Version classiqueVersion mobile

ارتفاع الدولة المؤيدية

Avant-propos

Qāḍī Ismā‘īl b. ‘Alī al‑Akwa‘
Traduction de Mounir Arbach

Texte intégral

1Force est de constater que durant toute son histoire islamique, le Yémen n’a pas connu un État où la vie scientifique et le savoir se soient développés comme sous le règne des Rasūlides (626–858 de l’hégire/1229–1454 de l’ère chrétienne). Cette période constitue en effet une grande fierté pour l’histoire du Yémen : les sultans rasūlides, qui étaient eux­ mêmes des savants, consacrèrent une grande partie de leurs efforts à la diffusion du savoir. Pour les hommes de lettres et les juristes, ils bâtirent de nombreuses écoles, madrasa‑s, dans les lieux où ils résidaient, partout dans le pays. Leurs proches parents, leurs épouses et leurs dignitaires firent également de même. C’est en raison de l’engouement de cette dynastie pour le savoir que de nombreux savants de diverses spécialités vinrent au Yémen de tout le monde musulman et y rédigèrent des ouvrages rares et originaux comme le Yémen·n’en avait jamais connus auparavant.

2Parmi ces ouvrages rares figurent l’« hexaglote » du sultan al‑Afḍal al‑‘Abbās b. al­Mujā hid ‘Alī b. al‘‑Mu’ayyad, qui contient deux mille entrées traitant de sujets aussi divers que l’art culinaire, l’habillement, l’équitation, la santé et l’autopsie. L’auteur commence son dictionnaire encyclopédique par le mot Allāh, en donnant sa traduction dans d’autres langues. Pour chaque terme, on trouve l’équivalent en plusieurs langues: persan, turc, grec, latin, arménien et mongol. D’autres ouvrages très inventifs ont été également rédigés à l’époque du sultan rasūlide al‑Malik al‑Ashraf Ismā ‘īl, comme le ‘Unwān al‑sharaf al‑wāfī fī ‘ilm al‑fiqh wa‑l‑ta’rīkh wa‑l‑nawu wa‑l‑qawāfī de Sharaf ad‑Dīn lsmā‘īl b. Abī Bakr al‑Muqrī, mort dans la ville de Zabīd en 837 de l’hégire. Cet ouvrage, composé d’un seul texte, donne à lire quatre livres différents (droit, histoire, grammaire et métrique), selon le sens de la lecture.

3Plusieurs ouvrages de l’époque rasūlide, inconnus auparavant du public, ont été connus grāce à notre cher disciple, le savant Muḥammad ‘Abd al‑Raḥīm Jāzim qui a édité en deux tomes le Nūr al‑ma‘ārif [Lumière de la connaissance. Règles, lois et coutumes du Yémen sous le règne du sultan rasūlide al‑Malik al‑Muẓaffar]. Cet ouvrage, rédigé sous le règne du sultan al‑Muẓaffar Yūsuf b. al‑Malik al‑Manṣūr ‘Umar b. ‘Alī ar‑Rasūlī, mort en 694 de l’hégire/1295 de l’ère chrétienne, est d’une grande importance pour l’étude de l’organisation économique et sociale de l’époque rasūlide. Aujourd’hui, Muḥammad ‘Abd al‑Raḥīm Jāzim nous dévoile un autre ouvrage rasūlide intitulé Irtifā‘ ad‑dawla al­Mu’ayyadiyya [Le Livre des revenus du sultan rasūlide al‑Malik al‑Mu’ayyad Dāwūd b. Yūsuf (m. 721/1321)]. Ce livre a été signalé par le sultan al‑Afḍal dans son anthologie publiée en fac­similé par G. R. Smith et D. M. Varisco, The Manuscript of the sultan al‑Afal al‑‘Abbās. Ce Livre des Revenus, rédigé sous le règne du sultan al‑Mu’ayyad Dāwūd b. al‑Malik al‑Muẓaffar (m. 721/1321), est un ouvrage rare par son contenu : il traite des revenus des régions du Yémen durant une année complete ; en outre, il contient des informations précieuses sur la vie économique du Yémen à l’époque rasūlide. On ne peut qu’être admiratif de l’ensemble des efforts déployés par Muḥammad ‘Abd al‑Raḥīm Jāzim pour exhumer ces documents essentiels à l’histoire de l’État rasūlide. J’ai moi‑même consacré un livre à l’histoire de cette dynastie et, dans mes principaux ouvrages, je me suis toujours attaché à mentionner ses vestiges archéologiques, ses madrasa‑s et ses œuvres intellectuelles. Ce nouveau Livre des Revenus apporte sur tous ces sujets des informations inédites et précieuses.

4Pour terminer, je voudrais souhaiter à Muḥammad ‘Abd al‑Raḥīm Jāzim, notre fils spirituel dans la science, beaucoup de succès pour ses futurs travaux de recherche. Et je tiens également à saluer les grands efforts déployés par le Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa et par son directeur, Jean Lambert, qui ont permis la publication de cet ouvrage·.

5Sanaa, le 26 jumāda al‑awwal 1428/12 juin 2007.

Auteur

Ancien président de l’Organisation générale des Antiquités, des Musées et des Manuscrits du Yémen,

Mounir Arbach (Traducteur)

Chargé de recherche au CNRS, Laboratoire des Études sémitiques anciennes (LESA), UMR 8167, Collège de France, Paris

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search