Version classiqueVersion mobile

Art rupestre et peuplements préhistoriques au Yémen

 | 
Marie-Louise Inizan
, 
Madiha Rachad

VI. Des occupations préhistoriques à Saada

Marie-Louise Inizan

Entrées d'index

Note de l’éditeur

L’auteur n’ayant pas participé aux opérations de terrain, ce texte a été élaboré à partir des rapports annuels publiés par M. Garcia et M. Rachad. Le matériel a été étudié à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie à Nanterre.

Texte intégral

Fig. 30 – La plaine de Saada et ses inselbergs.

Fig. 30 – La plaine de Saada et ses inselbergs.
  • 1 Bayle des Hermens, 1976.

1Comme il a été noté dans l’introduction de l’ouvrage, l’existence d’une occupation préhistorique dans les environs de Saada a été mise en évidence par la reconnaissance de l’art rupestre dès 19741.

2La plaine de Saada, d’une altitude moyenne de 1800 mètres, occupe un bassin de sédimentation comblé par des alluvions quaternaires d’où émergent des buttes témoin ou “inselberg” dominant la plaine de 100 à 200 mètres (fig. 30). Ils sont constitués par des grès compacts qui sont les seuls supports utilisés pour toutes les peintures et les gravures, des époques préhistoriques à nos jours.

3L’érosion différentielle a favorisé la formation de nombreux abris, recherchés sans doute comme affût de chasse ou refuge. Les gravures et les peintures se trouvent généralement sur des parois verticales, au fond d’abris de faible profondeur, mais suffisants pour protéger les occupants des intempéries ou des trop fortes chaleurs. On constate que les grès ont été sélectionnés pour leur facilité à être gravés, car les prospections dans la région ont montré que les roches granitiques et basaltiques d’une dureté plus grande n’ont jamais été gravées. En revanche, si ces dernières ont été peintes, les intempéries ont pu laver les pigments. De toute manière, la conservation des gravures étant supérieure à celle des peintures, l’importance numérique de ces dernières est largement sous‑estimée.

  • 2 Garcia, Rachad, 1997 : fig. 85.

4Les emplacements des œuvres ont été choisis avec soin car il s’agit de plages remarquables par leurs dimensions, visibles de loin, souvent accessibles grâce à des replats dans les abris. Néanmoins, un certain nombre d’œuvres sont situées à des hauteurs nécessitant un échafaudage. Devant l’ampleur des découvertes dans les environs immédiats de Saada, le programme mis en place a privilégié les relevés systématiques dans tous les abris autour de la plaine plutôt qu’une extension de la prospection. Cependant, chaque fois que des incursions ont été possibles vers les nombreux massifs, comme au nord-ouest de Saada, on a pu observer l’importance de l’occupation à travers des structures d’habitats lisibles au sol, des sépultures et un impressionnant art rupestre, comme les grands panneaux du wādī al-Qulāt2.

5L’interruption de la recherche dans cette région limite l’interprétation de l’occupation préhistorique, uniquement identifiée à partir de l’Holocène et seulement au pied des abris décorés.

6Sept sites ont été relevés : al-Musalḥaqāt, al-Ḥaẓīrah, Jabal al-Makhrūq, Jabal al-Jarfayn, Wādī Rūbay‘, Jabal Ṣamā’, Jabal Ghubayr.

La culture matérielle : l’industrie lithique

7Si la recherche a d’emblée été orientée pour connaître les auteurs de ces représentations rupestres, elle fut facilitée par la présence aux alentours des abris de nombreux indices d’occupation. En effet, dès 1989, la prospection avait permis de repérer au pied des abris décorés des structures de combustion, une industrie lithique taillée, des blocs d’hématite ainsi que des vestiges d’une faune de grande dimension. Ces prélèvements de surface et la présence d’un paléosol sous-jacent ont décidé du choix des sondages. La connaissance de l’occupation pré et protohistorique de la région repose à ce jour sur cet unique travail de terrain.

8En l’absence d’industrie osseuse et de matériel de broyage, la culture matérielle est envisagée sous l’angle principal de l’industrie lithique taillée.

9Le matériel provient de trois sondages effectués en 1990 et 1992 au pied de panneaux ornés de Jabal al-Makhrūq et dans le Wādī Rūbay‘ (au pied du panneau C), et de quelques ramassages sur les autres sites, y compris à Radā‘. L'ensemble est constitué d'environ 350 pièces dont les deux tiers sont des outils retouchés.

10On peut considérer ce matériel comme un prélèvement limité, avec les restrictions qui sont de mises concernant sa représentativité et son appartenance chronologique, les datations au C14 étant réduites au nombre de trois. Au Jabal al-Makhrūq l’occupation se situerait au Néolithique, alors qu’au Wādī Rūbay‘ les datations impliqueraient une occupation dans la deuxième moitié du IIIe millénaire, donc à l’Âge du Bronze.

Premières remarques concernant le matériel collecté

11Les propositions concernent uniquement les observations effectuées sur un assemblage contenant des objets de surface et sans restes de tamisage systématique. De plus, la seule couche archéologique repérée lors des sondages est toute proche de la surface et l’industrie est très patinée, voire altérée, ce qui oblitère toute possibilité d’étude des traces d’utilisation ; la surface des éclats ou des outils en obsidienne est souvent rayée.

La matière première minérale

12Celle-ci est très variée (rhyolite, silex, quartzite, quartz, jaspe, cristal de roche, obsidienne) et elle a été indifféremment utilisée pour l’outillage, dominé par les grattoirs et les armatures bifaciales qui représentent plus de la moitié de l’outillage. L’obsidienne représente tout au plus quelques dizaines de grammes.

13Ces matières premières variées ont en commun une bonne aptitude à la taille car elles possèdent un grain assez fin mais surtout homogène. L’environnement géologique immédiat n’offre pas directement des gîtes de matière première minérale, à la différence des plateaux du Hadramawt riches en silex et en quartzite. Néanmoins, les wādī ont pu transporter des minéraux libérés par l’érosion, hors de leur position primaire, comme le suggère la présence de cortex roulés. Aucun outil en silex n’évoque celui, caractéristique par son grain, provenant des plateaux calcaires du Hadramawt. Néanmoins il faut tenir compte de la patine des objets.

  • 3 David, 2003.

14Les chloritites, roches tendres, sont présentes à l’état natif dans le bassin de Saada et elles sont encore utilisées pour façonner de la vaisselle ou des lampes car elles résistent à la chaleur. Leur commerce est attesté en Arabie depuis des millénaires3. Ce minéral ne semble pas avoir intéressé les occupants des abris car un seul fragment strié a été trouvé à la surface (fig. 34 : 12).

Le débitage et les techniques de taille

15La rareté des nucléus (1) et d’une partie des éclats de préparation laisse supposer une taille hors des abris, alors que la présence de quelques dizaines de petits éclats évoque un façonnage final de pièces bifaciales, à l’intérieur. Des ébauches maladroitement taillées ont été abandonnées en cours de taille. La plupart des autres outils ont pour support des éclats débités hors du site.

16L’obsidienne est présente sous la forme de petites lamelles et d’un seul nucléus.

17Le percuteur de pierre est largement utilisé pour le débitage des éclats : c’est une observation récurrente dans la préhistoire du Yémen. On ignore la nature des percuteurs et des outils ou pointes ayant pu servir à retoucher par pression alors que la finition des armatures est assurée par une retouche par pression au Yémen (fig. 31 : 6 et fig. 32 : 1, 2, 3, 6).

L’outillage

18Les outils ou les armes sont de types peu variés : les grattoirs et les armatures, majoritairement bifaciales, façonnés sur éclats, dominent l’ensemble.

19Aucun outil à graver n’a été formellement identifié ; seul le piquetage constant dans de nombreuses gravures a pu être effectué avec des galets (fig. 34 : 13).

Jabal al-Makhrūq

20Ce site, dont le nom signifie “la montagne percée” en langue arabe, est certainement le massif le plus riche en œuvres gravées et peintes repérées dans la région.

21Sondage MK1 : le premier sondage au Jabal al-Makhrūq (MK1) a révélé deux foyers formés de pierres calibrées de 20 cm de diamètre environ. L’un contenait des fragments crâniens de bovinés, des charbons et du silex taillé, et le décapage a livré un peu de matériel archéologique, mais le repérage à 50 m à l’est de MK1 d’une mandibule engagée dans la couche indurée a décidé du deuxième sondage.

  • 4 Gif 8627 : (M.K.2) 6250 ± 90 BP - Cal BC (-5380-4940).

22Sondage MK2 : ce décapage a été effectué sur 9 m2 et une structure de combustion composée de pierres chauffées, calibrées, de diamètre de 15 cm environ, a été mise au jour. Cette structure contenait des mâchoires de bovinés avec des éléments post-crâniens, de petits blocs d’hématite et du matériel lithique. Elle a été datée par radiocarbone à 6250 ± 90 BP4. Les vestiges d’une faune comme l’aurochs, le buffle, le bœuf ainsi que l’âne ou le bouquetin, peuvent être mis en relation avec les représentations rupestres (fig. 100).

Le débitage

23Attesté par un seul nucléus à un plan de frappe (Fig. 31 : 14) et quelques éclats.

L’outillage

24L’outillage est dominé par les grattoirs et les pièces bifaciales, de l’ébauche aux armatures de formes très variées mais pratiquement toutes cassées. Les perçoirs, à épaulement et les fragments de mèche, deux pièces esquillées, des coches et des denticulés caractérisent le reste de l’outillage.

25La présence de la chauffe a été détectée sur quelques outils : c’est un procédé utilisé par les hommes préhistoriques afin de faciliter la retouche par pression. Il faut toutefois garder à l’esprit que la chaleur des foyers a pu affecter accidentellement quelques pièces.

Fig. 31 – Jabal al-Makhrūq.

Fig. 31 – Jabal al-Makhrūq.

1 : burin sur troncature recoupant un front de grattoir. 2 et 3 : perçoir à double épaulement. 4 : pièce esquillée. 5 à 12 : grattoirs (6 : front à fines retouches denticulées par pression. 12 : quartzite rougeâtre). 13 : pièce bifaciale avec troncature (hachette ?). 14 : nucléus à éclats. 15 : plaquette d’hématite avec traces de raclage.

Fig. 32 – Jabal al-Makhrūq. Armatures bifaciales ou trifaciales, ébauches, pièces finies et cassées.

Fig. 32 – Jabal al-Makhrūq. Armatures bifaciales ou trifaciales, ébauches, pièces finies et cassées.

1 : quartzite rose (chauffée ?). 2 : obsidienne. 3 : silex. 5 et 4 : pédoncule ou mèches de foret cassés, silex. 6 : armature foliacée à retouches crénelées. 7 : armature à ailerons et pédoncule. 8 à 13 : ébauches abandonnées en cours de taille. . 14 à 22 : pièces foliacées retouchées par pression. 23 et 24 : petits bifaces (basalte et silex) façonnés par percussion (ébauches ?).

26Les grattoirs (fig. 31 : 5 à 12) : au nombre de 29, tous sur éclats, ils sont de dimensions différentes. Leurs fronts sont parfois émoussés ou présentent des retouches inverses, vraisemblablement d’utilisation. La délinéation des fronts est variée : convexe, simple, à double épaulement. Un seul est circulaire et un autre double. Les fronts distaux ont une retouche directe régulière et pour l’un d’entre eux, elle est exceptionnelle (fig. 31 : 6) car elle est exécutée par pression avec une micro-denticulation. On sait, grâce à expérimentation, que des fronts de grattoir micro-denticulés mordent mieux la peau fraîche, lors du travail des peaux.

27Les pièces bifaciales (28) (fig. 32)

28Toutes les matières premières ont été utilisées ; 3 fragments de pointe ou de base ainsi qu’une armature ovalaire sont en obsidienne. Il est difficile de décider si plusieurs de ces pièces sont destinées à être des armatures de chasse (pointe de flèche).

29La présence de pièces cassées en cours de taille, retouchées irrégulièrement, et d’éclats de façonnage, permet de déduire que le façonnage des armatures a été réalisé sur place.

30La retouche par pression très régulière est la plus utilisée pour le façonnage final, avec parfois des micro-denticulations sur les armatures les plus soignées (fig. 32 : 6).

  • Les pièces bifaciales grossières (7) : elles sont plutôt en quartzite, cassées ou taillées grossièrement.

    • 5 Détermination par M. Ricq : néphrite (trémolitite) ; Inizan et al., 1997 : fig. 4-10.

    Les pièces biafaciales tronquées : il existe deux pièces bifaciales tronquées quasi identiques au Jabal al-Makhrūq et une autre au Jabal Ghubayr (fig. 32 : 13 ; cf. fig. 34 : 12). Leur biseau ne présente pas de traces d’usure alors que l’angle est adapté à la gravure. En revanche dans le bassin d’al-Hawā, de petites pièces, en silex et en roche verte5, leur ressemblent malgré le poli d’une face.

  • Les armatures à pédoncule (24) : il faut noter l’absence de pièces finies, intactes. Toutes sont cassées ou abandonnées à l’état d’ébauche ou de préforme (fig. 32 : 8 à 14), ou parfois, après utilisation, c’est-à-dire au retour de la chasse. Ainsi, on peut observer la similarité des cassures proximales et distales sur des armatures morphologiquement identiques, fabriquées dans des matières différentes : silex, quartzite ou obsidienne (7 de ces pièces ont été dénombrées) (fig. 32 : 1, 2, 3).

  • Un petit biface discoïde présente des arêtes fraîches (fig. 32 : 23).

31Les perçoirs (7) (fig. 32 : 2, 3): 3 sont sur éclat avec une pointe dégagée par un double épaulement, 7 autres de ce type ont été ramassés en surface dans les environs et 4 seraient des mèches de foret ou de longs pédoncules, à section quadrangulaire ou trapézoïdale et aux arêtes parfois polies (fig. 3 : 4 et 5 ).

32Les pièces esquillées (2) (fig. 2 : 4)

  • 6 Crassard, 2007.

33Les deux exemples sont en silex, alors qu’en obsidienne elles semblent constituer un marqueur qui apparaît au IIe millénaire av. J.-C6.

34Un petit polyèdre en matière siliceuse grossière (fig. 31 : 7).

35Autre matériau présent, l’hématite : quelques petits fragments d’hématite ont été dénombrés dont une véritable plaquette aux faces striées (fig. 31 : 15).

Wādī Rūbay‘

36Ce site, à environ 15 km au nord de Saada (fig. 84), est formé de buttes témoin (inselberg) assez éloignées les unes des autres, autour d’une vaste cuvette dont la partie centrale est constituée par des dépôts blancs, carbonatés, derniers vestiges d’un ancien lac (chap. I, fig. 3). Ces dépôts sont utilisés par les villageois pour amender les vignobles et pour peindre leurs maisons. Comme dans les autres sites, des structures de combustion, repérables grâce à la couleur blanche des dépôts, s’alignent en bordure de l’ancien lac.

37Cinq massifs sont remarquables, cependant les groupes A, B, C, avec leurs 7 panneaux, concentrent la majorité des œuvres, composées de 39 figures gravées ainsi que de quelques peintures malheureusement très effacées.

38Au pied des groupes B et C, des aménagements anthropiques comme des structures de pierres ou de foyers, contenant d’importants segments ostéologiques et de nombreux objets lithiques, proviennent à l’évidence de la couche archéologique sous-jacente. Ils ont été mis au jour par l’érosion et les passages humains et animaux.

Fig. 33 – Wādī Rūbay‘.

Fig. 33 – Wādī Rūbay‘.

1 à 8 : grattoirs communs en silex. 9 : racloir. 10 : grattoir denticulé. 11 et 12 : pièces esquillées. 13 : fragment de roche verte polie. 14 : pointe de flèche à pédoncule et ailerons avec une retouche par pression en écharpe. 15 et 16 : pièces bifaciales ovalaires cassées. 17 : pointe triédrique (ébauches ?).

39Une coupe a été pratiquée, révélant 60 cm de sédiment cendreux contenant des charbons.

40Datation au carbone 14, au pied des massifs B et C

41WR3 : Gif 8628, 3790 ± 60 BP - Cal BC (-2445-2054).

42WR3-2A : Gif 8630, 3600 ± 40 BP - Cal BC (-2110-1885).

43Ces dates calibrées indiquent une occupation au cours de la deuxième moitié du IIIe millénaire. La grande faune chassée, l’Aurochs et le Buffle, est encore présente dans la couche archéologique et dans les représentations rupestres, ce qui implique l’existence de suffisantes étendues d’eau. On y rencontre aussi le bœuf (Bos taurus) (chap. V).

44Les observations effectuées sur l’industrie du Jabal al-Makhrūq sont toujours valables. L’échantillonnage est limité, effectué sans tamisage, avec un mélange d’objets provenant de la surface et de la couche sous-jacente.

45L’outillage est dominé par les grattoirs et les armatures de chasse sont en nombre moins élevé qu’au Jabal al-Makhrūq. Les prélèvements possibles des pointes de flèche à la surface incitent à la prudence. On peut aussi envisager que la chasse n’est plus prépondérante et qu’une population de pasteurs/chasseurs fréquente les lieux (fig. 33).

46Les matières premières et les techniques employées sont identiques à celles du Jabal al‑Makhrūq.

47Cette absence d’évolution dans les techniques de taille pendant trois mille ans, du Néolithique à la fin de l’Âge du Bronze, peut s’expliquer par la faiblesse de l’échantillon car les représentations rupestres, gravées puis peintes, ont évolué pendant cette période (chap. VII). On mesure l’importance de nouvelles fouilles et de nouvelles datations dans ce secteur.

Jabal Ghubayr

48C’est la dernière formation d’inselbergs de la plaine de Saada, s’appuyant sur les contreforts des massifs cristallins du Jabal al-Aswad qui se déploie vers l’Arabie Saoudite.

49Le Jabal Ghubayr, exploré lors de la campagne 1992, est constitué d’une dizaine d’inselbergs dont les sept plus importants sont orientés NO-SE et séparés par des wādī. L’un d’entre eux traverse le massif de part en part en délimitant deux zones. Les massifs ont été numérotés du sud au nord, A, B, C, D, etc. (fig. 140).

50Comme pour les autres sites, les sols situés immédiatement au-dessous des panneaux ornés recèlent des gisements archéologiques aisément repérables grâce à des structures de combustion, de la faune fossile et de l’industrie lithique taillée affleurant à la surface du sol. Aucune datation n’a été réalisée.

  • 7 La fouille fut annulée en raison de la guerre civile.

51Une fouille était prévue pour 19937 et des échantillons de matériel lithique et faunique ont été prélevés en surface et dans les couches décapées par l’action de l’eau du wādī. Dans le groupe C, au pied du panneau des équidés (fig. 150), des restes fauniques ont été attribués à l’âne sauvage d’Afrique (Equus africanus) (chap. IV).

52Environ 150 pièces ont été récoltées avec la même variété de matière première que précédemment (silex calcédonieux, quartzite, rhyolite, cristal de roche et obsidienne).

Fig. 34 – Jabal Ghubayr.

Fig. 34 – Jabal Ghubayr.

1 à 4 : grattoirs (4 : en obsidienne). 5 : lamelle retouchée. 6, 7 et 10 : armatures cassées. 8 et 9 : pièces bifaciales (ébauches ? 8 : en obsidienne). 11 : pointe de flèche à retouche par pression, ailerons non terminés (?). 12 : pièces bifaciales (rabot ?) (cf. fig. 50 : 12). 13 : galet avec traces de percussion (outil à graver ?).

53Le débitage

54Il obéit aux mêmes règles que pour les sites précédents : débitage sur éclats au percuteur dur et emploi de la retouche par pression pour le façonnage final des armatures de chasse.

  • Deux nucléus : un petit en silex à éclats laminaires avec un plan de frappe lisse et un autre informe. Avec un fragment de lamelle sous-crête, ce sont les seuls indices d’une taille sur place.

  • Quelques petits éclats proviennent de la taille de pièces bifaciales.

  • L’obsidienne est présente sous la forme de quelques éclats et fragments lamellaires (40 environ), sans nucléus.

55L’outillage

56Plusieurs outils sont ocrés sans doute par contact avec les fragments d’hématite présents dans les sacs répertoriés.

  • Les grattoirs (10) sont sur éclat, 6 de type unguiforme (fig. 34 : 3), dont un en obsidienne (fig. 34 : 4).

  • Un racloir

  • Les armatures bifaciales (8) (fig. 33) : elles sont surtout de type ovalaire ; avec une cassée, à pédoncule et ailerons ; l’unique pièce provenant de la couche archéologique est entière et retouchée par pression mais elle semble inachevée (fig. 33 : 11).

  • Une pièce bifaciale à tranchant abrupt (fig. 34 : 12) en quartzite ressemble à celles du Jabal al-Makhrūq (fig. 34 : 12).

  • Un galet martelé (fig. 34 : 13) a pu être utilisé au piquetage de gravure.

Environs de Radā‘

57La prospection dans la région de Radā‘ a été à peine engagée et aucun sondage archéologique n’a été pratiqué.

58À 150 km au S-E de Sanaa, dans la région de Radā‘, à l’altitude de 2100 mètres, un abri sous roche orné d’un grand panneau d’animaux gravés, avec de nombreux ânes, était déjà connu (fig. 185). La prospection s’est poursuivie vers al-Amasān et les formations de grès du Jabal Aḥram, à 2 km au nord de la ville. Les surfaces patinées en noir de ces grès, qui ont servi de support à de nombreuses gravures, ressemblent aux formations de Saada.

59Les prospections de 1992 ont ainsi enrichi le corpus par la découverte de quatre sites (al‑Ḥarya, al‑Ḥajfa, al-Amasān, Jabal Aḥram) associés à du matériel archéologique (fig. 155).

60La prospection à l’est du Jabal Aḥram, dans des zones non cultivées, a montré une différence entre les régions de Saada et de Radā‘ : à Saada, la couche d’occupation affleure en surface avec la présence de matériel archéologique, alors qu’à Radā‘, le sol est recouvert d’un limon alluvial atteignant parfois 5 à 6 mètres de puissance, enfouissant les sols anciens d’occupation (chap. III). Ce sont des carrières à ciel ouvert qui ont libéré du matériel archéologique, qu’il est difficile d’attribuer à une période précise d’occupation. D’après les représentations rupestres, il doit exister des occupations depuis la période néolithique.

61Le matériel lithique (fig. 6) : il a été ramassé sur le site d’al-Amasān.

62La matière première est variée et l’obsidienne est toujours présente. Les pièces bifaciales sont d’assez grande dimension, il n’y a aucune pointe de flèche ni aucun grattoir.

63Un peu de “pierre polie” et quelques “pièces esquillées” ont été ramassées, ainsi qu’un petit disque perforé en terre cuite (fig. 35 : 6).

64Les dernières visites en 2006 ont confirmé le potentiel archéologique et la richesse des sites rupestres de la région de Radā‘.

Fig. 35 – Al-Amasān (Radā‘).

Fig. 35 – Al-Amasān (Radā‘).

1 à 3 : pièces bifaciales façonnées par percussion. 4 : ébauche. 5 et 6 : petits disques perforées en céramique. 7 : polyèdres. 8 : nucléus ou denticulés. 9 : fragment d’une hache polie patinée (roche verte). 10 : lissoir (?). 11 : hachette polie. 12 : chlorite.

Conclusion

65À Saada, l’importance numérique des occupations préhistoriques affleurant au pied des abris décorés ainsi qu’aux alentours des étendues paléo-lacustres, évoque une fréquentation régulière de ces lieux par des chasseurs qui seraient les auteurs des panneaux ornés. En effet, les thèmes animaliers et la nature de l’outillage lithique rappellent majoritairement la chasse. Ces abris étaient‑ils fréquentés uniquement lors des périodes de chasse ? Dans ce cas, il existerait des habitats contemporains présentant des activités différentes.

66Les ensembles lithiques taillés offrent quelques indications sur le mode de vie de leurs auteurs. Ainsi le façonnage des armatures a été réalisé dans les sites, comme en témoignent les ébauches et certaines armatures ratées, abandonnées sur place, alors que les premiers stades de préparation, c’est-à-dire l’élaboration des supports, a été exécutée hors des abris. Cette observation rejoint celle de D. Hadjouis (chap. V), qui conclut que l’abattage des grands mammifères fut réalisé aussi en dehors des abris. En revanche, les armatures triédriques à encoches, cassées de manière identique à leurs deux extrémités, pourraient caractériser un impact dans le gibier et une rupture au niveau de la hampe : leur type et leur façonnage particuliers en font aussi un bon marqueur technique car on peut les rapprocher d’armatures identifiées dans d’autres régions du Yémen aux VIIe-VIe millénaires av. J.‑C. du côté du Hadramawt (fig. 33 : 1, 2, 3).

67Il faut garder en mémoire que le rabattage et l’usage des pièges pour capturer les animaux de grande taille sont des pratiques courantes qui ne laissent aucune trace. Or les abris bordaient alors des étendues lacustres, abreuvoirs naturels pour les buffles et les aurochs ou les grands félins.

68Malgré l’absence d’étude des traces d’utilisation, la présence dominante des grattoirs avec quelques perçoirs évoque un travail de préparation des peaux qui aurait eu lieu dans les abris.

69On peut s’étonner de la rareté des outils à graver, qui s’explique sans doute par la difficulté de leur identification dans un sol très pierreux. En effet, il suffit de simples galets choisis pour leur forme et leur densité pour graver des grès par martelage, comme on l’observe sur de nombreuses gravures (fig. 33 : 13).

Notes

1 Bayle des Hermens, 1976.

2 Garcia, Rachad, 1997 : fig. 85.

3 David, 2003.

4 Gif 8627 : (M.K.2) 6250 ± 90 BP - Cal BC (-5380-4940).

5 Détermination par M. Ricq : néphrite (trémolitite) ; Inizan et al., 1997 : fig. 4-10.

6 Crassard, 2007.

7 La fouille fut annulée en raison de la guerre civile.

Table des illustrations

Titre Fig. 30 – La plaine de Saada et ses inselbergs.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 31 – Jabal al-Makhrūq.
Légende 1 : burin sur troncature recoupant un front de grattoir. 2 et 3 : perçoir à double épaulement. 4 : pièce esquillée. 5 à 12 : grattoirs (6 : front à fines retouches denticulées par pression. 12 : quartzite rougeâtre). 13 : pièce bifaciale avec troncature (hachette ?). 14 : nucléus à éclats. 15 : plaquette d’hématite avec traces de raclage.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1598/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 32 – Jabal al-Makhrūq. Armatures bifaciales ou trifaciales, ébauches, pièces finies et cassées.
Légende 1 : quartzite rose (chauffée ?). 2 : obsidienne. 3 : silex. 5 et 4 : pédoncule ou mèches de foret cassés, silex. 6 : armature foliacée à retouches crénelées. 7 : armature à ailerons et pédoncule. 8 à 13 : ébauches abandonnées en cours de taille. . 14 à 22 : pièces foliacées retouchées par pression. 23 et 24 : petits bifaces (basalte et silex) façonnés par percussion (ébauches ?).
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1598/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 33 – Wādī Rūbay‘.
Légende 1 à 8 : grattoirs communs en silex. 9 : racloir. 10 : grattoir denticulé. 11 et 12 : pièces esquillées. 13 : fragment de roche verte polie. 14 : pointe de flèche à pédoncule et ailerons avec une retouche par pression en écharpe. 15 et 16 : pièces bifaciales ovalaires cassées. 17 : pointe triédrique (ébauches ?).
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1598/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 34 – Jabal Ghubayr.
Légende 1 à 4 : grattoirs (4 : en obsidienne). 5 : lamelle retouchée. 6, 7 et 10 : armatures cassées. 8 et 9 : pièces bifaciales (ébauches ? 8 : en obsidienne). 11 : pointe de flèche à retouche par pression, ailerons non terminés (?). 12 : pièces bifaciales (rabot ?) (cf. fig. 50 : 12). 13 : galet avec traces de percussion (outil à graver ?).
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1598/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 35 – Al-Amasān (Radā‘).
Légende 1 à 3 : pièces bifaciales façonnées par percussion. 4 : ébauche. 5 et 6 : petits disques perforées en céramique. 7 : polyèdres. 8 : nucléus ou denticulés. 9 : fragment d’une hache polie patinée (roche verte). 10 : lissoir (?). 11 : hachette polie. 12 : chlorite.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1598/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 547k

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search