Version classiqueVersion mobile

Art rupestre et peuplements préhistoriques au Yémen

 | 
Marie-Louise Inizan
, 
Madiha Rachad

VII. Chronologie et styles de l'art rupestre

Madiha Rachad

Texte intégral

1Cette première esquisse d’une chronologie de l’art rupestre au Yémen est fondée sur une étude limitée géographiquement, essentiellement à la région de Saada, augmentée de quelques relevés aux alentours de Radā‘ et dans le Wādī Ḍahr (fig. 51). En effet, l’importance numérique des figures découvertes, gravures et peintures − plus de 350 − et le large éventail des styles représentés, furent une surprise lors des premières investigations, qui justifia l’établissement d’une première base de références à partir de ces sites.

  • 1 Keal, 2005.
  • 2 Garcia, Rachad, 1997.

2Depuis l’exploration de la région de Saada, de Radā‘ et du wādī Ḍahr, les découvertes de sites rupestres se sont multipliées à travers tout le pays jusque dans la Tihāma1. Dans la région de Saada, au nord-ouest du premier ensemble, une série d’abris dans le wādī al-Qulāt a livré des peintures et gravures rupestres en tous points comparables aux précédents relevés, montrant l’ampleur de l’art rupestre au Yémen2.

  • 3 Fedele, Zaccara, 2005 : fig. 5.

3Rappelons que l’art rupestre au Yémen est le principal témoin d’une expression artistique et symbolique des populations préhistoriques. En effet, la découverte d’objets gravés ou sculptés est encore exceptionnelle, comme la mise au jour d’un fragment de figurine en terre crue dans un niveau néolithique d’un site du Khawlān3.

  • 4 Francfort, Jacobson, 2004.

4Il était alors, non seulement nécessaire d’enregistrer, de sauvegarder mais aussi de tenter de dater. En effet, dater avec le plus de précision possible est primordial afin de comparer ce qui est comparable. Ensuite l’interprétation, dont on ne peut occulter la part de suggestion, aide à préciser l’appartenance sociale et culturelle des auteurs de ces œuvres graphiques, qu’ils soient chasseurs ou pasteurs. L’art rupestre est un art universel qui s’est surtout développé à grande échelle dans des contextes post-paléolithiques dans le monde entier4.

5À ce stade de la recherche, il ne saurait être question de donner une chronologie définitive de l’art rupestre au Yémen. Cependant certains éléments constituent des indicateurs fiables pour proposer une datation pour un certain nombre des œuvres étudiées.

Éléments de datation et chronologie

  • 5 Valladas et al, 1992.

6La datation absolue est encore exceptionnelle. Les récentes datations obtenues au C14 dans des grottes paléolithiques de la région franco-cantabrique, à partir de microprélèvements de matière organique sur les peintures5, ouvrent de nouvelles perspectives. En revanche, il paraît illusoire de dater les parois peintes supportant l’art rupestre qui sont soumises aux intempéries et plus encore les gravures.

7La présence d’espèces disparues dans l’art pariétal ou rupestre a contribué à la reconnaissance de cet art comme préhistorique : ainsi en Europe, la présence de rennes, de mammouths ou de grands félins indiquait un autre climat, un autre contexte qui n’appartenaient pas à la période historique. Il en va de même au Yémen où la représentation d’animaux disparus comme le buffle, l’aurochs, les grands félins, lion, panthère ou guépard, témoigne en faveur d’une occupation ancienne dans un climat différent de l’actuel.

  • 6 Nayeem, 2000.

8L’apparition de nouvelles espèces, lorsque leur arrivée sur le territoire sera datée précisément, est un atout important pour établir une chronologie : le cheval et le dromadaire domestiqués sont des animaux qui ne semblent pas présents au Yémen avant la période historique sudarabique, au cours du premier millénaire av. J.‑C., peut-être un peu plus tôt pour le dromadaire. Ces deux animaux ont une représentation rupestre dans toute l’Arabie6.

9Les superpositions de figures ont été remarquées dès les premières identifications de l’art pariétal, il y a plus d’un siècle ; en effet, elles indiquent un ordre de succession dans la réalisation des œuvres et donc une chronologie relative. Ainsi, dans la région de Saada, des superpositions de figures ont permis de dégager un ordre dans la réalisation des différentes œuvres et de les classer à partir des plus anciennes.

  • 7 Leroi-Gourhan, 1965 b : p. 33 « Connu et inconnu de la chronologie ».

10La comparaison avec des œuvres datées retrouvées en stratigraphie : cette méthode fut engagée par A. Leroi-Gourhan7, qui l’associa à la recherche d’une cohérence sur le plan de la représentation et des techniques. Un recouvrement de figures sur une paroi par des couches archéologiques datées en relation avec les figures ou simplement le scellement d’un fragment orné dans une couche archéologique, sont de bons indicateurs chronologiques. Au Yémen l’art mobilier, sculpté ou gravé, est encore exceptionnel.

11L’utilisation de la patine et de l’altération des parois reste de maniement très délicat et elle ne doit jamais être retenue comme unique élément de datation, mais elle peut judicieusement compléter les autres observations. Il existe des différences de patine notoires ; ainsi les œuvres les plus tardives ont une patine plus claire que la roche, mais il n’existe pas de méthode de datation absolue des patines.

12L’observation des techniques d’exécution des œuvres gravées et peintes devrait aider à préciser des groupes culturels comme dans toute approche technologique. La découverte et l’identification des outils responsables des gravures et des peintures sont indispensables pour progresser dans ce domaine mais elles sont malheureusement exceptionnelles (fig. 5-6 : 13).

Les espèces disparues

  • 8 Sergeant, 1976 ; Ryckmans, 1976.

13La disparition des espèces semble obéir à plusieurs facteurs et le changement climatique en est un. Ainsi, avec la disparition de nombreuses zones lacustres, les buffles n’ont pas survécu. La pression démographique et une chasse non contrôlée sont vraisemblablement à l’origine de la disparition de nombreuses espèces au Yémen. Ce phénomène est relativement récent car les fauves étaient nombreux d’après les récits antiques8. On sait, de mémoire d’homme, que les autruches ont disparu il y a seulement quelques dizaines d’années. Actuellement, la faune s’est considérablement appauvrie.

  • 9 Cf. chap. II et VI.

14Deux grands bovinés fossiles, le buffle et l’aurochs, sont représentés sur les parois des abris et sous forme d’ossements dans deux sondages qui ont été datés9. Or le buffle est un grand herbivore affectionnant les zones aquatiques. On peut imaginer son extinction lors de la disparition des étendues lacustres à la fin de la dernière période humide (chap. IV).

  • 10 Khan, 1993.

15Bubale et aurochs sont représentés à Saada, Radā‘, et au wādī Ḍahr au nord-ouest de Sanaa, à une altitude moyenne de 1800-2000 mètres qui a certainement permis leur maintien dans des zones toujours humides, alors que l’aridification était installée dans les zones de basse altitude. Il existe aussi une figuration de buffle au sud-ouest de l’Arabie Saoudite10, dans le prolongement naturel des montagnes de l’Asir.

Le buffle (Bubalus Synceris)

Le buffle (Bubalus Synceris)

16Le buffle est présent dans les niveaux archéologiques des sites du Jabal al-Makhrūq MK2 et de Wādī Rūbay‘ B et C. D’après l’étude des restes ostéologiques, c’est un buffle d’origine africaine et, plus précisément, nord-africaine (Bubalus Synceris).

17Au Maghreb les artistes figurent l’animal selon une convention presque immuable, quel que soit le style ou la qualité d’exécution, le rendant immédiatement identifiable même à l’œil le moins exercé. Il en est ainsi au Yémen où l’on peut également parler de stéréotypes pour les images de buffles. Bien que les restes fauniques aient été relevés dans un contexte daté de l’Âge du Bronze, on peut admettre que la plupart des représentations de cette espèce relèvent de la phase la plus ancienne de l’art rupestre d’après leur technique d’exécution (fig. 66).

L’aurochs (Bos Primigenius)

L’aurochs (Bos Primigenius)
  • 11 Breuil, 1924.

18L’aurochs (Bos Primigenius) se trouve associé au buffle dans les niveaux archéologiques. C’est également son voisin sur certains panneaux gravés ; il présente des similitudes de traitement, notamment pour ce qui est du mode de perspective employé (bi-angulaire)11 et de certains détails anatomiques. L’identification spécifique est faite sur l’encornure, sinueuse pour l’aurochs, ainsi que sur les proportions de l’animal (fig. 63).

19Les deux grands bovinés peuvent avoir été en compétition dans le même biotope durant la dernière phase humide de l’Holocène. Toutefois l’aurochs s’accommode mieux d’un milieu sec, alors que le buffle recherche les zones palustres qui ont perduré en altitude jusqu’à la fin du iiie millénaire (chap. IV).

20L’aurochs a, semble-t-il, coexisté avec le bœuf domestiqué (Bos Taurus).

Le bœuf domestiqué (Bos Taurus)

Le bœuf domestiqué (Bos Taurus)

21Actuellement, une seule variété de bovinés existe au Yémen : c’est le zébu (Bos Indicus), dont on connaît mal la date d’introduction.

  • 12 Bökönyi, 1990 ; Cattani, Bökönyi, 2002.

22Or le bœuf présent à la préhistoire, d’après l’étude des ossements recueillis, est un bœuf sans bosse tel qu’il est aussi représenté sur les peintures et gravures. Une domestication sur place de l’aurochs, a été envisagée12 et ce dernier serait alors l’ancêtre du bœuf domestique, figuré à partir de la fin du Néolithique et à l’Âge du Bronze. Il est souvent peint en troupeaux où l’on distingue les mâles des femelles (fig. 104).

23Les antilopes ont pratiquement disparu du Yémen. Le côté souvent sommaire de leur représentation et leur petit nombre ne permettent pas de distinguer précisément les gazelles des oryx (fig. 122).

Les grands félins

Les grands félins
  • 13 Ryckmans, 1976 : 271 (RES 4912=Ja 949).

24Un lion a été gravé dans le groupe A du site d’al-Musalḥaqāt à Saada (fig. 56), et un félin au corps ocellé à côté d’un grand buffle sur un panneau du groupe B dans le même site (fig. 68). Ce félin serait-il l’évocation du guépard mentionné dans les chasses royales ? En effet, ces animaux disparus sont encore présents dans le Yémen sudarabique antique si l’on se réfère à une inscription sur le rocher d’al-‘Uqla13 près de Shabwa, qui mentionne des chasses royales dans lesquelles ont été tués 30 oryx, 82 bouquetins, 25 gazelles et 8 guépards.

25Les autruches ont disparu au xxe siècle, vers les années trente semble-t-il (fig. 152).

Les nouvelles espèces

Le cheval

Fig. 36 – Cavalier avec lance, Radā‘. Cf. fig. 171.

Fig. 36 – Cavalier avec lance, Radā‘. Cf. fig. 171.

26Rappelons que l’âne est le seul équidé sauvage préhistorique présent en Arabie. Le cheval arrive tardivement du Proche-Orient en Arabie, sans qu’il soit possible actuellement de dater cette arrivée. Il s’agit d’un animal domestiqué tel qu’il est observé, monté, sur de nombreuses représentations rupestres. L’origine de la domestication du cheval repose sur ses ancêtres sauvages.

  • 14 Brun, 2001 : p. 60
  • 15 Robin, 1996 : p. 2016.

27On propose une origine du côté des steppes de l’Asie centrale, qui interviendrait vraisemblablement au cours du ive millénaire av. J.‑C., alors qu’il faut attendre le iie millénaire pour que les chevaux montés et attelés deviennent courants en Mésopotamie comme en Europe. “Les premières figurations datées de chevaux montés sont babyloniennes et ne remontent pas avant 2000 av. J.‑C.”14. Au Yémen, les premières mentions écrites de la présence du cheval datent des environs de l’ère chrétienne15.

  • 16 Vila, 2006.

28Cependant des études récentes de restes d’équidés, dans des niveaux archéologiques situés dans le nord de la Syrie et datés de la fin du ive et du iiie millénaires, ont montré que coexistaient plusieurs équidés sauvages (âne, hémione, etc.) dans cette région16.

29La technique de piquetage, la petite dimension des figures associées à une patine claire, indiquent une exécution historique tardive (style IV).

Le dromadaire

Fig. 37 – Dromadaire tenu en laisse, Saada. La scène est surmontée de caractères sudarabiques. Style IV.

Fig. 37 – Dromadaire tenu en laisse, Saada. La scène est surmontée de caractères sudarabiques. Style IV.
  • 17 Uerpmann, Uerpmann, 2002.
  • 18 Ibid. : p. 235.
  • 19 Grigson et al., 1989

30Animal de bât d’une sobriété exemplaire, il est particulièrement bien adapté aux déplacements dans les régions désertiques. Depuis quand est-il domestiqué et comment ? Chameau ou dromadaire (deux ou une bosse ?) la distinction est encore difficile à effectuer d’après les ossements. En Arabie, l’identification de camélidés sous leur forme sauvage a été effectuée surtout dans les régions du sud-est, dans des Émirats du Golfe17. Leur chasse aurait mené à leur l’extinction avant leur domestication, attestée dans le site de Tell Abraq aux alentours de 800–900 ans BC18. Des os de camélidés ont été datés de 7000 BC dans un gisement au nord de la Tihāma en Arabie Saoudite. Ces ossements soulèvent deux problèmes : d’une part il n’a pas été permis de distinguer s’il s’agissait d’un dromadaire sauvage ou domestique, d’autre part la présence de ces os dans un site du second millénaire av. J.‑C. n’est pas bien élucidée19.

  • 20 Gutherz, 2003.

31En revanche il est admis que le dromadaire dans la Corne de l’Afrique a été importé d’Arabie20.

Les superpositions

32Les superpositions concernent, en majorité, les œuvres gravées. Elles sont souvent difficiles à interpréter lorsque les figures les plus anciennes sont presque effacées. Néanmoins, sur certains panneaux comme celui du groupe A du Wādī Rūbay‘ (fig. 118), on distingue deux techniques d’exécution qui signent deux étapes chronologiques. Il existe aussi des gravures superposées à des peintures dans les sites du Jabal Ṣamā’ (fig. 134) et du Jabal Ghubayr (fig. 142).

La comparaison avec des œuvres datées

  • 21 IsMEO, 1983 : p. 342, fig. 53.

33La découverte exceptionnelle de 5 paires de cornes de bouquetins gravées, sur un bloc ayant servi dans une construction néolithique à Jabal Quṭrān21, dans les Hautes-Terres, offre une preuve de l’existence de bouquetins gravés au Néolithique. C’est aussi un excellent témoin sur le plan des techniques et du style.

34À Saada, des ossements d’animaux fossiles disparus, qui sont figurés sur les panneaux, ont été découverts au pied de certains abris. Grâce aux datations, on est assuré de la présence de chasseurs de buffles et d’aurochs, sans doute les auteurs des gravures du Jabal al-Makhrūq et du Wādī Rūbay‘, au Néolithique et jusqu’à l’Âge du Bronze (chap. V).

Les techniques

35La description des techniques a été réalisée uniquement d’après l’observation. Il serait nécessaire de pratiquer une expérimentation, comme pour l’étude de toutes les techniques, afin de préciser les diagnostics.

La gravure

36Les artistes préhistoriques ont maîtrisé différentes techniques de gravure, qui varient en fonction des types d’outils : incision, piquetage, polissage et raclage.

37Les œuvres ont été exécutées sur les parois d’abris en plein air ou bien sur des rochers de grès détachés des “inselbergs”. Or les outils en silex ou en grès, voire en quartzite, se prêtent bien à la gravure par leur nature granuleuse. En effet l’usure de l’outil provoque aussi son affûtage par la présence de grain de quartz, au fur et à mesure de la gravure. Des bords d’éclat ou des dents de burin conviennent pour la gravure : or les burins sont rares dans les sites et aucune dent ne présente d’usure particulière. Quant aux bords d’éclats, ils sont pour la plupart patinés et altérés, empêchant tout diagnostic. Les galets propices au piquetage et au martelage, sont difficilement détectables dans un sol caillouteux, ce qui expliquerait leur rareté dans les prélèvements. Aucun outil ne présente de stigmate de raclage.

Incision

38Cela va d’une fine incision à la gravure profonde : le fond du trait est généralement en V, qui peut être élargi (aigu, large, asymétrique), par raclage exo-périphérique afin de mettre la surface intérieure en valeur. Parfois l’érosion altère le V, qui se lit en un U peu profond (fig. 63, 64). Les bords du sillon peuvent être dissymétriques, la lèvre extérieure de la figure étant parfois adoucie, ce qui donne un effet de champlevé. Les gravures profondes et les gravures fines sont souvent associées.

39L’incision est la technique utilisée dans l’exécution des aurochs et des buffles attribués au Néolithique. Elle caractériserait la technique la plus ancienne.

40Les incisions fines sont souvent utilisées dans le cas de petites figures.

Martelage et/ou piquetage

41Le martelage, et/ou le piquetage sont des techniques de percussion utilisées pour dessiner des contours et pour dégager le relief de la figure.

42Le trait est formé par un martelage régulier qui crée des cupules individualisées ou jointives. On peut ainsi obtenir un trait régulier qui peut ensuite être adouci par raclage. On observe cette technique dans des figures peu élaborées mais assez bien détaillées ; le martelage n’est pas nécessairement le signe d’un âge récent, bien que les gravures et les graffitis les plus récents soient plus souvent piquetés qu’incisés. Il arrive que le piquetage soit suivi d’une incision qui, par usure progressive, devient un trait profond et poli. L’examen de ces larges traits permet d’identifier, de part et d’autre des bords, des traces de menus éclats qui ont sauté lors du martelage initial (fig. 56, 59, 60).

43On observe le martelage dans l’exécution des silhouettes animales par remplissage endopériphérique. Le piquetage de plus en plus fin permet d’obtenir une surface rugueuse qui est ensuite abrasée avec un bloc de grès (?) ; cette technique est identifiée par la persistance de quelques points d’impact.

44Parfois les deux techniques, incision et martelage, sont utilisées dans une même représentation montrant l’éventail des choix techniques : on commence le tracé de la silhouette par une incision fine, puis on dégage le relief par martelage.

Raclage

45Il se fait à l’aide d’un outil tranchant comme le bord d’une lame ou d’un éclat. Il est identifié grâce à la présence de stries sur les surfaces gravées (fig. 143).

La peinture

46Plusieurs panneaux peints ont été entièrement relevés à l’aide de film polyéthylène, à l’exception des panneaux difficiles d’accès ou peu lisibles en raison des destructions anthropiques ou naturelles.

47Les peintures sont variées. Il semble que les plus anciennes datent de l’Âge du Bronze d’après la thématique, et elles durent jusqu’aux périodes les plus récentes car les bédouins continuent de peindre quelques signes à la craie, avec de l’ocre ou du charbon de bois. La conservation des peintures est due à leur protection par un voile de calcite généré par la décomposition du ciment calcaire contenu dans le grès et ruisselant à la faveur de précipitations.

Les différentes techniques de peintures

48Des blocs d’ocre (hématite) ont été utilisés directement sur la paroi, à la manière d’une craie. Le colorant a pu ensuite être étalé au doigt, en le mouillant ou non. L’exécution des signes au Jabal al-Makhrūq (fig. 102) a été réalisée par cette technique. C’est un décor composé d’une centaine de courts bâtonnets alignés en deux rangées. On retrouve cette technique jusque dans les périodes actuelles.

49Une autre technique consiste à compléter le travail en à-plat par une gravure qui accentue le contour.

50On peut appeler peinture véritable la dilution du colorant avec un liquide (l’eau), appliqué à l’aide d’un instrument qui peut être un tampon ou une sorte de pinceau (poil de queue de bovidé, végétal, bâton mâché, etc.) ; dans ce cas, les limites des surfaces peintes sont bien nettes quel que soit le support.

51Ce mode de peinture est observé dans les figurations en “à‑plat” mais aussi dans certains dessins filiformes (stick‑drawing). Les figures peintes en “à‑plat” sont généralement assez simples dans leurs contours, mais en revanche elles sont pourvues de détails délicatement peints.

52On connaît une seule évidence de pochoir rouge à Saada : la main d’al‑Musalḥaqāt (fig. 57), où la peinture a été pulvérisée sur une main qui apparaît ainsi en négatif sur fond rouge.

Main en négatif

Main en négatif

Les colorants

53Les colorants actuellement identifiés sont minéraux. Les deux couleurs de base sont le rouge et le noir, la couleur rouge provient de blocs d’hématite qui se trouvent dans les grès sous forme de nodules autochtones.

54De nombreux blocs présentant des traces d’utilisation ont été repérés, soit en surface, soit associés dans la couche archéologique avec des outils et des faunes anciennes.

55Le noir est obtenu à partir du bioxyde de manganèse. Des colorants organiques comme le charbon de bois ont pu également être utilisés, mais ils ne se sont pas conservés.

56Le moyen le plus simple d’obtenir une peinture ocre est la dilution de la poudre dans un liquide. Le liant utilisé était sans doute l’eau ou un liquide à basse tension superficielle comme l’urine, mais on peut imaginer des mélanges avec des liquides végétaux ou animaux, résine, lait, pour des raisons rituelles et non fonctionnelles.

57Souvent associées aux parois peintes, des cupules allongées et polies ont été creusées dans la roche horizontalement. Ces sortes de mortiers permettaient le broyage des pigments et le mélange de teintes entre elles, ce qu’atteste la coloration résiduelle des peintures.

Les styles

58La notion de style est fréquemment employée dans les publications traitant de l’art rupestre. On parle ainsi de style figuratif, naturaliste, réaliste, schématique ou géométrique, etc. On admet l’existence pour chaque représentation d’un code de références commun partagé par une même communauté. L’Abbé Breuil a le premier observé et décrit dans l’art pariétal des ensembles de conventions stylistiques dans le traitement des détails anatomiques, comme la position des encornures, la forme du museau et des pattes. Grâce à la chronostylistique établie par l’Abbé Breuil, de grands stades de l’art pariétal occidental furent définis. Cependant les approches stylistiques sont délicates et souvent subjectives. Il est nécessaire de les contrôler par des observations archéologiques rigoureuses.

59Les quatre styles que nous définissons au Yémen ont été fondés à partir d’un ensemble de critères : les uns relevant de l’observation comme la thématique iconique, les techniques et qualités d’exécution, les superpositions et l’état de conservation. Les autres sont extérieures à l’œuvre comme les comparaisons avec un environnement archéologique daté. Ainsi le matériel paléontologique et archéologique et les datations obtenues dans les sondages au pied des abris ont assuré cette chronologie stylistique.

Style I (gravures)

60Le style I est uniquement représenté par des gravures dont la lecture était souvent difficile en lumière frontale, ce qui explique leur découverte tardive.

61On lui attribue des gravures animalières souvent singulières, d’espèces disparues comme le buffle et l’aurochs, à cornes démesurées s’enroulant vers l’avant. Elles sont de grandes dimensions : la plus grande gravure mesure 250 cm de longueur et 115 cm de hauteur et la plus petite, 78 cm de longueur sur 30 cm de hauteur.

62L’aurochs a été le contemporain du buffle car il est présent dans les gisements fouillés à proximité de leur représentation au Jabal al-Makhrūq et au Wādī Rūbay‘, gisements respectivement datés de la fin du vimillénaire et du iiie millénaire. Si l’on admet que ces animaux ont été gravés par les chasseurs, on pourrait donc faire remonter leur extinction à l’assèchement des lacs à la fin du iiie millénaire (chap. IV).

63La représentation est semi schématique et stéréotypée : le corps des animaux est vu de profil, les pattes sont doublées, sans hiérarchie de perspective, la tête ainsi que l’encornure sont représentées en vue de dessus, les yeux et les naseaux sont figurés par des petites cupules, les oreilles sont dessinées en plan (fig. 87). Ce style stéréotypé est appelé “bi-angulaire”. Les caractères sexuels primaires sont souvent absents et un petit de l’animal peut être inscrit dans le contour ventral.

64Les représentations des grands bovinés comme le buffle et l’aurochs semblent les plus anciennes, comme peuvent l’attester certains recouvrements ainsi que la technique de gravure en V peu profonde. En outre, ils ne sont jamais associés à des animaux domestiques comme le chien ou le bœuf.

65La technique de gravure consiste en un trait continu, en V peu profond à l’origine, émoussé par l’érosion, avec une patine identique à celle de la roche.

66Des serpents de même facture sont parfois présents auprès des buffles ainsi que deux félins, un lion et une panthère.

Style II (gravures)

67Il est parfois difficile de distinguer les styles I et II. La technique de gravure a évolué : elle est plus profonde, parfois complétée par un relief exhaussé, ou un polissage endopériphérique, ce qui la différencie du style I.

68Le style II correspond à des scènes animalières composées de bouquetins, d’ânes avec quelques figures anthropomorphes aux bras levés. Ce style est le plus réaliste et le plus dynamique de l’art rupestre yéménite. Les animaux sont animés de manière identique, avec la projection en avant des membres antérieurs, la queue dressée et la gueule ouverte (fig. 150).

69Les bouquetins semblent se substituer aux grands bovinés sauvages et la tradition de la chasse aux bouquetins, perpétuée jusqu’à nos jours, a sans doute débuté à la fin du Néolithique. En effet, les scènes de chasse dans lesquelles le bouquetin est attaqué par des chiens dominent : elles occupent aussi la place centrale dans les panneaux. Ce rituel concernerait aussi un autre animal : l’âne (fig. 69, 70, 89).

70Les dimensions des figures (de 75 cm à 145 cm de longueur) et la précision des détails anatomiques concourent à l’émergence d’un style naturaliste, homogène, permettant de parler d’une unité stylistique et de stéréotypes. Le chien domestique, suggéré par sa queue nettement retroussée, est présent dans toutes les scènes, sans le chasseur.

71Le traitement des bouquetins est remarquable : ils sont représentés, avec de belles cornes recourbées en arrière, recoupant l’échine après le garrot, en profil parfait, avec une barbe et un œil parfois pointé ; le train avant est replié dans une attitude de galop, avec un poitrail saillant ; les quatre pattes des animaux sont individualisées ; la queue est réalisée avec une grande précision anatomique (fig. 55).

Style III (gravures et peintures)

72La peinture prend place à côté de la gravure et elle domine à l’Âge du Bronze. Aucun des grands bovinés disparus n’a été peint.

73Le style III est naturaliste et il est composé de files d’animaux domestiques peints (troupeaux de bovinés), suivis parfois par leurs petits, accompagnés de quelques signes géométriques (pl. 3). Il est aussi représenté par des figures peintes, de très petites dimensions, avec de petits personnages filiformes, généralement cornus, à plumes et armés d’un arc.

74C’est peut-être à cette période que l’on peut placer l’unique figuration de main au pochoir (Saada, al‑Musalḥaqāt : fig. 57).

75Il existe aussi des gravures schématiques frustres associées à des personnages aux bras levés qui ont été classées dans le style III.

Style IV (gravures et peintures)

76Ce style s’étend de l’Âge du bronze final jusqu’à l’époque Himyarite. Les figurations de grande dimension sont des gravures peu profondes ; la technique est différente des styles I et II, ce qui peut correspondre à des outils différents avec l’apparition de l’utilisation du métal. Des animaux domestiques accompagnent des personnages d’allure emblématique, qui sont parfois superposés à des panneaux peints ou à des gravures plus anciennes.

77On y trouve aussi des inscriptions sudarabiques, qui peu à peu sont remplacées par d’autres inscriptions en langue arabe. Des files de dromadaires, des scènes de guerre avec des cavaliers portant leurs armes et leurs boucliers, y sont souvent associées. Ces ensembles sont de patine très claire comparée à celle des gravures du style III.

Chronostylistique

78La succession des séquences de l’art rupestre au Yémen a été établie à partir du style I. Les datations absolues, obtenues au pied de certains abris, indiquaient la dichotomie qui apparaissait dans la facture, les dimensions, les animaux et les techniques. Ainsi, on peut distinguer des appartenances au Néolithique puis à l’Âge du Bronze et ensuite aux cultures postérieures, sans toutefois identifier précisément les horizons chronologiques. On voit des animaux disparaître comme le buffle et l’aurochs. D’autres deviennent omniprésents, comme le dromadaire, mais surtout le cheval, qui signent des occupations historiques, alors que le serpent, souvent représenté par paire, est présent dans toutes les séquences.

79Ainsi, les œuvres néolithiques (style I et style II) sont gravées et caractérisées par un style animalier stéréotypé, avec une figure isolée, naturaliste, homogène. Elles symbolisent presque uniquement la chasse. Lors de l’extinction des grands bovinés, comme l’aurochs ou le buffle, le bouquetin et l’âne prennent place dans le bestiaire néolithique. La gravure, apparemment la seule technique utilisée alors, est large et peu profonde pour le style I, plus profonde pour le style II avec des traitements en relief.

80Les œuvres de l’Âge du Bronze (style III) sont en majorité des peintures animalières, d’espèces domestiques, qui pourraient être l’œuvre des premiers pasteurs. Les mains au pochoir prennent place à cette période. Cependant la chasse est toujours un thème bien représenté. Des signes schématiques de petites dimensions (15 à 40 cm) révèlent de nouvelles conventions plastiques. La peinture est dominée par l’emploi de l’ocre vermillon et carmin. La technique de gravure diffère des périodes précédentes car elle a un caractère frustre et les sujets sont traités schématiquement.

81Dans le style IV ont été classées des œuvres de l’Âge du Bronze final et des périodes historiques : sudarabiques, hymiarites et postérieures. Les figures sont de petites dimensions par rapport aux styles précédents. Des peintures coexistent avec des gravures incisées fines ou du piquetage. L’iconographie est variée, avec l’apparition des signes tribaux wusūm, la présence de dromadaires, de cavaliers, d’archers, d’inscriptions sudarabiques, etc., indiquant tous une période tardive, postérieure au iie millénaire av. J.‑C. Les personnages filiformes sont stéréotypés. La patine est souvent plus claire.

82Il serait judicieux de poursuivre ultérieurement l’inventaire des représentations rupestres en tenant compte de l’altitude, des zones de passage, etc. La faune étant tributaire de l’environnement naturel, l’art rupestre est-il représentatif de sa répartition ou fait-il intervenir des critères d’ordre symbolique qui nous échappent ?

83On saisit immédiatement combien les précisions concernant la faune archéologique sont fondamentales pour proposer des dates crédibles pour de nombreuses représentations. Au Yémen, la domestication des animaux, qui s’installe aux environs des viivie millénaires au plus tôt, est encore peu documentée.

84C’est donc une première classification qui est tentée sur une base géographique limitée et qui sera soumise à révision avec l’apport de nouvelles données archéologiques concernant un territoire beaucoup plus vaste.

Notes

1 Keal, 2005.

2 Garcia, Rachad, 1997.

3 Fedele, Zaccara, 2005 : fig. 5.

4 Francfort, Jacobson, 2004.

5 Valladas et al, 1992.

6 Nayeem, 2000.

7 Leroi-Gourhan, 1965 b : p. 33 « Connu et inconnu de la chronologie ».

8 Sergeant, 1976 ; Ryckmans, 1976.

9 Cf. chap. II et VI.

10 Khan, 1993.

11 Breuil, 1924.

12 Bökönyi, 1990 ; Cattani, Bökönyi, 2002.

13 Ryckmans, 1976 : 271 (RES 4912=Ja 949).

14 Brun, 2001 : p. 60

15 Robin, 1996 : p. 2016.

16 Vila, 2006.

17 Uerpmann, Uerpmann, 2002.

18 Ibid. : p. 235.

19 Grigson et al., 1989

20 Gutherz, 2003.

21 IsMEO, 1983 : p. 342, fig. 53.

Table des illustrations

Titre Le buffle (Bubalus Synceris)
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1599/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre L’aurochs (Bos Primigenius)
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1599/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Le bœuf domestiqué (Bos Taurus)
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1599/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Les antilopes
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1599/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Les grands félins
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1599/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Les autruches
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1599/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 36 – Cavalier avec lance, Radā‘. Cf. fig. 171.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1599/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 37 – Dromadaire tenu en laisse, Saada. La scène est surmontée de caractères sudarabiques. Style IV.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1599/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Main en négatif
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1599/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search