Version classiqueVersion mobile

Art rupestre et peuplements préhistoriques au Yémen

 | 
Marie-Louise Inizan
, 
Madiha Rachad

IX. Jarf al-Ibil et Jarf al-Nabīrah, deux sites rupestres de la région d’al-Ḍāli‘

Frank Braemer, Pierre Bodu, Rémy Crassard et Muhamad Manqūsh

Texte intégral

Fig. 45 – La région d’al-Ḍāli‘.

Fig. 45 – La région d’al-Ḍāli‘.

1Ḍāli‘. À une bonne heure de marche des villages et des zones agricoles, les sites ont été visités par les auteurs au printemps 2002. Localisés à l’ouest du gouvernorat, dans un massif montagneux à reliefs de grès tabulaires extrêmement disséqués par des vallées profondes aux parois abruptes (fig. 45), les deux sites sont des abris sous roche peu profonds, de deux à trois mètres au maximum mais très allongés, jusqu’à 25 ou 30 mètres, creusés dans la partie supérieure des falaises sous les derniers ressauts au sommet des massifs.

Jarf al-Ibil, “grotte des chameaux”

2Le premier site accessible, Jarf al-Ibil, est un abri localisé sous la calotte tabulaire au sommet d’un petit promontoire gréseux (fig. 46). La majorité des peintures et des gravures représentées sur les parois du porche a été détruite récemment. Seuls quelques témoins ont résisté aux dégradations essentiellement dues à la chaleur de feux qui ont entraîné l’enfumage et parfois l’effondrement de la paroi rocheuse.

Fig. 46 – Le site de Jarf al-Ibil

Fig. 46 – Le site de Jarf al-Ibil

3Quelques peintures éparses encore visibles sont celles de caprinés (bouquetins ?) et de diverses lignes, courbes et droites, dont certaines ont dû appartenir à des représentations plus réalistes.

4Face au porche, trois bouquetins ont été gravés sur un gros bloc effondré (fig. 47). Deux de ces caprinés sont face-à-face et leurs corps stylisés sont surmontés de très longues cornes. Les dimensions générales de chaque animal sont de 25 cm de haut pour 20 cm de long.

Fig. 47 – Jarf al-Ibil. Bouquetins gravés sur un bloc effondré.

Fig. 47 – Jarf al-Ibil. Bouquetins gravés sur un bloc effondré.

Jarf al-Nabīrah

5L’abri sous roche de Jarf al-Nabīrah, très allongé et ouvert au sud-ouest, est situé à moins d’un kilomètre de Jarf al-Ibil. Une falaise au sommet du plateau le domine (fig. 48).

6

Fig. 48 – Le site de Jarf al-Nabīrah

Fig. 48 – Le site de Jarf al-Nabīrah

7Le panneau principal est peint et gravé sur près de 20 m de long, ce qui correspond à peu près à la longueur totale du porche, et sur une hauteur moyenne de 2 m, pouvant atteindre 2,70 m. La largeur de la plate-forme sur laquelle les artistes ont opéré est d’environ 7 à 8 m. Celle-ci a été en partie saccagée par des pilleurs qui ont même creusé dans la roche mère.

8Les peintures comptent plus de 300 représentations, souvent de petits modules alors que les gravures plus rares ont parfois de plus grandes proportions.

9De nombreuses représentations zoomorphes parmi lesquelles dominent les bovinés (environ 130) avec aussi des caprinés (environ 30), bouquetins, gazelles ou chèvres, et peut‑être des canidés, s’articulent avec 45 figures anthropomorphes formant des scènes indépendantes les unes des autres. Il s’agit de représentations de troupeaux et de scènes de danse ou de prière qui peuvent être superposées. Des scènes avec de grandes figures anthropomorphes, remarquables par leurs dimensions et leur position centrale, sont plus difficiles à interpréter. En dehors de ces scènes, il y a de nombreux sujets isolés.

10Un second panneau plus petit (environ 2 x 2 m) est visible à une vingtaine de mètres à gauche du grand panneau, dont il est séparé par quelques gros blocs effondrés.

Les styles

11Les représentations des animaux et des personnages sont variées et bien caractérisées.

Les thèmes

12Les figures anthropomorphes sont toujours représentées de face, à une exception près, avec certains personnages en silhouette ayant un sexe exagérément allongé ou un étui pénien.

13Des négatifs de mains droites et gauches sont exécutés sur la paroi de la section 1 et sur la zone supérieure du grand panneau.

14Les animaux sont toujours représentés de profil.

15Les bouquetins sont réalisés en silhouettes avec les cornes dressées ou en large arc de cercle rejoignant presque le garrot. Un exemple présente des nodosités bien dessinées. Ces animaux paraissent toujours isolés les uns des autres.

16Les bovinés représentés en silhouettes, avec une encornure de face “en lyre” plus ou moins réaliste, sont pour la plupart entièrement peints en à-plat monochrome. Dans quelques cas, des robes sont différenciées par des décors stylisés ou géométriques : ligne horizontale avec série de demi-cercles pendants, série de chevrons opposés, rectangles pleins, damiers ou quadrillage. La plupart des bovinés sont représentés en troupeaux, bêtes en files ou groupées en amas.

17Les signes et motifs géométriques constituent des représentations symboliques très stylisées, allant du simple trait aux formes complexes quadrillées ou en damier, et aux rectangles, dont l’intérieur est parfois rempli de lignes parallèles.

18Quelques dessins évoquent des végétaux, dont un arbre caractérisé et des édifices (greniers ?).

  • 1 Elles ont été déchiffrées par Mounir Arbach et consistent en listes de noms propres.

19Enfin, une douzaine d’inscriptions sudarabiques1, parfois associées à une représentation figurée, suggèrent une fréquentation du site dans la deuxième moitié du imillénaire av. J.‑C.

Les formats

20Les personnages sont de trois modules : une moyenne des hauteurs de 5 cm, de 10 à 12 cm, et, dans trois cas, 30 à 50 cm.

21Les bovinés sont dessinés sur des modules analogues d’une longueur de 5 à 10 cm, 15 à 20 cm et exceptionnellement 25 cm.

22Les bouquetins sont en général d’un module homogène de 10 à 12 cm de longueur.

23Les mains sont grandeur nature puisqu’elles sont réalisées à l’aide de leur modèle en négatif.

Les techniques

24Les peintures mettent en œuvre les techniques du pochoir par pulvérisations pour les mains, des tracés linéaires ou encore des ensembles de points réalisés à l’aide d’un pinceau ou d’un outil comparable.

25Les couleurs étant parvenues jusqu’à nous avec des degrés de dégradation différents, la gamme des couleurs observées évolue du rouge clair au brun, généralement autour de l’ocre.

26Les gravures sont principalement réalisées avec la technique du piquetage et sont parfois soulignées par de la peinture.

27Ces premières observations rapides ont permis d’identifier au moins trois générations de peintures et de gravures qu’un relevé détaillé permettrait de préciser.

Le grand panneau

28Le panneau ne représente pas une scène unique qui s’étendrait sur toute la surface : il est constitué par une série de groupements cohérents, véritables scènes entre lesquelles ou par-dessus lesquelles ont été peints ou gravés au coup par coup des motifs isolés ou groupés par deux ou trois. Ces différentes interventions démontrent une fréquentation des lieux assez longue et répétée, la dernière, trop actuelle, étant caractérisée par des dégradations ou des inscriptions et dessins à la craie blanche. Si l’on peut établir des chronologies relatives des interventions par place, il est en revanche difficile à ce stade de l’étude d’en faire une chronologie générale.

29Des mains négatives, majoritairement gauches, sont situées en haut de la partie centrale du panneau principal ; elles paraissent recouvertes par des figurations animales, et effacées dans le bas du panneau central. On peut donc penser que ces motifs de mains sont parmi les plus anciens. Les inscriptions sudarabiques paraissent être les interventions les plus récentes.

30Les ensembles cohérents principaux sont décrits ci-dessous de gauche à droite.

31Une première section comprend une petite niche naturelle à gauche (pl. 10) avec une série de 7 mains gauches négatives, verticales, partiellement recouvertes par une inscription, un boviné et un bouquetin. À droite de cette niche, le début du panneau (pl. 11) est dominé par la présence de bouquetins dispersés sur la surface sans logique apparente. Une concentration d’inscriptions sudarabiques en haut à gauche constitue un ensemble, ainsi que deux motifs de damiers verticaux. Les autres dessins paraissent réalisés de manière isolée : un grenier (?), un motif non interprété, un boviné monté par un homme (?), un boviné, une inscription et des séries de traits verticaux, dans un cas inscrits dans un rectangle.

32Une deuxième section (pl. 12) est occupée principalement par un troupeau de bovinés groupés en amas.

33Une troisième section (pl. 12) est plus complexe :

  • en bas un troupeau d’au moins 18 bovinés de format moyen, en file, avec à droite un homme armé d’un arc, accompagné d’un canidé ;

  • au-dessus à droite une file de 10 humains (H : 15 cm env.) dansant les bras levés avec à gauche un troupeau de 7 bovinés de petit format en paquet, et deux autres humains ;

  • au-dessus, une scène associant deux grands personnages (H : 30 cm) gravés et piquetés. Celui de gauche est présenté avec la tête de profil, main gauche dressée ; il porte une robe et est pourvu d’une arme et d’une ceinture peintes. Le personnage de droite, placé sur une ligne de sol légèrement en dessous de l’autre, est de face, les mains sur les hanches ;

  • au sommet une inscription et deux mains négatives.

34Une quatrième section (pl. 13) : l’espace est principalement occupé par deux troupeaux de bovinés en amas, pratiquement superposés, l’un avec des animaux de format moyen, l’autre avec des animaux de petit format.

35À droite des deux troupeaux, un grand personnage gravé (H : 50 cm) paraît associé à une silhouette de bouquetin gravée à sa droite, dont la crinière est soulignée par des petits traits verticaux peints. Le personnage a les mains sur la taille, les bras pliés et un décor de traits et chevrons forme le remplissage de son corps. Ce style se retrouve ailleurs sur le site, sur des personnages et surtout des bovinés plus petits.

36Une cinquième section (pl. 13) présente en bas deux bouquetins gravés surmontés d’un troupeau de petits bovinés en file avec au-dessus, à droite un grand blason de 6 rectangles pleins et à gauche un troupeau en amas de bovinés de moyen et grand format.

37Une sixième section (pl. 14) superpose trois troupeaux de bovinés en file, de petit format en bas, moyen format pour les deux autres en haut, avec au centre un grand boviné et deux plus petits. Ces trois animaux tranchent sur les autres par leur style. À gauche, le plus grand, la tête en profil droit, est affronté aux deux autres en file. Les contours sont faits d’un large coup de pinceau, le corps est laissé sans couleur ; les têtes des deux animaux de droite sont réduites à une pointe dominée par une toute petite encornure. La tête du grand animal de droite est un peu plus large, sans cornes (jamais dessinées ou effacées) ; il possède une queue largement développée se terminant par un toupet en râteau. Un semis de silhouettes de personnages, groupés principalement en deux ensembles dans la partie supérieure du panneau, est difficile à interpréter : doit-on les isoler des troupeaux ou bien faut-il les associer ? Un personnage est muni d’un fouet. Une main négative domine le panneau.

38Dans une septième section (pl. 15), les sous-ensembles sont plus éparpillés. En bas, on a à droite les restes d’une file de petits bovinés, et à gauche une série de groupes de rectangles à traits verticaux. Un deuxième registre est constitué de signes et de quelques bovinés et caprinés isolés. Au-dessus, se trouvent deux séries de personnages de deux formats différents limités à droite par un grand blason de 5 rectangles pleins, surmontés d’une série de traits verticaux et d’un végétal (?), le tout entouré d’une ligne grossièrement gravée.

39Une huitième section (pl. 16) montre à gauche une série d’inscriptions et à droite des quadrupèdes et un bouquetin.

40Enfin la neuvième section (pl. 17) à l’extrémité droite du panneau, est essentiellement constituée de sept séries de traits verticaux, avec à l’extrême droite un quadrupède isolé.

Le second panneau

41Sur un second panneau plus petit à la gauche du panneau principal, les représentations peintes de bovinés sont identiques à celles du panneau principal, mais se singularisent par l’emploi exclusif de la couleur blanche (pl. 18).

Quelques remarques

42Les superpositions et les différences de style ou de format témoignent d’une longue fréquentation des abris par les auteurs des représentations rupestres.

43L’ensemble peut être attribué aux styles III et IV tels qu’ils sont définis dans cet ouvrage (chap. VIII), c’est-à-dire la période post-néolithique, vraisemblablement entre le iie et la fin du ie millénaire, à l’exception des mains négatives qui pourraient être un peu plus anciennes.

44On retrouve dans les représentations des parallèles avec les régions voisines. Ainsi on observe, dans la région de Saada, de grands personnages avec les mains à la taille (fig. 74, 123).

  • 2 Garcia, Rachad, 1997 : fig. 98.

45Les petits personnages stylisés rappellent ceux observés au wādī Qaraḍah, dans le wādī Sirr, proche de Sanaa2.

46Les troupeaux de bovinés sont similaires à certains de Jabal al-Makhrūq (fig. 93) bien que plus nombreux et plus développés.

  • 3 Ibid. : p. 86-87.

47Les grands bovinés à très petite tête rappellent fortement ceux du wādī Qaraḍah3.

48Les signes avec de grands à-plats de couleur rectangulaires sont similaires à ceux de Jabal al‑Makhrūq (fig. 92).

49Cependant les ressemblances sont somme toute relativement limitées. La singularité des représentations du Jarf al-Nabīrah est certainement dans le développement des scènes de troupeaux et des scènes avec les grands personnages. Par ailleurs, l’usage dominant de la peinture rouge ou blanche, et de techniques mixtes gravure-peinture, est également caractéristique de ces sites.

50Ces derniers gisements témoignent de l’existence d’un art rupestre dans cette partie du Yémen, possédant les mêmes caractéristiques stylistiques générales connues dans le reste du pays. Certaines particularités laissent penser à des styles locaux ayant pu avoir des développements propres : l’importance du pastoralisme et certaines scènes avec des personnages en seraient les marques les plus nettes.

Notes

1 Elles ont été déchiffrées par Mounir Arbach et consistent en listes de noms propres.

2 Garcia, Rachad, 1997 : fig. 98.

3 Ibid. : p. 86-87.

Table des illustrations

Titre Fig. 45 – La région d’al-Ḍāli‘.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1639/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 46 – Le site de Jarf al-Ibil
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1639/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Fig. 47 – Jarf al-Ibil. Bouquetins gravés sur un bloc effondré.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1639/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Fig. 48 – Le site de Jarf al-Nabīrah
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1639/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search