Version classiqueVersion mobile

ارتفاع الدولة المؤيدية

Introduction

Muḥammad ‘Abd al-Raḥīm Jāzim
Traduction de Éric Vallet

Texte intégral

  • 1 Récemment traduit en anglais par G. R. Smith, A medieval administrative and fiscal treatise from t (...)
  • 2 Édité en facsimilé par G. R. Smith et D. M. Varisco : The manuscript of al‑Malik al‑Afḍal al‑‘Abbā (...)
  • 3 Nūr al‑ma‘ārif fī nuẓum wa‑qawānīn wa‑a‘rāf al‑Yaman fī al‑‘ahd al‑muẓaffarī al‑wārif / Lumière de (...)

1Le présent ouvrage est inédit à plus d’un titre. De tous les traités rédigés au cours de la longue histoire du Yémen islamique, il est le seul à traiter de façon quasi exhaustive les revenus fiscaux annuels de ce pays à l’époque du sultan rasūlide al-Malik al-Mu’ayyad Dāwūd b. Yūsuf b. ‘Umar (696–721 de l’Hégire/1296–1321 de l’ère chrétienne). Il contient de plus de nombreuses informations très détaillées sur chaque province dépendant de l’administration rasūlide, sur leur délimitation géographique, leur organisation et l’ensemble de leurs revenus, y compris les exemptions concédées aux familles de notables ou de lettrés. L’ouvrage s’inscrit de ce fait dans une série exceptionnelle de textes produits directement par l’administration rasūlide et conservés jusqu’à nous. L’exemple le plus anciennement connu des chercheurs n’est autre que le Mulaḫḫaṣ al-fiṭan1, complété récemment par le « manuscrit » du sultan al-Afḍal al-‘Abbās2 et l’épais manuscrit du Nūr al-ma‘ārif publié sous l’auspice du Centre français d’archéologie et de sciences sociales3. L’ensemble constitué par ces trois ouvrages, auxquels vient désormais s’ajouter le Livre des revenus du sultan al-Mu’ayyad, constitue une documentation extraordinairement riche, qui éclaire sous un jour neuf l’histoire du Yémen à la fin de la période médiévale.

Description matérielle du manuscrit

2Le présent texte, objet de notre édition, est connu par un unique manuscrit actuellement en la possession de la bibliothèque nationale al-Malik Fahd à Riyad, Arabie Saoudite (sous la cote S 183). Il comporte 207 folios, c’est-à-dire 414 pages de taille moyenne (25,5 cm × 18,5 cm), faite d’un papier épais et de qualité excellente. La nature de ce papier ainsi que l’écriture très soignée, à l’œuvre d’un bout à l’autre du manuscrit, sont assez caractéristiques de l’époque rasūlide, même si l’absence des premières et dernières pages nous privent d’informations précises sur les personnes qui l’ont exécuté et/ou commandité.

3Dans l’ensemble, le manuscrit est en bon état. Néanmoins, la reliure d’origine a presque entièrement disparu. Il en reste seulement un morceau de cuir noir, accolé à un mince bout de coton, couvrant le bas du dos du manuscrit. En haut, on relève la trace d’un fil de coton blanc qui faisait sans doute partie d’un ruban, semblable au ruban du manuscrit du Nūr al-ma‘ārif. Un fil de coton marron, utilisé pour lier les cahiers entre eux, apparaît distinctement au milieu de la bordure droite, sur les premiers folios de chaque cahier. Certains folios du manuscrit ont fait l’objet de restaurations anciennes de bonne qualité, notamment sur les extrémités qui avaient souffert de l’humidité et des insectes. Sur d’autres folios, les trous ont été colmatés par de petits morceaux de papiers. Les lettres et les mots y ont été tracés avec une encre et selon une écriture différentes de l’original.

4Le manuscrit est composé de quaternions (4 bi-feuillets ou 8 folios). On peut remarquer la présence d’un nombre en haut du folio marquant le début de chaque cahier du manuscrit. Compris entre 1 et 28, ces nombres indiquaient certainement l’ordre des cahiers du début à la fin du manuscrit. En l’absence de réclame — le manuscrit n’en a gardé aucune trace —, un tel système de numérotation était en effet indispensable pour que les cahiers soient rangés dans le bon ordre au moment de la reliure. Toutefois, l’absence de réclame a engendré certaines confusions dans l’ordonnancement des folios du manuscrit (peut-être à une période postérieure à sa composition). Deux passages en particulier ne se trouvent pas à la bonne place : f°59-64 (revenus de Damār, Radā‘ et Ḥaṣī) et f°184-186. Nous avons essayé dans notre édition de restaurer l’ordre initial, comme cela est indiqué en note aux endroits concernés. L’examen des cahiers a aussi permis de relever l’absence définitive de certains folios, en particulier les premiers folios du manuscrit, ce qui fait que nous avons perdu le titre du livre, l’identification de son auteur — mais avait-il donné son nom ? Outre le premier cahier, deux folios du second cahier, le septième cahier, un folio des vingt-deuxième et vingt-troisième cahiers ont disparu. Il en va de même, enfin, du dernier folio du dernier cahier, ce qui nous prive de la date de composition, qui devait faire suite aux vers de poésie sur lesquels s’interrompt brutalement l’ouvrage.

5La mise en forme du texte est dans l’ensemble très soignée, bien que sa taille et le nombre de ses lignes diffèrent d’un folio à un autre. Les introductions de chaque chapitre consacré à une province en particulier sont disposées d’une façon très régulière, dans une écriture large. Dans ces sections introductives, le nombre des lignes est généralement égal à 11 lignes, plus rarement à 12. Les comptes de chaque province sont présentés de façon moins systématique et posent plus de difficultés de lecture. Le manuscrit est écrit dans l’ensemble à l’encre noire. Seuls les titres principaux et secondaires, ou certains passages importants sont écrits à l’encre rouge. Selon les usages yéménites, le scribe ajoute en dessous de la lettre س trois points suscrits pour la distinguer du ش. De même pour les lettres ص ط ح ع د ر ou le scribe ajoute un point suscrit pour les distinguer des lettres .ض ظ خ غ ذ ز La plupart des mots du manuscrit ne sont pas vocalisés, sauf exception. Nous avons systématiquement rétabli la vocalisation, et introduit des signes de ponctuation pour faciliter la lecture du texte.

6Les nombreux comptes que contient le traité obéissent à une disposition précise. Le scribe mentionne l’ensemble des montants fiscaux, en espèces, en grains ou en différents produits, en les plaçant sous le nom de chaque taxe. De même, on trouve sous le nom de chaque région, localité, le montant de la taxe due, de l’exemption ou des revenus du waqf, en allant de droite à gauche, puis de gauche à droite. Lorsque le scribe souhaite donner le détail d’une somme ou d’un montant, il introduit un signe en forme de ٢, que nous avons systématiquement remplacé par le signe de ponctuation « : » Cette présentation adoptée par le scribe rasūlide vient directement des tables fiscales établies par les percepteurs lors de leurs enquêtes. Ils inscrivaient le nom du territoire, du village soumis à l’imposition, et en dessous, la somme due, jusqu’à la fin de la page. La préparation de ces tableaux facilitait leur travail. Cela économisait le nombre de feuillets nécessaires, puisqu’on pouvait écrire sur un folio ou deux un ensemble conséquent de localités et leurs revenus financiers. Ce système était suivi dans l’ensemble de l’administration rasūlide, comme le montrent les modèles de documents administratifs et fiscaux compilés par le sultan al-Malik al-Afḍal al-‘Abbās que je compte éditer prochainement.

Nature du manuscrit

7J’ai pu obtenir au cours de l’année 2006 une copie numérisée du manuscrit que des collègues saoudiens m’avaient signalé dans leurs lettres sous le nom de « manuscrit administratif » (maḫṭūṭa dīwāniyya). À la suite de cela, un accord a été conclu entre la bibliothèque nationale al-Malik Fahd à Riyad et le CEFAS pour que j’en réalise l’édition et la publication. Les collègues saoudiens qui avaient parlé de « manuscrit administratif » ne se sont pas trompés : il traite en effet des revenus du ḫarāğ, l’impôt foncier perçu pour le compte du sultan, et résume en quelque sorte ce qui était consigné dans les registres du ḫarāğ des différentes régions du Yémen rasūlide.

  • 4 The manuscript of al‑Malik al‑Afḍal al‑‘Abbās, op. cit., p. 145‑146, 150 et 267.
  • 5 Ibid., p. 148‑149.
  • 6 É. Vallet, Pouvoir, commerce et marchands dans le Yémen rasūlide (626‑858/1229‑1454), Université P (...)

8Pour s’assurer de ce fait, il a d’abord fallu faire un détour par les autres manuscrits rasūlides traitant des revenus financiers de l’État. C’est ainsi que j’ai trouvé dans le manuscrit d’al-Malik al-Afḍal al-‘Abbās b. ‘Alī al-Rasūlī des extraits de registres du ḫarāğ datant des règnes d’al-Malik al‑Muẓaffar Yūsuf (647–694/1250–1295) et d’al-Malik al-Mu’ayyad Dāwūd. Trois documents se rapportent à ce dernier sultan. Le premier porte pour titre « Revenu du Yémen bien gardé sous le Règne d’al-Mu’ayyad, rapporté d’après le daftar al-mu’ayyadī », le second « Revenu du Règne d’al-Mu’ayyad » (irtifā‘ al-dawla al-mu’ayyadiyya), le troisième « Comptes principaux (ṣudūr al-ḥisābāt) établis dans le dīwān d’al-Malik al-Mu’ayyad en 720 [1320] »4. Il est complété par un inventaire fiscal datant de l’année 767/1366, sous le règne du sultan al-Afḍal al-‘Abbās5. Ces comptes nous donnent des informations nombreuses sur les revenus financiers du Trésor de l’État rasūlide à l’époque de quatre des plus puissants sultans rasūlides. Plus encore, il faut relever que le document intitulé « Revenu du Règne d’al-Mu’ayyad » (Irtifā‘ al-dawla al-mu’ayyadiyya) reprend mot à mot les folios 2 v, 3 v, 5 r du manuscrit de la bibliothèque nationale al-Malik Fahd. Nous tenons donc là le nom ou le titre de notre manuscrit. Le terme irtifâ‘ est d’ailleurs mentionné à plusieurs reprises dans le manuscrit, ce qui nous renforce dans notre conviction. En comparant les revenus des trois documents datant du règne d’al-Mu’ayyad, Éric Vallet a montré dans sa thèse de doctorat que le présent manuscrit correspondait à l’état le plus bas des revenus, vraisemblablement le plus ancien aussi, remontant aux débuts du règne d’al-Mu’ayyad6. Ainsi pouvons-nous connaître le titre ainsi que la date approximative des données contenues dans le manuscrit, les dernières années du viie/xiiie siècle.

9Ce type de manuscrit traitant des revenus propres à l’État n’était destiné à un usage courant, mais plutôt réalisé à la demande personnelle des sultans contre rétribution. Qui en fut l’auteur ? Sans aucun doute un secrétaire, proche du souverain et bon connaisseur de l’administration rasūlide. À plusieurs reprises, il mentionne des secrétaires actifs dans la période qui précéda le règne d’al-Mu’ayyad. Tout au long du manuscrit, il n’hésite pas à attirer l’attention du souverain sur certaines injustices, l’incitant même à accomplir certaines réformes financières, administratives ou militaires, autant de sujets sur lesquels les gouvernants n’acceptent l’avis que de personnes de confiance. L’Irtifā‘ relève ainsi de ce genre des « registres du dīwān », au moyen desquels, selon la tradition, furent gérées les affaires de l’État à partir du règne du second calife ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb. Les sources des différentes dynasties arabo-musulmanes les mentionnent sans que nous n’ayons conservé aucune trace matérielle de ce type de document. L’Irtifā‘ se présente ainsi comme le plus ancien registre quasi complet de ce type. Grâce à lui, nous pouvons avoir une idée précise des applications pratiques et de ce qui était écrit dans les registres des dīwān.

Plan du manuscrit

10Le manuscrit comprend une description précise de toutes les sortes de revenus annuels de l’État, dans l’ensemble des territoires du sultanat. Leur perception suivait deux modalités principales. Dans une majorité de provinces, les revenus étaient prélevés par des administrateurs civils dépendant de l’Administration privée du sultan (dīwān al-ḫāṣṣ). Dans les autres, les revenus étaient perçus directement par l’armée sultanienne, sous les ordres d’un chef militaire appelé muqṭa‘. Naturellement, les provinces étaient divisées en deux grands ensembles géographiques, les plaines côtières (Tihāma) et les montagnes (Ğibāl). Voici l’ordre d’exposition des différentes parties et chapitres :

11PREMIERE PARTIE : LES PLAINES COTIERES (TIHAMA)

Ressources propres au sultan (āṣṣ)

Province du wādī Zabīd

Province du wādī Surdud

Province du wādī Mūr

Province de Ḥaraḍ (al-Raḥbāniyya)

Province d’al-Ṣalī (entre le wādī Zabīd et Ḥays)

Province de Laḥğ

Province d’Abyan

Frontière maritime (taġr) d’Aden

Province d’Aḥwar

Province d’al-Šiḥr

Propriétés sultaniennes, réparties entre les diverses provinces

12Ressources réservées à l’armée (iqā‘)

Province d’al-Qaḥriyya

Province de Du’āl

Province du wādī Rima‘

Province de Ḥays

Province de Mawza‘

Al-Mansikiyya

13DEUXIEME PARTIE : LES MONTAGNES

14Ressources propres au sultan (āṣṣ)

Province de Ta‘izz

Province d’al-Ğanad

Province du Miḫlāf et de Ba‘dān

Territoires détachés de toute province

Territoire de Ṣuḥbān

Territoire des Banū Nāğī

Al-Ma‘āfir

Territoire d’al-Dumluwa

Territoire d’al-Aš‘ūb

Territoire de Dubḥān

Qaṣba d’al-Mafālīs

15Propriétés sultaniennes, réparties entre les diverses provinces

16Ressources réservées à l’armée (iqā‘)

Provinces de Ṣan‘ā’, de Damār et de Radā‘

17Les revenus totaux de l’ensemble du Yémen pour une année complète sont mentionnés aux folios 2-4 r°. La suite du manuscrit consiste uniquement dans l’exposition détaillée de l’ensemble des revenus, province par province, accompagnée généralement d’une introduction développée et d’une carte. Les éléments de description géographique et historique mentionnés dans ces introductions sont généralement tirés de la description de la péninsule Arabique (Ṣifat ğazīrat al-‘Arab) d’al-Ḥasan b. Aḥmad al-Hamdānī ou du Mufīd fī ta’rīḫ Zabīd de Nağm al-Dīn ‘Umāra b. ‘Alī al-Yamanī, mais ils recèlent aussi des informations contemporaines de la rédaction du manuscrit. Dix-sept cartes (une carte générale et seize cartes de province) ont en outre été conservées, attestant l’existence d’une véritable école cartographique yéménite. Leurs fac-similés ont été réunis dans un cahier à part mis en annexe. Toutefois, pour faciliter leur lecture, nous avons inséré dans le texte édité des schémas, réalisés par Roman Stadnicki et ‘Abd al-‘Azīz al-Zubayrī, reproduisant ces cartes et indiquant de la façon la plus claire possible les toponymes.

18Les revenus fiscaux incluent le ḫarāğ, la capitation (jizya) prélevée sur les juifs dhimmis, les revenus des dîmes portuaires (‘ušūr), d’autres produits taxés en nature comme la garance, le sucre, le miel, le beurre clarifié, le savon, la cire, les huiles ou encore les animaux. Il faut enfin y ajouter quelques taxes mineures prélevées pour le compte des percepteurs eux-mêmes en rétribution de leur travail. Le manuscrit mentionne aussi les revenus des propriétés de la famille régnante, ainsi que leur localisation. L’ensemble de ces propriétés revenait en réalité au prince régnant : leurs récoltes étaient directement portées au Trésor et le sultan pouvait en disposer librement.

19Pour chaque province sont mentionnés les noms des institutions ou des familles qui bénéficiaient de fondations religieuses, les waqfs. Selon l’historien contemporain al-Ğanadī (m. après 731/1331), c’est sous le règne d’al-Mu’ayyad que les revenus des waqfs du Yémen furent administrés par le dīwān. Al-Muẓaffar avait farouchement refusé une telle réforme, les revenus des waqfs restant gérés à son époque par les cadis. Le manuscrit comprend aussi des listes d’exemptions de taxes, comprenant le nom de la personne propriétaire, ainsi que la somme d’argent ou la quantité de grains dont ses taxes sont exemptés. Nous trouvons parmi ces personnes les plus grands dignitaires de l’État : vizirs, émirs, membres de la famille sultanienne, mais aussi de plus petits employés, des notables locaux, cheikhs soufis, juges, savants, juristes enseignant dans les villes et les campagnes. Si l’on compare les listes du Livre des revenus avec les recueils de biographie des savants de l’époque rédigées par al-Ğanadī, et à sa suite al-Afḍal al-‘Abbās (Al-‘aṭāya al-saniyya), al-Ahdal (Tuhfat al-zaman) et Bā Maḫrama (Qilādat al-nahr), nous constatons que la plupart des savants exemptés sont aussi mentionnés dans les recueils de biographie. Ajoutés aux travaux dans les wâdîs, à la construction des barrages, des mosquées, des madrasas et des fontaines, le creusement des puits, l’entretien des routes, ces dépenses pour les savants montrent que l’État ne se contentait pas de prélever des taxes, mais en utilisait aussi une partie pour des dépenses utiles à tous.

Un tableau du Yémen au temps du sultan al-Mu’ayyad Dāwūd

20L’Irtifā‘ al-dawla al-mu’ayyadiyya se présente ainsi comme un témoignage essentiel sur le Yémen au début du règne du sultan al-Mu’ayyad Dāwūd.

21Rappelons brièvement quelques éléments de sa biographie. Né à une date inconnu, il aurait eu pour mère une esclave russe, qui avait été offerte en présent au sultan al-Malik al-Muẓaffar, selon l’auteur tihâmî connu sous le nom d’al-Mu‘allim Wuṭaywūṭ. Élevé suivant des pratiques particulières, il devint un jeune homme doué d’une force physique impressionnante et d’une forte personnalité. Son père commença à lui confier des fonctions diverses. C’est ainsi qu’en 687/1288, il fut nommé muqṭa‘ de Sanaa pour faire face à une série de révoltes à Burāš, Bayt Ni‘m, dans les régions de l’est de Sanaa et sur le territoire de Ḫawlān. Il mena une série de combats contres les chérifs et les imams zaydites dans les régions d’al-Ẓāhir, de Ḥağğa et de Shaẓab, jusqu’à les forcer à conclure une trêve avec le sultan al-Muẓaffar en 694/1295, l’année même où al-Muẓaffar fit de son autre fils al-Ašraf ‘Umar son successeur sur le trône, en demandant à tous les dignitaires de lui prêter allégeance. Il nomma dans le même temps al-Mu’ayyad muqṭa‘ du port d’al-Šiḥr, où le jeune prince partit accompagné de sa tante paternelle al-Dār al-Šamsī.

22Lorsqu’al-Mu’ayyad apprit la mort de son père (13 ramaḍān 694/27 juillet 1295) et l’avènement de son frère, il quitta al-Šiḥr pour chercher à s’emparer du pouvoir. Il parvint avec son armée à Abyan, puis prit Aden et la province de Laḥğ, mais fut défait par l’armée envoyée par son frère à Darb al-Du‘ays, au nord de Laḥğ. Fait prisonnier avec ses deux fils al-Ẓāfir et al-Muẓaffar, il fut enfermé dans la forteresse de Ta‘izz sous la surveillance de l’eunuque Kāfūr al-Butūlī, chef des mamlūks. Selon le récit d’al-Mu‘allim al-Wuṭaywūṭ, al-Ašraf aurait rapidement péri empoisonné à la suite d’un complot. Si les autres sources ne mentionnent pas ce fait, aucune ne signale toutefois la maladie ou la blessure qui conduisit à la mort rapide du souverain et toutes signalent les manifestations de joie qui accueillirent la nouvelle de la mort du sultan dans la capitale et la rapidité avec laquelle le sultan al-Mu’ayyad accéda au pouvoir le 7 muḥarram 696/5 novembre 1296. Dès son avènement, al-Mu’ayyad se débarrassa des partisans de son frère défunt en plaçant ses propres hommes aux plus hautes fonctions.

23Bien que les sources mentionnent la révolte de certains membres de la famille sultanienne (son frère al-Mas‘ūd, en 697/1298 ; son neveu al-Nāṣir Muḥammad b. al-Ašraf en 716/1316), son règne fut marqué par une certaine stabilité. Il surmonta victorieusement l’opposition des chérifs zaydites, la rébellion des soldats kurdes cantonnés à Ḏamār, les soulèvements de tribus locales et des chérifs du Miḫlāf Sulaymānī. Il mourut au début du mois de dū al-ḥiğğa 721/décembre 1321 après un règne long de vingt-cinq années.

24Le Livre des revenus montre clairement l’étendue du territoire dominé par al-Mu’ayyad Dāwūd, bien qu’il soit plus réduit qu’à l’époque d’al-Muẓaffar Yūsuf. Aucun revenu n’est en effet mentionné pour la région de Ẓafār (‘Umān) pourtant conquise par les armées d’al-Muẓaffar en 678/1279, ni pour la région du ‘Asīr et de Nağrān, le territoire de Yāfi‘ et Ṣa‘da. Dans de nombreuses provinces, aucune administration ne consignait les revenus dus individuellement par les sujets : l’impôt était versé sous forme de ferme (iltizām) ou de tribut par un notable qui se chargeait lui-même de la collecte sans que l’État intervienne. C’était le cas notamment dans le nord de la Tihâma, c’est-à-dire dans les wādīs situés au sud et au nord du wādī Ḥaraḍ. Il n’existait selon l’auteur du manuscrit aucun registre ou dīwān. Les taxes étaient prélevées par un chef local qui remettait ensuite le total à l’administration fiscale. Tout cela indique que l’État était faible dans cette région, se limitant au contrôle des itinéraires caravaniers et de leurs relais jusqu’à La Mekke.

25L’auteur ne cache pas non plus les difficultés que rencontrait l’administration rasūlide dans les provinces du sud, autour d’Aden. Il indique que les revenus du wādī Laḥğ, du wādī Abyan et de la province d’Aḥwar, baissèrent fortement entre l’époque d’al-Muẓaffar Yūsuf et celle d’al-Mu’ayyad Dāwūd. L’intrusion des tribus bédouines nommées les Ğaḥāfil entraîna en effet la ruine. L’auteur du manuscrit réclame l’installation d’une garnison militaire pour empêcher les bédouins de s’attaquer au wādī Laḥğ. Chemin faisant, il indique aussi que l’administration prenait en charge la mise en culture de l’ensemble du wādī, considéré comme une propriété du dīwān. Les cultivateurs, devenus métayers de l’administration, devaient reverser la moitié des récoltes. Selon le texte, les terres avaient été rachetées aux Ḥiğāziyyūn, terme désignant des chefs de tribus venues de Nağrān, du ‘Asīr et du Bilād Ḥakam à l’époque des Ṣulayḥides (seconde moitié du ve/xie siècle).

  • 7 Cf. Ḥusayn al‑‘Amrī, « Slaves and Mamelukes in the History of Yemen », Yemen 3000 Years of Art and (...)

26Ces difficultés ne doivent pas cacher la grande richesse du sultanat. Ses provinces les plus riches se trouvaient aussi sur les plaines côtières, sous le contrôle étroit de l’État. Dans la province du wādī Zabīd, l’administration dépensait une partie de l’argent des impôts pour la construction de barrages, sans que les cultivateurs aient à payer quoi que ce soit en contrepartie. Les terres étaient divisées en parcelles (šarīğ), alimentées par un canal d’irrigation. Chaque parcelle portait le nom d’un corps de soldats (silāḥdāriya), vraisemblablement chargé de surveiller les barrages. À défaut d’indications antérieures, on peut ainsi faire l’hypothèse que la mise en place de ce système d’irrigation et de divisions en parcelles du wâdî Zabîd pourrait remonter à l’époque d’al-Muẓaffar Yūsuf. L’auteur du manuscrit indique aussi la présence d’esclaves dans le wādī Zabīd appelés ‘abīd Fātik, allusion directe à Fātik b. Ğayyāš b. Najāḥ (m. 551/1156), et ‘abīd al-Sayyid, en référence à ‘Alī b. Mahdī (m. 554/1159). Ces esclaves avaient pour habitude de dissimuler des champs à la vue des agents du fisc, ce qui entraînait une perte pour l’administration. Le texte indique aussi que l’État versait à ces ‘abīd une aide dont ils vivaient. Ces indications renforcent l’hypothèse de certains chercheurs selon lesquels le groupe des aḫdām encore présents aujourd’hui daterait du moment où ‘Alī b. Mahdī réduisit en esclavage les anciens soldats des Nağāḥides qui avaient dominé la Tihāma jusqu’au milieu du vie/xiie siècle7.

27Le grand port d’Aden représentait aussi un enjeu tout particulier pour le sultanat rasūlide. À Aden, al-Mu’ayyad Dāwūd maintint les pratiques en vigueur à l’époque de son père ; il s’intéressa notamment à la saison de vente des chevaux ; honora les marchands du Kārim et facilita leurs transactions ; combla les hūdā des navires venant de l’Inde. Il continua d’entretenir à son époque de bonnes relations avec l’Égypte en envoyant des ambassadeurs et en envoyant régulièrement deux ou trois navires chargés de présents. Une partie des produits tirés des côtes du Yémen était monopolisée par le dīwān, en particulier les perles, pêchées dans des lieux précis le long du littoral de la mer Rouge jusqu’au mouillage d’al-Ḥādith.

28De même, tout l’ambre qui était trouvé sur les rivages yéménites depuis al-Šiḥr jusqu’à Aden était confisqué au profit de l’État. Dans le grand port du Hadramawt, l’État se réservait en outre le monopole de l’achat de quantités énormes d’huile de poisson (Sifa) aux pêcheurs. Cette huile était ensuite revendue aux marchands venus de l’Inde, de Zafār ou de Maqdišū (Mogadiscio) qui l’utilisait pour rendre étanches les coques de leurs navires et de leurs barques. De même, l’État se réservait l’exclusivité de l’achat des dattes aux cultivateurs du Hadramawt, ainsi que l’achat de l’encens. Toutefois, le texte indique l’importance de la corruption dans le port : il critique notamment le comportement des agents de l’État envers les marchands, en les accusant de faire passer leurs intérêts personnels avant ceux de l’administration. À l’est d’al-Šiḥr, le contrôle de l’État rasūlide se faisait plus distant, comme le montre le prélèvement des taxes sous la forme de fermes à Raydat al-Mišqāḥ et Khayrīğ.

29Cet aperçu rapide de quelques données nouvelles que nous apporte ce manuscrit ne saurait épuiser toute sa richesse. Par sa longueur, par le détail de ses descriptions et de ses notations, l’Irtifā‘ est un document majeur sur le territoire yéménite, son organisation et son histoire.

Remerciements

30Au terme de ce travail, je remercie vivement les responsables de la bibliothèque nationale al-Malik Fahd de Riyad d’avoir accepté que je prépare l’édition ce manuscrit. Je tiens à mentionner en particulier le docteur ‘Alī Sulaymān al-Suwayni‘ et le docteur ‘Abd Allāh Munīf qui m’ont entouré par leur gentillesse et leur grande attention lors de ma visite à Riyad pour consulter ce manuscrit et l’étudier.

31Je tiens à exprimer tout mon respect et ma reconnaissance à mon maître, le cadi Ismā‘īl b. ‘Alī al-Akwa‘, pour avoir accepté de préfacer ce livre, et pour avoir suivi notre travail sur le manuscrit depuis ses débuts. Je remercie Éric Vallet pour sa traduction en langue française de l’introduction et de la préface, et pour l’aide qu’il a apportée à la réalisation de ce livre. Ma gratitude va enfin à mes deux chers amis, Roman Stadnicki et ‘Abd al-‘Azīz al-Zubayrī pour l’aide qu’ils ont apportée à la réalisation des cartes.

32De nombreux collègues ont apporté leur aide lors du travail préparatoire à l’édition, et je leur en suis profondément reconnaissant : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Abd al-Karīm al-Malāḥī d’al-Šiḥr pour ses informations sur cette région ; Sa‘īd ‘Alī ‘Abd Allāh de Laḥğ, employé à la bibliothèque des Antiquités, qui nous a aidé pour la terminologie agricole propre à cette région ; le soufi ‘Abd Allāh Hāšim Ġālib al-Surūrī qui nous a accueilli dans la zāwiya du village d’al-Maqāšira dans la région d’al-Ğanad lors de notre visite en mai 2006 et qui nous a donné beaucoup d’indications sur des localités de la région d’al-Ğanad ; Yaḥyā al-Mutawakkil de la ville de Ğibla, qui nous a permis d’identifier certains des villages du Miḫlāf Ğa‘far et de la région d’Ibb ; Aḥmad al-Du‘ays de Ba‘dān, pour les villages de sa région et les villages de la région d’al-Ša‘ir.

33Enfin, je remercie Jean Lambert, directeur du CEFAS, pour son introduction et pour toute l’aide qu’il m’a prodiguée.

34Muḥammad Ğāzim, Sanaa, 10 juin 2007.

Notes

1 Récemment traduit en anglais par G. R. Smith, A medieval administrative and fiscal treatise from the Yemen. The Rasulid Mulakhkhaṣ al‑fiṭan of al‑Ḥasan b. ‘Alī al‑Ḥusaynī, Oxford University Press, 2006 (Journal of Semitic Studies Supplement 20).

2 Édité en facsimilé par G. R. Smith et D. M. Varisco : The manuscript of al‑Malik al‑Afḍal al‑‘Abbās b. ‘Alī b. Dā’ūd b. Yūsuf b. ‘Umar b. ‘Alī Ibn Rasūl. A Medieval Arabic Anthology from the Yemen, E. J. W. Gibb Memorial Trust, 1998.

3 Nūr al‑ma‘ārif fī nuẓum wa‑qawānīn wa‑a‘rāf al‑Yaman fī al‑‘ahd al‑muẓaffarī al‑wārif / Lumière de la connaissance des règles, lois et coutumes du Yémen sous le règne du sultan rasoulide al‑Muẓaffar, CEFAS, Sanaa, 2003‑2005, 2 vol.

4 The manuscript of al‑Malik al‑Afḍal al‑‘Abbās, op. cit., p. 145‑146, 150 et 267.

5 Ibid., p. 148‑149.

6 É. Vallet, Pouvoir, commerce et marchands dans le Yémen rasūlide (626‑858/1229‑1454), Université Paris 1 Panthéon‑Sorbonne, 2006, vol. I, p. 96.

7 Cf. Ḥusayn al‑‘Amrī, « Slaves and Mamelukes in the History of Yemen », Yemen 3000 Years of Art and Civilisation in Arabia Felix, Werner Daum (ed.), Innsbruck, Pinguin Verlag, 1988, p. 140‑157.

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search