Version classiqueVersion mobile

Art rupestre et peuplements préhistoriques au Yémen

 | 
Marie-Louise Inizan
, 
Madiha Rachad

Conclusion générale

Marie-Louise Inizan

Texte intégral

1En 1983, lors des premières prospections aux alentours du site antique de Shabwa, les vestiges lithiques découverts au sol révélaient des occupations préhistoriques insoupçonnées dans la région. D’emblée, les concentrations de bifaces, d’un débitage Levallois et de quelques outils, à la surface du plateau, indiquaient une présence humaine au Pléistocène à proximité du désert du Ramlat as-Sab‘atayn. Une autre surprise fut la découverte, toujours à la surface, mais au pied des falaises, d’un foyer associé à quelques outils lithiques, dont des armatures de flèche retouchées par pression signaient la présence de chasseurs à l’Holocène, ce qui fut confirmé par une première datation au radiocarbone. En revanche l’exploration des nombreux abris creusés dans les falaises calcaires, qui auraient pu piéger des couches archéologiques, avait été décevante car ils étaient tous transformés en bergerie depuis bien longtemps et les indices d’une possible occupation préhistorique avaient disparu. En fait, la découverte par K. Amikhanov, dans un abri à Ḥabarūt, d’une séquence stratigraphique datant de l’Holocène ouvrait pour la première fois un nouveau champ d’investigation chronologique. Néanmoins le constat était simple et limité : il existait des occupations sans relation apparente, d’une part, de type paléolithique ancien et d’autre part, de type néolithique.

2On a vu que les sites les plus anciens sont toujours aussi difficiles à dater et l’origine des premiers peuplements n’est pas élucidée (chap. I) : quel rôle ont joué respectivement la mer Rouge à l’ouest et le Proche-Orient au nord ? L’exploitation d’un (ou de plusieurs) gisement en place dans un niveau datant du Pléistocène, récemment repéré dans le wādī Surdūd (Tihāma), contribuera à préciser les peuplements pléistocènes non seulement du Yémen mais aussi de toute l’Arabie (chap. I).

3En revanche, depuis 25 ans, la connaissance des peuplements préhistoriques, à partir de l’Holocène moyen, a considérablement progressé grâce à la découverte de nombreux sites datés au carbone 14 sur tout le territoire. Désormais la localisation de nombreuses installations préhistoriques et la présence d’animaux maintenant disparus, comme le buffle et l’aurochs, trouvent une justification grâce aux précisions sur le dernier optimum climatique (chap. IV et V). Néanmoins les sites stratifiés bien conservés sont encore peu nombreux et la culture matérielle récoltée dans des gisements de surface est essentiellement représentée par des industries lithiques. C’est pourquoi, il avait paru indispensable d’intégrer toutes les données disponibles, de la culture matérielle à l’art rupestre répandu sur tout le territoire, expression symbolique et artistique.

4La pratique de l’art rupestre, malgré les imprécisions qui subsistent sur les attributions chronologiques, semble débuter avec des gravures d’animaux qui ont disparu aux alentours des viievie millénaires av. J.-C., lors du dernier optimum climatique, du côté des montagnes centrales. Au fur et à mesure des prospections et des explorations, tout le pays semble concerné. C’est pourquoi, devant l’ampleur des panneaux peints répertoriés dans les abris sous roche de la région d’al‑Ḍāli‘, il était important d’en proposer la publication dans cet ouvrage (chap. IX).

5La chasse domine les thèmes développés dans les abris ornés de la région de Saada. L’opposition entre le réalisme des animaux et la représentation humaine schématique, parfois travestie, suggère une fréquentation d’ordre symbolique ou religieux, bien codifié dans ces abris. L’emplacement de nombreux panneaux impliquant la mise en œuvre d’échafaudages et la lisibilité de certaines gravures parmi les plus anciennes, seulement à l’aube et à la tombée du jour, indiquent aussi une organisation élaborée et complexe dans leur réalisation (chap. VII).

6Qui sont alors ces chasseurs artistes dont nous ne connaissons pas les ancêtres directs ? En effet l’énigme de l’occupation à l’Holocène ancien n’est pas encore résolue. Or l’aridité ne peut expliquer l’absence de peuplements dans les montagnes et les Hautes-Terres du Yémen et du Sultanat d’Oman, encore arrosées et souvent verdoyantes, qui se distinguent, comme actuellement, des étendues désertiques et très arides d’une grande partie de la péninsule Arabique.

7Les activités de chasse et l’exploitation des ressources se décryptent à travers l’équipement mobilier disponible, dominé par l’industrie lithique taillée avec deux grands groupes d’outils : des armatures de formes diverses pour la capture du gibier et des grattoirs pour le travail des peaux (chap. VI).

  • 1 Cremashi, Negrino, 2002 : pl. 5, 8, 11.

8Cependant l’originalité de certaines méthodes de taille, élaborées pour fabriquer des supports pour des armatures de chasse, montre l’existence dans le sud de l’Arabie de communautés partageant les mêmes savoirs techniques, savoirs ignorés dans le nord et l’est ou de l’autre côté de la mer Rouge (chap. II). Ainsi la pratique du « flûtage » sur certaines armatures est un fait unique dans l’Ancien Monde. Il existe aussi un débitage laminaire particulier, lui aussi réservé à des armatures, les « pointes de Wa’sha », identifié dans le Hadramawt et sans doute dans le Dhofar, aux alentours de Khor Rori1.

9Si les gisements ont livré de nombreuses armes de chasse, la nature du gibier est encore mal connue. C’est donc l’art rupestre, malgré les réserves qui s’imposent sur le choix des espèces représentées, qui nous renseigne sur les animaux chassés et peut-être vénérés (chap. VII et VIII). Ainsi la chasse rituelle au bouquetin, pratiquée il y a peu de temps encore dans le Hadramawt, plonge certainement ses racines à l’aube du Néolithique. On peut noter aussi l’importance de la représentation de l’âne, toujours dans les Hautes-Terres : cet animal sobre, particulièrement adapté aux montagnes yéménites, fut massivement chassé dans la plaine de la Tihāma aux environs des viie-vie millénaires av. J.-C. Quand et dans quelle région fut-il domestiqué ? L’âne a peut-être été le premier animal de bât utilisé et vénéré au Yémen. On doit aussi signaler la présence discrète mais constante du serpent, à travers les millénaires.

10N’oublions pas les techniques dont l’étude raisonnée, avec les nouveaux moyens modernes d’investigation, a beaucoup à nous apprendre sur les exécutants et sur leur équipement.

11Enfin, au ive millénaire av. J.-C., la domestication animale se répand au Yémen, puis l’agriculture, sans doute à partir des Hautes-Terres. Avec les premières organisations villageoises on assiste à une augmentation démographique significative. C’est à nouveau la représentation rupestre qui témoigne de la naissance et de l’essor du pastoralisme. Puis, dans cette région du monde, l’arrivée du dromadaire, domestiqué aux alentours des IIe‑Ie millénaires av. J.-C. et très présent dans l’art rupestre, va transformer radicalement les relations interrégionales dans les Basses-Terres et le long des franges du désert central d’Arabie, jusqu’au nord de la Jordanie.

12C’est alors la fin de la Préhistoire !

Notes

1 Cremashi, Negrino, 2002 : pl. 5, 8, 11.

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search