Version classiqueVersion mobile

Art rupestre et peuplements préhistoriques au Yémen

 | 
Marie-Louise Inizan
, 
Madiha Rachad

Avant-propos

Remerciements particuliers

Madiha Rachad

Texte intégral

1Sans Marie-Louise Inizan, ce travail n’aurait pas vu le jour. Je lui sais gré de sa patience et de sa persévérance qui ont permis de mener à terme cet ouvrage. Depuis les années quatre-vingt, où des missions de prospection nous ont réunies sur le terrain, mon amitié et mon estime n’ont cessé de croître et ma reconnaissance envers elle est totale.

2Je souhaite à l’occasion de cette publication rappeler que c’est Roger de Bayle des Hermens, mon professeur, qui m’a dirigée vers la recherche préhistorique au Yémen et plus particulièrement sur la région de Saada, tant la richesse de ses panneaux lui paraissait mériter une attention toute particulière. Cet intérêt a pris la forme d’une thèse intitulée L’art rupestre et son contexte préhistorique au Yémen dans la région de Saada, sous la direction de R. de Bayle des Hermens, soutenue à Paris I‑Panthéon‑Sorbonne en 1994.

3Durant la préparation de la thèse et au-delà, plusieurs missions de terrain ont été faites avec Michel Garcia (CNRS), que je tiens ici tout particulièrement à remercier pour ses apports en matière de travail sur le terrain, et notamment aux nombreux relevés qui ont été faits des plus importants panneaux.

4Hélène David a attentivement collaboré à cet ouvrage en nous apportant son soutien et en mettant à notre service son talent ainsi que ses inestimables compétences professionnelles en terme de cartographie, de relevés et d’illustrations graphiques. Je lui en suis reconnaissante et lui adresse mes plus fidèles remerciements.

5À Christian Robin revient une place particulière, tant je suis fière qu’il ait honoré notre travail en acceptant d’en rédiger la préface.

6Je remercie le Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa (CEFAS) et tout particulièrement son directeur Jean Lambert, qui a soutenu cet ouvrage avec conviction et qui a su tout au long de ce travail réunir les différents intervenants.

7Enfin et pour terminer, c’est l’Organisation générale des antiquités et des musées du Yémen (GOAM) que je remercie. Je suis très reconnaissante pour leur soutien au qādi Isma‘il al-Akwaa, qui m’a fait entrer au GOAM, et au Pr. Youssuf M. Abdallah, alors directeur du GOAM. À tous ceux qui m’ont accompagnée sur le terrain, et plus particulièrement à Mohammed Ahmed Qasim et Ibrahim Said, ainsi qu’à Yahya al-Nousayri, directeur des Antiquités de Rāda‘, j’adresse mes sincères remerciements pour leur collaboration sans faille et sans retenue.

8Que tous trouvent ici l’expression de ma sincère gratitude.

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search