Version classiqueVersion mobile

Art rupestre et peuplements préhistoriques au Yémen

 | 
Marie-Louise Inizan
, 
Madiha Rachad

VIII. Thèmes de l’art rupestre

Madiha Rachad

Texte intégral

1L’art rupestre préhistorique est principalement un art animalier. Au Yémen il n’échappe pas à cette règle car la plupart des sujets représentés sont des animaux identifiables. Cependant le recensement exhaustif montre aussi que la représentation humaine n’est pas négligeable, ainsi que celle de signes abstraits. Le langage symbolique de l’art rupestre est particulièrement perceptible dans la représentation humaine, souvent schématique, aux visages masqués évoquant des êtres imaginaires.

  • 1 Nayeem, 2000 : p. 343 ; Khan, 2000 : fig. 24, dromadaire “marqué” à Himna, au sud de l’Arabie Saoud (...)

2Il a semblé plus clair de présenter, d’une part les figures explicites, animales et anthropomorphes, et d’autre part, les signes, certes déchiffrables mais difficilement interprétables. Certains d’entre eux, dénommés en arabe contemporain wusūm, indiqueraient une appartenance tribale en délimitant des territoires dont la tradition remonterait à l’Âge du Bronze et pourraient concerner aussi le marquage des animaux, qui existe jusqu’à nos jours1.

3Le tableau suivant offre une répartition des figures explicites selon les seuls styles I, II et III. Le style IV, plus tardif, a été écarté car il est trop peu documenté et manque de cohérence dans le corpus, qui concerne essentiellement des sites des Hautes-Terres, aux environs de 2000 mètres d’altitude, déterminant donc un certain type de faune.

Fig. 38 – Répartition des figures explicites des styles I, II et III.

Fig. 38 – Répartition des figures explicites des styles I, II et III.

Les animaux

4On remarque que le nombre des espèces animales est limité et qu’il n’offre pas une image représentative de la faune existante. Par exemple, on connaît la présence des fauves, en grand nombre d’après les textes historiques sudarabiques. Or les lions, guépards et panthères sont absents ou très peu présents sur les panneaux alors que la famille des bovidés, ruminants à cornes, domine. Il n’y a pas d’oiseaux et les petits mammifères sont rares avec quelques chacals, genettes (fig. 76). En revanche, le serpent est présent discrètement, dans tous les styles.

Les bovidés

5La famille des bovidés, avec 42% de la représentation, domine les autres espèces animales (équidés, félidés, canidés, reptiles, etc.). Les sous-familles, les bovinés d’une part (bœuf, aurochs et buffle) et les caprinés sous la forme unique du bouquetin et de quelques antilopes d’autre part, sont représentées à égalité.

Fig. 39 – Répartition des bovinés.

Fig. 39 – Répartition des bovinés.

Les bovinés (bœuf, aurochs et buffle)

6Les figures gravées ou peintes des bovinés sont omniprésentes dans toutes les périodes et représentent 21% de l’ensemble du corpus animalier. Trois grands bovinés, le buffle, l’aurochs et le bœuf, dont on a retrouvé les ossements fossilisés dans les fouilles, sont présentés de préférence seuls, en profil droit, la tête ainsi que l’encornure vues de dessus. Les animaux vus de face sont rares.

7En fait, les artistes figurent l’animal selon une convention presque immuable, quel que soit le style ou la qualité d’exécution, le rendant immédiatement identifiable.

8À partir du style III, à l’Âge du Bronze, on observe la présence d’animaux domestiques (Bos Taurus) en troupeau et le plus souvent peints.

9Le buffle et l’aurochs sont gravés dès la période la plus ancienne de l’art rupestre, sous la forme d’un animal isolé de grande dimension, à cornes démesurées s’enroulant vers l’avant, le corps vu de profil ; un petit de l’animal est parfois inscrit dans le contour ventral (fig. 62, 63, 64).

10Un seul panneau au Wādī Rūbay‘ présente plusieurs grands bovinés de style I, mais dans ce cas, il existe des superpositions qui impliquent une difficulté de lecture : il s’agit d’une succession de gravures dont la composition finale reste cohérente, comme si les graveurs continuaient l’œuvre de leurs prédécesseurs (fig. 118-119).

11Le buffle est également associé dans une scène complexe avec des personnages cornus, l’un d’eux porte des cornes de boviné, l’autre une coiffure de cornes de bouquetin (fig. 87, style II).

12Une seule figure de buffle ocellé a été reconnue au Jabal al-Makhrūq (fig. 99).

13Les bovinés peints apparaissent dans le style III. Les figures sont composées, soit en grande dimension, soit en troupeaux accompagnés de signes géométriques ou de personnages (fig. 95, 97, 145). On trouve également quelques figures isolées de bovinés de taille moyenne à très petite (fig. 96). Une représentation humaine gravée se superpose à des bovinés peints (fig. 93).

14Ce sont des silhouettes en à-plat dont seuls les attributs caractéristiques – cornes, queue – permettent l’identification. L’allure du corps est plutôt massive, les pattes sont rarement individualisées. Cet aspect schématique semble lié à la technique d’exécution utilisée dans les figures filiformes (stick‑drawing) (fig. 105).

Les caprinés

15Il semble que le bouquetin d’origine africaine (Capra ibex nubiana), dont les ossements ont été identifiés dans les fouilles (chap. IV), soit le seul capriné sauvage appartenant au sol yéménite.

  • 2 Le Quellec, Cervicek, 1991 : bouquetin attaqué par des chiens ; Nayeem, 2000 : fig. 189.

16Le bouquetin de Nubie a des nodosités caractéristiques sur les cornes, qui sont lisibles sur la fig. 138 dans le site du Jabal Ṣamā’. Au nord de l’Arabie Saoudite, dans les sites de Tabuk et de Jubba, les cornes d’un bouquetin gravé portent aussi des nodosités hypertrophiées2.

17Le bouquetin approche 21% de la représentation animalière, égalant celle des bovinés. Le plus souvent gravé, il en existe cependant des figures peintes. Il est courant dans les montagnes du Yémen comme dans les montagnes de la Péninsule Arabique. On le trouve dans des scènes de chasse, affronté à une meute de trois à quatre chiens (fig. 55, 69). Il est représenté en grandeur nature avec de longues cornes recourbées en arrière, coupant l’échine après le garrot, en profil parfait (fig. 79) ; il est souvent sexué. Sa représentation dans l’art rupestre semble postérieure, par sa technique de gravure et son réalisme, aux premières gravures des grands bovinés, mais elle apparaît très tôt, dès le Néolithique (chap. VI).

  • 3 Gravure photographiée par C. Robin dans le wādī Durah, à 15 km à l’ouest de Nisab.

18La représentation du bouquetin et surtout les scènes de chasse réalistes et stéréotypées semblent se poursuivre sans interruption jusqu’à nos jours. Dans la période historique, on retrouve une scène de chasse identique, avec un bouquetin toujours représenté de profil et la tête retournée vers l’arrière. Deux chiens, dont les noms sont indiqués en langue sudarabique, lui font face3. Il existe également des scènes composées d’un couple de bouquetins au pied d’un personnage couché (fig. 60), ou avec des personnages cornus accompagnés d’autres animaux, comme le chacal (fig. 87, 97, 143).

Les premières représentations symboliques d’une chasse rituelle perpétuée jusqu’à nos jours ?

  • 4 Avanzini, 2005.

19La représentation du bouquetin est répandue en Arabie du sud préislamique. On l’observe notamment dans l’ornementation architecturale : bouquetins debout, couchés, accolés, ornant également des inscriptions, des autels à encens et des lampes en bronze. A. Avanzini4 insiste sur le caractère systématique du rôle symbolique du bouquetin dans l’art sudarabique dès la période archaïque, supposant que cette présence doit trouver une explication dans le deuxième millénaire, précédant la civilisation sudarabique.

  • 5 Sergeant, 1976.

20R.B. Sergeant, dans son ouvrage sur la chasse en Arabie du Sud en 19765, insiste sur le rôle que joue le bouquetin non seulement dans les rites de chasse mais aussi dans les promesses agricoles car une bonne saison d’irrigation dépendrait du succès de la chasse aux bouquetins. La chasse serait alors un acte rituel, gage de prospérité à l’occasion de la fondation ou de l’achèvement d’un bâtiment, comme les sacrifices d’animaux domestiques accomplis dans des circonstances analogues, observés dans l’Arabie du sud jusqu’à nos jours. Des textes datant du viiie siècle av. J.‑C., gravés sur des piliers de temples sudarabiques, mentionnent non seulement la chasse aux bouquetins mais aussi le caractère symbolique ou divin de cet animal. Le bouquetin serait l’animal symbole d’une divinité le plus souvent représentée après le taureau et il symboliserait ou serait un attribut des dieux Almaqah et Ta’lab, justifiant la fréquence de sa représentation.

  • 6 Ryckmans, 1976 : p. 301.

21Pour J. Ryckmans, « le dieu Almaqah porte dans des inscriptions sabéennes l’épithète de “Seigneur des bouquetins de Sirwāh” ». D’après son nom qui signifie “bouquetin”, le dieu Ta’lab était un dieu‑bouquetin. Dans la région de Riyam, le bouquetin lui était consacré et sa chasse réglementée. Comme ce même dieu est le patron du petit bétail domestique, dans la même région, un lien symbolique et magique semble exister entre l’état du gibier et celui du petit bétail. On peut donc concevoir que le succès de la chasse au bouquetin ait constitué une sorte de présage pour la prospérité des troupeaux6.

  • 7 Pirenne,1980–1984 ; Sergeant, 1976 ; Ryckmans, 1976 ; Höffner, 1965 ; Hamilton, 1949 ; Sergeant,197 (...)

22Ainsi le chapiteau préislamique provenant de Ḥuṣn al-‘Urr en Hadramawt, déposé au musée d’Aden, qui présente sur une des faces une scène avec des bouquetins, a inspiré plusieurs auteurs avec différentes interprétations de la même scène7 (fig. 40).

Fig. 40 – Ḥuṣn al-‘Urr. Chapiteau préislamique. Musée d’Aden. Pirenne, 1980.

Fig. 40 – Ḥuṣn al-‘Urr. Chapiteau préislamique. Musée d’Aden. Pirenne, 1980.
  • 8 Ryckmans, 1976 : p. 299.

23J. Ryckmans invoque des bouquetins en liberté, représentés dans leurs attitudes caractéristiques, ce qui l’autorise à intituler la scène de “Chasse au bouquetin”8 et à conclure que « la scène confirme ainsi définitivement que les rites actuels de la chasse au bouquetin en Arabie du sud sont le vestige de cérémonies qui accompagnaient la chasse aux bouquetins dans le Hadramawt préislamique ».

  • 9 Sergeant, 1976 : p. 25, The Hunt at Tarîm : pl. 3.
  • 10 Ryckmans, 1976 ; Sergeant, 1976 : la chasse aux bouquetins est longuement répertoriée dans ces ouvr (...)
  • 11 Ingrams, 1937 ; Sergeant, 1976 : pl. 12.

24R.B. Serjeant9 évoque le retour d’un chasseur triomphant et il signale avec J. Ryckmans10 que W.H. Ingrams11, dans les années trente, ayant assisté à une danse rituelle dans la région de Tarīm lors du retour d’une chasse aux bouquetins, en avait déduit qu’il s’agissait d’un vestige de rite païen ancien. Les chasseurs de Tarīm revenaient de la chasse avec trois têtes de bouquetins en tenant fièrement les cornes de ces bêtes au-dessus de leur tête. Le massacre de l’animal et les cornes que l’on place aux angles des toits des maisons, à Saada, à Sanaa ou ailleurs, comme protection, relèverait alors d’une mémoire millénaire (fig. 41). Le bouquetin est encore aujourd’hui considéré avec une sorte de crainte révérencieuse, notamment en raison de sa vivacité et de son énergie.

Fig. 41 – Sanaa. Bayt al-Masayb. L’une des quatre cornes de bouquetin disposées aux angles de la maison. Photo : H. David.

Fig. 41 – Sanaa. Bayt al-Masayb. L’une des quatre cornes de bouquetin disposées aux angles de la maison. Photo : H. David.
  • 12 Höfner, 1965.
  • 13 Hamilton, 1949.

25M. Höfner12 évoque aussi la “danse des bouquetins”, décrite par A. Hamilton13, dans laquelle les danseurs portent sur la tête des cornes de bouquetins, ou leur masque, suggérant une scène cultuelle ou mythologique.

  • 14 Pirenne, 1980–1984.

26Quant à J. Pirenne, elle conclut que cette scène représente un dieu avec des cornes de gazelle, apparaissant derrière un paysage de rochers où vivent en paix des animaux sauvages dont il est le dieu14.

  • 15 Audouin, Arbach, 2004.
  • 16 Ibid. le pilier 1B. Scène 1, 2 et 3.

27Malgré ces divergences dans l’interprétation, tous les auteurs insistent sur le rôle symbolique du bouquetin. L’importance de sa représentation vient d’être confirmée récemment, en 2004 dans le Jawf, lors d’une fouille de sauvetage sur le site d’as-Sawdā (l’antique Nashshān)15, à une quinzaine de kilomètres d’al-Ḥazm. La mise au jour d’un temple révèle à nouveau la présence des bouquetins dans le décor des piliers, soit sous forme de frises, alternant parfois bouquetins et autruches, soit dans les scènes cultuelles (fig. 42). Ces scènes sont aussi assorties d’inscriptions révélant des noms de divinités associées aux animaux16.

Fig. 42 – As-Sawdā. Pilier 1B du temple intra muros. Bouquetins en frises avec des autruches et participants à des scènes cultuelles (?). Audouin, Arbach, 2004.

Fig. 42 – As-Sawdā. Pilier 1B du temple intra muros. Bouquetins en frises avec des autruches et participants à des scènes cultuelles (?). Audouin, Arbach, 2004.

Scène 1 : deux bouquetins dressés sur les pattes arrière sont disposés de part et d’autre des arbres.

Scène 2 : le personnage de gauche porte sur la tête des cornes ou un masque de cornes.

Scène 3 : le personnage de gauche a le bras droit levé et tient à la main deux bouquetins dos-à-dos.

28Ainsi, il est permis de supposer que les chasseurs actuels portant des cornes de bouquetin sur la tête, après une bonne chasse et sans référence divine, sont les héritiers d’un passé préhistorique dont les traces sont conservées à travers l’art rupestre. Le bouquetin fut un animal de prédilection de la chasse dans l’Arabie du sud ancienne.

  • 17 Farès, 2006 : p. 43.

29Au sud de la Jordanie, dans la région du wādī Ramm, une étude récente d’un millier de gravures rupestres montre que depuis l’Âge du Bronze pour les plus anciennes, la chasse est une pratique ininterrompue jusqu’à nos jours17. Les bouquetins et les gazelles aux cornes très souvent disproportionnées sont un des thèmes privilégiés. Lors d’une enquête récente dans un village, il est apparu que malgré la réduction, voire la disparition, de la faune sauvage par un abattage intensif, la chasse traditionnelle au bouquetin était toujours pratiquée. Cette activité cynégétique est réservée à des chasseurs particuliers : « pour traquer le bouquetin, les chasseurs ont recours au rabattage et piègent l’animal ». Ce dernier est en principe achevé au couteau et une partie de l’animal est consommée sur place par les chasseurs, ses restes étant apportées à la famille. On pourrait rapprocher cette observation des “festins” néolithiques suggérés à partir de l’étude des vestiges archéologiques à Saada (chap. V).

30L’importance numérique de sa figuration dans l’art rupestre depuis le Néolithique à partir du style II préfigure sans doute le rôle sacré du bouquetin dans l’Arabie du sud antique et les pratiques subactuelles considérées comme païennes de la chasse aux bouquetins.

31Il est difficile de discerner les différentes antilopes. Les oryx aux longues cornes droites sont évoqués sur la fig. 122 et ils font aussi partie des animaux emblématiques dans les décors gravés de temples dans le Jawf. On sait aussi d’après les textes que les oryx et les gazelles étaient nombreux. Dans des butins de chasse, on parle de centaines de gazelles abattues. Leur faible nombre observé dans l’art rupestre serait-il la conséquence de l’altitude des sites étudiés ?

Les équidés

32Aucune figuration de cheval n’a été relevée alors que les asiniens peuvent constituer le sujet principal de panneaux entiers comme à al-Amasān (fig. 183).

33Les asiniens de l’art rupestre yéménite sont d’origine africaine. Il s’agit d’Equus africanus, déterminé au niveau de l’espèce (chap. III). La figuration rupestre impliquerait la variété africanus somaliensis, car les striures des pattes et la tête triangulaire au museau glabre caractérisent cet âne (fig. 150).

Les félins

  • 18 Ryckmans, 1976 : p. 278-279.

34Quatre félins ont été relevés et ils sont assez difficilement identifiables : un lion (fig. 56), deux panthères (?) (fig. 134, 135, 136) et un fauve au corps ocellé qui fait partie d’un animal hybride (fig. 120). Dans les textes antiques, les chasses royales avec la capture de lions, de guépards et de panthères, témoignent non seulement de leur abondance mais aussi de l’intérêt portés à ces fauves par les souverains ou des militaires de haut rang. Or J. Ryckmans fait remarquer que si la chasse aux fauves est un privilège de souverain, « la mise à mort de fauves y apparaît comme accessoire… dans le cadre d’une chasse qui vise principalement le gibier à cornes ». Plus loin « ces contextes ne font apparaître aucune implication rituelle dans l’exécution de ces chasses au fauve »18.

35D’après ces textes, il est clair que la chasse aux fauves n’obéit pas aux mêmes rites que celle aux bouquetins, ce qui tend à confirmer cette dichotomie observée dans l’art rupestre.

Les serpents

36Le serpent, qui apparaît dès le Néolithique, est une constante discrète, à peine un peu plus de 2% de l’ensemble du corpus. Il s’agit d’un corps fuselé, le plus souvent rectiligne, faisant un angle droit avec une expansion renflée qui serait la tête. Deux motifs identiques sont parfois accolés, évoquant l’accouplement de deux serpents.

37Les figurations d’ophidiens, souvent très schématiques, ont d’abord été assimilées à des outils, de type hache, puis elles se sont précisées avec des représentations explicites comme à al-Ḥaẓīrah (fig. 84). Les têtes y sont très réalistes, avec des yeux en cupules et un corps décoré d’anneaux (fig. 153). Cependant lorsque le trait est très schématique, il induit une ambiguïté, la figure étant interprétée comme une hache (hache-serpent) ou une massue car il existe également des représentations de hache sans équivoque, avec un emmanchement très simple, tronc conique dans la partie renflée, et un manche court par rapport à la partie lithique (fig. 154). On trouve aussi une ressemblance avec des objets brandis par des personnages comme au Jabal Aḥram, dans la région de Radā‘ (fig. 159).

  • 19 Ibid : fig. 128.

38Les serpents sont représentés le plus souvent horizontalement et leur tête est toujours en profil droit, même lorsqu’ils sont en position verticale. C’est une observation constante dans le site du wādī Ḍahr et dans la région de Radā‘, où les serpents sont associés aux figures les plus anciennes. Ils semblent absents du répertoire en Arabie Saoudite : à Hanakiya, deux gravures sont semblables aux serpents stylisés du Yémen19. Le motif des serpents entrelacés appartient aussi au décor des temples sudarabiques.

Les canidés

39Deux types de chiens ont été identifiés sur les parois : l’un au corps allongé avec un museau pointu et une queue en massue (fig. 129) et l’autre morphologiquement plus ramassé, avec un museau court et une queue courte et rebroussée qui caractérise les chiens domestiques (fig. 69). Si le premier est souvent associé à des représentations humaines, le second entre dans la composition de scènes de chasse avec le bouquetin ou les ânes (fig. 89).

  • 20 Vigne et al., 2005.

40La domestication des chiens est un phénomène très ancien qui a émergé aux temps paléolithiques, il y a près de 20 000 ans20. Au Yémen, trois espèces sauvages du genre Canis sont les candidats à la domestication : Canis Lupus pallipes (loup), Canis aurens (chacal commun) et Vulpes vulpes (renard).

41À Saada quatre chacals gravés s’affrontent dans une scène réaliste au-dessus de deux ânes (fig. 89, attribuée au style II).

Les figures anthropomorphes

42Les figurations humaines, que l’on peut classer en deux styles, représentent environ 12% de l’ensemble du corpus.

43

Un style naturaliste

Un style naturaliste

44Personnage effectuant un pas de danse, jambes de profil et tête ornée latéralement par deux cornes de bouquetins ou de bovinés. Le deuxième panneau d’al‑Ḥaẓīrah (fig. 87) est composé de deux personnages, féminin et masculin, bras levés, avec divers attributs (arme, coiffure, parure), associés à des animaux comme le chacal (mâle), qui se trouve entre les deux ; à droite du panneau, un grand boviné est associé à des personnages ; ils sont tous gravés profondément avec un piquetage exopériphérique, attribué au style II (Néolithique final).

45

Un style plus schématique

Un style plus schématique

46Les personnages silhouettés sont généralement composés de figures de petites dimensions, gravées ou peintes, aux bras levés ; les figures gravées sont peu élaborées et le trait est formé par un piquetage régulier ou parfois par un martelage continu ; les figures peintes sont représentées par des personnages filiformes (stick-drawing), cornus ou portant des plumes, généralement armés d’un arc (fig. 105, Âge du Bronze, style III).

47Aucune représentation de profil n’a encore été découverte dans la Péninsule Arabique ; les personnages sont figurés en petits groupes qui n’excèdent jamais plus de deux ou trois personnages par panneaux. Les figurations humaines indiquent l’importance donnée aux formes et à la position des bras, la pratique rituelle étant exprimée par les bras levés, en “position d’orant”, alors que la chasse est représentée par un arc. Des personnages, les bras à moitié levés, le corps et les jambes de profil, avec parfois des masques, semblent participer à des danses évoquant des scènes de chasse rituelles et/ou cultuelles.

48Les gravures les plus anciennes offrent une transcription du visage succincte, alors qu’ultérieurement, des détails représentant le visage se précisent : petits points pour les yeux, le nez, la bouche, associés à un corps schématisé.

  • 21 Clottes (éd.), 2001 : p. 164-165.

49Depuis l’apparition de l’art pariétal, il y a plus de 30 000 ans21, la main est un thème récurrent de l’expression gravée ou peinte.

50Sur le site de Saada, il existe une seule main peinte en rouge au pochoir négatif (fig. 57) sans que l’on puisse lui attribuer un âge. Seule la présence de colorant indiquerait qu’elle n’est pas néolithique puisque l’apparition des œuvres peintes appartient au style III, à l’Âge du Bronze. En revanche, il existe d’autres mains gravées dans une scène comportant également un grand personnage (fig. 98).

51Dans le site de Jarf al-Nabīrah, plusieurs mains au pochoir rouge ocre ont été photographiée (chap. IX).

  • 22 Robin, 1991 : p. 143-144.
  • 23 Ibid. : fig. 37.

52Au Yémen la main droite est encore un symbole de protection et elle fait aussi partie de la thématique sudarabique. « La main symbolise l’activité de l’individu, et la langue, ses relations avec les dieux et les hommes »22. Elle encadre parfois des inscriptions sudarabiques. On connaît également un moulage exceptionnel, en bronze, d’une main droite avec une inscription sudarabique23.

Les figures abstraites : les signes

53Les signes représentent moins de 3% de l’ensemble du corpus. Il existe peu de signes gravés. En revanche, de nombreuses configurations complexes peintes, comme des nappes de points, ont été découvertes. Un signe composé de 150 courts bâtonnets, alignés en deux rangées, a été exécuté au doigt enduit d’ocre rouge (fig. 102). Des organisations de formes quadrangulaires et rectangulaires, traits carmins en à-plat (fig. 92), associées à des figures de bovinés sexués, pour la plupart des femelles, sont plutôt énigmatiques. En fait, ce type de signes appartient à l’art rupestre universel et il fait l’objet de nombreuses propositions d’interprétation, comme des blasons, des plans de campement ou de territoire, des emblèmes claniques.

  • 24 Leroi-Gourhan, 1958.

54Ces signes sont incontestablement porteurs d’idées et de concepts qui nous échappent car nul doute que toute culture puise dans un fonds commun universel les éléments qui lui permettent d’exprimer ses craintes et ses aspirations métaphysiques24.

  • 25 Nayeem, 2000 : p. 343.

55En Arabie, les signes tribaux dénommés wusūm sont utilisés par les bédouins pour marquer leurs troupeaux25 et l’on peut sans doute d’après l’art rupestre (Jarf al-Nabīrah, chap. IX) leur attribuer une origine préhistorique.

  • 26 Bayle des Hermens, 1974.

56Deux signes, un cercle associé à des traits extérieurs, des points et un carré, ont été gravés sur deux surfaces délimitées, verticale et horizontale, sur le site d’al-Ḥaẓīrah26.

Comparaison de l'art rupestre yéménite avec celui des pays voisins

57L’Arabie Saoudite ainsi que la Corne de l’Afrique constituent un ensemble de régions, de part et d’autre de la mer Rouge, qui entretiennent des relations depuis au moins le Néolithique, il y a environ 8000 ans. Par ailleurs, ces régions partagent un art rupestre important dans lequel on peut distinguer deux grands thèmes : la chasse et le pastoralisme.

  • 27 Cervicek, 1971: p. 121-136.

58C’est essentiellement à partir de la représentation stéréotypée de troupeaux de bovins que P. Cervicek a défini un style “éthiopien-arabe”27. En effet, la robe des bovins est souvent ornée de grands carrés ou de rectangles et leurs cornes stylisées, démesurées et sinueuses, appelées corne “en lyre”, ont un air de famille des deux côtés de la mer Rouge, de la Corne de l’Afrique à l’Arabie Saoudite.

L’Arabie Saoudite

59En 1951–52 des centaines de photos et de dessins d’art rupestre ont été rapportées par l’expédition “Philby-Ryckmans-Lippens” en Arabie. Elles ont contribué à révéler, comme à Saada, l’existence d’un peuplement préhistorique en Arabie. Ces prospections dans les régions de Jabal Qara, Jabal Kawkab, Dhathami, Abha et de Najrān, concernaient les régions du sud-ouest de l’Arabie Saoudite, en prolongement avec la partie nord du Yémen, le long des marges du désert intérieur (fig. 2).

  • 28 Anati, 1964, 1968, 1972.

60Les documents furent confiés à E. Anati qui les a étudiés et publiés en quatre volumes28, en les classant chronologiquement en quatre groupes.

    • 29 Nayeem, 1990.

    Le plus ancien “premiers chasseurs” (Early hunter) (antérieur à 6000 av. J.‑C.)29.

  • Le deuxième groupe, “tête ovale” (Oval head) (6000–4000 av. J.‑C.).

  • Le troisième groupe concerne les périodes précédant l’écriture sudarabique (4000–1000 av. J.‑C.).

  • Le dernier groupe “islamique” regroupe les styles postérieurs à l’Hégire (622 ap. J.-C.).

  • 30 Khan, 1993.

61Les recherches et les prospections systématiques ont continué sur tout le territoire sous la direction des Antiquités d’Arabie Saoudite et ont contribué à la découverte de nombreux sites rupestres, régulièrement publiés dans la revue nationale Atlal. Parallèlement, une étude analytique des œuvres rupestres de la région du nord de l’Arabie Saoudite, autour de Tabuk et dans le wādī Damm30, a permis à M. Khan de proposer une nouvelle chronologie relative de l’art rupestre en Arabie Saoudite : (1) Upper/Epi Palaeolithic 9000–7000 BC, (2) Early Neolithic 7000–5000 BC, (3) Late Neolithic 5000–3500 BC, (4) Chalcolithic 3500–2000 BC, (5) Bronze Age 2000–1500 BC.

62Comme au Yémen la représentation des bovidés domine l’art rupestre, qu’ils soient sauvages avec quelques aurochs, buffles et bouquetins, ou domestiqués avec de nombreux troupeaux de bovins. Les gazelles sont plus rares que les bouquetins, qui sont aussi associés à des chiens domestiques dans des scènes de chasse à partir du Néolithique final. Est-ce un problème d’altitude ou/et un choix symbolique qui impose la recherche du bouquetin, animal de montagne ?

  • 31 Khan, et al., 1988.

63Les sites de Jubba et Hanakiya31 sont parmi les plus intéressants car non seulement ils offrent une variété de figures, mais aussi un certain nombre de superpositions qui ont servi à établir une chronologie relative des représentations. Ainsi plusieurs panneaux parmi les plus anciens sont gravés profondément et comportent des scènes de chasse à l’équidé (âne) ou au bouquetin, attaqués par des chiens. Elles sont analogues à celles du Yémen (style II : Néolithique final, fig. 55).

  • 32 Cervicek, 1971.
  • 33 Anati, 1964.

64À Jubba, Hanakiya, Jabal Qara et Tayma, de grands bovins de style naturaliste sont dessinés de profil avec de longues cornes et des motifs carrés ou rectangulaires inscrits sur le corps (chap. VIII). Les bovins aux cornes “en lyre” hypertrophiées sont aussi présents à Kilwa, près de Taif, à Hanakiya32 et dans le Jabal Qara33, alors qu’au Yémen il existe deux sortes de représentations des cornes, l’une hypertrophiée, et l’autre à simple courbure projetée en avant.

  • 34 Cervicek, Kortler, 1979.
  • 35 Jung, 1991 : p. 40-41 (fig. 25).

65On y remarque aussi l’association de grands bovins et de personnages dansants ou orants (fig. 87, 88, 97). Dans des scènes complexes, un des personnages est représenté avec des cornes de bovin et l’autre avec des cornes annelées de bouquetin. Les représentations anthropomorphes de style “tête ovale”, pourvues de plumes et en grandeur naturelle, sont aussi figurées en Arabie Saoudite. Dans le Jawf34, plusieurs figures d’archers à tête ovale pourvues de plumes et de petites dimensions, environ une vingtaine de centimètres, ont été relevées35, et plusieurs petits personnages masqués semblent vêtus d’une peau de bête (fig. 43).

Fig. 43 – Personnage vêtu d’une peau de bête (?).
Arabie Saoudite. Khan, 1993 : type 341.

Fig. 43 – Personnage vêtu d’une peau de bête (?).Arabie Saoudite. Khan, 1993 : type 341.

66On peut noter, comme au Yémen, la présence discrète de quelques grands fauves.

67En revanche, le mouton à queue épaisse n’existe pas dans le bestiaire yéménite, alors que cet animal, qui forme l’essentiel des troupeaux actuels, est omniprésent dans l’art rupestre d’Arabie Saoudite.

  • 36 Anati, 1972.

68Le serpent, découvert au Yémen sur trois sites principaux dès le Néolithique, est parfois représenté, en couple comme à Hanakiya et à Taif36, et sa stylisation peut aussi évoquer une hache.

  • 37 Khan, 1993.

69Les mains gravées ou peintes sont présentes comme au Yémen à partir de l’Âge du Bronze37.

  • 38 Cervicek, Kortler, 1979 : fig. 34.

70Rares dans les périodes les plus anciennes, les figurations humaines évoluent : les personnages filiformes (stick-drawing) appartiendraient aussi au Chalcolithique alors que les petits personnages en ribambelle, bras en l’air, comme on peut les observer dans une superposition à Jarf al-Nabīrah (chap. IX, pl. 14) seraient plus tardifs car ils sont associés à des lettres de l’alphabet sudarabique. Dans le site de Jabal Igasir38, deux personnages, accompagnés d’un troisième à “tête ovale” en “position d’orant” et sans arme, portent un bouclier et une lance. En partie inférieure du panneau, il existe cinq empreintes de mains gravées. M. Khan a noté que la présence de lance date au plus tôt la figure du premier millénaire, si l’on admet que l’invention de la lance est perse et qu’elle date de la fin du premier millénaire av. J.C.

  • 39 Khan et al., 1988.

71Sur le site du Jabal Jannin, deux grands panneaux sont composés de plusieurs bovins du style de Jubba avec de longues cornes dirigées vers l’avant, auprès de personnages masqués et coiffés. Ce site39 est très connu par sa grotte qui renferme non seulement de grands bovinés et des bouquetins, mais aussi plusieurs empreintes de mains gravées sur les parois à l’entrée de la grotte.

  • 40 Ibid. : p. 191.

72Il existe notoirement des affinités stylistiques et techniques entre l’Arabie du sud‑ouest et le nord du Yémen, plus précisément entre la région de Najrān, les franges du désert intérieur du Yémen et le Jawf, qui appartiennent à la même entité géographique. La similitude des personnages chevelus, les mains symboliquement levées, des représentations féminines (fig. 44) réalisées par des techniques de piquetage, témoignent d’une parenté certaine. Ces représentations ont été classées au Yémen dans le style IV en fonction de leur technique, de leurs petites dimensions et de leur thématique. Elles sont très souvent situées à l’intérieur des wādī et certaines pourraient avoir été réalisées au plus tôt au Chalcolithique40. Cependant la présence de chameaux, de cavaliers et de lances incite à les créditer d’une appartenance historique, dans le courant du Ie millénaire. Leur situation géographique à l’intérieur des wādī indiquerait-elle alors une appartenance territoriale ?

73En l’absence de datation absolue et de témoignages archéologiques précis, il semble prématuré de comparer tous ces sites rupestres inscrits dans un immense territoire comme la Péninsule Arabique. En effet, il y a une discordance entre la chronologie de l’art rupestre établie au Yémen et celle proposée en Arabie Saoudite. Au Yémen, les plus anciennes figurations ne semblent pas antérieures au vie millénaire av. J.‑C., alors qu’en Arabie Saoudite un certain nombre d’entre elles les précéderaient de plusieurs millénaires.

Fig. 44 – Jawf. Représentation féminine gravée. Photo : Chr. Robin.

Fig. 44 – Jawf. Représentation féminine gravée. Photo : Chr. Robin.

La Corne de l’Afrique

74La Corne de l’Afrique riveraine de la mer Rouge, composée de l’Érythrée, de l’Éthiopie, de la République de Djibouti et du nord de la Somalie, est une vaste contrée archéologiquement peu explorée qui entretient des relations avec l’autre rive de la mer Rouge. Attestées depuis le Néolithique, ces relations prennent de l’ampleur à partir du iiie millénaire, comme en témoignent la documentation rupestre, l’obsidienne et le mégalithisme.

  • 41 Gutterz, Joussaume, 2000.
  • 42 Ibid. : p. 318.

75En République de Djibouti, des études récentes et systématiques41, en particulier dans des sites rupestres, ont montré la richesse des informations sur le plan de la domestication des animaux, des modes de vie et des relations avec les contrées voisines. Repérées de longue date, de nombreuses gravures rupestres mises en relation avec des sites archéologiques ont permis récemment de proposer une succession chronologique42 : la figuration de la faune sauvage, aux iviiie millénaires av. J.‑C., précéderait celle des bovins domestiqués qui apparaîtraient à la fin du IIIe–début du iie millénaires av. J.‑C.

76En fait il existe des différences thématiques notoires : la chasse en général et celle au bouquetin, animal inconnu du côté de la Corne, n’est pas un thème majeur comme on l’observe au Yémen à partir du Néolithique. Un autre animal, l’âne, ne fait pas partie du bestiaire dans la Corne. On y observe une autre faune sauvage avec la présence de girafes, absentes en Arabie. Les gazelles, les oryx et les autruches ont disparu et leur présence indiquait un climat plus humide qu’actuellement. La faune domestique est dominée par le boeuf sans bosse, Bos taurus africanus, à longues cornes fines, en lyre, avec une robe tachetée noire et rouge, descendant de l’aurochs, Bos primigenius. La domestication du bœuf a été introduite à partir du Soudan puis de l’Éthiopie.

  • 43 Le Quellec, Cervicek, 1991.

77Les représentations de bovins, datées au Yémen de 3790 ± 60 ans BP (2445–2054 BC) (style III), à cornage déformé et au corps décoré, ressemblent aux figurations rupestres de la Corne de l’Afrique43. Or l’origine de la domestication des bovins identiques à ceux de la Corne, Bos taurus africanus, n’est pas encore élucidée. Si sa présence se confirme dans la Tihāma et dans les Hautes-Terres au vie millénaire av. J.‑C., elle précéderait alors la domestication dans la Corne de l’Afrique, ce qui reste à démontrer.

***

78En conclusion, il apparaît de manière systématique dans les quelques sites étudiés au Yémen que la chasse est un thème de prédilection, avec quelques animaux privilégiés. Ainsi le bouquetin semble dominer la faune sauvage consommée aussi bien que l’imaginaire des chasseurs.

79Il en va de même de la figuration discrète des serpents, majoritairement en couple, qui appartient aussi au bestiaire en Arabie Saoudite avec la même ambiguïté : serpent ou hache-serpent ? Ce n’est pas apparemment un thème favori dans la Corne de l’Afrique.

  • 44 Cattani, Bökönyi, 2002 ; Khalidi, 2005.

80Au Néolithique la chasse à l’âne est une activité récurrente dans la Tihāma44 et elle fut mise en évidence en Arabie orientale. Les ânes furent-ils ensuite domestiqués sur place ?

81Les comparaisons sur le plan chronologique sont peu fiables entre les régions voisines, car il n’existe pas de datation absolue de l’art rupestre et il n’y a pas de concordance entre les chronologies proposées en Arabie Saoudite, au Yémen et dans la Corne de l’Afrique. Au Yémen, l’apparition de la peinture semble coïncider avec celle des représentations de pasteurs et de troupeaux de bovins datant de l’Âge du Bronze, c’est-à-dire au cours du ive millénaire, et non au Néolithique comme il est proposé en Arabie Saoudite. Dans la Corne de l’Afrique la domestication serait plus récente et daterait de la fin du iiie ou du iie millénaire av. J.-C.

82Les artistes poursuivent une tradition, dont on peut aussi voir l’évolution à travers celle de leurs techniques de gravure et de peinture, qu’il serait souhaitable de préciser pour les insérer dans une chronologie.

Notes

1 Nayeem, 2000 : p. 343 ; Khan, 2000 : fig. 24, dromadaire “marqué” à Himna, au sud de l’Arabie Saoudite.

2 Le Quellec, Cervicek, 1991 : bouquetin attaqué par des chiens ; Nayeem, 2000 : fig. 189.

3 Gravure photographiée par C. Robin dans le wādī Durah, à 15 km à l’ouest de Nisab.

4 Avanzini, 2005.

5 Sergeant, 1976.

6 Ryckmans, 1976 : p. 301.

7 Pirenne,1980–1984 ; Sergeant, 1976 ; Ryckmans, 1976 ; Höffner, 1965 ; Hamilton, 1949 ; Sergeant,1976.

8 Ryckmans, 1976 : p. 299.

9 Sergeant, 1976 : p. 25, The Hunt at Tarîm : pl. 3.

10 Ryckmans, 1976 ; Sergeant, 1976 : la chasse aux bouquetins est longuement répertoriée dans ces ouvrages avec une représentation d’une fête subactuelle, pl. 3.

11 Ingrams, 1937 ; Sergeant, 1976 : pl. 12.

12 Höfner, 1965.

13 Hamilton, 1949.

14 Pirenne, 1980–1984.

15 Audouin, Arbach, 2004.

16 Ibid. le pilier 1B. Scène 1, 2 et 3.

17 Farès, 2006 : p. 43.

18 Ryckmans, 1976 : p. 278-279.

19 Ibid : fig. 128.

20 Vigne et al., 2005.

21 Clottes (éd.), 2001 : p. 164-165.

22 Robin, 1991 : p. 143-144.

23 Ibid. : fig. 37.

24 Leroi-Gourhan, 1958.

25 Nayeem, 2000 : p. 343.

26 Bayle des Hermens, 1974.

27 Cervicek, 1971: p. 121-136.

28 Anati, 1964, 1968, 1972.

29 Nayeem, 1990.

30 Khan, 1993.

31 Khan, et al., 1988.

32 Cervicek, 1971.

33 Anati, 1964.

34 Cervicek, Kortler, 1979.

35 Jung, 1991 : p. 40-41 (fig. 25).

36 Anati, 1972.

37 Khan, 1993.

38 Cervicek, Kortler, 1979 : fig. 34.

39 Khan et al., 1988.

40 Ibid. : p. 191.

41 Gutterz, Joussaume, 2000.

42 Ibid. : p. 318.

43 Le Quellec, Cervicek, 1991.

44 Cattani, Bökönyi, 2002 ; Khalidi, 2005.

Table des illustrations

Titre Fig. 38 – Répartition des figures explicites des styles I, II et III.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 39 – Répartition des bovinés.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Boviné gravé
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Boviné peint
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Bouquetin
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 40 – Ḥuṣn al-‘Urr. Chapiteau préislamique. Musée d’Aden. Pirenne, 1980.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-6.png
Fichier image/png, 54k
Titre Fig. 41 – Sanaa. Bayt al-Masayb. L’une des quatre cornes de bouquetin disposées aux angles de la maison. Photo : H. David.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Titre Fig. 42 – As-Sawdā. Pilier 1B du temple intra muros. Bouquetins en frises avec des autruches et participants à des scènes cultuelles (?). Audouin, Arbach, 2004.
Légende Scène 1 : deux bouquetins dressés sur les pattes arrière sont disposés de part et d’autre des arbres.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Légende Scène 2 : le personnage de gauche porte sur la tête des cornes ou un masque de cornes.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende Scène 3 : le personnage de gauche a le bras droit levé et tient à la main deux bouquetins dos-à-dos.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Antilope
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Chacal
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Un style naturaliste
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Un style plus schématique
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Les mains
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 43 – Personnage vêtu d’une peau de bête (?).Arabie Saoudite. Khan, 1993 : type 341.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 44 – Jawf. Représentation féminine gravée. Photo : Chr. Robin.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1630/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 332k

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search