Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ارتفاع الدولة المؤيدية

Préface

Jean Lambert

Texte intégral

1La publication du Livre des Impôts, lrtifā‘ al-dawla ai muayyadiyya est le résultat d’une longue aventure. Ce manuscrit si précieux avait quitté le Yémen dans des conditions et à une date qui nous sont inconnues. Fort heureusement, il fut acquis par la Bibliothèque Nationale du roi ‘Abd al-‘Azīz de Riyadh, en Arabie saoudite, où il fut très bien conservé, comme j’ai pu le constater moi-même lors d’une visite en janvier 2006.

2Le mérite de nous avoir signalé cet ouvrage revient au chercheur saoudien Muḥammad al-Fayfī, qui s’intéresse beaucoup à l’histoire du Yémen, et qui en est un grand ami. Muḥammad al-Fayfī, qui a rédigé lui-même un ouvrage sur l’état rasūlide, savait que le CEFAS s’intéressait de près à la dynastie rasūlide et à son histoire économique prestigieuse. Il sollicita lui-même la Bibliothèque Nationale du roi ‘Abd al-‘Azīz, dont le directeur, M. ‘Abd al-‘Azīz Suwaynī, ainsi que le responsable des Manuscrits, le Dr ‘Abdallāh al-Munīf, répondirent favorablement à notre demande. C’est ainsi que nous obtînmes une copie numérisée du manuscrit et que Muḥammad ‘Abd al-Ralḥīm Jāzim, chercheur au Centre et qui avait déjà édité le manuscrit Lumière de la Connaissance (tome 1, 2003 ; tome 2, 2004) fut en mesure d’apprécier la grande valeur de ce manuscrit. Dès lors, il entreprit son édition, qui lui prit plus d’une année de travail à plein temps. Il effectua à Riyad en janvier 2006 une mission de vérification sur l’original qui lui permit de compléter ses observations, en particulier sur les reliures successives et l’ordre original des feuillets.

3Éric Vallet, Maître de conférence à l’Université de la Sorbonne, et spécialiste de la dynastie rasūlide, a bien voulu traduire et adapter en français l’Introduction de Muḥammad Jāzim. Le qāḍī Ismā‘īl b. ‘Alī al-Akwa’, ce grand savant et grand connaisseur de l’histoire islamique et fondateur du Service des Antiquités du Yémen, a bien voulu préfacer cet ouvrage, lui accordant ainsi toute l’attention qu’il mérite. Qu’ils en soient tous deux chaleureusement remerciés. De même, nous devons louer tous les efforts de ‘Abd al-‘Azīz al­Zubayrī pour saisir le manuscrit et l’indexer, et des autres contributeurs qui sont remerciés par Muḥammad Jāzim lui-même dans son Introduction.

4Comme on le sait, les manuscrits yéménites sont en grand danger. La situation économique de la population encourage les propriétaires de manuscrits à les vendre. C’est pour cette raison que le CEFAS a engagé depuis de longues années un processus d’inventaire et de catalogage des manuscrits à Zabid, en coordination avec les propriétaires de manuscrits, qui viennent d’ailleurs de former une association (février 2008). Ce projet pilote, qui est soutenu par le Fonds Social de Développement, a déjà permis la parution de plusieurs volumes et la formation d’une équipe de catalogage sur place (sous la direction de notre collègue Anne Regourd).

5À l’autre bout de la chaîne, la publication des manuscrits les plus précieux, comme l'lrtifā‘, est une autre exigence fondamentale, et ce, quel que soit l'endroit où se trouve le manuscrit. Il est important d‘exhumer ces sciences yéménites et de les mettre en valeur, quelle que soit la bibliothèque publique ou la collection privée où sont .conservés ces manuscrits. C’est ainsi que le CEFAS a fait connaître le contenu de la collection Pierre Bardey de la Bibliothèque Nationale de France, et qu’il informe régulièrement la communauté scientifique à travers son bulletin électronique bi-annuel, Chroniques du Manuscrit au Yémen, dont cinq numéros sont déjà parus en français et en arabe.

6L’impression d’un tel livre n’était pas non plus aisée. Il fallait une excellente qualité d’impression, qui ne pouvait être obtenue que chez l’imprimeur yéménite Print Art. C’est grâce au généreux mécénat de la Banque CALYON et de son précédent directeur, Robin de Mouxy, ainsi que de la société Yemen Catering Service et de son directeur général, M. Assaf Maakaron, que celle-ci put être obtenue. Qu’ils soient tous les deux remerciés chaleureusement.

7Il reste à espérer que cette publication fasse école, et que de nombreux autres manuscrits yéménites qui sont présents à l’extérieur du Yémen puissent être également publiés. Ce patrimoine est bien sûr yéménite mais, du fait qu’il nous propose des enseignements exceptionnels sur la gestion de l’État, il appartient aussi à l’ensemble de l’Humanité. À l’heure où le Yémen sort de son isolement et souhaite s’intégrer dans le Conseil de Coopération du Golfe, il n’y a pas de doute que tous les pays de la péninsule Arabique ont intérêt à coopérer dans la valorisation de ce patrimoine qui leur est commun.

8Sanaa, le 25 avril 2008.

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540