Version classiqueVersion mobile

Art rupestre et peuplements préhistoriques au Yémen

 | 
Marie-Louise Inizan
, 
Madiha Rachad

Introduction

Marie-Louise Inizan et Madiha Rachad

Texte intégral

Fig. 1 – L’art rupestre au Yémen.

Fig. 1 – L’art rupestre au Yémen.
  • 1 Gombrich, 1992 : p. 3.

“Disons nettement, tout d’abord, qu’à la vérité « l’Art » n’a pas d’existence propre.
Il n’y a que des artistes.” 1

  • 2 Bayle des Hermens, Grebenart, 1980.
  • 3 Rachad, 1994 : L’Art rupestre et son contexte préhistorique au Yémen dans la région de Saada. Thèse (...)
  • 4 Garcia, Rachad, 1997 : p.11.

1La découverte de l’art rupestre en 1974 par R. de Bayle des Hermens à Saada et la publication des deux plus beaux panneaux gravés sur le site de Musalḥaqāt (fig. 55 et 60)2 fut à l’origine du choix d’un sujet de thèse sur l’art rupestre dans la région de Saada (M.R.)3. L’art rupestre est l’art gravé, peint ou sculpté sur la roche, sans exclusive, qui va des monuments de Pétra aux plus humbles graffiti4. C’est donc ce langage symbolique, esthétique et universel qu’il s’agissait d’étudier.

  • 5 Rathjens, Wissmann, 1932 : pl. VI.
  • 6 Radt, 1971.
  • 7 Cervicek, Kortler, 1979.

2Il semble que les premières photographies de représentations rupestres au Yémen aient été publiées par C. Rathjens et H. von Wissmann en 1932. Il s’agit de bouquetins à longues cornes recourbées, gravés dans un abri sous roche situé dans le jabal Samsan5 non loin de Sanaa. Beaucoup plus tard, un autre abri, comportant de nombreuses gravures, dont des bouquetins, a été découvert par M. Livadiotti au wādī D.ahr, à une dizaine de km au nord de Sanaa6. Ensuite, en 1975-1976 dans la région du Jawf, F. Cervicek et P. Kortler7, en menant des enquêtes sur les populations nomades vivant sur les marges du Rub‘ al-Khālī, ont relevé grâce aux indications de leurs guides des sites rupestres avec des scènes de chasse, des figures anthropomorphes, divers animaux parfois disparus, ainsi que de nombreuses inscriptions (fig. 1). Cependant les recherches restaient alors occasionnelles et par conséquent très incomplètes.

  • 8 Bayle des Hermens, Rachad-Tardif, 1990.
  • 9 Garcia, Rachad, 1989.
  • 10 La République Arabe du Yémen depuis la révolution de 1962 et au sud l’ancien protectorat britanniqu (...)
  • 11 Cf. le chapitre III.

3En 1988, c’est avec R. de Bayle des Hermens que les éléments d’un premier corpus des figurations rupestres ont été collectés dans la région de Saada, dans le wādī D.ahr et autour de Radā‘, alors que l’existence d’un peuplement préhistorique dans ces régions était alors inconnue8. En 1989, un programme de recherches fut mis en œuvre grâce à l’aide du Ministère des affaires étrangères en France et du Service des Antiquités du Yémen à Sanaa, sous la direction de Michel Garcia et de Madiha Rachad. M. Garcia, spécialiste dans le domaine de l’art préhistorique, assura de 1989 à 19929 non seulement la direction scientifique des cinq missions sur le site de Saada et d’une mission sur le site de Radā‘, mais aussi la formation de collègues yéménites aux techniques de relevés et de moulages. Le cadre politique était alors différent de celui d’aujourd’hui, ce qui n’était pas sans conséquence sur l’interprétation des vestiges préhistoriques. En 1974, le Yémen était divisé en deux pays indépendants ce qui rendait difficile l’exploration archéologique dans le Ramlat as-Sab‘atayn10. Depuis la réunification le 22 mai 1990, la recherche archéologique est réalisée dans un cadre unique qui correspond aussi à des entités géographiques homogènes11.

4Les recherches dans la région de Saada furent déterminées par le repérage sur les photos aériennes et sur la carte géologique des buttes-témoin constituées par des grès, de dureté variable, reliquats d’un étage géologique très ancien. En effet, les peintures et les gravures ont toujours été réalisées sur les parois d’abris creusées par l’érosion dans ces éminences en grès qui émergent des plaines de Saada ou de Radā‘. Puis la prospection au sol s’est étendue à partir des premiers sites reconnus. À Saada, sept sites ont été étudiés : al-Musalḥaqāt, al-Ḥaẓīrah, Jabal al-Makhrūq, Jabal al-Jarfayn, wādī Rūbay‘, Jabal Ṣamā’ et Jabal Ghubayr.

  • 12 Garcia et al, 1991. Les abréviations utilisées concernant les datations : date radiocarbone BC (Bef (...)
  • 13 Garcia, Rachad, 1997.

5D’emblée les superpositions d’animaux, la représentation d’espèces disparues comme le buffle et l’aurochs ainsi que des techniques différentes de gravures et de peintures indiquaient l’existence d’une longue séquence d’occupation de ces abris. La recherche du contexte archéologique fut facilitée par l’existence en surface, à proximité des abris décorés, de vestiges de matériel lithique taillé en silex, quartz, rhyolite, obsidienne, etc., ainsi que d’ossements d’animaux. Dès 1990, des sondages furent réalisés sur les sites du Jabal al-Makhrūq et du wādī Rūbay‘. La présence d’une seule couche archéologique assurait la contemporanéité des vestiges et des charbons qui furent datés. On put ainsi estimer que ces abris décorés avaient été occupés à partir du VIe millénaire av. J.-C.12. En 1992, la mission s’est étendue aux sites de Radā‘ et à une exploration au nord-est de Saada. Ces premiers travaux sur l’art rupestre au Yémen furent publiés partiellement en 199713. Malheureusement, les événements politiques ont interrompu la recherche dans la région de Saada.

6En proposant cette publication élargie, il s’agissait de reconnaître l’importance de l’art rupestre et de souligner sa pérennité pendant des millénaires jusqu’à une époque récente. S’il y a 20 ans la région de Saada semblait exceptionnelle, désormais de vastes ensembles gravés ou peints ont été découverts dans tout le pays sans qu’il y ait eu de nouvelles études. Or cet art rupestre, présent dans tout le Yémen, est menacé car il est soumis non seulement au vandalisme, surtout lorsqu’il est proche des agglomérations comme à Saada, mais aussi à la destruction systématique car les grès, supports de l’essentiel des représentations, font partie des matériaux convoités dans les constructions modernes. Ainsi deux sites majeurs découverts en 2002 dans les montagnes centrales, Jarf al-Nabīrah et Jarf al-Ibil, déjà très dégradés, sont présentés dans cet ouvrage (chap. IX).

7Il s’agissait aussi de montrer l’essor de la recherche en préhistoire depuis la réunification. Si le Yémen au sud de l’Arabie se présente naturellement dans la continuité géographique du Proche‑Orient, il occupe aussi une position centrale dès lors que l’on s’intéresse à la dispersion depuis l’Afrique des premiers hominidés il y a près de deux millions d’années. Homo erectus, dont le foyer est toujours situé dans le grand rift oriental africain, a-t-il ou non traversé la mer Rouge pour atteindre le sud de l’Arabie ? Malgré une occupation humaine indubitable au Pléistocène en Arabie on ne sait toujours pas la dater. Plus près de nous la question se pose à nouveau pour notre ancêtre direct Homo sapiens, dont on admet l’origine en Afrique orientale et sa présence hors d’Afrique il y a 130 000 ans. Quand ce dernier a-t-il traversé la mer Rouge pour la première fois ?

  • 14 Ryckmans, 1976.

8En revanche, à partir de l’Holocène il y a environ 12 000 ans tout se précise, grâce surtout à des recherches systématiques qui ont mené à la découverte de sites stratifiés datés, notamment dans le Hadramawt. Les traversées de la mer Rouge sont reconnues depuis le Néolithique et désormais des cultures matérielles originales se dégagent, qui permettent de tracer des territoires et de suivre des échanges. Enfin, avec la représentation rupestre, essentiellement animale, on dispose d’un atout incomparable dans le domaine de la chasse et de la domestication des animaux. Ainsi la chasse rituelle au bouquetin14, dont on peut encore trouver les échos dans la mémoire collective jusque récemment, puise certainement son origine au Néolithique, il y a au moins 7000 ans.

  • 15 Vigne, 2003.

9En outre les avancées de la recherche dans le domaine de la domestication des animaux ont considérablement évolué depuis 15 ans, permettant de préciser les aires d’avant-garde des processus de domestication au Proche-Orient, dès le IXe millénaire av. J.-C.15. Au Yémen, malgré les rares déterminations, une domestication des bovins, peut-être des chèvres et des moutons, serait observée dès le VIIe millénaire impliquant le Proche-Orient. En revanche, l’origine de celle des ânes n’est pas élucidée.

10Il nous a donc semblé qu’il serait judicieux de faire le point dans une première partie de l’ouvrage sur les peuplements préhistoriques du Yémen dans leur environnement géologique et climatique. La deuxième partie de l’ouvrage est composée d’un catalogue réservé aux méthodes d’enregistrement ainsi qu’aux documents graphiques et photographiques.

  • 16 Robin, 1991 : p. 51 « il est peu probable que l’écriture apparaisse en Arabie du Sud avant le XIIIe(...)
  • 17 De Maigret, 1984.
  • 18 Edens, Wilkinson, 1998 ; Edens, 2005.

11Quant aux limites de la Préhistoire, elles sont conventionnelles : depuis les origines de l’humanité, actuellement fixées à 2,5 millions d’années, jusqu’à l’histoire, c’est-à-dire l’apparition de l’écriture, il y a un peu plus de 5000 ans en Mésopotamie et en Égypte et un peu plus de 3000 ans en Arabie du sud16. Ainsi nous avons fixé la fin de la préhistoire à l’apparition des cultures de l’Âge du Bronze, à la fin du IVe millénaire av. J.-C., cultures révélées par les travaux d’A. De Maigret17et désormais bien documentées et datées18. Par ailleurs le corpus des représentations rupestres montre que nous dépassons largement les limites strictes de la préhistoire puisque certains panneaux offrent des représentations de dromadaires ou de cavaliers montant des chevaux alors que l’arrivée de ces animaux au sud de l’Arabie est historique.

12Ainsi, de la présentation d’une thèse, le projet s’est élargi à cette publication qu’il n’était pas possible de produire alors. S’il est apparu difficile de fixer des limites chronologiques de la représentation rupestre, pratique ininterrompue depuis ses premières manifestations au Néolithique, cette ambiguïté fut salutaire pour tenter d’approcher les cultures préhistoriques du sud de l’Arabie et leurs relations avec les régions avoisinantes, l’Afrique à l’ouest, l’Oman à l’est, et non pas sur des modèles préétablis le plus souvent à partir du seul Proche-Orient.

Fig. 2 – L’art rupestre à l’ouest et au nord de la péninsule Arabique.

Fig. 2 – L’art rupestre à l’ouest et au nord de la péninsule Arabique.

Notes

1 Gombrich, 1992 : p. 3.

2 Bayle des Hermens, Grebenart, 1980.

3 Rachad, 1994 : L’Art rupestre et son contexte préhistorique au Yémen dans la région de Saada. Thèse de IIIe cycle.

4 Garcia, Rachad, 1997 : p.11.

5 Rathjens, Wissmann, 1932 : pl. VI.

6 Radt, 1971.

7 Cervicek, Kortler, 1979.

8 Bayle des Hermens, Rachad-Tardif, 1990.

9 Garcia, Rachad, 1989.

10 La République Arabe du Yémen depuis la révolution de 1962 et au sud l’ancien protectorat britannique qui devint la République Démocratique et Populaire du Yémen en 1972.

11 Cf. le chapitre III.

12 Garcia et al, 1991. Les abréviations utilisées concernant les datations : date radiocarbone BC (Before Christ) et BP (Before Present, soit avant 1950, date de référence).

13 Garcia, Rachad, 1997.

14 Ryckmans, 1976.

15 Vigne, 2003.

16 Robin, 1991 : p. 51 « il est peu probable que l’écriture apparaisse en Arabie du Sud avant le XIIIe siècle av. J.-C».

17 De Maigret, 1984.

18 Edens, Wilkinson, 1998 ; Edens, 2005.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – L’art rupestre au Yémen.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1568/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 2 – L’art rupestre à l’ouest et au nord de la péninsule Arabique.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1568/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 899k

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search