Version classiqueVersion mobile

Art rupestre et peuplements préhistoriques au Yémen

 | 
Marie-Louise Inizan
, 
Madiha Rachad

II. Peuplements à l’Holocène

Marie-Louise Inizan

Texte intégral

  • 1 Crassard, 2007 : p. 81-83 (tableau récapitulatif de tous les sites datés avec calibration. La calib (...)

1Malgré l’intensification des recherches systématiques en Préhistoire au Yémen, depuis plus de 20 ans, l’origine des peuplements préhistoriques, des plus anciens tout au long du Pléistocène aux plus récents durant l’Holocène, est toujours inconnue. Alors que les témoignages d’une présence préhistorique se multiplient1 à partir de l’Holocène moyen, il y a environ 9000 ans, de la Tihāma aux montagnes volcaniques centrales, aux plateaux orientaux jusqu’aux confins du Hadramawt à l’est, l’occupation éventuelle du territoire durant les deux millénaires précédents, considérés comme très arides (cf. chap. IV) reste énigmatique.

  • 2 RASA (Roots of Agriculture in Southern Arabia - J. McCorriston, E. Oches, A. Bin ‘Aqil) et HDOR (mi (...)
  • 3 Cf. p. 14, chap. I.

2On peut cependant observer, grâce à deux programmes récents de recherche concentrés dans des micro-régions du Hadramawt, RASA dans le wādī Sāna et HDOR dans le wādī Wa‘sha2, que des sites stratifiés tant espérés ont été repérés et fouillés le long de deux affluents du wādī Masīla. Les occupations les plus anciennes confirmeraient la datation du premier site stratifié de Ḥabarūt3, découvert précédemment plus à l’est, par H. Amikhanov (IXe–VIIIe millénaires av. J.‑C.). Le matériel archéologique, essentiellement lithique, indiquerait la présence de chasseurs dont les ancêtres n’ont toujours pas été identifiés.

  • 4 Deux foyers ont été datés : Gif-9483 (Mkh 26) 8470 ± 145 BP (Cal BC –7935-7081 ; Gif- 9486 : 8470 ± (...)

3Dans la région centrale autour du Ramlat as-Sab‘atayn, des découvertes fortuites ont aussi montré qu’il existe des sites préhistoriques enterrés. Il est possible de les retrouver à condition d’éviter les lits majeurs des wādī dans lesquels la puissance des sédiments accumulés lors de l’irrigation antique, jusqu’à 20 m dans le wādī Bayhān, a mis souvent hors d’atteinte les installations préhistoriques. En 1992, lors d’une prospection le long d’un affluent du wādī Markha, deux foyers ont été décelés dans une coupe naturelle et datés, indiquant une présence humaine au début de l’optimum climatique. Ils étaient ensevelis sous 1,20 m de sédiment (fig. 7). Malheureusement l’industrie lithique associée, composée de quelques éclats de quartz, n’a aucune signification chronologique ou culturelle. Le long du wādī Irmah dans la région de Shabwa, une série de foyers enterrés est aussi apparue dans une coupe lors du creusement d’une citerne4.

Fig. 7 – Foyers dans une coupe naturelle du wādī Khamouma. Zone de foyers indiquée par la flèche.

Fig. 7 – Foyers dans une coupe naturelle du wādī Khamouma. Zone de foyers indiquée par la flèche.

1 : dépôt limoneux (1,20 m). 2 : couche de graviers recoupée par les foyers, surmontée par une couche limoneuse brun foncé. 3 : sédiment jaune. 4 : remplissage brun. 5 : sédiment charbonneux avec fragments de charbon. 6 : terre rubéfiée rouge orangé.

Les chasseurs-cueilleurs

4Lors des recherches pétrolières dans le grand désert du Rub‘ al-Khālī, il y a une cinquantaine d’années, de nombreux indices en surface, comme des pointes de flèche, témoignaient en faveur d’une occupation qui fut dénommée “néolithique”. Puis les découvertes se sont multipliées avec les prospections archéologiques systématiques en Arabie Saoudite, sur les rives du Golfe arabo‑persique et dans la péninsule d’Oman. Les guillemets au mot “néolithique” sont toutefois de rigueur car cette attribution culturelle est fondée essentiellement sur la présence d’armatures de flèche, souvent bifaciales, de formes et de dimensions très variées qui, en l’absence de données sur le mode de vie, évoquent la chasse plutôt que la domestication qui est un des fondements du Néolithique. Ces recherches concernaient alors essentiellement les régions désertiques sans doute fréquentées par des chasseurs-collecteurs. C’est ainsi qu’une terminologie fondée sur les armatures de chasse a été adoptée et dénommée Arabian Bifacial Tradition (ABT).

5Comme la nature et la succession des cultures durant l’Holocène sont encore mal établies, il semble prématuré d’adopter pour cet immense territoire cette terminologie qui évoque a priori seulement la chasse. Cette définition est fondée sur une analyse limitée au matériel lithique taillé, réduit à une seule catégorie d’artefact, les armatures de chasse, et à une seule méthode de taille, le façonnage bifacial, malgré la présence de tout un outillage traditionnel non bifacial. L’“ABT” ne définit ni une culture ni un territoire spécifique et n’a pas de signification chronologique, car le façonnage bifacial, lorsqu’il est daté, évolue du VIIIe au IIIe millénaire av. J.‑C.

  • 5 Cleuziou et al., 1992 ; chap. IV et fig. 1.
  • 6 Tixier, 1976.

6L’apport des datations radiocarbones et l’étude du paléo-environnement offrent des précisions sur le dernier optimum climatique de l’Holocène (chap. IV). Ainsi dans le bassin intérieur désertique du Ramlat as-Sab‘atayn, la reconnaissance du paléo-fleuve Jawf-Hadramawt et d’étendues paléo-lacustres a permis d’expliquer l’occupation préhistorique, repérée par la présence de foyers érodés, d’industries lithiques patinées et d’éléments de parures en coquillage marin disséminés aux alentours des zones paléolacustres5. Dans cette région de dunes récentes, on peut espérer leur déplacement qui libérerait des campements préhistoriques en place, ensevelis rapidement et préservés par le sable comme on en a découvert au Sahara6. Le matériel récolté indique des occupations temporaires liées à la chasse, avec de nombreuses pointes de flèche, dont quelques-unes ont sans doute été fabriquées dans le Hadramawt, par exemple une pointe “flûtée” et une pointe de Wa‘sha (p. 31, fig. 12 et p. 30, fig. 10). La présence de matériaux exogènes comme l’obsidienne et les coquillages marins, indique soit une mobilité importante de ces populations, soit des contacts et des échanges sur de longues distances.

La néolithisation

7Au Yémen, les limites de la néolithisation sont encore floues, le tableau suivant évoluera donc avec le développement de la recherche et des découvertes.

8Cependant on ne définit plus le Néolithique en général. On a élargi la notion de “néolithisation(s)” à une mutation dans les systèmes de production dont la domestication est considérée comme un élément majeur.

9En Arabie, aucune occupation du Paléolithique supérieur n’ayant jamais été identifiée, il est difficile d’évaluer un changement dans les modes de vie et il n’est pas opportun de définir des industries par les termes de “mésolithique” ou d’“épipaléolithique”.

  • 7 Desse, 1988.

10Le développement de la pêche et des modes de conservation du poisson, mis en évidence surtout dans le Golfe arabo-persique7, ainsi que l’apparition de phénomènes techno-économiques nouveaux comme le broyage et la circulation de matières premières sur de longues distances (obsidienne, certaines roches tenaces, coquillages marins), contribuent à caractériser de nouveaux modes de vie. En tenant compte de tous ces facteurs, on peut proposer une chronologie de la néolithisation au Yémen.

Fig. 8 – Peuplement et néolithisation à l’Holocène.

Fig. 8 – Peuplement et néolithisation à l’Holocène.
  • 8 Zarins, 1990 ; Francaviglia, 1995 ; Inizan, Francaviglia, 2002.
  • 9 Di Mario, 1989.

11Au Yémen, à partir des VIII/VIIe millénaires av. J.‑C., on note dans les sites la présence de matériaux exogènes, absents des sites paléolithiques à débitage Levallois. L’obsidienne taillée présente des deux côtés de la mer Rouge peut provenir des gisements yéménites mais aussi des gisements d’Afrique orientale8. Les minéraux, la néphrite, la cornaline, l’albâtre, la chloritite, l’amazonite9, appartiennent au sol yéménite et constituent de bons témoins de voies de circulation et/ou de circuits d’échange (planche 1).

La domestication des animaux et des plantes au Yémen

  • 10 Vigne et al, 2005. On peut consulter en français : “Les débuts de l’élevage au Proche et Moyen-Orie (...)

12La domestication des plantes et des animaux, qu’elle soit primaire ou empruntée, reflète des phénomènes complexes car elle a eu lieu en différents lieux et à des moments différents10. Si la domestication animale entraîne un déclin de la chasse qui n’assure plus toute la nourriture carnée, la chasse se maintient partout avec une forte charge symbolique.

  • 11 Steimer-Herbet, 2004.

13La domestication peut s’accompagner de transformations et d’innovations techniques comme la sédentarisation, l’apparition de la céramique, sans qu’il soit véritablement possible de discerner les moteurs ou l’ordre de ces phénomènes. En outre, la sédentarisation ne supplante pas le nomadisme qui, avec le développement du pastoralisme, joue un rôle important au Yémen dans les échanges avec la Péninsule Arabique. La sédentarisation et le développement de l’agriculture et de l’élevage vont favoriser l’expansion démographique qui se manifeste à la fin du IVe millénaire à travers l’apparition de villages et de nécropoles comportant plusieurs milliers de tombes comme à Ruwaik ou Jidran sur les marges occidentales du Ramlat as-Sab‘atayn11

Domestication des animaux

14Concernant la domestication des animaux, J.-D. Vigne distingue et oppose le phénomène d’apprivoisement d’un animal maîtrisé par les chasseurs paléolithiques du contrôle d’une population animale à des fins de production :

  • 12 Vigne, 2003 : p. 146.

« la domestication apparaît comme l’expression d’un mode culturel en rupture par rapport à celui des chasseurs, partant, comme dépendante du fonctionnement des sociétés humaines plus que des innovations techniques ou des contraintes environnementales »12.

  • 13 Vigne et al., 2005 : p. 7 ; chap. VII.

15Le chien est un exemple de cet apprivoisement par l’homme au Paléolithique13.

  • 14 Fedele, 1989.

16Il y a seulement une vingtaine d’années, grâce aux prospections de la mission italienne dans le wādī Ḥarīb, que les premières études archéo-zoologiques ont été réalisées, mettant en évidence l’importance de la chasse à l’Holocène moyen14 dans le bassin du Ramlat as-Sab‘atayn.

  • 15 Bökönyi, 1990 : p. 146.
  • 16 Fedele, 1990 a .

17Les travaux de la mission italienne sont aussi les premiers à reconnaître la domestication des animaux dans les Hautes-Terres yéménites à l’est de Sanaa. À Jabal Quṭrān, un niveau archéologique hypothétiquement attribué au VIe millénaire a livré des ossements d’aurochs (Bos primigenius boj), associés au boeuf et aux ovi-caprinés domestiques (Bos taurus, L.ovis aries, L.capra hircus)15. Il existerait une économie pastorale fondée sur l’élevage des boeufs16 entre le VIe et le IVe millénaire av. J.‑C.

  • 17 Tosi, 1986b.
  • 18 Cattani, Bökönyi, 2003.

18Toujours à l’Holocène moyen, la domestication des bovinés est attestée dans la Tihāma, à Surdūd 117 et ash-Shumah18, ainsi que dans le bassin de Saada (chap. IV).

  • 19 Vigne, 2003.

19La domestication des ovi-caprinés comme les chèvres et les moutons, et en particulier le mouton, impliquerait l’apport d’espèces du Proche-Orient car ces animaux n’ont pas d’ancêtres sauvages ni en Arabie ni dans l’Afrique voisine. Si cette domestication est apparue il y a près de 12 000 ans du côté de l’Anatolie, au Levant nord, au pied du Taurus19, elle intervient beaucoup plus tard au Yémen, vers les VI-Ve millénaires av. J.‑C.

  • 20 Gautier, 1990 : p. 143-147.

20L’aurochs, ancêtre sauvage du bœuf, est présent au Yémen. Sa domestication dans la vallée du Nil se situe vers 6500 ans av. J.‑C.20, et peut-être un millénaire plus tôt au Sahara. Il s’agit d’un bœuf sans bosse (Bos taurus), comme au Yémen où il a été identifié dans l’art rupestre et sur des ossements, dès le VIe millénaire av. J.‑C. Notons que l’aurochs a aussi été domestiqué au Proche‑Orient. Cette domestication précéderait au Yémen celle des ovi-caprinés sans qu’il soit encore possible de décider s’il s’agit d’un phénomène local ou d’une introduction.

21À partir du VIe millénaire av. J.‑C, la domestication des animaux semble se répandre au Yémen et, grâce à l’art rupestre, on dispose de témoignages de communautés partageant des rites de chasse et des traditions pastorales. Les dessins naturalistes, interprétés avec prudence, confirment l’existence d’animaux définis d’après leurs ossements, comme l’aurochs, le bœuf sans bosse ou le bouquetin africain.

22L’introduction du bœuf à bosse, le zébu (Bos indicus), est à situer dans l’époque historique, comme celle du dromadaire ou du cheval.

Chasse et domestication des ânes

  • 21 Chapitre VI ; Robin, 1996 : premières mentions écrites, p. 2016.

23Les ânes du Yémen ont une origine africaine (chap. IV) et ils sont apparemment les seuls équidés présents en Arabie, car l’arrivée du cheval est certainement historique21.

  • 22 Masry, 1974.
  • 23 Tosi, 1986.
  • 24 Cattani, Bökönyi, 2002 (Cal BC -6684-6475 BC) calibrée d’après publication.
  • 25 Khalidi, 2005.

24La chasse sélective des ânes en Arabie a été relevée par plusieurs chercheurs, sur les rives du Golfe22 et dans la Tihāma23. L’étude de la faune du site d’ash-Shumah, dans la Tihāma, suggère la présence d’un bœuf domestiqué (Bos taurus) associé à de nombreux restes osseux et dentaires d’ânes, évoquant une chasse sélective de ce dernier. Ash-Shumah est un amas coquillier dont une couche a été datée de 7770 BP24. En 2003, une prospection systématique25 dans la région des wādī Rima‘ et Kuway‘, dans la Tihāma, a permis la reconnaissance de 126 sites en surface, dominés par des amas coquilliers. Trente-huit d’entre eux ont été attribués au Néolithique avec des caractéristiques communes au site d’ash-Shumah, comme la présence de Terebralia palustris, coquillages qui signent la présence de mangroves fossiles qui ont été datées. Or dans ces sites, l’âne (Equus asinus africanus) est systématiquement représenté et la question d’une chasse spécialisée de l’âne se trouve à nouveau posée. Quant à sa domestication, il est difficile d’y reconnaître une importation de la Corne de l’Afrique où l’âne domestiqué est présent, il y a tout au plus 5000 ans. Une chasse spécialisée a‑t-elle conduit à sa domestication ? C’est un animal de bât bien adapté aux montagnes abruptes du Yémen.

  • 26 Cattani, Bökönyi, 2002 : p. 51.

“The presence of domestic cattle and the possibility of an incipient domestication of the wild ass, makes Ash-Shumah one of the earliest sites where domestication of animals is documented in Southern Arabia”26.

25Le bœuf et l’âne seraient donc les premiers animaux domestiqués au Yémen, aux VII-VIe millénaires av. J.‑C.

26La chasse aux ânes fait partie du bestiaire de l’art rupestre à Saada et à Radā‘, où il s’agit aussi d’un âne d’origine africaine qu’on peut identifier grâces aux rayures des pattes : une scène étonnante à al-Amasān, près de Radā‘, se compose de quatre ânes avec leurs petits mais elle n’est hélas pas datée (fig. 182).

Présence du cheval et du dromadaire au Yémen

27Préciser l’apparition du cheval au Yémen ainsi qu’élucider la domestication des camélidés en Arabie permettraient de caler chronologiquement de nombreuses représentations rupestres dans lesquelles on reconnaît ces animaux ; en outre de telles découvertes rencontreraient un écho dans les régions de la Corne de l’Afrique où le dromadaire est considéré comme importé d’Arabie.

Apparition de l’agriculture

  • 27 Costantini, 1990.

28Si la pratique de l’irrigation a été l’un des fleurons des royaumes sudarabiques avec la construction de barrages aux débouchés des principaux wādī, on ne connaît pas encore l’origine des pratiques agricoles au Yémen. Il n’existe pas de témoignage archéologique d’une agriculture néolithique. Grâce à des témoins indirects, la présence d’une agriculture a été identifiée dans le Khawlān par L. Costantini27. Des impressions de quelques céréales comme le blé (Hordeum vulgare), ou l’orge (Triticum monococcum), ont été observées sur des poteries dans des sites datant de la fin du IVe ou du IIIe millénaire av. J.‑C.

  • 28 Wilkinson, 1997 ; Wilkinson, Edens, 1997.

29Dans les montagnes de la région de Dhamār, les études de T. Wilkinson28 montrent qu’une agriculture en terrasse a débuté au début du IVe millénaire av. J.‑C., s’accompagnant d’une augmentation démographique et de l’établissement de petits villages agricoles autour de 3000 av. J.‑C., qui permettent de préciser la sédentarisation dans cette région.

  • 29 Edens, 2005.

30Dans une synthèse détaillée29, C. Edens explique l’apparition d’une agriculture dans les Hautes‑Terres à l’Âge du Bronze grâce à la combinaison de l’altitude, de la pluviométrie et de la température, qui ont favorisé la culture de céréales comme le blé et l’orge. Cette introduction tardive de la culture de céréales est exogène et Edens propose trois routes, l’une du nord, venant du Levant, une deuxième route issue du sous-continent indien à travers l’Oman alors que la troisième viendrait de l’est africain à travers la mer Rouge. Ces propositions multiples montrent que le Yémen est loin d’être un cul-de-sac au sud de l’Arabie mais un carrefour à ne pas négliger.

La question du Sorgho

  • 30 Midant-Reynes, 2003 : « La question du sorgho », p. 49.
  • 31 Cleuziou et Costantini, 1980.

31Il est admis que le sorgho, plante africaine, a été domestiqué dans la vallée du Nil il y a environ 8000 ans, et, beaucoup plus récemment, il y a un peu plus de 4000 ans, du côté de l’Éthiopie et de l’Érythrée30. Identifié en Oman31 aux environs de 3000 ans av. J.‑C. d’après des impressions sur poterie, on ne dispose pas encore de témoignage de sa présence précoce au Yémen. Il faut rappeler que le sorgho craint le froid et qu’il est gourmand en eau.

La culture matérielle à l’Holocène

  • 32 Lemonnier, 1991 : p. 15.

32« Parler de « culture matérielle », c’est rappeler que les techniques sont des productions sociales”32. En archéologie, la culture matérielle peut s’étudier et s’interpréter grâce à l’équipement technique dont on dispose. Or au Yémen, l’industrie lithique taillée (outils, armes et déchets de taille) domine le matériel archéologique jusqu’à la fin du IVe millénaire av. J.‑C., ce qui peut s’expliquer par le petit nombre de sites fouillés en stratigraphie. La plupart des sites étudiés ont été repérés proches de la surface ou en surface, situation compromettant la conservation des matières organiques animales et végétales et limitant ainsi les définitions culturelles.

La technologie comme approche méthodologique

  • 33 Leroi Gourhan, 1965 a : “l’outil n’existe que dans le cycle opératoire” : p. 35.
  • 34 Inizan et al., 1995 et 1999.

33La technologie comme approche méthodologique est fondée sur le concept de “chaîne opératoire” développé magistralement par A. Leroi-Gourhan33. L’expertise consiste alors à replacer chaque objet étudié dans toute la chaîne technique allant de l’origine de la matière première à l’abandon de l’outil34.

  • 35 Tixier, 1967.
  • 36 Inizan et al, 1995 : p. 151.

34Dès 1965, J. Tixier définit “technique et méthode”35 et offre un cadre méthodologique nouveau en y intégrant l’approche expérimentale. “La méthode suivie pour obtenir un outil préhistorique est donc l’agencement, suivant une marche raisonnée, d’un certain nombre de gestes exécutés chacun grâce à une technique”36. Désormais les industries lithiques sont interprétées à l’intérieur d’un système technique, sans privilégier l’outillage au détriment des stratégies de taille et de l’approvisionnement en matière première. Ainsi le débitage, qui a pour objet l’obtention de support pour les futurs outils ou armes, est élaboré selon différentes méthodes qui sont réalisées selon différentes techniques. En identifiant les techniques et les méthodes de taille, on tente de définir des communautés qui partagent un ensemble de savoirs. La mobilité des groupes préhistoriques et les limites de leurs territoires sont interdépendantes des traditions techniques, des emprunts, des innovations, etc.

35L’industrie lithique se prête à cette analyse parce qu’il est possible de repérer toutes les étapes allant de l’origine de la matière première à l’abandon de l’outil (ou de l’arme), même lorsque ce dernier ne représente qu’une partie d’un instrument, le manche d’origine organique ayant presque toujours disparu.

L’industrie lithique taillée

  • 37 Gallagher, 1977.

36Le matériel lithique taillé permet de nombreuses utilisations comme percer, couper, graver, racler etc. L’outillage domestique en pierre taillée sera véritablement supplanté par le métal, tardivement au Yémen vers le premier millénaire av. J.‑C., lors du développement de la civilisation sudarabique dans laquelle on utilise toujours l’obsidienne. Le bronze est un alliage précieux qui possède des qualités techniques, sans doute dans le domaine des armes et des objets de prestige. L’outillage lithique taillé est performant dans le domaine domestique et agricole, surtout lorsque l’on dispose d’obsidienne dont les qualités coupantes expliquent son utilisation tardive. Rappelons que les grattoirs en obsidienne étaient façonnés récemment en Éthiopie pour le travail des peaux37.

Accès à la matière première (cf. chap. III)

37On doit souligner la richesse du Yémen en minéraux siliceux, aptes à la taille et de toutes dimensions (silex, quartzite, rhyolite, basalte, obsidienne, etc.) ou aptes au polissage (roches tenaces). La chloritite présente dans la région de Saada est encore exploitée aujourd’hui pour le façonnage de plats à cuisiner, de brûleurs à encens etc. Amazonite, calcédoine et cornaline, quartz et albâtre sont des minéraux prestigieux qui appartiennent également au sol yéménite.

38Selon les zones géologiques, on accède plus ou moins facilement à ces différentes matières premières. Ainsi, les plateaux calcaires du Hadramawt, qui s’étendent sur quelques centaines de kilomètres jusqu’en Oman, offrent en quantité un silex à grain homogène et fin avec des modules très variés, ainsi que d’excellents quartzites, facilement accessibles. Cette ressource a attiré les tailleurs préhistoriques et ceci explique en partie l’importance numérique des ateliers de taille dans cette région, car ces plateaux, profondément entaillés par de nombreux wādī, sont aussi propices à l’installation humaine.

39L’identification des gîtes de matière première plus ou moins loin des ateliers de taille permet de suivre les chemins parcourus par des communautés préhistoriques.

  • 38 Francaviglia, 1990 b : carte.

40L’obsidienne présente à l’état natif sur le territoire yéménite, en Érythrée et en Éthiopie38, est un verre volcanique qui se taille très bien. L’obsidienne a des qualités coupantes comme le verre et si elle se casse facilement lors d’une taille par percussion, en revanche, son élasticité en fait une roche idéale pour débiter et retoucher par pression. Elle est facilement identifiable par tous lorsqu’elle est taillée, car elle brille et elle est transparente, alors que dans les gîtes la brillance et la transparence sont parfois masquées par le cortex et la patine. Grâce à des analyses géochimiques, il est possible d’identifier l’origine des coulées volcaniques.

  • 39 Ibid.

41Il semble que son exploitation au Yémen ne commence qu’à l’Holocène avec toutefois une réserve car toutes les coulées n’ont pas été répertoriées et les analyses géochimiques sont encore peu nombreuses39. De plus, on connaît mal l’importance et la qualité des nodules naturels qui permettraient d’estimer les possibilités qui s’ouvraient aux tailleurs préhistoriques.

Les techniques et les méthodes de taille

  • 40 Pelegrin, 1991, 2005.
  • 41 Crassard, Bodu, 2004.

42La détermination des techniques de taille utilisées dépend étroitement de l’expérimentation40, qui a été peu pratiquée au Yémen41.

43La percussion et la pression, les deux grands modes de taille, sont pratiquées pour le débitage et pour la retouche. Au Yémen, la pression existe uniquement dans le cadre de la retouche, sans que l’on sache s’il s’agit d’un emprunt ou d’une innovation. L’apparition de la taille au métal n’est pas encore précisée. Rappelons que l’Arabie du sud est riche en cuivre.

  • 42 Ibid.
  • 43 Masry, 1974 ; Inizan, 1980.
  • 44 Inizan, 2002.

44Le débitage à éclats domine l’industrie lithique au Yémen comme dans toute l’Arabie, avec néanmoins quelques productions laminaires caractéristiques récemment mises au jour42. L’absence d’une véritable tradition du débitage laminaire, caractérisant souvent le Paléolithique supérieur, mais aussi le prénéolithique (PPN) du Proche-Orient, a été constamment relevée. Le débitage bipolaire alterné “naviforme” par percussion, à deux plans de frappe opposés, n’est pas une tradition en Arabie. Sa présence, insolite sur les rives orientales de l’Arabie, pour fabriquer des armatures caractéristiques, signait la venue depuis le Proche-Orient au VIIe millénaire43 de populations qui ne transmettront pas ce débitage spécialisé au reste de l’Arabie. Le débitage laminaire par pression, présent en Orient il y a plus de 10 000 ans, n’existe pas au Yémen, alors que l’obsidienne est une matière exceptionnelle pour cette technique de taille44.

45Au Yémen le débitage de l’obsidienne est réalisé par percussion pour obtenir soit de simples éclats, soit des lamelles dont les nucléus ont majoritairement un seul plan de frappe.

Des marqueurs techniques au Yémen

46Il s’agit de relever des méthodes et des techniques ou des procédés techniques de taille communs à des ensembles archéologiques. Selon les degrés d’élaboration, on peut évaluer des niveaux de savoir-faire partagés par certaines communautés. Dans le domaine du bifacial, on a vu précédemment que le seul terme de “biface” est insuffisant pour définir une culture alors que des précisions techniques concernant sa mise en forme permettraient des comparaisons pertinentes.

Ateliers de débitage de lames dans le Hadramawt

  • 45 Crassard, Bodu, 2003.

47La découverte récente d’un site daté avec un débitage laminaire élaboré conçu pour fabriquer des pointes, arme de jet dénommée “pointe de Wa‘sha”, ouvre de nouvelles perspectives concernant l’occupation à l’Holocène de cette région45. En effet, la conception de ce débitage original de lames, jusqu’alors non identifié, correspond à la notion de marqueur de territoire car il est hautement investi techniquement. Il a été relevé en plusieurs lieux, lors de prospections systématiques le long d’affluents du wādī Masīla en Hadramawt. De plus quelques restes de débitage associés à une pointe de Wa‘sha (fig. 9 et 10) découverts en 1993, dans un site au bord d’un ancien lac dans le Ramlat as-Sab‘atayn, vraisemblable lieu de chasse, peuvent être désormais raccordés aux ateliers de taille du Hadramawt oriental.

Fig. 9 – Fragment distal de lame en obsidienne, al-Hawā (Jawf).

Fig. 9 – Fragment distal de lame en obsidienne, al-Hawā (Jawf).

Fig. 10 – Pointe de Wa‘sha en silex, al-Hawā (Jawf).

Fig. 10 – Pointe de Wa‘sha en silex, al-Hawā (Jawf).

Ateliers de façonnage de pièces bifaciales

48La présence d’un façonnage bifacial domine la littérature préhistorique sur l’Arabie et concerne majoritairement les armatures de chasse qui sont parfois trifaciales (fig. 11). Ces armatures traduisent une diversité dans les formes et les types de hampes et d’arcs.

  • 46 Ibid.

49L’étude des ateliers de façonnage de pièces bifaciales découverts lors des prospections menées par la mission française dans le Hadramawt oriental46 éclaire, et les buts recherchés par les tailleurs, et leur niveau de savoir-faire. Grâce à cette base de données, on dispose de références qui, pour la première fois dans cette région du monde, permettent de comprendre l’organisation des modes opératoires de certains groupes préhistoriques et de les insérer dans leurs parcours en les identifiant hors de leurs ateliers.

Fig. 11 – Armature bifaciale à retouche par pression “en écharpe”, al-Hawā

Fig. 11 – Armature bifaciale à retouche par pression “en écharpe”, al-Hawā

Présence du “flûtage” et des pointes triédriques

  • 47 Charpentier, Inizan, 2002.
  • 48 Crassard et al, 2006 : 6902+/- BP (Cal BC -5835-5733).

50Le flûtage est un procédé technique destiné à amincir une pièce bifaciale. Il consiste en un enlèvement longitudinal à partir uniquement de la base (dans le continent américain) et/ou de la pointe (en Arabie) (fig. 12). Ce procédé technique particulier a longtemps concerné essentiellement des pointes de projectiles utilisées par des chasseurs de bisons dans les cultures paléoindiennes jusqu’à sa reconnaissance récente dans le sud de l’Arabie47. Découvert en plusieurs points de l’Arabie du sud au Yémen et en Oman, c’est la première fois que le flûtage, qui nécessite une très grande maîtrise de la taille, a été signalé hors du continent américain. La découverte en stratigraphie de pointes flûtées, avec leurs déchets de taille, sur le site de Manayzah, dans le Hadramawt, offre une reconnaissance territoriale de la technique du flûtage, innovation technique de chasseurs néolithiques et excellent marqueur technique culturel, dont la chronologie est confirméee48 aux environs des VII-VIe millénaires av. J.‑C.

Fig. 12 – Pointes flûtées. 1 : Mahdī. 2 : al-Hawā.

Fig. 12 – Pointes flûtées. 1 : Mahdī. 2 : al-Hawā.
  • 49 Inizan, Ortlieb, 1987 : fig. 8 ; Charpentier, 2004 ; Amikhanov, 1994.

51Les pointes triédriques (fig. 13) sont des armatures dont la section est triangulaire ; la retouche, qui affecte les trois faces, montre un grand raffinement dans l’exécution. Remarquées, cassées, dans la région de Shabwa, elles évoquaient des mèches de foret. Puis, on a pu démontrer que ces pointes, avec ou sans encoche, représentaient un type particulier partagé par des communautés de chasseurs de l’Arabie du sud49 aux VII-VIe millénaires av. J.‑C.

Fig. 13 – Pointe trièdrique, al-Hawā.

Fig. 13 – Pointe trièdrique, al-Hawā.
  • 50 Charpentier, 1996.

52De même V. Charpentier50 a montré que les pointes de Fasad en Oman constituent un véritable “fossile directeur” dans une large région s’étendant des marges du Rub‘ al‑Khālī à la mer d’Arabie, durant l’Holocène moyen.

53Ces quelques marqueurs montrent l’originalité et l’indépendance de ces populations du sud de l’Arabie par rapport aux régions avoisinantes. En effet le “flûtage” révèle un savoir technique original de haut niveau partagé par des communautés de chasseurs, qui est totalement inconnu dans l’Ancien monde hors de l’Arabie du sud.

Les microlithes géométriques et l’obsidienne

  • 51 Caton-Thomson, 1944.
  • 52 Trouvé à la surface du site de Bir Hamad à l’entrée du wādī Hadramawt ; Inizan, Francaviglia, 2000  (...)
  • 53 Caneva, 1993 : fig. 4 ; Midant-Reynes, 2003 : « Mésolithique de Khartoum » ; Gutherz, 2005 ; Guther (...)
  • 54 Khalidi, 2005b ; Crassard et al., 2006.
  • 55 Khalidi, 2006.

54Les microlithes géométriques, segments, trapèzes, rectangles, sont des éléments standardisés, destinés à être insérés dans un manche ou une hampe, pour constituer des armes de chasse et de pêche ou des faucilles. Ils ont longtemps été considérés comme des indicateurs typologiques de la fin du Paléolithique supérieur, servant à la définition du Mésolithique ou de l’Épipaléolithique. Ils précéderaient comme arme de chasse la véritable pointe de flèche à pédoncule et à ailerons. Or les microlithes géométriques sont inconnus en Arabie, à l’exception du Yémen où ils ont été identifiés pour la première fois par G. Caton-Thomson dans une tombe antique51. Cette présence tardive, vers la fin du IIe millénaire av. J.‑C., sous la forme de microlithes généralement en obsidienne, est une constante remarquable dans les sites antiques sudarabiques dès la période archaïque52 et signe un emprunt africain. En effet, de l’autre côté de la mer Rouge, il existe une tradition ancienne des microlithes géométriques en Afrique orientale, au Soudan dans le “Mésolithique de Khartoum”. On les observe ensuite en Éthiopie, puis du côté de la Corne de l’Afrique53 au début du IIe millénaire. Ces microlithes géométriques dominés par les segments, que l’on retrouve aussi dans les basses terres de la Tihāma dès le IIe millénaire54, sont majoritairement taillés dans de l’obsidienne comme en Afrique orientale. Ils sont en général fabriqués dans le reste du monde par la technique du microburin, technique particulière pour fracturer des lames et des lamelles. Au Yémen, il n’y a aucune trace de la technique du microburin. La présence de ces microlithes géométriques dans la Tihāma témoigne en faveur d’une communauté culturelle et technique entre les deux rives de la mer Rouge, qui se renforce à partir du IIIe millénaire av. J.C.55 avec un transfert des microlithes de l’Afrique orientale vers le Yémen. En revanche, l’adoption de ces microlithes en obsidienne par les communautés sudarabiques jusqu’au Hadramawt, avec des formes qui évoluent vers des rectangles et des trapèzes plutôt que des segments (fig. 14), montre qu’il existe une circulation d’objets caractéristiques à partir de la Tihāma, ce qui n’implique pas un commerce avec les côtes africaines. Dans le site de Manayzah en Hadramawt, on taille l’obsidienne sur place au VIe millénaire loin des gîtes. Rappelons que le poids de l’obsidienne identifié dans les sites représente le plus souvent quelques dizaines de grammes.

55

Fig. 14 – Microlithes géométriques en obsidienne. Shabwa.

Fig. 14 – Microlithes géométriques en obsidienne. Shabwa.

56

Les pièces esquillées

  • 56 Crassard et al., 2006.
  • 57 Gutherz, 2003.
  • 58 Tixier, 1963 : p. 146.
  • 59 Crassard, 2007.

57Ajoutons les “pièces esquillées” (fig. 15) qui apparaissent tardivement vers le IIe millénaire56 et ont des affinités avec des industries de la côte orientale de l’Afrique57. Ce terme, utilisé en français dans les langues étrangères, sert à définir une « pièce généralement rectangulaire ou carrée, parfois de très petites dimensions, présentant à deux de ses extrémités des esquillements, le plus souvent bifaciaux, causés par percussion violente »58. Décrite depuis le début du xxsiècle dans le Paléolithique supérieur européen, sa fonction est souvent énigmatique et parfois associée à la notion de pièce intermédiaire, c’est-à-dire de coin. R. Crassard59 a montré que dans la Tihāma, lorsqu’elles sont nombreuses et majoritairement en obsidienne, elles représentaient un déchet résultant de l’obtention, par percussion violente sur enclume, de petits éclats qui ont ensuite été retouchés en microlithes géométriques. Dans ce cas, c’est une méthode d’obtention de petits éclats.

Fig. 15 – Pièce esquillée en silex. Jabal al-Makhrūq.

Fig. 15 – Pièce esquillée en silex. Jabal al-Makhrūq.
  • 60 Inizan, 2000.

58L’obsidienne qui circule à travers la mer Rouge, avec quelques objets caractéristiques comme les microlithes géométriques et les “pièces esquillées”, témoignent d’une influence provenant de l’Afrique orientale, à partir du IIe millénaire av. J.‑C., alors que l’obsidienne circule depuis l’Holocène moyen au Yémen. En revanche, toujours à travers l’industrie lithique taillée, les échanges technologiques avec l’Orient ne sont pas perceptibles : le débitage par pression, adopté progressivement par les communautés pastorales du Proche-Orient60, est totalement inconnu en Afrique orientale et au Yémen, alors que les sources d’obsidienne, roche exceptionnelle pour cette technique, y sont abondantes.

Fig. 16 – Sites archéologiques mentionnés et sources d’obsidienne en Arabie du sud.

Fig. 16 – Sites archéologiques mentionnés et sources d’obsidienne en Arabie du sud.

• Autres industries

  • 61 Braemer et al., 2001 : p. 33.

59L’os : l’industrie osseuse est très limitée, et les problèmes de conservation ne suffisent pas à expliquer sa rareté. Les sites stratifiés en exploitation sont exceptionnels et c’est d’autant plus dommageable qu’il n’est pas possible d’aborder les modes d’emmanchements des outils et des armes qui sont pourtant suggérés dans des dessins rupestres. Les sépultures datées de l’Âge du Bronze ont livré quelques objets façonnés en os : poinçon, pendeloque61.

  • 62 Inizan et al. , 1997 : fig. 3. Di Mario, 1989.
  • 63 Inizan et al., 1997 : fig. 4.

60Le broyage et le polissage : à partir du VIe millénaire de petites meules et des mortiers apparaissent dans plusieurs sites, dans la région de Shabwa, d’al-Hawā, du wādī Ḥarīb62 mais il n’existe pas encore d’étude fonctionnelle de ce matériel. Il témoignerait sans doute de l’existence d’une consommation de plantes sauvages. Dans la région d’al-Hawā on peut observer des ébauches de polissage sur de petites “hachettes”63 ?

  • 64 De Maigret, 1990.

61La céramique : sa présence n’est pas attestée avant le IVe millénaire, soit à partir de l’Âge du Bronze64.

Manifestations symbolique et religieuse

  • 65 Leroi Gourhan, 1964.

62Les ensembles et les pratiques funéraires ainsi que l’art rupestre éclairent les coutumes et ce qu’il est d’usage de nommer les religions de la préhistoire65. Ils contribuent, avec l’étude de la culture matérielle, à préciser l’organisation des sociétés sans écriture.

Ensembles funéraires et mégalithisme

  • 66 Inizan, Ortlieb, 1987 : une incisive humaine et un petit gastéropode percé sont les seuls indices d (...)

63On ignore encore les pratiques funéraires néolithiques : au nord de Shabwa, sur le site d’al‑Qwīd, une tombe à pierres dressées parmi d’autres a été fouillée en 1984, à proximité d’un habitat daté de la période néolithique66 (fig. 17).

Fig. 17 – Tombe d’al-Qwīd, Shabwa. Photo : M.-L. Inizan.

Fig. 17 – Tombe d’al-Qwīd, Shabwa. Photo : M.-L. Inizan.
  • 67 Steimer-Herbet, 2004 : c’est un terme communément utilisé bien que de nombreuses superstructures li (...)
  • 68 Braemer et al. 2001.
  • 69 De Maigret, 1996.

64En revanche, de nombreuses structures en pierre, qui semblent se répandre à l’Âge du Bronze, ponctuent les paysages yéménites en se détachant sur le bleu du ciel, car elles sont souvent construites en des lieux remarquables comme les lignes de crête (fig. 18). Malgré leur diversité, la variété de leur dimension et parfois leur signification mal élucidée, on les dénomme “mégalithes”67. Néanmoins, un grand nombre relève du domaine funéraire. On observe ainsi de véritables nécropoles comportant jusqu’à 3000 tombes-tour comme à Jidran et Ruwaik dans le Ramlat as‑Sab‘atayn. Une étude récente a permis de préciser le sens et les périodes de leur construction. Les plus anciennes ont été érigées aux environs de 3000 av. J.‑C.68, c’est-à-dire à l’Âge du Bronze ancien. Elles sont donc contemporaines de celles des Hauts-Plateaux69. L’importance numérique de ces tombes et l’homogénéité des ensembles montrent l’existence de groupes sociaux structurés (en tribu ?) à la fin du IVe millénaire et certainement un essor démographique. Certaines tombes contenaient des ossements de moutons et de chèvres, indiquant que leurs occupants menaient plutôt une vie pastorale. Ces nécropoles semblent disparaître au milieu du IIe millénaire av. J.‑C.

  • 70 Rougeulle, 1999 ; Steimer-Herbet, 2004.
  • 71 Khalidi, 2005 b.

65Il existe aussi de nombreux alignements de pierres dressées énigmatiques qui ne sont pas datés, comme sur le site de Mahdī70 au bord de l’océan Indien (fig. 19). Des ensembles mégalithiques de pierres dressées ont aussi été érigés dans la plaine de la Tihāma à partir du IIIe millénaire71.

66Nécropoles et “mégalithes” sont des phénomènes qui apparaissent aux confins des IVe-IIIe millénaires av. J.‑C.

Fig. 18 – Nécropole de Ruwaik, Ramlat as-Sab‘atayn. Photos : M.-L. Inizan.

Fig. 18 – Nécropole de Ruwaik, Ramlat as-Sab‘atayn. Photos : M.-L. Inizan.

Fig. 19 – Mahdī (Hadramawt) : alignements, blocs gravés par piquetage de petits animaux à cornes. Photo : M.-L. Inizan.

Fig. 19 – Mahdī (Hadramawt) : alignements, blocs gravés par piquetage de petits animaux à cornes. Photo : M.-L. Inizan.

L’art mobilier

  • 72 Fedele, Zaccara, 2005 : fig. 5.

67On dispose de très peu d’objets gravés ou sculptés : les plus anciennes figurines appartiennent à l’horizon néolithique72.

La parure

68Elle fait aussi partie du domaine symbolique et esthétique : les coquillages perforés, qu’ils proviennent de la mer Rouge ou de l’Océan Indien, sont les plus anciennes parures conservées et elles sont datées des environ du VIe millénaire av. J.‑C. (fig. 20), alors que les premières perles en pierre dure sont taillées à partir de l’Âge du Bronze.

69Le sol yéménite est potentiellement riche en pierres fines et ornementales (planche 1) mais il semble que cet artisanat reste limité d’un point de vue des techniques et des savoir-faire.

Fig. 20 – Coquillages marins perforés : Cauri et Engina mendicaria.

Fig. 20 – Coquillages marins perforés : Cauri et Engina mendicaria.
  • 73 Inizan et al., 1992.

70Cornaline et agates sont des variétés de calcédoine, roche siliceuse plus ou moins translucide, encore exploitées dans les régions montagneuses volcaniques à l’ouest de Dhamār. Le terme d’agate s’applique aux calcédoines zonées ou diversement colorées alors que l’appellation de cornaline est réservée à une variété rouge orangé, surtout lorsqu’elle est chauffée. Elle est encore portée en chaton de bague par les hommes et incrustée dans les ceintures d’argent pour les femmes. Leur valeur symbolique est vivace dans le monde islamique puisque les chatons fabriqués au Yémen s’exportent toujours vers La Mecque, ou vers Kerbala et Najaf en Iraq73.

  • 74 Ekstrom, Edens, 2003 : p. 27.
  • 75 Braemer et al, 2001 : fig. 13.
  • 76 Inizan et al, 1992 ; Roux, 2000.
  • 77 Parure exposée au musée d’Attak.
  • 78 Mission 1989 en R.D.P du Yémen.

71Des ateliers sommaires de petites perles de cornaline ont été mis au jour dans la région de Dhamār74. Ils sont attribués à l’Âge du Bronze et les tombes des nécropoles de Jidran et de Ruwaik ont livré de petites perles-rondelle en cornaline75(fig. 21). Les savoir-faire mis en jeu concernent uniquement des perles, surtout de type rondelle. On ne peut les comparer aux productions prestigieuses du IIIe millénaire de la civilisation de l’Indus76 qui s’exportent jusqu’en Mésopotamie, voire en Égypte. Il semble que localement, le travail des calcédoines comme d’autres pierres ornementales se soit peu développé. Ainsi, la découverte dans le port sudarabique de Qana de longues perles en agate indique une importation indienne et non une production locale car leurs dimensions et leurs qualités techniques, polissage et perforation, sont similaires aux productions indiennes et ignorées dans les ateliers antiques77. En effet, lors d’une visite sur le site d’Abū Zayd, ancienne capitale du royaume d’Awsan, abandonné au viiie siècle av. J.‑C., des restes de taille de simples petites perles en cornaline de type rondelle étaient visibles en surface, à la périphérie du site, à proximité de déchets de taille d’obsidienne78.

Fig. 21 – Cinq perles en cornaline (Jidran). Photo : T. Steimer-Herbet.

Fig. 21 – Cinq perles en cornaline (Jidran). Photo : T. Steimer-Herbet.

L’art rupestre

72Gravé ou peint, il fait partie des paysages yéménites depuis au moins le VIe millénaire av. J.‑C. et jusqu’à la période sub-actuelle. Il contribue de manière explicite à faire comprendre des traditions culturelles millénaires, encore présente dans les mémoires, comme la chasse aux bouquetins.

73Avec l’Âge du Bronze, la coexistence de sédentaires dans les villages avec des pasteurs nomades vivant sur la frange désertique voit se développer un art rupestre ayant des affinités avec des territoires beaucoup plus vastes qu’au Néolithique.

***

  • 79 RASA (mission américaine) et HDOR (mission française).

74En conclusion, malgré l’intensification de la recherche préhistorique au Yémen depuis une quinzaine d’années, l’ampleur des lacunes paraît à nouveau considérable : l’origine et la filiation des premières populations holocènes n’ont pas encore été identifiées. Les sites stratifiés bien conservés sont encore rares et de nombreuses régions n’ont jamais été explorées. Cependant grâce à des programmes de prospections systématiques mis en place récemment dans des régions de l’Hadramawt79, on perçoit à travers la découverte de quelques gisements la possibilité d’établir une chronologie et une définition des cultures préhistoriques durant la période holocène. Avec l’étude des industries lithiques taillées, des marqueurs originaux se dégagent dans le sud de l’Arabie appartenant à des communautés de chasseurs qui seraient les auteurs des premières œuvres rupestres.

75Puis on voit se préciser des processus de domestication animale des ovins et des caprins vers le VIe millénaire av. J.- C., et peut-être celle de l’âne.

76Ensuite la mise en évidence d’une agriculture en terrasse sur les Hautes-Terres associée à une expansion démographique confirme la mise en place de cultures irriguées dans lesquelles va se construire l’Arabie antique.

Notes

1 Crassard, 2007 : p. 81-83 (tableau récapitulatif de tous les sites datés avec calibration. La calibration est une correction en année réelle grâce à la dendrochronologie).

2 RASA (Roots of Agriculture in Southern Arabia - J. McCorriston, E. Oches, A. Bin ‘Aqil) et HDOR (mission archéologique française Jawf-Hadramawt, ministère des affaires étrangères). McCorriston et al., 2005 ; Crassard, 2007 : p. 83 et 191.

3 Cf. p. 14, chap. I.

4 Deux foyers ont été datés : Gif-9483 (Mkh 26) 8470 ± 145 BP (Cal BC –7935-7081 ; Gif- 9486 : 8470 ± 140 BP.

5 Cleuziou et al., 1992 ; chap. IV et fig. 1.

6 Tixier, 1976.

7 Desse, 1988.

8 Zarins, 1990 ; Francaviglia, 1995 ; Inizan, Francaviglia, 2002.

9 Di Mario, 1989.

10 Vigne et al, 2005. On peut consulter en français : “Les débuts de l’élevage au Proche et Moyen-Orient” : Paléorient 25/2, 1999.

11 Steimer-Herbet, 2004.

12 Vigne, 2003 : p. 146.

13 Vigne et al., 2005 : p. 7 ; chap. VII.

14 Fedele, 1989.

15 Bökönyi, 1990 : p. 146.

16 Fedele, 1990 a .

17 Tosi, 1986b.

18 Cattani, Bökönyi, 2003.

19 Vigne, 2003.

20 Gautier, 1990 : p. 143-147.

21 Chapitre VI ; Robin, 1996 : premières mentions écrites, p. 2016.

22 Masry, 1974.

23 Tosi, 1986.

24 Cattani, Bökönyi, 2002 (Cal BC -6684-6475 BC) calibrée d’après publication.

25 Khalidi, 2005.

26 Cattani, Bökönyi, 2002 : p. 51.

27 Costantini, 1990.

28 Wilkinson, 1997 ; Wilkinson, Edens, 1997.

29 Edens, 2005.

30 Midant-Reynes, 2003 : « La question du sorgho », p. 49.

31 Cleuziou et Costantini, 1980.

32 Lemonnier, 1991 : p. 15.

33 Leroi Gourhan, 1965 a : “l’outil n’existe que dans le cycle opératoire” : p. 35.

34 Inizan et al., 1995 et 1999.

35 Tixier, 1967.

36 Inizan et al, 1995 : p. 151.

37 Gallagher, 1977.

38 Francaviglia, 1990 b : carte.

39 Ibid.

40 Pelegrin, 1991, 2005.

41 Crassard, Bodu, 2004.

42 Ibid.

43 Masry, 1974 ; Inizan, 1980.

44 Inizan, 2002.

45 Crassard, Bodu, 2003.

46 Ibid.

47 Charpentier, Inizan, 2002.

48 Crassard et al, 2006 : 6902+/- BP (Cal BC -5835-5733).

49 Inizan, Ortlieb, 1987 : fig. 8 ; Charpentier, 2004 ; Amikhanov, 1994.

50 Charpentier, 1996.

51 Caton-Thomson, 1944.

52 Trouvé à la surface du site de Bir Hamad à l’entrée du wādī Hadramawt ; Inizan, Francaviglia, 2000 : fig. 2.

53 Caneva, 1993 : fig. 4 ; Midant-Reynes, 2003 : « Mésolithique de Khartoum » ; Gutherz, 2005 ; Gutherz, Joussaume, 2003 : Asa Koma, fig. 5.

54 Khalidi, 2005b ; Crassard et al., 2006.

55 Khalidi, 2006.

56 Crassard et al., 2006.

57 Gutherz, 2003.

58 Tixier, 1963 : p. 146.

59 Crassard, 2007.

60 Inizan, 2000.

61 Braemer et al., 2001 : p. 33.

62 Inizan et al. , 1997 : fig. 3. Di Mario, 1989.

63 Inizan et al., 1997 : fig. 4.

64 De Maigret, 1990.

65 Leroi Gourhan, 1964.

66 Inizan, Ortlieb, 1987 : une incisive humaine et un petit gastéropode percé sont les seuls indices découverts dans cette tombe qui jouxtait des sites d’habitats dont l’un a été daté (7020 +/- 100 BP - Gif-9488).

67 Steimer-Herbet, 2004 : c’est un terme communément utilisé bien que de nombreuses superstructures lithiques ne sont pas des mégalithes.

68 Braemer et al. 2001.

69 De Maigret, 1996.

70 Rougeulle, 1999 ; Steimer-Herbet, 2004.

71 Khalidi, 2005 b.

72 Fedele, Zaccara, 2005 : fig. 5.

73 Inizan et al., 1992.

74 Ekstrom, Edens, 2003 : p. 27.

75 Braemer et al, 2001 : fig. 13.

76 Inizan et al, 1992 ; Roux, 2000.

77 Parure exposée au musée d’Attak.

78 Mission 1989 en R.D.P du Yémen.

79 RASA (mission américaine) et HDOR (mission française).

Table des illustrations

Titre Fig. 7 – Foyers dans une coupe naturelle du wādī Khamouma. Zone de foyers indiquée par la flèche.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-1.png
Fichier image/png, 265k
Légende 1 : dépôt limoneux (1,20 m). 2 : couche de graviers recoupée par les foyers, surmontée par une couche limoneuse brun foncé. 3 : sédiment jaune. 4 : remplissage brun. 5 : sédiment charbonneux avec fragments de charbon. 6 : terre rubéfiée rouge orangé.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-2.png
Fichier image/png, 87k
Titre Fig. 8 – Peuplement et néolithisation à l’Holocène.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-3.png
Fichier image/png, 74k
Titre Fig. 9 – Fragment distal de lame en obsidienne, al-Hawā (Jawf).
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 10 – Pointe de Wa‘sha en silex, al-Hawā (Jawf).
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 11 – Armature bifaciale à retouche par pression “en écharpe”, al-Hawā
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 12 – Pointes flûtées. 1 : Mahdī. 2 : al-Hawā.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 13 – Pointe trièdrique, al-Hawā.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 14 – Microlithes géométriques en obsidienne. Shabwa.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 15 – Pièce esquillée en silex. Jabal al-Makhrūq.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-12.png
Fichier image/png, 45k
Titre Fig. 16 – Sites archéologiques mentionnés et sources d’obsidienne en Arabie du sud.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 17 – Tombe d’al-Qwīd, Shabwa. Photo : M.-L. Inizan.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-14.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 18 – Nécropole de Ruwaik, Ramlat as-Sab‘atayn. Photos : M.-L. Inizan.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-15.png
Fichier image/png, 1,5M
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-16.png
Fichier image/png, 1,4M
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-17.png
Fichier image/png, 1,5M
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-18.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 19 – Mahdī (Hadramawt) : alignements, blocs gravés par piquetage de petits animaux à cornes. Photo : M.-L. Inizan.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-19.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Fig. 20 – Coquillages marins perforés : Cauri et Engina mendicaria.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 21 – Cinq perles en cornaline (Jidran). Photo : T. Steimer-Herbet.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1572/img-22.png
Fichier image/png, 1,1M

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search