Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société civile, associations et pouvoir local au Yémen

 | 
Sarah Ben Nefissa
, 
Maggy Grabundzija
, 
Jean Lambert

Chapitre 5 : Difficultés internes et contraintes externes

Réalités et problèmes des ONG au Yémen (résumé)

Mohammed al‑Chraïbi

Entrées d'index

Mots clés :

état des lieux, ONG

Texte intégral

1L’apparition des organisations de la société civile au Yémen, dans un sens à la fois non-gouvernemental et non-ethnique ou non-religieux, est récente par rapport à d’autres pays : depuis 1990, au moment de la Réunification. Dans les dernières années, le nombre de ces institutions et organisations civiles s’est accru : on estime à 4000 celles qui sont officiellement enregistrées au Ministère des Affaires Sociales. Elles ont commencé à jouer un rôle dans la société civile en particulier depuis l’application de la loi sur la décentralisation dans les gouvernorats. Elles s’occupent en particulier des femmes, des Droits de l’Homme, de la démocratie et du droit du travail.

2Malgré leur dynamisme, ces organisations civiles font souvent face à des problèmes structurels :

  • Faiblesse du volontariat et de son sens civique et du sentiment d’appartenance à l’ONG.

  • Manque de cadres et absence de formation, notamment à la conception des projets.

  • Manque de démocratie intérieure. Ceci apparaît notamment à travers la personnalisation excessive du leadership des associations et le respect purement formel des règles démocratiques.

  • Le fait que les institutions gouvernementales se mêlent des activités des organisations civiles, en cherchant souvent à les contrôler, leur lie les mains et réduit leur crédibilité auprès des bailleurs de fonds étrangers.

  • Les financements extérieurs étant liés à des critères souvent très éloignés de la réalité du terrain, les ONG adoptent délibérément des thématiques propres à séduire les donateurs comme l’environnement, les femmes, les Droits de l’Homme, qui ne répondent pas nécessairement à de véritables priorités nationales. Par ailleurs, ces ONG sont plus préoccupées par la captation des financements que véritablement motivées par ces thèmes.

3Ainsi, nous assistons aux balbutiements d’une société civile qui a encore besoin de s’affirmer pour jouer un véritable rôle dans le domaine politique comme dans le domaine du développement. Les ONG ont des besoins manifestes : une meilleure coordination entre elles, l’utilisation des médias, le recours à l’aide du secteur privé, une plus grande intégration des femmes en leur sein.

4Jusqu’ici, les organisations civiles ont eu des difficultés à acquérir leur autonomie, ballottées entre séduction des pays donateurs et contraintes gouvernementales. Or, ce n’est qu’à cette condition d’autonomie que pourra émerger une véritable société civile.

Auteur

Doctorant, Sciences Politiques, Université de Hambourg

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr