Version classiqueVersion mobile

Une Française médecin au Yémen

 | 
Claudie Fayein

III. Missions en dehors de Sanaa

Premier médecin à Dhamar

La femme du Gouverneur et ses courtoises propositions. — La Vengeance d’Ahmed. — Consul­tation chez une folle, démonstration médicale au marché.

Texte intégral

1Depuis longtemps, Abdou me parlait de Dhamar, sa ville natale, située à trois jours de marche au sud de Sanaa. De riches maisons, une célèbre mosquée, tombeau des anciens Imams. Aux environs, des tombes himyarites ainsi que les vestiges d’un village chrétien encore jamais visité… Mon interprète faisait son possible pour exciter ma curiosité, car un voyage commun à Dhamar l’eût rapproché de sa famille. Sans doute, en même temps, vantait-il mes capacités médicales au vieux Gou­verneur de Dhamar, qui habitait Sanaa une partie du temps. Et le Gouverneur sollicita de Sa Majesté la permission de me faire venir pendant quelques jours pour visiter les malades de sa ville.

2La permission fut longue à obtenir. Au docteur RiboIlet, on l’avait toujours refusée. Aucun étranger n’était passé à Dhamar depuis l’ingénieur Gourlin, un Français, chargé par l’Imam, six ans auparavant, d’une enquête géologique. Aucun médecin n’y avait jamais séjourné, bien que la ville comptât près de quinze mille habitants. Mais enfin, après plusieurs mois d’attente, le Roi nous fit parvenir une réponse favorable.

3À Sanaa, on me déconseillait ce voyage. Dhamar est située sur l’ancienne piste de Sanaa à Taëz, qui traverse de hautes montagnes entre Ibb et Yérim, et n’est accessible qu’aux mulets. Depuis qu’une route carrossable passe par Hodeidah, cette piste est délaissée. Dhamar et Yérim, la ville voisine, vivent isolées en dehors du courant commercial dominant, et leurs habitants ont la réputation d’être peu accueillants aux étrangers.

4Le Gouverneur de Dhamar était un très vieil homme, dont le visage ridé et malin me rappelait les portraits de Voltaire ; mais un Voltaire revêtu d’une robe de satin rose vif, d’un turban de soie brodée, et coulant son regard ironique entre des paupières fardées comme aux premiers temps du cinéma. Lui non plus, il ne jouissait pas d’une excellente renommée. De 1900 à 1914, il avait parcouru le monde entier, profitant de sa situation de Prince oriental pour faire de fructueuses opérations. De retour dans son pays, il avait connu une puissance comparable à celle que Dj… possède actuellement. Mais, pendant ces hautes fonctions, sa richesse devint trop voyante, et l’Imam l’avait dépouillé de tout, lui donnant en compensation le poste de Gouverneur de Dhamar. Le vieillard convenait du reste, avec philosophie, que c’était suffisant pour la sérénité de ses dernières années. On le sentait capable de toutes les roueries, encore volontiers peloteur dans les coins sombres, et parlant avec un plaisir évident de sa jeune femme de vingt ans. Au demeurant, plein de finesse.

5Comme dans un vrai conte arabe, il avait deux fils, un fou et un sage. Le sage, nommé Ali, était l’un des plus brillants élèves de l’Université de Sanaa. Il bénéficiait de l’estime générale. Mais il se montrait peu, car en revanche, son frère le fou, nommé Ahmed, ne se montrait que trop. C’était le pire mauvais sujet de Sanaa, intelligent, mais ivrogne. Pour boire, il recherchait la compagnie des Européens, et mon ami l’ingénieur ne savait comment échapper à sa compromettante et peu sincère sympathie.

6L’ingénieur aurait voulu m’accompagner à Dhamar. Il avait pour cela une raison qui n’était pas un simple prétexte : réparer des pompes en panne à Mabr, petite ville voisine. Mais le Gouverneur réussit à l’écarter du voyage, par une manœuvre du dernier moment. Je voulais aussi emmener mon infirmier habituel pour délivrer les médicaments et pratiquer les soins que j’aurais à pres­crire. Visiblement, cette compagnie déplaisait au Gouverneur, et il fit son possible pour l’éviter, sans toutefois y réussir. Au moment du départ, mon infirmier me demanda si j’emportais un revolver. Devant ma réponse négative, il parut assez ennuyé. C’était un garçon raisonnable, nullement romanesque, et sa remarque m’inquiéta davantage que tous les avertissements défavorables. Mais il était trop tard pour reculer.

7Nous partîmes un matin de septembre, dans une Ford qu’Ahmed, le fils du Gouverneur, conduisait avec brio. Le seul côté sympathique de son caractère était son aptitude évidente au métier de mécanicien. S’il avait pu s’instruire par des études techniques, il n’aurait sans doute pas bu autant. Mon infirmier se serrait modestement dans un coin de la voiture. Nous devions retrouver à Dhamar Abdou et le vieux Gouverneur, partis quelques jours à l’avance. Mais Ahmed emmenait quelques-uns de ses habituels compagnons de Sanaa, aussi peu recommandables que lui-même. Leurs physionomies n’étaient guère rassurantes. La joue gauche de l’un d’eux était gonflée d’une boule de qat, d’un volume étonnant. Je le guettais, pour prendre une photographie. Mais il s’en aperçut, et me foudroya d’un regard si glacé, si hostile, que je ne pouvais guère insister.

8Dans un pays montagneux, quand la voiture est vieille et la route mauvaise, les péripéties du voyage ne varient guère. Courte halte dans un petit village, surmonté d’une haute falaise où on me montra des tombes himyarites : des cavernes dont l’entrée était visible à mi-hauteur du rocher. Ahmed, pour compenser le visible mépris de ses camarades, était d’une amabilité débordante, et me promit que nous visiterions tout cela, au retour… Pour le moment, nous étions en retard : trois pannes successives, dont une panne d’essence à quelques kilomètres de Dhamar. II fallut envoyer quelqu’un à pied, jusqu’à la ville. Un cavalier revint une heure après, au galop, tenant à bout de bras le pré­cieux bidon. Nous arrivâmes à Dhamar au milieu de la nuit, un askari accroché à la voiture, éclairant la route avec ma torche électrique. Car la batterie s’était fendue dans un cahot, et une panne d’allumage menaçait à chaque instant…

  • 1 Maison du Gouvernement.

9Un Européen qui arrive de nuit, après un voyage pénible, dans une Hakouma1, sombre et sévère, ne peut se défendre d’un vague sentiment d’angoisse. On se sent plongé dans un monde encore guerrier, où tout rappelle notre rude moyen âge. Autour du château, souvent fortifié de tours, il ne manque que des fossés remplis d’eau. Mais les portes sont défendues par des entrées en chicane, et la route d’arrivée est barrée, de place en place, par de gros troncs d’arbres que les askaris écartent au passage. Au rez-de-chaussée, se trouvent les réserves : vivres, armes, munitions. Au premier, une salle des gardes où se tien­nent les soldats, éclairée non de torches mais de lampes à pétrole accrochées au mur. Là-haut, la voûte de pierre se perd dans l’ombre. On s’attendrait à trouver là-dessous l’éclat des lances, des casques et des armures. Mais on est entouré de grandes robes blanches, de poignards, de turbans, de mousquetons, et les hommes qui vous fixent de leurs yeux fardés ont d’étranges figures sombres. Un médecin français, dans des circonstances semblables, ressentit une panique tellement inhabituelle qu’il était convaincu, par la suite, d’avait été « drogué » au cours du repas précédent. « Détrompez-vous, lui répondit un homme bien averti des choses yéménites, c’est seulement le Yémen qui vous a pris à la gorge ! ». Dans ces cas-là, si on a un rôle à tenir, il faut réagir par le vide, faire taire son imagination et attendre patiemment le soleil du lendemain.

10J’aurais bien voulu l’attendre tranquillement dans ma chambre. On m’installa dans une pièce du troisième étage, au-dessus du harem, au-dessous du Gouverneur. Une longue pièce blanche, des fusils aux murs, des divans bas, et au centre, en mon honneur, un fauteuil et une table de rotin. Mais Ahmed, malgré l’heure tardive, ne se retirait pas. Il me dévidait des compliments de plus en plus fleuris et finalement, l’œil câlin, sollicita l’autori­sation de passer la nuit avec moi.

11Dans ces cas-là, je ne comprends plus l’arabe, et je réclame mon interprète. C’est la meilleure façon de dire non sans vexer le monsieur. Ahmed me quitta donc, dépité, mais il ne s’avouait pas battu, et m’expédia sa mère pour la suite des pourparlers.

L’arrivée à Mareb, bédouins bleus et chameaux. Sur l’avion, le drapeau yéménite : le sabre et les cinq commandements de l’Islam.

L’arrivée à Mareb, bédouins bleus et chameaux. Sur l’avion, le drapeau yéménite : le sabre et les cinq commandements de l’Islam.

12C’était une grande femme pâle qui n’avait pas cessé depuis longtemps d’être belle. Elle aurait pu l’être, encore, mais ne semblait plus y tenir. Quelle complète expérience, au fond de son harem, lui avait permis d’acquérir ce regard attentif, lucide, débarrassé de tout sentiment ? Un banal salut, et puis elle attaqua, nettement.

13— Alors, tu ne veux pas de mon fils ?

14— Non, répondis-je, aussi simplement.

15— Peut-être veux-tu qu’on aille chercher ton infirmier, qui dort en bas avec les soldats ?

16Ahmed Awade, ce bon jeune homme ! Son étonnement, si je le faisais mander !… Je gardai avec peine mon sérieux pour dire que je voulais dormir seule.

17Alors je vis poindre chez mon interlocutrice un soupçon d’intérêt pour moi. Elle me demanda :

18— Tu n’as donc pas d’homme ? (Elle avait dit « rigal », brutalement, et non « zaoudgé », mari).

19— Si, mais pas au Yémen !

20— Tayeb ! bien, très bien…

21Cette fois, elle me sourit avec sympathie. J’étais maintenant classée dans la catégorie des femmes qu’elle approuvait : celles qui se tiennent dignement. Désormais, j’eus droit à ses attentions, des attentions d’égale, sans servilité comme sans condescendance. Elle n’était pas de ces femmes qui se lient, et nous n’eûmes jamais aucune intimité. J’ai cependant gardé pour elle la plus grande admiration. Devant un personnage étranger, dont la morale est inconnue, accomplir tout d’abord son devoir, sans juger. Puis, s’informer, sans parti pris. Puis, si la chose est possible, accorder sa sympathie. Ces trois étapes sont le fait d’un esprit parfaitement civilisé.

22Le lendemain, Ahmed, redevenu souriant, me fit faire en voiture un petit tour en ville. Dhamar est une ville ouverte, sans murailles. Le site est moins beau qu’à Sanaa, car la plaine est plus large, les montagnes plus lointaines. La plupart des maisons sont de terre ou de briques, assez basses. Mais quelques-unes, celles de riches marchands, sont aussi hautes et aussi ornées que les plus remarquables maisons de la capitale. Les souks de Dhamar sont fort animés : des produits agricoles variés et ceux de l’artisanat, laine et cuir. Ses tapis, comptent parmi les plus réputés, de grands tapis blancs et noirs. Rares encore les échoppes de pacotilles européennes, et sur la tête des femmes, la Tanika n’a pas remplacé l’antique cruche de terre. De nombreux puits, comme à Sanaa. Aux Souks, j’ai noté un amusant procédé publicitaire : certains marchands ont fait construire auprès d’eux, dans la rue, des édicules de pierre où une provision d’eau reste fraîche. Mais la timbale est fixée par une chaîne à la porte de leur magasin et le passant assoiffé s’engage, par politesse, dans une conversation, au cours de laquelle il peut devenir un client.

23Dhamar compte plusieurs mosquées, dont deux anciennes et belles. L’une d’elles comporte un grand bâtiment carré, aux murs de pierre peints de motifs, en blanc et noir. Au cours des dix siècles derniers, plusieurs Imams Zeidites ont été enterrés là, car Dhamar est le siège d’une ancienne et célèbre université religieuse. J’étais bien décidée à visiter ces tombes, mais ce n’était pas encore le moment d’étaler toutes mes prétentions.

24Ahmed m’emmena au quartier de cavalerie, où on élève les meilleurs chevaux du Yémen. Une grande cour, bordée de bâtiments autrefois réservés aux soldats turcs, mais occupés maintenant par des écuries. Et on m’y fit l’hommage d’un magnifique spectacle.

25Du fond de la cour, les chevaux m’arrivaient au petit galop, deux par deux, présentés par un askari qui courait au milieu, les tenant de chaque main en bridon. Des bêtes superbes, fines et luisantes, dont on apprécie ici la profonde ensellure lombaire. Les gardiens, pieds nus, bras nus, cheveux flottant au vent à côté des crinières, semblaient comme les chevaux, l’image même d’une beauté naturelle et fière. Mais, près de moi, Ahmed préparait sa vengeance… Au plus fort de mon enthousiasme, il m’avertit que la voiture, ayant besoin d’une complète révision, ne serait plus à ma disposition. Et que, pour mes déplacements, je veuille bien choisir une de ces bêtes-là.

26Je priai qu’on me trouve un brave cheval bien tranquille, fût-il un peu moins beau. Ahmed avait aux lèvres un méchant sourire, qui signifiait clairement : « Madame veut faire l’homme ? Eh bien, nous allons voir… ». Il répondit qu’à Dhamar, on ne connaissait pas ces chevaux-là ! Autour de lui, ses aimables compagnons se mirent à ricaner. Je relevai le gant, et lui demandai de choisir lui-même. Toute l’écurie vint défiler de nouveau, mais cette fois, plus les chevaux étaient fringants, plus je me sentais saisie d’angoisse. Ahmed choisit avec soin une jeune jument de trois ans, l’œil affolé, nerveuse à souhait. « Balzane trois, Cheval de Roi ». Je remerciai, en expliquant le dicton de France. Mais je me serais bren passée d’un tel honneur, et j’évoquais mon calme El Hajab avec un regret mêlé d’appréhension.

27Pour compléter le cheval, on m’attribua le plus désagréable askari que j’aie jamais connu, jeune, brutal, méprisant, ne m’épargnant aucune difficulté. Et cette paire-là fit de mon séjour à Dhamar quelque chose de bien fatigant. À mon beau cheval, je dois pourtant une heure de gloire que bien peu d’Européennes peuvent se vanter d’avoir connue !

28C’était un vendredi, après la prière de midi. Quand le Gouverneur quitte la mosquée, une escorte de notables et de soldats, à cheval ou à pied, le reconduit à la Hakouma en chantant. Pour assister à la scène, je m’étais postée dans une maison voisine. Le cortège parti, je pris mon cheval pour rentrer chez moi. Mais on m’avait vue… L’auto s’arrêta. À la portière, le Gouverneur me faisait signe d’approcher, content d’offrir à sa bonne ville un spectacle aussi rare. Abdou, éclatant de fierté, me suppliait : « Vas-y Hakima, vas-y… ». Il fallut bien me joindre au cortège ! Mon cheval, habitué aux défilés militaires, se conduisit fort bien, et je pus savourer en paix la grisante sensation d’appartenir, au cœur de l’Arabie, à la suite d’honneur d’un noble musulman.

29Mais mon cheval, si sage dans les défilés, supportait mal la cohue populaire qui m’entourait habituellement dans la rue. Les gestes et les cris des askaris, pour écarter la foule, l’affolaient encore davantage. Depuis Niebuhr, Dhamar n’avait peut-être pas vu vingt étrangers, et autour de moi la bousculade était telle qu’il y a deux cents ans. Aller à pied ? Impossible. Ici, perdre son prestige, c’est tout perdre. Et sur cette bête énervée j’avais hâte d’arriver à la porte de mes clients.

30Les malades réclamaient ma visite au Gouverneur, qui transmettait à Abdou les demandes par lui agréées, Évidemment, celles des notables de la ville, et pendant les premiers jours je ne fis qu’aller d’une grande maison à l’autre. Le plus avide de me voir était un marchand fort riche, et qui rivalisait de puissance avec le Gouverneur. Sa maison était aussi agréable et gaie que celles de Sanaa, car il avait voyagé à l’intérieur du pays, et connaissait d’autres Européens. Mais on m’appelait aussi dans des familles très fermées, et l’une de ces visites m’a laissé un souvenir frappant.

31C’était aussi un homme riche, mais un propriétaire terrien, qui n’avait jamais quitté Dhamar. Il m’avait réclamée pour ses femmes. Pourtant, à mon arrivée, au lieu de m’introduire au harem, on m’avertit que le maître de maison m’attendait. Dès l’entrée du mufredge supérieur, je crus à un rêve. Une pièce étroite et longue, éclairée de baies, le sol et les divans recouverts de tapis persans. Au milieu, le grand plateau de cuivre, chargé de crachoirs et de plusieurs narguilés. Tout autour de la pièce, sur les divans, une dizaine d’hommes superbement vêtus de satin rayé aux couleurs vives. Le maître de maison siégeait à une place surélevée d’un matelas supplémentaire, encadré de deux coussins carrés en guise d’accoudoir. Derrière lui, le mur était tendu d’un tapis. C’était un homme jeune, au type sémite très accentué, la figure entourée d’une barbe noire. Il portait un somptueux costume, robe et turban drapé de drap d’or. À sa ceinture, un long poignard d’un modèle ancien dans sa gaine d’argent ciselé.

32À mon entrée, il n’eut pas un regard vers moi, aucun geste d’accueil, et tous ses compagnons imitèrent sa réserve. Pourtant, la place de l’invité était restée libre pour moi. Vis-à-vis du Seigneur, un chanteur était accroupi, et il prit la parole pour me souhaiter la bienvenue. C’était un vieil homme aveugle, car les aveugles se font ici chanteurs, comme chez nous masseurs, pour leur discrétion assurée. Je le priai de continuer, et il nous chantonna trois poèmes, en s’accompagnant d’un large tambourin garni de grelots. À travers la boucle rouge du long tuyau des narguilés, des visages impassibles m’observaient furtivement. Lorsque je pris congé, à peine me salua-t-on de légers signes de tête. Ce jour-là, j’ai vraiment eu la sensation d’un Orient compact, impénétrable. En 1954, on peut se dire qu’il existe encore un endroit sur terre où le Monde des Mille et une Nuits est toujours vivant.

33Pour leurs malades, les pauvres gens ne s’adressaient pas au Gouverneur. C’eût été sans doute inutile. Mais ils venaient me solliciter dans la rue, et de plus en plus souvent quand ils virent que j’acceptais volontiers de les suivre. Abdou, charitablement, facilitait le manège. Tout au plus se lamentait-t-il quand nous faisions trop attendre une grande maison. Mais je ne suffisais pas à la demande. Il aurait fallu organiser une consultation populaire, et l’occasion m’en fut donnée rapidement.

34Abdou me demanda de voir une femme, qui avait perdu la raison le jour où son enfant s’était noyé dans un puits. « Tu n’y peux rien, Hakima, je le sais bien, me dit-il, mais viens quand même. Son mari est tellement malheureux ! ». La maison était de modeste apparence. On m’introduisit dans une longue pièce nue. Dans un coin, près de la fenêtre, une forme accroupie sous une peau de mouton. C’était la folle, qui passait toutes ses journées cachée ainsi. Je la découvris : un visage torturé d’anxiété, un regard égaré, qui pourtant s’arrêta sur moi. « Mais elle te regarde, Hakima, murmura Abdou étonné, et depuis longtemps elle ne veut plus voir personne ! ». C’était vrai. Sans doute, mon aspect inhabituel, mon costume kaki et mes yeux clairs l’avaient frappée, au fond de son inconscience, comme la longue robe et le chapeau pointu dont se servaient jadis nos médecins pour impressionner leurs malades. Nous comprenons, maintenant, qu’un « choc » améliore certaines maladies mentales. Que pouvais-je faire pour elle ? Je ne risquais rien et, ma foi, je fis le Fakir. Je pris sa tête entre mes mains. Je lui parlai longuement, gravement, en français. Et comme personne ne comprenait, je pouvais lui dire des choses qu’on pense d’habitude sans les dire. Derrière moi, au fond de la pièce, la famille s’était massée, m’accompagnait d’une silencieuse ferveur. Dans mes mains — ce n’était pas une illusion — le visage tourmenté s’était fait plus paisible, et quand je partis, son regard avait de nouveau quelque chose d’humain.

35Le lendemain matin, Abdou très excité, m’attendait à la porte. « La folle va mieux, Hakima ! Elle s’est levée, elle est sortie de sa chambre, elle est allée seule à la beit el ma, elle qui se salissait sur place ! ». Déjà pour la famille c’était un sérieux soulagement. Mais il aurait fallu continuer, pour ne pas la laisser s’enfoncer de nouveau dans son cauchemar. Une cure de psychothérapie, en plus de mon travail journalier ? Impossible. Une seule solution : rassembler autour d’elle mes malades. Et son mari, un homme déjà vieux au visage noble et bon, accepta volontiers.

36C’est donc auprès d’une folle que je fis tous les jours ma consultation. Elle se tenait dans son coin habituel, moi auprès d’elle, et les malades massés au fond de la pièce venaient s’étendre tour à tour près de moi. Je voulais surtout lui faire accepter les présences humaines, rendre possible pour elle un minimum de vie sociale. Elle suivait la scène, avec étonnement. Parfois, elle était reprise par ses terreurs, et se cachait de nou­veau sous sa peau de mouton. Il fallait la découvrir, lui parler. Une fois calmée, je pouvais reprendre l’examen de celui ou celle qui m’attendait patiemment. Hommes, femmes, enfants, maladies bénignes ou mortelles, tout cela défilait sur cette scène de misère, avec un côté théâtral qui semble ici naturel. Et ce que je faisais, sauf pour la folle, ne servait à rien. Beaucoup trop chers, les médicaments ! Sur vingt malades, Awade m’apprit que cinq à peine pouvaient payer l’ordonnance. Et ces cinq ordonnances-là, sans renouvellement, sans surveillance, ne guériraient sans doute personne. Que resterait-il de mes efforts ? Quelque chose, pourtant. Après une de ces consultations, un petit enfant vint se mettre devant moi. Il semblait bien portant, et je demandai, surprise : « Qu’a-t-il donc encore celui-là ? ». Je cherchais sa mère dans l’assemblée. Mais tout le monde s’était mis à sourire. Une femme me dit avec douceur : « Il veut t’embrasser, simplement. ».

37Un baiser d’enfant, il faut que ce soit le sien pour chasser le découragement, la tristesse. Mais le miracle de ces pays, c’est que la paix vient toujours après l’angoisse. Un jour, après une longue séance, je quittais la maison, plus fatiguée que de coutume. Un vieil homme était assis par terre, dans la rue, devant sa porte. II avait un regard si lumineux, si calme, que je m’arrêtai éblouie dans le rayon comme un lapin, la nuit, devant une voiture. II me dit : « Viens manger avec moi. ». Je répondis avec regret : « Je ne peux pas, j’ai encore quatre maisons à visiter. ». « Alors que Dieu soit avec toi. ». Et dans sa bouche, ce n’était pas une vaine formule. Je me sentis aussitôt débarrassée de toute lassitude, et je terminai la journée dans une sorte de joie. Si quelqu’un m’a fait comprendre ce que peut être la grâce, c’est bien ce vieux bonhomme-là.

38Heureusement, mon travail journalier était coupé de scènes amusantes qui apportaient la détente nécessaire. La meilleure se passa aux souks, dans l’échoppe du médecin arabe de la ville. J’avais pour méthode d’être « bien » avec mes confrères locaux. Ce n’était pas difficile, il suffisait d’appliquer les principes dont nos grands consultants usent avec les médecins de famille. Du traitement antérieur, garder la chose anodine, en la montant en épingle. Ajouter discrètement le médicament plus actif. Surtout laisser le confrère grandi aux yeux de ses clients, et pourvu d’une longue série de piqûres à faire ou de soins compliqués à surveiller. Quand, par surcroît, le malade va mieux, tout le monde est content, et les médecins arabes m’envoyaient souvent des clients. Je connaissais déjà celui de Dhamar, un petit vieillard bienveillant et simple. Quand j’allai lui rendre visite, il me pria de lui montrer la façon dont un médecin d’Europe examine ses malades. Autour de nous, dans et devant la boutique, se pressait la foule nombreuse d’un jour de marché. Un « volontaire » vint s’étendre devant moi, pénétré de l’importance de son rôle. Je l’examinai des pieds à la tête, en donnant tout haut les explications, et en demandant mentalement pardon à mes bons maîtres. L’examen neurologique fut particulièrement apprécié. On ne se lassait pas de me voir gratter la peau du ventre, pour faire sauter à droite et à gauche le nombril ! Je ne sais si la scène était bien conforme aux idées admises sur la dignité médicale, mais l’assistance était aussi attentive et intéressée que mes stagiaires de l’Hôtel-Dieu, quinze ans auparavant. Et l’essentiel, c’est cela. Au demeurant, leurs notions de physiologie n’étaient pas de beaucoup inférieures à celles des habitants de nos campagnes reculées. Et leur désir de s’instruire, peut-être plus grand.

39La leçon terminée, le médecin me montra son stock de médicaments : une quinzaine de flacons, anglais ou italiens, parmi lesquels j’eus la surprise de découvrir une vessie à glace en caoutchouc ! Il fut tout désolé d’apprendre qu’il donnait depuis longtemps un sirop pectoral comme vermifuge. Quant à la pommade pour brûlures, elle servait ici de panacée universelle, en massages légers au creux de l’estomac.

Notes

1 Maison du Gouvernement.

Table des illustrations

Titre Deux sourires.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre L’arrivée à Mareb, bédouins bleus et chameaux. Sur l’avion, le drapeau yéménite : le sabre et les cinq commandements de l’Islam.
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1546/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 1955

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search