Version classiqueVersion mobile

Le Yémen vers la République

 | 
François Burgat
, 
Éric Vallet

II. La société

La Tihāma

تهامة

Entrées d'index

Géographique :

Tihama

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Traversée par de puissants cours d’eau durant la saison des pluies, la plaine de la Tihāma se présente sous le regard des voyageurs comme une terre de contrastes. La végétation luxuriante des fonds de wādīs s’y juxtapose aux maigres broussailles de vastes étendues côtières. Les façades raffinées, dignes des Mille et une Nuits, de Zabīd, Bayt al‑Faqīh ou al‑Luḥayya tranchent avec les modestes huttes de paille des nombreux villages qui ponctuent la campagne. Durant les premières décennies du XXe siècle, la Tihāma est surtout célèbre pour ses « brigands », membres de la tribu arabe des Zarānīq qui s’illustrèrent dans de nombreux combats contre les Turcs et les Imams avant d’être définitivement mâtés au début des années 1930. Les Zarānīq effraient, les Zarānīq fascinent. Mais le portrait de carte postale d’une peuplade farouchement attachée à son indépendance ne doit pas faire oublier la très grande pauvreté de ces populations venues des deux rives de la mer Rouge.

تبدو ارض التهائم - الت...

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search