Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société civile, associations et pouvoir local au Yémen

 | 
Sarah Ben Nefissa
, 
Maggy Grabundzija
, 
Jean Lambert

Postface

Jean Lambert

Texte intégral

1Le présent volume réunissant les actes de la Table Ronde « Société civile, citoyenneté et pouvoir local » qui s’était tenue à Sanaa en juillet 2006, doit être replacé dans le contexte de son élaboration. Comme je l’explique dans mon avant-propos, cette entreprise est née de la rencontre entre le projet d’un ensemble de chercheurs de divers horizons et l’intérêt de l’Ambassade de France pour promouvoir « une gouvernance démocratique » au Yémen, ainsi que l’intérêt de la Fondation Friedrich Ebert pour le processus de démocratisation au Yémen.

  • 1 On peut mesurer le chemin parcouru depuis en relisant l’ouvrage de Beatty, Madhagi & Detalle (1996) (...)

2Le choix d’étudier les organisations non gouvernementales (ONG) et les associations n’était pas un choix de circonstances, mais répondait au phénomène social de leur multiplication, palpable depuis la fin des années quatre-vingt-dix1, en concomitance avec l’accroissement des aides étrangères directement octroyées aux ONG ou aux « communautés de base », en dehors des canaux étatiques. Au-delà des slogans élaborés par les grands organismes internationaux (et plus ou moins adoptés par le gouvernement yéménite), le cœur de nos interrogations concernait le rôle potentiel de ces ONG dans le développement politique du Yémen. Enfin, du fait que la population du Yémen reste rurale à 75 %, il était naturel de s’intéresser également au rôle spécifique que la société civile pouvait jouer dans un processus de décentralisation lancé par l’État en 2000.

  • 2 Salame, 1994.

3On peut dire que le Yémen se situe globalement dans la problématique des régimes autoritaires du monde arabe. Ces « démocraties sans démocrates »2 ont concédé des réformes sous la pression internationale (multipartisme, liberté d’association et élections en apparence libres), mais sans que cela débouche vers une véritable ouverture du système politique. Dans cette situation complexe (où, de l’avis général, le Yémen se distingue par un plus grand libéralisme que d’autres, notamment dans la péninsule Arabique), il était intéressant de se demander si les expériences de « participation des communautés de base » aux décisions locales les concernant pouvaient représenter un pas, même modeste, vers un élargissement de la démocratie : à la fois par le contournement de certains blocages politiques, et dans une perspective pédagogique. En d’autres termes, on pouvait se demander si ce type fondamental d’activité civique — exercer le droit d’association permettait l’émergence d’une citoyenneté « par le bas », qui n’attendrait pas que l’État ait réuni toutes les conditions idéales pour le développement de la démocratie.

  • 3 Carapico 1997.
  • 4 Dhayfani 1996.
  • 5 Sur l’organisation de la société citadine traditionnelle, voir aussi Mermier 1997, chapitre 1.
  • 6Awdi 1980.

4Ces grands axes ayant été définis pour notre Table Ronde de juillet 2006, un fait fondamental s’imposait : la société civile au Yémen n’avait pas attendu cette conjoncture, certes favorable, pour se développer : comme l’avait montré Sheila Carapico dans son ouvrage de référence3, on peut distinguer au moins trois grandes phases de l’histoire contemporaine de la société civile au Yémen : la période britannique à Aden jusqu’en 1967 ; l’expérience du « mouvement des coopératives » dans les années soixante-dix au Yémen du Nord ; la libéralisation politique consécutive à l’Unité yéménite, phase dans laquelle nous nous trouvons encore. Cette périodisation reste relative, et elle est discutée par certains chercheurs yéménites soulignant l’importance des mouvements d’opposition à l’Imamat, et qui n’étaient pas seulement basés à Aden4. Par ailleurs, bien avant la période contemporaine, la société yéménite comprenait des mécanismes traditionnels de régulation qui lui permettaient de se prendre en charge, souvent en dehors de l’État, que ce soit pour la société citadine (Mohammed Jāzem)5, ou pour les communautés rurales6. Ces aspects historiques, nous avons tenté d’en rendre compte dans un premier chapitre qui leur a été consacré.

5Sheila Carapico a proposé, dans sa synthèse, une définition la plus large possible de la société civile, faisant seulement une distinction entre un « activisme communautaire traditionnel », mujtama‘ ahlī, et une société civile « moderne », mujtama‘ madanī, mais sans les opposer d’une manière absolue.

  • 7 On trouve notamment dans le Hadhramawt des caisses d’entraide qui peuvent être considérées comme ex (...)
  • 8 Freytag & CLArENCE-Smith, ed., 1997.
  • 9 Par nature, ces associations ne sont guère apparentes : par exemple, l’influence de l’association a (...)

6En revanche, il nous faut expliciter les limites et les points aveugles de ce livre collectif qui ne prétend pas à l’exhaustivité, et ne couvre finalement que quelques aspects de cette société civile particulièrement riche -peut-être les plus apparents, ou les plus accessibles à la recherche… Ainsi, sur le plan géographique, nous avons dû faire l’impasse sur la Tihāma et sur le Hadhramawt, ce dernier se distinguant pourtant par l’importance de sa vie associative7 depuis la fin du xixe siècle8. De même, nous n’avons pas trouvé de contribution spécifique sur les associations caritatives religieuses9. Enfin, les syndicats professionnels et les partis politiques, qui font pourtant partie de la société civile, auraient mérité plus d’attention. Le fait de signaler ces lacunes indique d’ores et déjà quelques priorités pour de futures recherches.

7Dans quelle mesure la recherche et la politique se sont-elles rencontrées ici ? Au nom des organisateurs de ce programme de recherche, je peux témoigner que nous avons eu toute liberté et que nos choix, du moins conscients, n’ont pas été orientés par des considérations partisanes particulières. En revanche, dans un domaine où les chercheurs sont souvent aussi des militants associatifs, et même parfois politiques, il était inévitable que certaines contributions soient, individuellement, influencées par ces positions personnelles, et qu’elles n’aient pas toujours suffisamment distingué analyse et action. Nous assumons la responsabilité de ces imperfections qu’il était de toute façon difficile d’éviter.

8L’important était avant tout de réunir dans un seul lieu les différents points de vue, pour que chacun puisse évaluer l’apport de chacun, et permettre ainsi l’émergence d’un vrai débat public.

9Compte tenu de ces limites, il est possible de souligner quelques points de convergence et de divergence qui sont apparus dans les débats entre les différents intervenants de la Table Ronde, souvent d’une manière passionnée : sur le cadre juridique des associations et dans quelle mesure il contribue à modeler le comportement des activistes ; sur la presse et les syndicats professionnels ; sur la décentralisation et le pouvoir local ; sur la hiérarchie des normes et l’indépendance de la justice ; sur la tribu et sa compatibilité avec la société civile ou avec l’idéal démocratique ; enfin sur la capacité des ONG yéménites à construire une société civile véritablement démocratique. Si les divergences sont souvent plus apparentes que profondes, en revanche, certaines idées convenues peuvent cacher de vraies différences d’analyse qu’il est important de mettre en lumière.

Les contraintes juridiques des associations

  • 10 Cette loi et ses décrets d’application ont tous deux été traduits en français et commentés par Anaï (...)

10L’étude d’Anaïs Casanova sur le cadre juridique des « associations et fondations » souligne d’un côté « l’engagement de la République du Yémen à garantir la liberté d’association » et, de l’autre, « la volonté d’asseoir un contrôle administratif sur les activités de la société civile ». On retrouve cette ambivalence dans de nombreux aspects des relations entre la société civile et l’État. Une première difficulté soulevée par la loi de 200110 est l’obligation préalable pour toute association de se faire enregistrer au Ministère des Affaires Sociales et du Travail, obligation qui, comme le signale aussi Mohammed Mughram, n’existe pas dans la législation des pays démocratiques (la déclaration y est plutôt considérée comme une démarche volontaire et positive).

11L’interdiction de mener des activités politiques ou électorales constitue une autre limitation importante à la liberté d’association. En effet, comment peut-on séparer certains domaines de l’action, par exemple le combat pour les Droits de l’Homme et le caractère politique de certaines prises de position ? Un citoyen peut être tour à tour ou simultanément membre d’un parti politique, militant d’un syndicat professionnel et membre d’une association. Et que dire, lors des élections présidentielles et locales de 2006, de ces nombreuses associations qui se sont constituées pour la surveillance du vote : en critiquant le manque de transparence du scrutin, risquaient-elles de sortir du cadre de la loi ?

12Une autre limite concerne l’interdiction d’exercer des activités commerciales (Anaïs Casanova) : on sait que dans le droit occidental, celles-ci sont autorisées, à condition bien sûr que ces activités ne visent pas au profit en soi, et que les bénéfices soient réinvestis en vue des objectifs de l’association. Ici, on peut difficilement suivre Ali Saleh Abdallah qui reproche aux ONG leur incapacité « à générer des ressources propres », alors que, simultanément, il défend cet aspect de la loi.

  • 11 De même que le projet de loi en discussion sur la presse, qui prévoit également un chapitre sur le (...)

13Au-delà de ce point précis, on peut s’interroger sur la multiplicité des lois qui régissent, tout en les classant, les diverses formes d’association : une loi sur les partis politiques (1991), la loi sur les « associations coopératives » (1998), la loi sur les « associations et fondations » (2001), la loi sur « la presse et les imprimés » (1999) qui régit le statut du syndicat de la presse11, la loi sur la profession d’avocat, qui régit également le syndicat des avocats, la loi sur la profession des avocats, qui a également un chapitre sur l’organisation de l’Ordre. Cette tendance à cloisonner juridiquement la société civile en sections étanches ne vise-t-elle pas à atomiser celle-ci pour l’empêcher de jouer un rôle autonome ?

Décentralisation et pouvoir local

  • 12 C’est la problématique définie par Alexis de Tocqueville pour favoriser la construction d’une ident (...)

14L’état yéménite est fortement incité par les bailleurs de fonds occidentaux à effectuer une décentralisation qui puisse rapprocher l’administration12 d’une population encore majoritairement rurale et enclavée sur le plan géographique. Au Yémen, bien entendu, les règles du jeu sont définies par un État qui montre de nombreuses velléités centralisatrices, ce qui ne simplifie pas la situation. Mais L’État a-t-il les moyens de la décentralisation ? Et en a-t-il même la volonté ?

15Les Conseils Locaux sont élus au suffrage universel depuis 2001, selon des découpages géographiques et administratifs souvent traditionnels. Comme l’ont montré Mohammed al‑Harbi et Odile Joly, ces structures ont aussi en grande partie récupéré des structures qui étaient au départ populaires, associatives et coopératives, mais en les fossilisant. De ce fait, se pose directement la question de la mise en place de nouveaux mécanismes de participation des administrés qui soient efficaces : comment inciter ceux-ci à s’auto-organiser pour financer ou pour réaliser les projets de développement ? Par ailleurs, la problématique de la construction nationale du Yémen, après les tribulations de l’Unité s’exprime souvent par une hostilité marquée au régionalisme et au fédéralisme, qui structure souvent le débat.

  • 13 L’idée a été lancée par le président ‘Ali ‘Abdallah Sāleh d’élire les gouverneurs (muhāfiz) à la ma (...)

16Mohammed al‑Hammadi dresse un tableau précis du projet de décentralisation de l’État yéménite qui est en cours de réalisation mais qui reste, malgré ces élections (les secondes ayant eu lieu en septembre 2006 parallèlement à l’élection présidentielle), encore très inachevé13. Cette expérience est sans doute encore trop récente pour être évaluée, mais certains problèmes, économiques, sociaux et politiques, sont clairement soulevés par nos contributeurs.

17L’un des problèmes les plus importants de la décentralisation réside dans les moyens de son financement qui, pour l’instant, font largement défaut. Peer Gatter entreprend de répondre à cette question sous un angle particulier : en pointant la faiblesse essentielle que représente cette absence de financement, il montre qu’il existe déjà des mécanismes de taxation comme la zakāt, qui pourraient être améliorés. C’est en particulier la production du qat, et secondairement sa consommation, qui pourraient faire l’objet de ce renforcement : piste intéressante, qui aurait l’avantage de tenir compte des réalités concrètes, économiques et sociales, des campagnes yéménites.

18Pour sa part, Helen Lackner évoque les possibilités de mobilisation sociale à travers quelques exemples récents de « développement participatif » dans les communautés rurales. La mise en place de comités locaux de « bénéficiaires » comme partenaires, notamment dans les projets de développement du PNUD, de l’IFAD et du Fond Social de Développement, met en évidence certaines réussites réelles sur le terrain. L’auteur reste cependant modérément optimiste sur les possibilités de réplication de ce modèle.

  • 14 Si les structures sociales traditionnelles ne sont pas les mêmes à Mokha et sur les Hauts Plateaux, (...)

19En revanche, sur le plan politique, ces approches relativement positives sont fortement relativisées par l’analyse faite par Odile Joly des enjeux locaux de l’action de développement à Mokha : cet auteur montre que les structures traditionnelles, notamment l’institution du shaykh, est largement instrumentalisée par le régime : les chefs traditionnels sont cooptés par l’État ou par le parti au pouvoir, afin que ceux-ci bénéficient de leur représentativité naturelle, ce qui tend à figer leur pouvoir traditionnel, souvent héréditaire14. Ce processus se fait souvent au détriment d’une mobilisation sociale bénévole qui permettrait une véritable création d’initiative, d’idées et de valeurs. La volonté de l’État de contrôler les initiatives locales, et en particulier les associations, est donc un sérieux handicap pour le développement humain. Dans quelle mesure cette vision pessimiste est-elle représentative pour tout le pays ? Seule la multiplication de telles études permettrait de le dire.

Presse et syndicats professionnels

20Dans l’organisation de la Table Ronde, nous avions, pour des raisons pratiques, fait l’impasse sur les syndicats professionnels, sauf pour la presse (Abd al‑Bari Tahir et Monica Perini). Sur ce point, ces deux auteurs convergent dans leur analyse des atteintes à la liberté de la presse et à la liberté syndicale.

21Apparemment, le cas du Syndicat de la Presse n’est pas isolé : si le pouvoir tolère les ONG de développement et même de défense des Droits de l’Homme, en revanche, il s’est souvent assuré du contrôle de la plupart des syndicats professionnels (comme le note également Mohammed Abd al‑Malik al‑Mutawakkil). Le cas de la presse n’est pas exceptionnel (et il n’est pas le plus extrême) : l’Ordre des Avocats, l’Ordre des Médecins, l’Union des Ecrivains ne peuvent pas être qualifiés d’ « indépendants ». Seul le Syndicat des Métiers de l’Enseignement, proche de l’Islāh, fait preuve d’une certaine indépendance, mais au prix d’une scission importante du mouvement syndical. Ceci n’empêche d’ailleurs pas certaines de ces organisations de rester des lieux d’expression et de débat public.

22Il faut donc bien reconnaître que, du point de vue des syndicats, il y a eu globalement, depuis 1994, un « rétrécissement de l’espace de liberté » (Laura Ruiz). Or, comme l’indique un journaliste, « ce sont ces syndicats qui sont la vraie société civile, car ils sont représentatifs d’un grand nombre de membres, et non pas les petites associations dirigées par un individu ! ». Ce « sondage » sur le syndicat de la presse est donc précieux, car il nous montre par contraste que le pouvoir a une approche stratégique différenciée, qui est plus ferme avec les organisations susceptibles de rassembler un grand nombre d’adhérents. Ainsi, toute la « société civile » n’est pas traitée sur le même pied. Par comparaison, on doit se demander si l’espace qui est accordé aux associations ne l’est pas pour des raisons exceptionnelles qui tiennent à la fois à la mondialisation, à la problématique d’un développement soutenu de l’étranger et servant les intérêts économiques du Gouvernement en lui permettant de capter des aides financières étrangères (Laura Ruiz), tout en lui fournissant à bon compte une « conduite » démocratique…

Hiérarchie des normes juridique et indépendance de la justice

  • 15 Concernant les différentes références juridiques existant au Yémen, plusieurs intervenants de la Ta (...)

23Dans son exposé, Anaïs Casanova pointe encore « l’absence de hiérarchie des normes » dans le droit yéménite. Or cette absence de hiérarchie existe à la fois entre les différentes sources du droit15 et entre les différents textes légiférant sur un même sujet. Ainsi, Mohammed al‑Mikhlafi (cité par Abd al‑Bari Taher) note des contradictions entre les lois yéménites sur la presse et la Déclaration des Droits de l’Homme, voire avec la Constitution yéménite.

24Plus précisément dans le domaine des associations, les juristes considèrent que les décrets d’application de 2004, complémentaires à la loi de 2001 sont plus restrictifs que la loi elle-même : sur le plan de l’enregistrement, sur le plan des rapports annuels, etc. Selon Mohammed Mughram, « Ce que la loi donnait, les décrets d’application le reprennent ».

  • 16 Diversité des références juridiques dont la richesse a été présentée par le livre dirigé par Beaudo (...)

25Il ne s’agit pas ici de porter un jugement sur telle source du droit ou telle autre16, ni sur telle ou telle loi en particulier, mais simplement de constater que cette absence de hiérarchie induit de nombreux dysfonctionnements de la justice, voire de réelles injustices. L’instauration d’une telle hiérarchisation ressort évidemment du niveau politique et des choix que la communauté nationale peut faire dans ce domaine.

26Enfin, une question fondamentale reste l’absence d’indépendance de l’autorité judiciaire, soulignée par Mohammed Mughram et Abd al‑Bari Taher, ainsi que d’autres intervenants de la Table Ronde. Or celle-ci doit être considérée en relation avec l’absence de hiérarchie des normes : dans le doute, on peut interpréter la loi de différentes façons, et sans indépendance de la justice, c’est l’interprétation en faveur du plus fort qui prévaudra.

27On peut donc conclure avec Anaïs Casanova qu’« il existe des priorités politiques explicitement supérieures aux normes juridiques et qui influent directement sur elles (…) en fonction de la situation politique ». Elles sont « dépendantes de l’arbitraire du pouvoir exécutif et ne peuvent pas être contrôlées par l’autorité judicaire ». Jusqu’à quel point ces hypothèques affectent-elles le développement de la société civile ? Ceci reste à étudier.

28Ces constats juridico-politiques relativement simples étant faits, il reste à tenir compte des structures propres de la société yéménite, qui sont nécessairement plus complexes que toutes les dispositions juridiques, et auxquelles on ne saurait appliquer de simples recettes de démocratisation. Ces complexités sociologiques concernent en particulier la question des tribus, à laquelle il semble utile de s’arrêter.

La société civile et la tribu

29Lors de la Table Ronde, de nombreuses discussions avaient évoqué les relations de la société civile avec la tribu, compte tenu de l’importance politique de cette dernière au Yémen (même si, sociologiquement, elle reste minoritaire). Plusieurs contributeurs, dont certains militants associatifs, refusent d’inclure la tribu dans la société civile parce qu’elle ne se serait pas élevée au-dessus des « modes de solidarité primaires » ou « mécaniques », (Samir al‑Shamiri, s’appuyant sur le sociologue Emile Durkheim, mais aussi Fuad al‑Salahi, Mohammed Chraibi), alors que seul les modes de solidarité « secondaires » ou « organiques » seraient en mesure de produire une société civile « digne de ce nom ». En revanche, pour Mohammed al‑Mutawakkil, cette intégration ne devrait pas poser de problème majeur. Sur cette question, qui est liée elle aussi à la problématique de la construction d’une identité nationale et d’une citoyenneté, on peut relever trois points de discussion où la confrontation entre l’anthropologie et la science politique me semble nécessaire :

  • 17 Cette idée a été reprise récemment par le Dr Nasir al‑Dhabhani, au colloque « La tribu et la sociét (...)
  • 18 Chelhod 1979.
  • 19 Dresch, 1993, p. 151.
  • 20 « L’accent mis sur le lignage et l’imagerie généalogique (nasab) signifie que la famille possède, a (...)

301/ Pour Mohammed al‑Mutawakkil, la tribu serait un regroupement purement territorial et qui n’aurait pas de dimension de parenté ; pour d’autres qui, au contraire, considèrent la tribu est le symbole même de l’« arriération », « cette parenté ne doit pas être prise en compte, puisqu’elle est imaginaire »17. En revanche, Mohammed al‑Zahiri reconnaît à part entière le rôle de la parenté. Pour les anthropologues, la tribu yéménite fait appel à une représentation à la fois territoriale et agnatique d’elle-même : les généalogies segmentaires remontant jusqu’aux ancêtres mythiques Hashed et Bakīl18. S’il est vrai que la représentation lignagère est imaginaire, son symbolisme social est très efficace, puisqu’il permet de mobiliser les forces de la tribu en cas de conflit, selon une logique identitaire19. Or, on doit se demander dans quelle mesure une telle mystique de la consanguinité20, si décalée par rapport à la réalité historique et sociologique, est compatible avec l’action démocratique.

  • 21 Mais dans cette situation de confrontation, la tribu ne prétend pas remplacer les partis politiques (...)

312/ M. A. al‑Mutawakkil reconnaît que l’usage de la violence par la tribu pose un problème intrinsèque à l’État : il complique l’exercice de son monopole sur la violence légitime. Selon Mohammed al‑Zahiri, les relations entre la tribu et l’État prennent tour à tour la forme d’une résistance à l’État, ou au contraire la forme d’une instrumentalisation politique de la tribu par l’État21. Or ces types de situation favorisent rarement le débat démocratique et pacifique. Il y a là un certain consensus.

  • 22 Albergoni & Bedoucha 1991.
  • 23 Dresch 1993, p. 145, 151.
  • 24 Akwa‘ 1995.
  • 25 Dresch 1993, p. 151.
  • 26 Elles ont fait l’objet de textes fondateurs écrits, dont on commence à mieux connaître le contenu ((...)
  • 27 Burgat 2005, p. 101.

32En revanche, aucun intervenant à la Table Ronde n’avait mentionné une institution traditionnelle très importante qui pourrait attester, en partie, du fonctionnement « civique » des tribus : la hijra. Ce terme désigne au Yémen un espace, une activité, des personnes et souvent des villes entières qui sont préservés contre toute agression, d’un commun accord, à l’intérieur d’une tribu, ou entre plusieurs tribus22. Cette institution met ainsi une limite à la violence, en particulier les vendettas caractéristiques des tribus23. Mais la hijra est aussi une limite à toutes sortes d’autres pouvoirs, par exemple celui de l’État. Traditionnellement, cette institution ouvrait un espace neutre où étaient respectés les principes supérieurs d’une « trêve » dans les conflits, et où pouvaient se développer en paix des activités commerciales et artisanales et des enseignements religieux24. Pour Paul Dresch, la hijra « provides (…) an opposite and a complement to the dominant values of tribalism »25. Bien que cette institution soit actuellement battue en brèche par la transformation des campagnes, de nombreuses hijra existent encore au Yémen26. Par ailleurs, la médiation, sulh, qui fut souvent à l’origine de la fondation des hijra, est un mécanisme de régulation sociale encore très vivant, qui irrigue toute la société yéménite27 et n’a pas fait l’objet d’études suffisantes. C’est donc à la lueur de ces aspects institutionnels très originaux que le statut de la tribu devrait être discuté en relation avec la société civile contemporaine.

  • 28 Elles sont, symboliquement, équivalentes au territoire tribal lui-même (DRESCH 1993, p. 80). Ce sta (...)
  • 29 Il existe des témoignages de pouvoir exercé par des femmes dans la tribu, y compris la fonction de (...)

333/ Reste la dimension du genre. On sait qu’en fonction de l’ethos tribal et des valeurs de l’honneur, les hommes de tribu ont une sorte de « monopole symbolique de la violence » qui exclut explicitement les femmes (elles ne portent pas les armes, elles sont l’objet d’une « protection »)28. On doit donc se demander dans quelle mesure ces exclusions, qui concernent surtout les affaires publiques, sont intrinsèques à la nature de la tribu, ou non29.

  • 30 Aussi ne peut-on que se réjouir que la question des tribus soit désormais soulevée publiquement par (...)

34Ces trois questions si sensibles, celle de l’imaginaire de la parenté, de la violence légitime et du genre, représentent donc des freins considérables pour l’intégration de la tribu dans une société civile qui est à la recherche de formes d’action égalitaires et pacifiques. D’un autre côté, il est clair que cette société civile moderne a beaucoup à apprendre des capacités traditionnelles de médiation et de protection offertes par le droit coutumier30.

Le mouvement associatif : une école de démocratie ?

35La question de la démocratie étant de toute évidence posée par l’émergence de la société civile, il est important de s’interroger sur ses formes dans la vie associative. Ainsi de nombreux intervenants à la Table Ronde (notamment Mohammed Chraïbi) avaient souligné la personnalisation exagérée du leadership des associations, souvent associée à un manque de transparence et de démocratie, et s’étaient demandé s’il s’agissait de vestiges d’une culture autoritaire traditionnelle (Fuad al‑Salahi), où le pouvoir est souvent personnalisé. Ou bien s’il s’agissait au contraire d’un travers induit par l’individualisme occidental moderne et son importation irréfléchie ?

36En fait, il est intéressant d’examiner cette question à travers l’expérience des associations elles-mêmes. Ainsi, il apparaît que la technique du « clonage » qui a été signalée par Monica Perini et Abd al‑Bari Taher pour les organes de presse, a son équivalent pour les ONG : de nombreuses associations ont été victimes de manœuvres consistant à faire adhérer en masse des nouveaux membres souvent stipendiés, de façon à manipuler le vote et dégager une nouvelle majorité. On peut ainsi évincer les fondateurs et en quelque sorte phagocyter l’association, convoitée soit pour son prestige, soit pour son patrimoine, soit encore pour le danger politique qu’elle est censée représenter.

37Cette expérience que certains activistes ont bien connue affecte à l’évidence la création des nouvelles associations : les personnes qui souhaitent créer de nouvelles structures choisissent souvent délibérément de ne pas prendre le statut d’association mais celui de « fondation », qui, dans la loi de 2001, n’implique pas des élections d’instances démocratiques (mais seulement un investissement financier plus important). En offrant cette solution à des acteurs qui sont certes de bonne foi, le statut juridique tend ainsi à créer une perversion du système : le pouvoir du fondateur sera personnalisé et perpétué, sans qu’il soit encouragé à y associer plus d’individus actifs ni à préparer sa succession. Le fonctionnement démocratique interne n’est donc pas favorisé.

Le mouvement associatif : quel dynamisme ? Quel avenir ?

38Reste l’interrogation fondamentale de ce livre : quelle est la capacité d’autonomie et de créativité sociale et politique des ONG yéménites ? C’est une question pratique fondamentale que se posent souvent les bailleurs de fonds étrangers, mais aussi le secteur privé yéménite, même si ce dernier est souvent accusé en retour par les associations d’être « trop timoré ». On doit aussi se demander quelle sera la durabilité de ces associations, et si elles permettront de construire la « société civile du futur » que Mohammed Abd al‑Malik al‑Mutawakkil appelle de ses vœux. Selon cet auteur, cette société civile idéale devrait être « transparente » et servir d’« exemple moral » pour préfigurer la formation d’un État de droit qui seul pourra faire sortir le pays du sous-développement.

  • 31 Il faut noter un point faible fondamental dans ces associations qui ont pour principale activité un (...)

39Si, comme nous l’avons vu, plusieurs contributions soulignent l’importance du statut juridique dans le contrôle des associations par l’État, il ne faut cependant pas surestimer la capacité de ce contrôle à modeler la réalité. De fait, on peut dire qu’une immense partie des associations existantes échappe à l’enregistrement. Dans les villages, d’innombrables associations coopératives existent de manière informelle. Dans les villes, il existe des clubs (muntadā) culturels, scientifiques ou politiques, de même que des associations régionales de migrants ruraux, avec pour principale activité une séance de qat hebdomadaire, maqīl31 et pour la plupart, la question de l’enregistrement ne s’est jamais posée. De plus, on a aussi vu qu’une grande partie des associations, en particulier des associations de jeunes, refusent tout net de s’enregistrer, car elles considèrent qu’il s’agit d’une procédure autoritaire qui vise à limiter leur liberté d’action (Basem al‑Hagg et Maggy Grabundzija, Intilaq al‑Mutawakkil).

  • 32 Le fondateur du Mouvement des Libres, à l’origine du mouvement constitutionnel de 1948 (Leigh Dougl (...)
  • 33 Dhayfani 1999 ; NuMan 2003.
  • 34 Dans les années cinquante, il y existait également des « constitutions » (dustur) de villages (comm (...)

40Certains phénomènes méritent d’être mis en relation, car ils témoignent des permanences de cette société civile malgré des ruptures apparentes. Par exemple, dans la Hugariyya, on peut noter la continuité entre l’action d’un Ahmed Mohammed Nu‘mān32 pour l’éducation dès les années trente et quarante33, des clubs qui existaient avant la révolution de 196234, le mouvement des ta‘awwuniyyāt les années soixante-dix (Ahmed al‑Harbi), et les associations actuelles (Bāsem al‑Hagg et Maggy Grabundzija), donc sur plusieurs générations. On sait que les habitants de cette région eurent aussi un rôle important dans la naissance des syndicats de travailleurs d’Aden. Et aujourd’hui encore, dans la vie nationale, on sait que les élites très éduquées de la Hugariyya irriguent tout le Yémen, en particulier par le phénomène de la migration intérieure.

41D’autres régions du Yémen pourraient sans aucun doute se prêter à la même analyse. Quelques soient les circonstances, malgré les échecs et les occultations apparentes, la société civile reste vivante, et couve, tel un feu sous la braise. On peut donc mettre en avant l’existence d’une vraie culture du bien commun, qui manifestera certainement de nouveaux signes de vitalité.

  • 35 Ben Nefissa 2002, 2004
  • 36 L’association Hood de défense des Droits de l’Homme présidé par l’avocat Khāled al‑Anisī, l’associa (...)

42Si la question de l’autonomie de la société civile a été posée par de nombreux auteurs du point de vue des sources de financement (Helen Lackner, Laura Ruiz, Peer Gatter), il reste à imaginer comment ces évolutions pourront se produire dans un futur proche, et sur le plan le plus important : le politique. Sur ce plan, dont l’importance est signalée par Sara Ben Nefissa pour le monde arabe35, peu de choses ont été écrites. Mais on peut noter que certaines ONG tendent aujourd’hui à s’allier entre elles pour avoir plus de poids et mener des campagnes de lobbying publiques sur des thèmes de société. C’est le cas de l’alliance « Imam » (« Alliance des Organisations de la Société Civile », I’tilāf Munazzamāt al‑Mujtama‘ al‑Madanī) qui réunit depuis 2005 plus d’une vingtaine d’associations parmi les plus actives au Yémen36. Cette « Alliance » a délibérément évité de se réunir autour d’un financement extérieur : ses inspirateurs semblent avoir compris qu’un financement représenterait le plus sûr moyen d’introduire la discorde entre des associations très différentes et qui sont toutes en concurrence pour l’obtention des financements étrangers ; par ailleurs, un soutien extérieur pourrait prêter le flanc à des accusations de manipulation

  • 37 Ben Nefissa & Hanafi 2002
  • 38 Ainsi l’expérience de la période britannique, où la situation était assez similaire, avec des organ (...)

43Le rôle politique des associations est donc crucial, que ce soit dans leur relation avec l’État ou avec les partis d’opposition. Malgré de nombreuses tentatives, l’État n’a jamais réussi à réduire la société civile. Vis-à-vis des mouvements d’opposition, la problématique est en quelque sorte la même, mais inversée. Grâce à leur approche souple des problèmes de société (comme la pauvreté, les Droits de l’Homme, les droits de la femme), il est possible que les ONG tendent à se substituer en partie à l’action des partis politiques : comme l’indique Sara Ben Nefissa dans son introduction, cette tendance, qui est générale dans le monde arabe, en particulier en Égypte37, résulte de l’inertie des partis, mais aussi du peu de liberté qui leur est laissé, la possibilité de conquérir le pouvoir de manière pacifique étant la plupart du temps inexistante. Le Yémen n’est à l’évidence pas une exception. Cette situation est-elle bénéfique ou néfaste pour l’équilibre général de la société civile ? Il est difficile de le dire, mais peut-être l’expérience historique du Yémen pourrait être mûrie par les acteurs de la société civile38, tous ensemble, partis, associations, syndicats et autres.

  • 39 À noter deux colloques récents particulièrement intéressants : le colloque déjà mentionné de l’Obse (...)

44On peut donc, sans grand risque de se tromper, prophétiser un développement des ONG dans un proche avenir, d’autant que les soutiens étrangers se multiplient39. Ce développement sera évidemment accompagné de nombreuses tribulations propres aux incertitudes du processus de démocratisation dans le monde arabe. On ne peut que souhaiter aux activistes sincères de réussir dans cette voie d’un renforcement de la démocratie au Yémen.

45Sans se départir de leur réserve scientifique, les chercheurs en sciences sociales ne peuvent que plaider pour une étude des véritables problèmes rencontrés par la société civile dans cette nouvelle phase de son développement. Compte tenu des évolutions rapides auxquelles nous assistons, ne serait-il pas utile de créer un « observatoire scientifique » de la société civile au Yémen, qui permettrait de suivre de près, et d’une manière durable, le développement des associations ? Que cette proposition s’ajoute donc aux nombreuses autres propositions qui ont déjà été adressées aux généreux donateurs…

Bibliographie

AKWA‘, Ismā‘īl
1995 : Hijar al‑‘ilm wa-ma‘āqilhā fī al‑Yaman (Les hijra et les forteresses du savoir au Yémen), Dismashq, Dār al‑Fikr, Beyrūt, Dār al‑Fikr al‑Mu‘āsir.

ALBERGONI, Gianni & BEDOUCHA, Geneviève
1991 : « Hiérarchie, médiation et tribalisme en Arabie du Sud : la hijra yéménite », L’Homme, 118, XXXI (2), p. 7-36.

‘AWDI, Hamūd al
1980 : al‑turāth al‑sha‘bī wa-‘ilāqatuhu ma‘a al‑tanmiya (Le patrimoine populaire et sa relation avec le développement), al‑Qāhira.

BEATTY, Sharon, al‑MADHAGI, Ahmed Numan & DETALLE, Renaud
1996 :
Yemeni NGO’s and quasi NGO’s: Analysis and Directory, Sanaa.

BEN NEFISSA S., HANAFI S.
2002 : Pouvoirs et associations dans le monde arabe, Paris, CNRS.

BEN NEFISSA S., ABD al‑FATTAH N., HANAFI S., MILANI C.
2004 : ONG et gouvernance dans le monde arabe, Le Caire, CEDEJ – Paris, Karthala.

BUJRA, Abdallah
1971 :
Politics of Stratification. A Study of Political Change in a South Arabian Town, London, Oxford University Press.

CARAPICO, Sheila
1998 :
Civil Society in Yemen: the Political Economy of Activism in Modern Arabia, Cambridge University Press.

CASANOVA, Anaïs & JEU, Guillaume
2007 : La liberté d’association au Yémen, une compilation de la législation relative aux associations et aux fondations, traduite et commentée, Sanaa, CEFAS.

CHELHOD, Joseph
1979 : « L’organisation sociale du Yémen », L’ethnographie 64, p. 61-86.

AL DHAYFANI, Abdallah Ahmad
1999 : al‑ittijāh al‑qawmī fī harakat al‑ahrār al‑yamaniyya (1918-1948) [Le courant nationaliste dans le mouvement des yéménites libres], Sanaa, CFEY/CYER, 1999, 342 p., en arabe.

DOUGLAS, Leigh
1987 :
The Free Yemenis Movement, 1935-1962, Beirut, AUB.

DRESCH, Paul
1989 :
Tribes, Government and History in Yemen, Oxford, Clarendon Press (1st edition).
1994 : « Tribalisme et démocratie au Yémen », conférence donnée au CFEY le 30 septembre 1992, Chroniques yéménites, 4, p. 65-94 (en anglais et en français).
2006 : Rules of Barat, Tribal documents from Yemen, édition, traduction et présentation par Paul Dresch, Sanaa, CEFAS.

DUPRET, Baudoin & BURGAT François (éd.)
2005 : Le shaykh et le procureur. Systèmes coutumiers et pratiques juridiques au Yémen et en Egypte, Le Caire-CEDEJ, Egypte/Monde Arabe n° 1, 335 p.

FREYTAG Ulrike & CLARENCE-SMITH William G. (ed.)
1997 :
Hadrami Traders, Scholars and Statemen in the Indian Ocean, 1750-1960, Leiden, Brill.

MERMIER, Franck
1997 : Le shaykh de la nuit : Sanaa, organisation des souks et société citadine, Paris, Sindbad, Aix-en-Provence, Actes Sud.

NU‘MAN, Ahmed Mohammed
2004 : Mudhakkirāt, (Les mémoires du professeur Nu‘mān), édité et présenté par Ali Muhammad ZAYD, Sanaa, CEFAS, Beyrouth, CAMES (AUB), (2e édition corrigée et augmentée).

SALAME, Ghassan
1994 : Démocraties sans démocrates. Politiques d’ouverture dans le monde arabe et islamique, Paris, Fayart.

SERJEANT, Robert
1967 : « Société et gouvernement en Arabie du Sud », Arabica 14, p. 284-297.

SHALAN, Thaira
1999 : « Les organisations non-gouvernementales et la société civile au Yémen », in Rémy LEVEAU, Franck MERMIER et Udo STEINBACH, Le Yémen contemporain, Paris, Karthala.

TOCQUEVILLE, Alexis de
1961 : De la démocratie en Amérique, Paris, Gallimard.

Notes

1 On peut mesurer le chemin parcouru depuis en relisant l’ouvrage de Beatty, Madhagi & Detalle (1996) et l’article de Thaira Shalan (1998), qui étaient d’ailleurs des précurseurs.

2 Salame, 1994.

3 Carapico 1997.

4 Dhayfani 1996.

5 Sur l’organisation de la société citadine traditionnelle, voir aussi Mermier 1997, chapitre 1.

6Awdi 1980.

7 On trouve notamment dans le Hadhramawt des caisses d’entraide qui peuvent être considérées comme exemplaires (conférence « De la charité à la protection sociale : l’accès libre à la santé au Yémen, le cas du Hadhramawt », de Blandine DESTREMEAU et Thābet BAGGASH, CEFAS, octobre 2005).

8 Freytag & CLArENCE-Smith, ed., 1997.

9 Par nature, ces associations ne sont guère apparentes : par exemple, l’influence de l’association al‑Islāh n’a d’égal que sa discrétion ; il existe à l’évidence un risque que la recherche s’intéresse aux associations les plus visibles, et qui ne sont pas nécessairement les plus représentatives ou les plus efficaces…

10 Cette loi et ses décrets d’application ont tous deux été traduits en français et commentés par Anaïs Casanova et Guillaume Jeu 2007.

11 De même que le projet de loi en discussion sur la presse, qui prévoit également un chapitre sur le Syndicat, et qui a été mis en échec jusqu’ici par les protestations des journalistes.

12 C’est la problématique définie par Alexis de Tocqueville pour favoriser la construction d’une identité nationale : il faut un gouvernement centralisé, et une administration décentralisée, pour éviter d’appliquer des solutions trop générales à des problèmes locaux et particuliers (Tocqueville 1961).

13 L’idée a été lancée par le président ‘Ali ‘Abdallah Sāleh d’élire les gouverneurs (muhāfiz) à la manière américaine, et ce dès l’automne 2006, après les dernières élections locales ; mais les modalités de cette élection semblent encore vagues, d’autant plus qu’il serait plus logique de commencer par l’échelon inférieur : les actuels « directeurs » de cantons, nāhiya, ceux-ci pouvant être assimilés à des municipalités.

14 Si les structures sociales traditionnelles ne sont pas les mêmes à Mokha et sur les Hauts Plateaux, où les tribus Hāshid et Bakīl représentent des entités beaucoup plus vastes et un véritable système segmentaire, il faut cependant remarquer que ce système souvent égalitaire connaît lui aussi de nombreuses dérives dynastiques et de fréquentes manipulations par le politique, qui ne sont guère propices à l’émergence d’un pouvoir local démocratique.

15 Concernant les différentes références juridiques existant au Yémen, plusieurs intervenants de la Table Ronde condamnèrent le recours fréquent au droit tribal en lieu et place du droit positif, notamment dans le domaine criminel, « ce qui se conclut au détriment des droits de la victime » (Mohammed Ali al‑Saqqaf). C’est du moins ainsi que le perçoivent les citadins qui ne sont pas familiers avec le droit tribal.

16 Diversité des références juridiques dont la richesse a été présentée par le livre dirigé par Beaudouin Dupret, Le shaykh et le procureur, Le Caire, CEDEJ, Sanaa, CEFAS.

17 Cette idée a été reprise récemment par le Dr Nasir al‑Dhabhani, au colloque « La tribu et la société civile », Sanaa, 30-31 janvier 2008.

18 Chelhod 1979.

19 Dresch, 1993, p. 151.

20 « L’accent mis sur le lignage et l’imagerie généalogique (nasab) signifie que la famille possède, au moins, les caractères que Tocqueville associe à l’aristocratie » (Dresch 1994, 83), citant Tocqueville 1961, t. 2, p. 105.

21 Mais dans cette situation de confrontation, la tribu ne prétend pas remplacer les partis politiques ni ne prétend, en tant que telle, au pouvoir suprême (Dresch 1994, p. 94).

22 Albergoni & Bedoucha 1991.

23 Dresch 1993, p. 145, 151.

24 Akwa‘ 1995.

25 Dresch 1993, p. 151.

26 Elles ont fait l’objet de textes fondateurs écrits, dont on commence à mieux connaître le contenu (Dresch 2006).

27 Burgat 2005, p. 101.

28 Elles sont, symboliquement, équivalentes au territoire tribal lui-même (DRESCH 1993, p. 80). Ce statut inférieur est similaire à celui des artisans castés (bouchers, tanneurs, etc.) qui sont méprisés au nom d’une double mystique de la pureté de l’ascendance, ’asl, et de l’impureté rituelle, nijis (Mermier 1997, chapitre 2).

29 Il existe des témoignages de pouvoir exercé par des femmes dans la tribu, y compris la fonction de shaykh (communication personnelle, Raoufa Hassan). Ces situations, bien que peu courantes, devraient faire l’objet de recherches spécifiques.

30 Aussi ne peut-on que se réjouir que la question des tribus soit désormais soulevée publiquement par les ONG, comme récemment au colloque organisé par l’Observatoire des Droits de l’Homme (Sanaa, février 2008), avec le soutien de l’organisation canadienne CRDI (Centre de recherche pour le développement internationale). Il faut espérer que ces études tiendront compte de toutes les recherches anthropologiques existantes.

31 Il faut noter un point faible fondamental dans ces associations qui ont pour principale activité un maqīl hebdomadaire : la ségrégation entre hommes et femmes, qui est caractéristique de ce rituel traditionnel, réduit la possibilité d’y inclure des femmes, et donc inévitablement la dimension d’universalité que pourrait y apporter la mixité. Ce paradoxe fut illustré récemment dans un club qui avait appelé à un débat sur les quotas féminins dans les partis et pour les élections, et où n’assista aucune femme yéménite…

32 Le fondateur du Mouvement des Libres, à l’origine du mouvement constitutionnel de 1948 (Leigh Douglas 1987), et qui était natif de Dhabhān.

33 Dhayfani 1999 ; NuMan 2003.

34 Dans les années cinquante, il y existait également des « constitutions » (dustur) de villages (comm. personnelle Mohammed Jazem).

35 Ben Nefissa 2002, 2004

36 L’association Hood de défense des Droits de l’Homme présidé par l’avocat Khāled al‑Anisī, l’association féministe des Sœurs arabes d’Amal al‑Bāsha (qui réunit par ailleurs un réseau d’associations du monde arabe), l’Observatoire des Droits de l’Homme présidé par Mohammed al‑Mikhlāfī, l’association de Journalistes (au féminin) Sans Chaînes, de Tawakkol Kermān et plusieurs associations professionnelles.

37 Ben Nefissa & Hanafi 2002

38 Ainsi l’expérience de la période britannique, où la situation était assez similaire, avec des organisations qui étaient officiellement non politiques comme les syndicats et les associations de bienfaisance, qui avaient servi de creuset et de ferment à un mouvement national (Asmahan al‑‘Alas et Sheila Carapico), dont des partis politiques qui étaient soudainement sortis de l’ombre en 1967. On peut se demander dans quelle mesure leurs violents clivages n’étaient pas dus en partie à une existence trop brève en tant que partis.

39 À noter deux colloques récents particulièrement intéressants : le colloque déjà mentionné de l’Observatoire des Droits de l’Homme sur la tribu et l’État, et le colloque sur les Associations organisé par un réseau de six ONG soutenues par le Danish Institute for Democracy (janvier 2008).

Auteur

Directeur du CEFAS, Sanaa

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr