règnent à l’état endémique, enfin l’interdiction de sortir de l’enceinte de la ville rend le séjour de Djeddah comparable à celui d’une prison. Il est donc compréhensible que n’ayant à cette situation ni compensations ni de très gros avantages matériels, les titulaires n’aient point d’autre idée que d’en sortir et que les gérances succèdent aux gérances. » (CADN, Personnel : agences consulaires et correspondance, 294, lettre du consul au MAE, 18 mars 1911).

13  Ibid., lettre du consul de France à Djeddah au MAE, 8 novembre 1914.

14  Ibid., lettres de M. de Rettel (5 novembre 1914) et du MAE (5 juillet 1915).

15  Quai d’Orsay, Archives des archives, dossier Djeddah, lettre de l’ambassadeur de France à Constantinople au MAE : en 1927, il existait en dépôt à l’ambassade de France à Constantinople deux caisses d’archives appartenant au consulat de France à Djeddah. Les recherches effectuées dans le fonds de l’ambassade de France à Ankara, conservé au CADN, n’ont pas permis de déterminer à quelle date elles furent expédiées à Paris.

16  Par la suite furent retrouvés cinq autres registres, lesquels ont été intégrés dans le présent classement.

17  CADN, Djeddah, 77, inventaire des archives du consulat de France à Djeddah, 12 février 1861. Il signale une liasse de dépêches du ministère des Affaires étrangères et une autre de l’ambassade de France à Constantinople, lesquelles ne sont pas parvenues jusqu’à nous. On sait qu’il est prescrit par l’ordonnance du 18 août 1833 de faire un récolement des archives à chaque prise et remise de service ; les archives du poste n’en ont conservé que quelques‑uns.

18  CADN, Djeddah, 77, inventaire de remise à Mr le docteur A. Buez (1874).

19  Le classement opéré par Mardrus fut conservé et seuls les documents postérieurs à 1874 furent mis en liasse annuelle. L’inventaire réalisé en 1912 est donc inexact lorsqu’il mentionne « une liasse par année de 1862 à 1911 » (CADN, Djeddah, 77, inventaire dressé par M. Armez, 1er mai 1912).

20  CADN, Djeddah, 77, correspondance et inventaire de M. Armez (1911).

21  Bien que le consul écrivît en 1911 : « L’extrême humidité du climat, l’abondance d’insectes et le manque de meubles bien clos et solides rendent du reste la conservation des archives assez difficile » (CADN, Djeddah, 77, lettre de M. Armez au MAE, 2 mai 1911).

22  Cette lacune peut être comblée en consultant la Correspondance consulaire et commerciale conservée au Quai d’Orsay et la correspondance échangée entre Djeddah et l’ambassade de France à Constantinople (CADN, Constantinople, série D : Djeddah, 1 (1842‑1858)).

23  C’est dans les archives du Quai d’Orsay que l’on trouvera le récit détaillé de cette funeste journée (rapports d’Emerat, drogman du consulat de France à Djeddah (9 juillet) et du consul général en Égypte, Sabatier). Le massacre des consuls suscita une immense indignation en Europe. Les gouvernements français et britannique exigèrent réparation. Les coupables furent châtiés par les autorités ottomanes et la ville de Djeddah fut frappée d’un impôt dont une partie servit à indemniser les familles des victimes, le reliquat, jusqu’en 1880, étant affecté aux dépenses de construction ou d’entretien d’établissements chrétiens dans l’Empire (CADN, Djeddah, 1* : correspondance départ avec le MAE et l’ambassadeur de France à Constantinople (1858‑1864) ; Constantinople, série C, 28‑29 : correspondance politique arrivée avec le Département, (1858‑1859) ; série E, 538 bis : indemnités de Djeddah (1858‑1873) ; Comptabilité, 1011 : indemnités de Djeddah. Réparations des cimetières de Constantinople et de Varna (1860‑1880)). Des archives du consulat français, seules sept lettres avaient été sauvées ; bien plus tard, en 1912, elles furent envoyées au Département (CADN, Djeddah, 77, lettre du consul de France à Djeddah, 10 avril 1912).

24  Mais il existe des sources complémentaires au Quai d’Orsay, à Nantes, dans le fonds Constantinople, et aux Archives d’outre‑mer, à Aix.

25  Les dossiers sur le pèlerinage, classés par année, sont constitués plus ou moins régulièrement de correspondance avec le conseil sanitaire, maritime et quarantenaire d’Égypte, l’office sanitaire de Djeddah, le conseil supérieur de santé de Constantinople, le service sanitaire de La Mecque, le ministère des Affaires étrangères français, le gouvernement général de l’Algérie, la résidence générale de France à Tunis, les compagnies de navigation, etc. On trouve aussi parfois l’enregistrement des pèlerins arrivés à Djeddah, ou en partant, c’est à dire : nom du navire, nom du capitaine, pavillon, tonnage, équipage et provenance, nombre et nationalité des pèlerins.

26  Notons toutefois que les registres d’actes d’état civil et d’actes notariés, bien que signalés dans les inventaires, sont absents du fonds. Le chercheur consultera la collection duplicata du ministère.

27  On trouverait facilement dans les archives du consulat de France à Alexandrie des informations sur les origines de Richard Jorelle : le hasard m’y a fait découvrir un contrat de mariage passé entre H. Richard et A. Koenig devant le drogman‑chancelier Ernest Jorelle, auquel est témoin un certain Michel Bourgarel. « Sur Richard Jorelle, voir également infra, p. 50‑52. »

28  Renseignements pris dans son livret militaire, conservé dans le fonds Djeddah sous la côte 74.

29  CADN, Constantinople, série D : Djeddah, 4, lettre du vice‑consul au MAE, 20 avril 1875.

30  C’est l’hypothèse la plus vraisemblable. Le dossier de succession, qui nous aurait donné des certitudes, est hélas vide.

31  Le nombre de leurs ressortissants, composés en majorité de Grecs, était à cette époque‑là assez élevé, mais cette communauté n’était sans doute pas de la plus belle eau, s’il faut en croire le consul Buez : « Elle n’est que le rebut de la société et un composé d’épaves humaines, qui ne sachant où vivre ni de quoi vivre, trouvent ici un refuge assuré et contre toutes les lois et contre la misère qui les attendraient ailleurs ; car à Djeddah, toutes les spéculations sont possibles et tous les attentats impunis » (CADN, Constantinople, série D : Djeddah, 3, lettre du vice‑consul au MAE, 1er décembre 1874).

32  Annuaire diplomatique pour l’année 1921 : notice sur Léon Krajewski. Curieusement, l’Annuaire diplomatique ne mentionne pas de représentation française au Hedjaz avant 1923. À Léon Krajewski succéda, le 3 novembre 1923, Eugène Mourey, premier drogman, chargé du consulat. À son départ en mars 1926, la gérance fut assurée par le commandant Depui, qui avait fait partie de la Mission militaire française au Hedjaz et était resté sur les lieux comme collaborateur militaire du consul Krajewski (voir infra, p. 50‑52). Le 16 février 1928, la gérance du poste alla à Emilien Gault, élève‑drogman, chargé également le 15 mars 1928 de la chancellerie du consulat, qu’un décret du 31 décembre 1927 avait créée. Le 20 décembre 1928, Roger Maigret était nommé consul à Djeddah (Annuaire diplomatique pour l’année 1929 : notice sur Roger Maigret).

33  CADN, Djeddah, 106, lettre du MAE au consul de France à Djeddah, 18 octobre 1929. À partir de 1930, le représentant diplomatique de la France à Djeddah est également chargé d’affaires au Yémen.

34  Angleterre, Italie, Pays‑Bas, Perse, Turquie et URSS.

35  En 1912, la France avait étendu son protectorat au Maroc.

36  CADN, Djeddah, 88, lettre du chargé d’affaires de France à Djeddah au MAE, 30 août 1931. La Société des Nations avait confié à la France en 1920 un mandat A sur la Syrie et le Liban.

37  « La transformation de votre poste en légation que vous jugez apparemment souhaitable ne dépend pas, comme vous le savez sans doute, de la seule décision du Département. L’approbation du Parlement est de surcroît nécessaire et elle doit être consacrée par l’adoption d’un projet de loi spécial. J’ai les meilleures raisons de douter que dans l’état actuel des charges imposées aux finances publiques, M. le Ministre du Budget consente à soutenir et le Parlement à voter une disposition dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle apparaît disproportionnée à l’étendue et à l’importance des intérêts que nous possédons actuellement dans le pays de votre résidence » (Ibid., lettre du MAE au chargé d’affaires de France à Djeddah, 28 juillet 1930).

38  Ibid., lettre du MAE saoudien au chargé d’affaires de France à Djeddah, 15 février 1936.

39  Nommé à Djeddah le 1er décembre 1937.

40  Quai d’Orsay, Archives des archives, dossier Djeddah, lettre du ministre de France en Arabie Saoudienne au MAE : « J’ai l’honneur de vous faire savoir que je n’ai trouvé, lors de ma prise de possession de ce poste, le 4 mars 1945, ni dossiers, ni archives. Les archives antérieures au 1er juillet 1942, date à laquelle le représentant du gouvernement de Vichy a quitté Djeddah, n’ont pas été retrouvées. Seuls quelques dossiers anciens (Mission militaire française de la Première Guerre mondiale, pèlerinage) gisaient en désordre, dévorés par les rats et j’ai dû procéder à leur incinération » (4 novembre 1946 et autre lettre du 6 novembre 1948).

41  Ibid., récolement des archives, 5 mars 1956.

42  Ibid. Et pourtant un rapport d’inspection note encore en 1953 : « Quant aux archives de l’époque comprise entre 1918 et 1942, elles auraient été détruites par le représentant du gouvernement de Vichy ».

43  Elles sont désormais conservées au Service historique de l’Armée de terre sous la cote 17N 498‑499. Les archives diplomatiques disposent, elles, de la correspondance entre la Mission militaire et l’ambassade de France au Caire (CADN, Le Caire, cartons 528‑531).

44  Sur la liste des documents rapatriés de l’ambassade en 1956, à cause de l’affaire de Suez, il était intitulé : dossier colonel Brémond, et comprenait également quelques dépêches du consul Krajewski (1920).

45  Dans l’état général des fonds du CADN, on distinguait jusqu’à ce jour le « contenu du coffre en provenance de la légation de France à Djeddah ouvert le 18 avril 1951 en présence de M. Berteaux » et les 19 articles intitulés Série B ; c’était en fait la même chose.

46  CADN, Djeddah, 106, procès‑verbal de l’inspection effectuée par M. Job, 2 juin 1933.

Table des illustrations

Titre La mosquée al-Pacha de Djeddah, 1918
Crédits © Musée Albert-Kahn
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/3277/img-1.png
Fichier image/png, 3,5M
Titre L’immeuble loué pour être le siège du consulat de France à Djeddah jusqu’en 1895
Crédits © Constantinople ambassade série D sous-série Djeddah 166PO/D23/6, Centre des archives diplomatiques de Nantes
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/3277/img-2.png
Fichier image/png, 796k

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search