Version classiqueVersion mobile

Savoirs locaux et agriculture durable au Yémen

 | 
Frédéric Pelat
, 
Amin Al-Hakimi

Savoirs locaux et agriculture durable au Yémen

Amin Al-Hakimi et Frédéric Pelat

Texte intégral

1Réalisé en partenariat avec le Centre Yéménite de Ressources Génétiques, ce numéro des ‘Cahiers du CEFAS’, qui fait suite à deux précédents ‘Cahiers du CFEY’, réunit une sélection de 19 articles issus du séminaire Place des pratiques et des techniques anciennes dans l’agriculture yéménite d’aujourd’hui : problèmes et perspectives. Cette manifestation qui s’était tenue en juin 2000 à la Faculté d’Agriculture de Sanaa et dans les locaux du CEFAS, fut organisée par l’Université de Sanaa, le Ministère yéménite de l’Agriculture et de l’Irrigation et le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France. Sans la participation essentielle de nombreux autres partenaires -dont la liste complète est présentée à la fin de cet ouvrage-, ce projet n’aurait pu voir le jour.

2Plus de trente anthropologues, archéologues, géographes, historiens, agronomes et spécialistes du développement, étrangers et yéménites, ont pris la parole au cours de ces journées de rencontres et d’échanges. Loin d’un regard nostalgique sur l’image d’une agriculture yéménite immuable qui aurait échappé à toute modernisation ‘néfaste’ de ses pratiques et de ses techniques, et bien loin d’un débat remettant en question des avancées technologiques ‘excessives’ et leurs éventuels effets sur l’environnement et la qualité de l’alimentation, il fut davantage question ici de réfléchir aux interventions en matière de développement dans un pays principalement d’économie rurale et pour lequel toute politique de développement doit s’appuyer en priorité sur le travail de sa population paysanne. Les dernières décennies, en effet, ont vu échouer bon nombre de projets dans les pays en voie de développement, entraînant souvent un déséquilibre et une mise en péril des ressources naturelles locales. Le désintérêt avoué pour les connaissances des populations concernées et plus généralement la faible prise en considération du fonctionnement de leurs sociétés en sont les causes principales. Les savoirs, négligés par les projets, ont bien souvent fini par disparaître.

3Au Yémen, les populations rurales ont su tirer profit des conditions de leur milieu, privilégiées au regard du reste de la péninsule. Elles ont ainsi façonné les versants des montagnes en terrasses, valorisant le peu d’espace disponible et les eaux de ruissellement. Elles ont mis en place des systèmes sociaux de gestion durable et équitable des rares ressources en eau. Elles ont également développé un registre étendu et varié de connaissances techniques ainsi qu’une très grande diversité d’espèces cultivées, adaptées aux conditions spécifiques de leur environnement. La grande variabilité des milieux yéménites, le relief très accidenté qui isole les populations, la forte imprégnation territoriale des groupes tribaux très attachés à l’agriculture…ont favorisé cette créativité. Ne devrait-on pas alors considérer ces connaissances et ces ressources génétiques comme une richesse, un patrimoine à sauvegarder ? Ne vaudrait-il pas mieux connaître et évaluer ces connaissances avant de les rejeter systématiquement au profit d’un transfert de savoirs extérieurs, pensés pour répondre à une logique de développement économique encore mal perçue par les populations paysannes locales ? N’y a t-il pas moyen d’adapter ces connaissances dans d’éventuels programmes de développement durable ? Ou bien les savoirs locaux traditionnels ne sont-ils qu’un frein à tout développement économique car incompatibles avec les exigences actuelles ?

4Autant de questions qui ont pu alimenter les échanges et dont on trouvera des premiers éléments de réponse dans ce recueil de textes.

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search