Version classiqueVersion mobile

Une histoire partagée : sources françaises sur l'histoire de l'Arabie. Hedjaz et Najd 1839-1943

Préface : histoire des sources et sources de l’histoire

Louis Blin

Texte intégral

  • 1  François Pouillon diagnostique fort justement à ce sujet une « erreur géographique : on considère (...)

1« Les visages de la présence française en Arabie » : l’honnête homme qui tombe sur ce titre est en droit de rester quelque peu perplexe en songeant aux contrées où est invoquée cette présence. Depuis Bonaparte au moins, la présence de la France en Orient est intimement liée à sa propre évolution politique, économique, culturelle, artistique, humaine tout bonnement. Se profilent dans notre imaginaire le Nil et Alger, le Liban et Lyautey, toute une histoire partagée, du Maghreb au Levant. Un patrimoine commun mêle incontestablement ces Arabes‑là à notre destin. Mais les Arabes d’Arabie, ceux que l’on ne croise guère dans les livres d’histoire ou ceux de nos bibliothèques, hormis peut‑être au rayonnage des langues mortes ? Que savons‑nous d’eux ? Mahomet, dont nul ne réalise que l’épicier du coin porte le nom, est originaire d’Arabie, comme chacun sait. Le prophète de l’islam y a été la source d’une histoire sainte qui n’a jamais été la nôtre. Puis les conquêtes musulmanes ont porté le cœur du monde arabe à Damas, Bagdad, Le Caire ou Cordoue… De là brillèrent les mille feux de la civilisation de l’Islam classique, qui fascina les lettrés renaissants de nos contrées alors archaïques. La « mer du milieu des terres » unissait ce que nous percevions comme un ensemble. Comme notre Ouest était borné par un océan, nous appliquions une règle de symétrie à son orient. Les terres d’outre‑Levant se muaient à nos yeux en un océan de dunes indistinctes, englobant les montagnes du bord occidental de la péninsule Arabique, à la tradition agricole pourtant immémoriale1.

Carte de l’Arabie, 1924-1925

Carte de l’Arabie, 1924-1925

© CADN Mandat Syrie-Liban, 1SL/1V/666, Archives du ministère des Affaires étrangères, Nantes Ibrahim

Depui était l’un des soldats de la Mission militaire française au Hedjaz. Il a dressé cette carte au moment des conquêtes du futur roi ‘Abd al-‘Azîz au Hedjaz.

2Il en allait, bien sûr, tout autrement de nos partenaires arabes traditionnels, qu’ils soient Nord‑Africains, Levantins ou Égyptiens. Ceux‑ci jouaient certes le jeu de cette déconnexion historique, en particulier les derniers d’entre eux, pour qui la mer Rouge était un lac égyptien. En effet, ils ne souhaitaient pas partager leurs routes orientales ou méridionales avec quelque commerçant génois ou marseillais. Mais La Mecque était le phare de leurs prières et la mère de leurs cités (Umm al‑Qura). Les villes saintes du Hedjaz étaient – et sont restées jusqu’à nos jours – le centre d’un cosmopolitisme musulman ignoré des Européens, à qui son pendant levantin des débuts du xxe siècle pourrait donner une idée de la nature. Contrairement à ce que nous ressentons jusqu’à présent avec naïveté, l’histoire n’avait pas quitté l’Arabie avec les guerriers de Mahomet. Même si le cœur des grands empires islamiques battait ailleurs, l’Arabie était intégrée dans l’économie‑monde de l’Islam classique, ne faisant en cela que prolonger ses fonctions antéislamiques.

  • 2  Voir André Raymond, 1973‑1974 : Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, Institut França (...)
  • 3  Si le Levant vit défiler toutes sortes de « voyageurs » européens, seuls les aventuriers, les expl (...)
  • 4  La « découverte » de l’Arabie par les Européens s’échelonne de la fin du xviiie siècle aux années (...)
  • 5  Bonaparte fit exception en 1798, dans sa fameuse correspondance avec le chérif Ghalib de La Mecque (...)

3Durant l’Antiquité, les Romains s’étaient enfoncés jusqu’au Yémen. Après eux, l’Arabie devint aux yeux des Européens une marge, une tâche blanche, une terra incognita. Ses deux principales cités leur étaient de toute façon interdites. L’Arabie étant sortie de notre histoire, nous la rejetions hors de l’histoire. Nous en étant déconnectés, elle ne nous intéressait plus. Les Portugais firent exception à partir du xve siècle, mais seulement en fonction de leur objectif de course vers les Indes. Ils n’évincèrent pas les marchands indiens qui dominaient alors le commerce maritime à longue distance du Hedjaz. En effet, ils ne visèrent pas cette autre Méditerranée qu’est la mer Rouge, parcourue par les marchands depuis des temps immémoriaux, à l’instar de la Mare nostrum. Au début du xviiie siècle, la Porte autorisa les navires britanniques à convoyer des pèlerins jusqu’à Djeddah, puis la seconde moitié du siècle vit la « pénétration croissante de la mer Rouge par les Européens à la faveur des luttes entre les factions mameloukes et Istanbul »2. Encore la région était‑elle laissée aux explorateurs ou aux aventuriers européens3, qui la « découvraient » à partir de la fin du xviiie siècle, en même temps que l’Afrique profonde, comme si l’histoire y commençait avec eux, alors que la littérature arabe, publiée ou non, était abondante à son sujet4. Orienté vers l’océan Indien jusqu’à l’ouverture du canal de Suez (1869), le réseau d’échanges à longue distance de la mer Rouge s’ouvrit ensuite petit à petit à des commerçants européens et s’intégra à un système économique en voie d’être mondialisé. Au xixe siècle, l’impérialisme européen ne fit qu’effleurer ces terres, alors qu’il pénétra au fin fond de l’Afrique. Tombée dans l’amnésie5, l’Arabie évita la colonisation européenne. Celle‑ci laissa Égyptiens et Ottomans se battre pour faire main basse sur les villes saintes de l’islam.

  • 6  Éric Vallet, 2010 : L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasulides du Yémen (626‑ (...)
  • 7  Rifaa al‑Tahtawi est le découvreur égyptien de l’Europe. Cf. Al‑TAHTAWI Rifaa, L’or de Paris : rel (...)

4Le percement de l’isthme de Suez mêla les eaux des deux Méditerranées sans qu’il ne vise l’hinterland arabique. L’Angleterre balisa la route des Indes, mais ne considéra au départ Aden (1837) que comme un entrepôt. L’Arabie était un moyen et non une fin. Les Européens dépecèrent petit à petit l’Empire ottoman de 1830 à 1920, à l’exception de ses possessions arabiques, qu’ils négligèrent tant qu’on n’y rechercha du pétrole que tardivement. Cette bonne illustration de l’impact du facteur culturel sur la supposée rationalité économique fut un comble pour l’Europe, qui laissa filer l’or noir vers l’Amérique, signant ainsi son déclin historique. En effet, avec le pétrole pointa enfin un intérêt occidental pour l’Arabie, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, mais ce fut Outre‑Atlantique. Quant à l’Union européenne, elle n’a pas encore conclu d’accord d’association avec les pays du Conseil de coopération arabe du Golfe, malgré leurs immenses richesses, après des décennies de pourparlers. Récuser le souhait de rapprochement de ces pays revient pour l’Europe à les repousser vers la sphère asiatique d’échanges, en une récurrence historique singulière. L’épisode montre bien que le facteur économique n’explique pas le tropisme européen à l’égard de l’Arabie. Était‑elle d’ailleurs si pauvre naguère ? La centralité que confèrent aux grandes cités caravanières du Hedjaz leurs fonctions religieuses éminentes et le commerce à longue distance entretenu par leurs ports à travers les siècles, sont là pour démentir le cliché européen du dénuement et de la marginalité de l’Arabie. Comme l’ont montré Éric Vallet et Philippe Pétriat6, l’Arabie et le Hedjaz en particulier sont insérés de longue date – bien avant l’ère du pétrole en tout cas – dans des courants d’échanges commerciaux et humains à longue distance, que l’Europe a longtemps ignorés car ils lui échappaient. Ces flux étaient, en effet, inscrits jusqu’à l’époque contemporaine dans une sphère dont La Mecque était le centre et qui englobait l’Empire ottoman, l’Inde et le pourtour de l’océan Indien, jusqu’à Java. L’étude de l’Arabie nous invite donc à dépasser une nouvelle fois notre histoire européocentrée pour découvrir un passé qui s’est déroulé en grande partie à notre insu. Comme les sources ne font état d’aucun alter ego de Rifaa al‑Tahtawi7 dans la péninsule Arabique, la méconnaissance s’avère malheureusement réciproque.

  • 8  À toute règle ses exceptions. Dans le premier domaine, voir, outre les sources signalées dans le p (...)
  • 9  Petriat, 2013, p. 16.
  • 10  Idem, p. 104.

5Point de Braudel pour nous conter l’histoire de cet autre bassin humain, resté donc largement à l’écart de l’érudition et de l’imaginaire européens8. Malgré son potentiel immense, l’archéologie de l’Arabie saoudite n’y est elle‑même qu’à ses débuts, au point que ce pays fait maintenant figure de « nouvelle frontière » dans ce domaine, en particulier en ce qui concerne l’épigraphie. L’archéologie de l’Empire romain, sans doute la plus développée de toutes, en est à ses balbutiements en Arabie… On y découvre avec un étonnement teinté de narcissisme un pan d’une histoire que l’on croyait confinée à notre espace méditerranéen et dont il nous faut désormais admettre que d’autres la partageaient. Le corpus scientifique historique contemporain sur l’Arabie a beau ne pas être négligeable, il n’a pas encore atteint la masse suffisante pour en évincer l’histoire sainte, que notre culture historienne rationaliste a depuis longtemps démystifiée, mais qui reste admise comme un dogme par le grand public local. Jusqu’à présent, nulle synthèse historique en langue européenne ne peut nous guider sur les pistes d’Arabie. La présence des Européens en Arabie a été trop infime pour produire des sources conséquentes ou pour servir de sujet aux écrits locaux. Encore la quasi absence de relations politiques ne doit‑elle pas obérer les nombreux contacts entre négociants, générateurs d’influences mutuelles non consignées dans les chroniques, mais perceptibles à travers les archives des familles marchandes. Philippe Pétriat souligne l’intérêt qu’il y aurait à intégrer l’Arabie à l’histoire régionale et mondiale, à en explorer les liens avec le Moyen‑Orient, l’Afrique et l’océan Indien, en recourant aux sources locales9. Il regrette que les historiens considèrent le plus souvent la mer Rouge, durant la période qu’il a étudiée, seulement comme « un corridor entre l’océan Indien et la Méditerranée »10, alors que ses ports connectaient le commerce régional aux échanges à longue distance. Nous savons surtout des Arabes ce qui nous touche directement. L’Arabie est demeurée en grande partie un « angle mort » de l’historiographie occidentale.

  • 11  Dans Les Cigares du pharaon, Tintin au pays de l’or noir et Coke en stock.

6Quant à la veine littéraire philo‑arabique de la première partie du xxe siècle en Europe, elle fut trop éphémère pour continuer à y marquer les esprits jusqu’à nos jours. À preuve, quand Tintin, Homo Europeus du xxe siècle s’il en est, va en Arabie, rares sont ceux qui y prêtent attention. Il a pourtant davantage visité cette contrée que toute autre11, poussant même jusqu’à La Mecque. Qui s’en rend compte, y compris parmi les tintinologues ? Rançon de cette absence de l’Arabie de l’imaginaire européen, nous n’avons point de contentieux historique avec elle. Les conflits entre l’Europe et l’Islam en épargnèrent le centre, perçu en Europe comme une périphérie. Ceci montre au passage que l’islam n’y était pas pour grand‑chose. Il n’y a jamais eu dans la pensée politique de l’Europe, ni donc dans sa pratique, de plan ni même de désir de conquérir La Mecque, comme si les Européens se soumettaient au dogme musulman de son inviolabilité. Autant dire que cette pensée fertile en exclusions et violences de tous genres n’a jamais théorisé l’islam comme ennemi, qu’il aurait fallu frapper au cœur. Les Occidentaux continuent à reculer les limites de l’inaccessible, dans l’espace comme sous la mer après l’avoir fait sur terre, mais respectent sans broncher l’interdiction de pénétrer dans le Haram, le périmètre sacré des musulmans. Celui‑ci échappe donc curieusement au « droit » de l’homme occidental à aller où bon lui semble.

  • 12  Pour plus de détails, voir Chantre, 2012.

7Les sources de l’histoire de la péninsule Arabique en langues européennes les plus continues et les plus riches sont en fin de compte, durant la période couverte par cet ouvrage, les archives des consulats européens. Le Royaume‑Uni en implanta un à Djeddah en 1837 et la France l’imita deux ans après, suivie par les Pays‑Bas entre 1869 et 1872, l’Autriche et enfin l’Italie. Comme l’attestent leurs archives, les consuls ont donc brisé tôt dans le xixe siècle le mythe d’une Arabie hors de l’histoire. La correspondance diplomatique ne suffit cependant pas à venir à bout de la longue jahiliyya (ignorance) européenne à son égard. Dans un tel contexte, on peut s’étonner de l’apparition à l’époque d’une attention des gouvernements européens pour le Hedjaz. À la fonction consulaire traditionnelle liée à la promotion d’intérêts commerciaux, s’ajoutait le rôle spécifique des consulats en matière de contrôle des flux de pèlerins issus des colonies européennes à population musulmane, notamment dans le domaine sanitaire. Cette fonction devint cruciale après la terrible épidémie de choléra de 1865, colportée par des pèlerins indiens, mais qui se répandit depuis La Mecque dans tout l’Empire ottoman et en Europe. L’étude de Luc Chantre contenue dans cet ouvrage livre le récit de l’éveil de l’Europe à la problématique du pèlerinage12. Le nombre de hajj à La Mecque a varié entre 75 000 et 150 000 par an entre 1850 et les premières décennies du xxe siècle, dont la majeure partie provenait de territoires sous domination européenne. L’Arabie entrait donc par ce biais dans l’histoire européenne. La seconde mission assignée aux consuls européens dans ce domaine était d’informer leurs autorités sur l’exploitation politique éventuelle de cette obligation religieuse. Le mot islamisme n’avait pas encore pris son sens moderne d’utilisation politique de l’islam, mais il s’agissait déjà de cela. Avec le recul, il s’avère que les soupçons de ferment nationaliste ou même de complot panislamique portés par les puissances européennes sur le pèlerinage à La Mecque relevaient surtout du fantasme. Leur caractère récurrent révèle, à sa façon, leur méconnaissance des choses de l’Arabie, que leurs postes diplomatiques n’ont corrigé que petit à petit. Le rôle d’informateurs des pèlerins originaires des pays colonisés fut crucial en la matière. Comme on l’a vu, le confinement des consulats européens au Hedjaz ne leur permit pas d’influer sur la partie, déterminante pour le destin de l’Arabie, qui se jouait au Najd et au‑delà, sous le signe du pétrole.

  • 13  Encore l’histoire de la Première Guerre mondiale, pourtant si riche, a‑t‑elle presque tiré un trai (...)

8L’histoire des sources françaises de l’histoire de l’Arabie explique en définitive leur marginalité regrettable. Le présent ouvrage vise tout à la fois à présenter aux francophones et aux arabophones ce corpus méconnu, y compris souvent des rares spécialistes, et à confirmer la continuité de l’intérêt français pour la région, qui ne date pas d’hier, comme on le voit. Son enjeu n’est rien moins que de contribuer à réintégrer l’Arabie dans l’histoire universelle. La diversité des liens historiques de ses habitants réapparaîtra. Ceci permettra aussi aux études centrées sur la période contemporaine d’adopter une perspective historique. De la fondation du consulat général de France à Djeddah en 1839 à la fraternité d’armes de la Mission militaire française au Hedjaz de 1916 à 1920, on est en droit d’évoquer sinon une histoire commune, du moins un patrimoine historique partagé, fondateur d’un lien entre les hommes certes ténu, mais ancien13. Saoudiens et Français, qui n’en ont guère conscience, trouveront sans doute dans ce livre matière à découvertes réciproques et matériaux à études historiques propres à enraciner leurs rapports mutuels dans un terreau humain authentique.

Louis Blin, mars 2014.

Notes

1  François Pouillon diagnostique fort justement à ce sujet une « erreur géographique : on considère souvent cet hinterland arabe comme un désert uniforme, où l’on ne trouverait qu’une immensité dunaire parcourue par de rares caravanes et interrompues par d’introuvables oasis », in « Un État contre les bédouins, l’Arabie saoudite. Jalons pour une thèse », Monde arabe Maghreb Machrek, 147, janvier‑mars 1995, p. 141.

2  Voir André Raymond, 1973‑1974 : Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, Institut Français, Damas ; Michel Tuchscherer, 2002 : « Trade and Port Cities in the Red Sea‑Gulf of Aden Region in the Sixteenth and Seventeenth Centuries », in Leila Tarazi Fawaz et Christopher A. Bayly (dir.), 2002 : Modernity and Culture from the Mediterranean to the Indian Ocean, 1890‑1920, Columbia University Press, New York, p. 28‑45.

3  Si le Levant vit défiler toutes sortes de « voyageurs » européens, seuls les aventuriers, les explorateurs ou, plus tardivement, les grands reporters se risquèrent en Arabie.

4  La « découverte » de l’Arabie par les Européens s’échelonne de la fin du xviiie siècle aux années trente du xxe siècle, longueur symptomatique du faible intérêt qu’elle suscitait à l’époque. Hormis le célèbre Thomas Edward Lawrence, les auteurs les plus connus sont l’Allemand Carsten Niebuhr, le Suisse John Burckhardt, le Néerlandais Christiaan Snoucke Hurgronje, les Britanniques Richard Burton, William Palgrave, Charles Daughty, Anna Blunt, Harry Saint John Philby et Wilfred Thesiger, les Français Jules Gervais‑Courtellemont, Charles Didier, Charles Huber, Edouard Brémont, Etienne Dinet, Antonin Jaussen, Henry de Monfreid, Albert Londres, Joseph Kessel et Jacques Benoist‑Méchin.

5  Bonaparte fit exception en 1798, dans sa fameuse correspondance avec le chérif Ghalib de La Mecque, restée sans lendemain en raison de la tournure prise par la campagne d’Égypte.

6  Éric Vallet, 2010 : L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasulides du Yémen (626‑858/1229‑1454), Publications de la Sorbonne ; Petriat, 2013.

7  Rifaa al‑Tahtawi est le découvreur égyptien de l’Europe. Cf. Al‑TAHTAWI Rifaa, L’or de Paris : relation de voyage, 1826‑1831, Actes Sud, 2012, 342 p.

8  À toute règle ses exceptions. Dans le premier domaine, voir, outre les sources signalées dans le présent ouvrage, les travaux d’Ulrike Freitag, Robert Lacey, William Ochsenwald, Ghalib al‑Quaiti, Esther Perkes, Madawi Al Rasheed, Michel Tuchscherer, Éric Vallet, Alexei Vassiliev et Roger Joint Daguenet. Dans le second, on peut ajouter à l’œuvre entière d’Henry de Monfreid, le T. E. Lawrence des Sept piliers de la sagesse (1922), l’Albert Londres de Pêcheurs de perles (1930), le Joseph Kessel de Fortune carrée (1932), le Romain Gary des Trésors de la mer Rouge (1970) et, bien sûr, Hergé et son Coke en stock (1956). Rares sont cependant les lecteurs de cette aventure de Tintin à se rendre compte qu’elle se déroule dans les eaux saoudiennes. Le précurseur de cette veine littéraire tarie depuis un demi‑siècle est Arthur Rimbaud.

9  Petriat, 2013, p. 16.

10  Idem, p. 104.

11  Dans Les Cigares du pharaon, Tintin au pays de l’or noir et Coke en stock.

12  Pour plus de détails, voir Chantre, 2012.

13  Encore l’histoire de la Première Guerre mondiale, pourtant si riche, a‑t‑elle presque tiré un trait sur la Mission militaire française au Hedjaz, qui n’en constitue pourtant pas un épisode négligeable. Son effectif a varié de 1189 officiers et hommes de troupe français au début de 1917 à 694 à la fin de 1918. Les deux jeunes historiens dont on lira les textes plus avant dans ce livre ont soutenu des thèses sur La Mecque (Luc Chantre en 2012) et Djeddah (Philippe Pétriat en 2013). Une évolution se dessine donc dans nos universités dans le sens que prône le présent ouvrage.

Table des illustrations

Titre Carte de l’Arabie, 1924-1925
Crédits © CADN Mandat Syrie-Liban, 1SL/1V/666, Archives du ministère des Affaires étrangères, Nantes Ibrahim
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/3239/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M

Auteur

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search