Version classiqueVersion mobile

Art rupestre et peuplements préhistoriques au Yémen

 | 
Marie-Louise Inizan
, 
Madiha Rachad

I. Peuplements préhistoriques anciens

Marie-Louise Inizan

Entrées d'index

Mots clés :

état de l'art

Keywords :

state of the art

Texte intégral

1Le Yémen, proche de l’Afrique dont il s’est séparé il y a environ 4 millions d’années, est limité d’un côté par la mer Rouge, et de l’autre par l’océan Indien. À l’ouest, un système montagneux d’orientation N-S culmine à 3760 m au Jabal Nabī Shu‘ayb près de Sanaa. Au sud, les plateaux calcaires de l’Hadramawt, orientés d’ouest en est, s’ouvrent vers le nord sur le grand désert d’Arabie, le Rub‘ al‑Khālī, et constituent une barrière climatique entre le désert et l’océan. La position charnière entre deux continents, la diversité géographique et climatique, font du Yémen une terre d’influence, dès l’origine et tout au long des peuplements préhistoriques (fig. 1).

Histoire de la recherche préhistorique au Yémen

2L’émergence d’une préhistoire au Yémen est récente et pour la comprendre il est nécessaire de prendre en compte le cadre géopolitique de ce pays qui, jusqu’à sa réunification le 22 mai 1990, était divisé en deux : au nord, la République Arabe du Yémen, avec pour capitale Sanaa, au sud, la République Démocratique Populaire du Yémen, ancien protectorat britannique, avec pour capitale Aden. Ainsi, la recherche des premiers peuplements du Yémen s’est-elle développée dans chacun de ces pays de manière indépendante jusqu’au début des années quatre-vingt-dix. Si les premières recherches systématiques d’occupations préhistoriques ont débuté au sud avant la deuxième guerre mondiale, il faut attendre 1974 pour que les découvertes de l’art rupestre dans la région de Saada au nord de la République Arabe du Yémen révèlent l’existence d’un peuplement préhistorique dans la région.

  • 1 Caton-Thomson, 1938 ; Caton-Thomson, Gardner, 1939. Rappelons que le Yémen n’est pas encore un pays (...)

3Durant l’hiver 1937–38, G. Caton-Thomson et E.W. Gardner, lors de leurs prospections dans la région du wādī Hadramawt, ont découvert les premières, l’existence d’une préhistoire ancienne, paléolithique et néolithique, en se fondant sur des considérations géologiques et sur l’analyse des industries lithiques1.

  • 2 Van Beek et al., 1963.

4En 1952, toujours dans la région du grand wādī Hadramawt, une mission archéologique américaine a relevé, en surface, des ateliers de taille, avec la présence d’un débitage particulier, “le débitage Levallois” qui caractérise en principe le Paléolithique moyen en préhistoire. La présence de pointes de flèche mises au jour dans un abri sous roche, dont certaines étaient façonnées en obsidienne, donc loin de leur source, a servi à définir cette occupation comme “néolithique”. On ne dispose pour cette mission que des résultats préliminaires2.

  • 3 Amikhanov, 1994, 1996 : niveau inférieur de Ḥabarūt (GIN 8159 : 9560 ± 120 BP, Cal BC –9253-8626 su (...)

5Toujours au Yémen du sud, à partir de 1983 une mission soviétique explore à nouveau le wādī Hadramawt et ses affluents. Ces prospections ont confirmé l’existence d’un peuplement préhistorique, de type paléolithique ancien, dont les industries ont été repérées en surface. Elles ont précisé l’occupation durant l’Holocène et surtout découvert le site de Ḥabarūt qui est le premier site stratifié découvert à l’est du Hadramawt dans le Mahra, dont les plus anciens niveaux appartiennent à l’Holocène moyen3.

  • 4 Les fouilles archéologiques de la cité antique de Shabwa sont dirigées par J.-F. Breton. En 1983, g (...)

6Dans les années soixante-dix, quatre-vingt, une mission française prospecte l’entrée du Hadramawt dans la région de Shabwa, ancienne capitale d’un royaume sudarabique4 ; elle confirme à nouveau la présence en surface d’une industrie lithique à caractère paléolithique ancien et obtient des datations sur des foyers découverts en surface accompagnés d’une industrie lithique.

7En l’absence de stratigraphie et d’une industrie laminaire, en principe caractéristique d’un Paléolithique supérieur, tout au moins en Eurasie, il semble y avoir un hiatus dans le peuplement préhistorique du Yémen car aucune occupation, entre 35 000 et 12 000 ans, n’y a été mise en évidence. Peut-on imaginer que les montagnes du sud de l’Arabie aient perdu tous leurs habitants au Paléolithique supérieur lors des périodes d’hyper-aridification affectant le Rub‘ al‑Khālī ?

  • 5 Les résultats de ces missions dirigées par le Pr. Alessandro de Maigret ont été régulièrement publi (...)
  • 6 Jung, 1989, 1990.

8Au Yémen du nord, au début des années 80, une mission italienne entreprend des prospections systématiques qui montrent une occupation préhistorique dans la Tihāma, dans les montagnes, et sur les marges du désert central5. La présence d’industries lithiques associées à un Paléolithique ancien a été relevée comme au Yémen du sud, mais toujours hors stratigraphie. Des sites rupestres ont été repérés, notamment dans les montagnes du Khawlān et au sud-est de Sanaa6.

9En fait, le désert du Ramlat as-Sab‘atayn, traversé par la frontière des deux pays, constituait un obstacle pour explorer et comprendre l’histoire du peuplement ancien dans cette vaste région de l’Arabie du sud. Il était donc difficile d’interpréter ce bassin désertique qui relie naturellement les montagnes du nord aux immenses plateaux du Hadramawt. Rappelons que les royaumes antiques sudarabiques étaient disposés autour de ce bassin, aux débouchés des wādī qui convergeaient vers les zones palustres du centre.

  • 7 Cleuziou et al., 1992.
  • 8 Global Position Satellite.
  • 9 Chapitre IV.

10Dès la fin des années quatre-vingt, on doit aux avancées technologiques offertes par le lancement de nouveaux satellites une lecture du passé hydrologique du bassin intérieur désertique du Ramlat as-Sab‘atayn. Grâce au travail d’interprétation par B. Marcolongo, pionnier dans ce domaine, des images satellitaires (Landsat, Soyouz et Spot)7 et des photographies aériennes, l’existence d’un fleuve unique, désormais fossile, a été démontrée. Il prenait sa source au nord dans les montagnes, c’est l’actuel wādī Jawf, puis il s’écoulait dans le bassin intérieur, à travers les plateaux du Hadramawt jusqu’à l’Océan Indien par le wādī Masīla, notamment lors du dernier épisode humide de l’Holocène il y a plus de 7000 ans (fig. 1). La réunification du Yémen rendit possible dès 1993 la première vérification au sol de cet ancien réseau hydrographique et de ses bassins paléo-lacustres ainsi que la découverte de nombreuses occupations préhistoriques les bordant avec l’aide, pour la première fois, d’un GPS8. L’utilisation de cet instrument de repérage par satellites fut capitale, non seulement pour se guider au sol lors des prospections mais aussi pour retrouver les restes fugaces des campements préhistoriques repérés précédemment, composés de quelques pierres de foyer ou simplement de quelques éclats de taille d’outils, ou d’objets abandonnés, souvent dans des couloirs inter-dunaires. Dès 1996, une mission dans le désert du Ramlat as-Sab‘atayn mit en place une première histoire du paléo-environnement dans cette dépression9.

11Désormais la recherche archéologique s’effectue dans un cadre unique, de la mer Rouge aux confins du Dhofar à l’est.

Fig. 3 – Le bassin versant du paléofleuve Jawf-Hadramawt. D’après Cleuziou et al. 1992.

Fig. 3 – Le bassin versant du paléofleuve Jawf-Hadramawt. D’après Cleuziou et al. 1992.

12La chronologie des cultures préhistoriques au Yémen a encore des limites floues. Le Pléistocène se termine conventionnellement après la dernière glaciation, il y a environ 12 000 ans, suivi par l’Holocène, période finale du Quaternaire (fig. 6). On verra plus loin combien la néolithisation caractérisée par la maîtrise de la domestication implique un changement radical dans l’organisation des groupes humains. Cette manifestation majeure apparaît au Yémen à l’Holocène, vraisemblablement aux environs des VII/VIe millénaires av. J.-C.

13L’industrie lithique constitue l’essentiel du matériel archéologique conservé exploitable. Or pas plus qu’au Pléistocène, les industries lithiques holocènes ne sont des marqueurs chrono-culturels universels. En fait, cette terminologie reflète les traditions culturelles des archéologues et sans doute l’influence en Arabie d’un modèle oriental.

Peuplements de l’Arabie du Sud au Pléistocène

14Dans l’état actuel des recherches, le berceau des premiers Hommes appartient toujours à l’Afrique ; ils seraient apparus il y a près de 2,5 millions d’années alors que l’Arabie du sud est déjà détachée de l’Afrique avec l’ouverture du Bab el-Mandeb. Les voies empruntées par les Hominidés pour quitter l’Afrique ne sont pas élucidées.

  • 10 Gabunia et al., 2001 ; Locdkipanidze et al., 2006.
  • 11 Bar-Yosef, Goren-Inbar, 1993 ; Belmaker et al., 2002.

15Depuis les découvertes de fossiles humains en Géorgie, dans le site de Dmanisi10, datés de 1,77 million d’années, la datation de la première expansion hors d’Afrique du genre Homo a reculé de plusieurs centaines de milliers d’années. Auparavant, on considérait l’occupation du site d’Ubeidiya11 dans la vallée du Jourdain, il y a environ 1,4 million d’années, comme l’occupation humaine la plus ancienne reconnue hors d’Afrique.

16Néanmoins, nous ignorons les chemins empruntés par les premiers représentants de nos plus lointains ancêtres lorsqu’ils quittèrent l’Afrique de l’est vers l’Eurasie et quel rôle aurait pu jouer le Yémen si proche du berceau de l’humanité.

  • 12 Fernandes et al., 2006 ; King, Bailey, 2006.
  • 13 Sanlaville, 2000 : les « tribulations de la Plaque Arabique ».
  • 14 Petraglia, 2003 ; 2005.

17Plusieurs scénarios ont été envisagés : une ou plusieurs voies terrestres africaines à l’ouest de la mer Rouge jusqu’à la péninsule du Sinaï12 et ensuite une dispersion vers l’Arabie et l’Asie et/ou une voie maritime à travers la mer Rouge13 en direction du Yémen (chap. II). Puis la migration se serait poursuivie vers l’est en direction de l’Oman, ensuite vers l’Iran, puis vers le sous-continent indien14.

  • 15 Prat, Marchal, 2001 : pour comprendre qui sont nos lointains ancêtres.

18Quand et comment ont eu lieu les premiers peuplements de l’Arabie du sud et par quelle espèce du genre Homo15 ; ce sont trois questions qui restent en suspens.

La traversée de la mer Rouge ? Quand ?

19Une migration directe de la côte orientale africaine vers le détroit de Bab el-Mandeb à travers la mer Rouge est-elle possible au Pléistocène ancien ? (fig. 4)

20- On doit constater qu’aucun fossile humain prénéolithique, c’est-à-dire antérieur à 10 000 ans, n’a été mis au jour ni au Yémen ni en Arabie.

  • 16 Thomas et al., 1998.
  • 17 Chelhod, 1984 : p. 26 « nous ne savons apparemment rien des origines de l’homme dans cette partie d (...)

21- Concernant la présence de faunes anciennes en Arabie, il faut souligner le caractère exceptionnel de la découverte au nord de l’Arabie, au S-O du désert du Nafūd, de niveaux paléolacustres avec des vertébrés terrestres attribués à un Pléistocène inférieur, ayant clairement des affinités avec les faunes fossiles africaines16. Le “silence de la paléontologie”17 évoqué par J. Chelhod, il y a plus de 20 ans, est toujours d’actualité !

22- L’existence d’un peuplement au Pléistocène ancien est uniquement fondée sur la présence d’industries lithiques taillées, considérées comme archaïques et collectées en surface. On peut cependant admettre la présence d’une occupation humaine non datée au Pléistocène en Arabie sans présumer des chemins empruntés.

  • 18 Abbate et al, 1998.
  • 19 Abbate et al., 1998 ; Abbate et al. 2004.

23- La découverte dans la dépression Danakil en Érythrée d’un crâne d’Homo erectus avec des caractères d’Homo sapiens datant d’un million d’années a relancé récemment ce débat18. Cependant la localisation de cette découverte toute proche de la mer Rouge et des rives yéménites, ainsi que la découverte dans cette même dépression de 200 sites avec des industries associées à une faune ancienne qui serait aussi datée d’environ un million d’années19, suffit-elle à valider la traversée de la mer Rouge durant le quaternaire ancien ?

  • 20 Derricourt, 2005 : p. 120.
  • 21 Fernandès et al., 2006 : ces auteurs proposent uniquement la voie terrestre.

24- On peut s’interroger sur le fait qu’il n’y a aucune évidence, avant la fin du Pléistocène, c’est-à-dire avec les premiers Homo sapiens, que le genre humain ait traversé la mer en quittant l’Afrique, que ce soit par les détroits de Gibraltar, du Bab el-Mandeb, etc. Les traversées par mer confirmées correspondent aux mouvements des premiers Homo sapiens que ce soit en Australie ou en Nouvelle-Guinée, il y a tout au plus 60 000 ans : “The question of water crossings is inextricably linked to cultural capability20. En effet, traverser la mer implique non seulement un équipement technique mais aussi une capacité mentale à vaincre un tel obstacle21.

  • 22 Francaviglia, 1990 a et b.

25En revanche, les traversées de la mer Rouge sont bien attestées à partir de l’Holocène moyen grâce à l’obsidienne qui est un des témoins archéologiques majeurs d’échanges à travers la mer Rouge22. De nombreuses coulées de ce verre volcanique remarquable et très recherché sont présentes de part et d’autre de la mer Rouge et grâce à des analyses géochimiques il est possible d’en identifier l’origine.

Fig. 4 – Scénarios des migrations hors d’Afrique du genre Homo au Plio-pléistocène (Whalen, Schatte, 1997 ; Petraglia, 2003).

Fig. 4 – Scénarios des migrations hors d’Afrique du genre Homo au Plio-pléistocène (Whalen, Schatte, 1997 ; Petraglia, 2003).

Industries lithiques et chronologie

  • 23 Amirkhanov, 1994, fig. 4 et 5, p. 221-222 : The limit between the Lower and Middle Pleistocene, as (...)

26Au Yémen, la présence humaine la plus ancienne a été proposée par Amikhanov, comme oldowayenne, aux environs d’un million d’années d’après l’étude d’industries lithiques, de type archaïque, provenant d’un abri effondré, le long d’un affluent de la rive droite du wādī Hadramawt. C’est une industrie en calcaire, dans une région riche en silex et en quartzite, dont la taille intentionnelle n’est pas assurée23.

  • 24 Whalen, Schatte, 1997.
  • 25 Leakey, 1971 ; selon la classification proposée par Clark G., 1969 et Toth, 1987.

27N. Whalen et K. Schatte24, qui ont prospecté la région au nord-est du Bab el-Mandeb, reconnaissent l’absence de stratigraphie et de datation pour les industries archaïques qu’ils ont collectées en surface. Cependant, ils fondent leur chronologie sur un transfert des classifications techno-typologiques effectuées d’après les industries lithiques du niveau inférieur d’Olduvai en Tanzanie. Ces dernières ont longtemps caractérisé les industries du Pléistocène inférieur africain25.

  • 26 Whalen, 1992.
  • 27 Petraglia, 2003 : p. 141.

28Est-il opportun de proposer des voies directes de peuplement durant le Pléistocène ancien à travers la mer Rouge, en développant des arguments fondés sur une classification de l’industrie lithique26 et en postulant qu’il existe une adéquation entre les complexités typologiques et techniques des industries lithiques et leur évolution chronologique ? Ces auteurs admettent la fragilité de ce postulat, tout en le maintenant : “Although there is good potential to chronometrically date sites in the Arabian peninsula, absolute dating methods have not been adequately applied, most temporal reconstructions relying on typotechnological change27.

  • 28 Roche, 2005.
  • 29 Delagnes, Roche, 2005.

29Or la chronologie des occupations au Pléistocène ancien en Afrique a été considérablement précisée depuis plus de 20 ans avec la multiplication des travaux de recherche et les nouvelles découvertes qui rendent obsolète une classification ancienne linéaire, allant du galet aménagé au biface puis au débitage c’est-à-dire à la fabrication de supports pour les outils28. Ainsi dans le site de Lokalalei, au Kenya, des activités de débitage ont été clairement mises en évidence dans un Pléistocène très ancien daté à 2,34 millions d’années29.

  • 30 Soriano, 2003.

30Il n’est désormais plus envisageable de se fonder sur un seul critère, comme l’industrie lithique dont on connaît les limites sur le plan typologique et technologique, pour fonder une chronologie universelle. Un exemple récent au Mali, en Afrique de l’ouest, montre les énormes risques d’une évaluation chrono-culturelle établie sur la seule base des objets lithiques car “archaïque n’égale pas forcément ancien”30. En effet, il a été démontré que les industries du site de Kokolo 2 découvertes en stratigraphie présentaient un faible degré d’élaboration et qu’elles étaient comparables aux industries des sites archaïques de l’Afrique orientale, comme celles d’Olduvai. En fait, les industries de Kokolo 2 appartiennent, après datation, au Pléistocène supérieur, aux environs de 50 000 ans !

  • 31 Kapel, 1967 ; Inizan, 1980 ; 1988 : p. 128.
  • 32 Petraglia, 2003 : p. 150.
  • 33 Lambeck, 1996.

31C’est aussi oublier qu’à l’est de l’Arabie, sur les rives du Golfe arabo-persique, de nombreux bifaces et “macrolithes archaïques” très érodés, découverts en surface par H. Kapel dans les années soixante dans l’Émirat de Qatar, ont été a priori attribués à une période très ancienne. Mais ces mêmes bifaces ont été ensuite trouvés en stratigraphie avec de la poterie mésopotamienne du Ve millénaire av. J.-C. 31! Il n’est donc plus fondé d’évoquer l’éventuelle présence d’un Paléolithique ancien au Yémen d’après ces travaux32. De plus aucun site pléistocène n’a été repéré sur les rives du Golfe en Arabie orientale. La subsidence de la plaque Arabique qui s’enfonce sous l’Iran, les transgressions et régressions marines responsables de la mise en eau ou non du Golfe arabo‑persique33 peuvent expliquer l’absence de gisements datant du Pléistocène.

Acheuléen et Paléolithique inférieur : le biface

  • 34 Whalen et al., 1983.

32Le façonnage bifacial est né en Afrique orientale, il y a environ 1,7 million d’années et le biface est souvent, avec le hachereau, l’outil dominant de l’Acheuléen africain. Cependant sa très longue durée, plusieurs centaines de milliers d’années, impose d’être prudent sur une datation possible d’après sa simple présence. Les sites acheuléens attribués au Paléolithique ancien, fouillés près de Saffaqah34 au nord de l’Arabie Saoudite ou identifiés le long de la côte de la mer Rouge, pourraient avoir été occupés par des populations venant du Proche-Orient.

Débitage Levallois et Paléolithique moyen

  • 35 Caton-Thomson, Gardner, 1939 ; Inizan, Ortlieb, 1987 ; Crassard, 2007.
  • 36 Malheureusement cette région fait actuellement l’objet de pillages archéologiques de grande ampleur (...)
  • 37 Toujours à la surface de cette dépression, quelques ossements de grands bovidés et une dent de chev (...)
  • 38 Clark J.D., 1988.

33Il est tentant d’attribuer au Paléolithique moyen les concentrations de bifaces associés à du débitage “Levallois”, avec des grandes lames, des racloirs, des denticulés identifiées depuis 1938 sur les plateaux calcaires du Hadramawt35. Le percuteur dur ou marteau de pierre est l’unique technique utilisée. De tels ateliers ont été également découverts dans la région du Jawf eux aussi associés directement à la matière première in situ : le silex y est présent sous la forme de petits rognons ce qui explique les petites dimensions des produits Levallois, nucléus et éclats (fig. 5 : 6 à 9). Les recherches ont été interrompues dans le Jawf depuis lors par l’instabilité politique et la difficulté d’accéder à cette région36. Dans la dépression d’al-Hawā, dans le désert central, l’érosion a libéré une industrie de type Paléolithique moyen, biface et éclats Levallois, hors de toute proximité des gîtes de silex ou de quartzite (fig. 5 : 2 à 5). Les caractères de cette industrie, quartzite pour un biface, silex pour des éclats, et leurs dimensions permettent de l’apparenter à des industries de surface des plateaux du Hadramawt37. On peut seulement souligner que les méthodes de débitage Levallois sont comparables à celles du Levant et qu’il serait hasardeux de les comparer uniquement aux industries du Middle Stone Age38 de l’Afrique orientale.

34Malgré de nombreux indices, il n’est pas possible de dater ce Paléolithique hors stratigraphie ni d’avancer une période d’occupation, car le débitage Levallois existe en Afrique, en Europe ou au Proche-Orient dans des contextes chronologiques très étendus, de 300 000 à 30 000 ans environ et parfois jusque dans le Néolithique. En l’absence de datations absolues, d’une stratigraphie bien établie, de fossiles humains et animaux, il est actuellement prématuré de proposer une chronologie et une origine des occupations pléistocènes du Yémen.

  • 39 Macchiarelli, Peigné, 2006.

35Cependant, la découverte récente dans la Tihāma de sites en place39, avec de la faune et une industrie à débitage Levallois, permet de relancer le débat car, pour la première fois, une occupation du Pléistocène en Arabie a toutes les chances d’être datée, ce qui cependant ne résoudrait pas le problème de la route empruntée !

Fig. 5 – Industrie pléistocène d’al-Hawā (Ramlat as-Sab‘atayn). 1 : biface (quartzite). 2, 3, 4 : éclats Levallois (silex). 5 : denticulé sur éclat Levallois. Industrie Levallois du wādī Hīrab (Jawf). 6, 7, 8, 9 : nucléus Levallois (silex). Dessin : Pierre Bodu.

Fig. 5 – Industrie pléistocène d’al-Hawā (Ramlat as-Sab‘atayn). 1 : biface (quartzite). 2, 3, 4 : éclats Levallois (silex). 5 : denticulé sur éclat Levallois. Industrie Levallois du wādī Hīrab (Jawf). 6, 7, 8, 9 : nucléus Levallois (silex). Dessin : Pierre Bodu.

Paléolithique supérieur

  • 40 Uerpmann, Uerpmann, 2003 : p. 40, Hv12964 : 9615+/-65 cal BC (-9210-8830).

36Pour ce qui concerne la présence d’Homo sapiens et la reconnaissance d’une occupation au Paléolithique supérieur (40 000–12 000 ans), l’interrogation reste aussi de mise en Arabie : la date au radiocarbone la plus ancienne (9615 ans BP)40 a été obtenue dans un foyer, dans le Sultanat d’Oman, non loin de la capitale Mascate.

  • 41 Field, Lahr, 2005 ; King, Bailey, 2006.

37Paradoxalement, la première implantation des Homo sapiens en Arabie est inconnue alors que son origine se situerait aussi du côté du rift oriental africain, il y aurait 400 000 ans. Quels sont les chemins empruntés par les premiers Homo sapiens pour conquérir le monde ? La question de la traversée de la mer Rouge se pose à nouveau mais cette fois par nos ancêtres directs qui en avaient sans doute les capacités mentales et techniques puisqu’ils ont conquis l’Australie par voie maritime, il y a environ 60 000 ans41.

  • 42 Sanlaville, 2000 : p. 72.

38Malgré l’hyper-aridité constatée dans le désert central d’Arabie à la fin du Pléistocène (chap. III), les régions montagneuses du Yémen qui culminent à plus de 3000 mètres d’altitude et leurs vallées encaissées ont conservé assez d’humidité pour assurer le maintien d’une flore et d’une faune comme on peut l’observer actuellement. « La montagne yéménite, élevée et bénéficiant de deux saisons pluvieuses (les “petites pluies” de mars-avril et les “grandes pluies” de juillet–août), apparaît comme un véritable château d’eau d’où diverge un dense réseau hydrographique »42… À l’est, les nombreux wādī qui entaillent le plateau du Hadramawt de moindre altitude sont souvent verdoyants comme les hautes plaines de Saada et de Sanaa. Ainsi ces régions sont propices à l’agriculture et à l’élevage. Par conséquent, les contraintes climatiques ne sont pas suffisantes pour expliquer l’absence éventuelle d’un Paléolithique supérieur en Arabie du sud.

39En conclusion l’Arabie du sud a été peuplée au Pléistocène, mais on ignore quand et par quel genre humain car les seules industries lithiques ne suffisent ni à préciser une chronologie ni à attribuer ces industries à un genre humain. Quant aux chemins empruntés, ils sont sans doute multiples par voie terrestre ou maritime.

  • 43 Macchiarelli, Peigné, 2006.

40Enfin les récentes découvertes dans la Tihāma offrent de nouvelles perspectives concernant les peuplements au Pléistocène en Arabie43 !

Fig. 6 – Ères géologiques et grandes phases de l’évolution de la vie (la limite inférieure du Quaternaire est définie selon les auteurs soit à 1,8 Ma, soit à 2,6 Ma).

Fig. 6 – Ères géologiques et grandes phases de l’évolution de la vie (la limite inférieure du Quaternaire est définie selon les auteurs soit à 1,8 Ma, soit à 2,6 Ma).

Notes

1 Caton-Thomson, 1938 ; Caton-Thomson, Gardner, 1939. Rappelons que le Yémen n’est pas encore un pays indépendant et la publication fait référence à “Southwest Arabia”.

2 Van Beek et al., 1963.

3 Amikhanov, 1994, 1996 : niveau inférieur de Ḥabarūt (GIN 8159 : 9560 ± 120 BP, Cal BC –9253-8626 sur mélanoïdes).

4 Les fouilles archéologiques de la cité antique de Shabwa sont dirigées par J.-F. Breton. En 1983, grâce à son invitation, j’ai pu découvrir l’occupation préhistorique des environs de Shabwa et du wādī Irmah dans le cadre d’une coopération avec les institutions yéménites ; Inizan, Ortlieb, 1987.

5 Les résultats de ces missions dirigées par le Pr. Alessandro de Maigret ont été régulièrement publiées dans la revue East and West (De Maigret, 1983, 1984 ; Bulgarelli, 1989 ; Di Mario, 1989 ; Fedele, 1989, 1990 ; Marcolongo, Palmieri, 1990 ; Tosi 1986 a et b, 1990).

6 Jung, 1989, 1990.

7 Cleuziou et al., 1992.

8 Global Position Satellite.

9 Chapitre IV.

10 Gabunia et al., 2001 ; Locdkipanidze et al., 2006.

11 Bar-Yosef, Goren-Inbar, 1993 ; Belmaker et al., 2002.

12 Fernandes et al., 2006 ; King, Bailey, 2006.

13 Sanlaville, 2000 : les « tribulations de la Plaque Arabique ».

14 Petraglia, 2003 ; 2005.

15 Prat, Marchal, 2001 : pour comprendre qui sont nos lointains ancêtres.

16 Thomas et al., 1998.

17 Chelhod, 1984 : p. 26 « nous ne savons apparemment rien des origines de l’homme dans cette partie de l’Arabie ».

18 Abbate et al, 1998.

19 Abbate et al., 1998 ; Abbate et al. 2004.

20 Derricourt, 2005 : p. 120.

21 Fernandès et al., 2006 : ces auteurs proposent uniquement la voie terrestre.

22 Francaviglia, 1990 a et b.

23 Amirkhanov, 1994, fig. 4 et 5, p. 221-222 : The limit between the Lower and Middle Pleistocene, as already mentioned, is considered to be in the region of about 1 million years ago. According to the data …, the variant can, however, be suggested that it may be about 700 000 years ago. J’ai examiné en 1987 quelques pièces en calcaire exposées au musée d’Aden sans reconnaître une taille intentionnelle, ce qui fut confirmé par Pierre Bodu et Rémy Crassard sur le matériel d’al-Guzah déposé au musée de Say’ūn.

24 Whalen, Schatte, 1997.

25 Leakey, 1971 ; selon la classification proposée par Clark G., 1969 et Toth, 1987.

26 Whalen, 1992.

27 Petraglia, 2003 : p. 141.

28 Roche, 2005.

29 Delagnes, Roche, 2005.

30 Soriano, 2003.

31 Kapel, 1967 ; Inizan, 1980 ; 1988 : p. 128.

32 Petraglia, 2003 : p. 150.

33 Lambeck, 1996.

34 Whalen et al., 1983.

35 Caton-Thomson, Gardner, 1939 ; Inizan, Ortlieb, 1987 ; Crassard, 2007.

36 Malheureusement cette région fait actuellement l’objet de pillages archéologiques de grande ampleur pour ce qui concerne les monuments des riches cités sudarabiques : Audouin, Arbach, 2004.

37 Toujours à la surface de cette dépression, quelques ossements de grands bovidés et une dent de cheval ont été recueillis en 1993 et déterminés par J. Desse.

38 Clark J.D., 1988.

39 Macchiarelli, Peigné, 2006.

40 Uerpmann, Uerpmann, 2003 : p. 40, Hv12964 : 9615+/-65 cal BC (-9210-8830).

41 Field, Lahr, 2005 ; King, Bailey, 2006.

42 Sanlaville, 2000 : p. 72.

43 Macchiarelli, Peigné, 2006.

Table des illustrations

Titre Fig. 3 – Le bassin versant du paléofleuve Jawf-Hadramawt. D’après Cleuziou et al. 1992.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1569/img-1.png
Fichier image/png, 48k
Titre Fig. 4 – Scénarios des migrations hors d’Afrique du genre Homo au Plio-pléistocène (Whalen, Schatte, 1997 ; Petraglia, 2003).
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1569/img-2.png
Fichier image/png, 117k
Titre Fig. 5 – Industrie pléistocène d’al-Hawā (Ramlat as-Sab‘atayn). 1 : biface (quartzite). 2, 3, 4 : éclats Levallois (silex). 5 : denticulé sur éclat Levallois. Industrie Levallois du wādī Hīrab (Jawf). 6, 7, 8, 9 : nucléus Levallois (silex). Dessin : Pierre Bodu.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1569/img-3.png
Fichier image/png, 4,5M
Titre Fig. 6 – Ères géologiques et grandes phases de l’évolution de la vie (la limite inférieure du Quaternaire est définie selon les auteurs soit à 1,8 Ma, soit à 2,6 Ma).
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1569/img-4.png
Fichier image/png, 193k

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search